La CNCIAS va s’ouvrir aux Conseils Intermédiaires en Assurances

D'ici janvier 2020, un régime d’autorégulation des intermédiaires en assurance devrait voir le jour. Dans ce contexte, la Chambre Nationale des Conseils-Experts Financiers (CNCEF) — présidée par Didier Kling — réaffirme ce mardi 2 avril sa volonté de créer une nouvelle structure dédiée aux courtiers en assurances et à leurs mandataires.

Dès l’automne prochain, la Chambre Nationale des Conseils Intermédiaires en Assurances (CNCIAS) aura vocation à mettre en place des collèges de représentation. Ils concerneront tous les métiers et spécialités du secteur : IARD, assurance vie, retraite, responsabilité civile professionnelle, prévoyance santé, épargne salariale, assurance emprunteur, assurance affinitaire et comparateurs d’assurances.

Un nouveau cap réglementaire pour l'assurance

La réforme à venir s'inspire du système de co-régulation des Conseillers en Investissements Financiers. C'est un nouveau cap réglementaire pour l’Assurance, dans lequel la CNCEF s'inscrit pleinement depuis des années. Avec la création de la CNCIF en 2006, la CNCEF s'est lancée dans une activité de co-régulation et d'accompagnement des professionnels. Objectif, les aider à intégrer une réglementation complexe, en leur proposant notamment de suivre des formations continues.

En 2011, la CNCEF a aussi fait profiter de son expérience la CNCIOB, qui regroupe les courtiers en financements professionnels et privés et ceux en service de paiement. « A chaque fois que la réglementation a nécessité de créer une Chambre, nous l'avons fait pour assurer la conformité de nos membres face à la législation et assurer le développement de leur expertise par une offre de formation dédiée. Notre démarche vise à pérenniser l’interprofessionnalité » , explique Didier Kling, Président de la CNCEF.

Veiller sur la conformité et la formation des professionnels

Dans le détail, la CNCIAS aidera et accompagnera les courtiers d’assurances et leurs mandataires :

  • En vérifiant leur conformité à exercer le métier ;
  • En faisant respecter les règles de la Directive DDA ;
  • En veillant plus largement au contexte réglementaire et à leur déontologie envers le client final ;

La future Chambre devra effectuer un contrôle annuel sur pièces, afin d'établir un système de suivi de la formation continue des intermédiaires et des salariés exerçant dans le secteur de l’assurance. Les intermédiaires qui cumulent les catégories d’agent général d’assurances et de courtier d’assurances en seront exemptés.

De leur côté, les courtiers et mandataires exerçant l’activité principale d’intermédiation en opérations de banque devront attendre 2021 pour être concernés par la réforme. « Les adhérents de la CNCIAS bénéficieront d’une veille réglementaire, de kits documentaires, et d'informations techniques indispensables à leur activité déjà existants », précise Stéphane Fantuz, Président de la CNCIF.

Perspectives sur l'avenir du métier

La CNCIAS se donne aussi pour mission de promouvoir le métier auprès du grand public. Dans une récente enquête OpinionWay, 57 % des Français déclarent que « leur conseiller en assurance est indispensable pour eux ». La CNCIAS va mener des actions de communication pour mettre en avant les conseils-intermédiaires en assurance. Elle mènera aussi une réflexion stratégique sur le métier de demain. Aujourd'hui, seuls 4 % des Français connaissent l’utilité d’une fintech ou insurtech.

La CNCIAS veut également rassurer les courtiers grossistes, qui regrettent de se voir privés du suivi et de l’accompagnement d’un réseau de courtiers au profit d’associations professionnelles. Elle souhaite les voir conserver cette mission. « Notre priorité est de faciliter l’accès à la profession et la mise en conformité avec DDA. Notre point fort est la communication, l’écoute, l’accompagnement et le suivi des professionnels. Le métier de courtier est un métier de terrain : ces professionnels ont besoin de se sentir accompagnés et de pouvoir exercer en toute conformité », conclut l'association.

Lire (5 min.)

L'invité : Stéphane Vidal - APECI : Se faire entendre des chambres et des instances réglementaires

Think Tank voué à la défense des intérêts des conseils en investissements, l'APECI signe sa deuxième année sous la présidence de Stéphane Vidal.
Voir (<4 min.)

Le secteur financier peut-il encore se passer des « Regtechs » ?

Nicolas Kling
La digitalisation en BFI et plus largement dans le secteur bancaire a vu naître les « Regtechs »(Regulatory Technologies) qui ont pour but d’alléger les lourdeurs administratives des institutions financières dans le domaine de la conformité et du pilotage des risques.
Lire (4 min.)

La CNCEF voit son examen CIF certifié AMF renouvelé pour trois ans

L'examen CNCEF a été certifié le 20 septembre 2016 et cet agrément vient d'être renouvelé pour une période de trois ans. Rappelons que la réussite à l'examen certifié deviendra un passage obligé pour les CIF à compter du 1er janvier 2020.

Enfin, la CNCEF développe des partenariats avec le monde étudiant. Son premier partenariat signé avec l'ISG vise à faciliter le rapprochement entre les étudiants et les adhérents de la CNCEF. Il se concrétisera aussi par des travaux communs de recherche et de publication, et la préparation des étudiants à l'examen certifié AMF.

Vous aimerez aussi 

https://lecourrierfinancier.fr/patrimoine/video/reportage-assises-patrimoine-conseil-s-fantuz-l-delavaud-p-y-lagarde-j-l-gagnadre-16551
Lire (1 min.)

Swiss Life Asset Managers France cède les actifs de son premier fonds santé

Swiss Life Asset Managers (AM) France annonce ce jeudi 18 avril la cession des actifs de son premier club deal santé, créé en 2012 à destination d’investisseurs institutionnels français. Cet OPCI Professionnel était spécialisé dans les murs d’EHPAD — Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes — d'établissements SSR — Soins de Suite et de Réadaptation — et de cliniques PSY — cliniques psychiatriques — avec l'acquisition de plus de 200 M€ d'actifs.

Le portefeuille comporte 14 actifs — 9 EHPAD, 4 établissement SSR et 1 établissement psy — soit près de 1 500 lits. Icade Santé s’est porté acquéreur de 12 d’entre eux et Primonial REIM des 2 EHPAD situés à Paris et en région parisienne. Plus de 80 % du portefeuille se compose d’établissements achetés en VEFA. Le solde a été acquis neuf ou rénové.

Orienter sa stratégie vers les résidences seniors

Swiss Life AM France a fait partie des pionniers qui se sont intéressés au secteur de la santé. L'asset manager a ainsi pu acquérir ce portefeuille dans de bonnes conditions. Le marché de la santé et les actifs visés par ce fonds présentaient en 2012 un effet ciseaux, lié à une sous-capacité importante face à une hausse de la demande pour ce type de structures en raison du vieillissement de la population.

Depuis, le marché de la santé est devenu très porteur. Swiss Life AM France a choisi d'anticiper une liquidation probable de ce véhicule courant 2019. Cette décision valide la stratégie d’acquisition mise en place lors du lancement du fonds, qui ciblait la qualité de l’opérateur mais également les emplacements et les qualités techniques des actifs. Swiss Life AM France va continuer d'investir dans le secteur du grand âge, en s'orientant notamment vers les résidences seniors en Europe.

Lire (2 min.)

Assurance vie : Althos Patrimoine lance une offre de droit luxembourgeois

Althos Patrimoine — spécialiste du conseil en gestion privée — annonce ce jeudi 18 avril le lancement d'une offre d’assurance vie luxembourgeoise. Ce produit destiné à une clientèle haut-de-gamme est accessible à partir de 100 000 euros sans frais d'entrée.

Cette offre permet aux investisseurs d’accéder à des véhicules réservés aux institutionnels et de bénéficier d’une sécurité renforcée sur leur capital, « tout en étant investis dans des actifs décorrélés et des actifs de rendement », précise Maxime Defasy, responsable des investissements chez Althos Patrimoine.

Diversification des actifs

Cette offre donne accès à la quasi-totalité des contrats d’assurance-vie du marché luxembourgeois. Les investisseurs choisissent parmi une douzaine de contrats, sélectionnés auprès des principaux acteurs du secteur : Allianz, Lombard International, Swiss Life, Generali, Bâloise Assurances ou encore AG2R La Mondiale.

Les épargnants ont accès aux parts institutionnelles des OPCVM traditionnels, ainsi qu'à des classes d’actifs de diversification réservées aux institutionnels. Ils peuvent investir une partie de leur capital en capital-investissement, en immobilier ou encore en dette privée.

Protection de l'épargne

Les investisseurs bénéficient d'une sécurité renforcée, connue sous l’appellation « triangle de sécurité ». Ce type de contrat offre des garanties supplémentaires en termes de protection de l’épargne. En France, en cas de faillite de la compagnie d’assurance, l’épargne est garantie dans la limite de 70 000 euros par assuré et par contrat.

Le Luxembourg n'impose pas ce type de limite. Les actifs sont conservés auprès d’une banque dépositaire. Enfin, l’épargnant bénéficie d’un statut de créancier de premier rang, ce qui le rend prioritaire en cas de faillite de la compagnie d’assurance.

Lire (2 min.)

Benoist Lombard - CNCGP : Les actualités et les perspectives de la chambre

Après le grand chambardement réglementaire de 2018, et une forte croissance de ses membres, la CNCGP s'apprête à renouveler son équipe en 2019, à l'occasion de son congrès annuel.
Voir (<2 min.)

Olivier Quentin - MMA Expertise Patrimoine : Réglementation, tutelle et interprofessionnalité

En cette rentrée, l'actualité de MMA Expertise Patrimoine est riche : alignement réglementaire avec DDA, partenariat dans le domaine de la tutelle, promotion de l'interprofesionnalité, développement d'un pôle d'ingénierie commerciale... L'offre de services s'élargit autour de l'ADN mutualiste du Groupe Covéa.
Voir (<4 min.)

Fundee - Vanessa Rodrigues : Le nouvel agrégateur transactionnel dédié aux CGPI

FUNDEE, le hub de souscription multi-assureurs dédié aux CGPI, se dote d'une nouvelle fonction : un agrégateur numérique de contrats d'assurance-vie.
Voir (<2 min.)

Conformité réglementaire : la CNCIF déploie un nouvel outil pour les CGP

Etre en conformité réglementaire n'est pas chose aisée : gérer simultanément le parcours client, l'administratif, automatiser les obligations réglementaires et assurer une traçabilité sécurisée pour le client tout en répondant aux exigences du régulateur... Dans cette optique, la Chambre Nationale des Conseillers en Investissement Financiers, en association avec Happy Compliance propose à ses membres CGP un CRM multitâches.
Lire (1 min.)

RSE : la France arrive 3e au classement mondial d’une étude

Le Médiateur des entreprises et EcoVadis dévoilent ce mercredi 17 avril la 3e édition de leur étude « Comparatif de la performance Responsabilité Sociale & Environnementale (RSE) des entreprises françaises avec celle des pays de l’OCDE et des BRICS ». Dans le cadre de ce baromètre, plus de 20 000 entreprises dont près de 3 000 françaises ont été évaluées entre 2016 et 2018 sur l’environnement, le social et l’éthique. Les résultats indiquent que les entreprises progressent fortement pour leur management de la RSE.

La France se hisse à la 3e place mondiale

Avec un score moyen de 51/100 — contre 43.8/100 lors de la 1ère édition et 48.3/100 pour la 2— les grandes entreprises, PME et ETI françaises arrivent en 3e position de l’ensemble des pays passés en revue pour leur niveau de management de la RSE. D'après l’étude, elles ont développé le niveau « adapté » aux enjeux environnementaux et sociaux mais également sur l'éthique, thème au taux de progression le plus fort entre 2016 et 2018.

Les scores globaux — regroupant l’environnement, le social et l’éthique — augmentent pour chacun des groupes — France, OCDE, OCDE hors France, BRICS — mais les entreprises françaises présentent de bien meilleures performances que la moyenne des BRICS (37,3/100) et sont largement au-dessus de la moyenne OCDE (46,5/100). Il est à noter que les performances moyennes s’améliorent dans toutes les zones depuis la dernière édition de l’étude. La France démontre néanmoins la plus forte progression (+6 % contre 4 % ailleurs dans l’OCDE et 1 % pour les BRICS).

Les entreprises françaises confirment leurs performances

Dans le détails, 70 % des PME-ETI et 75 % des grandes entreprises françaises disposent désormais d’un système de gestion de la RSE « adapté », voire « exemplaire ». La part d’entreprises de niveau « exemplaire » a été multipliée par trois pour les grandes entreprises et par neuf pour les PME-ETI depuis la première édition de l'étude. Les performances RSE des grandes entreprises restent supérieures à celles des PME-ETI, malgré le fort taux de progression de ces dernières.

Ces différences de performances RSE par taille d’entreprise affectent le classement mondial. Les PME-ETI françaises se placent en cinquième position, soit légèrement en deçà de leurs homologues de plus de 1000 employés, à la troisième place du classement mondial Grandes entreprises. Sur le classement mondial PME-ETI, elles ne sont cependant qu’à 1,5 point du premier (les PME-ETI de Suède). Leur dynamique pourrait leur assurer une place sur le podium dans les prochaines années.

La RSE implique des efforts dans la durée    

45 % des entreprises françaises ont été évaluées au moins deux fois par EcoVadis, 33 % dans les BRICS et 38% dans le reste de l’OCDE. Les entreprises ré-évaluées obtiennent en moyenne un meilleur score que celles évaluées pour la première fois : 54,4/100 en moyenne pour les entreprises évaluées plus d’une fois, contre 44,9/100 en moyenne pour celles examinées pour la première fois.

Lire (3 min.)

Family Office : l’AFFO lance son 7e prix étudiants pour faire connaître le métier

L'Association Française du Family Office (AFFO) annonce ce mercredi 17 avril le lancement à venir de la 7e édition du Prix de l'AFFO, destiné à promouvoir le métier de Family Office auprès des étudiants. Créé en 2013, cet événement animé par Thierry de Poncheville et Myriam Combet s'adresse aux étudiants des universités en troisième cycle de type master, spécialisés en gestion de patrimoine. Objectif, les intéresser à un métier en plein essor qui présente un fort potentiel de développement.

Les participants devront rédiger un mémoire sur les liens entre entreprises familiales et Family Office, dans l'un de ces domaines de recherche : sciences de gestion — finance, stratégie, etc. — sciences économiques, droit — droit des affaires, droit des sociétés, etc. — sciences politiques, sociologie ou psychologie. Un jury sélectionnera le meilleur ouvrage. Les candidats devront déposer leur dossier entre le 1er juillet et le 30 septembre 2019.

Un outil de visibilité auprès des professionnels

La remise du Prix de l’AFFO 2019 aura lieu en décembre prochain, à l’occasion des Rencontres Annuelles de l'AFFO. Le lauréat recevra une dotation de 2 000 euros. Il présentera aussi son travail devant des professionnels du monde des affaires et devant la presse. L'AFFO publie ensuite cet ouvrage dans la Collection des Prix de l’AFFO. Lors de sa 6e Edition en 2018, l’AFFO a ainsi distingué Quentin Barricault, étudiant à l’université Paris Dauphine, pour son mémoire La gestion de la retraite du chef d’entreprise dans un contexte de réformes structurelles.

Un Family Officer s'appuie sur des compétences multidisciplinaires, en raison des interactions multiples que son métier implique auprès de différents partenaires : banques, avocats, notaires, fiscalistes, etc. Un Family Office travaille pour développer le patrimoine des familles dans une vision à long terme « transgénérationnelle ». Cet objectif mobilise de nombreuses compétences dans les domaines de l'ingénierie patrimoniale, la gestion de portefeuille, la transmission, la fiscalité, le risk management, la gouvernance familiale ou encore la philanthropie.

L'intérêt des Family Offices pour les entreprises familiales

Dans le contexte économique actuel, les entreprises familiales se portent bien. Elles représentent 83 % des entreprises actives dans l’économie française, 23 % des grandes entreprises, 47 % des ETI et 84% des PME (hors micro-entreprises). Les entreprises familiales sont aussi créatrices d'emploi. Elles contribuent pour 49 % à l’emploi salarié français et favorisent le maintien de l’emploi dans leurs régions, d'après une étude de l'INSEE publiée en 2012. Leur écosystème les pousse vers les Family Offices.

Les entreprises familiales s'inscrivent dans des objectifs de croissance, de maîtrise des risques, d'évolution de la gouvernance et de transmission aux générations futures. « Il est essentiel pour une famille de connaître le rôle du Family Office, de comprendre, comment il va pouvoir les accompagner et les conseiller pour mieux anticiper leurs besoins », explique Jean-Marie Paluel-Marmont, Président de l’AFFO. Autant de perspectives susceptibles de séduire les jeunes diplômés.

Lire (4 min.)

Loi PACTE, DDA & digital : les actualités de l'Anacofi

Nouveaux outils numériques, évolutions réglementaires, événements en régions ou encore commission de réflexion, les actualités de l'Anacofi sont nombreuses à la veille de la pause estivale.
Voir (<4 min.)

La banque privée traditionnelle est-elle vouée à disparaître ?

Albert d'Anthoüard
Faible digitalisation, bouleversements réglementaires, concurrence des Fintechs : d’importants défis sont à relever dans le monde feutré de la gestion privée. Saura-t-elle évoluer à temps ?
Lire (4 min.)