Valorisations 2019 : qu’attendre du consensus ?

Benoît Peloille
L’année 2018 aura finalement été une année de correction des valorisations pour les marchés actions et de remontée de l’aversion au risque. En ce début d’année 2019, nous faisons le point sur les attentes du consensus et les niveaux de valorisations qui semblent plus raisonnables.
Lire (3 min.)

N’enterrez pas les grandes valeurs européennes !

Gérard Moulin
L’intensité concurrentielle et un environnement économique plus difficile renforcent la discrimination entre les valeurs. Les valeurs européennes qui disposent d’un réel savoir-faire et de barrières à l’entrée conséquentes offrent des perspectives alléchantes.
Lire (2 min.)

NextStage : Actif Net Réévalué du 3e trimestre 2018, investissements & cession

Grégoire Sentilhes, Président de NextStage AM, Gérant de NextStage, déclare : « Cette nouvelle progression de l’ANR récompense notre modèle d’investissement, sur des marchés en forte croissance. En ce sens, les deux derniers investissements réalisés offrent un fort potentiel de création de valeur, par leur croissance rentable et leur capacité de résilience. Nous réinvestissons également dans les participations les plus dynamiques en soutien de leur transformation et poursuivons nos efforts visant à constituer un portefeuille de 40 à 50 PME performantes à long terme. » 

NextStage actif net réévalué

ANR au 30 septembre 2018 : nouvelle progression de +1% à 222,8 M€

Au 30 septembre 2018, l’Actif Net Réévalué de NextStage progresse de +1% à 222,8 M€ (vs. 220,6 M€ au 30 juin 2018), soutenue par la revalorisation de l’une des participations au regard de sa forte croissance. Bien que les valorisations des participations non cotées soient semestrielles, en cas de survenance d’un évènement jugé significatif, la juste valeur d’une participation peut être actualisée lors d’un calcul d’ANR trimestriel. De plus, quatre des quinze participations du portefeuille acquises en 2017 sont toujours valorisées à leur prix d’acquisition et bénéficient d’une dynamique solide de développement.

L’Actif Net Réévalué par action ordinaire au 30 septembre 2018 ressort à 115,56 euros, en hausse de +1% (vs. 114,42 euros au 30 juin 2018), après neutralisation des actions de préférence.

NextStage ANR 2018

L’ANR de 222,8 M€ de NextStage au 30 septembre 2018 se répartit entre 161,1 M€ de valorisation des 15 participations et 61,6 M€ de trésorerie nette de Besoin en Fonds de Roulement (BFR). Après prise en compte du protocole d’investissement dans une nouvelle participation de 8,4 M€, en passe d’être finalisé, ainsi que du réinvestissement de 2,9 M€ du 6 novembre 2018 dans Dream Yacht Charter, la trésorerie nette de BFR s’élève à 50,7 M€ au 21 novembre 2018. NextStage porte ainsi à 41 M€ le montant engagé à cette date sur l’objectif de 50 M€ sur l’année 2018.

Lire (2 min.)

Capitalisation d’Apple : jusqu’aux étoiles ?

Si les éclipses de Lune et les pérégrinations de Mars ont ravi les yeux des petits et grands au cours des dernières semaines, c'est un autre astre qui a ébloui les observateurs hier : le géant Apple. La marque à la pomme a franchi en séance les 1000 milliards de dollars de valorisation, un record absolu dans l'histoire de la bourse. Si les arbres ne montent pas jusqu'au ciel, Apple peut-elle s'élever jusqu'aux étoiles ?
Lire (<1 min.)

La Française et Finaveo Partenaires finalisent la cession de CD Partenaires

Le Groupe La Française et Finaveo Partenaires — qui réunit conjointement Apicil Prévoyance, OFI Advisers et Groupe Crystal — annoncent ce lundi 18 mars être entrés en discussions exclusives en vue de la cession de CD Partenaires. La plateforme patrimoniale en architecture ouverte — qui propose une large gamme de produits et de services financiers — représente un total d’encours d’environ 2,8 milliards d’euros.

CD Partenaires est issue du rapprochement de Cholet Dupont Partenaires et d’UFG Courtage. Sa vente à Finaveo Partenaires reste soumise à la réalisation de certaines conditions et au respect de procédures d’information et de consultation des salariés. EY Corporate Finance est intervenu comme conseil du Groupe La Française dans le cadre de la transaction.

Accélérer le développement de CD Partenaires

« Avec Finaveo Partenaires, dont nous connaissons très bien la direction et les actionnaires, nous avons trouvé le partenaire qui va permettre l’accélération des développements de la plateforme CD Partenaires », précise Patrick Rivière, Directeur Général du Groupe La Française.

« Cette opération confortera davantage encore la position d’acteur de référence de Finaveo Partenaires sur le marché des services aux professionnels du conseil en investissement, avec un volume d’environ 5 milliards d’euros administrés », ajoute Bruno Narchal, Président du Groupe Crystal.

Lire (2 min.)

L’UBP lance une nouvelle stratégie de crédit « long/short »

L’Union Bancaire Privée — UBP SA (« UBP ») basée en Suisse — annonce ce lundi 18 mars le lancement d’une nouvelle stratégie sur sa plateforme alternative UCITS, baptisée U Access (IRL) GCA Credit Long/Short UCITS. Ce fonds de crédit « long/short » est lancé en partenariat avec Global Credit Advisers (« GCA »), société de gestion alternative basée à New York. La société GCA assurera la gestion du nouveau fonds, notamment grâce à l'expertise de son CIO et Cofondateur, Steven Hornstein.

Steven Hornstein dispose d'une solide expertise en crédit corporate « long/short » sur le segment alternatif. Il a travaillé plus de 18 ans dans ce domaine chez Donaldson, Lufkin & Jenrette Inc. (DLJ). Il a aussi exercé l'activité de gérant de portefeuille auprès de deux hedge funds, avant de lancer la société GCA en 2008.

Base de données et analystes expérimentés

Le nouveau fonds UCITS repose sur une stratégie de crédit corporate « long/short » gérée activement, et centrée principalement sur les obligations « investment-grade » et « high yield », ainsi que sur la dette « distressed ». La stratégie suit un processus de recherche fondamentale, qui s’appuie sur une base de données établie sur plusieurs décennies, mais aussi sur une équipe d’analystes très expérimentés en matière de crédit corporate.

« Selon nous, à ce stade du cycle, il existe de nombreuses opportunités pour une stratégie de crédit long/short », déclare Nicolas Faller, Co-CEO de la division Asset Management de l’UBP. Steven Hornstein ajoute « nous avons, ces dix dernières années, démontré notre capacité à gérer avec succès notre stratégie de crédit long/short ». De quoi étendre l'offre avec un format UCITS, tout en étoffant la gamme de produits de l’UBP.

Lire (2 min.)

Lancement de Mandarine Global Microcap

Pour dénicher ces pépites, le gérant du fonds, Sébastien Lagarde, mise sur un processus d’investissement combinant une approche quantitative et une approche discrétionnaire, lui permettant d’analyser et évaluer un large univers d’investissement, composé de plus de 22 000 titres internationaux dont la capitalisation boursière est inférieure à 700M€. Afin de réaliser sa sélection de titres, le gérant applique tout d’abord un filtre de liquidité, pour ne retenir que les valeurs dont le volume d’échange quotidien est supérieur à 250K€. Il s’appuie ensuite sur des indicateurs de valorisation, de price momentum, de croissance, de qualité et de sentiment pour construire un portefeuille diversifié de 330 valeurs environ. Résultat de son processus d’investissement, le fonds Mandarine Global Microcap présente de faibles biais sectoriels et géographiques par rapport à son indice de référence. Depuis sa création en juillet 2016, il affiche une performance de +40,9%, contre +35,5% pour son indice de référence, le MSCI World Micro Cap NR (au 24/05/2018). Deux ans après son lancement et désormais activement commercialisé, le fonds Mandarine Global Microcap affiche un actif sous gestion de 80 millions d’euros. Mandarine Gestion gère ainsi près de 250 millions d’euros sur son expertise actions de très petites capitalisations boursières au travers de deux fonds phares : Mandarine Europe Microcap (162 M€ sous gestion au 24/05/2018) et Mandarine Global Microcap.
Lire (1 min.)

Interview de Sébastien RIBEIRO - Keren Finance : Investir dans l'innovation à fort potentiel

Dans le contexte actuel de reprise économique, Keren Finance adopte une stratégie à fort potentiel de valorisation. La société investit dans de nombreux projets innovants (IA, big data, cybersécurité ...), mais aussi dans des industries plus classiques, comme le recyclage de métaux ou le camping car. Sébastien Ribeiro, gérant actions de Keren Finance, nous explique le point commun entre ces entreprises : toutes bénéficient d'un cycle de croissance important, laissant espérer de gros rendements.
Voir (<3 min.)

Croissance : perspectives positives pour l’Asie

Mike Shiao
Malgré la volatilité de ce début d’année, les marchés d’Asie hors Japon devraient continuer de s’apprécier en 2018.
Lire (2 min.)

Technologie : une surperformance soutenable des GAFA ?

Gilles Constantini
Après de nombreuses années de surperformance de la technologie, certains titres du NASDAQ manifestent nervosité et volatilité depuis 1 mois. Le secteur Technologie représente désormais 24% de la cote américaine. Tiré par les GAFA et des innovations structurantes, le secteur est surpondéré dans de nombreux portefeuilles. L’hégémonie de la Technologie a-t-elle atteint un pic ?
Lire (3 min.)

Ardian accompagne Eloquant dans sa croissance en France et à l’international

Ardian — acteur mondial de l’investissement privé — annonce ce lundi 18 mars avoir pris une participation minoritaire au capital d’Eloquant — éditeur de logiciels en mode SaaS et spécialiste en gestion de la relation client multicanale — dans le cadre d'une opération d’OBO aux côtés de ses investisseurs historiques et du management.

Vers une stratégie de croissance externe active

Créée en 2001 à Grenoble, Eloquant compte dans son portefeuille client des ETI et des grands groupes avec une activité BtoB ou BtoC. L’opération vise à soutenir la dynamique commerciale de la société. Objectif, poursuivre une stratégie de croissance externe active en France et à l’international. « Nous avons entamé un nouveau cycle de croissance fondée sur notre capacité d’innovation et la réalisation de croissances externes ciblées », précise Laurent Duc, PDG d’Eloquant.

Romain Chiudini, Chef de projet chez Ardian Growth, ajoute : « Eloquant a prouvé la pertinence et la valeur de son offre sur le marché français avec l’ambition de s’imposer à l’international. C’est le bon moment pour Ardian Growth de rejoindre l’équipe entrepreneuriale pour accélérer la croissance, en particulier avec des acquisitions en Europe. »

Lire (1 min.)

Critères ESG : les PRI et le CFA Institute analysent les meilleures pratiques

Le CFA Institute et les Principes pour l’Investissement Responsable (PRI) publient ce lundi 18 mars leur 3e rapport sur l’intégration des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans le monde. Plus d'une vingtaine d'ateliers ont été organisés à travers le monde, et 1 100 professionnels de la finance interrogés. L'enquête s’appuie aussi sur de précédents travaux, publiés en septembre 2018.

Le nouveau rapport — « ESG Integration in Europe, the Middle East and Africa : Markets, Practices and Data » (en anglais) — se penche sur la région Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA) et analyse notamment 8 grands marchés. Parmi eux figurent l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni, l’Afrique du Sud et les pays du Golfe. Le 4e et dernier rapport de cette série, couvrant la région Asie-Pacifique, sera publié dans le courant de l’année 2019.

Quelles conclusions tirer de ce nouveau rapport ?

  • Il n’existe pas de « solution miracle » ni de pratiques uniformes permettant et facilitant l’intégration des critères ESG.
  • Les investisseurs devraient se concentrer davantage sur l’analyse plutôt que sur l’investissement ESG. L'analyse ESG constitue un élément fondamental de l’analyse des investissements. Elle exige une approche disciplinée et basée sur des données pour être pleinement intégrée dans le processus d’investissement.
  • Bien que les gérants de portefeuille et les analystes intègrent souvent les facteurs ESG dans leur processus d’investissement, ils ajustent rarement leurs modèles en fonction des données ESG.
  • La gestion des risques et la demande des clients constituent les principaux moteurs de l’intégration des critères ESG. En revanche, une faible compréhension des problématiques ESG et l’absence de données ESG comparables restent les principaux freins à cette intégration des critères ESG.
  • La gouvernance est le principal critère ESG que les investisseurs intègrent dans leurs processus, même si les critères environnementaux et sociaux prennent de l’ampleur.
  • L’intégration des critères ESG est beaucoup plus avancée dans l’univers des actions que dans l’univers des obligations.

Focus sur le marché français

Le nouveau rapport consacre une large section à l’intégration des critères ESG sur le marché français. Dans l'Hexagone, la gouvernance d’entreprise reste l’enjeu ESG le plus intégré dans le processus d’investissement, à la fois pour les actions et les obligations. Cependant, les répondants à l'enquête estiment que les facteurs environnementaux devraient dépasser le sujet de gouvernance d’ici à 2022. Selon eux, les sujets environnementaux affecteront principalement les actions et les obligations d’entreprise.

Par ailleurs, comme dans la plupart des autres marchés, la demande des clients et la gestion des risques constituent les principaux moteurs de l’intégration des facteurs ESG. D'après les répondants à l'enquête, les évolutions réglementaires devraient gagner une influence croissante en France, plus que dans les autres marchés.

Servir d'exemple aux investisseurs du monde entier

« La zone EMEA est la région où l’intégration des critères ESG est la plus sophistiquée, de nombreux analystes et investisseurs institutionnels en Europe faisant même figure de pionnier en intégrant ces facteurs ESG depuis de nombreuses années. Nous espérons que ce rapport, ainsi que les autres rapports de la série, pourront offrir des conseils et des lignes directrices aux investisseurs et analystes du monde entier », explique Paul Smith, Président et Directeur général du CFA Institute.

Lire (5 min.)

Voiture électrique : RobecoSAM remporte un mandat auprès de Daiwa SBI

Lancée le 24 janvier 2018, cette stratégie investit dans les entreprises mondiales qui participent à la révolution liée aux véhicules électriques, en se concentrant sur quatre grands sous-segments d’investissement : les fournisseurs de composants, constructeurs et sous-traitants de véhicules électriques, les réseaux électriques et infrastructures de charge, la connectivité et la conduite autonome. Outre une définition approfondie de ces sous-thématiques et de leurs univers d’investissement, les aspects ESG importants sur le plan financier sont également pris en compte à l’échelle de l’entreprise, renforçant ainsi le processus de valorisation financière traditionnel. Distribuées auprès des investisseurs japonais, cette stratégie d’investissement compte plus de 143 milliards JPY d’actifs, soit environ 1,4 milliard USD, au 27 mars 2018.
Lire (1 min.)

Obligations d’entreprises « high yield » : une solution intéressante

Stefan Kreuzkamp
Les investisseurs sont de plus en plus nombreux à s’intéresser aux obligations d'entreprises « high yield » libellées en dollars. En pour cause : à long terme, ces actifs offrent un rendement supérieur aux obligations « high yield » libellées en euros.
Lire (3 min.)