ESG : BlackRock lance sa gamme d’ETF durables

BlackRock poursuit ses efforts pour introduire l'investissement durable auprès du grand public, en Europe et dans le monde. Le gestionnaire d'actifs annonce ce jeudi 7 mars le lancement de six nouveaux fonds durables négociés en bourse (exchange traded funds, ETF). BlackRock fournit un accès au reporting de données environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) à travers sa gamme iShares.

L'Europe à l'avant-garde de l'investissement durable

« De nombreux clients européens poursuivent le double objectif de répondre aux besoins sociétaux et environnementaux du monde, tout en générant des rendements ajustés au risque à long terme nécessaires pour atteindre leurs objectifs financiers », déclare Philipp Hildebrand, Vice-Président de BlackRock. Selon BlackRock, les actifs européens en ETF ESG seraient multipliés par 20 d’ici 2028, avec un encours de 250 milliards de dollars d'actifs, contre 12 milliards aujourd’hui. Cela représente 60 % des actifs de 400 milliards de dollars qui devraient être collectés dans le monde.

Une récente étude de Greenwich Associates montre que près de la moitié des investisseurs institutionnels européens interrogés – et près de 60 % des fonds institutionnels et des compagnies d'assurance – s'attendent à ce que plus de 50 % de leurs actifs soient gérés selon les critères ESG d'ici cinq ans. 44 % des participants à l’étude et la moitié des gestionnaires de placements interrogés utilisent les ETF comme principal vecteur d’exposition aux facteurs ESG.

Nouveaux venus dans la gamme iShares Sustainable Core

Les nouveaux fonds iShares ESG Enhanced ETFs s'appuient sur le lancement de six ETF ESG l’année dernière. Ils sont conçus pour les investisseurs qui cherchent à améliorer les performances des scores ESG de leurs portefeuilles et à réduire l’intensité de carbone et d’autres gaz à effet de serre (GES), tout en conservant un faible écart de suivi par rapport aux indices parents.

Les six fonds suivent les indices MSCI qui pondèrent les titres, afin de maximiser les scores ESG en restant proches des indices de référence. Ils sont optimisés pour réduire l’impact carbone et des émissions de GES de 30 % par rapport à l’indice parent. Ils filtrent les entreprises qui ont une exposition aux armes controversées et nucléaires, aux armes à feu civiles, au tabac, au charbon thermique et aux sables bitumineux, mais aussi celles impliquées dans des controverses très graves et celles qui agissent en violation des principes du Pacte Mondial des Nations Unies.

Nom des fondsListingTotal de frais sur encours
iShares MSCI USA ESG Enhanced UCITS ETF EEDS (Distr) EEUS (Acc)0,10 %
iShares MSCI Europe ESG Enhanced UCITS ETF EEUD (Distr) EEUA (Acc)0,15 %
iShares MSCI EMU ESG Enhanced UCITS ETFEMUD (Distr) EEUM (Acc)    0,15 %
iShares MSCI World ESG Enhanced UCITS ETF EEWD (Distr) EEWA (Acc)0,20 %
iShares MSCI Japan ESG Enhanced UCITS ETF EEJD (Distr) EEJA (Acc)0,20 %
iShares MSCI EM ESG Enhanced UCITS ETFEEDM (Distr) EEEM (Acc)0,23 %

Un ETF pour chaque investisseur durable en Europe

Avec 26 UCITS Sustainable ETF couvrant une gamme complète de résultats et de classes d’actifs, la gamme iShares de fonds durable se présente comme la plus importante du secteur. Elle devrait continuer à s’enrichir. En 2018, les investisseurs européens ont investi plus de 1,4 milliard de dollars dans les ETF durables d’iShares, soit le flux annuel net le plus élevé jamais atteint.

Les investisseurs peuvent consulter les données ESG essentielles sur les ETF d’iShares sur les pages web produits — telles que les données sur l'intensité carbone —  et sélectionner les entreprises selon leur exposition en termes d’engagement. 45 % des participants à l’étude Greenwich ont déclaré qu’ils pourraient utiliser davantage d’informations et d’aide pour comprendre comment appliquer l’ESG à leurs portefeuilles.

Lire (4 min.)

Comment les sociétés de gestion peuvent-elles utiliser la blockchain ?

Emmanuelle Gerino
La blockchain offre un registre décentralisé des transactions qui sont effectuées au sein d’un réseau. En pratique, lorsqu'un individu veut passer une transaction par une blockchain, un réseau appelé « réseau de nœuds » valide la transaction et le statut de son auteur, grâce à des algorithmes.
Lire (3 min.)

Emergence nomme son directeur général

En qualité de Directeur Général d’Emergence, Bertrand du Guerny est en charge du développement et du renforcement de la notoriété, en France et à l’international, d’Emergence, dont l’objet est de lever des capitaux auprès d’investisseurs institutionnels et de les allouer en gestion à une sélection de sociétés de gestion entrepreneuriales innovantes. Avec 28 ans d’activité au sein de la gestion d’actifs, dans des fonctions opérationnelles, d’organisation puis managériales, Bertrand du Guerny dispose d’une expérience transversale sur les métiers et les typologies de la gestion d’actifs, notamment en matière de pilotage des risques d’investissement et du contrôle interne. De 2011 à 2016, Bertrand du Guerny a été à la fois Directeur Administratif et Financier et Directeur des Risques de la Banque Hottinguer et Secrétaire Général de la société de gestion du groupe. Chargé de mission auprès de l’Association Française de la Gestion Financière (AFG) de 2009 à 2010 en tant que coordinateur et animateur de plusieurs Commissions, dont Techniques de Gestion Financière et Gestions Entrepreneuriales, Bertrand du Guerny a été, de 2002 à 2009, Consultant Manager au sein du cabinet Investance Consulting où il a réalisé de nombreuses missions transversales d’organisation auprès de grands acteurs de la gestion d’actifs, en France et à l’international, et est également intervenu pour le compte de l’Autorité des Marchés Financiers. De 1989 à 2002 Bertrand du Guerny a principalement occupé des fonctions de négociateur sur les marchés d’instruments de taux puis de gérant d’OPCVM, dans le groupe Caisse des Dépôts et Consignations. Âgé de 55 ans, marié et père de deux enfants, Bertrand du Guerny est diplômé d’un DEA monnaie, banque finance, de l’IEP d’Aix-en-Provence et d’une maitrise d’économétrie à l’Université de Montpellier.
Lire (1 min.)

Les 3 atouts des obligations convertibles

Noémie Hadjadj-Gomes
Dans le contexte financier et règlementaire actuel, les différentes stratégies d’actions protégées ont la côte. Nous rappelons ci-dessous pourquoi les obligations convertibles sont une solution intéressante.
Lire (2 min.)

Critères ESG : les PRI et le CFA Institute analysent les meilleures pratiques

Le CFA Institute et les Principes pour l’Investissement Responsable (PRI) publient ce lundi 18 mars leur 3e rapport sur l’intégration des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans le monde. Plus d'une vingtaine d'ateliers ont été organisés à travers le monde, et 1 100 professionnels de la finance interrogés. L'enquête s’appuie aussi sur de précédents travaux, publiés en septembre 2018.

Le nouveau rapport — « ESG Integration in Europe, the Middle East and Africa : Markets, Practices and Data » (en anglais) — se penche sur la région Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA) et analyse notamment 8 grands marchés. Parmi eux figurent l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni, l’Afrique du Sud et les pays du Golfe. Le 4e et dernier rapport de cette série, couvrant la région Asie-Pacifique, sera publié dans le courant de l’année 2019.

Quelles conclusions tirer de ce nouveau rapport ?

  • Il n’existe pas de « solution miracle » ni de pratiques uniformes permettant et facilitant l’intégration des critères ESG.
  • Les investisseurs devraient se concentrer davantage sur l’analyse plutôt que sur l’investissement ESG. L'analyse ESG constitue un élément fondamental de l’analyse des investissements. Elle exige une approche disciplinée et basée sur des données pour être pleinement intégrée dans le processus d’investissement.
  • Bien que les gérants de portefeuille et les analystes intègrent souvent les facteurs ESG dans leur processus d’investissement, ils ajustent rarement leurs modèles en fonction des données ESG.
  • La gestion des risques et la demande des clients constituent les principaux moteurs de l’intégration des critères ESG. En revanche, une faible compréhension des problématiques ESG et l’absence de données ESG comparables restent les principaux freins à cette intégration des critères ESG.
  • La gouvernance est le principal critère ESG que les investisseurs intègrent dans leurs processus, même si les critères environnementaux et sociaux prennent de l’ampleur.
  • L’intégration des critères ESG est beaucoup plus avancée dans l’univers des actions que dans l’univers des obligations.

Focus sur le marché français

Le nouveau rapport consacre une large section à l’intégration des critères ESG sur le marché français. Dans l'Hexagone, la gouvernance d’entreprise reste l’enjeu ESG le plus intégré dans le processus d’investissement, à la fois pour les actions et les obligations. Cependant, les répondants à l'enquête estiment que les facteurs environnementaux devraient dépasser le sujet de gouvernance d’ici à 2022. Selon eux, les sujets environnementaux affecteront principalement les actions et les obligations d’entreprise.

Par ailleurs, comme dans la plupart des autres marchés, la demande des clients et la gestion des risques constituent les principaux moteurs de l’intégration des facteurs ESG. D'après les répondants à l'enquête, les évolutions réglementaires devraient gagner une influence croissante en France, plus que dans les autres marchés.

Servir d'exemple aux investisseurs du monde entier

« La zone EMEA est la région où l’intégration des critères ESG est la plus sophistiquée, de nombreux analystes et investisseurs institutionnels en Europe faisant même figure de pionnier en intégrant ces facteurs ESG depuis de nombreuses années. Nous espérons que ce rapport, ainsi que les autres rapports de la série, pourront offrir des conseils et des lignes directrices aux investisseurs et analystes du monde entier », explique Paul Smith, Président et Directeur général du CFA Institute.

Lire (5 min.)

Keys REIM renforce ses équipes immobilières avec l’arrivée de deux nouveaux collaborateurs

Dans le cadre de son développement, le groupe Keys Asset Management a annoncé le 15 mars dernier la nomination de deux nouveaux collaborateurs. Ils rejoignent la filiale française Keys REIM, afin de contribuer à la mise en œuvre des stratégies Core et Core+. « Ces renforts s’insèrent dans le cadre d’une évolution de notre organisation, afin de nous adapter au cycle de marché et répondre aux besoins grandissants de nos clients », explique Pierre Mattei, Président de Keys REIM.

Focus sur les parcours de Vincent Evenou et de Simon Gauchot

Keys REIM renforce ses équipes immobilières avec l’arrivée de deux nouveaux collaborateurs

Vincent Evenou (36 ans) est diplômé de Kedge Business School Bordeaux, membre de la RICS et certifié AMF. Il bénéficie de 13 ans d'expérience acquises successivement chez CBRE Investors comme Asset manager commerce, Ciloger comme responsable des investissements, puis Groupama Immobilier comme Asset manager senior en charge de plusieurs restructurations immobilières, notamment le projet du 150 Avenue des Champs Elysées.

Keys REIM renforce ses équipes immobilières avec l’arrivée de deux nouveaux collaborateurs

Simon Gauchot (41 ans) est diplômé de l’ISG. Il bénéficie de plus de 15 années d’expérience dans les métiers de l’immobilier. Simon Gauchot a notamment travaillé chez BNP, JLL et Eurosic. Son parcours lui a permis d'acquérir une culture de la transaction, notamment sur des opérations à création de valeur.

Lire (2 min.)

SOFIDY lance un nouvel OPCI

Le lancement de ce nouveau produit d’épargne immobilière s’inscrit dans le cadre de la stratégie de diversification de SOFIDY, dont les solutions d’investissement sur l’immobilier vont de la SCPI à l’OPCVM immobilier coté, en passant par les fonds de fonds et les foncières cotées. La gestion de l’OPCI grand public SOFIDY PIERRE EUROPE combine le savoir-faire de SOFIDY en matière d’investissements immobiliers, tant sur l’immobilier physique que sur les actifs financiers possédant un sous-jacent immobilier. « Notre OPCI Grand Public s’adresse aux investisseurs intéressés par une plus grande disponibilité de leur épargne immobilière. Avec le lancement de notre nouvel OPCI SOFIDY PIERRE EUROPE, nous souhaitons offrir aux épargnants un outil de diversification clé en main pour leur épargne, qui combine distribution de dividendes et objectif de progression de valeur sur le long terme. » déclare Jean-Marc Peter, Directeur Général de SOFIDY. La gestion de ce nouvel OPCI a été confiée à Peter Viens qui, fort de 15 années d’expérience dans l’immobilier, a rejoint SOFIDY en août 2017. La stratégie de gestion de l’OPCI grand public SOFIDY PIERRE EUROPE allie investissements en actifs physiques, pour 51% à 60 % du fonds, et investissements en actifs financiers à caractère immobilier, pour 20% à 35% du fonds. Le solde est investi en liquidités et en foncières cotées. Pour la constitution du parc immobilier physique de l’OPCI, le gérant cible principalement les commerces et les bureaux situés dans les zones de croissance les plus solides de la zone Euro (France, Allemagne, Pays-Bas). Le programme d’investissement, qui s’élève à 500 millions d’euros d’ici à 2020, porte sur des actifs sélectionnés pour leurs perspectives de valorisation sur le long terme, et allant de 10 à 50 millions, segment qui offre le meilleur compromis entre recherche de rendement et bonne mutualisation des risques. La partie financière est quant à elle majoritairement orientée vers le secteur de l’immobilier (titres de sociétés immobilières cotées, OPCVM immobiliers) et pourra être complétée par des OPCVM diversifiés présentant une volatilité mesurée. « L’OPCI Grand Public SOFIDY PIERRE EUROPE est un produit d’épargne dont l’ADN est essentiellement immobilier. » ajoute Peter Viens, gérant de l’OPCI grand Public SOFIDY PIERRE EUROPE. L’OPCI Grand Public SOFIDY PIERRE EUROPE est accessible dans le cadre de contrats d’assurance-vie, de compte-titres ouverts auprès d’un établissement bancaire, mais également directement au nominatif auprès de SOFIDY. Le minimum de souscription pour SOFIDY PIERRE EUROPE s’élève à 1 000 euros. Ce nouvel OPCI vise notamment la clientèle historique de SOFIDY, mais aussi une clientèle plus jeune, moins fortunée que celle des SCPI, et qui souhaite investir dans l’immobilier collectif sur un horizon d’investissement moins long.
Lire (2 min.)

L’AMF clarifie le cadre applicable aux outils de gestion du risque de liquidité des fonds d’investissement

Le risque de liquidité est le risque lié à un décalage trop important entre la liquidité des actifs dans lesquels un fonds est investi et les conditions de rachat offertes aux investisseurs. Dans un contexte d’augmentation forte des encours sous gestion au niveau mondial et de la part grandissante des fonds ouverts régulés, le rapport publié par l’OICV le 1er février 2018 a pour objectif de compléter les standards édités en 2013 sur la gestion du risque de liquidité, en tenant compte des recommandations du Conseil de stabilité financière (FSB) de janvier 2017. Ces documents viennent renforcer le cadre global des outils de gestion du risque de liquidité, tout en laissant une discrétion importante aux autorités nationales de sélectionner ceux mis à la disposition des acteurs.

Dans ce contexte, l’AMF a autorisé, début 2017, le recours au plafonnement des rachats et a également publié un guide pédagogique sur les stress tests. De nouvelles modifications réglementaires entreront en application dans les prochaines semaines. Attendues par l’industrie, elles permettront d’élargir davantage la palette d’outils disponibles pour les fonds français. Le cadre applicable aux outils suivants sera clarifié : mise en place des préavis de souscription et/ou de rachat, qui donnent de la flexibilité au gérant dans l’exécution des ordres sur certains marchés potentiellement moins liquides (par exemple celui des petites capitalisations ou des obligations à haut rendement) et permettent ainsi de ne pas déformer le portefeuille, dans l’intérêt des porteurs ou actionnaires du fonds ; remboursement « en nature » (in kind), c’est-à-dire directement en actifs du portefeuille, lorsque certains investisseurs professionnels le demandent et que certaines conditions sont réunies ; et enfin fermeture des souscriptions, de façon partielle ou totale (soft ou hard close), par exemple lorsque l’emprise d’un fonds sur son marché de référence devient trop importante.

Les fonds concernés par la mise à jour du cadre réglementaire en matière de gestion du risque de liquidité seront les suivants : les OPCVM, les fonds d’investissement à vocation générale (FIVG), les fonds de fonds alternatifs (FFA), les fonds professionnels à vocation générale (FPVG) et les fonds d’épargne salariale (FES). L’AMF invite les sociétés de gestion à étudier l’opportunité, au regard des stratégies mises en œuvres et des marchés sous-jacents, d’adapter leurs outils ou de mettre en place de nouveaux outils de gestion du risque de liquidité, en cohérence avec le renforcement du cadre proposé. En particulier, le superviseur invite les sociétés de gestion à étudier la possibilité d’introduire, dans les documents réglementaires de certains fonds, la faculté de recourir au plafonnement des rachats (gates) pour faciliter la gestion des crises de liquidité dans le meilleur intérêt des porteurs ou actionnaires.

Lire (2 min.)

Sofidy : le rendement porté par la diversification

Ses solutions d’épargne immobilière ont continué de délivrer des performances globales supérieures à celles du marché, en ligne avec les perspectives de début d’année, venant ainsi conforter les attentes de rendement de ses investisseurs et de ses épargnants.

  • La SCPI Immorente affiche en 2017 un taux de distribution (TDVM) de +4.73 %, et une augmentation du prix moyen acquéreur de sa part de +0.92%
  • La SCPI Efimmo 1 affiche en 2017 un taux de distribution (TDVM) de +4.88 %, en hausse par rapport à 2016, à la faveur d’éléments de reprise économique venant conforter la stratégie sélective d’acquisition orientée sur l’immobilier tertiaire de bureaux à Paris et en première couronne Ouest.
  • La Société Civile Sofidy Convictions Immobilières, disponible dans de nombreux contrats d’assurance-vie, affiche une performance de +4,32%, pour un niveau faible de volatilité de l’ordre de 0,9%.

Le FCP Sofidy Sélection 1, OPCVM de foncières cotées européennes, affiche une performance de +17,5% pour la part I et de +53% depuis l’origine. Trois ans après sa création, le FCP Sofidy Sélection 1 est devenu le 1er FCP immobilier de sa catégorie sur 3 ans, et a décroché 5 étoiles Morningstar. Référencé chez les principaux acteurs et plateformes de l’assurance-vie, le fonds totalise près de 50 millions d’euros d’encours sous gestion.

La collecte brute globale a été volontairement limitée par Sofidy à 478 millions d’euros, en hausse contenue de +1,5 % par rapport à l’année 2016. Sur le montant de cette collecte, 417 millions d’euros ont été réalisés sur ses principales SCPI et 61 millions d’euros sur ses autres fonds d’épargne immobilière (OPCVM immobilier, Société Civile investie en immobilier indirect, OPPCI professionnel, gestion sous mandat...).

En 2017, le flux des transactions immobilières pour Sofidy s’est établi à 589 M€

Les investissements immobiliers ont atteint 521 millions d’euros, investis pour plus de la moitié en Allemagne et aux Pays-Bas. La collecte a donc été pleinement investie avec un recours modéré à l’effet de levier du crédit afin de faire bénéficier aux épargnants de la faiblesse des taux de financement.

La société de gestion, continuera en 2018 à poursuivre sa stratégie de diversification paneuropéenne, toutes classes d’actifs confondues (immobilier d’entreprise, commerces, bureaux, tourisme, loisirs, hôtels, foncières cotées, club deal...), en s’appuyant modérément sur les taux de financements qui devraient demeurer encore attractifs.

Lire (2 min.)

IFI : un impôt plus subtil qu’il n’y paraît

Elena Azria
Les Français s’apprêtent à connaître cette année de nombreux changements sur le plan de la fiscalité avec la mise en place de la « flat tax », l’augmentation de la CSG et la transformation de l’ISF en IFI. Très débattue l’an dernier, la réforme de l’IFI est l’une des plus intéressantes à analyser.
Lire (4 min.)

Horizon AM annonce une prise de participation dans un projet immobilier à Saint-Witz réalisé par ELGEA

La société de gestion Horizon AM — spécialisée dans le financement projets de réhabilitation, de transformation et de promotion immobilière — a annoncé ce vendredi 15 mars sa prise de participation dans une nouvelle opération située à Saint-Witz (Val-d'Oise) en partenariat avec ELGEA.

Il s'agit du premier projet immobilier dans lequel le fonds Performance Pierre 4 est investi. Ce fonds d’investissement alternatif (FIA) est ouvert à la souscription jusqu'au 13 juin prochain. Avec un objectif de collecte de 20 millions d’euros, le fonds sera prochainement investi sur d’autres projets semblables, en Ile-de-France et en Provence-Alpes-Côte d’Azur.

33 appartements livrés à un bailleur social

Le nouvel investissement se situe dans un quartier résidentiel du centre-ville. Proche de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle, du centre commercial Aéroville et du Parc Astérix, Saint-Witz est accessible depuis Paris en 20 minutes via le RER D.

L’opération inclut 33 appartements livrés à un bailleur social du groupe Action Logement. Le bâtiment sera construit selon les dernières normes environnementales et de construction, en privilégiant des matériaux durables, afin de réduire les coûts énergétiques.

Ce projet est réalisé en partenariat avec ELGEA, spécialiste de la construction et de la promotion. Son offre s'adresse aux primo-accédants dont les revenus sont trop faibles pour acquérir un bien immobilier aux prix du marché, mais trop élevés pour bénéficier d'un logement social. ELGEA vise surtout les jeunes couples qui travaillent à Paris ou sa périphérie, et qui désirent fonder une famille.

Un objectif de marge brute de 10 % à 15 %

Le fonds Performance Pierre 4 — qui vise à délivrer pour les investisseurs un rendement annuel de 6 % net de frais de gestion — participe au financement de ce projet. Ce véhicule participera également dans les prochaines semaines au financement de 8 opérations similaires, en partenariat avec ELGEA.

Ces programmes de construction de logements neufs et de réhabilitation, à forte dimension socialement responsable, seront situés en Île-de-France (Hauts-de-Seine, Val-de-Marne, Val-d'Oise) et dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (Marseille, Aix-en-Provence).

Au total, les neufs projets financés par le fonds Performance Pierre 4 permettront la construction de 250 lots pour une surface totale de 14 358 m2. Dans le détail, 85 % des lots ont déjà été commercialisés auprès des acheteurs finaux. L’objectif de marge brute pour le fonds se situe entre 10 % et 15 %.

Lire (3 min.)

Ardian Private Debt soutient l’investissement de HgCapital dans A-Plan

Ardian, acteur mondial de l’investissement privé, diversifie encore ses investissements. La société a annoncé le 15 mars dernier avoir arrangé une dette subordonnée afin de soutenir l’investissement de HgCapital (« Hg ») dans A-Plan, l'un des principaux courtiers en assurance pour particuliers au Royaume-Uni.

Focus sur le positionnement de A-Plan

Fondé en 1963, A-Plan est un acteur majeur du courtage en assurance multicanal au Royaume-Uni. Il se positionne principalement sur des produits d’assurance pour particuliers, et développe également une gamme de services dédiée aux PME. La valorisation du groupe s’articule autour d’une qualité de service élevée et d’une proximité forte avec sa clientèle, à travers un réseau d'agences locales. A-Plan gère aujourd'hui 1,5 million de polices d’assurance à l’échelle nationale.

Mark Brenke, Managing Director & Responsable de l’activité Private Debt d’Ardian, déclare : « L’équipe de management a démontré sa capacité à faire croître rapidement la société, tant au niveau organique, qu’au travers d’acquisitions. Cette équipe s’appuie sur le CEO, Carl Shuker, membre d’A-Plan depuis près de 30 ans, et sur sa connaissance approfondie du marché. »

Lire (2 min.)

Eric Pinon - AFG : Les cgp sont les poumons de nos structures

Avec l'arrivée des nouvelles réglementations, les assets managers et les CGP vont devoir collaborer efficacement. Si historiquement, les conseillers pouvaient faire preuve d'une certaine méfiance envers les gérants, ce temps est révolu. Pour Eric Pinon, ces acteurs partagent désormais des combats communs : préserver l'architecture ouverte.
Voir (<4 min.)

PRIIPS : les associations crient victoire, repoussant l’épée de Damoclès

À quelques jours de l'ouverture de la saison des Conventions des associations du marché (Anacofi, CNCGP, ANCDGP, CNCIF, CNCEF...), l'industrie de la gestion de patrimoine se targue d'une belle victoire : la Commission Européenne reporte l'application de PRIIPS pour les produits d'assurance-vie au 31 décembre 2019. Les lobbyistes du secteur (Benoist Lombard de la CNCGP, David Charlet de l'Anacofi et Sonia Fendler de Generali, en première ligne) peuvent être fiers du sursis salutaire obtenu.
Lire (1 min.)