François-Xavier Combe – Easyblue : le bitcoin, « un actif de diversification à long terme » pour les épargnants

Les Français ont beaucoup épargné pendant la crise sanitaire. Entre le bitcoin, l'assurance vie ou l'immobilier, quelles sont les meilleures options pour investir ? Comment l'épargne Covid peut-elle financer la relance ? François-Xavier Combe, Fondateur de Easyblue, répond en exclusivité au Courrier Financier.
Lire (5 min.)

Transition énergétique : CNP Assurances et Tikehau Capital lancent une UC de capital-investissement

CNP Assurances et son partenaire Tikehau Capital — groupe de gestion d’actifs alternatifs — annoncent ce mercredi 7 avril le lancement de l'unité de compte (UC) « CNP Relance et Climat » sur le thème de la transition énergétique, en exclusivité pour les clients de CNP Patrimoine. Elle permet aux investisseurs individuels d'accéder à des actifs non cotés, dans le cadre d'un fonds de private equity labellisé « Relance ». Objectif, investir dans l’économie réelle pour répondre à l’urgence climatique.

À travers ce partenariat, CNP Assurances propose une alternative intéressante aux placements cotés, avec l’accès à un fonds de Private Equity réservé jusqu’ici aux investisseurs institutionnels. Ce fonds de conviction permet d'accompagner la croissance de sociétés sélectionnées avec rigueur par  Tikehau Capital, pour leur potentiel de croissance et leur contribution active à la lutte contre le changement climatique.

Fonds propres des PME-ETI

Tikehau Capital lance dès 2018 le premier fonds de Private Equity dédié à la transition énergétique, dans lequel il a lui-même réalisé un investissement de 100 millions d’euros au travers de son bilan, et dont CNP Assurances est un des investisseurs de référence. Cette plateforme vise à accélérer la croissance des PME-ETI européennes qui apportent une réponse à l’urgence climatique et contribuent à la transition vers une économie bas carbone.

Ce fonds de Tikehau Capital — souscrit à hauteur d’un milliard d’euros par des investisseurs institutionnels dont en particulier CNP Assurances — a été labellisé « Relance » fin 2020. Pour rappel, ce label est une initiative du Gouvernement français dans le cadre du plan de relance de l’économie française dans le contexte de crise sanitaire.

L’épargne française représente aujourd’hui un volume de 3 300 milliards d’euros. La crise de la Covid-19 a révélé le déficit en fonds propres des PME-ETI et la criante nécessité d’accélérer dans le domaine de la transition vers une économie moins carbonée. Il est ainsi primordial d’orienter cette épargne vers le financement d'entreprises qui favorisent un modèle de production moins dépendant des énergies fossiles.

Donner du sens à son épargne

« Cette UC de Private Equity permet, dans le cadre de l’assurance vie, de donner du sens à son épargne en participant au financement de la transition énergétique, qui représentera la plus grosse opportunité d’investissement des dix prochaines années. Cette UC que nous avons baptisée CNP Relance et Climat participe, par ailleurs, à l’engagement de CNP Assurances en faveur de la transition énergétique et pour la limitation du réchauffement climatique selon les termes de l’Accord de Paris », déclarent Cécile Blondeau-Dallet et François Guilgot, co-directeurs de la business unit ingénierie et clientèles patrimoniales de CNP Assurances.

« L’épargne mondiale représente 80 000 milliards de dollars. Selon l’Agence Internationale de l’Energie, 10 % de celle-ci permettrait de répondre aux besoins d’investissement des dix prochaines années pour la transition énergétique et ainsi respecter les Accords de Paris et les préconisations du GIEC, visant à limiter le réchauffement climatique sous deux degrés », ajoutent Emmanuel Laillier, responsable du Private Equity pour Tikehau Capital aux côtés de Mathieu Badjeck et Pierre Abadie, co-gérants du fonds de transition énergétique de Tikehau Capital.

« Nous pensons qu’il s’agit d’un objectif atteignable, et ce fonds s’inscrit dans cette ambition. À travers cette initiative avec CNP Assurances, nous souhaitons proposer aux investisseurs individuels de contribuer à la restauration de la capacité d’investissement des entreprises en sortie de crise répondant ainsi à leur demande croissante de donner du sens à leur épargne tout en leur procurant une revalorisation de leurs investissements », concluent-ils.

Lire (4 min.)

Janvier 2021 : l’assurance vie démarre l’année d’un bon pied

Philippe Crevel
Début 2021, l'assurance vie confirme son regain de forme. Janvier reste traditionnellement un mois porteur pour ce type de produit d'épargne. Quels arbitrages les Français privilégient-ils, tandis que la crise sanitaire se prolonge ? L'éclairage de Philippe Crevel, Directeur du Cercle de l'Epargne.
Lire (3 min.)

Assurance vie : les atouts des UC immobilières

Romain Welsch
L'environnement de taux bas actuel offre peu de rendement aux épargnants détenteur d'une assurance vie. Quels atouts les unités de compte (UC) immobilières présentent-elles ? Faut-il miser sur ce sous-jacent malgré la crise sanitaire ? Les explications de Romain Welsch, Président de Theoreim.
Lire (6 min.)

Transition écologique : Eurazeo lance le fonds « Article 9 » pour le secteur maritime

Eurazeo — groupe d'investissement mondial — annonce ce mardi 20 acril le lancement du fonds thématique « Sustainable Maritime Infrastructure » qui financera dans le secteur maritime des infrastructures et des technologies plus respectueuses pour l’environnement.

Le fonds aura ainsi pour objectif le développement durable au sens de l’article 9 du règlement (UE) 2019/2088 (dit « règlement Disclosure »). Il participera directement au déploiement d’O+, la stratégie ESG du Groupe dont l’un des piliers est l’atteinte de la neutralité nette carbone d'ici 2040.

« De nombreux investisseurs sont aujourd’hui à la recherche de programmes d’investissement ayant un impact concret dans la décarbonisation et la transition écologique. Le fonds « Sustainable Maritime Infrastructure » se distingue par une protection du capital renforcée », déclare Christophe Bavière, membre du Directoire d’Eurazeo.

300 millions d'euros

90 % des marchandises mondiales sont transportées par la mer. La transition du secteur maritime constitue donc un enjeu crucial dans la lutte contre le dérèglement climatique. Le fonds financera en priorité trois types d’infrastructures : navires dotés de technologies de pointe plus respectueuses de l’environnement, équipements portuaires innovants, et actifs contribuant au développement des énergies renouvelables en mer.

Il accompagnera une cinquantaine d’infrastructures européennes qui soutiendront la transition de l’économie maritime vers une économie neutre en carbone à l’horizon 2050, en alignement avec l’ambition annoncée dans le cadre du « Green Deal » européen. Plusieurs investisseurs souverains et institutionnels de renom ont déjà confirmé leur participation dans le fonds, dont la taille cible s’élève à 300 M€.

Ce fonds de leasing — qui sera géré par Idinvest Partners — présentera pour les investisseurs un profil de risque particulièrement sécurisé par la détention des actifs en propre. A travers des opérations de financement d’actifs, il générera des distributions trimestrielles issues des loyers perçus et bénéficiera d’un SCR (Solvency Capital Requirement) inférieur à 10 %.

Réduire les émissions

Depuis le 1er janvier 2020, en vertu de la nouvelle réglementation de l’Organisation Maritime Internationale (OMI) sur la réduction de la teneur en soufre des carburants (0,5 % au lieu de 3,5 %), les compagnies maritimes doivent réduire significativement leurs émissions.

Cette réglementation s’inscrit dans la stratégie globale de l’OMI et vise à réduire les émissions totales de GES du secteur du transport maritime d’au moins 50 % d’ici 2050 par rapport aux niveaux de 2008. Le fonds participera à la réduction des GES ainsi qu’à celle des émissions d’oxydes de soufre (Sox) et d’oxydes d’azote (NOx), qui sont très nocives pour la qualité de l’air.

Les réductions d’émissions permises par les investissements du fonds seront mesurées grâce à des indicateurs quantitatifs. La méthodologie utilisée a été revue par des experts indépendants. L’évaluation des émissions réduites fera l’objet d’un audit externe annuel. Le label LuxFLAG a été décerné au fonds en janvier 2020. L’obtention de ce label reflète la prise en compte des critères ESG à chaque étape du processus.

Lire (3 min.)

Contrôle fiscal 2020 : Bercy en a réalisé plus de 365 000, malgré la crise sanitaire

Le ministère de l'Économie et des Finances de la République française (Bercy) publie ce mardi 20 avril une note sur les résultats du contrôle fiscal en 2020. Dans un contexte de crise économique et sanitaire, Bercy poursuit sa la lutte contre la fraude fiscale. Les opérations de contrôle et les procédures de recours après contrôle ont été suspendues entre mars et juin 2020. Ils ont repris progressivement entre juillet et septembre 2020.

Plus de 365 000 contrôles

Face à la crise sanitaire, les agents chargés du contrôle fiscal ont été mobilisés pour appuyer les mesures de soutien à l’économie : début 2021, plusieurs centaines d’agents du contrôle fiscal sont mobilisés sur d’autres missions, dont une cinquantaine au sein de la cellule dédiée pour traiter les aides les plus importantes du Fonds de solidarité. 365 200 contrôles ont été menés en 2020 malgré le contexte sanitaire (-17 % par rapport à 2019).

Le montant des sommes mises en recouvrement a ainsi diminué de 30 % pour atteindre 8,2 Mds€.  Compte tenu de la difficulté à organiser des contrôles directement au sein des entreprises, la priorité a été donnée aux contrôles sur pièces, dont le nombre n’a diminué que de 5 % par rapport à 2019. En 2020, les encaissements suite à contrôle fiscal atteignent 7,79 Mds€ soit un niveau proche de ceux de l’année 2018 (7,73 Mds€).

Le recouvrement des sommes dues après contrôle s’est amélioré avec un taux brut de recouvrement passant de 51 % à 59 %. L’activité juridictionnelle s’est également maintenue malgré la situation sanitaire : 1 484 dossiers d’escroquerie ou de fraude fiscale démontrée ou présumée ont conduit à une saisine de l’autorité judiciaire. Le nombre de procédures de « police fiscale » (présomptions caractérisées de fraude) se maintient.

Face à la crise sanitaire...

En 2020, la crise sanitaire a appelé « une attitude bienveillante des services de contrôle à l’égard des contribuables de bonne foi qui se trouvaient en grande difficulté financière », rappelle Bercy. Dès l'été 2020, les contrôles ont privilégié les dossiers frauduleux ou ceux encadrés par des délais légaux. Le contrôle des personnes physiques non affectées par la crise, notamment dans le domaine patrimonial (successions, IFI, etc.), et celui des dispositifs d’urgence ont été privilégiés.

S’agissant du fonds de solidarité, 43 500 contrôles a posteriori ont conclu à des versements indus pour 64 M€ entre avril 2020 et avril 2021. L’action de contrôle a priori a permis d’éviter des paiements immédiats pour près de 1,8 million de demandes. La priorité a été donnée à la programmation des contrôles sur la base de l’analyse de données de masse (datamining) : le nombre de dossiers identifiés a augmenté de 50 % (150 000 dossiers, contre 100 000 en 2019) et cette méthode de programmation représente désormais près d’un tiers des contrôles contre 22 % en 2019.

Aujourd’hui, une centaine de modèles statistiques ou de requêtes correspondant à autant de risques fiscaux ont été construits et permettent de détecter des fraudes graves, des incohérences ou de simples erreurs. Les enjeux de soutien aux entreprises ont permis d’aller plus loin, en 2020, dans la construction de la nouvelle relation de confiance entre les usagers et l’administration fiscale en approfondissant la dynamique de transformation du contrôle fiscal.

...transformer le contrôle fiscal

Le nombre de contrôles qui se sont conclus par une acceptation du contribuable a encore progressé en 2020. En particulier, les régularisations en cours de contrôle ont représenté près de 40 % des contrôles à distance (+11 points) et 17 % des contrôles dans l’entreprise (+2 points) : cela représente 2,1 Md€ de droits et intérêts régularités depuis le 1er janvier 2019. Le nombre de transactions dans le cadre d’un contrôle sur pièces a également progressé de 41 % (555 transactions).

L’application systématique de la garantie fiscale dans tous les dossiers éligibles amplifie le dialogue avec les contribuables  et renforce la sécurité juridique. Ce mécanisme par lequel  l’administration accorde une garantie sur les points examinés dans le cadre d’un contrôle et n’ayant pas donné lieu à rectification, concerne près de deux entreprises vérifiées sur trois.  

« 2020 n’a pas été une année noire pour le contrôle fiscal : au contraire, les nouveaux impératifs de soutien aux entreprises ont accéléré sa transformation. Les moyens déployés pour lutter contre la fraude, notamment par le traitement des données de masse, ont permis de cibler davantage les contrôles tout en consolidant les acquis de la nouvelle relation de confiance entre les usagers et l’administration fiscale », conclut Olivier Dussopt, Ministre délégué auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, chargé des Comptes publics.

Lire (5 min.)

SCI Viagénérations : Turgot AM annonce de bonnes performances en 2020

Malgré un contexte de crise lié au Coronavirus, Turgot Asset Management (Turgot AM) — société de gestion de portefeuille indépendante — a annoncé ce jeudi 7 janvier que son fonds viager de maintien à domicile avait terminé l'année 2020 avec un encours de 141,7 M€. Par ailleurs, la SCI Viagénérations réenregistre une performance nette de cette unité de compte (UC) de + 6,81 %.

Viagénérations, maintenir les seniors à domicile

Cette SCI — dédiée à l'investissement en immobilier viager — vise à rendre possible le maintien des seniors à leur domicile, tout en augmentant leur pouvoir d'achat en rendant « liquide » leur patrimoine immobilier. Le viager permet de vendre la nue-propriété de sa résidence principale, une vente qui permettra de percevoir un important capital totalement défiscalisé sans en perdre l'usage.

La SCI ViaGénérations est uniquement accessible en UC au sein des contrats d'assurance-vie, de capitalisation et Plan d'Epargne Retraite (PER) assurés par Swiss Life, Ageas et Apicil Epargne. La SCI propose aux investisseurs une perspective de plus-value à long terme sur un patrimoine immobilier constitué de biens, acquis avec une décote auprès de seniors qui conservent le droit d'usage et d'habitation ou l'usufruit viager de leur bien.

Quelles perspectives en 2021 ?

La performance de l'UC — en hausse de + 6,73 % en 2019 et de + 6,42 en 2018 — affiche une performance record pour cette année 2020 de + 6,81 % net de frais de gestion, soit une performance cumulée de + 21,32 % depuis sa création en 2017. Ces résultats valident le modèle de ce fonds, disponible en UC dans les contrats des principales plateformes du marché : Intencial Patrimoine, Ageas Patrimoine, Swiss-Life Assurance et Patrimoine, Eres, Nortia, Alpheys, Unep, etc.

En 2020, la SCI ViaGénérations a collecté 70 M€ auprès de ses partenaires historiques et clôture l'année sur une collecte record de 11,5 M€ en décembre 2020. La SCI ViaGénérations est ainsi l'UC la plus collectée chez ses partenaires assureurs. 2021 va lui permettre d'accélérer cette dynamique. La SCI ViaGénérations table raisonnablement sur une collecte de 120 à 150 M€ pour l'année 2021.

« Nous n'avons eu à déplorer aucun décès lié au Covid ce dont nous nous réjouissons. Cela donne encore plus de sens au « rester chez soi » et au « bien vieillir » pour les seniors, ce dont nous sommes particulièrement fiers. Par ailleurs, la dynamique de cette UC est vertueuse : plus nous avançons dans le temps, plus nous avons un risque de mortalité faible, plus la performance est solide. Deux éléments forts qui devraient être de nature à attirer de nouveaux investisseurs chaque jour plus nombreux » se réjouit Thibault Corvaisier, Directeur de la Gestion Immobilière, SCI ViaGénérations.

Lire (3 min.)

Assurance vie : Mon Petit Placement et Generali Vie lancent « Mon Petit Placement VIE »

Mon Petit Placement — fintech lyonnaise, également incubée à Paris, qui vise à démocratiser la gestion privée — annonce ce mercredi 16 décembre avoir noué un partenariat avec l'assureur Generali Vie, spécialiste de l'épargne en ligne. Ensemble, ils lancent « Mon Petit Placement VIE », un contrat d'assurance vie 100 % digital et 100 % en unités de compte (UC).

Ce nouveau produit financier se compose de supports d'investissement haut de gamme, habituellement réservés à une clientèle fortunée. Le ticket d'entrée se situe à 300 euros, avec des versements libres programmés à hauteur de 75 euros, sans aucun frais de gestion. C'est le premier contrat que Mon Petit Placement propose en son nom. Il affirme ainsi « sa volonté de démocratiser l'investissement financier auprès des particuliers ».

Démocratiser l'assurance vie

« Notre proximité clients, notre accompagnement personnalisé — notamment à travers des conseils vidéo sur-mesure) et notre interface simple et ludique, sont ici de vrais atouts. Nous voulons permettre au plus grand nombre, même avec un faible patrimoine, de gagner en rentabilité en souscrivant à ce nouveau contrat Mon Petit Placement VIE », explique Thomas Perret, Président et fondateur de Mon Petit Placement.

« Mon Petit Placement nous a séduit par sa proposition innovante de démocratiser l'investissement auprès du plus grand nombre », abonde Corentin Favennec, directeur commercial et partenariats Grands Comptes chez Generali Patrimoine. Plus de 1 500 clients ont déjà souscrit à Mon Petit Placement. La fintech espère ouvrir plusieurs centaines de nouveaux contrats « Mon Petit Placement VIE » d'ici fin 2021. Par ailleurs, Generali Vie et Mon Petit Placement étudient d'autres pistes de collaboration.

Lire (2 min.)

Assurance vie : Mata Capital lance l’UC immobilière MCF Immocap Value

Mata Capital — société de gestion indépendante, spécialisée en fonds immobiliers pour institutionnels et groupes familiaux privés — annonce ce jeudi 3 décembre le lancement d'un fonds ouvert, destiné aux investisseurs particuliers et personnes morales. Il est accessible en unité de compte (UC) au travers du contrat d’assurance vie Fipavie Opportunités.

Mata Capital a levé depuis décembre 2015 près de 750 millions d’euros de capital auprès d’investisseurs institutionnels et groupes familiaux privés. Pour ce lancement, la société de gestion s’associe au groupe financier franco-allemand ODDO-BHF et à Oradéa Vie, compagnie d’assurance vie de Société Générale Assurances dédiée aux partenariats.

Performance globale annualisée 4 %

Les épargnants, par le biais de cette UC, co-investiront dans les stratégies d’investissement déployées par Mata Capital aux côtés d’investisseurs institutionnels. La SCI MCF Immocap Value est distribuée en exclusivité par ODDO-BHF et ses partenaires conseillers en gestion de patrimoine au sein du contrat Fipavie Opportunités.

Accessible dès 1 500 euros, ce contrat bénéficie du cadre fiscal avantageux de l’assurance vie, la SCI se positionnant comme source de diversification à long terme — durée d’investissement recommandée de 10 ans. L’UC vise un potentiel de performance globale annualisée de 4,0 % sur 10 ans, et 100 % capitalisée. Le fonds repose sur une stratégie d’investissement core plus.

Il investit en France sur des emplacements stratégiques et à fort potentiel de croissance. Sa politique d’investissement se concentre sur des actifs diversifiés — bureau, commerce, activité-logistique, santé-éducation et résidentiel principalement. Ces actifs génèrent des revenus sécurisés et présentent un potentiel de croissance à moyen/long terme.

Marché favorable à horizon 5 ans

« Le contexte de marché a changé et nos fonds d’investissement devraient bénéficier d’un moment de marché favorable sur les prochaines années. Nous sommes ravis de nous associer avec Oddo-BHF et Oradéa Vie pour développer ensemble une solution d’investissement en immobilier pour leurs clients », commente Jean-Baptiste Pracca, co-fondateur de Mata Capital.

En parallèle de ce fonds de capitalisation, Mata Capital et Oddo-BHF proposent, sur la même thématique, une solution d’investissement permettant une distribution mensuelle des revenus via l’OPCI professionnel MCF Income Value.

Ce fonds ouvert cible une performance globale annualisée de 6,0 % (dont 4,0 % de distribution) et est réservé à la clientèle professionnelle ou assimilé-professionnelle. Sur ces deux véhicules, Mata Capital et Oddo-BHF visent un déploiement de 700 millions d’euros de capital sur les 5 prochaines années.

Lire (3 min.)

Impact investing : Generali France et Inco Ventures lancent le fonds « Generali Investissement à Impact »

Generali France — assureur généraliste français, filiale du groupe italien Generali — annonce ce mardi 1er décembre le lancement d'un nouveau fonds d’investissement à impact. Conçu en partenariat avec Inco Ventures, spécialiste de l’impact investing, « Generali Investissement à Impact » vise à soutenir la croissance d’entreprises non cotées à fort impact social. 

Solidarité et utilité sociale

Réservé aux investisseurs institutionnels, le fonds s'appuie sur la nécessité d’ancrer davantage l’investissement dans le réel, dans un contexte de montée des périls environnementaux et d’accroissement des fractures et des inégalités sociales. Objectif, valoriser une dynamique d’entraide et de solidarité, pour soutenir en priorité les entreprises — au cœur des territoires — qui rendent notre monde plus inclusif et plus durable.

La stratégie du fonds s'aligne avec l’action menée depuis 2017 par la Fondation internationale de Generali, The Human Safety Net (THSN). Elle vise à accroître la résilience de communautés en situation de vulnérabilité, et repose donc sur la solidarité et l’utilité sociale. Le fonds investit en fonds propres ou quasi-fonds propres dans des associations ou entreprises non cotées à fort impact social et au modèle économique viable et éprouvé.

 « D’une part, nous nous positionnons sur le marché en plein essor de l’investissement à impact. D’autre part, nous donnons à nos clients l’opportunité d’investir utilement pour le bien commun. Enfin, en finançant des entreprises et des organisations qui contribuent à améliorer la vie des plus vulnérables, nous complétons l’action de notre Fondation THSN, qui soutient à la fois les familles fragilisées et encourage l’entrepreneuriat des réfugiés », déclare Jean-Laurent Granier, PDG de Generali France. Les structures financées devront ainsi avoir pour ambition :

  • soit d’améliorer la vie des plus vulnérables — familles précaires et réfugiés — notamment en facilitant l’accès de leurs enfants à l’éducation ;
  • soit de soutenir les projets entrepreneuriaux des réfugiés ou bien de faciliter leur insertion professionnelle.

Support en UC éligible loi PACTE

Generali France souhaite permettre à tous ses clients d’investir au service du bien commun. Leur placement s'inscrit dans la dynamique du marché de l’investissement à impact et des fonds solidaires. Generali France rend désormais accessibles aux particuliers ses investissements à impact, à travers le support en unités de compte (UC) « GF Ambition Solidaire ».

Le support en UC existant « Generali Ambition » — géré par Generali Investments — évolue et enrichit son univers d’investissement par l’ajout d’un volet solidaire. Il devient ainsi « GF Ambition Solidaire ». Ce support en UC solidaire dit 90/10 est éligible à la loi PACTE. Il investira entre 5 % et 10 % de son encours dans le fonds « Generali Investissement à Impact ».  « GF Ambition Solidaire » répond ainsi à trois objectifs :

  • Renouveler l’offre en UC de Generali, en répondant à la dynamique des fonds à impact et aux Objectifs de Développement Durable de l’ONU ;
  • Produire un effet amplificateur de l’action de la fondation The Human Safety Net France ;
  • Se conformer aux obligations de la loi PACTE, avec ce premier support en unités de compte solidaire sous la marque Generali.

« GF Ambition Solidaire » est référencé dans la majorité des contrats d’assurance vie distribués par les réseaux et partenaires de Generali. « Cette nouvelle approche de la finance est promise à un bel avenir car je pense que les citoyens aspirent réellement à s’engager de manière positive et très concrète, comme Generali le fait auprès de nos incubateurs en France et en Europe, au travers de sa fondation The Human Safety Net », conclut Alice Barbe, Co-fondatrice de SINGA.

Lire (4 min.)

SOFIDY nomme un responsable commercial de la Gestion Privée

SOFIDY — société de gestion, spécialiste indépendant de la pierre-papier —annonce ce mardi 20 avril la nomination d'un responsable commercial de la Gestion Privée. Rattaché au Directeur de l’Epargne, Guillaume Berthiaux (33 ans) aura pour mission de diriger et d’accompagner l’équipe de conseillers en gestion de patrimoine de SOFIDY répartie sur toute la France. Il assurera notamment le développement de l’offre de gestion privée.

« Avec le développement de nos offres de placements immobiliers cotés et non cotés, qui apportent des réponses concrètes et adaptées à une multiplicité de questions patrimoniales, le service de gestion privée de SOFIDY a connu un vrai succès ces dernières années. Nous avons toute confiance dans la grande expertise de Guillaume Berthiaux, et sa capacité à écouter et à répondre aux besoins de notre clientèle privée, pour poursuivre cette dynamique positive », déclare Nicolas van den Hende, Directeur de l’épargne de SOFIDY. 

Focus sur le parcours de Guillaume Berthiaux

SOFIDY nomme un responsable commercial de la Gestion Privée
Guillaume Berthiaux

Guillaume Berthiaux est titulaire d'un Master 2 International Business de l'Université Macquarie de Sydney avec une spécialisation en gestion de portefeuille. Il est également titulaire du diplôme « Expert en conseil patrimonial » de l’AUREP.

Guillaume Berthiaux débute sa carrière en 2011 en tant que conseiller en patrimoine financier chez BNP Paribas avant de devenir Directeur d’agence en 2015. En février 2017, il rejoint SOFIDY en tant que conseiller en Gestion Privée, avant d’être promu responsable commercial de la Gestion Privée.

Lire (2 min.)

Particuliers en bourse : le regain d’intérêt se confirme au premier trimestre 2021

L’Autorité des marchés financiers (AMF) a publié ce vendredi 16 avril sa deuxième édition du tableau de bord des investisseurs particuliers actifs. Ce document montre que le nombre d’épargnants intervenant sur les marchés d’actions s’est maintenu à un niveau élevé au cours des trois premiers mois de l’année. Le flux régulier de nouveaux investisseurs augmente et les volumes de transaction ont atteint un record.

70 000 nouveaux investisseurs

De début janvier à la fin mars 2021, quelques 772 000 particuliers ont acheté ou vendu des actions. Une hausse par rapport au quatrième trimestre 2020 et se situant au plus haut niveau depuis un an. Le premier trimestre 2020 avait connu une forte activité et un afflux d’investisseurs particuliers pendant les turbulences sur les marchés — sans dépasser le pic de l’automne 2019 au moment de l’introduction de la Française des Jeux (FDJ), qui avait rencontré un franc succès auprès des investisseurs de détail.

Plus de 600 000 investisseurs particuliers ont réalisé au moins un achat d’actions au cours du trimestre écoulé, près du double des niveaux observés en 2019 en dehors du quatrième trimestre. Le nombre de nouveaux investisseurs — qui n’ont jamais passé d’ordre de bourse jusqu’ici ou inactifs depuis janvier 2018 — s’est élevé à 70 000, en progression par rapport aux deux trimestres précédents.

18,2 millions de transactions

Le nombre de transactions réalisées par des particuliers en France sur des actions admises aux négociations en Europe a atteint un niveau record au premier trimestre, à 18,2 millions. Ce chiffre s'inscrit dans le prolongement des volumes élevés constatés en 2020 : plus de 60 millions de transactions enregistrées sur l’année, contre 25 millions les années précédentes.

« Nous ne pouvons que nous réjouir de cette évolution qui permet de créer un lien plus direct entre les Français et le développement de nos entreprises, ainsi que de mobiliser nos forces vives pour contribuer au renforcement de leurs fonds propres. Encore faut-il que cette évolution s’inscrive bien dans une perspective de long terme et ne se traduise pas par des prises de risques excessives. Attention aussi à ne pas céder à la magie du « zéro commission » qui est une illusion », se félicite Robert Ophèle, le président de l’AMF.

Directive européenne MIF2

Le nombre d’investisseurs particuliers acheteurs d’actions est redevenu légèrement supérieur au nombre de vendeurs d’actions ce trimestre. Le tableau de bord de l’AMF s’appuie sur les données de transactions détaillées fournies par les établissements financiers français et les succursales en France d’établissements de l’Union européenne (UE).

Cette transmission date de l’entrée en vigueur de la directive européenne sur les marchés d’instruments financiers MIF2 en janvier 2018. Les prestataires de services d’investissement doivent notamment indiquer la date de naissance de la personne ayant passé un ordre sur un instrument financier, le montant et le « sens » de l’ordre (achat ou vente) ainsi que le type d’instrument financier traité.

Lire (3 min.)

Assurance vie : ING et Generali proposent plus de 50 % d’UC labellisés ISR

ING — institution financière internationale de bancassurance d’origine néerlandaise — a annoncé le 28 octobre dernier le lancement de nouveaux supports en unités de compte (UC) labellisés Investissement Socialement Responsable (ISR) au sein de sa gamme de fonds d'assurance vie. Ces supports s'adressent aux clients ING Direct Vie en gestion libre.

Dès la fin d’année, ce sont également 50 % des encours des 4 mandats de gestion, conseillés par Rothschild & Compagnie Gestion, qui seront investis dans des fonds ISR. A horizon 2021, l’intégralité des supports en unités de compte des mandats seront 100 % investis dans des fonds labellisés ISR.

Quelle composition pour les UC ?

Le contrat d’assurance vie ING Direct Vie libellé en euros et/ou UC s'enrichit d'une trentaine de fonds labellisés ISR. Ils représentent désormais plus de 50 % des supports en UC proposés. Le label ISR a été créé et soutenu par le ministère des Finances. Objectif, rendre plus visibles les produits ISR pour les épargnants en France et en Europe. Les clients d’ING Direct Vie peuvent désormais investir dans 73 UC, dont 40 sont labellisés ISR soit 53 % de la sélection. Ces nouveaux UC comprennent :

  • des fonds d’actions, d’obligations et diversifiés, pour permettre aux clients d’investir dans des entreprises françaises, européennes et internationales fortement engagées en matière de développement durable ;
  • des fonds thématiques et à impact pour permettre d’investir dans des entreprises ou holdings fortement engagées dans une thématique précise. Par exemple les énergies vertes avec Pictet Clean Energy ou les bien les « trajectoires durables » avec Ecofi Trajectoires durables.

Donner du sens à son épargne

« Nous sommes très fiers de l’enrichissement de notre gamme de fonds ISR dans le cadre de l’offre ING Direct Vie qui permet à nos clients d’investir pour plus d’impact positif dans la société. Depuis que nous avons lancé cette gamme en 2019, 20 % des versements sur des unités de comptes sont en moyenne investis dans des fonds ISR. Nous espérons que cette part sera de plus de 50% d’ici fin 2021 » déclare Frédéric Niel, Directeur de la banque en ligne chez ING en France.

« En offrant un univers d’investissement ISR élargi, le contrat d’assurance vie ING Direct Vie (...) permet de donner du sens à son épargne tout en jouant un rôle plus responsable et actif dans l’économie de demain. Generali est ravi de pouvoir accompagner ING dans la mise en place de solutions innovantes d’assurance vie qui concilient recherche de performance et investissement en ligne avec ses convictions, ses valeurs et ses idées », déclare Corentin Favennec, Directeur des Partenariats Banques, Generali France.

Lire (3 min.)

Assurance vie : Hedios Patrimoine lance H Performance 35

Hedios Patrimoine — courtier en assurance et conseiller en investissements financiers — lance ce samedi 31 octobre le placement H Performance 35. Ce produit inclut une possibilité de remboursement anticipé automatique, dès la première année avec un gain de 20 %. Les souscriptions sont ouvertes jusqu’au jeudi 31 décembre 2020, pour un montant minimal de 1 000 euros.

Les enveloppes étant limitées, la commercialisation peut cesser à tout moment et sans préavis. Chez Hedios, H Performance 35 est un support en unités de compte (UC) distribué au sein du contrat d’assurance vie Hedios Life Suravenir, proposé en ligne. H Performance 35 est accessible en architecture ouverte dans le cadre d'un compte-titres ou d'un contrat d'assurance vie ou de capitalisation.

Mécanisme full airbag

H Performance 30 comporte une possibilité de remboursement anticipé automatique tous les ans, sur la base de 117 % du capital initial, augmenté d'un gain de 3 % par année écoulée — avant prélèvements sociaux et fiscalité et hors frais de gestion ou droits de garde — dès lors que l'indice de référence S&P Euro 50 Equal Weight Synthetic 5 % Price est en hausse d'au moins 5 % par rapport à son niveau initial.

H Performance 35 est en outre équipé d’un mécanisme full airbag : s'il n'y a pas eu de remboursement anticipé, le capital initial est non seulement protégé à l’échéance des 12 ans, mais également augmenté d'un gain de 53 % (17 % + 36 % = 12 années x 3 %), jusqu'à 30 % de baisse de l'indice de référence.

Lire (1 min.)