Brexit de Boris Johnson : bon pour les banques ?

Frédéric Rollin
Le Brexit ressemble à une histoire sans fin. La nouvelle étape qui s'ouvre jusqu'à fin janvier 2020 pourrait se révéler cruciale pour les investisseurs. Quelles perspectives politiques se dessinent pour cette nouvelle saison du Brexit ? Faut-il investir dans les actions bancaires ? A quelles conditions ? Frédéric Rollin, conseiller en stratégie d’investissement chez Pictet AM, partage son analyse.
Lire (5 min.)

Marchés financiers : temps des négociations et saison des résultats

Tomas Hildebrandt
Ce mois-ci, les marchés financiers sont concentrés sur les négociations internationales et les résultats des entreprises. Quelles perspectives économiques se dégagent pour 2020 ? Quelles seront les stratégies des investisseurs ? L'analyse de Tomas Hildebrandt, Gérant de portefeuille Senior pour des clients institutionnels chez Evli Fund Management.
Lire (5 min.)

Brexit : les leçons de la saga

Martin Moryson
L'incertitude des politiques économiques mondiales devient un frein croissant et persistant à la production industrielle et à d'autres données économiques objectives. Quelles en sont les raisons ? Quelles leçons les investisseurs peuvent-ils tirer du Brexit ? Quels seront les impacts à long terme ? Martin Moryson, Chief Economist Europe chez DWS, partage son analyse.
Lire (4 min.)

Royaume-Uni : Tikehau Capital acquiert le centre commercial Walnuts à Orpington

Tikehau Capital — groupe de gestion d’actifs alternatifs et d’investissement — annonce ce vendredi 1er novembre l'acquisition pour le compte de ses clients du centre commercial Walnuts, situé à Orpington au Royaume-Uni. Le gérant a réalisé cette opération à travers son fonds d’investissement immobilier paneuropéen à stratégie « value added » lancé en 2018. Il s'agit de la deuxième opération du fonds au Royaume-Uni, après l'acquisition du centre commercial Nicholsons à Maidenhead plus tôt cette année.

Le site de Walnuts couvre plus de 22 500 m2. Il comprend un centre commercial d’environ 13 700 m2 avec 58 magasins, un cinéma ODEON et un hôtel Premier-Inn de 83 chambres. Cet actif se situe au cœur d'Orpington — à 21 kilomètres au sud-est du centre de Londres — sur la principale ligne ferroviaire sud-est qui le relie à la capitale. La municipalité cherche à revitaliser le centre-ville d'Orpington et à améliorer ses installations, une opportunité pour le développement et la valorisation du centre Walnuts.

Stratégie d'investissement immobilier de Tikehau Capital

L'opération a été réalisée en collaboration avec Areli Real Estate Areli Real Estate — spécialiste britannique de la rénovation urbaine — qui accompagne Tikehau Capital en tant que partenaire opérationnel, comme lors de l’acquisition du centre commercial Nicholsons. C'est une nouvelle étape dans la collaboration entre les deux sociétés pour déployer la stratégie d'investissement immobilière de Tikehau Capital au Royaume-Uni et fournir des solutions d'aménagement intelligentes sur le long terme.

Cette acquisition du centre commercial Walnuts représente le sixième investissement européen du fonds, après une opération sale & lease back, l’acquisition d’un portefeuille mixte à Bruxelles, celle de deux hôtels dans le centre de Paris et du partenariat avec Bouygues Immobilier pour le projet de redéveloppement Charenton-Bercy dans le cadre du Grand Paris. Dans le cadre de sa stratégie, le fonds immobilier « value added » de Tikehau Capital investit dans toutes les classes d'actifs à sous-jacent immobilier.

Lire (2 min.)

Blockchain : la France adopte une réglementation pour les services financiers

Le ministère de l'Economie et des Finances annonce ce vendredi 22 novembre l'adoption par la France d'un cadre règlementaire qui régit les applications de la Blockchain aux services financiers. Le décret n° 2019-1213 publié ce jour étend notamment cette législation aux prestataires de services sur actifs numériques (PSAN). La France souhaite conforter sa position de pionnier européen en la matière.

« Le cadre issu de la loi PACTE va favoriser le développement d’un écosystème Blockchain en France dynamique et robuste, qui allie capacité d’innovation, transparence et haut niveau de sécurité pour les épargnants et investisseurs. En étant l’un des premiers pays à se doter d’un tel cadre, Paris se donne les moyens de devenir la première place européenne de la Blockchain et conforte son engagement en faveur de l’innovation financière », déclare Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et des Finances.

Cadre créé par la loi PACTE

L'Hexagone a été l’un des premiers pays au monde à donner force de loi à l’utilisation de la technologie Blockchain en matière d’inscription et de transfert de titres financiers. La France complète ainsi « l’un des cadres les plus exhaustifs au monde en matière d’actifs numériques, qui couvre aussi bien les aspects réglementaires que fiscaux ou encore comptables », indique le ministère dans un communiqué. Le nouveau décret vient le cadre juridique spécifique à ces actifs numériques créé par la loi PACTE.

Sur le marché primaire, il était déjà possible pour les émetteurs de solliciter auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF) un visa préalablement à leur émission d’actifs numériques (Initial Coin Offering – ICO), en application directe de la loi PACTE. Sur le marché secondaire, le décret vient préciser les contours des statuts applicables aux prestataires sur actifs numériques. Il leur ouvre la possibilité de s’enregistrer et de solliciter un agrément auprès de l’AMF.

Obtention de l'agrément AMF

L’obtention de cet agrément est conditionnée au respect de dispositions prévues par la loi. Il s’agit notamment d’obligations sur la sécurité des systèmes informatiques —  en termes de fonds propres ou d’assurance —  et d’obligations spécifiques à chaque service. Un service de conservation devra par exemple restituer la maîtrise des actifs numériques conservés. Cet agrément optionnel impose à certains prestataires de s'enregistrer, dans le cadre de la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme.

Par ailleurs, le décret renforce l’accès aux services bancaires pour les émetteurs qui ont reçu un visa de l’AMF sur leur émission. C'est aussi le cas pour les prestataires de services sur actifs numériques enregistrés ou agréés. En cas de refus injustifié — même implicite —  d’accès aux services de comptes et de dépôts, les émetteurs ou prestataires pourront exercer un recours auprès de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) en vue de déclencher une procédure de droit au compte.

Lire (3 min.)

OPPCI Impact Investing : Swiss Life AM France et Cedrus & Partners acquièrent une résidence étudiante

Swiss Life Asset Managers (AM) France — filiale du groupe Swiss Life — annonce ce mercredi 20 novembre avoir signé la vente en l’état futur d’achèvement (VEFA) d’une résidence étudiant à Dijon (Côtes-d'Or) pour le compte de l’OPPCI Immobilier Impact Investing. Le gérant réalise ainsi la première acquisition pour ce fonds, créé en partenariat avec Cedrus & Partners.

Près du centre historique de Dijon

La résidence de 144 lots (T1) se situe au cœur du nouveau pôle de la Cité internationale de la gastronomie et du vin, qui se déploiera sur un terrain de 6,5 hectares sur le site de l'ancien hôpital général, aux portes du centre historique de Dijon. La résidence étudiante sera exploitée par le groupe Réside Etudes. Sa livraison est prévue pour la rentrée universitaire 2021. L’immeuble bénéficiera d’une performance énergétique RT 2012-10 %.

Conçu par l'agence d'architecture Anthony Béchu, cet ensemble développera plus de 70 000 m². Il sera notamment composé d’un pôle de culture et d’expositions, d’un espace de formation, de cinémas, commerces, d’un hôtel 4 étoiles, d’une résidence services senior, d’une résidence étudiants et de logements réhabilités. La société de gestion a réalisé cette acquisition auprès d’Eiffage Immobilier Est.

Premier fonds immobilier à impact social

Lancé en janvier dernier, l’OPPCI Immobilier Impact Investing est le premier fonds immobilier à impact lancé par Swiss Life AM France et Cedrus & Partners. Sa poche sociale rassemblera 20 % des actifs totaux du fonds. Dans ce cadre, les actifs résidentiels seront sélectionnés en accord avec les partenaires associatifs (Samusocial de Paris et Habitat & Humanis) à Paris et première couronne.

La même logique prévaudra dans les grandes métropoles françaises. Ces actifs seront mis à leur disposition pour un loyer nul. Parallèlement à la poche sociale du portefeuille, la poche à rendement représente 80 % de l’actif net cible du fonds. Elle est investie dans des actifs de bureaux et des résidences gérées : résidences seniors, étudiantes, etc.

Lire (2 min.)

Europe : Mario Draghi à la BCE, le chant du cygne

César Pérez Ruiz
Cette semaine, Mario Draghi cède son poste de président de la Banque centrale européenne (BCE) à Christine Lagarde. Quelles perspectives économiques se dessinent pour la zone euro ? Qu'en est-il du risque politique du Brexit ? Où trouver du rendement ? César Pérez Ruiz, Responsable des Investissements et CIO chez Pictet Wealth Management, partage son analyse.
Lire (4 min.)

Brexit : les investisseurs savent lequel ils préfèrent

Johannes Müller
Les cours des actions britanniques montrent bien une chose : jusqu'à présent, les investisseurs semblent apprécier chaque revirement de situation pouvant diminuer la probabilité d'un Brexit chaotique. Pouvons-nous parler d'une réelle résilience de l'économie britannique ? Qu'en est-il du risque de hard Brexit ? Johannes Müller, Responsable de la recherche macroéconomique chez DWS, partage son analyse.
Lire (3 min.)

Budget européen : l’influence du Brexit

Cette semaine, le budget européen cristallise les désaccords entre les pays membres de l'UE. Avec le Brexit, le départ du Royaume-Uni entraîne une hausse mécanique de la contribution des autres pays. L'Allemagne voudrait réduire sa propre participation, mais la France souhaite maintenir un certain nombre d'engagements européens, dont la PAC.
Lire (4 min.)

Brexit : enfin un accord avec l’Union européenne ?

Cette semaine, l'Union européenne et le Royaume-Uni sont de nouveau parvenus à un accord sur le Brexit. La nouvelle a aussitôt provoqué détente et soulagement sur les marchés financiers. Pourtant, rien n'est encore joué. Le Parlement britannique doit encore valider le texte. Le feuilleton du Brexit touche-t-il à sa fin ?
Lire (4 min.)

AGCS nomme un Directeur Mondial des Lignes Financières

Allianz Global Corporate & Specialty SE (AGCS) — assureur en risques industriels et risques de spécialité du groupe Allianz — annonce ce vendredi 22 novembre la nomination Directeur mondial des Lignes Financières. Shanil Williams (39 ans) a pris ses fonctions le 15 novembre 2019. Il succède à Bernard Poncin, qui quitte le groupe.

Dans ce cadre, Shanil Williams est basé à Munich en Allemagne. Il reporte directement à Thomas Sepp, Directeur de la souscription des risques industriels (CUO -Chief Underwriting Officer) au sein du Conseil d’administration d'AGCS SE.

Focus sur le parcours de Shanil Williams

AGCS nomme un Directeur Mondial des Lignes Financières
Shanil Williams

De nationalité néo-zélandaise, Williams Shanil est diplômé en commerce et en finance de l'Université de Canterbury. Au cours de sa carrière, il passe 14 ans chez AIG. Il occupe un certain nombre de postes de direction régionale de Souscription Lignes Financières de plus en plus importants, à Londres, Paris, Johannesburg (Afrique du Sud) et Auckland (Nouvelle-Zélande).

Shanil Williams rejoint AGCS en 2016 en tant que Directeur Général pour la Nouvelle Zélande. En 2018, il s'installe à Munich où il occupe à partir du mois d'août le poste de Directeur mondial de la branche commerciale en assurance Lignes Financières. En novembre 2019, il devient Directeur mondial des Lignes Financières.

Lire (2 min.)

Audacia nomme une Directrice de la Communication

Audacia — société de gestion indépendante fondée en 2006, spécialiste de l’investissement en Private Equity — annonce ce mercredi 20 novembre la nomination d'une nouvelle Directrice de la Communication. Dans ce cadre, Eléonore de Rose (40 ans) est en poste depuis début novembre 2019.

Elle doit promouvoir les trois métiers d’investissement d’Audacia : capital développement (financement des PME-ETI), capital innovation (funds venture dédié aux technologies quantiques), et capital élévation (fonds immobilier dédié au financement de résidences de Coliving).

Focus sur le parcours d'Eléonore de Rose

Eléonore de Rose

Diplômée de droit à Paris II - Assas et de l’Institut Français de Presse, c’est aux relations presse de Benetton France, puis en tant que Responsable de l’information économique du Medef auprès de Laurence Parisot, que cette communicante fait ses classes.

En 2011, elle part pour Madrid où elle met sa plume notamment au service de l’agence Nota Bene avant de revenir à Paris en 2016 en tant que Concepteur-Rédacteur. Son arrivée chez Audacia est un retour à son cœur de métier : la stratégie de communication.

Lire (2 min.)

Brexit : le Sénat alerte sur le risque d’éclatement du Royaume-Uni

Quelques jours avant la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne (UE) — fixée le 31 octobre 2019 — la plus grande confusion continue de régner. Le Sénat pointe un risque d’éclatement du Royaume-Uni, dans un rapport intitulé « le désastre d’un Brexit sans accord », publié le 10 octobre dernier par Christian Cambon et Jean Bizet, co-présidents du groupe de suivi sénatorial chargé du dossier.

Dans ce document, les auteurs livrent une analyse sans concession des trois années écoulées depuis le référendum du 23 juin 2016. Le Sénat attire aussi l’attention sur le risque d’un accord à la va-vite et sur la nécessité, pour l’UE, de rester ferme dans la négociation quant à l’équité concurrentielle comme condition préalable à tout accord futur de libre-échange.

Risques économiques et politiques

La décision britannique de sortie de l’UE a déjà eu un coût important pour l’Union, les États-membres, les entreprises et les citoyens. La facture pourrait s’alourdir si le Royaume-Uni décidait de sortir brutalement, sans accord ordonné. Au-delà du casse-tête de la frontière irlandaise, les sénateurs estiment que la question écossaise pourrait être relancée. Enfin, le rapport met l’accent sur l’urgence à engager la réflexion sur la relation future entre l’Union et le Royaume-Uni lorsqu’il sera, demain, un État tiers, en particulier en matière de défense et de sécurité.

« Le Brexit est un contre-sens géostratégique, politique et économique (...) Notre rapport alerte sur le risque d’éclatement d’un Royaume plus désuni que jamais : à notre sens, le Brexit ne pourra que relancer la question de l’indépendance écossaise », déclare Christian Cambon. « La facture économique sera élevée, pour la France comme pour le Royaume-Uni. Pêche, agriculture, finances, industrie, transport sont en première ligne, comme les régions Hauts-de-France, Normandie et Bretagne (...) L’indispensable relance de l’UE a pris du retard », relève juge Jean Bizet.

Lire (2 min.)

Marchés financiers : tensions et jackpot

Igor de Maack
Guerre commerciale, Brexit, politiques monétaires... De nombreux facteurs macroéconomiques contribuent aujourd'hui à perturber les marchés financiers. Quelles conséquences sur les marchés actions ? Quelles répercutions sur la classe d'actifs obligataire ? Igor de Maack, Gérant et porte parole de la Gestion chez DNCA Finance, partage son analyse.
Lire (3 min.)