AllianzGI lance un fonds qui investit dans l’économie française

Allianz Global Investors (AllianzGI) — acteur mondial de la gestion active — annonce ce mercredi 13 octobre le lancement du fonds « Allianz France Avenir ». Celui-ci permet aux investisseurs d’entrer au capital d’entreprises françaises cotées de petites et moyennes entreprises (PME) ou d’entreprises de taille intermédiaire (ETI).

Investir dans la relance

Cette stratégie participe à la relance en finançant les entreprises françaises les mieux positionnées dans leurs secteurs. Elle est déjà référencée dans le contrat d'assurance vie « Allianz Vie Fidélité ». Le fonds vient s’ajouter aux actions menées par Allianz France pour financer l’économie locale et durable dans le cadre de l’axe « Engagé » de son plan stratégique à 2025.

Les PME génèrent plus de la moitié de la valeur ajoutée en France. Les mesures prises par l’Etat durant la crise sanitaire ont maintenu la confiance des dirigeants et mobilisé les capitaux privés pour soutenir l’économie. En 2020, la France a conservé sa première place en Europe face au Royaume-Uni et à l’Allemagne par le nombre de projets financés par des investisseurs étrangers. Les perspectives de croissance économiques sont encourageantes.

Stratégie ESG et label ISR

« Nous sommes heureux de pouvoir offrir à nos clients l'accès à un fonds leur permettant d’investir dans une France compétitive. Ce fonds vise en effet à participer au développement de nos entreprises prometteuses et engagées dans une démarche vertueuse sur les dimensions ESG », commente Marc Gualandi, Directeur commercial pour les réseaux propriétaires chez AllianzGI.

L’équipe de gestion expérimentée spécialisée « small et micro cap » dirigée par Heinrich EY s’appuie sur un processus de recherche et de sélection éprouvé ainsi que sur une excellente connaissance du marché européen. « Allianz France Avenir » est un fonds qui adopte une approche « best in class » ISR. Le fonds a obtenu le label France Relance.

Lire (2 min.)

Economie circulaire : des champions dans les petites & moyennes valeurs européennes

Les équipes de Mandarine Gestion
L’économie circulaire permettra-t-elle de réduire l’impact environnemental de la production de déchets ? Comment investir sur ce segment en Europe ? L'équipe Croissance - Small&Midcap de Mandarine Gestion publie sa lettre mensuelle.
Lire (3 min.)

Julien Brumer Ruscio – Inter Invest : FIP Outre-mer Inter Invest n°4, investir dans les PME

Un Fonds d'Investissement de Proximité (FIP) permet au souscripteur de bénéficier d'une réduction d'impôt de 25 % à 30 % du montant de leur souscription. Quelles sont les caractéristiques du FIP Outre-Mer Inter Invest n°4 ? Pourquoi le choisir pour investir dans les PME d'Outre-mer ?
Voir (<1 min.)

EXCLUSIF / Industrialisation et proximité : clé du succès des acteurs financiers de demain ?

Thomas Perret
Banques, assurances, acteurs financiers... Les Français confient toujours leur épargnes aux structures financières traditionnelles. Quelle place les fintechs peuvent-elles prendre sur le long terme ? Quel business model garantira leur croissance ? L'éclairage de Thomas Perret, fondateur de Mon Petit Placement.
Lire (4 min.)

Eiffel Investment Group recrute une Director au sein du fonds Eiffel Essentiel

Eiffel Investment Group (Eiffel IG) — gérant d’actifs spécialisé dans le financement des entreprises — annonce ce vendredi 15 octobre poursuivre le renforcement de son équipe Private Equity. Dans ce cadre, Eiffel IG accueille Céline André en tant que Director.

Décarbonation de l'économie

« La diversité des expériences de Céline André et son excellente connaissance des entrepreneurs et des PME seront des atouts clés dans le renforcement de notre équipe de Private Equity et démontre la volonté d’Eiffel Investment Group de continuer à attirer de nouveaux talents », déclare Fabrice Dumonteil, Président d’Eiffel IG.

« Eiffel Investment Group dispose d’une expertise reconnue et d’un track record sans égal en matière de financement de la transition énergétique en France et en Europe », déclare Céline André. Après celle de Romain Ohayon en septembre dernier, cette nomination confirme l’engagement stratégique d’Eiffel IG dans le domaine de la transition énergétique et sa volonté de s’affirmer dans le financement de la décarbonation de l’économie.

Focus sur le parcours de Céline André

Eiffel Investment Group recrute une Director au sein du fonds Eiffel Essentiel
Céline André

Précédemment Directrice d’investissements chez Bpifrance, Céline André exerce avec succès depuis 18 ans dans l’accompagnement et le financement en capital des ETI et des entreprises de croissance. Elle se concentrera sur l’investissement au sein du fonds Eiffel Essentiel, le fonds de capital-croissance d’Eiffel IG dédié à l’émergence des champions de la transition énergétique et écologique, qui vient de réaliser son premier closing à environ 300 M€ et vise 500 M€.

Titulaire du Certificat d’Aptitude à la Profession d’Avocat et diplômée de l’EDHEC - Grande Ecole (2002), Céline Andréa travaille neuf ans en tant qu’avocate au sein des équipes M&A des cabinets Gide et Veil Jourde. En 2012, elle rejoint l’équipe juridique du Fonds Stratégique d’Investissement (FSI) — aujourd'hui Bpifrance Investissement — en tant qu’in house Lawyer.

En 2016, elle rejoint en tant qu’investisseur l’équipe Large Cap de Bpifrance Investissement. Au cours de ces presque 20 années passées aux côtés des entrepreneurs et d’actionnaires familiaux ou d’industriels, Céline André structure un grand nombre de dossiers de Private Equity. Elle accompagne de nombreuses entreprises, cotées et non cotées, dans leur croissance en France et à l’International — NEOEN, Sabena technics ou La Maison Bleue.

Lire (3 min.)

Label ISR : La Française AM l’obtient pour un fonds de dette souveraine

La Française AM — société de gestion gérant plus de 17 milliards d’euros au 30 juin 2021 — annonce ce vendredi 15 octobre que son fonds de dette souveraine lancé en avril 2021, « La Française Carbon Impact Global Government Bonds », a obtenu le Label Investissement Socialement Responsable (ISR). Ce label est soutenu par les pouvoirs publics et décerné par EY France, accrédité en qualité de « labellisateur » par le COFRAC.

Transition énergétique

« La Française continue d’innover en matière d’analyse carbone avec une méthodologie propre à la dette souveraine. Cette méthodologie se base sur des données collectées, consolidées et analysées par notre centre de recherche extra financière. Désormais, nous sommes en mesure d’offrir aux investisseurs institutionnels une gamme de fonds bas-carbone couvrant l’ensemble des classes d’actifs », précise Jean-Luc Hivert, Président et directeur mondial des investissements de La Française AM.

« Nous pouvons ainsi proposer à nos investisseurs institutionnels l’analyse Carbone de leur propre portefeuille de dette souveraine. La labellisation ISR du fonds La Française Carbon Impact Global Government Bonds vient reconnaître cette expertise, développée conjointement avec notre centre de recherche propriétaire, La Française Sustainable Investment Research », ajoute-il. « La Française Carbon Impact Global Government Bonds » vise à contribuer au financement de la transition énergétique.

Positionnement bas-carbone

Le fonds est co-géré par Hervé Chatot et Gaël Binot. Investi principalement dans des emprunts d’Etats des pays membres de l’OCDE et des pays émergents, ainsi que des émissions quasi-souveraines, il peut se diversifier dans le secteur privé. Pour renforcer le positionnement bas-carbone, les obligations à Impact (Green bonds) représentent une part importante de l’allocation (34 % au 31 août 2021). Elles financent directement des projets en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique.

Classifié « article 9 » selon le règlement Disclosure et « approche fondée sur un engagement significatif dans la gestion » selon la classification AMF, le fonds a pour objectif :

  • de rechercher sur la période de placement recommandée de trois (3) ans minimum, une performance nette de frais, supérieure à celle de l’indicateur de référence composite (50 % J.P. Morgan GBI Global hedged Euro Index + 50 % J.P. Morgan EMBI Global Diversified hedged Euro Index) en investissant dans un portefeuille d’émetteurs publics, quasi publics et privés filtrés préalablement selon des critères d’investissement ESG (Environnemental, Social et de Gouvernance) et analysés sous l’angle de leur compatibilité avec la transition énergétique selon une méthodologie définie par la société de gestion ;
  • et d’avoir une moyenne pondérée des émissions de gaz à effet de serre du portefeuille par euro investi (intensité carbone) d’au moins 20 % inférieure à celle de l’indicateur de référence composite.

Analyse en trois étapes

La stratégie de gestion du fonds consiste en l’allocation des capitaux dans les pays les mieux engagés dans la transition vers une économie bas-carbone et bénéficiant de bonnes capacités d’adaptation. Réalisée selon une méthodologie propriétaire développé par La Française Sustainable Investment Research et intégrée au cœur du processus de gestion, l’analyse Carbone comprend trois étapes, basée sur une approche en sélectivité :

Etape 1 (Filtre d’exclusion) :

  • analyse de la vulnérabilité des Etats aux évènements climatiques extrêmes au regard de leurs capacités d’adaptation (gouvernance responsable, cadre institutionnel, organisation sociale, niveau de développement, ressources économiques) et de leurs performances et stratégies en faveur de la transition vers une économie bas-carbone ; exclusion systématique des Etats présentant les risques d’adaptation et de transition les plus forts ;
  • analyse des critères ESG pour les entreprises

Etape 2 (Analyse fondamentale) :

  • analyse financière des émetteurs (Etats et entreprises) et analyse carbone pendant laquelle l’équipe de gestion estime la capacité d’un Etat à remplir ses objectifs de décarbonation en se basant sur les Contributions des Etats déterminées au niveau national (CDN) en provenance de la Convention-cadre des Nations Unies pour le Changement Climatique (UNFCC). Pour les entreprises, une analyse carbone est réalisée ainsi qu’une trajectoire carbone, selon le cas.

Etape 3 (Construction du portefeuille) :

  • Construire un portefeuille décarboné aligné sur son objectif de réduction d’intensité carbone.

Cette analyse en trois étapes permet l’identification des risques et opportunités liés à la transition climatique pour chaque émetteur.

Lire (5 min.)

DOM-COM : Inter Invest Capital lance le FIP Outre-mer Inter Invest n°4

Fort du succès de ses précédents FIP Outre-mer, avec 66 M€ collectés et 44 participations réalisées, Inter Invest Capital — société de gestion, spécialiste des opérations de capital-développement de sociétés en croissance — annonce ce mercredi 29 septembre le lancement du FIP Outre-mer Inter Invest n°4, ouvert aux souscriptions jusqu’au 31 janvier 2023.

Destiné au financement de PME de croissance dans les DOM et les COM, le FIP Outre-mer Inter Invest n°4 permet aux investisseurs privés de bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu (IR) égale à 30 % des montants investis par le fonds dans des PME ultra-marines — en contrepartie d’une durée de blocage pouvant aller jusqu’au 30 juin 2031 au plus tard et d’un risque de perte en capital.

Inter Invest, partenaire historique des PME ultra-marines

Le Groupe Inter Invest a accompagné plus de 22 000 entrepreneurs depuis 1991 et totalise 2 Mds€ d'actifs financés sous gestion à fin décembre 2020. Inter Invest Capital — société de gestion du Groupe agréée par l’AMF — gère 6 FIP investis dans les DOM COM. Elle s’appuie sur la légitimité du Groupe dans l’accompagnement et le développement des PME ultra-marines, grâce à ses 9 agences locales qui lui confèrent une connaissance pointue du tissu économique des DOM-COM.

Géré par Inter Invest Capital, le FIP Outre-mer Inter Invest n°4 est le septième millésime de la gamme commercialisée et investie dans des PME exerçant leur activité sur trois zones économiques distinctes : l’arc Antilles-Guyane, les départements de l’Océan Indien et les collectivités de l’Océan Pacifique. Le FIP tire ainsi profit de la profondeur et de la spécificité de chacune d’entre elles.

Des critères d’éligibilité élargis

Suite au décret adopté le 9 mai 2021 de la loi de finances 2021, les critères d’éligibilité des entreprises à un Fonds d’Investissement de Proximité ont été élargis à la plupart des secteurs d’activité à l'exception des activités financières, patrimoniales, immobilières et de promotion, offrant ainsi de nouvelles opportunités d'investissement aux gérants du fonds.

Cette mesure devrait renforcer la diversification sectorielle de la stratégie mise en œuvre dans les FIP Outre-mer gérés par Inter Invest Capital. Elle permettra désormais de sélectionner des entreprises qui opèrent dans des secteurs aussi variés que la restauration, l'informatique ou le commerce par exemple.

Quelle réduction d'impôt ?

Conformément au décret n° 2020-1014 du 7 août 2020 relatif à la réduction d'impôt pour souscription en numéraire au capital des PME, le taux de réduction d’impôt s’élève à 30 % pour les FIP ultra-marins. Cette réduction d’impôt, supérieure au taux de 25 % offert par le FIP métropolitain, est, pour rappel, calculée sur le montant investi par le FIP en investissements éligibles et non plus sur le montant de la souscription des investisseurs.

Ainsi, afin de maximiser l'avantage fiscal des porteurs, Inter Invest Capital s'engage-t-elle à investir pour son nouveau FIP, 100 % de son actif dans des PME ultra-marines pour permettre aux investisseurs de bénéficier d’une réduction d’impôt effective de 30 % de leur souscription (hors droits d’entrée).

Grâce à cet engagement fort, le FIP Outre-mer Inter Invest n°4 ouvre droit à une réduction d’impôt pouvant atteindre 7 200 € pour les personnes mariées ou liées par un PACS et soumises à une imposition commune (soit un investissement de 24 000 €) et 3 600 € maximum pour les célibataires, veufs ou divorcés (soit un investissement de 12 000 €). Un investissement dans le fonds présente un risque de perte en capital et d’illiquidité.

Stratégie diversifiée

Inter Invest Capital est spécialisée dans les opérations de capital-développement en structurant des investissements en fonds propres ou quasi-fonds propres dans des PME de croissance. La société construira le portefeuille du FIP Outre-mer Inter Invest n°4 avec pour objectif de tirer avantage du dynamisme des Outre-mer tout en cherchant à maîtriser les risques de contre-performance grâce à une triple diversification :

  • diversification des actifs : les gérants investiront au minimum 50 % de l’actif sur des obligations convertibles pour permettre, notamment, d’accroitre la visibilité du rendement. Le FIP pourra également entrer au capital de PME sous forme d’actions de préférence ;
  • diversification des zones géographiques : Antilles-Guyane, départements de l’Océan Indien et collectivités de l’Océan Pacifique ;
  • diversification des secteurs d’activité : énergies renouvelables, hôtellerie, industrie, BTP ou commerce, etc.

Le FIP Outre-mer Inter Invest n°4 étant composé d’instruments financiers d’entreprises non cotées, il présente donc des risques spécifiques, notamment de perte en capital et de liquidité. Le FIP Outre-mer Inter Invest n°4 est ouvert à la souscription des particuliers redevables de l’IR jusqu’au 31 janvier 2023.

Lire (5 min.)

Label Relance : Amundi l’obtient pour son fonds Amundi Convictions ESR

Amundi — premier gestionnaire d'actifs européen, spécialiste de l’épargne salariale et retraite en France — annonce ce mardi 21 septembre avoir obtenu le label « Relance » pour son fonds Amundi Convictions ESR, spécialement conçu pour les Plans d’Epargne Retraite (PER) en entreprise.

« Amundi Convictions ESR » totalise près d’1 Md€ d’encours sous gestion. Il est principalement investi en actions cotées et non cotées, notamment françaises. Sa stratégie s’inscrit dans une double dynamique : celle d’une croissance économique confortée et pérenne, et celle de l’investissement à long terme adapté à l’épargne en vue de la retraite.

Démarche du Label Relance

Ce label de place s’inscrit dans le cadre du Plan de Relance gouvernemental lancé le 19 octobre 2020 visant à flécher l’épargne des Français vers des fonds contribuant positivement à la relance économique du pays et à renforcer le potentiel de financement des entreprises françaises, en ciblant notamment les plus petites d’entre elles.

Créé début 2016, le fonds « Amundi Convictions ESR » s’inscrit pleinement dans la démarche du label Relance. Pour agir sur l’ensemble du tissu économique, le fonds investit majoritairement dans des actions de sociétés cotées, mais aussi dans des actifs de l'économie réelle non cotés. Il privilégie deux grands axes d’investissement :

  • des investissements en soutien à l’entrepreneuriat et aux territoires (25 % de l’actif net) pour favoriser la croissance de demain et l’émergence d’un tissu économique dense au sein de l’économie locale. Cette part de l’investissement est réalisée via des actions de sociétés cotées éligibles PEA-PME, mais aussi via des prises de participations au capital de sociétés non cotées (capital développement), ou à travers le financement spécifique de sociétés non cotées (dette privée). Ce type d’investissement permet d’améliorer la gestion du risque grâce à leur effet souvent décorrélant. Cette allocation est orientée à plus de 10 % sur les TPE, PME et ETI françaises, tandis que l’investissement global dans les entreprises françaises représente plus de 30 % du fonds conformément au cahier des charges du Label.
  • des thématiques choisies pour leur capacité à délivrer de la valeur de façon pérenne (allocation cible : 60 % actions) dans des sociétés qui conditionnent la croissance économique de demain au niveau mondial en offrant des solutions aux défis environnementaux, technologiques, démographiques et économiques.

Conçu pour les PER d'entreprise

En complément, le fonds détient des actifs physiques, dont notamment l’immobilier au travers d’OPCI (jusqu’à 15 % de l’actif net), dont les capacités de rendement sont attractives, à condition de s’inscrire dans une logique d’investissement long terme. L’équipe de gestion intègre des critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) dans ses choix d’investissement, en même temps que les critères proprement financiers.

Au total, le fonds propose aux épargnants une gestion pleinement engagée et résolument tournée vers le soutien aux entreprises françaises qui se veut très diversifiée en termes de risques. Grâce aux équipes commerciales et de gestion, le succès d’Amundi Convictions ESR s’est confirmé avec à ce jour : plus de 420 00 porteurs ; et près de 12 000 entreprises clientes — de la Très Petite Entreprise (TPE) jusqu’aux très grandes entreprises.

Le fonds peut être intégré dans les dispositifs retraite de gestion totalement libre ou pilotée, et c’est précisément là que la gestion pilotée prend tout son sens. Le fonds « Amundi Convictions ESR » répond également aux conditions permettant aux entreprises qui le souhaitent de bénéficier du forfait social allégé introduit par la loi Macron.

Investir dans l'économie réelle

« Nous constatons depuis quelques années un fort engouement citoyen pour investir dans l’économie réelle et les valeurs françaises. Les épargnants sont soucieux de conjuguer leur épargne avec leurs valeurs personnelles. Ils entendent donner du sens à leurs investissements. Grâce au Label Relance, ils peuvent ainsi épargner en soutenant l’économie française », déclare Xavier Collot, Directeur de la ligne métier Amundi Epargne Salariale et Retraite.

« Le label Relance est une reconnaissance de notre engagement d’investisseur de long terme dans les PME et ETI françaises. Il valide notre philosophie engagée pour l’épargne retraite qui vise à combiner performance financière durable et soutien au tissu économique local », ajoute Anthony Lapeyre, Gérant du fonds Amundi Convictions ESR.

Lire (4 min.)

Sidney Mbassi – Praeconis : « La prévoyance apporte aux CGP une rémunération supplémentaire »

Chefs d'entreprise, cadres, dirigeants et auto-entrepreneurs... Depuis 2020, la crise sanitaire remet au goût du jour la prévoyance patrimoniale. Comment les CGP peuvent-ils y trouver un relais de croissance ? Sidney Mbassi, directeur général adjoint chez Praeconis, répond en exclusivité aux questions du Courrier Financier.
Lire (6 min.)

Crise sanitaire : comment l’Etat accompagne-t-il les secteurs les plus affectés ?

Le Gouvernement publie ce lundi 30 août dans un point sur l’accompagnement de l’Etat des secteurs économiques affectés par la crise sanitaire. Les représentants de ces secteurs — hôtellerie, café, restauration, discothèques, tourisme, transports, parcs à thèmes, événementiel, salles de sport, grande distribution et commerces des centres commerciaux — ont été reçus pour « convenir de de la poursuite de l’accompagnement de l’Etat ».

Bruno Le Maire (ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance), Elisabeth Borne (ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion), Jean-Baptiste Djebbari (ministre délégué chargé des Transports), Alain Griset, (ministre délégué chargé des Petites et Moyennes Entreprises), et Jean-Baptiste Lemoyne, (secrétaire d’Etat chargé du Tourisme, des Français de l’étranger et de la Francophonie) étaient présents à cette réunion.

Fonds de solidarité, clap de fin

Les ministres ont annoncé la fin du fonds de solidarité au 30 septembre 2021. Ouvert depuis mars 2020 pour faire face à l’urgence, ce dispositif a permis d’indemniser 2 millions d’entreprises — pour un montant de 35 milliards d’euros. D'ici là, le fonds de solidarité est maintenu pour le mois de septembre selon les mêmes modalités que pour le mois d’août.

C’est-à-dire une compensation de 20 % des pertes de chiffre d’affaires, dès que l’entreprise justifie d’une perte d’au moins 10 % de son chiffre d’affaires (CA). Afin d’inciter à l’activité, les entreprises devront justifier d’un niveau minimum de chiffre d’affaires de 15 % pour bénéficier du fonds de solidarité au mois de septembre.

Cotisations sociales des entreprises

A partir d’octobre, le dispositif de prise en charge des coûts fixes — qui assure une couverture de 90 % des pertes d’exploitation pour les entreprises de moins de 50 salariés et 70 % pour les entreprises de plus de 50 salariés — sera ouvert à toutes les entreprises des secteurs S1 et S1bis en cas de pertes importantes de CA, sans condition de taille.

En cohérence avec la normalisation du marché du travail, les aides au paiement pour les mois de juin à août — qui représentaient une aide de 15 % de la masse salariale — seront supprimées au 31 août 2021. Cette aide devait encourager les employeurs à réembaucher. Elle n’apparaît plus nécessaire aujourd’hui, où de nombreux employeurs souhaiteraient recruter davantage.

A compter du 1er août 2021, les nouvelles demandes d’exonérations et d’aides au paiement de cotisations sociales portant sur les mois postérieurs à août 2020 ne sont plus soumises au plafond de 1 800 000 euros. Les modalités de cet assouplissement seront précisées dans les prochains jours.

Dispositif d'activité partielle

Le régime de droit commun de l’activité partielle (reste à charge de 40 % pour l’entreprise) sera appliqué à l’ensemble des secteurs à compter du 1er septembre 2021. Les entreprises des secteurs S1 et S1bis — qui connaissent toujours des restrictions sanitaires telles que des jauges ou qui connaissent une perte de CA supérieure à 80 % — continuent de bénéficier d’un reste à charge nul.

Le dispositif d’activité partielle de longue durée, avec un reste à charge de 15 % pour l’entreprise, demeure en outre disponible pour accompagner les entreprises connaissant une réduction durable de leur activité.

Dispositifs d'aide particuliers

Les dispositifs d’accompagnement (fonds de solidarité, activité partielle et exonération de charges sociales) des territoires dont certaines entreprises sont soumises à une interdiction d’accueil du public, comme c’est le cas actuellement en Outre-Mer, sont maintenus sans modification.

Enfin, pour les secteurs affectés de manière structurelle par la crise sanitaire, des plans d’action spécifiques seront élaborés. Sont concernés l’événementiel professionnel, les agences de voyages et la montagne.

Une clause de revoyure a été fixée pour la première semaine du mois de novembre avec les représentants de secteurs.

Lire (4 min.)

Courtage : Kereis acquiert Exper, spécialiste de la protection sociale et du conseil patrimonial

Kereis — distributeur et courtier gestionnaire, spécialiste en prévoyance et financement — annonce ce jeudi 14 octobre poursuivre sa stratégie de croissance et l’élargissement de ses capacités de distribution à travers l’acquisition d’Exper. Cette opération permet au Groupe de développer des expertises additionnelles dans le domaine de la prévoyance collective.

Hauts-de-France et Ile-de-France

Groupe de courtage en assurance de personnes et en produits de financement, Kereis devient un acteur de la prévoyance collective et de l’expertise patrimoniale avec cette acquisition. Créée en 1984 et basée à Lille, Exper compte près de 2 000 entreprises clientes et environ 6 000 clients travailleurs non-salariés. Elle intervient également dans le domaine de la retraite. Elle emploie une trentaine de salariés. 

Exper bénéficie d’une bonne réputation — notamment auprès des gestionnaires santé et prévoyance mais aussi auprès de ses partenaires porteurs de risques. La société possède également un pôle de conseil patrimonial pour accompagner ses clients, qui sont situés sur toute la France, avec une prédominance sur les Hauts-de France et l’Ile-de-France.

Santé et prévoyance collective

« Grâce aux équipes de Kereis nous allons pouvoir développer plus encore nos métiers et aborder cette nouvelle étape avec sérénité et confiance. Les collaborateurs d’Exper sont convaincus du bien-fondé de ce rapprochement tant pour leur futur que pour celui de l’entreprise », indique Jean-Laurent Thuin, Président d’Exper.

« Cette acquisition s’inscrit dans notre stratégie de renforcement de nos capacités de distribution à destination des travailleurs non-salariés et des PME et nous permet de nous déployer dans les métiers de la santé et de la prévoyance collective. Exper bénéficiera du plein soutien des équipes de Kereis pour continuer à développer son activité et conquérir de nouveaux clients », ajoute Philippe Gravier, Président de Kereis.

Lire (2 min.)

HOMA Capital accueille une nouvelle membre au sein de son conseil d’administration

HOMA Capitalex-YCAP Asset Management (YCAP AM), boutique indépendante de gestion d'actifs — annonce ce mercredi 13 octobre la nomination d'une nouvelle Administratrice au sein de son conseil d’administration. Cette fonction a été confiée à Karine Melloul.

Focus sur le parcours de Karine Melloul

HOMA Capital accueille une nouvelle membre au sein de son conseil d’administration
Karine Melloul

Karine Melloul est diplômée de l'Ecole Physique-Chimie de Paris et CEDEP/INSEAD. C'est une manager issu du monde industriel avec une solide expérience dans la gestion d'équipes performantes et la mise en place de politique RSE. Au fil des années, Karine a également développé de multiples compétences dans l’industrie cosmétique, du développement de produits à la gestion d’entités (BU) et au développement commercial.

En 2013, Karine Melloul a mis en place une organisation d'open-innovation au sein de L'Oréal, prémices à sa future casquette de Business Angel. En 2017, son intérêt pour les sociétés françaises et leur impact positif l'amènent à suivre une carrière d'investisseur — notamment en s’associant à la créatrice de Marbella Paris, une marque de bijoux fabriqués en France utilisant une technologie de pointe.

Lire (2 min.)

Europe : montée en puissance des bénéfices des entreprises au 1er trimestre

Martin Skanberg
Quels sont les facteurs à l’origine des solides bénéfices des entreprises de la zone euro ? Quelles perspectives à venir ? L'éclairage de Martin Skanberg, Gérant actions européennes chez Schroders.
Lire (6 min.)

Dette privée : Eurazeo annonce le closing de son 5e fonds de direct lending

Eurazeo — groupe d'investissement mondial — annonce ce lundi 26 juillet le closing final de son cinquième fonds de « direct lending » à 1,5 milliard d’euros — surpassant l’objectif initial fixé à 1,2 milliard d’euros. A cela s’ajoute 500 millions d’euros en fonds et mandats de dette privée, portant à 2 milliards le cinquième programme Private Debt d’Eurazeo.

Cette levée réussie conforte la position sur le segment du financement des PME européennes de l’équipe depuis près de 15 ans. Après le succès des quatre générations de fonds précédentes, Eurazeo a bénéficié de la confiance renouvelée de ses investisseurs historiques et a su attirer de nouveaux investisseurs. Plus de 70 % des investisseurs du fonds sont maintenant situés hors de France.

Près de 5 milliards d'euros

L’équipe Private Debt gère près de 5 milliards d’actifs. Elle arrange des dettes seniors ou subordonnées pour des PME dont la valorisation est comprise entre 30 et 300 millions d’euros en Europe. L'équipe a participé depuis sa création en 2007 à plus de 120 opérations pour un volume cumulé de 3,6 milliards d’euros. Avec 21 investisseurs, l’équipe se concentre sur des secteurs en forte croissance (tech, santé, services professionnels, etc.) et déploie la stratégie ESG ambitieuse « O+ » du groupe Eurazeo.

Portée par un environnement dynamique et un rythme d’investissement soutenu, l’équipe Private Debt d’Eurazeo envisage déjà le lancement de son prochain véhicule, « Eurazeo Private Debt VI ». Depuis son lancement en 2019, le fonds « Private Debt V » a investi près de 80 % des engagements totaux, dont plus de la moitié situés hors de France, dans 15 sociétés comme Avenga (Allemagne), SAS (Espagne), Pepe Parts (Pays-Bas) ou Ylda (Italie).

Marché de la dette privée

« Nous sommes persuadés que le marché de la dette privée restera source de nouvelles opportunités pour Eurazeo. Nous sommes impatients d’investir dans des sociétés performantes et prometteuses, aux côtés des équipes de management et de nos sponsors en Europe », déclare François Lacoste, Managing Partner et Responsable de l'activité Private Debt d'Eurazeo.

« Nous sommes ravis du succès du tour de table de notre véhicule d'investissement en direct lending. Nos quinze ans d'expérience sur le segment européen des petites et moyennes entreprises sont un atout majeur qui nous permettra de faire profiter nos investisseurs des opportunités les plus prometteuses », ajoute Eric Gallerne, Managing Partner d'Eurazeo.

Lire (2 min.)