Un nouvel associé chez White Star Capital Paris

White Star Capital Associé Matthieu Lattes

Matthieu Lattes débute sa carrière en 2004, chez JP Morgan à Londres, en tant que banquier d’affaires. En 2005, il rejoint BNP PARIBAS Corporate Finance à New York, et se spécialise, jusqu'à 2009, dans le secteur Technologie Média & Telecom.  En 2010, il se lance dans l’entrepreneuriat en créant Isograd, société spécialisée dans la certification informatique.

Depuis 2014, il exerce les fonctions de conseil en levée de fonds, d’abord en tant qu’associé d’Ader Finance, puis au sein de la banque Rothschild, où il contribue au lancement de la franchise Tech de la banque Rothschild. Matthieu Lattes est également  professeur à l’Essec où il dispense des conférences consacrées au financement des entreprises.

Lire (1 min.)

Le capital-investissement surperforme toutes les classes d’actifs sur 15 ans

France Invest (Association des Investisseurs pour la Croissance) et EY présentent aujourd’hui la 24ème édition, à fin 2017, de leur étude annuelle sur la performance nette des acteurs français du capital-investissement.
Lire (2 min.)

Qu’est-ce que le « growth equity » ?

La Rédaction
Bien qu'il soit encore peu répandu en France, l'investissement de type "growth equity" s'installe peu à peu dans le paysage financier.
Lire (3 min.)

L’AFIC change d’identité et devient France Invest

Créée en 1984, l’Association Française des Investisseurs pour la Croissance a accompagné le rayonnement et la dynamique de modernisation progressive du capital-investissement en France.

Les résultats des années 2016 et 2017 témoignent du poids économique pris par le secteur : les levées de fonds, dont une part significative provient d’investisseurs étrangers, atteignent des niveaux historiques, les investissements sont en hausse constante dans un nombre record de près de 7.200 start-up, PME et ETI de tous secteurs, réparties sur l’ensemble du territoire.

Les entreprises accompagnées représentent aujourd’hui plus de 210 milliards d’euros de chiffre d’affaires cumulé, soit l’équivalent de 20% du chiffre d’affaires du CAC40 et 8% des emplois privés en France. Elles croissent trois fois plus vite que le reste de l’économie française et ont créé plus de 300.000 emplois nets sur 7 ans.

Fort de cette dynamique positive, et dans un contexte français et international favorable, le changement d’identité viendra accompagner les ambitions portées par l’association : atteindre d’ici 2020 les 20 milliards d’euros levés par an, soit un doublement en 5 ans, pour accélérer la croissance et la transformation des entreprises, et inscrire la France comme référent du capital-investissement en Europe.

La nouvelle identité, France Invest, s’accompagne d’une refonte globale de l’identité visuelle de l’association à portée plus internationale, plus dynamique, plus moderne. Une signature vient préciser en français la nature de l’organisme, et en français comme en anglais la typologie des professionnels regroupés et leur engagement.

Lire (1 min.)

L’ACPR/AMF lancent une consultation sur les investisseurs vulnérables

Dans un contexte de vieillissement démographique et de mutation digitale du secteur financier, le Pôle commun présente un état des lieux général des pratiques de commercialisation des produits financiers aux personnes âgées : besoins et difficultés éventuelles, mécanismes de protection et usages du marché. Le rapport vise à constituer une première base de réflexion et à ouvrir le débat, par le biais d’un appel à contributions, sur une série de questions-clés.

L’objectif est de trouver, en collaboration avec les consommateurs, les professionnels et les acteurs du vieillissement, les moyens d’identifier les bonnes pratiques de commercialisation à l’égard des personnes vieillissantes et vulnérables, au regard notamment de difficultés cognitives. L’ambition de ces travaux est double : s’assurer qu’un conseil adapté est délivré par les professionnels et qu’un consentement éclairé est donné par cette clientèle lors de la souscription de produits financiers.

L’ACPR et l’AMF invitent toutes les personnes intéressées à envoyer leurs contributions, qui nourriront les réflexions du Pôle commun pour la suite des travaux en 2019.

 
Lire (1 min.)

Janus Henderson lance un fonds sur la thématique des biotechs

Cette SICAV de droit luxembourgeois investira dans des sociétés innovantes du secteur de la biotechnologie, ou des sociétés liées à ce secteur, en ciblant plus particulièrement celles qui apportent une réponse aux importants besoins médicaux non satisfaits à travers le monde. Ce fonds ciblera les sociétés visant un développement de long-terme au sein d’un secteur très innovant et en rapide croissance.

Le nouveau fonds biotech de Janus Henderson sera co-géré par Andy Acker et Dan Lyons qui disposent, à eux deux, de plus de 40 ans d’expérience en matière d’investissement sur le secteur de la biotechnologie. Le fonds sera géré par une équipe d’experts issus du milieu scientifique et bénéficiera du soutien du reste de l’équipe d’investissement spécialisée dans le domaine de la santé de Janus Henderson.

Andy Acker constate : « Le rythme des progrès s’accélère dans l’industrie de la biotechnologie, ce qui signifie que les avancées médicales surviennent beaucoup plus rapidement. La FDA a, depuis le début de l’année, approuvé 55 nouvelles thérapies, établissant ainsi un record historique. Notre processus met l’accent sur les moteurs opérationnels et scientifiques essentiels à l’atténuation des risques et à l’identification des opportunités dont regorge ce secteur dynamique. »

Lire (1 min.)

123 IM ouvre un bureau à Lyon

Ouvert depuis début janvier 2018, le nouveau bureau d’123 IM est situé au 22 rue de la république, dans le 2ème arrondissement de Lyon.

L’objectif de cet ancrage local pour 123 IM est d'accélérer la croissance de ses investissements en Auvergne Rhône-Alpes et de renforcer sa présence aux cotés des entrepreneurs et des investisseurs dans l’une des régions les plus importantes de France. Ce bureau régional est d’ores-et-déjà composé de 3 professionnels de l’investissement.

«Johann Devaux, Directeur Associé qui dispose d’une bonne connaissance du marché local, sera en charge du développement de ce bureau et pourra compter notamment sur l’expertise de Damien Bodoy, Senior Advisor déjà implanté à Lyon et de David Dellery, Directeur d’investissement » assure Xavier Anthonioz, Président d’123 IM.

Après avoir déployé plus de 150 M€ en Auvergne Rhône-Alpes sur ces 15 dernières années, 123 IM prévoit d’apporter plus de 100 M€ supplémentaires dans les 5 prochaines années aux PME de la région exerçant leurs activités dans ses secteurs de conviction comme le tourisme, l’hôtellerie, la restauration, la dépendance-santé, la promotion immobilière ou encore les infrastructures d’énergie renouvelable.

L'Auvergne-Rhône-Alpes, deuxième région de France au niveau économique

Avec une population de près de 8 millions d’habitants, 600 000 entreprises industrielles, commerciales, de services et du BTP, la région Auvergne-Rhône-Alpes est la deuxième région française la plus importante économiquement et fait partie des plus grandes régions de l'Union européenne. En effet, juste derrière la région Ile-de France et selon l’INSEE, elle affiche un PIB total et un PIB par habitant parmi les plus importants de France. Elle compte le plus de création d’entreprises et affiche le taux de chômage le plus faible de l’hexagone depuis plusieurs années.

Lire (2 min.)

Inter Invest Capital lance le FIP Outre-mer Inter Invest n°1

Avec 26 ans d’expérience dans le cadre du dispositif Girardin, le Groupe Inter Invest est devenu le partenaire de référence des PME d’Outre-mer, avec 9 agences localisées sur l’ensemble des DOM-COM. Le Groupe Inter Invest a ainsi participé au financement de plus de 17.000 entreprises basées en Outre-mer et compte 1.46 milliard € d’actifs sous gestion à fin 2016.

En 2015, Inter Invest choisit de renforcer son implication auprès de ces entreprises ; le 1er FIP Inter Invest conseillé et commercialisé par le Groupe est lancé. Le FIP Outre-mer Inter Invest n°1 est le quatrième millésime de la gamme avec pour particularité d’être investi sur l’ensemble des DOM et des COM.

Une réduction d’impôt sur le revenu de 38%

Jusqu’à présent, le FIP DOM donnait droit à une réduction d’impôt égale à 42% des versements effectués, soit bien plus importante que le FIP de droit commun (18% du montant net investi). Il était cependant réservé aux seuls résidents domiens. Mécaniquement, son développement était limité et la collecte sur ce produit n’a pas dépassé 8M€ en quatre ans.

Seul le FIP Corse offrait aux contribuables métropolitains un taux bonifié à 38%. Ce véhicule a d’ailleurs connu depuis sa création en 2007 un certain engouement auprès des investisseurs (70M€ pour la seule année 2016) bien que le PIB de la Corse soit 6 fois moins élevé que celui d’Outre-mer et que le nombre d’entreprises corses éligibles au dispositif FIP soit bien inférieur à celui des PME ultra-marines.

Aujourd’hui, cette inégalité est levée. Les investisseurs métropolitains peuvent désormais soutenir la croissance des PME ultra-marines et bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu de 38% des sommes investies, en contrepartie d’une durée de blocage minimum de 6 ans et de 9 ans maximum.

Le FIP Outre-mer Inter Invest n°1 ouvre droit à une réduction d’impôt pouvant atteindre 9 120€ pour les personnes mariées ou liées par un PACS et soumises à une imposition commune (soit un investissement de 24 000€) et 4 560€ maximum pour les célibataires, veufs ou divorcés (soit un investissement de 12 000€).

Un tissu économique dynamique

Avec plus de 5 600 PME rien que dans les DOM, sur un territoire offrant une réelle diversité économique, le FIP Outre-mer Inter Invest n°1 ouvre l’accès à de vastes opportunités d’investissement dans l’ensemble des DOM et des COM.

Le Fonds réalise ses investissements dans des PME exerçant leur activité sur 3 zones économiques distinctes : l’arc Antilles-Guyane, les départements de l’Océan Indien et les collectivités de l’Océan Pacifique. Il est ainsi en mesure de tirer profit de la profondeur et de la spécificité de chacune d’entre elles.

« En gommant l’inégalité qui subsistait entre les résidents fiscaux domiens et métropolitains, la loi Egalité réelle Outre-mer crée également un nouveau levier de financement des PME des DOM-COM indispensable à leur développement.» précise Jérôme DEVAUD, Directeur Général Délégué d’Inter Invest.

Une stratégie d’investissement engagée

Inter Invest Capital est spécialisée dans les opérations de capital-développement en structurant des investissements en fonds propres ou quasi fonds propres dans des PME de croissance.

Bien que la réglementation impose que l’actif d’un FIP Outre-mer soit investi au minimum à 70 % dans les entreprises ultra-marines3, Inter Invest Capital s’est fixé pour objectif de porter ce ratio à 90%4. Afin de diversifier le portefeuille du FIP Outre-mer Inter Invest n°1 et d’accroître la visibilité de son rendement, les gérants alloueront, par ailleurs, 50% minimum de l’actif sur des obligations convertibles4.

Le FIP Outre-mer Inter Invest n°1 étant composé d’instruments financiers d’entreprises non cotées, il présente donc des risques spécifiques, notamment de perte en capital et de liquidité. Le FIP Outre-mer Inter Invest n°1 est ouvert à la souscription des particuliers redevables de l’IR jusqu’au 31 décembre 2018.

Lire (4 min.)