Marché obligataire européen : déflation des attentes sur l’inflation

Patrick Barbe et Yanick Loirat
La reprise économique et en particulier les obligations indexées à l’inflation font l’objet aujourd’hui de sous-valorisation en Europe. Patrick Barbe, Gérant Senior et Responsable Marché obligataire européen, et Yanick Loirat, Gérant Senior et Responsable Investissements souverains en euro chez Neuberger Berman, partagent leur analyse.
Lire (6 min.)

Marchés financiers : quelles sont les attentes des investisseurs pour 2020 ?

Petter von Bonsdorff
En ce début d’année 2020, Petter von Bonsdorff, Directeur du Développement International chez Evli, propose de revenir sur les attentes des investisseurs pour l'année à venir. Quelles seront les tendances en matière d'allocation et surtout quelles sont les convictions d'Evli pour 2020 ?
Lire (3 min.)

Antoine Dumont - EDRAM : « Il va falloir orienter les investissements vers des fonds de conviction »

Taux contraignants, risques politiques et fin de cycle économique... L'année 2019 s'achève dans un contexte de marché délicat. Où trouver des poches de croissance et de performance en 2020 ? Quelles stratégies les investisseurs doivent-ils adopter sur les marchés actions et obligataires ?
Voir (<4 min.)

Mirabaud AM annonce la fusion de deux fonds obligations convertibles mondiales

Mirabaud Asset Management (AM) —  gestionnaire d’actifs suisse — annonce ce mercredi 18 décembre le renforcement de son offre de solutions ESG en obligations convertibles, avec la fusion de deux fonds d’obligations convertibles mondiales en un seul et même support. La stratégie actuelle de Mirabaud AM consiste à pourvoir l’ensemble de ses fonds de filtres environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG).

Le fonds de droit français Altitude Convertible Monde a été lancé en 2015 pour offrir aux clients de Mirabaud l’accès au tout premier fonds d’obligations convertibles mondiales dont le processus d’investissement intègre les principes ESG. Le fonds de droit luxembourgeois Mirabaud - Convertible Bonds Global, géré par la même équipe et conçu pour s’adresser à un plus vaste public européen depuis son lancement en 2014. Il a lui aussi intégré les principes ESG et de développement durable.

Conséquences de la fusion

Compte tenu de la convergence du processus d’investissement de ces deux fonds — et pour permettre aux investisseurs de bénéficier d’économies d’échelle grâce à un plus vaste pool d’actifs —, Mirabaud a proposé à ses clients de procéder à la fusion des deux fonds ESG d’obligations convertibles mondiales, proposition que ces derniers ont acceptée.

Le fonds Mirabaud Convertibles Bond Global continuera d’offrir l’accès à un placement en obligations convertibles mondiales, muni toutefois d’un plus vaste pool d’actifs. Le fonds est autorisé à la distribution dans plusieurs pays européens, y compris la Suisse. Le fonds Mirabaud - Convertible Bonds Global est actuellement noté 4 étoiles par Morningstar. Il se classe dans le 1er quartile de son groupe de référence Citywire sur 5 ans, 3 ans et 1 an.

Une classe d'actifs stratégique

Nicolas Crémieux, Gérant senior des deux fonds, continuera de gérer la stratégie fusionnée Mirabaud – Convertibles Bond Global sous la direction de Renaud Martin, responsable de l’équipe Obligations convertibles. Nicolas Crémieux et Renaud Martin bénéficient d’une vaste expérience et gèrent actuellement les stratégies en obligations convertibles européennes et mondiales de Mirabaud AM, au sein d’une équipe de 4 spécialistes.

Les équipes de gestion de Mirabaud AM bénéficient de l’appui d’une équipe dédiée de spécialistes ESG dirigée par Hamid Amoura. Pour Nicolas Crémieux, « la convexité des obligations convertibles en fait une classe d’actifs stratégique pour faire face aux fluctuations des marchés. Grâce à leur double nature, elles permettent aux investisseurs de maintenir une exposition au potentiel de hausse supplémentaire des actions tout en conservant les avantages défensifs du plancher obligataire, le tout sous un format ESG. »

Lire (3 min.)

Lazard Frères Gestion lance le fonds obligataire « Lazard Sustainable Credit 2025 »

Lazard Frères Gestion — société de gestion d’actifs du groupe Lazard en France — annonce ce mercredi 22 janvier le lancement de son nouveau fonds obligataire à maturité, dénommé « Lazard Sustainable Credit 2025 ». Ce véhicule s’adresse principalement aux investisseurs institutionnels, aux multigérants et aux réseaux bancaires et assurantiels en France et à l’international.

Le fonds leur offre un support d’investissement transparent et stable, avec une démarche environnementale, sociale et de gouvernance (ESG). Dans un environnement de taux bas et de marchés sujets à des pics de volatilité, ce fonds vise à capter un rendement attractif sur un horizon de 5 ans au travers d’une exposition à l’ensemble du marché du crédit.

ESG et stratégie d'investissement

« Lazard Sustainable Credit 2025 » se distingue par l’application d’un filtre ESG à son processus d’investissement « Buy & Monitor » en 3 étapes :

  • Définition de l’univers d’investissement en excluant les émetteurs dont la notation ESG absolue est inférieure à 30 % selon notre parteniare Vigeo-Eiris (minimum 20 % d’exclusion dans l’univers) ;
  • Sélection des émetteurs et des émissions offrant le meilleur profil risque/rendement avec une date d’échéance définie ;
  • Suivi et contrôle du portefeuille : si la note d’un émetteur devient inférieure à 30 %, la valeur est retirée dans un délai de 3 mois.

Le portefeuille de Lazard Sustainable Credit 2025 est diversifié à l’ensemble du marché du crédit et recouvre plusieurs grands types d’actifs obligataires, aussi bien en dettes Investment Grade que High Yield, senior ou subordonnées avec un maximum de 35 % d’Additional Tier One.

Il vise à capter un rendement fixe et déterminé à partir de la date d’investissement de 2,2 % nets pour les parts institutionnelles, 1,6 % nets pour les parts retail et 2,4% nets pour les parts early adopters. Commercialisées à partir du 10 décembre 2019, les parts EC H-EUR/ED H-EUR sont ouvertes à souscription jusqu’au 28 février 2020 et les parts PC H-EUR/PD H-EUR et RC H-EUR/RD H-EUR jusqu’au 31 juillet 2020.

Lire (2 min.)

Epargne retraite : une préoccupation pour 71 % des Français

L’Autorité des marchés financiers (AMF) publie ce mercredi 22 janvier les résultats de son étude annuelle sur les attitudes et opinions des épargnants à l'égard des placements. Cette troisième édition du baromètre de l’épargne et de l’investissement, issue d’une enquête menée en septembre-octobre 2019 par l’institut Audirep auprès d’un échantillon de 1 200 personnes représentatif de la population française.

Il en ressort que l’épargne retraite constitue l’une des priorités des Français qui mettent de l’argent de côté. L’immobilier est privilégié, l’intérêt pour les placements en actions reste limité :

  • 71 % des Français interrogés placent parmi leurs priorités d’épargne l’objectif de « disposer d’un capital en vue de la retraite, pour avoir suffisamment d’argent tout au long de votre retraite » et 38 % la qualifient de « préoccupation forte ». La première préoccupation reste de « faire face à d’éventuelles dépenses imprévues » ;
  • 53 % des actifs déclarent mettre de l’argent de côté en préparation de la retraite, contre 48 % en 2017. Seulement un actif sur cinq (21 %) le fait régulièrement (dont 86 % tous les mois) ;
  • 70 % des Français qui ne mettent jamais ou quasiment jamais d’argent de côté pour la retraite précisent ne pas le faire « par contrainte, faute de moyens suffisants ». Seuls 26 % le font par choix personnel.

Le montant moyen épargné par les Français en préparation de leur retraite s’élève à 2 300 euros par an, soit 100 euros de plus que l’année précédente.

L’immobilier, placement préféré des Français

La moitié des actifs pensent que leur épargne ne sera pas suffisante pour la retraite, tandis que 23 % considèrent qu’elle sera « suffisante », une proportion en hausse (19 % en 2018). Cependant, près d’un actif sur deux (48 %) reconnaît n’avoir « aucune idée du montant d’épargne nécessaire » pour constituer un complément de revenus suffisant pour sa retraite.

Interrogés sur le placement considéré comme « le plus adapté pour placer son épargne sur le long terme, à 15-20 ans, pour la retraite par exemple », les Français répondent en premier lieu l’immobilier, puis l’épargne salariale et l’assurance vie en euros. Les placements investis en Bourse — actions, obligations, fonds, etc. — recueillent une bonne note (entre 7 et 10 sur 10) auprès de 29 % des personnes sondées.

D'une façon générale, la confiance dans les placements en actions a baissé entre 2018 et 2019 (respectivement de 21 % à 27 %), comme le montre la nouvelle édition de la Lettre de l’observatoire de l’épargne publiée le même jour. Seul un Français sur cinq ( c'est-à-dire 19 % en 2019) envisage un investissement en actions dans les 12 prochains mois. 

Lire (3 min.)

Blue Economy : Crédit Suisse et la Banque Mondiale émettent une obligation durable

La Banque mondiale annonce ce jeudi 21 novembre avoir procédé à l’émission d’une obligation « développement durable » à 5 ans, pour un montant de 28,6 M$. Cette opération s'inscrit dans le cadre d’efforts de sensibilisation au rôle vital que jouent les ressources en eau douce et en eau salée pour les populations et la planète. Credit Suisse Securities (Europe) a agi en tant que chef de file unique de l’opération, par l’intermédiaire de son département Impact Advisory and Finance (IAF).

L'obligation de la Banque mondiale constitue le collatéral du Bon « Low Carbon Blue Economy » émis par Credit Suisse et placé auprès des clients privés de Credit Suisse dans le monde entier. Ce Bon « Low Carbon Blue Economy » — garanti par l'obligation de la Banque mondiale — a été bien accueilli et illustre la volonté des investisseurs privés d'utiliser leurs investissements pour s'engager sur des sujets majeurs comme l'économie bleue.

Répondre aux ODD de l'ONU

« Absorbant environ 30 % du dioxyde de carbone créé par l'homme et générant 50 % de l'oxygène dans le monde — mais largement sous-financée en capitaux privés — la santé des océans est essentielle. Ce type de financement soutient la Banque mondiale, qui à son tour soutient des projets allant de la pêche durable aux zones marines protégées, en passant par le recyclage des déchets océaniques. Cela nous aide à combler le déficit de financement identifié par l'objectif 14 du Programme des Nations Unies pour le développement durable (« Vie Aquatique ») », déclare Marisa Drew, CEO du département IAF de Credit Suisse.

Lire (2 min.)

Investissement : passer à l’obligataire durable

Jean Boivin
Population vieillissante, volatilité des marchés face aux risques politiques... La demande d'actifs refuge reste forte. Dans le même temps, les investisseurs se préoccupent de plus en plus des critères ESG. Est-ce le moment de miser sur l'obligataire durable ? Jean Boivin, Responsable Mondial de la Recherche pour le BlackRock Investment Institute, partage son analyse.
Lire (6 min.)

Espagne : une revalorisation modérée du risque souverain

Julien-Pierre Nouen
La semaine dernière, les Espagnols ont voté dans le cadre des élections générales de novembre 2019. Les résultats révèlent une situation politique très chaotique. Quelles seront les relations à venir de Madrid avec l'Union européenne ? Quid du risque souverain espagnol ? Julien-Pierre Nouen, Directeur des études économiques et de la gestion diversifiée chez Lazard Frères Gestion, partage son analyse.
Lire (3 min.)

Finance durable : BlackRock lance deux ETFs ESG obligataires High Yield

BlackRock — spécialiste multinational dans la gestion d’actifs — a annoncé le 14 novembre dernier le lancement de 2 fonds ETF d’obligations à haut rendement, qui intègrent des critères Environnementaux Sociaux et Gouvernance (ESG). Le gérant a également obtenu plusieurs labels de finance durable pour une large gamme de fonds distribués en France. D'après les chiffres d'octobre 2019, l’ensemble des fonds BlackRock ayant obtenus les labels ISR et Greenfin représente 8,4 Mds€ d’actifs sous gestion.

Basée à Paris et à Londres, l’équipe Européenne de BlackRock dédiée à la recherche thématique portant sur l’investissement durable (BlackRock Sustainable Investing), développe des outils d’analyse permettant d’évaluer les liens entre l’intégration des critères ESG et la performance financière à long terme. Ces analyses démontrent que les investisseurs n'ont pas besoin de faire un arbitrage entre ces deux considérations.

Développement de l'offre ESG

« Nous poursuivons le développement de notre plateforme d’investissement durable en France », déclare Bettina Mazzocchi-Mallarmé, Directrice BlackRock iShares & Wealth pour la France, la Belgique et le Luxembourg. « L’obtention des labels ISR et Greenfin, ainsi que le lancement d’une nouvelle solution d’investissement innovante dans le domaine de l’ESG, sont des étapes importantes pour répondre aux besoins de nos clients locaux et soutenir la croissance des flux d’investissement durables », ajoute-elle.

BlackRock renforce son offre d’investissement durable avec les deux fonds indiciels ESG UCITS d’obligations à haut rendement, « iShares Euro High Yield Corp Bond ESG UCITS ETF » et « iShares Dollar High Yield Corp Bond ESG UCITS ETF ». Ils sont les premiers de leur catégorie à être distribués en Europe. Ces fonds répondent à la demande des investisseurs de diversifier leur allocation obligataire avec une exposition aux valeurs de hauts rendements tout en conservant des critères ESG.

Succès de la finance durable

L’accroissement de la qualité et quantité des données ESG disponibles, les évolutions démographiques ainsi que les initiatives règlementaires telles que la Loi Pacte en France sont autant de facteurs déterminants pour faciliter l’essor des flux d’investissement durables dans le monde. Dans ce contexte, BlackRock estime que le marché des ETF intégrant les critères ESG représentera USD 400 milliards d’actifs sous gestion d’ici 2028, contre un peu plus de USD 45 milliards aujourd’hui.

« Initialement principalement concentré sur les marchés actions, l’intérêt des clients pour les solutions d’investissement durable s’étend à présent aux indices obligataires et à l’ensemble de la construction de portefeuilleNous avons constaté des flux records sur les ETF obligataires en 2019 (...) Nous estimons que la taille du marché ETG obligataire va doubler pour atteindre $2000 milliards d’ici 2024, avec une partie significative de ces flux générés par des solutions ESG », explique Arnaud Gihan, Directeur iShares France.

Focus sur les labels ISR et Greenfin

Créé en 2016, le label Investissement Socialement Responsable (ISR) est soutenu par le ministère de l’Economie et des Finances. Il distingue les fonds qui investissent dans des entreprises aux pratiques responsables en matière d'ESG. Il a pour objectif d’aider les investisseurs à choisir des placements responsables et durables. 

Dédié à la finance verte, le label Greenfin est soutenu Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire. Il se concentre sur le financement de la transition écologique et énergétique et la part « verte » des fonds d’investissement. Ces labels ont été octroyés aux fonds BlackRock et iShares détaillés ci-dessous pour une durée de trois ans renouvelables, à la suite d’un audit réalisé par EY (Ernst & Young), auditeur expert et indépendant agréé par les pouvoirs publics pour la labellisation.

Lire (4 min.)

Immobilier logistique : Norma Capital investit près du Mans avec sa SCPI Vendôme Régions

Norma Capital — société de gestion de portefeuille — annonce ce mardi 21 janvier l'acquisition pour le compte de sa SCPI Vendôme Régions d'un ensemble immobilier d’environ 17 300 m². Cet actif se situe dans la première zone d’activités du Mans (Sarthe). Il a été racheté auprès de trois SCI. L'ensemble est loué à 100 % par la société GPdis, détenue depuis 2017 par le groupe MDA Company, spécialiste du discount électroménager et TV.

Immobilier logistique

Ce site est marqué par la très grande visibilité et la présence historique de son locataire dans la zone d'activité (ZA) Sud du Mans. Il accueille l’une des plus importantes plateformes logistiques de distribution du groupe GPdis, ainsi qu’une partie composée d’un magasin de vente d’appareils électroménagers sous enseigne LEGER-Pix’Hall.

Le cabinet Tourny Meyer Bretagne Pays de Loire — conseil en immobilier d'entreprise — a accompagné Norma Capital dans le cadre de cette acquisition, en partenariat avec les Agences Century 21, Harmony Le Mans, et Starimo72 en tant que conseils des vendeurs. L’acquéreur a été conseillé par Maître Charles Massuelle de l’étude Lacotte Massuelle à Paris.

Lire (1 min.)

Bureaux : Keys REIM acquiert un immeuble en VEFA sur l’île de Nantes

Keys REIM — société française de gestion de portefeuille — annonce ce mardi 21 janvier l’acquisition en VEFA de l’immeuble de bureaux dénommé « Skyhome », auprès du promoteur Groupe Arc. L'actif se situe dans le secteur Est de l’Ile de Nantes. Le financement de l’opération a été assuré par CIC Ouest, accompagné par Me Bonneau de l’office notarial Victoires.

Dans cette opération, le groupe Keys Asset Management était assisté par l’Etude Rochelois (Me Paoli) et Delpha Conseil pour les aspects techniques. Groupe Arc était conseillé par l’Office Notarial de l’Estuaire (Me Taburet). Blot Immobilier a conseillé les deux parties. La région nantaise constitue l'un des marchés immobiliers régionaux les plus dynamiques — avec une vacance locative inférieure à 3 %.

Livraison prévue pour 2022

Conçu par l’agence internationale d’architecture Xaveer De Geyter, l’immeuble de 8 étages présentera une surface locative de 4 671 m². Il disposera de plateaux traversants, divisibles de 400 à 600 m², adaptés à la demande du marché avec des prestations haut de gamme. Le bâtiment vise la certification BREEAM niveau « Good ». La livraison est prévue pour le deuxième trimestre 2022.

L'immeuble « Skyhome » bénéficiera d’une excellente accessibilité en transports en commun (tramway, gare TGV, ligne de bus, stations de vélo) et d’une bonne desserte routière, à 10 minutes du centre-ville de Nantes et du périphérique. Dans le cadre du développement de l’île de Nantes, plusieurs projets de transports complèteront l’offre existante, notamment deux nouvelles lignes de tramway prévues pour 2026.

Lire (2 min.)

Finance durable : SFIL lance sa 1ère obligation verte

Le groupe Société de Financement Local (SFIL) — banque publique de développement — a annoncé ce mardi 5 novembre le lancement de sa première obligation verte. Emise par la Caisse Française de Financement Local (CAFFIL) — filiale de la SFIL — sous format d'obligation foncière, la transaction offre une maturité de 10 ans pour un montant de 750 M€. Il s’agit de la première émission verte française dédiée uniquement au financement d’investissements verts des collectivités locales.

Au niveau européen, c'est aussi la première émission verte d’obligation sécurisée secteur public. La transaction a été annoncée ce lundi 4 novembre, et le livre d’ordres a été ouvert le lendemain matin. En moins de deux heures, le livre d’ordres a atteint un volume supérieur à 3 Mds€ avec la participation de 103 investisseurs différents — dont 17 nouveaux — et un grand nombre d’investisseurs spécialisés dans l’investissement durable.

Partenariat avec La Banque Postale

En partenariat avec La Banque Postale, le groupe SFIL est le premier prêteur au secteur public local français. Il a accordé plus de 27 Mds€ de prêts accordés depuis 2013. Ces deux établissements financent une part importante des investissements verts des collectivités locales, qui concourent à des objectifs de développement durable : transports publics locaux propres, traitement des eaux, recyclage des déchets et bâtiments publics écologiques. Depuis mai 2019, le groupe SFIL et La Banque Postale proposent des prêts verts aux collectivités locales françaises.

« Cette émission inaugurale verte est au cœur de notre mission de politique publique. Elle rejoint l’ensemble des initiatives que nous avons prises au cours des dernières années. En 2018, nous avons adhéré au Pacte Mondial de l’ONU. Cette année, nous avons établi notre premier bilan carbone et publié notre stratégie sociale et environnementale, ainsi que notre premier rapport RSE », conclut Philippe Mills, Directeur général de SFIL et Président du Conseil de Surveillance de CAFFIL.

Lire (2 min.)

Récession mondiale : Aviva Investors l’estime à une chance sur trois

Michael Grady
Aviva Investors publie cette semaine ses perspectives trimestrielles en termes d'investissement. Quel est l'impact de la croissance sur la pondération des actions ? Qu'en est-il des obligations d'État, du crédit et de la dette émergente ? Quelle stratégie vis-à-vis du dollar américain ? Michael Grady, Responsable de la Stratégie d’Investissement et Chef Economiste chez Aviva Investors, partage son analyse.
Lire (2 min.)