Marchés du crédit : définir une feuille de route

Michael McEachern
Sur les marchés du crédit, les facteurs techniques de soutien et une amélioration marginale des fondamentaux continuent de compenser la persistance de signes inquiétants. Quelles perspectives pour cet environnement de marché dans les mois à venir ? L'analyse de Michael McEachern, Gérant de portefeuille et Responsable des marchés publics chez Muzinich & Co.
Lire (3 min.)

Obligations vertes : l’AFL réussit sa première émission

L’Agence France Locale (AFL) — banque des collectivités locales — annonce ce mercredi 15 juillet avoir levé 500 millions d’euros sur les marchés financiers, en lançant sa première émission obligataire durable. Grâce à ce succès, l’AFL est en mesure de financer ou refinancer des investissements durables éligibles de l’ensemble de ses collectivités membres. 

« Nous sommes très fiers de constater que la qualité de notre dispositif a été reconnue par les investisseurs qui ont démontré leur intérêt et leur confiance envers l’AFL. La qualité de la signature des collectivités locales françaises a également joué un rôle majeur dans la réussite de cette grande première », confirme Yves Millardet, Président du Directoire.

Premier « sustainable bond »

Le lundi 6 juillet, l’AFL a émis sa première obligation durable (« sustainability bond ») qui lui a permis de lever 500 millions d’euros sur les marchés avec une maturité de 7 ans. Cette sixième émission benchmark — depuis la création de l’AFL — a rencontré un vif intérêt de la part des investisseurs avec plus de 45 comptes de diverses provenances pour une demande supérieure à 750 millions d’euros.

Le montant nominal de chaque obligation a été fixé à 100 000 euros. Le placement des titres de l’opération a été réalisé avec une marge de 35 points de base contre la courbe des obligations de l’Etat (Obligations Assimilables au Trésor – OAT). Cette opération a été menée grâce au concours de trois banques françaises : Société Générale, Natixis et CACIB.

Financer les collectivités locales

Ces 500 millions d’euros vont permettre à l’AFL de financer ou refinancer des investissements consacrés à des projets environnementaux et sociaux de ses collectivités membres. « Les dernières échéances électorales ont permis de montrer que les attentes sont fortes à l’égard du monde local en matière de transition écologique, il est donc logique que l’AFL, la banque des collectivités, s’inscrive dans cette dynamique », conclut Olivier Landel, Directeur général de l’AFL-ST.

Lire (2 min.)

Eiffel Impact Debt est lauréat du prix « Impact Debt Fund of the Year 2020 »

Eiffel Investment Group (EIG) — spécialiste du financement des entreprises — annonce ce vendredi 10 juillet avoir remporté le prix « Impact Debt Fund of the Year 2020 » décerné par le média anglo-saxon Environmental Finance, pour son fonds Eiffel Impact Debt. Ce véhicule d'investissement obtient cette récompense un an seulement après son lancement.

« Avec sa thèse d’investissement originale (...) le fonds devrait continuer d’attirer de nouveaux investisseurs institutionnels de tout premier plan. Eiffel Impact Debt devrait ainsi rapidement annoncer un nouveau closing d’envergure », résume Antoine Maspétiol, gérant du fonds.

Rôle des covenants d’impact

Premier fonds de dette privée à impact en Europe, Eiffel Impact Debt place le risque d’impact — ou risque extra financier — au même niveau que le risque financier et lie explicitement le coût du financement à la réalisation effective de ces impacts positifs.

Concrètement, les emprunteurs s’engagent contractuellement sur des objectifs de progrès portant sur des enjeux sociaux et environnementaux, engagements, encadrés par des « covenants d’impact ». Le respect de ces covenants d’impact aboutit à une modulation du coût du financement.

Impact Debt Fund of the year 2020

Eiffel Impact Debt a connu un succès immédiat. Au mois de janvier, Eiffel Investment Group annonçait un 1er closing de son fonds à hauteur de 250 millions d’euros, grâce à l’engagement de 10 investisseurs institutionnels européens de premier plan. Aujourd’hui, le concept a largement été repris.

L’ensemble des acteurs du marché — entreprises, arrangeurs, investisseurs et fonds concurrents — suit désormais l’approche proposée par Eiffel Impact Debt. Les covenants d’impact deviennent ainsi une nouvelle norme, qui semble en passe de s’imposer. Le prix « Impact Debt Fund of the Year 2020 » récompense ainsi la capacité d’innovation d’Eiffel Investment Group sur le marché en plein essor de l’investissement d’impact.

Répondre à une demande forte

Ce marché s’inscrit d’autant plus en croissance que les entreprises — après la crise du Covid-19 — sont désormais de plus en plus nombreuses à souhaiter être accompagnées dans le financement de leur développement et dans la mise en place de leur trajectoire d’impact.

Les équipes d’Eiffel Impact Debt sont aujourd’hui consultées pour la structuration du volet impact de nombreuses opérations potentielles — notamment dans l’agro-alimentaire, la santé et le digital. Cette tendance devrait se traduire par un déploiement rapide des fonds engagés.

Lire (3 min.)

Passe-Muraille(s) : un mur de dettes pour les investisseurs et les contribuables

Olivier de Berranger
Avec la crise du coronavirus, la dette publique et la dette privée se sont envolées. Dans ce contexte, comment renforcer les fonds propres et relancer l'investissement ? Olivier de Berranger, Directeur Général Délégué en charge de la Gestion d’actifs chez LFDE, partage son édito du mois de juillet 2020.
Lire (4 min.)

ESG : les PRI récompensent la stratégie de LFDE

La Financière de l'Echiquier (LFDE) — société de gestion entrepreneuriale, filiale à 100 % de Primonial — annonce ce mardi 4 août avoir été distinguée par les Principes pour l’Investissement Responsable (PRI) des Nations unies. LFDE a reçu la note A+ pour les piliers « Strategy & Governance » et « Listed Equity – Incorporation » de sa stratégie de gestion qui intègre des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG).

Améliorer la démarche ISR

C'est une première pour LFDE, qui obtient ainsi la plus haute récompense possible. Les trois autres piliers de sa stratégie de gestion reçoivent la note A, soit une récompense au-delà du score médian. Ces résultats viennent récompenser une longue démarche d'investisseur responsable. Après avoir signé les PRI en 2008, LFDE a développé cette initiative jusqu'à réunir plus de 3 400 membres — contre seulement 250 en 2008.

De nouveau cette année, l’évaluation des UN PRI servira de base au travail d’amélioration continue pour l’équipe ISR de LFDE. Dans une optique de transparence, et dans le cadre de sa démarche d’investisseur responsable, la société de gestion met à disposition des investisseurs sur son site internet le Rapport de Transparence et le Rapport d’Evaluation des UN PRI.

Lire (1 min.)

Budget de l’Etat : comment la crise sanitaire pèse-t-elle sur les comptes ?

Le ministère chargé des Comptes Publics publie ce mardi 4 août une note sur la situation budgétaire de l'Etat au 30 juin 2020. Le solde général d''exécution à cette date s’établit à -124,9 Md€ contre -77,3 Md€ à fin juin 2019. Cet écart s’explique principalement par les effets de la crise économique, liée à la pandémie du Covid-19.

Source : ministère de l'Economie des Finances et de la Relance
Source : ministère de l'Economie des Finances et de la Relance

Covid-19, dépenses en hausse

Au 30 juin 2020, les dépenses du budget général — hors prélèvements sur recettes — s’établissent à 198,5 Md€ contre 174,2 Md€ à fin juin 2019. Cette augmentation tient principalement aux dépenses engagées par le Gouvernement pour répondre à la crise économique.

Ces dépenses exceptionnelles représentent +13,5 Md€ au titre du dispositif exceptionnel de chômage partiel et +4,9 Md€ pour financer le fonds de solidarité pour les entreprises. La hausse des dépenses s’explique également par des décalages calendaires.

Source : ministère de l'Economie des Finances et de la Relance
Source : ministère de l'Economie des Finances et de la Relance
Source : ministère de l'Economie des Finances et de la Relance

Impact du recul de la TVA

Au 30 juin 2020, les recettes du budget général (nettes des remboursements et dégrèvements) s’établissent à 125,8 Md€ contre 142,7 Md€ à fin juin 2019. Les recettes fiscales nettes à fin juin 2020 diminuent de 14,4 Md€ par rapport à fin juin 2019.

Cette baisse s’explique principalement par celle des recettes nettes de TVA (-15,5 Mds€) du fait des effets conjoints de la contraction de l’activité économique, de l’accélération des remboursements de crédits de TVA aux entreprises, ainsi que de reversements plus précoces et plus importants à l’ACOSS compensant les exonérations de cotisations sociales.

Source : ministère de l'Economie des Finances et de la Relance
Source : ministère de l'Economie des Finances et de la Relance

Recettes fiscales en baisse

Les encaissements de TICPE diminuent de 1,8 Md€ par rapport à fin juin 2019, du fait d’une moindre consommation de carburants. Signe d’une reprise de l’activité, les recettes fiscales nettes du mois de juin 2020 sont néanmoins équivalentes à celles du mois de juin 2019. En revanche, les recettes non fiscales sont en baisse de 2,5 Mds€ par rapport à fin juin 2019.

Cette contraction s’explique principalement par la diminution de 4,2 Md€ des produits des participations, compensée en partie par l’amélioration de 2,1 Md€ des produits notamment du fait de la signature d’une convention judiciaire d’intérêt public (CJIP) avec l’entreprise Airbus le 29 janvier 2020 et de plusieurs sanctions prononcées par l’autorité de la concurrence.

Comptes spéciaux

Par ailleurs, le solde des comptes spéciaux s’établit à -23,6 Md€ au 30 juin 2020 contre -16,7 Md€ à fin juin 2019.

Lire (5 min.)

Reprise : les enquêtes économiques dopent les marchés

Karamo Kaba
La levée des mesures de confinement se répercute dans les enquêtes économiques. Cette euphorie boursière va-t-elle se vérifier à long terme ?L'éclairage de Karamo Kaba, Directeur des études économiques chez Ecofi Investissements.
Lire (4 min.)

Marchés financiers : pas encore tirés d’affaire

Esty Dwek
Les marchés semblent être entrés dans une phase de consolidation, alors que des obstacles continuent à se dresser devant leurs attentes de reprise en V. Est-il trop tôt pour ajouter beaucoup de risque ? Quid des opportunités sur les marchés obligataires ? Les explications d'Esty Dwek, responsable des stratégies de marché chez Natixis Investment Managers Solutions.
Lire (4 min.)

High Yield : Axiom AI lance le fonds Axiom Long Short Crédit

Axiom Alternative Investments (Axiom AI) — société de gestion basée à Paris et à Londres qui gère 1,6 milliard d’euros — annonce ce jeudi 2 juillet le lancement de son nouveau fonds, « Axiom Long Short Credit » avec un encours initial de 30 millions d’euros.

« Axiom Long Short Credit » est un fonds UCITS, visant un rendement annuel net de 4 % en euros et une volatilité inférieure à 5 %. La stratégie sera axée sur les obligations à haut rendement européennes et américaines, un marché de plus de 1 200 milliards d’euros (source : Markit).

S'adapter au marché

La crise du Covid-19 devrait accélérer la fin du cycle du crédit. Elle devrait se traduire par une augmentation du nombre de dégradations des notations et des défauts d’entreprises. Dans ce contexte de marché — où les risques et les opportunités ne manqueront pas —, Axiom AI estime que le format Long/Short reste le plus adapté pour investir sur le marché du crédit.

« Axiom Long Short Credit est notre premier fonds de crédit Long/ Short global en termes de géographies et de secteurs. La stratégie nous permet d’étoffer le spectre des solutions d'investissement alternatives à un moment opportun du cycle de crédit. C’est une alternative aux fonds traditionnels long-only en termes de couple risque-rendement » explique David Benamou, Associé-Gérant d’Axiom AI.

Focus sur l'équipe de gestion

« Axiom Long Short Crédit » est géré par Gilles Frisch, ancien responsable du pôle de gestion High-Yield chez Swiss Life Asset Managers, société au sein de laquelle il a exercé de 2010 à 2019, où il a été recruté pour créer le département de gestion High Yield. Il affiche 21 ans d’expérience en gestion High-Yield, à la fois sur des fonds long only et sur des fonds long short.

Gilles Frisch sera appuyé par Paul Gagey dans la gestion du nouveau fonds. Paul Gagey dispose de 32 ans d’expérience en gestion d’actifs. Il était auparavant Directeur des Fonds High Yield chez Aviva Investors. « Le rebond des marchés actuel est pour moi une opportunité pour les investisseurs pour réduire leurs risques, en vendant les obligations les plus spéculatives, voire d’ajouter des positions shorts avant la matérialisation de la vague de défauts sur les entreprises HY », explique Gilles Frisch.

Lire (2 min.)

Les anges déchus : un vecteur d’investissement d’avenir

Paul Benson
Dans le domaine du crédit, l'environnement économique actuel a poussé certaines agences de notation à revoir à la baisse une part importante de la dette d'entreprises. Toutefois, certaines obligations peuvent offrir des opportunités de valorisation intéressantes, à condition de présenter des fondamentaux solides. Les explications de Paul Benson, Responsable des stratégies obligataires « Efficient Beta ».
Lire (7 min.)

PRI : NN Investment Partners obtient de nouveau la note maximale A+

NN Investment Partners (NN IP) — gestionnaire d'actifs de NN Group N.V., société cotée en bourse sur Euronext Amsterdam — annonce ce mardi 4 août ses résultats à l'évaluation 2019 des Principes pour l'investissement responsable des Nations unies (PRI NU). NN IP obtient la note maximale (A+) pour sa stratégie et sa gouvernance en termes d'investissement responsable et d'intégration environnementale, sociale et de gouvernance (ESG).

L’initiative PRI — affiliée aux Nations Unies, totalement indépendante — est le principal promoteur de l'investissement responsable à travers le monde. Les PRI étudient les implications de l’intégration des critères ESG et soutiennent le réseau international d'investisseurs signataires dans l’intégration de ces critères au sein de leurs pratiques d'investissement et d’actionnariat actif. Les PRI agissent dans l'intérêt long terme des signataires, des marchés financiers et des économies.

Amélioration du score de NN IP

Ces notes reflètent l’efficacité de l'approche de NN IP en matière d'investissement responsable. NN IP obtient également la note maximale A+ et des points sur toutes les catégories liées aux actions et pour la sélection et le suivi externe de NN IP (Altis). NN IP a amélioré ses scores dans les catégories fixed income, atteignant la note A sur les trois sous catégories.

NN IP est un signataire des PRI des Nations Unies depuis 2008 et actif dans le domaine de l'IR depuis la fin des années 1990. La participation active de NN IP à cette initiative montre l'intérêt de la société de gestion pour l'investissement responsable, l'intégration des critères ESG et la bonne gouvernance d'entreprise dans les décisions d'investissement.

Engagement auprès des entreprises

« Ces scores élevés et les améliorations dans certains domaines sont le résultat d'une attention accrue et des efforts combinés de nos collaborateurs pour faire avancer les choses. En plus de l’élargissement de l'intégration des facteurs ESG à davantage de classes d'actifs, nous cherchons à diffuser l'investissement responsable à l’ensemble du secteur de l'investissement », réagit Valentijn van Nieuwenhuijzen, Chief Investment Officer chez NN IP.

« C’est le résultat de nos efforts pour susciter le changement par l’engagement auprès de nos participations. Et plus particulièrement de notre volonté constante de renforcer la manière dont nous engageons les entreprises des secteurs liés à l'énergie et notre mobilisation dans le cadre d'initiatives de collaboration telles que la Climate Action 100+ », ajoute Jeroen Bos, responsable Specialised Equity & Responsible Investing chez NN IP.

Lire (3 min.)

France métropolitaine : état des lieux de l’accès du public aux espèces

La filière fiduciaire française publie ce jeudi 30 juillet — sous l’égide du ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance et de la Banque de France — une note concernant l’accès du public aux espèces sur le territoire français métropolitain. Il s'agit d'une mise à jour d'un précédent état des lieux, publié en juillet 2019. Le groupe de travail à l'origine de ces documents existe depuis 2018.

Maillage du territoire français

Cette actualisation confirme que l’accessibilité aux billets sur le territoire hexagonal se maintient à un très bon niveau. À fin 2019, la France métropolitaine compte ainsi 50 316 distributeurs automatiques de billets (DAB), complétés par plus de 25 500 points de distribution d’espèces situés dans des commerces.

Le nombre de distributeurs a légèrement reculé en 2019 (- 4,1 %) mais celui des points privatifs a quant à lui progressé de 10,1 %. Cette diminution se concentre sur les villes les plus peuplées, et reflète une optimisation des installations existantes dans les zones les mieux équipées. Au total, le maillage du territoire reste donc globalement inchangé d’une année sur l’autre, avec un niveau de service stable à un haut niveau malgré le nombre élevé des dégradations de distributeurs enregistrées en 2019.

Accès du public aux espèces

L’état des lieux à fin 2019 conforte ainsi le diagnostic de l’an passé, selon lequel près de 99 % de la population métropolitaine âgée de 15 ans et plus réside dans une commune équipée d’au moins un automate — ou dans une commune qui se trouve à moins de quinze minutes en voiture de la commune équipée d'un DAB la plus proche.

Par ailleurs, la robustesse des circuits d’alimentation du territoire en billets a été démontrée tout au long de la crise sanitaire. Grâce à l’action concertée de l’ensemble des acteurs de la filière fiduciaire, le bon approvisionnement des distributeurs de billets a été assuré. Ceci permet à chacun de conserver la liberté de régler ses achats en espèces s’il le souhaite, particulièrement les populations les plus fragiles ou habitant en milieu rural.

Lire (2 min.)

Aviva Investors lance un fonds Obligations Investment Grade Américaines

Aviva Investors — branche internationale de gestion d’actifs d’Aviva — annonce ce jeudi 4 juin le lancement du fonds « Aviva Investors US Investment Grade Bond Fund ». Il sera géré par Joshua Lohmeier, responsable des investissements Investment Grade nord-américains, Mike Cho, gérant US Investment Grade et George Bailey, gérant US Investment Grade.

Opportunités de marché

Ce fonds investira essentiellement dans des obligations d'entreprises investment grade libellées en dollar américain, émises à l’échelle mondiale. Le fonds est une SICAV domiciliée au Luxembourg. Son objectif est de générer du rendement et d’accroître la valeur du capital tout en surperformant son indice de référence (Bloomberg Barclays US Credit Index) sur le long terme, soit au minimum cinq ans.

« Le marché américain des obligations Investment Grade offre selon nous des opportunités très intéressantes tant au niveau des entreprises que des secteurs, et la construction de portefeuille constitue une source d’alpha supplémentaire et distincte », déclare Joshua Lohmeier, responsable des obligations Investment Grade nord-américaines et co-gérant du fonds

« Dans cette période sans précédent, les clients veulent de plus en plus diversifier leurs portefeuilles pour protéger leur capital et identifier des opportunités leur permettant de générer du rendement. Josh Lohmeier et son équipe sont de fins connaisseurs de ce marché », estime TJ Voskamp, Directeur du pôle Solutions Client pour le Royaume-Uni et l’Europe.

Construction du portefeuille

Le fonds applique une approche de gestion active à long terme, qui associe des techniques de construction de portefeuille et d’allocation des risques et des investissements de forte conviction dans des entreprises et des secteurs, visant ainsi à optimiser les performances ajustées du risque. L’équipe analysera les sources d’inefficience des marchés du crédit afin de construire le portefeuille.

Elle cherchera à identifier des obligations d’entreprises américaines de qualité supérieure en étudiant les forces et les risques des entreprises émettrices, les valorisations des obligations par rapport au marché et les opinions des agences de notation indépendantes. Elle pourra également exploiter des opportunités d’investissement à court terme.

Le processus d'investissement tient également compte des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). Le processus décisionnel s’appuie sur un dialogue actif avec les entreprises afin d’influencer leur comportement dans le bon sens et de générer potentiellement des performances durables.

Lire (3 min.)

EXCLUSIF / Dettes souveraines : avons-nous tiré les leçons de la crise ?

Arnaud Frémont
La crise de 2008 puis celle des dettes souveraines en Europe a permis une certaine résilience du système financier européen (Bâle III, mécanisme de supervision et de sauvetage) mais est-il suffisamment abouti pour affronter la crise sanitaire et ses conséquences ? Arnaud Frémont, consultant senior chez Square, partage son analyse.
Lire (5 min.)