Momentum - Brexit : un plongeon vers l'inconnu, mais lequel ?

Alors que la date fatidique du 29 mars 2019 se rapproche à grande vitesse, le flou demeure sur les modalités de sortie du Royaume Uni. Plus de deux ans après le vote historique du 23 Juin 2016, les négociations menées jusqu’ici n’ont pour l’instant que peu progressé. Notre expert Geoffroy Landoeuer vous livre son analyse dans ce nouveau Momentum, votre incontournable rendez-vous financier !
Voir (<3 min.)

BrickVest lance un nouveau FIA de bureaux au Royaume-Uni

HV6 est le dernier-né des fonds mono-stratégie de BrickVest et adopte une stratégie de rendement sur le marché de bureaux en Grande Bretagne. Il permet aux membres BrickVest d’accéder au “Royal Liver Building” de Liverpool avant sa mise sur le marché officiel. Symbole de la ville de Liverpool, le “Royal Liver Building” est, depuis 2004, l’un des 3 bâtiments du Pier Head désignés comme « The Three Graces » (les trois grâces) classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. Il est actuellement estimé à plus de 60 millions d’euros .

Le “Royal Liver Building”  a été sélectionné en tant qu’actif en réponse à la demande croissante des investisseurs pour des stratégies de rendement. En effet, le baromètre trimestriel publié par la recherche BrickVest montre que ce type de stratégie est de plus en plus plébiscité : 36 % des demandes au 2e trimestre 2017, 41 % au 2e trimestre 2018.

HV6, dernier né de la famille des fonds AIF mono-stratégie de BrickVest, se focalise donc sur un modèle de revenus stables distribué aux investisseurs du fonds, et offre une exposition au marché de l’immobilier de bureaux au Royaume-Uni.

La stratégie a été développée en partenariat avec CORESTATE Capital Group, le géant allemand de l’asset management, coté à la bourse de Francfort (22 milliards d’actifs sous gestion). Il s’agit de la deuxième collaboration entre les deux sociétés, après la sortie d’investissement réussie du fond HV1, qui avait réalisé en juin 2017 un retour sur investissement de 31% en moins de 18 mois.

Notre fonds HV6 offre aux investisseurs une opportunité  : obtenir un accès exclusif et prioritaire au “Royal Liver Building” en tant qu’actif immobilier. Nous avons pris en compte les demandes de nos membres à travers notre baromètre trimestriel, et leur proposons cette stratégie de rendement qui leur donne également une exposition à l’immobilier de bureaux au Royaume-Uni. Deux ans après le Brexit, il reste le marché le plus prisé en matière d’immobilier commercial en Europe selon nos enquêtes », commente Emmanuel Lumineau, co-fondateur et CEO de BrickVest.

Lire (2 min.)

Derrière les Britanniques, les Belges raffolent toujours plus de la pierre française

BNP Paribas International Buyers publie la 10ème édition de son Observatoire du marché des acquéreurs en France (étrangers non-résidents, étrangers résidents, Français non-résidents), marché qui représente 8 Mds€ en 2017.
Lire (4 min.)

Les assureurs et les fonds de pension misent sur les actifs alternatifs

Cette étude, conduite auprès de plus de 250 régimes de retraite et compagnies d’assurance en Europe et au Royaume-Uni, révèle que ce sont les fonds de pension britanniques qui envisagent d’augmenter le plus leur allocation aux classes d’actifs alternatives : leur exposition se rapprochera de celle des assureurs britanniques, ainsi que des fonds de pension et assureurs d’Europe continentale.

Parmi les principales conclusions :

  • Les régimes de retraite britanniques prévoient d’augmenter de 51 % leur allocation aux actifs alternatifs, la portant de 4,3 % à 6,5 %.
  • Les assureurs britanniques devraient renforcer de 14 % leur allocation, qui passerait de 7,3 % à 8,3 %.
  • En Europe continentale, les assureurs et les fonds de pension envisagent d’accroître cette allocation de plus de 40 % : les assureurs prévoient d’allouer 9,2 % de leur portefeuille aux actifs alternatifs, contre 6,5 % actuellement, tandis que les fonds de pension envisagent de porter celle-ci de 5,2 % à 7,3 %.
  • Ces projets s’expliquent par la volonté de bénéficier du profil de risque de ces actifs alternatifs (pour 34 % des répondants), ainsi que de leurs avantages en matière de diversification (33 %) et de leur prime d’illiquidité (30 %).
  • La plupart des investisseurs interrogés pensent trouver les meilleures opportunités en-dehors de leur marché local.
  • Malgré cette tendance en faveur d’allocations plus importantes, plusieurs freins à l’investissement demeurent, parmi lesquels l’illiquidité des actifs (31 %), le coût élevé des stratégies (29 %), la difficulté d’identifier des opportunités adaptées (27 %) et la réglementation (27 %).

Actifs alternatifs : des niveaux de popularité variés

La dette privée d’entreprises correspond à la classe d’actifs alternatifs la plus répandue dans les portefeuilles des assureurs et des fonds de pension (57 % et 55 % respectivement). Le succès de cette classe d'actifs ne se dément pas, puisque 42 % des assureurs et 26 % des fonds de pension prévoient d’y augmenter leurs expositions au cours des 12 prochains mois. Parallèlement, 31 % des assureurs envisagent d’accroître leur exposition à la dette d'infrastructure au cours des 3 prochaines années, une tendance qui est peut-être confortée par un traitement du capital plus favorable sous le régime Solvabilité II.

Mark Versey, Directeur des investissements, Actifs Réels, Aviva Investors, a déclaré :

« En Europe, l’intérêt pour les solutions de rendements alternatifs s’est nettement développé parmi les régimes de retraite et les compagnies d’assurance ces dix dernières années. Les investisseurs institutionnels sont séduits par la prime d’illiquidité qu'offrent les actifs non cotés, ainsi que par d’autres avantages comme leur pouvoir de diversification et leur profil de risque. À l’heure de la fin de l’assouplissement quantitatif et de la hausse des taux, notre enquête révèle que les investisseurs osent s’exposer à de nouveaux secteurs et territoires. Cette tendance transparaît également dans nos conversations avec nos clients. »
Lire (2 min.)

L’ACPR/AMF lancent une consultation sur les investisseurs vulnérables

Dans un contexte de vieillissement démographique et de mutation digitale du secteur financier, le Pôle commun présente un état des lieux général des pratiques de commercialisation des produits financiers aux personnes âgées : besoins et difficultés éventuelles, mécanismes de protection et usages du marché. Le rapport vise à constituer une première base de réflexion et à ouvrir le débat, par le biais d’un appel à contributions, sur une série de questions-clés.

L’objectif est de trouver, en collaboration avec les consommateurs, les professionnels et les acteurs du vieillissement, les moyens d’identifier les bonnes pratiques de commercialisation à l’égard des personnes vieillissantes et vulnérables, au regard notamment de difficultés cognitives. L’ambition de ces travaux est double : s’assurer qu’un conseil adapté est délivré par les professionnels et qu’un consentement éclairé est donné par cette clientèle lors de la souscription de produits financiers.

L’ACPR et l’AMF invitent toutes les personnes intéressées à envoyer leurs contributions, qui nourriront les réflexions du Pôle commun pour la suite des travaux en 2019.

 
Lire (1 min.)

Janus Henderson lance un fonds sur la thématique des biotechs

Cette SICAV de droit luxembourgeois investira dans des sociétés innovantes du secteur de la biotechnologie, ou des sociétés liées à ce secteur, en ciblant plus particulièrement celles qui apportent une réponse aux importants besoins médicaux non satisfaits à travers le monde. Ce fonds ciblera les sociétés visant un développement de long-terme au sein d’un secteur très innovant et en rapide croissance.

Le nouveau fonds biotech de Janus Henderson sera co-géré par Andy Acker et Dan Lyons qui disposent, à eux deux, de plus de 40 ans d’expérience en matière d’investissement sur le secteur de la biotechnologie. Le fonds sera géré par une équipe d’experts issus du milieu scientifique et bénéficiera du soutien du reste de l’équipe d’investissement spécialisée dans le domaine de la santé de Janus Henderson.

Andy Acker constate : « Le rythme des progrès s’accélère dans l’industrie de la biotechnologie, ce qui signifie que les avancées médicales surviennent beaucoup plus rapidement. La FDA a, depuis le début de l’année, approuvé 55 nouvelles thérapies, établissant ainsi un record historique. Notre processus met l’accent sur les moteurs opérationnels et scientifiques essentiels à l’atténuation des risques et à l’identification des opportunités dont regorge ce secteur dynamique. »

Lire (1 min.)

Qu’est-ce que le « growth equity » ?

La Rédaction
Bien qu'il soit encore peu répandu en France, l'investissement de type "growth equity" s'installe peu à peu dans le paysage financier.
Lire (3 min.)

Royaume-Uni : l’inflation va encore diminuer

Claudia Bernasconi
La première publication officielle des chiffres du premier trimestre a désagréablement surpris la plupart des économistes élaborant des prévisions en cette ère marquée par les lourdes incertitudes liées au Brexit.
Lire (1 min.)

Nucléaire iranien : Trump a-t-il fait l’erreur du siècle ?

La Rédaction
En sortant son pays de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien, Donald Trump a peut-être fait la première vraie erreur diplomatique de son mandat : l’Union européenne, sur fond d’enjeux économiques, semble prête à tenir tête au géant américain. Plus inquiétant encore pour la Maison Blanche, les dirigeants du Vieux Continent pourraient se tourner vers Moscou et Pékin pour défendre leurs intérêts face à une Amérique plus isolée et belliqueuse que jamais.
Lire (4 min.)

Développement durable : et si les solutions existaient déjà ?

À l’occasion de la Semaine du Développement Durable 2018, CAMEO Energy dresse un état des lieux des projets d’amélioration de l’efficacité énergétique, et de leur impact concret sur les marchés de l’environnement. L’entreprise met aussi en lumière des tendances économiques et comportementales indues par ce mécanisme.
Lire (3 min.)

Tikehau IM réalise le premier closing du fonds T2 Energy Transition Fund

Aujourd’hui, pour répondre aux défis du dérèglement climatique, les besoins d’investissement sont estimés par l’Agence Internationale de l’Énergie à 60 000 milliards d’euros pour les deux prochaines décennies. Dans ce contexte, T2 Energy Transition Fund a vocation à soutenir les acteurs européens de la transition énergétique de taille intermédiaire dans leur développement, leur transformation et leur expansion, notamment internationale.

Les investissements du fonds se concentreront sur les entreprises évoluant dans trois secteurs déterminants pour la transition énergétique :

  • La production d’énergies propres : mise en œuvre de solutions pour la diversification du mix énergétique, projets de production d’énergie à partir de ressources non carbonées.
  • La mobilité bas-carbone : développement d’infrastructures visant à accueillir les véhicules électriques, essor d’équipements et de services liés à la mobilité bas carbone et évolutions liées à l’utilisation du gaz naturel dans les transports en remplacement du diesel et du fuel marine.
  • L’amélioration de l’efficacité énergétique, du stockage et de la digitalisation : recherche et mise en œuvre de solutions pour le déploiement et l’optimisation du stockage d’énergie, optimisation de la consommation énergétique des bâtiments et des entreprises.

Un modèle opérationnel différenciant 

Née de la coopération entre Tikehau Investment Management et Total, le fonds T2 Energy Transition Fund a un modèle opérationnel différenciant qui s’appuie sur l’expertise de l’équipe d’investissement de Tikehau Investment Management tout en bénéficiant de l’expertise sectorielle et du réseau international de Total.

Le fonds dispose ainsi de 350M€ à l’issue de ce premier closing. Convaincus par le positionnement du fonds, Bpifrance et Groupama, investisseurs de références, ont souhaité rejoindre dès le premier closing les sponsors : Tikehau Capital et Total.

Lire (2 min.)

Euskal Herria, le premier FCPR de Newfund dédié aux start-up de la région Aquitaine

Newfund NAEH investira entre 150.000 euros et 500.000 euros dans des entreprises en phase de lancement qui réalisent un début de chiffre d’affaires, avec l’objectif d’en faire de futurs champions. Les start-up bénéficieront d’un accompagnement local grâce au soutien du réseau de souscripteurs bien implantés dans le tissu économique de la région. Agathe Descamps, docteur en droit des sociétés, sera la correspondante de Newfund en région.

Ces entreprises seront soutenues par l’équipe Newfund qui, depuis 10 ans, a investi dans plus de 80 start-up. Newfund connaît bien la région pour y avoir investi à plusieurs reprises et pour compter le Conseil Régional parmi ses souscripteurs depuis 2008.

Newfund est également présent aux Etats-Unis dans la Silicon Valley. Il mettra à disposition son savoir-faire en matière de déploiement aux Etats-Unis lorsque c’est pertinent pour les sociétés les plus ambitieuses du portefeuille Newfund NAEH.

De l’investissement subi à l’investissement choisi

Pour les investisseurs, Newfund NAEH est un produit d’un genre nouveau. En effet, la fin de l’Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), et de la niche fiscale qui lui était liée, a libéré un espace d’investissement. Au lieu d’investir dans les anciens « fonds ISF » pour bénéficier de l’avantage fiscal, le souscripteur investit dans Newfund NAEH pour la performance d’un fonds géré de façon professionnelle sans « carotte fiscale » à l’investissement.

Lire (1 min.)

Aviva Investors revoit à la hausse ses anticipations de croissance et d’inflation

L'équipe de gestion d'Aviva Investors
Les prévisions d’Aviva Investors pour le deuxième trimestre laissent entrevoir une forte croissance et une hausse soutenue de l’inflation en 2018.
Lire (2 min.)

Les consommateurs français retrouvent confiance

Dans le monde et particulièrement en Europe, l'année 2017 s'est achevée sur une note positive en matière de confiance des consommateurs. En France, elle atteint même un niveau record, confortée par de meilleures perspectives d'emploi et un sentiment de récession qui recule.
Lire (3 min.)