Momentum - Banques centrales : la fin des liquidités abondantes

La baisse des marchés reflète-t-elle la fin du cycle d'assouplissement monétaire mis en place par les banques centrales depuis 10 ans ? Les liquidités n'ont pas réellement commencé à se tarir même si le dollar a progressé en 2018. Reste la guerre commerciale qui pourrait trouver sa solution dans le pragmatisme des deux côtés du Pacifique. Notre expert Waldemar Brun-Theremin vous livre son analyse dans ce nouveau Momentum, votre incontournable rendez-vous financier !
Voir (<4 min.)

Marchés : quelles perspectives pour le second semestre ?

Mabrouk Chetouane
Les marchés boursiers ont connu un premier semestre agité, marqué par l’augmentation de la volatilité, le retour du risque politique et l’apparition de nouvelles tensions commerciales. À quoi faut-il désormais s’attendre pour le second semestre ?
Lire (4 min.)

Mario Draghi a rassuré les marchés

Emmanuel Auboyneau
Comme prévu, la BCE arrêtera son QE fin décembre. Un « tapering » justifié par le dynamisme de la conjoncture européenne.
Lire (1 min.)

Comment interpréter les signaux de la courbe des taux ?

John Bilton
Il est souvent instructif d’observer comment les investisseurs interprètent des thèmes extérieurs aux classes d’actifs qui polarisent habituellement leur intérêt – par exemple des investisseurs obligataires cherchant à expliquer les fluctuations des rendements en tournant du côté des bénéfices des actions, ou des investisseurs en actions tentant de rapprocher les valorisations des actions des prévisions de la politique monétaire de la banque centrale.
Lire (6 min.)

L’ACPR/AMF lancent une consultation sur les investisseurs vulnérables

Dans un contexte de vieillissement démographique et de mutation digitale du secteur financier, le Pôle commun présente un état des lieux général des pratiques de commercialisation des produits financiers aux personnes âgées : besoins et difficultés éventuelles, mécanismes de protection et usages du marché. Le rapport vise à constituer une première base de réflexion et à ouvrir le débat, par le biais d’un appel à contributions, sur une série de questions-clés.

L’objectif est de trouver, en collaboration avec les consommateurs, les professionnels et les acteurs du vieillissement, les moyens d’identifier les bonnes pratiques de commercialisation à l’égard des personnes vieillissantes et vulnérables, au regard notamment de difficultés cognitives. L’ambition de ces travaux est double : s’assurer qu’un conseil adapté est délivré par les professionnels et qu’un consentement éclairé est donné par cette clientèle lors de la souscription de produits financiers.

L’ACPR et l’AMF invitent toutes les personnes intéressées à envoyer leurs contributions, qui nourriront les réflexions du Pôle commun pour la suite des travaux en 2019.

 
Lire (1 min.)

Janus Henderson lance un fonds sur la thématique des biotechs

Cette SICAV de droit luxembourgeois investira dans des sociétés innovantes du secteur de la biotechnologie, ou des sociétés liées à ce secteur, en ciblant plus particulièrement celles qui apportent une réponse aux importants besoins médicaux non satisfaits à travers le monde. Ce fonds ciblera les sociétés visant un développement de long-terme au sein d’un secteur très innovant et en rapide croissance.

Le nouveau fonds biotech de Janus Henderson sera co-géré par Andy Acker et Dan Lyons qui disposent, à eux deux, de plus de 40 ans d’expérience en matière d’investissement sur le secteur de la biotechnologie. Le fonds sera géré par une équipe d’experts issus du milieu scientifique et bénéficiera du soutien du reste de l’équipe d’investissement spécialisée dans le domaine de la santé de Janus Henderson.

Andy Acker constate : « Le rythme des progrès s’accélère dans l’industrie de la biotechnologie, ce qui signifie que les avancées médicales surviennent beaucoup plus rapidement. La FDA a, depuis le début de l’année, approuvé 55 nouvelles thérapies, établissant ainsi un record historique. Notre processus met l’accent sur les moteurs opérationnels et scientifiques essentiels à l’atténuation des risques et à l’identification des opportunités dont regorge ce secteur dynamique. »

Lire (1 min.)

Des marchés compliqués ?

Marc Renaud
La plupart des gérants, quel que soit leur style ou biais, trouvent les marchés difficiles à comprendre et à travailler depuis le début de l’année.
Lire (1 min.)

IFO / BCE / FMI / GroKO / Italie : Tutti Frutti

Hervé Goulletquer
Mettons en perspectives différents éléments récents (l’indice IFO allemand de février après l’enquête PMI de la Zone Euro pour le même mois, le compte-rendu du Conseil des gouverneurs de la BCE de janvier dernier et la publication d’une étude du FMI sur le besoin d’une Union budgétaire pour la Zone Euro) ou à venir très vite (le 4 mars prochain, l’élection législative italienne et le résultat de la consultation des militants du SPD allemand sur la grande coalition de gouvernement avec la CDU/CSU ).
Lire (3 min.)

Mystérieuse inflation

Hervé Goulletquer
Les résultats des enquêtes de conjoncture de décembre ont redonné confiance à la communauté financière. La phase de croissance économique, à la fois de bon niveau et synchronisée entre les grandes régions du monde, reste en place. N’est-ce pas une invite à continuer de privilégier les actifs risqués dans les portefeuilles ? Résumons ce tempo favorable de l’économie mondiale par un chiffre. Le mois dernier, l’indice PMI monde pour le secteur manufacturier s’est positionné à 54,5, soit le plus haut niveau depuis mars 2011.
Lire (3 min.)

Volatilité des actions : ce que cachent les apparences

L'équipe de gestion d'Aviva Investors
Bien que la volatilité globale des principaux indices boursiers continue d’être anormalement faible, lentement, mais sûrement, l’incertitude se renforce sur les marchés financiers. Les investisseurs devraient en prendre note.
Lire (8 min.)

Tikehau IM réalise le premier closing du fonds T2 Energy Transition Fund

Aujourd’hui, pour répondre aux défis du dérèglement climatique, les besoins d’investissement sont estimés par l’Agence Internationale de l’Énergie à 60 000 milliards d’euros pour les deux prochaines décennies. Dans ce contexte, T2 Energy Transition Fund a vocation à soutenir les acteurs européens de la transition énergétique de taille intermédiaire dans leur développement, leur transformation et leur expansion, notamment internationale.

Les investissements du fonds se concentreront sur les entreprises évoluant dans trois secteurs déterminants pour la transition énergétique :

  • La production d’énergies propres : mise en œuvre de solutions pour la diversification du mix énergétique, projets de production d’énergie à partir de ressources non carbonées.
  • La mobilité bas-carbone : développement d’infrastructures visant à accueillir les véhicules électriques, essor d’équipements et de services liés à la mobilité bas carbone et évolutions liées à l’utilisation du gaz naturel dans les transports en remplacement du diesel et du fuel marine.
  • L’amélioration de l’efficacité énergétique, du stockage et de la digitalisation : recherche et mise en œuvre de solutions pour le déploiement et l’optimisation du stockage d’énergie, optimisation de la consommation énergétique des bâtiments et des entreprises.

Un modèle opérationnel différenciant 

Née de la coopération entre Tikehau Investment Management et Total, le fonds T2 Energy Transition Fund a un modèle opérationnel différenciant qui s’appuie sur l’expertise de l’équipe d’investissement de Tikehau Investment Management tout en bénéficiant de l’expertise sectorielle et du réseau international de Total.

Le fonds dispose ainsi de 350M€ à l’issue de ce premier closing. Convaincus par le positionnement du fonds, Bpifrance et Groupama, investisseurs de références, ont souhaité rejoindre dès le premier closing les sponsors : Tikehau Capital et Total.

Lire (2 min.)

Euskal Herria, le premier FCPR de Newfund dédié aux start-up de la région Aquitaine

Newfund NAEH investira entre 150.000 euros et 500.000 euros dans des entreprises en phase de lancement qui réalisent un début de chiffre d’affaires, avec l’objectif d’en faire de futurs champions. Les start-up bénéficieront d’un accompagnement local grâce au soutien du réseau de souscripteurs bien implantés dans le tissu économique de la région. Agathe Descamps, docteur en droit des sociétés, sera la correspondante de Newfund en région.

Ces entreprises seront soutenues par l’équipe Newfund qui, depuis 10 ans, a investi dans plus de 80 start-up. Newfund connaît bien la région pour y avoir investi à plusieurs reprises et pour compter le Conseil Régional parmi ses souscripteurs depuis 2008.

Newfund est également présent aux Etats-Unis dans la Silicon Valley. Il mettra à disposition son savoir-faire en matière de déploiement aux Etats-Unis lorsque c’est pertinent pour les sociétés les plus ambitieuses du portefeuille Newfund NAEH.

De l’investissement subi à l’investissement choisi

Pour les investisseurs, Newfund NAEH est un produit d’un genre nouveau. En effet, la fin de l’Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), et de la niche fiscale qui lui était liée, a libéré un espace d’investissement. Au lieu d’investir dans les anciens « fonds ISF » pour bénéficier de l’avantage fiscal, le souscripteur investit dans Newfund NAEH pour la performance d’un fonds géré de façon professionnelle sans « carotte fiscale » à l’investissement.

Lire (1 min.)

A l’écoute des banques centrales

Ariel Bezalel
À cause des fondamentaux de long terme, les taux américains devraient rester bas encore un bon moment, même si l'on assiste dans les mois à venir à une petite remontée et à l'amorce d'une réduction du bilan de la Réserve Fédérale américaine, hypertrophié par 6 ans d'assouplissement monétaire.
Lire (4 min.)

Les Banques Centrales se mettent au régime

L'appétit des Banques Centrales pour les actifs toucherait-il à sa fin ? Vivement attendu par les marchés, le durcissement des politiques monétaires de la BCE et de la FED est sur toutes les lèvres, y compris celles des décideurs. Après la décision de la FED, c'est Mario Draghi, l'instigateur du programme massif d'achat censé relancer l'inflation en zone euro, qui a hier donné un semblant de réponse. Il y aura bien un "tapering", mais dans l'optique de ne pas brusquer les marchés, il sera progressif et allongé de 6 mois. Pas de régime sec post-indigestion donc, mais un retour très graduel à la normale. La faim d'inflation justifierait-elle les moyens ?
Lire (<1 min.)