Crédit Suisse Private Banking & Wealth Management France annonce l’arrivée de deux collaboratrices

Credit Suisse Private Banking & Wealth Management — groupe bancaire basé à Zurich — annonce ce mercredi 17 avril l’arrivée de deux nouvelles collaboratrices pour sa filiale française. Caroline Picot (38 ans) occupe le poste de Director au sein de l’équipe en charge de l’activité Grands Investisseurs France à Paris depuis le 1er avril 2019. Elle rapporte à Sammy Mohammad, Managing Director et Responsable de l’activité Grands Investisseurs. De son côté, Audrey Jaffrennou (34 ans) exerce au poste Head of Client Offering depuis février 2019. Elle rapporte à Gilles Dard, CEO Banque Privée France.

Focus sur le parcours de Caroline Picot

Caroline Picot est diplômée de l’EDHEC Business School. En 2004, elle rejoint Morgan Stanley Investment Management en tant que Responsable des Relations Investisseurs Institutionnels et Intermédiaires en France, Suisse et Monaco. A partir de 2010, elle devient Executive Director, en charge du Business Development auprès des investisseurs Institutionnels et Intermédiaires en France, Suisse et Monaco.

Par ailleurs, elle a aussi fondé à Paris le WomenBankersLab — réseau de femmes de Morgan Stanley — dont la mission consiste à rassembler les femmes les plus influentes de la finance en France. Caroline Picot est bénévole au sein de l’association « Force Femmes », qui agit pour l’emploi et l’entrepreneuriat des femmes de plus de 45 ans.

Focus sur le parcours d'Audrey Jaffrennou

Audrey Jaffrennou est diplômée de l’Université Paris-Dauphine et titulaire d’un Master de Gestion, mention Gestion de Patrimoine. Elle débute sa carrière en 2007 en tant que conseil en investissement sur les produits alternatifs au sein de Société Générale Private Banking, qui couvre toutes les entités francophones.

En 2011, elle rejoint Société Générale Private Banking Middle East à Dubaï. Elle y exerce d’abord un rôle de conseil en investissement sur toutes les classes d’actifs, avant de prendre la responsabilité du pôle de conseil en investissement. Après six années dans les Émirats arabes unis, elle intègre Société Générale Private Banking France à Paris en tant que Responsable Marketing Produits et Développement de l’Offre et membre du Comité Exécutif de l’Offre Financière.

Lire (3 min.)

LBPAM nomme une Directrice des Projets Stratégiques et une Directrice du Pôle Solutions

La Banque Postale Asset Management (LBPAM) annonce ce mardi 2 avril deux nominations, avec l'arrivée d'une Directrice des Projets Stratégiques et d'une Directrice du Pôle Solutions. Dans le cadre du développement stratégique de LBPAM, ces deux postes sont désormais respectivement occupés par Adrienne Horel-Pagès et Mathilde Sauvé.

Transformation ISR et besoins spécifiques des clients

LBPAM nomme une Directrice des Projets Stratégiques et une Directrice du Pôle Solutions

Adrienne Horel-Pagès (36 ans) est nommée Directrice des Projets Stratégiques, un poste nouvellement créé en janvier 2019. Parmi ses missions, le pilotage des différents chantiers permettant la transformation 100 % ISR de LBPAM à horizon 2020. Directement rattachée au Président Daniel Roy, Adrienne Horel-Pagès intègre également le COMEX de LBPAM.

Mathilde Sauvé (39 ans) est rattachée au CIO Vincent Cornet et au Président Daniel Roy en tant que Directrice du Pôle Solutions de LBPAM en mars 2019. Elle intègre le COMEX et l’Executive Board de LBPAM. Ce pôle Solutions répond aux besoins spécifiques des clients institutionnels de LBPAM : assureurs, mutuelles, Instituts Retraites Prévoyances, grandes entreprises, banques. La deuxième tâche du pôle Solutions consiste à gérer les besoins des réseaux de distribution Retail de La Banque Postale.

Focus sur le parcours d'Adrienne Horel-Pagès

Diplômée d’HEC et CFA Charterholder, Adrienne Horel-Pagès débute sa carrière en 2007 à Londres chez Goldman Sachs Asset Management dans l’équipe multi-gestion. En 2009, elle rejoint la Financière de la Cité en tant que gérante où elle développe plusieurs fonds autour de la thématique de l’inflation. En 2014, elle participe à la création et au développement d’une nouvelle société de gestion Vestathena, en qualité de Directrice Générale.

Elle rejoint en 2017 la Direction de la Régulation et des Affaires Internationales l’AMF dans l’équipe chargée de négocier les textes réglementaires de la gestion d’actifs au niveau européen. Elle suit notamment les discussions autour du plan d’action de la commission Européenne sur la finance durable.

Focus sur le parcours de Mathilde Sauvé

Diplômée de l'ENSTA ParisTech et d'un Master en Finance de la Sorbonne, Mathilde Sauvé débute sa carrière comme actuaire chez AXA puis analyste action sell-side sur le secteur assurance chez Oddo. Elle rejoint ensuite le groupe AXA. Auprès du Directeur des Risques, elle prend part au processus de négociation de Solvency II et à l’analyse de ses implications pour la stratégie d'investissement et la gestion de bilan du groupe.

Chez AXA IM de 2011 à 2019, Mathilde Sauvé est nommée en 2015 responsable de l'équipe Solutions institutionnelles, en charge de définir et de mettre en œuvre des solutions adaptées aux besoins spécifiques des investisseurs institutionnels, en particulier des assureurs et des fonds de pension qui font face à une réglementation contraignante.

Elle traite ainsi de Solvabilité II, gestion fiduciaire, conseils en matière de gestion actif / passif, de besoins de couverture / de LDI (Liability Driven Investments) et de solutions de rendement absolu. En 2018, elle est promue en charge de l’équipe Institutionnal & Wholesale multi-asset Solutions où elle supervise le développement et la distribution de fonds multi-asset.

Lire (4 min.)

Keys REIM renforce ses équipes immobilières avec l’arrivée de deux nouveaux collaborateurs

Dans le cadre de son développement, le groupe Keys Asset Management a annoncé le 15 mars dernier la nomination de deux nouveaux collaborateurs. Ils rejoignent la filiale française Keys REIM, afin de contribuer à la mise en œuvre des stratégies Core et Core+. « Ces renforts s’insèrent dans le cadre d’une évolution de notre organisation, afin de nous adapter au cycle de marché et répondre aux besoins grandissants de nos clients », explique Pierre Mattei, Président de Keys REIM.

Focus sur les parcours de Vincent Evenou et de Simon Gauchot

Keys REIM renforce ses équipes immobilières avec l’arrivée de deux nouveaux collaborateurs

Vincent Evenou (36 ans) est diplômé de Kedge Business School Bordeaux, membre de la RICS et certifié AMF. Il bénéficie de 13 ans d'expérience acquises successivement chez CBRE Investors comme Asset manager commerce, Ciloger comme responsable des investissements, puis Groupama Immobilier comme Asset manager senior en charge de plusieurs restructurations immobilières, notamment le projet du 150 Avenue des Champs Elysées.

Keys REIM renforce ses équipes immobilières avec l’arrivée de deux nouveaux collaborateurs

Simon Gauchot (41 ans) est diplômé de l’ISG. Il bénéficie de plus de 15 années d’expérience dans les métiers de l’immobilier. Simon Gauchot a notamment travaillé chez BNP, JLL et Eurosic. Son parcours lui a permis d'acquérir une culture de la transaction, notamment sur des opérations à création de valeur.

Lire (2 min.)

Evli Fund Management Company annonce plusieurs nominations

Evli Fund Management Company, société de gestion scandinave dont la maison-mère se trouve en Finlande, cible particulièrement les investisseurs institutionnels et propose une gestion active avec une coloration ESG, dans une perspective long terme.

Dans le cadre de son développement, le gestionnaire d'actifs annonce ce vendredi 8 mars la promotion de son Responsable de l’activité de Fixed Income au poste de Directeur des Investissements. Au passage, Evli Fund Management Company a révélé le nom du successeur qui prendra les rênes de l'activité de Fixed Income, dans le cadre d'une promotion interne.

Les parcours de Mikael Lundström et Juhamatti Pukka

Mikael Lundström, chez Evli depuis 1996, a été nommé Directeur des Investissements de Evli Fund Management Company le 1er mars 2019. Cette nouvelle fonction consistera à développer des produits et services, comme la construction de portefeuille d’Evli Fund Management Company. La société bénéficiera de la longue expérience de Mikael Lundström sur les marchés financiers. Il a déjà été primé “Bronze Analyst Rating” par Morningstar et le fonds Evli Corporate Bond, qu’il gère avec Jani Kurppa, a été récompensé comme meilleur fonds obligataire EU en Finlande, en France et en Espagne en 2018.

Mikael Lundström restera gérant des fonds Evli Corporate Bond et Evli European High Yield et membre de l'équipe Fixed Income d'Evli. Ses responsabilités antérieures en tant que responsable de l’activité de Fixed Income ont été transférées le 1er mars dernier à Juhamatti Pukka, qui a été nommé l'un des meilleurs jeunes gérants de portefeuille au monde, lors du Citywire Top Talent age 40 and under. Juhamatti Pukka a rejoint Evli en 2008. Il a géré avec succès le fonds Evli Short Corporate Bond.

20 ans d'expertise en matière d'obligations corporate

L'expertise d'Evli en matière d'obligations corporate remonte à 1999, lorsque le fonds Evli Corporate Bond géré par Mikael Lundström a été lancé. Depuis, le marché obligataire européen s'est également développé. Aujourd'hui, l'équipe Fixed Income d'Evli comprend 8 professionnels, les deux dernières recrues ont rejoint l’équipe en 2018 en raison d’une demande accrue de la part des investisseurs. L'équipe gère 8 fonds d'obligations corporate et de gestion obligataire avec une expérience cumulée de plus de 100 ans.

Lire (3 min.)

Swiss Life Asset Managers France cède les actifs de son premier fonds santé

Swiss Life Asset Managers (AM) France annonce ce jeudi 18 avril la cession des actifs de son premier club deal santé, créé en 2012 à destination d’investisseurs institutionnels français. Cet OPCI Professionnel était spécialisé dans les murs d’EHPAD — Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes — d'établissements SSR — Soins de Suite et de Réadaptation — et de cliniques PSY — cliniques psychiatriques — avec l'acquisition de plus de 200 M€ d'actifs.

Le portefeuille comporte 14 actifs — 9 EHPAD, 4 établissement SSR et 1 établissement psy — soit près de 1 500 lits. Icade Santé s’est porté acquéreur de 12 d’entre eux et Primonial REIM des 2 EHPAD situés à Paris et en région parisienne. Plus de 80 % du portefeuille se compose d’établissements achetés en VEFA. Le solde a été acquis neuf ou rénové.

Orienter sa stratégie vers les résidences seniors

Swiss Life AM France a fait partie des pionniers qui se sont intéressés au secteur de la santé. L'asset manager a ainsi pu acquérir ce portefeuille dans de bonnes conditions. Le marché de la santé et les actifs visés par ce fonds présentaient en 2012 un effet ciseaux, lié à une sous-capacité importante face à une hausse de la demande pour ce type de structures en raison du vieillissement de la population.

Depuis, le marché de la santé est devenu très porteur. Swiss Life AM France a choisi d'anticiper une liquidation probable de ce véhicule courant 2019. Cette décision valide la stratégie d’acquisition mise en place lors du lancement du fonds, qui ciblait la qualité de l’opérateur mais également les emplacements et les qualités techniques des actifs. Swiss Life AM France va continuer d'investir dans le secteur du grand âge, en s'orientant notamment vers les résidences seniors en Europe.

Lire (2 min.)

Assurance vie : Althos Patrimoine lance une offre de droit luxembourgeois

Althos Patrimoine — spécialiste du conseil en gestion privée — annonce ce jeudi 18 avril le lancement d'une offre d’assurance vie luxembourgeoise. Ce produit destiné à une clientèle haut-de-gamme est accessible à partir de 100 000 euros sans frais d'entrée.

Cette offre permet aux investisseurs d’accéder à des véhicules réservés aux institutionnels et de bénéficier d’une sécurité renforcée sur leur capital, « tout en étant investis dans des actifs décorrélés et des actifs de rendement », précise Maxime Defasy, responsable des investissements chez Althos Patrimoine.

Diversification des actifs

Cette offre donne accès à la quasi-totalité des contrats d’assurance-vie du marché luxembourgeois. Les investisseurs choisissent parmi une douzaine de contrats, sélectionnés auprès des principaux acteurs du secteur : Allianz, Lombard International, Swiss Life, Generali, Bâloise Assurances ou encore AG2R La Mondiale.

Les épargnants ont accès aux parts institutionnelles des OPCVM traditionnels, ainsi qu'à des classes d’actifs de diversification réservées aux institutionnels. Ils peuvent investir une partie de leur capital en capital-investissement, en immobilier ou encore en dette privée.

Protection de l'épargne

Les investisseurs bénéficient d'une sécurité renforcée, connue sous l’appellation « triangle de sécurité ». Ce type de contrat offre des garanties supplémentaires en termes de protection de l’épargne. En France, en cas de faillite de la compagnie d’assurance, l’épargne est garantie dans la limite de 70 000 euros par assuré et par contrat.

Le Luxembourg n'impose pas ce type de limite. Les actifs sont conservés auprès d’une banque dépositaire. Enfin, l’épargnant bénéficie d’un statut de créancier de premier rang, ce qui le rend prioritaire en cas de faillite de la compagnie d’assurance.

Lire (2 min.)

Keys REIM annonce l’arrivée de deux nouveaux collaborateurs

Dans le cadre de son développement, Keys REIM, filiale française du Groupe Keys Asset Management, annonce ce jeudi 21 février l'arrivée d'un nouveau Directeur Commercial France et celle d'un nouveau Responsable des Partenariats en région Auvergne-Rhône-Alpes.

« L’arrivée de Grégory Maes et de Sylvain Tournour servira la stratégie du groupe Keys Asset Management de renforcer sa proximité avec les distributeurs et les conseillers en gestion de patrimoine afin de développer son implantation dans les métropoles françaises dynamiques », annonce Cyril Garreau, co-fondateur du Groupe Keys Asset Management.

Focus sur les parcours de Grégory Maes et Sylvain Tournour

Grégory Maes, est nommé Directeur Commercial France de Keys REIM à Paris. Membre du Comité de Direction, il est chargé du développement et de la distribution de l’offre Keys REIM. Grégory Maes était jusqu’à présent Directeur de la Distribution France chez Rothschild Asset Management. Diplômé de l’ICN, il a auparavant occupé les fonctions de Responsable de la Distribution chez Lazard Asset Management/Lazard Frères Gestion et chez AXA Investment Managers. 

Sylvain Tournour, 38 ans, rejoint Keys REIM à Lyon en qualité de Responsable des Partenariats en Auvergne-Rhône-Alpes. Diplômé de l’Ecole Nationale d’Assurances (ENASS) de Lyon et d’un Master 2 en Ingénierie du Patrimoine à l’Université de Sciences Sociales Toulouse 1, Sylvain Tournour était jusqu’à présent Responsable régional chez Axa Thema,  et précédemment chez April Patrimoine (devenu LifeSide Patrimoine) puis Banque Robeco.

Lire (2 min.)

Zencap AM renforce son équipe avec deux nouveaux recrutements

Zencap Asset Management (AM) poursuit son développement. La société de gestion, créée en 2011 et spécialisée sur la dette privée en Europe, annonce ce mercredi 20 février deux nouveaux recrutements. Zencap AM renforce ainsi son équipe, qui compte désormais 19 membres.

Focus sur les parcours de Thomas Tétard et Antoine Riolacci

Thomas Tétard a débuté sa carrière en 2008 chez ING Securities Bank (Sales trading assistant) puis Boursorama Banque (conseiller Bourse). Il a travaillé pendant 7 ans à La Financière de l’Echiquier, où il a occupé les fonctions de négociateur Actions, puis celles de contrôleur interne. Thomas Tétard rejoint Zencap AM en 2019 au poste nouvellement créé de Responsable de la Conformité et du Contrôle Interne, où il reporte à la direction générale. Thomas Tétard est diplômé de l’ESSCA (Master Banque Finance) et Chartered Financial Analyst (CFA).

Antoine Riolacci a débuté en 2011 chez Deutsche Bank (trading d’options) puis chez Moody’s Investors Service (analyste ABS). Il a ensuite travaillé chez Acofi et chez WyeTree AM, en tant que gérant de portefeuille d’ABS et CLO. Fin 2018, Antoine Riolacci a rejoint l’équipe d’investissement en titrisation et financements spécialisés de Zencap AM, en tant que Chargé d’Investissement. Antoine Riolacci est diplômé de l’ESCP Europe (Master en management).

Lire (2 min.)

Crédit Agricole : mouvements au comité de direction d’Ile-de-France

Le Crédit Agricole Ile-de-France annonce ce jeudi 6 février une série de nominations au sein de son comité de direction. Le groupe accueille un nouveau Directeur des Ressources Humaines, une nouvelle Directrice Régionale de Versailles et un nouveau Directeur des Engagements et des marchés spécialisés.

Un nouveau Directeur des Ressources Humaines

Diplômé de HEC, Nicolas Bontemps a débuté sa carrière en tant qu’auditeur, externe d’abord chez Arthur Andersen, puis interne au sein de l’Inspection Générale de la Banque Indosuez. Il exerce ensuite des fonctions variées au sein de celle-ci, avec deux dominantes :

  • La banque d’entreprises , il est banquier conseil mid-caps de 1997 à 2000, puis numéro deux de la Direction des mid-caps chez Crédit Agricole Indosuez (CAI) de 2000 à 2003.
  • La banque de marché ensuite, passant par la trésorerie, le contrôle interne, et en 2003-2004, le secrétariat général des activités de marché de CAI. Dans cette dernière fonction, il coordonne le projet de fusion entre les salles des marchés du Crédit Lyonnais et celles de CAI.

Après un intermède de 5 années chez Royal Bank of Scotland à Paris en tant que « Senior banker », Nicolas Bontemps réintègre le Crédit Agricole en 2009 en tant que Directeur du marché des entreprises au sein du Crédit Agricole d’Ile-de-France puis Directeur régional de Versailles depuis 2013. Nicolas Bontemps vient d'être nommé Directeur des Ressources Humaines.

Une nouvelle Directrice Régionale de Versailles

Diplômée de l’ESLSCA Paris, Agnès Prébet débute sa carrière en 1992 à la Banque Populaire Rives de Paris-Montrouge en tant que contrôleur de gestion. Elle occupe ensuite la fonction de Directrice adjointe pendant quatre ans au sein de deux agences bancaires. En 1998, elle intègre le Crédit Mutuel ARKEA – Clermont-Ferrand, comme Directrice de l’agence de Cournon et prend en 2001 la responsabilité du service Juridique et Prévention des Risques.

En 2005, elle rejoint la direction des entreprises du Crédit Agricole d’Ile-de-France, comme chargée d’affaires de PME et de Grandes Entreprises. Puis en 2008, elle est nommée Directrice commercial Grandes Entreprises sur les secteurs de l’industrie, agroalimentaire et distribution. Depuis 2016, elle occupait la fonction de Directrice des Marchés Spécialisés et des Engagements. Agnès Prébet vient d'être nommée Directrice Régionale de Versailles.

Un nouveau Directeur des Engagements et des marchés spécialisés

Diplômé de HEC avec une spécialisation en Management international, Rémi de Laveaucoupet entre au Crédit Agricole en 2006 en tant qu’inspecteur auditeur à l’inspection générale du Groupe. Il occupe en 2010 la fonction de Chef de mission. En 2012, il rejoint le Crédit Agricole de l’Anjou et du Maine en qualité d’adjoint au Directeur en charge du développement et de la collecte, des assurances et des services bancaires.

Il participera en particulier à la création d’une agence en ligne dédiée à l’Assurance et plus globalement au renforcement de la satisfaction des clients de la Caisse Régionale. Puis en 2015, il est nommé Adjoint au directeur Finances, Risques et Pilotage. Il rejoint ensuite le Crédit Agricole d’Ile-de-France en 2016 en tant que Directeur des Risques et du Contrôle permanent. Rémi de Laveaucoupet vient d'être nommé Directeur des Engagements et des marchés spécialisés.

Lire (4 min.)

CBRE renforce son équipe à Nice et Sophia Antipolis

Suite à l’acquisition de FICI par CBRE au 1erjanvier 2019, les équipes de Nice et Sophia Antipolis s’agrandissent avec l’arrivée de trois nouveaux collaborateurs. Ces recrutements s’inscrivent dans la stratégie de développement des plateformes régionales de CBRE pour offrir à ses clients une offre de service globale. Les équipes de Nice et Sophia Antipolis passeront de 7 à 10 collaborateurs dès février. CBRE propose ainsi à ses clients une gamme de services élargie en ajoutant l’expertise, le retail et l’investissement aux métiers déjà présents.

Ces arrivées sont également le résultat d’un marché local en forte progression. 2018 a été une année record avec 66 000 m² de bureaux commercialisés, soit 20 % de plus par rapport à 2017. Cette amélioration du marché s’observe tant à Nice qu’à Sophia Antipolis. L’offre neuve attendue en 2019 et 2020 doit accompagner la progression du marché, notamment en bureaux. Dans ce contexte favorable, CBRE annonce l’arrivée de Simon Estornel et Richard Hoffert-Nicolaï ainsi que la nomination de Fanny Briano, qui viennent étoffer les équipes de Nice et Sophia Antipolis.

Fanny Briano prendra en charge la valorisation immobilière

Fanny Briano En poste chez CBRE à Marseille depuis près de 3 ans en tant que responsable Côte d’Azur, Alpes-Maritimes, Est Varois (Saint Tropez, etc..) et Monaco, Fanny rejoindra dès février CBRE à Nice où elle prendra en charge, comme elle le faisait auparavant, l’expertise (valorisation immobilière). Fanny est diplômée d’un Master Grande Ecole de la Neoma Business School.

Richard Hoffert-Nicolaï s'occupera de la gestion des biens immobiliers d’exploitation

Richard Hoffert-Nicolaï

Richard Hoffert- Nicolaï Richard avait déjà travaillé pour CBRE à Paris entre 2016 et 2017 dans le cadre de sa thèse professionnelle dans le service Portfolio où il se chargeait notamment de la gestion des biens immobiliers d’exploitation. Suite à cela, il a travaillé jusqu’en 2018 chez AEW Ciloger à Prague (République Tchèque) comme Asset Manager en VIE (Volontariat International en Entreprise) avant de rejoindre CBRE à Nice en février prochain.  Richard dispose d’une connaissance fine du marché de l’immobilier et notamment des reconversions des sites pollués, sujet de sa thèse qu’il a obtenu à l’ESSEC en 2017 lors de son Mastère Spécialisé en Management Urbain et Immobilier.

Simon Estornel développera l’activité dans la région de Sophia Antipolis

Simon Estornel

Simon Estornel  Responsable du réseau immobilier Abithea Entreprise Marseille depuis 2017, Simon s’est spécialisé dans les transactions de locaux commerciaux. Il aura pour mission chez CBRE de développer l’activité dans la région de Sophia Antipolis. Simon est diplômé d’un Bachelor Degree Business Administration en Marketing et Management de l’université de Memphis (Etats-Unis).

Lire (3 min.)

RSE : la France arrive 3e au classement mondial d’une étude

Le Médiateur des entreprises et EcoVadis dévoilent ce mercredi 17 avril la 3e édition de leur étude « Comparatif de la performance Responsabilité Sociale & Environnementale (RSE) des entreprises françaises avec celle des pays de l’OCDE et des BRICS ». Dans le cadre de ce baromètre, plus de 20 000 entreprises dont près de 3 000 françaises ont été évaluées entre 2016 et 2018 sur l’environnement, le social et l’éthique. Les résultats indiquent que les entreprises progressent fortement pour leur management de la RSE.

La France se hisse à la 3e place mondiale

Avec un score moyen de 51/100 — contre 43.8/100 lors de la 1ère édition et 48.3/100 pour la 2— les grandes entreprises, PME et ETI françaises arrivent en 3e position de l’ensemble des pays passés en revue pour leur niveau de management de la RSE. D'après l’étude, elles ont développé le niveau « adapté » aux enjeux environnementaux et sociaux mais également sur l'éthique, thème au taux de progression le plus fort entre 2016 et 2018.

Les scores globaux — regroupant l’environnement, le social et l’éthique — augmentent pour chacun des groupes — France, OCDE, OCDE hors France, BRICS — mais les entreprises françaises présentent de bien meilleures performances que la moyenne des BRICS (37,3/100) et sont largement au-dessus de la moyenne OCDE (46,5/100). Il est à noter que les performances moyennes s’améliorent dans toutes les zones depuis la dernière édition de l’étude. La France démontre néanmoins la plus forte progression (+6 % contre 4 % ailleurs dans l’OCDE et 1 % pour les BRICS).

Les entreprises françaises confirment leurs performances

Dans le détails, 70 % des PME-ETI et 75 % des grandes entreprises françaises disposent désormais d’un système de gestion de la RSE « adapté », voire « exemplaire ». La part d’entreprises de niveau « exemplaire » a été multipliée par trois pour les grandes entreprises et par neuf pour les PME-ETI depuis la première édition de l'étude. Les performances RSE des grandes entreprises restent supérieures à celles des PME-ETI, malgré le fort taux de progression de ces dernières.

Ces différences de performances RSE par taille d’entreprise affectent le classement mondial. Les PME-ETI françaises se placent en cinquième position, soit légèrement en deçà de leurs homologues de plus de 1000 employés, à la troisième place du classement mondial Grandes entreprises. Sur le classement mondial PME-ETI, elles ne sont cependant qu’à 1,5 point du premier (les PME-ETI de Suède). Leur dynamique pourrait leur assurer une place sur le podium dans les prochaines années.

La RSE implique des efforts dans la durée    

45 % des entreprises françaises ont été évaluées au moins deux fois par EcoVadis, 33 % dans les BRICS et 38% dans le reste de l’OCDE. Les entreprises ré-évaluées obtiennent en moyenne un meilleur score que celles évaluées pour la première fois : 54,4/100 en moyenne pour les entreprises évaluées plus d’une fois, contre 44,9/100 en moyenne pour celles examinées pour la première fois.

Lire (3 min.)

Family Office : l’AFFO lance son 7e prix étudiants pour faire connaître le métier

L'Association Française du Family Office (AFFO) annonce ce mercredi 17 avril le lancement à venir de la 7e édition du Prix de l'AFFO, destiné à promouvoir le métier de Family Office auprès des étudiants. Créé en 2013, cet événement animé par Thierry de Poncheville et Myriam Combet s'adresse aux étudiants des universités en troisième cycle de type master, spécialisés en gestion de patrimoine. Objectif, les intéresser à un métier en plein essor qui présente un fort potentiel de développement.

Les participants devront rédiger un mémoire sur les liens entre entreprises familiales et Family Office, dans l'un de ces domaines de recherche : sciences de gestion — finance, stratégie, etc. — sciences économiques, droit — droit des affaires, droit des sociétés, etc. — sciences politiques, sociologie ou psychologie. Un jury sélectionnera le meilleur ouvrage. Les candidats devront déposer leur dossier entre le 1er juillet et le 30 septembre 2019.

Un outil de visibilité auprès des professionnels

La remise du Prix de l’AFFO 2019 aura lieu en décembre prochain, à l’occasion des Rencontres Annuelles de l'AFFO. Le lauréat recevra une dotation de 2 000 euros. Il présentera aussi son travail devant des professionnels du monde des affaires et devant la presse. L'AFFO publie ensuite cet ouvrage dans la Collection des Prix de l’AFFO. Lors de sa 6e Edition en 2018, l’AFFO a ainsi distingué Quentin Barricault, étudiant à l’université Paris Dauphine, pour son mémoire La gestion de la retraite du chef d’entreprise dans un contexte de réformes structurelles.

Un Family Officer s'appuie sur des compétences multidisciplinaires, en raison des interactions multiples que son métier implique auprès de différents partenaires : banques, avocats, notaires, fiscalistes, etc. Un Family Office travaille pour développer le patrimoine des familles dans une vision à long terme « transgénérationnelle ». Cet objectif mobilise de nombreuses compétences dans les domaines de l'ingénierie patrimoniale, la gestion de portefeuille, la transmission, la fiscalité, le risk management, la gouvernance familiale ou encore la philanthropie.

L'intérêt des Family Offices pour les entreprises familiales

Dans le contexte économique actuel, les entreprises familiales se portent bien. Elles représentent 83 % des entreprises actives dans l’économie française, 23 % des grandes entreprises, 47 % des ETI et 84% des PME (hors micro-entreprises). Les entreprises familiales sont aussi créatrices d'emploi. Elles contribuent pour 49 % à l’emploi salarié français et favorisent le maintien de l’emploi dans leurs régions, d'après une étude de l'INSEE publiée en 2012. Leur écosystème les pousse vers les Family Offices.

Les entreprises familiales s'inscrivent dans des objectifs de croissance, de maîtrise des risques, d'évolution de la gouvernance et de transmission aux générations futures. « Il est essentiel pour une famille de connaître le rôle du Family Office, de comprendre, comment il va pouvoir les accompagner et les conseiller pour mieux anticiper leurs besoins », explique Jean-Marie Paluel-Marmont, Président de l’AFFO. Autant de perspectives susceptibles de séduire les jeunes diplômés.

Lire (4 min.)

Sofidy nomme deux nouveaux directeurs

Fabrice DOITEAUX est nommé Directeur Immobilier du Patrimoine Bureaux et Michael RICCIARELLI, Directeur Immobilier du Patrimoine Commerces. Directement rattachés à Jean-Marc PETER, Directeur Général de SOFIDY, ils auront pour mission de superviser une équipe d’une cinquantaine de collaborateurs composée d’Assets et d’équipes support pluridisciplinaires (Gestionnaires, techniques, arbitrages, expertises, property) œuvrant au quotidien à la gestion locative du parc immobilier de SOFIDY.

Fabrice DOITEAUX

Fabrice DOITEAUX, 43 ans, a démarré sa carrière en l’an 2000 chez SOPREC, société de conseil en immobilier d’entreprise, en tant que consultant, puis responsable de secteur. Il rejoint ensuite GEMOFIS comme consultant senior en 2004 avant d’être recruté la même année par SOFIDY, où il sera d’abord chargé de relocation « Bureaux » avant de devenir Co-Responsable du service Gestion, puis Responsable du Pôle « Bureaux » en 2017. Fabrice est titulaire d’une Maîtrise d’aménagement du territoire de l’Université Paris 7.

Michael RICCIARELLI

Michael RICCIARELLI, 37 ans, a commencé son parcours professionnel en 2005 comme juriste au sein de la direction juridique de GROUPAMA Nord-Est. En 2007, il devient Directeur Juridique Immobilier chez CEGIS (Compagnie Européenne de Gestion Immobilière et Services), puis intègre SOFIDY en 2011, en qualité de Directeur Adjoint du Département Immobilier. Michael est titulaire d’une Maîtrise de droit privé et d’un DESS en Droit International des Affaires de l’université de Lyon.
Lire (2 min.)

Groupama renforce son équipe ESG

Jusqu’ici Directrice de la Recherche chez Groupama AM, Marie-Pierre Peillon est nommée Directrice de la Recherche et de la Stratégie ESG. Dans ses nouvelles fonctions, Marie-Pierre aura la responsabilité de la stratégie ESG de Groupama AM dans toutes ses composantes. Marie-Pierre Peillon a commencé sa carrière en tant qu’analyste financier en 1986 chez Concorde Finance, filiale de la Banque Worms. En 1989, elle rejoint le Groupe Viel comme intermédiaire sur les marchés de taux, puis comme chargée d’études sur les produits financiers. Elle intègre la compagnie d’assurance Gan en 1998 en tant qu’analyste crédit obligataire. En 2000, elle est chargée de développer le pôle d’analyse crédit et actions chez Groupama AM, puis à partir de 2003, d’intégrer l’analyse extra-financière à l’analyse financière. En 2012, Marie-Pierre est nommée Directrice de la Recherche, analyse économique, financière et extra-financière, ce pôle cherchant à intégrer l’approche macro-économique et micro. Marie-Pierre Peillon a été Présidente de la Société Française des Analystes Financiers (SFAF) de 2011 à 2014. En 2015, elle est nommée Présidente de la commission IR (Investissement Responsable) au sein de l'Association Française de gestion (AFG). Marie-Pierre est diplômée d’un doctorat en Sciences Economiques de l’Université Paris I -  Panthéon-Sorbonne et est diplômée de la SFAF. Aurélie de Barochez est nommée Responsable de l’intégration ESG. Sous la responsabilité de Marie-Pierre Peillon, Aurélie de Barochez sera en charge du pilotage de l’intégration transversale des critères d’analyse ESG à l’ensemble des gestions et de la conception d’outils et processus permettant ce déploiement. Aurélie de Barochez a débutésa carrière au poste d’analyste ISR chez Generali en 2011, puis chez Agicam. De 2012 à 2015, elle devient analyste, responsable de la labellisation des fonds ISR au sein de Novethic. Aurélie de Barochez a rejoint Groupama AM en 2015, comme analyste Financier et Extra-Financier, en charge du secteur de l’énergie et du pilier de l’Environnement. Elle a contribué à l’évolution de l’équipe d’analystes financiers vers un pôle d’intégration globale financier/extra-financier. Aurélie de Barochez est diplômée d’un Master en Management, Majeure Finance – Audencia Nantes et d’un Master en Droit International – Université de Paris II Panthéon Assas. Aurélie est également diplômée de la SFAF.
Lire (2 min.)