L’Orias élit un nouveau président

Président Orias Philippe Poignet

A un moment où s’engagent les discussions sur la réforme du courtage d’assurance qui a pour objectif de faire évoluer la profession de courtier d’assurance vers un modèle d’autorégulation, le Conseil d’administration a élu à l’unanimité Philippe Poiget, Délégué général de la FFA, à la présidence de l’ORIAS jusqu’à l’entrée en vigueur de cette réforme. A cette échéance, il sera procédé à l’élection d’un nouveau Président.

Philippe Poiget entend assurer la poursuite des missions de l’ORIAS dans un esprit de neutralité et en parfaite concertation avec les associations membres. Le mandat de Bruno Pelissier, administrateur de l’ORIAS au titre d’agéa et Président en exercice, s’achèvera le 31 décembre 2018. Philippe Poiget prendra ses fonctions le 1er janvier 2019.

Lire (1 min.)

Une certification européenne pour les professionnels du patrimoine

Porteuse d'une vision européenne de la gestion de patrimoine et du conseil financier, la CNCEF vient de mettre en place un partenariat avec l'EFPA France, afin de proposer à ses membres, la certification européenne EFPA dans le but de faire reconnaître leur expérience professionnelle. Une opération exceptionnelle de certification privée, accessible jusqu'au 31 décembre 2018, élaborée aux standards communs européens, qui s'adresse aux conseils en gestion de patrimoine.

Deux certifications possibles

  • L'European financial advisor pour les professionnels conseillant les particuliers dans la gestion de leur patrimoine, qui permet d'être reconnu Financial advisor.
 
  • L'European financial planner, destiné aux professionnels qui conseillent principalement une clientèle professionnelle (dirigeants, chefs d'entreprise) et souhaitent être Financial planner.
Dans les deux cas, les candidats à la certification doivent s'acquitter d'une cotisation bisannuelle (de 80 à 120 euros) et bénéficient de cette reconnaissance durant deux ans renouvelable. La certification est accessible à condition de satisfaire à des critères cumulatifs (enregistrement ORIAS, formation et expériences, obligations satisfaites de formation continue), notamment pour que s'applique la clause de grand-père. Associée à un code éthique, prouvant que son détenteur est une personne qualifiée qui entretient régulièrement ses connaissances métiers, la certification est passeportable. Un label de qualité en vigueur dans les 12 pays du réseau paneuropéen EFPA qui permet au professionnel détenteur de rejoindre une communauté de 40.000 certifiés. Enfin, il donne la possibilité de participer à des évènements européens dédiés aux certifiés et de rencontrer leurs homologues, dans le cadre d'une interprofessionnalité déjà largement promue par la CNCIF.
Lire (2 min.)

L’Orias recrute sa nouvelle Juriste

Elle a pour missions au sein de l’Orias, entre autres, d’assurer une veille juridique concernant l’intermédiation en assurance, banque et finance, de soutenir par son expertise juridique les équipes de l’Orias et d’animer l’engagement qualité amorcé en 2012. De 2014 à 2017, elle a été secrétaire générale de la rédaction du Lamy Assurances au sein de l’entreprise Wolters Kluwer France, filiale française du groupe néerlandais d'édition et d'information professionnelle. À ce titre, elle effectuait de la veille juridique, analyse et commentaire de l’activité juridique, législative et réglementaire dans les supports d’actualité. Avant d’intégrer l’Orias, elle a débuté sa carrière en tant que chargée d’études juridiques au sein de la Direction des affaires juridiques, fiscales et de la concurrence de la FFSA (aujourd’hui FFA) de 2013 à 2014. À cette occasion, elle a notamment suivi, dans le cadre de son alternance, le projet de Loi consommation (texte promulgué en mars 2014). Laurence Louvel est titulaire d’un Master 1 en Droit Privé Général, obtenu à l’Université François Rabelais de Tours en 2013 et d’un Master 2 en Droit des Assurances délivré par l’Université Paris II Panthéon Assas en 2014.
Lire (1 min.)

Suis-je IOB sans le savoir ?

Antoine Pacan
Si Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir, il se peut que certaines professions exercent, de fait et de bonne foi, le métier de courtier à « l'insu de leur plein-grès ».
Lire (3 min.)

L’ACPR/AMF lancent une consultation sur les investisseurs vulnérables

Dans un contexte de vieillissement démographique et de mutation digitale du secteur financier, le Pôle commun présente un état des lieux général des pratiques de commercialisation des produits financiers aux personnes âgées : besoins et difficultés éventuelles, mécanismes de protection et usages du marché. Le rapport vise à constituer une première base de réflexion et à ouvrir le débat, par le biais d’un appel à contributions, sur une série de questions-clés.

L’objectif est de trouver, en collaboration avec les consommateurs, les professionnels et les acteurs du vieillissement, les moyens d’identifier les bonnes pratiques de commercialisation à l’égard des personnes vieillissantes et vulnérables, au regard notamment de difficultés cognitives. L’ambition de ces travaux est double : s’assurer qu’un conseil adapté est délivré par les professionnels et qu’un consentement éclairé est donné par cette clientèle lors de la souscription de produits financiers.

L’ACPR et l’AMF invitent toutes les personnes intéressées à envoyer leurs contributions, qui nourriront les réflexions du Pôle commun pour la suite des travaux en 2019.

 
Lire (1 min.)

Janus Henderson lance un fonds sur la thématique des biotechs

Cette SICAV de droit luxembourgeois investira dans des sociétés innovantes du secteur de la biotechnologie, ou des sociétés liées à ce secteur, en ciblant plus particulièrement celles qui apportent une réponse aux importants besoins médicaux non satisfaits à travers le monde. Ce fonds ciblera les sociétés visant un développement de long-terme au sein d’un secteur très innovant et en rapide croissance.

Le nouveau fonds biotech de Janus Henderson sera co-géré par Andy Acker et Dan Lyons qui disposent, à eux deux, de plus de 40 ans d’expérience en matière d’investissement sur le secteur de la biotechnologie. Le fonds sera géré par une équipe d’experts issus du milieu scientifique et bénéficiera du soutien du reste de l’équipe d’investissement spécialisée dans le domaine de la santé de Janus Henderson.

Andy Acker constate : « Le rythme des progrès s’accélère dans l’industrie de la biotechnologie, ce qui signifie que les avancées médicales surviennent beaucoup plus rapidement. La FDA a, depuis le début de l’année, approuvé 55 nouvelles thérapies, établissant ainsi un record historique. Notre processus met l’accent sur les moteurs opérationnels et scientifiques essentiels à l’atténuation des risques et à l’identification des opportunités dont regorge ce secteur dynamique. »

Lire (1 min.)

L’Orias veut se faire connaître du grand public

Face à l’absence de notoriété autour du numéro Orias, encore trop peu identifié par les particuliers, consommateurs de produits en assurance, banque et finance distribués par des intermédiaires, l’Orias et l’ensemble des membres de son Conseil d’administration ont confié à l’agence Ellen Coopers sa campagne de communication grand public, afin d’expliciter le numéro Orias. L’Orias, dans le cadre de ses missions de tenue et de mise à jour du registre unique, publie sur son site internet, www.orias.fr, des informations relatives aux immatriculations des intermédiaires en assurance, banque et finance. Cela concerne notamment les courtiers, agents généraux d’assurance – intermédiaires en crédit mais aussi les conseillers en investissement financier ou encore les plateformes de financement participatif. Chaque fiche d’intermédiaire comporte une série d’éléments permettant d’identifier ces intermédiaires telles que le numéro d’immatriculation, l’adresse professionnelle, le numéro Siren. Toutefois, malgré l’obligation de faire figurer ce numéro sur les différents supports de communication ou contractuels des intermédiaires, il reste encore trop peu identifié à ce jour. La campagne de communication, au travers de son slogan « Nous ne sommes pas qu’un numéro », permettra de rappeler à la fois la vocation même de l’ORIAS, mais aussi ce que représente ce numéro, chaque intermédiaire - en assurance, banque ou finance - disposant de son propre numéro. Sa stratégie de communication s’inscrivant dans une perspective de développement de la notoriété et de l’optimisation de son image, l’Orias a procédé également à une refonte de son identité visuelle en changeant le logo et en mettant, à disposition des intermédiaires régulièrement immatriculés, un badge numérique personnalisé de leur numéro Orias. Cette campagne presse et digitale s’articulera en deux temps : l’une débutant fin mars et jusqu’à fin avril 2018 et la seconde de fin août à octobre 2018, sur une presse essentiellement économique et financière et la presse patrimoniale. Dans ce cadre, l’Orias enrichira peu à peu son site internet de contenus pédagogiques sur des sujets d’intermédiation en partenariat avec la FBF (Fédération Bancaire Française) et l’IEFP (Institut pour l’Éducation Financière du Public) notamment. 1er axe de communication mis en avant : le rôle de l’Orias et les modalités d’attribution de ce « fameux » numéro.
Lire (2 min.)

L'invité - Bruno Pélissier, Orias : Nous sommes rassurés, pas de duel anticapitaliste au second tour

Nommé à la présidence de l'ORIAS (Organisme pour le Registre des Intermédiaires en Assurance, Banque et Finance) début janvier, Bruno Pélissier nous livre ses ambitions pour cette nouvelle année.
Voir (<6 min.)

L’ORIAS fête son 10ème anniversaire

L’arrêté du 31 janvier 2007 annonçait l’ouverture du registre des intermédiaires en assurance. Au cours de cette année de mise en œuvre d’une nouvelle obligation d’immatriculation des intermédiaires en assurance, l’ORIAS comptabilisait 37115 intermédiaires en assurance pour un total de 43308 inscriptions. Au surplus, 4144 intermédiaires ont notifié leur souhait de bénéficier du passeport européen introduit par la DIA.

A l’issue des recommandations du rapport Deletré de juillet 2009, la loi de régulation bancaire et financière du 232 octobre 2010 a enrichi à effet du 15 janvier 2013 la mission de l’ORIAS par l’enregistrement de nouvelles activités : les intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement, les conseillers en investissements financiers et les agents liés de prestataire de services d’investissement.

Désormais Registre unique des intermédiaires en assurance, banque et finance, les collaborateurs de l’ORIAS ont eu à gérer près de 54920 demandes d’inscriptions concentrées sur les 1ers mois de l’année. Mise en place à cette occasion, la plateforme téléphonique a enregistré plus de 86.000 appels arrivés. En parallèle, l’ORIAS a traité 27366 demandes d’informations par mail.

En 2014, l’ORIAS s’est vue confiée l’enregistrement des nouveaux acteurs du crowdfunding, les intermédiaires en financement participatif et les conseillers en investissement participatif.

Au titre de ses missions de tenue du registre, l’ORIAS s’assure du contrôle de différentes conditions afférentes à chaque activité et notamment celle de la condition de capacité professionnelle, d’honorabilité, de responsabilité civile professionnelle ou de mandat et le cas échéant de garantie financière.

Depuis 2007, le nombre d’intermédiaires inscrits à l’ORIAS est en hausse de 50%, passant de 37115 en 2007 à 55617 au 31 décembre 2016. Ces intermédiaires sont immatriculés dans 93.606 catégories, soit plus du double de l’année 2007 (43308). capture-decran-2017-01-31-a-10-15-13
Lire (2 min.)

Daisy Facchinetti est nommée Secrétaire Générale de l’ORIAS

daisy-facchinetti

Elle succède donc à Grégoire Dupont qui a quitté ses fonctions le 29 novembre 2016. Daisy Facchinetti est en fonction à l’ORIAS depuis cinq ans en qualité de Juriste, Responsable des relations réseaux, et assurait l’intérim du Secrétaire Général.

Auparavant, elle avait intégré la Direction Juridique et Fiscale de HSBC Assurances de juin 2011 à Janvier 2012 et a commencé sa carrière en tant que Chargé d’Etudes Juridiques au sein de la FFA (Fédération Française de l’Assurance) en Novembre 2010.

Diplômé en Droit des Affaires, Master 1 obtenu en 2009 à la Faculté de Droit FACO (Convention avec Paris II), Daisy Facchinetti est également titulaire d’une Master 2 en Droit des Assurances (délivré par l’Université de Caen en 2010).

En favorisant une promotion interne, le Conseil d’administration a fait le choix de la stabilité. Daisy Facchinetti entend maintenir la satisfaction générale de l’ORIAS, assurant ainsi une continuité des missions de celui-ci.

Lire (1 min.)

Tikehau IM réalise le premier closing du fonds T2 Energy Transition Fund

Aujourd’hui, pour répondre aux défis du dérèglement climatique, les besoins d’investissement sont estimés par l’Agence Internationale de l’Énergie à 60 000 milliards d’euros pour les deux prochaines décennies. Dans ce contexte, T2 Energy Transition Fund a vocation à soutenir les acteurs européens de la transition énergétique de taille intermédiaire dans leur développement, leur transformation et leur expansion, notamment internationale.

Les investissements du fonds se concentreront sur les entreprises évoluant dans trois secteurs déterminants pour la transition énergétique :

  • La production d’énergies propres : mise en œuvre de solutions pour la diversification du mix énergétique, projets de production d’énergie à partir de ressources non carbonées.
  • La mobilité bas-carbone : développement d’infrastructures visant à accueillir les véhicules électriques, essor d’équipements et de services liés à la mobilité bas carbone et évolutions liées à l’utilisation du gaz naturel dans les transports en remplacement du diesel et du fuel marine.
  • L’amélioration de l’efficacité énergétique, du stockage et de la digitalisation : recherche et mise en œuvre de solutions pour le déploiement et l’optimisation du stockage d’énergie, optimisation de la consommation énergétique des bâtiments et des entreprises.

Un modèle opérationnel différenciant 

Née de la coopération entre Tikehau Investment Management et Total, le fonds T2 Energy Transition Fund a un modèle opérationnel différenciant qui s’appuie sur l’expertise de l’équipe d’investissement de Tikehau Investment Management tout en bénéficiant de l’expertise sectorielle et du réseau international de Total.

Le fonds dispose ainsi de 350M€ à l’issue de ce premier closing. Convaincus par le positionnement du fonds, Bpifrance et Groupama, investisseurs de références, ont souhaité rejoindre dès le premier closing les sponsors : Tikehau Capital et Total.

Lire (2 min.)

Euskal Herria, le premier FCPR de Newfund dédié aux start-up de la région Aquitaine

Newfund NAEH investira entre 150.000 euros et 500.000 euros dans des entreprises en phase de lancement qui réalisent un début de chiffre d’affaires, avec l’objectif d’en faire de futurs champions. Les start-up bénéficieront d’un accompagnement local grâce au soutien du réseau de souscripteurs bien implantés dans le tissu économique de la région. Agathe Descamps, docteur en droit des sociétés, sera la correspondante de Newfund en région.

Ces entreprises seront soutenues par l’équipe Newfund qui, depuis 10 ans, a investi dans plus de 80 start-up. Newfund connaît bien la région pour y avoir investi à plusieurs reprises et pour compter le Conseil Régional parmi ses souscripteurs depuis 2008.

Newfund est également présent aux Etats-Unis dans la Silicon Valley. Il mettra à disposition son savoir-faire en matière de déploiement aux Etats-Unis lorsque c’est pertinent pour les sociétés les plus ambitieuses du portefeuille Newfund NAEH.

De l’investissement subi à l’investissement choisi

Pour les investisseurs, Newfund NAEH est un produit d’un genre nouveau. En effet, la fin de l’Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), et de la niche fiscale qui lui était liée, a libéré un espace d’investissement. Au lieu d’investir dans les anciens « fonds ISF » pour bénéficier de l’avantage fiscal, le souscripteur investit dans Newfund NAEH pour la performance d’un fonds géré de façon professionnelle sans « carotte fiscale » à l’investissement.

Lire (1 min.)

My Pharma Company est agréé par l’ORIAS comme Intermédiaire de Financement Participatif

My Pharma Company a annoncé le 9 décembre avoir reçu de l'ORIAS l'agrément en tant qu'intermédiaire en financement participatif. L'intermédiaire en financement participatif (ou IFP) est une catégorie d'intermédiaire qui a été créée par l'ordonnance 2014-559 du 30 mai 2014, portant sur la réglementation du financement participatif, ou crowdfunding.

L'ORIAS - Registre des intermédiaires en assurance, banque et finance est un registre des intermédiaires d'assurance, créé en France en 2007, afin de recenser l'ensemble des intermédiaires en produits bancaires, d'assurance, financiers et, depuis 2014, de financement participatif. L'ORIAS est teneur du registre unique des intermédiaires en France, quels que soient leurs domaines d'action, leurs produits et leurs activités. « Nous nous félicitons de cet agrément par l'ORIAS qui marque une nouvelle reconnaissance du marché pour notre modèle novateur d'investissement en royalties. » explique Fabrice Beauchêne, Président et Fondateur de My Pharma Company, qui ajoute « Notre modèle de retour sur investissement par royalties dispose d'un grand potentiel, il est particulièrement pertinent pour les projets en santé portés par des PME qui généreront quelques dizaines de millions d'Euros de Chiffres d'Affaires par an, ce financement sans dilution permet des revenus rapides et confortables. »
Lire (1 min.)

Bruno Pelissier, nouveau Président de l’ORIAS

capture-decran-2016-11-29-a-10-36-09

Bruno Pelissier, 48 ans, est agent général Allianz à Marseille, depuis 1994. Il a occupé de nombreux mandats syndicaux au sein de la profession d’agent général. Il a notamment présidé, de 2011 à 2015, le syndicat Mag3, qui regroupe les agents Allianz, et assume la fonction de Président adjoint d’AGEA, depuis juin 2015.

Bruno Pelissier entend maintenir le haut niveau d’efficacité de l’ORIAS et souhaite s’inscrire dans la continuité des actions entreprises par ses prédécesseurs : « J’aurai à cœur de maintenir le fonctionnement harmonieux des instances de l’ORIAS, basé sur la recherche du consensus, gage de notre unité. »

Le mandat de Philippe Poiget, administrateur de l’ORIAS au titre de la FFA et Président en exercice, s’achèvera le 31 décembre 2016. Bruno Pelissier prendra ses fonctions le 1er janvier 2017 pour un mandat de deux ans.

Créé en 2007, l’ORIAS est un organisme parapublic, administré par les organisations professionnelles du secteur de l’assurance et de la banque. Placé sous la tutelle de la Direction Générale du Trésor, il a pour mission d’enregistrer les intermédiaires en assurance, banque et finance en vérifiant qu‘ils remplissent bien les conditions et exigences prévues par le Code des Assurances et le Code Monétaire et Financier.

Lire (1 min.)