CNCEF Crédit : l’association lance un cycle de formation sur le crédit professionnel

La Chambre Nationale des Conseils Experts Financiers (CNCEF) Crédit — association représentative des courtiers IOB et IOBSP — annonce ce mardi 22 septembre lancer un nouveau programme de formation continue. La formation « IOB Pro » s'adresse à tous les courtiers en crédit, qui souhaitent acquérir de nouvelles compétences pour accompagner les entreprises.

La formation fonctionne en dehors de tout lien avec les réseaux de courtiers et leurs partenaires. Objectif, répondre à la mutation du métier suite à la crise sanitaire. 100 % compatible avec le programme officiel de formation des IOBSP défini par l’Arrêté du 20 mars 2019, « IOB Pro » répond aux obligations de formation continue annuelle des IOBSP.

Montée en compétences

Le programme été élaboré par Anthony Vallet, expert du financement aux professionnels, et Laurent Denis, avocat spécialisé en conseil aux Intermédiaires en banque, assurance, finance et gestion de patrimoine. Il décrypte les incontournables du conseil en crédit aux professionnels, afin d'accompagner les IOBSP dans leur montée en compétences.

Etude financière prévisionnelle, montage de business plan, stratégie de détermination des solutions, dossier de financement... La formation « IOB Pro » aborde l’ensemble des aspects réglementaires, juridiques, fiscaux et commerciaux du domaine. Elle constitue également la première étape d'un parcours de formation plus large.

Marché très dynamique

La France compte plus de 3 millions de Très petites entreprises (TPE). Plus d’1,2 million se financent par le crédit, d'après les chiffres publiés par la Fédération Bancaire Française en juillet 2020. Or, seuls 29 % des courtiers déclarent proposer ce type de service, d'après un sondage réalisé en avril 2020 par la CNCEF Crédit auprès de ses membres.

À ce jour, peu de courtiers sont donc spécialisés dans le crédit professionnel. Les clients potentiels sont pourtant très nombreux. Les entreprises constituent notamment une cible de choix pour les banques, qui investissent dans la conquête de nouveaux clients.

Cette stratégie place le courtier en prêts professionnels dans une position de partenaire de premier plan. Il devient également un partenaire privilégié de l’entreprise, qui a plus régulièrement recours au crédit que le particulier pour ses besoins d’investissement et de fonctionnement.

Lire (3 min.)

Août 2020 : le Livret A n’a pas chômé

Philippe Crevel
Dans un contexte de crise sanitaire, l'inquiétude des ménages français les a poussé vers l'épargne de précaution. Au-delà de ces circonstances exceptionnelles, allons-nous vers un ralentissement de la collecte ?
Lire (3 min.)

Prix de la Gestion privée 2020 : l’Agefi distingue Generali France

Generali France — filiale française du groupe international d'assurances et de gestion d'actifs Generali — annonce ce lundi 21 septembre que sa directrice des Solutions Patrimoniales, Alessandra Gaudio, a reçu le Prix de la Gestion Privée 2020 lors du dîner de la Gestion Privée organisé ce jeudi 17 septembre par L'Agence économique et financière (Agefi).

Prix de la Gestion privée

Le Prix de la Gestion privée récompense le dirigeant d’un établissement financier, d’une banque privée, d’un multi-Family Office ou d’un cabinet de conseil en gestion de patrimoine — s'il affiche plus de 500 millions d’euros d’actifs conseillés. Le lauréat doit s'être distingué au cours de l'année écoulée (entre le 1er janvier 2019 et le 29 février 2020) soit : 

  • lors de la conduite d'une opération d'envergure, telle qu'une croissance externe, organique, une décision stratégique majeure, etc. ; 
  • par l'attribution d'une nouvelle fonction importante au sein de son établissement.

Le lauréat est désigné à l’issue d’un vote effectué par la communauté des lecteurs de L’Agefi. Ces derniers choisissent parmi une liste établie par la rédaction de L’Agefi Actifs. Alessandra Gaudio a ainsi été désignée lauréate à l’issue d’un vote effectué par la communauté des lecteurs de L’AGEFI parmi douze personnalités sélectionnées par la rédaction.

Stratégie de Generali France

« En accompagnant la mise en œuvre de notre nouvelle stratégie Epargne, Alessandra a contribué au développement de nos services d’ingénierie patrimoniale et d’ingénierie financière auprès de nos réseaux et partenaires, mettant l’accent sur la diversification des solutions d’investissement et responsabilité sociétale des solutions proposées », indique Hugues Aubry, membre du comité exécutif de Generali France, en charge du marché de l’Epargne et de la Gestion de patrimoine.

« Je suis très fière et honorée de recevoir ce prix prestigieux qui est une belle reconnaissance du travail déjà accompli dans mon parcours professionnel. Cette distinction récompense également le travail et l’engagement de toute mon équipe chez Generali, afin de proposer à l’ensemble de nos réseaux, partenaires et leurs clients des solutions d’investissement innovantes, durables et transparentes », déclare Alessandra Gaudio.

Lire (2 min.)

Chômage partiel : renforcement du dispositif de contrôle des fraudes

Face à la propagation du Covid-19, la France a décidé de généraliser l'accès des entreprises — quelle que soit leur taille — au dispositif de chômage partiel. Depuis le 25 mars dernier, la procédure de demande a été simplifiée pour permettre aux employeurs d'en bénéficier rapidement. Ce jeudi 17 septembre, le Gouvernement publie un état des lieux sur la mobilisation des services de l’Etat pour contrôler les fraudes.

Le choix d’une procédure simplifiée

Dans ce contexte exceptionnel, les autorités ont donc pris des mesures dérogatoires pour l’octroi de l’activité partielle. Objectif, indemniser au plus vite les entreprises pour le maintien de l’emploi et l’outil de production. Cela a conduit à mettre en place une procédure d’acceptation tacite dans les 48 heures et une indemnisation en moins de 10 jours. Plus de 1,1 millions de comptes ont été créés en mars contre 100 000 gérés avant la crise.

Face à cet afflux massif de demandes, des moyens ont été mis en œuvre pour effectuer des contrôles tout au long de la chaîne du processus d’indemnisation :

  • contrôle a priori à travers un système embarqué détectant les SIRET inactif ou les demandes multiples ;
  • croisement des données mises en œuvre progressivement (infolegale, DSN) ;
  • contrôle a posteriori sur pièces et places par les équipes du ministère du Travail ;
  • contrôle par l’organisme payeur ASP d’adresses mail frauduleuses ;

Les contrôles se produisent pendant tout le processus d’indemnisation : a priori tout au long du processus et après le paiement de l’indemnisation ; et a posteriori sur pièces ou dans l’entreprise. « Plus de 270 000 contrôles ont été menés depuis la mise en place du dispositif. Nous allons poursuivre ces contrôles et serons intransigeants avec ceux qui fraudent », déclare Elisabeth Borne, ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion.

50 000 contrôles a posteriori

D'après les chiffres du Gouvernement, plus de 220 000 contrôles à ce jour ont été menés a priori et plus de 50 000 contrôles menés a posteriori — après le versement de l’indemnisation. L’objectif fixé en mai dernier de 50 000 contrôles a posteriori réalisés avant la fin de l’été est donc tenu.

La fraude au total est évaluée à 225 millions d’euros, dont plus de la moitié a déjà été bloquée ou récupérée sur un dispositif global de 30 milliards d'euros. Pour continuer à lutter efficacement contre la fraude, de nouvelles dispositions sont en cours de déploiement :

  • une aide au contrôle via un outil informatique ;
  • un puits de données auprès de l’ASP ;
  • un allongement des délais de contrôle de 2 à 15 jours pour limiter la délinquance astucieuse

Collaboration renforcée

Les outils mis en place ont été accompagnés d’une coopération étroite entre les services, pour lutter contre la fraude au niveau national et local. La coopération étroite entre les services du ministère du Travail et du ministère des Comptes publics (services fiscaux, URSAFF, DGEFP, DGT et Tracfin) sera encore renforcée à l'avenir.

« Notre volonté est que chaque centime dépensé soit une aide apportée aux entreprises pour les soutenir pendant la crise que nous traversons. Grâce à la vigilance et à l’efficacité des services du ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance, et en collaboration avec ceux du ministère du travail, nous veillons plus que jamais à détecter et sanctionner toutes les tentatives de fraude et nous allons dès les prochains jours renforcer encore la performance de nos outils », précise Olivier Dussopt, ministre délégué auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, chargé des Comptes publics.

Lire (4 min.)

Sogenial Immobilier recrute un Responsable Commercial

Sogenial Immobilier — spécialiste de l'épargne immobilière — annonce ce mercredi 23 septembre le recrutement d'un nouveau Responsable Commercial. Dans le cadre de ses nouvelles fonctions, Mehdi Guettafi s’occupera de promouvoir auprès des Conseillers en Gestion de Patrimoine (CGP) les deux SCPI « Cœur de Ville » et « Cœur de Régions ».

Focus sur le parcours de Mehdi Guettafi

Mehdi Guettafi

Medhi Guettafi est titulaire d’un Master II au sein de l’ESC Pau en spécialisation « Audit Expertise ». De 2010 à 2014, il intègre BNP Paribas,  Avenue de la grande armée dans le XVIIe arrondissement de Paris, en qualité de Conseiller en Patrimoine Financier.

Pendant deux ans, il gère un portefeuille clients « banque Privée » chez HSBC en qualité de Conseiller 1er dans l'agence Place de Breteuil à Paris. Mehdi Guettafi rejoint ensuite la Société Générale, afin d'accompagner des clients professionnels. Récemment, il animait chez PSA Finance un réseau de partenaires-investisseurs.

Lire (1 min.)

Sycomore AM : l’entreprise à mission obtient le label B Corp

Sycomore Asset Management (AM) — société de gestion entrepreneuriale, spécialisée dans l’investissement sur les entreprises cotées — annonce ce mercredi 23 septembre avoir reçu le label B Corp, qui récompense son engagement de progrès continu. « Nous sommes très heureux d’intégrer la communauté B Corp™, des entreprises qui s’engagent à apporter une contribution positive à la société », se réjouit Christine Kolb.

Sycomore AM a fait le choix de devenir une entreprise à mission, et se dit « convaincue du rôle clé de la sphère financière dans le développement d’une économie à même de relever les grands défis environnementaux, sociaux et sociétaux ». La société développe cette vision dans son Rapport d’entreprise responsable 2019 et son Rapport d’investisseur responsable 2019.

Fixer des axes d'amélioration

« Nous souhaitons être exemplaire vis-à-vis des entreprises dans lesquelles nous investissons : cette exemplarité est gage de cohérence et de crédibilité au regard de notre degré d’exigence à leur égard. Evaluer nos pratiques et notre conduite vis-à-vis de chacune de nos propres parties prenantes nous permet de fixer des axes d’amélioration », affirme Christine Kolb, associée fondatrice de Sycomore AM.

La mission d’entreprise — « humaniser l'investissement » — a été inscrite dans ses statuts de la société de gestion. Dans cette perspective, se faire labelliser B Corp permet à Sycomore AM d'obtenir une reconnaissance externe concernant sa démarche d'entreprise à mission. L’évaluation associée est l’occasion d’identifier des axes d’avancement concrets.

Lire (2 min.)

Coup de pouce sur les donations : beaucoup de bruit pour pas grand-chose

Audrey Texier-Godet et Benjamin Spivac
En plein été, le Gouvernement a souhaité donner un petit coup de pouce à la transmission patrimoniale. Objectif, aider la relance économique pendant la crise du Covid-19. Quelles sont les conditions liées à ce dispositif ? Comment le mettre en œuvre ? Le point avec Audrey Texier-Godet et Benjamin Spivac, ingénieurs patrimoniaux chez Amplegest.
Lire (3 min.)

Epargne : l’AMF lance son premier MOOC en partenariat avec l’INC

L’Autorité des marchés financiers (AMF) et l’Institut national de la consommation (INC) présentent ce jeudi 17 septembre leur premier cours en ligne commun, « Comment gérer efficacement son épargne et ses placements ? ». Ce MOOC (en anglais Massive Open Online Course) vise à apprendre au grand public à placer son épargne et gérer ses placements.

Education financière

Ce cours en ligne — accessible gratuitement sur la plateforme France université numérique (FUN) — débutera le 5 octobre prochain (première session), dans le cadre de la Semaine mondiale de l’investisseur. Ce MOOC s’inscrit dans une démarche d’éducation financière : aucun prérequis particulier n’est donc exigé pour pouvoir le suivre.

Le cours reprend le b.a.-ba du vocabulaire financier, explique les contenus des documents d’information clé (DIC) et passe en revue le fonctionnement des placements. A la fois technique et pratique, il donne à tous ceux qui souhaitent en savoir plus sur le monde de l’épargne, les clés pour évaluer les opportunités de placements selon leurs objectifs, pour définir son profil d’investisseur et aussi détecter les signes de possibles arnaques financières.

Deux heures par semaine

Ce cours est constitué de trois modules pour trois semaines de cours :

  • le rôle de l’investisseur, son profil et ses objectifs ;
  • les placements financiers ;
  • le mode de fonctionnement de l’investissement.

Comptez une à deux heures de cours par semaine. Chaque module comporte des vidéos, des documents d’accompagnement et des exercices auto-correctifs. Un quiz final permet une auto-évaluation. Une attestation de suivi sera délivrée aux personnes ayant obtenu plus de 50 % de bonnes réponses. Les inscriptions seront clôturées le 16 novembre 2020. La dernière session s’achèvera le 26 novembre. 

Lire (2 min.)

Artémis courtage annonce l’affiliation d’un réseau de 21 agences franchisées

Artémis courtage — société indépendante de courtage en crédit immobilier et assurance emprunteur — annonce ce mercredi 16 septembre l’affiliation d’un réseau de 21 agences spécialisées dans le courtage en immobilier, au sein de son réseau de franchisés.

7 M€ de chiffre d'affaires

Ce réseau d’agences — qui compte près de 80 collaborateurs — a réalisé dans son ensemble en 2019 un volume de crédits négociés de 530 millions d'euros pour près de 2 000 dossiers traités. Il représente également un chiffre d’affaires consolidé de l’ordre de 7 millions d'euros. Cette affiliation illustre l’attractivité de la marque Artémis courtage.

Depuis sa création il y a plus de 10 ans, Artémis courtage participe au développement du courtage en crédit immobilier et assurance emprunteur, avec un service premium de proximité et sur-mesure afin d'accompagner les Français dans leurs projets immobiliers, pour l’acquisition d’un bien ou la renégociation d’un prêt.

Croissance d'Artémis courtage

L’arrivée de ces nouvelles agences vient renforcer le maillage de l'entreprise dans l’hexagone, qui compte désormais 56 agences dont 37 en franchises. Cette opération traduit la dynamique de développement d’Artémis courtage, et consolide sa présence dans l’Ouest parisien (Yvelines, Hauts-de-Seine), l’Ouest de la France (Loire Atlantique, Vendée, Maine et Loire) et le Sud-Ouest (Gironde, Landes, Pays basque).

« Pour accroître notre part de marché, notre stratégie est d’aller au plus près de nos clients. Nous menons à ce titre une politique dynamique de maillage du territoire. Ces 21 agences sont toutes parfaitement implantées dans leur département respectif et sont dirigées par des exploitants franchisés qui connaissent leur marché et disposent d'une expérience fine et approuvée dans le courtage en crédit immobilier et assurance emprunteur », précise Christophe Grouas, Directeur du développement d’Artémis courtage.

Lire (2 min.)

Assurance vie en UC : Lombard International Assurance lance une étude européenne

Lombard International Assurance — spécialiste européen de la structuration patrimoniale et successorale pour les particuliers fortunés et les institutionnels, via l'assurance-vie en unités de compte (UC) — annonce ce mardi 15 septembre le lancement d'une étude européenne sur l'assurance vie en unités de compte (UC), en partenariat avec Accenture.

Les contrats d'assurance vie en UC sont de plus en plus utilisées par les professionnels de l'ingénierie patrimoniale et successorale dans toute l'Europe. Ces produits offrent un certain nombre d'avantages, notamment la flexibilité, la portabilité, la diversification des actifs et la protection.

Professionnels du patrimoine

Lombard International Assurance invite les professionnels de la gestion de patrimoine à contribuer de manière anonyme. L'étude sera distribuée auprès des banquiers privés, conseillers patrimoniaux et financiers indépendants, courtiers d'assurance, Family Offices, gestionnaires d'actifs et avocats-fiscalistes au service de clients fortunés et de leurs familles.

Cette opération vise à collecter et à analyser les avis de ces professionnels du patrimoine. Objectif, dégager un panorama complet sur leur perception, l'utilisation et le positionnement des solutions d'ingénierie patrimoniale basées sur l'assurance vie en UC à travers l'Europe.

Cette étude sera diffusée en Belgique, en Finlande, en France, en Allemagne, en Italie, au Luxembourg, en Norvège, au Portugal, en Espagne, en Suède, en Suisse et au Royaume-Uni. La synthèse des résultats et les principales conclusions seront disponibles dans un rapport dédié à la fin de l'année.

S'adapter face au Covid-19

« L'assurance vie en UC est un outil d'ingénierie patrimoniale et successorale de plus en plus reconnu (...) Il sera particulièrement intéressant d'examiner ces résultats dans le contexte de la récente pandémie de Covid-19 et d'analyser son impact sur la manière de réaliser des transactions dans toute l'Europe », explique Jurgen Vanhoenacker, Executive Director, Sales and Wealth Structuring, Lombard International Assurance.

« Notre étude révélera par ailleurs le degré et l'appétit de transformation numérique dans le contexte du Covid-19. En dernier lieu, les résultats de notre recherche renforceront la position d'Accenture Luxembourg en tant que partenaire de confiance, tout en nous permettant d'être aux avant-postes de la transformation numérique dans le secteur de l'assurance vie », ajoute Emiliano Luzzi, Insurance Lead at Accenture Luxembourg.

Lire (3 min.)

SCPI Vendôme Régions : Norma Capital acquiert 2 300 m² de bureaux près de Lille

Norma Capital — société de gestion de portefeuilles — annonce ce mardi 22 septembre l’acquisition, pour le compte de la SCPI Vendôme Régions, d’une surface de bureaux de 2 300 m² au sein de l’ensemble immobilier mixte « Le Vérose » à Lille (Nord). Il s'agit d'une construction récente, dont la livraison date de décembre 2011.

L’ensemble immobilier a été éco-conçu dans une démarche Très Haute Performance Energétique (THPE), ce qui lui permet d'obtenir le label Bâtiment Basse Consommation (BBC). Son toit est investi par des panneaux solaires, ainsi que des toitures végétalisées favorisant la biodiversité.

Dans le secteur d'Euralille

L'ensemble se déploie sur dix niveaux. Il compte deux bâtiments reliés par une passerelle : des commerces au rez-de-chaussée, des bureaux (objets de l’acquisition) sur les 1er et 2e étages et des logements sur les étages supérieurs. Les surfaces de bureaux ont été cédées par l’intermédiaire d’Arthur Loyd Lille.

Occupé par la Région Hauts-de-France depuis 2013 (bail administratif), l’immeuble est situé dans le secteur d’Euralille. Il s'agit du troisième quartier d’affaires français, véritable vitrine tertiaire de la métropole lilloise. Proche des gares TGV Lille Flandres et Lille Europe, et à deux pas du centre-ville, l’immeuble bénéficie d’une localisation idéale.

Lire (1 min.)

Actifs numériques : l’AMF détaille ses attentes aux candidats à l’enregistrement ou à l’agrément de PSAN

L’Autorité des marchés financiers (AMF) publie ce mardi 22 septembre dans un Questions-Réponses sur les points clés du régime des prestataires de services sur actifs numériques (PSAN), créé dans le cadre de la loi PACTE. Le régulateur répond aux questions les plus fréquentes des entreprises qui souhaitent obtenir un enregistrement et/ou un agrément de PSAN, qu’elles soient françaises ou étrangères.

Avant le 18 décembre

La loi du 22 mai 2019 — dite loi PACTE — a créé un régime innovant en matière de crypto-actifs instituant en France un statut de prestataire de services sur actifs numériques, couvrant un grand nombre d’activités. Ce régime prévoit un enregistrement obligatoire auprès de l’AMF pour certains acteurs et un agrément optionnel. Seuls les PSAN agréés peuvent se livrer à des actes de démarchage. 

L’enregistrement auprès de l’AMF est obligatoire pour deux types de service : l’achat/vente d’actifs numériques contre une monnaie ayant cours légal — par exemple, échanger des bitcoins contre des euros — et la conservation d’actifs numériques pour le compte de tiers, soit la conservation des clés privées des clients et capacité à les utiliser en leur nom. Les prestataires ayant démarré leur activité avant l’entrée en vigueur de la loi ont jusqu’au 18 décembre 2020 pour obtenir cet enregistrement.

Qui est concerné ?

Les porteurs de projet qui n’exerçaient pas encore cette activité doivent impérativement obtenir cet enregistrement avant d’offrir ces services. Le Questions-Réponses précise selon quels critères un prestataire de services sur actifs numériques étranger est réputé fournir ces services à des clients résidant ou établis en France, et est donc soumis à l’obligation d’enregistrement.

Dès lors qu’ils fournissent des services sur actifs numériques en France, les acteurs étrangers doivent s’enregistrer et être établis en France ou dans un pays de l’UE ou de l’Espace économique européen pour ce faire. En revanche, un prestataire sollicitant un agrément doit être établi en France, au moins par le biais d’une filiale ou succursale.

Lutte contre le blanchiment

Le document détaille également les obligations en matière de lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme et de vérification de l’identité des clients. L’AMF a délivré à ce jour un enregistrement à deux PSAN, sur avis conforme de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR).

Une vingtaine de dossiers d’enregistrement est actuellement en cours d’instruction. Plusieurs dossiers d’agrément ont été déposés, aucune entité ne dispose à cette date d’un agrément. L’AMF rappelle que se prévaloir d’un enregistrement ou d’un agrément sans l’avoir obtenu constitue une infraction pénale (articles L. 572-23 et L. 572-26 du code monétaire et financier).

Lire (3 min.)

Olivier Quentin – MMA Expertise Patrimoine : ISR et transition énergétique, cinq nouveaux fonds

Après un été chahuté, l'actualité de MMA Expertise Patrimoine s'annonce riche pour la rentrée 2020. Quels nouveaux fonds ISR ont rejoint les contrats d'assurance vie proposé aux CGPI ? Quelle nouvelle plateforme de service la société de gestion va-t-elle proposer pour les courtiers ?
Voir (<4 min.)

Assurances : rendez-vous aux Journées du Courtage les 15 et 16 septembre 2020

Cette semaine, les Journées du Courtage se tiendront du mardi 15 au vendredi 16 septembre. Ce salon s'adresse à tous les professionnels du courtage en assurances. L'inscription est gratuite pour les visiteurs. Pensez à imprimer votre billet !
Lire (4 min.)