Momentum – Chine : le piège du revenu intermédiaire

Le ralentissement du rythme de croissance économique semble inévitable en Chine. Pour un certain nombre d'analystes américains, une puissance déclinante peut céder à la tentation nationaliste pour maintenir la stabilité domestique. L'enjeu est alors de savoir si le piège du revenu intermédiaire va se refermer sur une Chine vieillissante. Nous citons Invisible China de Scott Rozelle et Natalie Hell. Notre expert Waldemar Brun-Theremin vous livre son analyse dans ce nouveau Momentum, votre incontournable rendez-vous financier !
Voir (<1 min.)

Réaction de Bruno Le Maire suite à la réunion virtuelle du G20 finances

Pour soutenir les pays en développement et les plus pauvres face à l’urgence économique et sanitaire à laquelle ils sont confrontés, la France a œuvré dans le cadre du G20 et en tant que présidente du Club de Paris, avec les institutions financières internationales, pour mobiliser des ressources exceptionnelles. 

La France félicite le FMI, la Banque mondiale et les banques multilatérales de développement pour leur mobilisation rapide dans la crise. Le doublement des limites d’accès aux facilités d’urgence du FMI, soutenu par la France, permet de mieux accompagner dans l’urgence les pays qui en font la demande. Le FMI est prêt à mobiliser 1000 milliards de dollars au travers de ses différents instruments pour aider les pays qui en ont besoin. La Banque mondiale et les banques régionales de développement ont déjà mis à disposition plus de 200 milliards de dollars pour soutenir ces pays, leur système de santé et leurs entreprises.

La France a encouragé les institutions financières internationales à aller plus loin encore dans leur réponse, par la mise en place de nouveaux outils. Les ministres des Finances du G20 ont pris une décision majeure aujourd’hui en encourageant le FMI à introduire des lignes de liquidité de court terme pour accompagner les pays qui rencontrent des difficultés de liquidité temporaires. 

La France salue l’accord sur un moratoire sur la dette des pays les plus pauvres, qui constitue une avancée historique : pour la première fois, les créanciers du Club de Paris et les créanciers émergents se sont mis d’accord pour suspendre des paiements sur le service de la dette au profit des pays les plus pauvres. Cette décision libère 14 milliards de dollars de la part des créanciers bilatéraux publics, donnant à ces pays des marges de manœuvre pour rapidement répondre à la crise. 

La France reste pleinement mobilisée pour poursuivre les discussions pour mettre en œuvre dans les plus brefs délais ces mesures historiques et indispensables pour prévenir une catastrophe humanitaire. Elle continuera de soutenir l’introduction de mesures à la hauteur de cette crise d’une ampleur inédite, en faveur des pays les plus vulnérables.

Bruno Le Maire, a déclaré :« Il y a une urgence absolue à apporter une réponse forte aux pays en développement les plus vulnérables parce que ce sont eux qui vont souffrir le plus de la crise. Le G20 et les institutions financières internationales ont pris des décisions historiques aujourd’hui en mobilisant rapidement des ressources exceptionnelles pour aider ces pays confrontés à une crise sans précédent. La suspension du service de la dette des pays les plus vulnérables est également une avancée majeure qui donnera à ces pays les moyens d’y faire face.» 

Lire (2 min.)