Marchés financiers : des poches d’exubérance

César Pérez Ruiz
Au 1er trimestre 2021, l’économie américaine poursuit son rebond. Le fonds de relance européen devrait stimuler la croissance. En Chine, la dynamique de croissance pourrait avoir atteint son pic. Comment identifier les opportunités d'investissement malgré les poches d'exubérance ? L'analyse de César Perez Ruiz, responsable des investissements et CIO chez Pictet Wealth Management.
Lire (3 min.)

Cryptomonnaie : Coinbase fait une entrée fracassante à la bourse de New York

Ce mercredi 14 avril, Coinbase Global a réussi son entrée en bourse (IPO) à New York. Le signe d'une normalisation des cryptomonnaies dans le monde de la finance ? Quelle place donner au bitcoin dans une allocation de portefeuille ? Le point avec Le Courrier Financier.
Lire (4 min.)

Bernard Madoff : l’escroc financier est mort en prison

Cette semaine, Bernard Madoff est décédé dans sa prison de Caroline du Nord (Etats-Unis). Connaissez-vous les ressorts de la plus grosse affaire d'escroquerie financière de ces dernières décennies ? Le point avec Le Courrier Financier.
Lire (4 min.)

Momentum – Etats-Unis : plans de relance et surchauffe inflationniste

Même certains keynésiens mettent en garde contre une surchauffe inflationniste causée par des plans de relance excessifs. Sur le terrain, la hausse des prix concerne déjà de nombreux secteurs. En absence de krach à la hausse des matières premières, les loyers et les salaires demeurent les facteurs principaux d'une possible poussée d'inflation. Notre expert Waldemar Brun-Theremin vous livre son analyse dans ce nouveau Momentum, votre incontournable rendez-vous financier !
Voir (<4 min.)

Pan-European II Private Debt : Muzinich & Co. annonce le troisième closing du fonds

Muzinich & Co. — société de gestion indépendante, spécialisée dans la dette publique et privée d’entreprises — annonce ce lundi 19 avril le troisième closing de son fonds « Muzinich Pan-European II Private Debt » à 342 millions d’euros. Le fonds finance la croissance des PME-ETIs dans le cadre de leurs projets d’acquisitions, d’expansions ou de transitions pour des entreprises familiales ou détenues par leurs fondateurs.

Les équipes locales de Muzinich & Co sont déployées à travers l’Europe pour assurer sur le terrain la recherche et l'origination de transactions. Ce fonds fait suite au closing réussi du premier fonds Pan-European Private Debt en 2018, pour un montant de 706,5 millions d'euros.

Attractivité de la dette privée

« L'intérêt des investisseurs pour la dette privée ne cesse de croître, car il s'agit de l'une des classes d'actifs susceptibles d'offrir un rendement supérieur à celui des investissements obligataires traditionnels. En tant que l'un des rares prêteurs privés concentrés sur le marché des PME-ETIs, nous pensons que nos équipes locales sont idéalement positionnées pour déceler des opportunités au sein d’un marché à la fois large et diversifié », déclare Kirsten Bode, Co-responsable de la dette privée paneuropéenne.

« Dans les circonstances exceptionnelles actuelles, et d’autant plus suite à la crise du COVID-19, de nombreuses entreprises européennes touchées par la pandémie auront besoin de solutions de financement flexibles. Nous pensons que notre réseau expérimenté et étendu de spécialistes locaux souligne notre forte empreinte en Europe et nous donne un avantage pour identifier des entreprises présentant des caractéristiques de crédit favorables », ajoute Rafael Torres, Co-responsable de la dette privée paneuropéenne.

Lancée en 2014, la plateforme de dette privée de Muzinich est actuellement composée de 37 professionnels de l'investissement répartis sur 12 sites en Europe, aux États-Unis et en Asie. La plateforme de la société affiche 1,9 milliard de dollars US d’engagements de capitaux et plus de 1,1 milliard de dollars US de capital investi et se concentre sur l’offre de solutions de financement flexibles aux entreprises de taille intermédiaire.

Lire (2 min.)

Partenariat : le groupe Horizon et Urba Select créent Horizon Etudes

Le groupe Horizon — spécialiste du financement, de la conception, de la réalisation et de la commercialisation de projets immobiliers — annonce ce lundi 19 avril s'associer avec Urba Select, expert de la collecte et du traitement de datas immobilières. Ensemble, ces deux acteurs annoncent la création d’Horizon Etudes.

Stratégie de développement

Objectif de ce partenariat, réaliser l’étude de marché la plus précise possible, afin d’évaluer au mieux le chiffre d’affaires potentiel d’une opération immobilière. Le groupe Horizon et Urba Select associent leurs expertises afin de proposer des études fiables grâce à des données démographiques, sociologiques, urbaines et immobilières de qualité.

« Forts de nos différentes expériences et de notre connaissance du marché, nous avons additionné nos expertises afin de proposer aux professionnels de l’immobilier des études complètes et novatrices, indispensables à une prise de décision aviséeNotre objectif est de devenir un acteur de référence de l’étude de marché sur le territoire national », explique Morhad Hadji, dirigeant du groupe Horizon.

L'apport des data-sciences

Horizon Études se démarque avec un espace client qui simplifie la recherche. Sa cartographie dynamique qui regroupe l’ensemble des études commandées. Une analyse exhaustive de la captation de prospects — intégrant les flux des populations et les flux d’acheteurs — est fournie dans l’étude. Elle est livrée en moins d’une semaine avec des données analysées et vérifiées par une équipe d’experts formés à l’immobilier résidentiel.

« Horizon Études associe les datas-sciences à l’expertise métier de la commercialisation et nous permet ainsi de proposer les stratégies de positionnement les plus pertinentes en combinant les deux niveaux d’analyse? Nous réfléchissons sans cesse à trouver des indicateurs intelligents et donner du sens à nos données », déclare Clément Vanderperre, fondateur et CTO d’Urba Select. Le Groupe Horizon étoffe ainsi son offre de services.

Lire (2 min.)

Marchés financiers : des giboulées en avril ?

Thomas Planell
Le printemps 2021 se place sous le signe de la reprise, avec toutefois quelques bourrasques à prévoir. Côté international, quel sera l'impact de la guerre commerciale qui se poursuit entre la Chine et les Etats-Unis ? Quels sont les points de vigilance pour les investisseurs à l'heure des résultats des entreprises ? Thomas Planell, Gérant-analyste chez DNCA.
Lire (5 min.)

Etats-Unis : des ressources insoupçonnées

Alexis Bienvenu
Face à la crise sanitaire, les Etats-Unis se retrouvent au pied du mur de la dette. Comment éviter l'inflation galopante ? Quel impact sur la fiscalité des entreprises ? L'analyse d'Alexis Bienvenu, gérant chez La Financière de l'Echiquier (LFDE).
Lire (4 min.)

Marchés financiers : une semaine très chargée attend les investisseurs

Vincent Boy
Cette semaine, plusieurs événements auront un impact majeur sur les marchés financiers. L'IPO de Coinbase va-t-elle définitivement intégrer les crypto-actifs dans l'univers financier mondial ? Quel impact auront les importantes émissions d'obligations américaines sur l'inflation ? Quels indicateurs faut-il surveiller ? Le point avec Vincent Boy, Analyste marché chez IG France.
Lire (3 min.)

High Yield : AXA IM lance son premier fonds bas carbone en obligations américaines

AXA Investment Managers (AXA IM) — gestionnaire d’actifs — annonce le lancement du fonds AXA WF US High Yield Bonds Low Carbon, illustrant son engagement à offrir de la valeur durable et sur le long terme à ses clients, tout en favorisant un changement significatif pour la société et l’environnement, en recherchant notamment à limiter les émissions de gaz à effet de serre à travers ses investissements.

Intégrer les critères ESG

Ce fonds intègre des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). Il adoptera une approche d'investissement responsable et exclura certains secteurs les plus intensifs en carbone — notamment les métaux, les producteurs miniers et sidérurgiques, et la plupart des sous-secteurs de l'énergie et des services aux collectivités. Les scores ESG des entreprises investies seront pris en compte dans le processus d'investissement.

Ce fonds fait partie de la gamme ACT d’AXA IM et applique les politiques d’exclusion sectorielle et les standards  ESG d’AXA IM, qui incluent des filtres pour minimiser l’exposition aux entreprises ayant de faibles scores ESG. La recherche ESG et des indicateurs de performance clés, dont les scores d'intensité en carbone et en eau, constitueront des éléments clés du processus de prise de décision en matière d'investissement.

Stratégie d'allocation

Au sein de l'univers investissable restant, les scores d'intensité carbone et de consommation d’eau des émetteurs seront analysés pour éviter les entreprises considérées comme excessivement consommatrices dans ces domaines. Cela contribue en outre à l’objectif du fonds en matière d’intensité de carbone et de consommation d’eau, à savoir 20 % inférieur au moins à celui de l’indice ICE BofA US High Yield.

Les allocations d’actifs du fonds seront ensuite déterminées par une évaluation fondamentale du crédit et une analyse de la valeur relative. Au sein du portefeuille, au moins 90 % des entreprises seront dotées d’un score ESG, au moins 90 % auront un score d’intensité carbone, et au moins 70 % des entreprises auront un score de consommation d’eau.

Distribution du fonds

Le fonds investit dans des entreprises qui, selon nous, mettent en œuvre des plans crédibles visant à réduire l’intensité carbone et la consommation d’eau dans le futur ou qui offrent des produits permettant à d’autres sociétés d’améliorer leurs empreintes environnementales. AXA IM mettra également à profit ses capacités d’engagement actionnarial ESG pour encourager les entreprises à améliorer leur impact environnemental.

Le fonds qui vient compléter l’offre d’investissement responsable d’AXA IM, intègre la gamme de fonds ACT. Il est catégorisé « article 9 » selon la réglementation européenne Sustainable Finance Disclosure Regulation (SFDR) et en catégorie « approches fondées sur un engagement significatif » pour la prise en compte des éléments extra-financiers dans la gestion, selon la nouvelle doctrine AMF.

Le fonds est enregistré et disponible pour les clients professionnels et particuliers en France, en Allemagne, en Autriche, en Belgique, au Danemark, en Finlande, en Italie (pour les professionnels uniquement), au Liechtenstein, en Norvège, en Espagne, aux Pays-Bas, au Portugal, au Royaume-Uni, en Suède et au Luxembourg.

Transition bas-carbone

« Chez AXA IM, nous avons la conviction que l’économie mondiale est entrée dans une « décennie de transition » vers un modèle plus durable et décarboné. Au cours de cette transition, nous pensons que les portefeuilles visant à réduire de manière proactive l'intensité carbone, au travers des entreprises dans lesquelles ils investissent, devraient être mieux positionnés pour résister aux risques non financiers et surperformer l'ensemble du marché , malgré un risque de perte en capital », commente Carl « Pepper » Whitbeck, gérant du fonds AXA WF US High Yield Bonds Low Carbon.

« L'intensité carbone et la consommation d'eau sont deux indicateurs clés de performance ESG largement suivis et parmi les indicateurs les plus importants à prendre en compte lors de l'analyse de l'impact environnemental des entreprises dans l’univers du haut rendement spéculatif américain. Nous considérons le fonds AXA WF US High Yield Bonds Low Carbon comme une stratégie américaine à haut rendement traditionnelle qui peut être facilement comparée à l'indice de référence plus large, mais avec une empreinte carbone nettement inférieure pour aider les clients à atteindre leurs objectifs ESG. »

« Dans le cadre de la recherche continue de rendement, l'amélioration de la prédominence de la notation ESG pour les entreprises de l'univers du haut rendement spéculatif américain ces dernières années a permis le développement de portefeuilles américains à faible émission de carbone dans cette classe d’actifs. De notre expérience, éviter les émetteurs à forte intensité de carbone a été bénéfique à la fois en termes de rendement mais aussi de volatilité », conclut-il.

Lire (5 min.)

Neutralité carbone : Ivanhoé Cambridge s’engage à l’atteindre en 2040

Ivanhoé Cambridge — filiale de la Caisse de dépôt et placement du Québec— annonce ce mardi 20 avril un programme qui vise à atteindre la neutralité carbone de son portefeuille international en 2040. Face à l’urgence climatique, et parce que le secteur de l’immobilier et de la construction représente près de 40 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES), la société accélère sa stratégie de décarbonation.

La portée de cet engagement concerne les cinq continents sur lesquels Ivanhoé Cambridge détient ses propriétés, en exclusivité ou au travers de partenariats, soit aujourd’hui environ 800 propriétés de classes d’actifs variées : immeubles de bureaux, bâtiments logistiques, centres commerciaux, unités résidentielles et hôtels.

Neutralité carbone

« Notre démarche vient également renforcer la résilience de nos actifs, car les investissements durables seront plus rentables à long terme. En droite ligne avec la mission d’Ivanhoé Cambridge d’avoir un impact positif sur les communautés où nous sommes présents, notre démarche environnementale participera significativement à l’amélioration de la qualité de vie des utilisateurs », déclare Nathalie Palladitcheff, présidente et cheffe de la direction d’Ivanhoé Cambridge.

Ivanhoé Cambridge agit de manière proactive sur deux fronts : d’une part, les risques physiques provoqués par les changements climatiques ; et d’autre part les risques et opportunités liés à la transition vers une économie bas carbone. La société prend l’engagement d’atteindre la neutralité carbone de son portefeuille d’ici 2040. En 2025, un premier jalon de réduction de 35 % de l'intensité carbone devrait être atteint par rapport à 2017, avec une réduction de près de 20 % déjà atteinte en 2020.

Par ailleurs, Ivanhoé Cambridge augmentera ses investissements sobres en carbone de plus de 6 Mds$ canadiens (4 Mds€) d’ici 2025 par rapport à 2020. Depuis 2017, les investissements sobres en carbone de la société ont déjà progressé de près de 200 %, soit 14,6 Mds$ canadiens (9,73 Mds€) au 31 décembre 2020. Ces bons résultats permettent d’ores et déjà à Ivanhoé Cambridge d’accroître et de diversifier ses financements verts, dont les conditions sont en partie liées à l’intensité carbone de ses actifs.

Enjeux climatiques

La société s'engage à atteindre le zéro-carbone dès 2025 pour tous ses projets de développement. Les équipes travailleront sur la prise en compte du carbone associé à la construction — notamment les matériaux. « Nous visons à ce que la trajectoire carbone de notre portefeuille soit compatible avec l’Accord de Paris. Notre feuille de route combine des stratégies d’efficacité énergétique et d’énergie renouvelable, et d’investissement dans des actifs bas-carbone », indique Stéphane Villemain, vice-président, Responsabilité sociale d’entreprise.

Les principaux leviers seront d’améliorer l’efficacité énergétique de nos principaux actifs, de réduire significativement l’utilisation des énergies fossiles et d’augmenter l’utilisation d’énergie renouvelable dans nos propriétés. Les enjeux climatiques sont intégrés dans l’analyse d'investissement d’Ivanhoé Cambridge pour toutes les nouvelles transactions ainsi qu’en gestion d’actifs. Les propriétés bénéficient d’un plan de résilience en lien avec les risques climatiques.

Ivanhoé Cambridge est noté 5 étoiles au sondage GRESB, ce qui place la société dans le top 20 % des participants GRESB à l’échelle mondiale. Avec un score de 89/100 pour son portfolio géré, Ivanhoé Cambridge se place au premier rang du groupe des centres commerciaux en Amérique du Nord pour la deuxième année consécutive. En outre, Ivanhoé Cambridge affiche la note maximaledans l’évaluation GRESB de sa gestion en matière de responsabilité sociale d’entreprise (leadership, politiques et reporting).

Lire (4 min.)

Transition écologique : Eurazeo lance le fonds « Article 9 » pour le secteur maritime

Eurazeo — groupe d'investissement mondial — annonce ce mardi 20 acril le lancement du fonds thématique « Sustainable Maritime Infrastructure » qui financera dans le secteur maritime des infrastructures et des technologies plus respectueuses pour l’environnement.

Le fonds aura ainsi pour objectif le développement durable au sens de l’article 9 du règlement (UE) 2019/2088 (dit « règlement Disclosure »). Il participera directement au déploiement d’O+, la stratégie ESG du Groupe dont l’un des piliers est l’atteinte de la neutralité nette carbone d'ici 2040.

« De nombreux investisseurs sont aujourd’hui à la recherche de programmes d’investissement ayant un impact concret dans la décarbonisation et la transition écologique. Le fonds « Sustainable Maritime Infrastructure » se distingue par une protection du capital renforcée », déclare Christophe Bavière, membre du Directoire d’Eurazeo.

300 millions d'euros

90 % des marchandises mondiales sont transportées par la mer. La transition du secteur maritime constitue donc un enjeu crucial dans la lutte contre le dérèglement climatique. Le fonds financera en priorité trois types d’infrastructures : navires dotés de technologies de pointe plus respectueuses de l’environnement, équipements portuaires innovants, et actifs contribuant au développement des énergies renouvelables en mer.

Il accompagnera une cinquantaine d’infrastructures européennes qui soutiendront la transition de l’économie maritime vers une économie neutre en carbone à l’horizon 2050, en alignement avec l’ambition annoncée dans le cadre du « Green Deal » européen. Plusieurs investisseurs souverains et institutionnels de renom ont déjà confirmé leur participation dans le fonds, dont la taille cible s’élève à 300 M€.

Ce fonds de leasing — qui sera géré par Idinvest Partners — présentera pour les investisseurs un profil de risque particulièrement sécurisé par la détention des actifs en propre. A travers des opérations de financement d’actifs, il générera des distributions trimestrielles issues des loyers perçus et bénéficiera d’un SCR (Solvency Capital Requirement) inférieur à 10 %.

Réduire les émissions

Depuis le 1er janvier 2020, en vertu de la nouvelle réglementation de l’Organisation Maritime Internationale (OMI) sur la réduction de la teneur en soufre des carburants (0,5 % au lieu de 3,5 %), les compagnies maritimes doivent réduire significativement leurs émissions.

Cette réglementation s’inscrit dans la stratégie globale de l’OMI et vise à réduire les émissions totales de GES du secteur du transport maritime d’au moins 50 % d’ici 2050 par rapport aux niveaux de 2008. Le fonds participera à la réduction des GES ainsi qu’à celle des émissions d’oxydes de soufre (Sox) et d’oxydes d’azote (NOx), qui sont très nocives pour la qualité de l’air.

Les réductions d’émissions permises par les investissements du fonds seront mesurées grâce à des indicateurs quantitatifs. La méthodologie utilisée a été revue par des experts indépendants. L’évaluation des émissions réduites fera l’objet d’un audit externe annuel. Le label LuxFLAG a été décerné au fonds en janvier 2020. L’obtention de ce label reflète la prise en compte des critères ESG à chaque étape du processus.

Lire (3 min.)

Marchés financiers : le T2 2021 apportera des réponses sur l’expérimentation américaine

Sebastian Paris-Horvitz
Le trimestre qui vient sera crucial pour les marchés. Les regards seront tournés vers les Etats-Unis afin de trouver les premières réponses à l’expérimentation de « l’économie de surchauffe ». Quelle accélération de l’activité aurons-nous, avec des plans de soutiens considérables pour une économie déjà en reprise avec l’ouverture graduelle de l’ensemble des activités économiques ? L'éclairage de Sebastian Paris Horvitz, stratégiste chez LBPAM.
Lire (7 min.)

Momentum – Etats-Unis : quelles ambitions pour le plan de relance ?

A l'heure d'une nouvelle guerre froide sous la forme d'une rivalité technologique, le nouveau plan de relance annoncé par Joe Biden n'est que modestement tourné vers la recherche et développement. Comme sous l'administration Trump, les équipes en place à Washington ne parviennent pas encore à se donner les moyens de leurs ambitions technologiques. Notre expert Waldemar Brun-Theremin vous livre son analyse dans ce nouveau Momentum, votre incontournable rendez-vous financier !
Voir (<4 min.)