Investir en entreprise : 1 Français sur 3 serait prêt à y placer son épargne

Comment les épargnants actifs préparent-ils leur avenir ? Quelle place l'investissement en entreprise tient-il dans leurs plans ? Private Equity, entreprises cotées en bourse ou encore fonds d'investissement... Infopro Digital dévoile cette semaine une étude sur la diversification de l'épargne vers les entreprises et l'économie réelle.
Lire (5 min.)

Prise de participation : CAPZA et Bpifrance entrent au capital de Coutot-Roehrig

CAPZA — spécialiste de l’investissement privé dans les PME/ETI — annonce ce mercredi 23 octobre l'acquisition, aux côtés de Bpifrance, d'une participation minoritaire dans le capital du groupe Coutot-Roehrig, spécialiste de la généalogie successorale. Cette opération a pour objectif d’accompagner la croissance du groupe, tant organique qu’externe, et de le positionner comme spécialiste mondial sur son secteur.

« En s’associant à CAPZA dans cette opération, Bpifrance réaffirme sa volonté de soutenir et d’accompagner les dirigeants, notamment d’ETI familiales, dans leurs projets de croissance et de participer ainsi à la création de leaders français à l’international. Nous sommes également particulièrement fiers de participer à la primo ouverture de capital du groupe Coutot-Roehrig », déclare Johanne Destrés, Directrice d’investissement Capital développement de Bpifrance.

Quelle stratégie de développement ?

Fondé en 1894, le groupe Coutot-Roehrig pratique en activité principale la recherche d'héritiers dans le cadre de successions. La société joue le rôle d’enquêteur « au long cours » de quelques mois à quelques années, en France et à l'international. Elle possède possède l’une des plus grandes bases privées de données numérisées au monde. Le groupe compte 285 collaborateurs, généalogistes et juristes, et s'appuie sur un réseau international de correspondants. Coutot-Roehrig dispose de 47 succursales, dont 12 à l’étranger et 1 correspondant exclusif en Pologne. A l'heure actuelle, le groupe revendique un chiffre d’affaires de plus de 50 M€.

CAPZA — qui mène cette opération — accompagne le PDG du groupe Guillaume Roehrig — qui reste actionnaire majoritaire — en investissant dans la société en capital et mezzanine, afin de soutenir sa stratégie de développement. Coutot-Roehrig va accélérer sa croissance en France et à l’international, et diversifier ses activités auprès des institutionnels (banques et assurances) dans la gestion d’actifs en déshérence. « Nous souhaitons maintenir une croissance organique soutenue tout en menant une politique d’acquisitions ambitieuse », explique Guillaume Roehrig, Président Directeur Général de Coutot-Roehrig.

Lire (2 min.)

Capital investissement : LCL lance le fonds LCL Croissance pour les PME-ETI

LCL — banque de détail française, filiale de Crédit Agricole — annonce ce mardi 15 octobre la création de son fonds « LCL Croissance » en partenariat avec IDIA Capital Investissement et avec le soutien de Crédit Agricole.

Pour rappel, IDIA Capital Investissement regroupe les activités de capital accompagnement minoritaire de Crédit Agricole, en accompagnement des ETI et PME de tous secteurs d'activités. Elle assure également la gestion des groupements fonciers et forestiers du groupe Crédit Agricole, ainsi que le suivi de ses investissements dans des fonds spécifiques.

Objectifs du fonds « LCL Croissance »

Le fonds « LCL Croissance » — qui vise à terme 200 M€ — investit dans les PME et ETI clientes de LCL. Il prend des positions minoritaires avec des tickets compris entre 5 et 20 M€ dans les entreprises qui ont des perspectives de croissance, afin d'accompagner la montée en puissance de leurs projets, de gérer le passage de témoin des fondateurs vers une génération suivante ou vers un management solide déjà en place.

Ce fonds Evergreen a pour vocation d'accompagner les entreprises dans la durée — sur une période de 5 à 10 ans — soit un accompagnement plus long que la moyenne. Avec « LCL Croissance », la banque LCL entend renforcer son accompagnement auprès des entreprises, afin de devenir le banquier d’une ETI sur deux, et de deux PME sur trois.

Lire (2 min.)

Portzamparc Gestion & Apicap : pourquoi investir dans les PME-ETI donne-t-il du sens au patrimoine ?

Développement économique, transmission d'entreprise, placements à long terme… Pourquoi investir dans les PME-ETI en France ? Quels types d'aventures entrepreneuriales peut-on soutenir grâce au capital-investissement ? Portzamparc Gestion et Apicap reviennent sur ces questions dans une interview croisée.
Voir (<4 min.)

Blockchain : la France adopte une réglementation pour les services financiers

Le ministère de l'Economie et des Finances annonce ce vendredi 22 novembre l'adoption par la France d'un cadre règlementaire qui régit les applications de la Blockchain aux services financiers. Le décret n° 2019-1213 publié ce jour étend notamment cette législation aux prestataires de services sur actifs numériques (PSAN). La France souhaite conforter sa position de pionnier européen en la matière.

« Le cadre issu de la loi PACTE va favoriser le développement d’un écosystème Blockchain en France dynamique et robuste, qui allie capacité d’innovation, transparence et haut niveau de sécurité pour les épargnants et investisseurs. En étant l’un des premiers pays à se doter d’un tel cadre, Paris se donne les moyens de devenir la première place européenne de la Blockchain et conforte son engagement en faveur de l’innovation financière », déclare Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et des Finances.

Cadre créé par la loi PACTE

L'Hexagone a été l’un des premiers pays au monde à donner force de loi à l’utilisation de la technologie Blockchain en matière d’inscription et de transfert de titres financiers. La France complète ainsi « l’un des cadres les plus exhaustifs au monde en matière d’actifs numériques, qui couvre aussi bien les aspects réglementaires que fiscaux ou encore comptables », indique le ministère dans un communiqué. Le nouveau décret vient le cadre juridique spécifique à ces actifs numériques créé par la loi PACTE.

Sur le marché primaire, il était déjà possible pour les émetteurs de solliciter auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF) un visa préalablement à leur émission d’actifs numériques (Initial Coin Offering – ICO), en application directe de la loi PACTE. Sur le marché secondaire, le décret vient préciser les contours des statuts applicables aux prestataires sur actifs numériques. Il leur ouvre la possibilité de s’enregistrer et de solliciter un agrément auprès de l’AMF.

Obtention de l'agrément AMF

L’obtention de cet agrément est conditionnée au respect de dispositions prévues par la loi. Il s’agit notamment d’obligations sur la sécurité des systèmes informatiques —  en termes de fonds propres ou d’assurance —  et d’obligations spécifiques à chaque service. Un service de conservation devra par exemple restituer la maîtrise des actifs numériques conservés. Cet agrément optionnel impose à certains prestataires de s'enregistrer, dans le cadre de la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme.

Par ailleurs, le décret renforce l’accès aux services bancaires pour les émetteurs qui ont reçu un visa de l’AMF sur leur émission. C'est aussi le cas pour les prestataires de services sur actifs numériques enregistrés ou agréés. En cas de refus injustifié — même implicite —  d’accès aux services de comptes et de dépôts, les émetteurs ou prestataires pourront exercer un recours auprès de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) en vue de déclencher une procédure de droit au compte.

Lire (3 min.)

OPPCI Impact Investing : Swiss Life AM France et Cedrus & Partners acquièrent une résidence étudiante

Swiss Life Asset Managers (AM) France — filiale du groupe Swiss Life — annonce ce mercredi 20 novembre avoir signé la vente en l’état futur d’achèvement (VEFA) d’une résidence étudiant à Dijon (Côtes-d'Or) pour le compte de l’OPPCI Immobilier Impact Investing. Le gérant réalise ainsi la première acquisition pour ce fonds, créé en partenariat avec Cedrus & Partners.

Près du centre historique de Dijon

La résidence de 144 lots (T1) se situe au cœur du nouveau pôle de la Cité internationale de la gastronomie et du vin, qui se déploiera sur un terrain de 6,5 hectares sur le site de l'ancien hôpital général, aux portes du centre historique de Dijon. La résidence étudiante sera exploitée par le groupe Réside Etudes. Sa livraison est prévue pour la rentrée universitaire 2021. L’immeuble bénéficiera d’une performance énergétique RT 2012-10 %.

Conçu par l'agence d'architecture Anthony Béchu, cet ensemble développera plus de 70 000 m². Il sera notamment composé d’un pôle de culture et d’expositions, d’un espace de formation, de cinémas, commerces, d’un hôtel 4 étoiles, d’une résidence services senior, d’une résidence étudiants et de logements réhabilités. La société de gestion a réalisé cette acquisition auprès d’Eiffage Immobilier Est.

Premier fonds immobilier à impact social

Lancé en janvier dernier, l’OPPCI Immobilier Impact Investing est le premier fonds immobilier à impact lancé par Swiss Life AM France et Cedrus & Partners. Sa poche sociale rassemblera 20 % des actifs totaux du fonds. Dans ce cadre, les actifs résidentiels seront sélectionnés en accord avec les partenaires associatifs (Samusocial de Paris et Habitat & Humanis) à Paris et première couronne.

La même logique prévaudra dans les grandes métropoles françaises. Ces actifs seront mis à leur disposition pour un loyer nul. Parallèlement à la poche sociale du portefeuille, la poche à rendement représente 80 % de l’actif net cible du fonds. Elle est investie dans des actifs de bureaux et des résidences gérées : résidences seniors, étudiantes, etc.

Lire (2 min.)

Karim Jellaba - Portzamparc Gestion : « Nos fonds petites et moyennes valeurs battent leur indice »

Relance monétaire, budgétaire, indicateurs économiques au beau fixe… En 2019, le marché actions des petites et moyennes valeurs s'affiche à la hausse. Pourquoi investir sur le long terme sur les PME-ETI cotées ? Quelles performances enregistre Portzamparc Gestion cette année ?
Voir (<3 min.)

PME/ETI européennes non cotées : Idinvest lance le fonds Idinvest Strategic Opportunities II

Idinvest — spécialiste du private equity mid-market en Europe — annonce ce jeudi 3 octobre le lancement du fonds secondaire « Idinvest Strategic Opportunities II » (ISO II). Ce deuxième véhicule de la gamme ISO est destiné à financer la croissance des PME/ETI européennes non cotées.

Le premier fonds « Idinvest Strategic Opportunities » (ISO I) — lancé en 2016 — a réalisé 18 transactions et investi dans plus de 250 sociétés sous-jacentes. Au 30 juin 2019, sa valeur liquidative atteint 127,16€ pour la part A uniquement. Ce montant repose sur des produits latents, non encore distribués. Ils ne préjugent pas de la performance finale du fonds.

Stratégie du fonds ISO II

Dans la lignée de son prédécesseur, le fonds ISO II acquerra des portefeuilles de participations ou des parts de fonds d’investissement auprès d’investisseurs qui souhaitent céder leurs participations avant le terme. Les actifs en portefeuille seront majoritairement composés d’entreprises européennes matures, en croissance, actives dans les secteurs de l'industrie et des services.

Avec plus de 20 ans d'expérience et 3 500 entreprises financées à son actif, Idinvest est un spécialiste du marché européen des moyennes capitalisations non cotées. À travers le fonds ISO II, Idinvest déploiera, pour le compte de la gestion privée, une stratégie habituellement réservée aux investisseurs institutionnels. Agréé par l’AMF, le FCPR ISO II sera éligible aux comptes titres et aux contrats d’assurance-vie.

Financer l'économie réelle

Ce FCPR sera distribué par les grands réseaux bancaires et d’assurances partenaires habituels d’Idinvest. « Financer une PME, c’est lui donner les moyens de sa croissance : exporter, développer de nouveaux produits ou services. C’est une stratégie de long terme, d’une durée moyenne de 8 à 10 ans. Certains investisseurs recherchent une liquidité anticipée en cédant leurs investissements avant terme. Le fonds ISO II répondra à ces besoins », rappelle Christophe Bavière, Président d’Idinvest.

« L’expertise d’Idinvest sur différentes stratégies d’investissement pour le compte d’institutionnels et corporates internationaux de renom nous donnent la légitimité de continuer à développer des produits permettant à une clientèle privée d’investir en private equity, afin de soutenir les PME européennes. Avec ce nouveau produit, Idinvest donne une nouvelle fois aux particuliers la possibilité de financer l’économie réelle », ajoute Luc Maruenda, Partner en charge de la clientèle privée chez Idinvest Partners.

Lire (3 min.)

NextStage AM : quelles clés pour une stratégie gagnante en capital-investissement ?

Accélérer la croissance des PME, créer de l'emploi, performances historiques élevées sur 10 ans... En France, le capital-investissement accuse cependant un retard sur le marché des particuliers. Quels sont les bons réflexes avec cette classe d'actifs ? Quelle stratégie d'investissement adopter ?
Voir (<4 min.)

Amiral Gestion : la stratégie du fonds Sextant PME passe le cap des 5 ans

Amiral Gestion — société de gestion indépendante — célèbre ce mardi 16 avril le cinquième anniversaire du fonds Sextant PME. Le gérant développe cette stratégie d'investissement dans les PME-ETI européennes depuis le 1er janvier 2014. Au sein de sa gamme Sextant, Amiral Gestion suit une approche fondamentale caractéristique de sa culture de stock-picking. Le fonds Sextant PME est éligible au PEA et au PEA-PME.

Géré en sous-portefeuille, ce véhicule enregistre 116 millions d’euros d'encours. Sa performance annualisée atteint 11,1 % depuis sa création. « Sur le long terme, nous constatons que les petites valeurs européennes surperforment assez significativement les grandes capitalisations. A noter également une forte dispersion des performances au sein de ce segment », souligne Bastien Goumare, Gérant chez Amiral Gestion.

Un segment riche en opportunités d'investissement

« Si l’on considère les contraintes d’éligibilité au PEA-PME, l’univers d’investissement compte un peu plus de 2 000 sociétés cotées avec une capitalisation globale de 1 300 milliards d’euros. Si le cas de la liquidité de ce marché a souvent été évoqué, il est toutefois caractérisé par une diversité et une richesse indéniables dans sa profondeur à l’échelle européenne », précise Raphaël Moreau, Gérant et Coordinateur du fonds Sextant PME.

« 75 % des valeurs que nous avons en portefeuille sont suivies par moins de 5 courtiers contre en moyenne 25 pour les valeurs du CAC 40 », ajoute Raphaël Moreau. Amiral Gestion compte dans ses rangs 24 analystes-gérants, basés à Paris et Singapour. La société continue de renforcer ses équipes pour couvrir ce segment riche en opportunités d’investissement.

Note de qualité et renforcement des critères ESG

Le fonds Sextant PME a été fermé aux souscriptions en juillet 2017, pour assurer les meilleures conditions de gestion sur le segment des petites et moyennes valeurs. Ce véhicule est réouvert aux nouveaux investisseurs depuis l’automne 2018. « Les gérants trouvent de nouveau de bonnes opportunités sur des dossiers redevenus attractifs en termes de valorisation », explique Nicolas Komilikis, Directeur Général d’Amiral Gestion.

Amiral Gestion a élaboré un processus d’analyse fondé en partie sur une note qualité propriétaire. Objectif, évaluer les titres en fonction de 28 critères aussi bien financiers qu’extra-financiers. « Fin 2018, nous avons renforcé l’intégration des critères ESG au sein de nos notes qualité. Cette démarche était déjà intrinsèquement présente dans notre analyse des risques en particulier sur les critères de gouvernance », précise Nicolas Komilikis, Directeur Général d’Amiral Gestion.

Lire (3 min.)

AGCS nomme un Directeur Mondial des Lignes Financières

Allianz Global Corporate & Specialty SE (AGCS) — assureur en risques industriels et risques de spécialité du groupe Allianz — annonce ce vendredi 22 novembre la nomination Directeur mondial des Lignes Financières. Shanil Williams (39 ans) a pris ses fonctions le 15 novembre 2019. Il succède à Bernard Poncin, qui quitte le groupe.

Dans ce cadre, Shanil Williams est basé à Munich en Allemagne. Il reporte directement à Thomas Sepp, Directeur de la souscription des risques industriels (CUO -Chief Underwriting Officer) au sein du Conseil d’administration d'AGCS SE.

Focus sur le parcours de Shanil Williams

AGCS nomme un Directeur Mondial des Lignes Financières
Shanil Williams

De nationalité néo-zélandaise, Williams Shanil est diplômé en commerce et en finance de l'Université de Canterbury. Au cours de sa carrière, il passe 14 ans chez AIG. Il occupe un certain nombre de postes de direction régionale de Souscription Lignes Financières de plus en plus importants, à Londres, Paris, Johannesburg (Afrique du Sud) et Auckland (Nouvelle-Zélande).

Shanil Williams rejoint AGCS en 2016 en tant que Directeur Général pour la Nouvelle Zélande. En 2018, il s'installe à Munich où il occupe à partir du mois d'août le poste de Directeur mondial de la branche commerciale en assurance Lignes Financières. En novembre 2019, il devient Directeur mondial des Lignes Financières.

Lire (2 min.)

Audacia nomme une Directrice de la Communication

Audacia — société de gestion indépendante fondée en 2006, spécialiste de l’investissement en Private Equity — annonce ce mercredi 20 novembre la nomination d'une nouvelle Directrice de la Communication. Dans ce cadre, Eléonore de Rose (40 ans) est en poste depuis début novembre 2019.

Elle doit promouvoir les trois métiers d’investissement d’Audacia : capital développement (financement des PME-ETI), capital innovation (funds venture dédié aux technologies quantiques), et capital élévation (fonds immobilier dédié au financement de résidences de Coliving).

Focus sur le parcours d'Eléonore de Rose

Eléonore de Rose

Diplômée de droit à Paris II - Assas et de l’Institut Français de Presse, c’est aux relations presse de Benetton France, puis en tant que Responsable de l’information économique du Medef auprès de Laurence Parisot, que cette communicante fait ses classes.

En 2011, elle part pour Madrid où elle met sa plume notamment au service de l’agence Nota Bene avant de revenir à Paris en 2016 en tant que Concepteur-Rédacteur. Son arrivée chez Audacia est un retour à son cœur de métier : la stratégie de communication.

Lire (2 min.)

Alto Invest lance son premier FCPR dédié aux particuliers

Ce fonds cible les PME-ETI françaises et européennes armées pour capter la croissance issue de grandes tendances structurelles. Il s’appuie sur l’expertise éprouvée de l’équipe d’Alto Invest et sur un track-record de plus de 15 ans à travers plus de 40 fonds de capital investissement. À travers Alto Avenir, dont le minimum de souscription est réduit par rapport aux FCPR traditionnels, Alto Invest démocratise l’accès au private equity (capital investissement) et permet aux investisseurs particuliers d’accéder à une classe d’actifs habituellement réservés aux investisseurs institutionnels. Démocratiser le capital investissement auprès des particuliers Le FCPR Alto Avenir ciblera donc des entreprises de croissance avec un profil attractif, en leur apportant des financements de long terme, en adéquation avec les besoins de l’économie les plus essentiels. Dans un contexte de taux bas et grâce à un minimum de souscription abaissé à 10 000 euros, le FCPR Alto Avenir entend pleinement participer à la démocratisation du private equity (capital investissement) et donner accès aux investisseurs privés à une classe d’actifs aujourd’hui largement réservée aux investisseurs institutionnels. Bénéficier d’une fiscalité attractive Les parts du FCPR ALTO AVENIR peuvent être souscrites en nominatif pur ou depuis un compte titres. Dans ce cadre, les personnes physiques résidentes en France bénéficient de l’exonération d’impôts sur le revenu prévue à l’article 163 quinquies B du Code Général des Impôts, et ce, sans limitation de montant. Les plus-values et gains restent soumis aux prélèvements sociaux. Alto Invest a par ailleurs impliqué plusieurs assureurs-vie dans la conception du FCPR Alto Avenir, avec l’objectif qu’il soit référencé dans leurs support UC ; dans ce domaine, le travail se poursuit.
Lire (1 min.)