Webinaire OneLife : assurance vie de droit Luxembourgeois, quels avantages offre le FID ?

Ce mardi 7 juillet, OneLife et Salamandre AM organisent un webinaire à destination des professionnels du patrimoine, au sujet du Fonds Interne dédié (FID) dans les contrats d'assurance vie de droit luxembourgeois. Comment fonctionne un FID ? Quelles stratégies de gestion permet-il de mettre en place ? Venez vous inscrire !
Lire (2 min.)

Luxembourg : un centre financier réputé, conforme et sécurisé

Marjorie Seminara
Au sein de l'Union Européenne (UE), le Luxembourg attire les investisseurs. Quelle protection le Grand Duché est-il en mesure d'offrir aux épargnants ? Quels sont les caractéristiques des contrats d'assurance vie de droit luxembourgeois ? Les explications de Marjorie Seminara, Country Manager – France chez OneLife.
Lire (6 min.)

Luxembourg : CA Indosuez Wealth (Asset Management) et Fund Channel signent un partenariat

CA Indosuez Wealth (Asset Management) — société de gestion dédiée du groupe Indosuez Wealth Management — et Fund Channel — plateforme de distribution de fonds B-to-B basée au Luxembourg — annoncent ce lundi 29 juin la signature d’un partenariat commercial, par lequel Fund Channel devient le distributeur global de sa gamme de fonds publics et alternatifs.

Depuis le 1er avril 2020, les différents distributeurs de ces fonds ont un accord de distribution avec Fund Channel qui se charge, pour le compte de la société de gestion, à la fois du processus contractuel, de la connaissance client (KYC-AML et supervision), du calcul des commissions et des rétrocessions ainsi que des paiements au réseau de distribution.

Partenariat commercial

« La combinaison de nos talents, de nos compétences et de nos offres commerciales favorisera une croissance rapide qui sera bénéfique à toutes les parties prenantes de nos deux entreprises », confirme Sébastien Alusse, Chief Executive Officer de CA Indosuez Wealth (Asset Management).

« Nous sommes fiers d’apporter à CA Indosuez Wealth (Asset Management) nos solutions spécifiques, construites pour le développement des sociétés de gestion issues de la Gestion de Fortune », ajoute Pierre-Adrien Domon, Administrateur délégué de Fund Channel.

Lire (1 min.)

ONELIFE affiche une solide performance en 2019 record en termes de nouvelles primes et d’actifs sous gestion

OneLife a collecté 848 millions EUR de nouvelles primes (contre 563 millions EUR en 2018) et a vu ses actifs sous gestion atteindre plus de 7 milliards EUR. Cette envolée s'explique par l'accent mis sur le développement de relations avec des partenaires clés à travers ses marchés, ainsi que l’intégration des actifs et primes d'APICIL Life Luxembourg suite à la fusion avec OneLife en 2019.

Le résultat de l'exercice s'établit à 1,9 million d'EUR, impacté par l'aboutissement de grands projets informatiques, des activités de restructuration et la fusion avec APICIL Life.

La compagnie confirme sa stabilité financière avec un ratio de solvabilité II de 140 % à la fin de l'année.

OneLife a enregistré de solides résultats grâce à la confirmation de sa stratégie de croissance alliant des investissements importants dans le développement de nouveaux marchés et de nouvelles technologies, et une meilleure maîtrise des coûts et utilisation du capital.

Les principaux faits marquants de l'année 2019 sont :

 Développement marché : OneLife a continué à gagner des parts de marché en France, soutenue par la présence du Groupe APICIL sur le marché national et la succursale de OneLife à Paris. La région ibérique a enregistré une solide performance, témoignant de l'intérêt du marché espagnol pour les solutions d'assurance vie en unités de compte
luxembourgeoises et d'une demande croissante pour le Portugal. OneLife reste leader sur le marché danois des pensions, tandis que son positionnement en Belgique a été renforcé grâce à son réseau de courtiers en assurance de longue date. Le segment des expatriés britanniques lancé l'an dernier s'est également bien comporté avec le développement de
nouvelles relations avec de grands partenaires européens au service du marché transfrontalier des expatriés britanniques.

 Évolution de la compagnie : OneLife a achevé sa première année en tant que membre à part entière du Groupe APICIL, quatrième groupe de protection sociale en France, suite à la finalisation de l'acquisition le 2 janvier 2019. OneLife est le principal vecteur de croissance internationale du Groupe grâce à son expertise clé en tant que compagnie d'assurance vie
spécialisée dans les solutions patrimoniales internationales pour des clients fortunés et leurs familles. Par ailleurs, APICIL Life, l'entité luxembourgeoise d'assurance-vie du Groupe, est devenue partie intégrante de OneLife en 2019, renforçant encore la proposition de valeur et créant d'importantes synergies.

 Investissements continus dans la technologie et l'innovation : OneLife a poursuivi ses investissements afin d’accroître l’efficience de ses opérations au travers d'initiatives clés telles que l'automatisation des interactions avec ses partenaires bancaires, la poursuite du déploiement de solutions de signature digitale et la volonté de simplifier et d'harmoniser la
documentation contractuelle de ses clients.


Antonio Corpas, CEO de OneLife, a déclaré : « L'année 2019 s'est révélée être une nouvelle année de forte croissance pour OneLife. L'intégration de la compagnie dans le Groupe APICIL a apporté de nombreuses opportunités de synergies et de développement. En 2020, malgré un environnement
difficile, nous restons déterminés à renforcer encore notre proposition de valeur pour chacun des marchés que nous servons et à développer toujours plus de services innovants pour nos partenaires et nos clients. »

Lire (3 min.)

Finance durable : la Fondation Grameen Crédit Agricole publie son premier Rapport d’impact

La Fondation Grameen Crédit Agricole — spécialiste de la micro-finance et du social business — publie ce lundi 13 juillet son premier Rapport d’impact, établi à partir de données d’activité de 2019. Ce document a été réalisé avec le cabinet indépendant CERISE, expert en mesure d’impact et performance sociale. Il vise à évaluer la contribution de la Fondation en faveur de l’entrepreneuriat à impact et l’accès aux services essentiels.

L'engagement de la fondation

La crise générée par le Covid-19 a bouleversé les sociétés, les économies et les activités. Dans un monde où les inégalités se creusent, l’inclusion financière et l’entrepreneuriat sont des facteurs d’amélioration de la résilience des populations vulnérables. Ce sont les leviers d’action de la Fondation Grameen Crédit Agricole, qui s'engage depuis 12 ans à travers l’inclusion financière et l’entrepreneuriat à impact.

La Fondation vise à créer de la valeur durable en conciliant impacts social, économique et environnemental. Son modèle de création de valeur repose sur le soutien à long terme des institutions de microfinance socialement performantes et des entreprises à impact social qui agissent en faveur de l’accès aux services essentiels.

La Fondation favorise l’émancipation des femmes par la promotion de l’entrepreneuriat féminin (85 % de femmes bénéficiaires de microcrédit via les organisations soutenues) essentiellement en zones rurales (78 % des emprunteurs de microcrédits y vivent). L’Afrique Subsaharienne (37 % de son encours) et l’Asie du Sud et du Sud-est (29 %) sont ses deux zones géographiques de référence.

Pour quels résultats obtenus ?

La Fondation accompagne également avec de l’assistance technique les organisations financées pour renforcer leurs performances sociales et environnementales. Sur le volet social, le portefeuille de la Fondation est évalué via ALINUS, outil de gestion de la performance sociale de la microfinance.

Dans les domaines évalués, les institutions de microfinance soutenues ont des résultats supérieurs au benchmark du secteur (avec un score de 65 % vs. 53 % du secteur). En termes de performance environnementale, le suivi est plus récent. 84 % des institutions soutenues ont établi une liste d’exclusion d’activités dangereuses pour l’environnement et 42 % proposent des produits verts qui financent des pratiques écologiques.

Enfin, la Fondation démultiplie son impact grâce à ses coopérations avec le Crédit Agricole et d’autres acteurs majeurs de l’aide au développement. La Fondation a travaillé en 2019 avec 51 acteurs, privés, publics et solidaires dans une quarantaine des pays. En 2020, la Fondation poursuivra son travail de mesure d’impact avec un déploiement opérationnel d’outils et d’une étude sur le terrain pour vérifier la solidité de son modèle.

Lire (3 min.)

Assurance vie : Nalo remporte deux prix

Nalo — spécialiste de l'assurance vie pilotée — a annoncé le 9 juillet dernier avoir reçu deux récompenses, pour la qualité de son service client et sa contribution à l’éducation financière des épargnants. La fintech française dématérialise une partie du processus d’investissement, tout en renforçant la qualité de la relation entre l’épargnant et son conseiller.

Nalo Patrimoine remporte le TOP d'Or 2020 de l’Assurance-vie en ligne catégorie « Meilleur service client », décerné par ToutSurMesFinances.com Nalo reçoit également la Coupole de l'Audace 2020 décernée par L’Agefi dans la catégorie « Education financière ». Ces deux prix récompensent l'accompagnement des conseillers privés de Nalo, qui repose sur trois piliers fondamentaux : la réactivité, l’expertise et la pédagogie.

Digitalisation du processus

« La digitalisation nous permet de remettre l’humain là où il est le plus utile : au service du client et non pas du produit », explique Albert d’Anthoüard, directeur de la clientèle privée chez Nalo. « Un bon service client ne cherche pas à vendre mais à informer et éduquer dans son domaine », assure-t-il. Sur Nalo, la souscription s’effectue à 100 % en ligne et que l’allocation sur-mesure des portefeuilles est automatisée.

En revanche, une équipe de conseillers privés reste disponible sur horaires étendus par téléphone, mail ou tchat afin de répondre aux besoins de conseil des clients. Chaque conseiller dispose de plus de 10 ans d’expérience en gestion privée, et d’un réseau de qualité afin d’orienter ses clients vers des experts spécialisés en cas de problématiques patrimoniales complexes.

Les clients ont également accès à un large panel d’outils parmi lesquels : un programme de bienvenue qui présente les bonnes pratiques en matière d’investissement, un « Guide de l’investisseur intelligent » téléchargeable gratuitement, ou encore une chaîne Youtube qui propose des vidéos pédagogiques sur l’investissement mais aussi sur le fonctionnement de Nalo. Un blog vient compléter ce dispositif.

Pédagogie financière

« Nous sommes particulièrement fiers que toutes ces initiatives soient aujourd’hui récompensées par deux distinctions prestigieuses » déclare Guillaume Piard, président cofondateur de Nalo. « Cela vient couronner le travail de toute l’équipe pour promouvoir une nouvelle approche de l’investissement, centrée sur la pédagogie et l’autonomie de l’épargnant ».

Un engagement fort qui se traduit en chiffres : plus de 87 % des clients de Nalo recommandent le service, qui affiche sur Google une note de 5 étoiles basée sur plus de 240 avis. Et lorsque le Covid-19 a bousculé les marchés, 98 % des souscripteurs ont choisi de n’apporter aucune modification au placement de leur épargne.

« Cela prouve que la quasi-totalité de ceux qui nous font confiance a appliqué l’un des principes fondamentaux que nous avons à cœur de transmettre : une stratégie d’investissement s’envisage sur le long terme et ne doit surtout pas être modifiée en cours de route pour des raisons conjoncturelles. Le fait que nos clients acquièrent, grâce à notre accompagnement, ce type de bonnes pratiques financières est pour nous la plus grande des satisfactions », conclut Guillaume Piard.

Lire (3 min.)

Confinement : aucune incidence fiscale pour les travailleurs frontaliers

Le cabinet d'avocats CMS Francis Lefebvre Avocats — spécialiste des affaires internationales — publie ce mardi 28 avril une note sur l'absence d'incidence fiscale du confinement pour les travailleurs frontaliers français. Pendant la crise sanitaire du coronavirus, le cabinet apporte son expertise sur les mesures légales exceptionnelles prises par les Etats.

Télétravail et régimes d'imposition

Les règles d’imposition applicables aux travailleurs frontaliers domiciliés en France seront-elles modifiées par le télétravail rendu obligatoire en raison du confinement ? C’était la crainte que pouvait susciter le principe selon lequel l’activité doit être exercée exclusivement dans la zone frontalière de l’autre Etat et non en France.

L’Administration a toutefois annoncé le 19 mars 2020 qu’un accord a été trouvé avec les Etats voisins, afin d’éviter que les restrictions de déplacement entraînées par l’épidémie de Covid-19 ne conduisent à modifier le lieu d’imposition des salaires perçus par les travailleurs frontaliers.

Français en Belgique, Suisse, Allemagne et au Luxembourg

Sont prioritairement concernés les frontaliers travaillant en Belgique, en Suisse ou en Allemagne, qui ne peuvent normalement travailler hors de la zone frontalière que dans la limite d’un certain nombre de jours par an, sous peine de devenir imposables à l’étranger. Cette limite, fixée par des accords amiables complétant les conventions fiscales bilatérales, s’élève à 30 jours pour la Belgique et à 45 jours pour la Suisse et l’Allemagne.

L’Administration a indiqué qu’un accord a été trouvé avec la Belgique et la Suisse en vertu duquel les jours télétravaillés en France à compter du 14 mars 2020 et jusqu’à nouvel ordre ne seront pas pris en compte pour le décompte de la limite normalement applicable. Elle a également souligné que l’accord amiable franco-allemand autorise déjà le télétravail à domicile. Il prévoit en effet que « les activités exercées dans la zone frontalière de l’État de résidence du salarié sont réputées effectuées dans la zone frontalière » de l’autre Etat. La situation de ces contribuables restera par conséquent inchangée.

Les frontaliers français travaillant au Luxembourg sont quant à eux normalement imposables dans cet Etat, mais peuvent devenir imposables en France s’ils y travaillent plus de 29 jours par an — et non à compter du premier jour de travail en France : la tolérance de 29 jours est prévue par le point 3 du protocole attaché à la convention du 20 mars 2018, entrée en vigueur au 1er janvier 2020. Là encore, il a été convenu que les jours télétravaillés en France pendant la crise ne seront pas pris en compte pour le calcul des 29 jours, les autorités des deux Etats considérant que la situation actuelle constitue un cas de force majeure.

Quid des autres frontaliers ?

L’Administration ne s’est pas prononcée sur le cas des frontaliers exerçant leur activité en Espagne ou en Italie, eux aussi exclusivement imposables en France en vertu de régimes dérogatoires. En principe, ces régimes impliquent que le salarié retourne chaque jour à son domicile en France.

Contrairement aux hypothèses précédentes, aucun accord amiable n’a été conclu entre les Etats pour préciser si, et le cas échéant dans quelle mesure, l’activité peut être exercée hors de la zone frontalière de l’autre Etat. Nous pouvons raisonnablement penser que le caractère exceptionnel de la situation actuelle permet, aux yeux de l’ensemble des administrations concernées, de justifier l’exercice temporaire de l’activité en France.

Accords bilatéraux à l'étranger

On notera que le secrétariat de l’OCDE a publié le 3 avril 2020 une première analyse des effets du confinement sur l’application des conventions fiscales, dont l’un des volets concerne précisément les travailleurs frontaliers. Cette analyse souligne que « des circonstances exceptionnelles appellent un niveau exceptionnel de coordination internationale afin de limiter les coûts administratifs pour les employeurs et les salariés subissant une modification involontaire de leur lieu d’activité ».

A cet égard, la prise de position de l’administration française, intervenue dès les premiers jours de confinement et avant même la publication de l’analyse de l’OCDE, mérite d’être saluée. Certains Etats sont allés encore plus loin et ont d’ores et déjà conclu des accords bilatéraux pour régir l’imposition des rémunérations versées pendant la période de confinement.

L’Allemagne a ainsi conclu pas moins de trois accords les 3, 6 et 15 avril 2020 avec, respectivement, le Luxembourg, les Pays-Bas et l’Autriche, afin notamment de préciser l’étendue et les modalités de la non-prise en compte des jours télétravaillés. Ces accords précisent par ailleurs les modalités d’imposition des indemnités versées au titre de l’activité partielle. L’avenir dira si de tels accords sont également nécessaires du côté français.

Lire (5 min.)

AIG nomme son directeur général pour la France, la Belgique et le Luxembourg

American International Group (AIG) — spécialiste mondial de l'assurance — annonce ce jeudi 23 avril la nomination de son Directeur général pour la France, la Belgique et le Luxembourg. Depuis juillet 2016, Christophe Zaniewski occupait ce poste pour la France uniquement. Il élargit ses responsabilités aux plans stratégiques et de croissance de ces trois pays.

AIG nomme son directeur général pour la France, la Belgique et le Luxembourg
Christophe Zaniewski

Christophe Zaniewski continue de reporter à Thomas Lillelund, Chief Executive Officer, Europe, Middle East & Africa. Cette nomination doit permettre « un meilleur alignement sur ces trois marchés importants, et d’accroître notre efficacité opérationnelle tout en mettant l’accent sur le succès de nos partenaires. AIG continue de placer ses courtiers et ses clients au centre de tout ce que nous faisons », déclare Thomas Lillelund.

Focus sur l'activité d'AIG

AIG est cotée en bourse à New-York (NYSE) et Tokyo. Fondées en 1919, les sociétés membres d’AIG offrent actuellement une vaste gamme d’assurance dommages et responsabilité, d’assurance vie, produits de retraite et d’autres services financiers à des clients dans plus de 80  pays et juridictions. Objectif, aider les entreprises et les particuliers à protéger leurs actifs, à gérer les risques et assurer la sécurité de la retraite.

Les activités principales d'AIG comprennent l’assurance des risques d’entreprises et des risques des particuliers, ainsi que diverses opérations. L'assurance des risques d’entreprises comprend : les assurances de responsabilités et les lignes financières, ainsi que les risques dommages et spéciaux. L’assurance de particulier comprend  l’assurance individuelle et les programmes affinitaires.

Lire (2 min.)

Blockchain : FundsDLT, une plateforme dédiée aux fonds d’investissement

Clearstream (chambre de compensation internationale située au Luxembourg), Credit Suisse Asset Management (Crédit Suisse AM), la Bourse de Luxembourg et Natixis Investment Managers (Natixis IM) annoncent ce mardi 17 mars leur investissement en série A dans la plateforme FundsDLT, basée sur la blockchain.

« Ce partenariat reflète la demande croissante du marché pour une plateforme qui favorise l’accès aux fonds d’investissement. FundsDLT a le potentiel de transformer le processus de distribution des fonds et apporter des bénéfices substantiels à l’ensemble de l’écosystème », déclare Olivier Portenseigne, Managing Director de Fundsquare.

Promouvoir la Blockchain

Créée et incubée par la Bourse de Luxembourg et sa filiale Fundsquare, la plateforme est dédiée au secteur des fonds d’investissement. FundsDLT développe la « technologie de registre distribué », en anglais distributed ledger technology (DLT). Ce financement permettra à la plateforme d'accélérer son développement commercial.

« Le lancement de FundsDLT représente une étape importante dans la réalisation de notre objectif commun : promouvoir l’adoption de la blockchain et des actifs numériques dans l’ensemble du secteur financier. La Bourse de Luxembourg a joué un rôle catalyseur dans cette évolution. L’écosystème croissant de FundsDLT est très prometteur », déclare Robert Scharfe, directeur général de la Bourse de Luxembourg.

Transformation numérique

FundsDLT s’appuie sur une technologie blockchain — basée sur Ethereum — qui garantit la confidentialité des données et de hautes performances d’exécution. Elle permet de repenser la chaîne de valeur de la distribution des fonds du début à la fin du processus, sur l’ensemble de leur cycle de vie.

« La transformation numérique représente à la fois l’un des plus grands défis de la gestion d’actifs et une opportunité historique. La blockchain peut jouer un rôle déterminant. Nous considérons par ailleurs que le secteur doit impérativement gagner en transparence et en rapidité dans ses opérations », commente Joseph Pinto, Chief Global Operating Officer de Natixis IM.

Distribution de fonds

Les gérants d’actifs, les distributeurs, les prestataires d’asset servicing et l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement optimisent les activités redondantes pour réduire les coûts, tout en bénéficiant du degré de transparence nécessaire sur les souscripteurs. FundsDLT pose ainsi le premier jalon de la distribution de fonds numérique.

« FundsDLT est une initiative internationale permettant de rationaliser un certain nombre d’activités tout au long de la chaîne de valeur de la distribution des fonds et ainsi de réduire les coûts au profit des investisseurs, quelle que soit leur domiciliation ou celle des fonds », explique Philippe Seyll, CEO of Clearstream Banking S.A.

Lire (3 min.)

Immobilier résidentiel : PATRIZIA acquiert des actifs à Bruxelles et à Luxembourg

PATRIZIA AG — gestionnaire d'investissement immobilier — annonce ce lundi 10 février avoir réalisé deux importantes acquisitions d’actifs résidentiels au Bénélux. L’immeuble Unival II a été acheté au Luxembourg pour 52 M€, et le complexe résidentiel Green Life a été acquis à Bruxelles (Belgique) pour 23 M€.

Ces opérations portent le volume total de transactions réalisées dans la région à environ 760 M€, dont plus de 40 % dans le secteur résidentiel. Les actifs sous gestion au Bénélux sont passés de 3,1 Mds€ en 2018 à plus de 3,5 Mds€ en 2019. Sur les 760 M€ de transactions en 2019, les deux tiers, soit environ 500 M€, ont été réalisées aux Pays-Bas, suivis de la Belgique avec 210 M€, puis du Luxembourg.

Focus sur les deux acquisitions

Le complexe Green Life — acquis hors-marché à Bruxelles au développeur belge Matexi — se situe à la limite des banlieues résidentielles de Forest et d’Uccle. Il compte 58 logements répartis dans deux immeubles, au cœur d’un parc privé. La résidence comporte des studios et des appartements de deux à quatre pièces, avec 58 places de parking. « Nous sommes parvenus à sécuriser l’achat clé-en-main avec une garantie locative d’un an. L’immobilier résidentiel bruxellois est actuellement en plein boom », indique Sheelam Chadha, responsable des transactions pour PATRIZIA Bruxelles.

L'acquisition récente de l’immeuble Unival II — résidence étudiante située à Belval au Luxembourg — était également une transaction de gré à gré, menée par l’un des fonds pan-européens de PATRIZIA. L’ensemble de 6 900 m², construit en 2017 et répondant aux plus hauts standards, comprend 204 studios meublés — occupation quasi-complète pour l’année scolaire 2019/2020 — ainsi qu'un parking souterrain et près de 1 500 m² de locaux commerciaux en pied d’immeuble. La gestion des appartements étudiants est assurée par l’Université de Luxembourg.

Volume de transactions en hausse

« Au cours des 12 derniers mois, nous avons continué à développer notre portefeuille d’actifs à travers le Bénélux, en renforçant nos positions sur tous nos secteurs clés. Nous sommes fiers que le Bénélux compte désormais parmi les marchés majeurs de PATRIZIA en Europe, après l’Allemagne, en termes d’actifs sous gestion et de volume de transactions », déclare Emile Poort, Directeur des transactions Bénélux PATRIZIA.

Ces trois dernières années, le volume de transactions réalisées par PATRIZIA sur les marchés européens a progressé de 4,9 Mds€ en 2017 à 6,8 Mds€ en 2018 et plus de 8 Mds€ en 2019. Sur ces trois années, PATRIZIA a donc réalisé près de 20 Mds€ de transactions immobilières pour ses clients, dont une majorité d’acquisitions.

Lire (3 min.)

ETF climat : Amundi enrichit sa gamme d’investissement responsable

Amundi — gestionnaire d’actifs européen de premier plan — a annoncé le 9 juillet dernier l’élargissement de son offre d’investissement responsable, avec le lancement de trois nouveaux ETF répliquant les futurs indices climatiques PAB (Paris Aligned Benchmaks) de l’Union Européenne (UE).

« La gestion indicielle a un rôle essentiel à jouer pour accélérer l’adoption de l’investissement responsable et accompagner la transition vers une économie bas carbone », explique Fannie Wurtz, Directeur de la ligne métier ETF, Indiciel et Smart Beta chez Amundi.

Investissement ESG

Les fonds sont conçus pour contribuer à la réalisation des objectifs de l’Accord de Paris de 2015 — et en particulier viser une trajectoire de décarbonisation ambitieuse pour maintenir le réchauffement climatique mondial en dessous de 2°C. Ces nouveaux ETF proposent une tarification compétitive, à partir de 0,18 % de frais courants.

L’investissement responsable constitue l’un des piliers fondateurs d’Amundi depuis sa création en 2010. En 2018, à travers son plan ESG à trois ans, Amundi a réaffirmé son engagement et sa volonté d’aligner ses responsabilités fiduciaires et sociétales et de répondre aux attentes de ses clients en matière d’investissement ESG.

Trois nouveaux ETF

En tant que pionnier de l’investissement indiciel bas carbone depuis 2014, Amundi se mobilise dans la lutte contre le réchauffement climatique. Dans ce contexte, le gérant d'actifs élargit sa gamme d’ETF climat. Amundi offre ainsi aux investisseurs indiciels un choix plus large et des approches complémentaires :

  • Amundi Euro iSTOXX Climate Paris Aligned PAB UCITS ETF ;
  • Amundi MSCI Europe Climate Paris Aligned PAB UCITS ETF ;
  • Amundi MSCI World Climate Paris Aligned PAB UCITS ETF.

La nouvelle famille d’ETF « PAB » est destinée aux investisseurs qui cherchent une réponse rapide à l’urgence climatique. Ces fonds intègrent une réduction de 50 % de l’intensité carbone par rapport à l’univers d’investissement initial ainsi que des exclusions sectorielles strictes.

Gestion indicielle et ESG

Cette gamme complète l’offre Amundi ETF Climat existante, dont l’approche vise à répondre aux critères proches des futurs indices « Climate Transition Benchmark » (CTB). Ces fonds s’adressent aux investisseurs qui souhaitent mettre en œuvre une transition vers une économie bas carbone tout en conservant une large exposition aux marchés.

La gamme d’investissement responsable d’Amundi a été conçue pour rendre l’investissement durable accessible à tous types d’investisseurs — quelles que soient leurs exigences en matière d’intégration ESG et leur tolérance en termes d’écart de suivi par rapport aux indices de référence traditionnels.

Lire (3 min.)

Marchés privés : DWS et Northwestern Mutual Capital forment un partenariat stratégique

DWS Group (DWS) et Northwestern Mutual Capital (NMC) — division spécialisée marchés privés de Northwestern Mutual — ont annoncé le 9 juillet dernier la conclusion d'un partenariat stratégique. Cet accord vise à identifier et à développer des opportunités sur les marchés privés.

L'essor du Private Equity

NMC investit sur les marchés privés depuis plus de 40 ans. Ce partenariat représente un complément important à l'offre de DWS en matière d’actifs réels pour les investisseurs institutionnels. Grâce à ce partenariat, NMC va développer ses actifs pour le compte de tiers et se diversifier davantage en collaboration avec l'équipe mondiale de DWS chargée du Private Equity.

Pour DWS, ce partenariat représente un vecteur de forte croissance, car les investisseurs se tournent de plus en plus vers les stratégies de Private Equity. « Les relations privilégiées entre NMC et DWS — associées à la demande de stratégies alternatives différenciées de la part de la clientèle institutionnelle mondiale de DWS — font de ce partenariat une prochaine étape claire et logique pour notre entreprise », explique Mark McDonald, Global Head of Private Equity chez DWS.

Investisseurs institutionnels

Pour NMC, ce partenariat avec DWS présente de nombreux avantages, notamment la possibilité de tirer parti de la force et des capacités d'investissement de DWS, de sa présence mondiale et de ses relations approfondies avec les investisseurs institutionnels du monde entier. Il permettra également à NMC de renforcer sa position en tant que partenaire de confiance à long terme pour les principaux groupes de Private Equity et leurs sociétés ne portefeuille.

« Northwestern Mutual Capital pourra fournir des solutions liées au Private Equity à une base élargie d'investisseurs institutionnels tout en continuant à satisfaire l'appétit de Northwestern Mutual pour ces actifs. Nous avons un partenaire stratégique unique en son genre avec DWS - leur portée mondiale et leurs capacités de service à la clientèle feront parties intégrantes de la croissance de notre plate-forme pour compte de tiers », déclare Jeff Lueken, Senior Vice-president de Northwestern Mutual.

Lire (2 min.)

Natixis Investment Managers annonce le lancement international du fonds Global Emerging Markets Equity

Ce nouveau fonds est domicilié au Luxembourg et est ouvert aux investisseurs institutionnels et particuliers. Il emploie une approche bottom-up pour constituer un portefeuille concentré d’actions émergentes à faible rotation. L’objectif est d’obtenir des rendements excédentaires à long-terme et ajustés au risque.

WCM cherche à identifier des sociétés présentant des fondamentaux attrayants, tels que le rendement élevé ou croissant du capital investi, ou la croissance à long terme des revenus et des bénéfices. WCM cible en particulier les sociétés qui disposent d’avantages concurrentiels établis, soutenus par une forte culture d’entreprise, et qui bénéficient de tendances favorables dans la durée et à l’échelle mondiale.

Le fonds est piloté par l’équipe de gestion WCM Emerging Markets, composée de Mike Trigg, Pete Hunkel, Sanjay Ayer, Mike Tian et Greg Ise, qui assurent chacun les fonctions de gérants de portefeuille et d’analystes
commerciaux. L’équipe s’appuie sur six analystes généralistes internationaux et un analyste dédié à la culture d’entreprise.

La société de gestion californienne WCM, qui gère aujourd’hui 42,6 milliards de dollars d’encours2, a conclu un accord de distribution international avec Natixis Investment Managers en avril 2019. Il s’agira donc du premier fonds de WCM commercialisé à travers la plateforme internationale de Natixis IM, facilitant ainsi l’accès des clients internationaux à cette société basée sur la côte Ouest.

« Nous sommes ravis d’offrir à nos clients l’accès à une expertise en actions de croissance d’une société de gestion à forte conviction, dotée d’un solide track record et d’un processus d’investissement éprouvé », déclare Matt Shafer, Directeur International Distribution Wholesale, Natixis Investment Managers. « Le fonds Global Emerging Markets Equity Fund représente un outil de diversification efficace pour nos aux investisseurs
qui cherchent à constituer des portefeuilles s’adaptant plus facilement aux différentes conditions de marché.
»

Paul Black, Président et Co-Directeur Général de WCM explique : « Grâce à la plateforme de distribution internationale de Natixis Investment Managers, nous sommes aujourd’hui en mesure de mettre notre expertise d’investissement à disposition d’une clientèle bien plus large. Notre approche d'investissement à long terme reposant sur un faible taux de rotation nous permet de déceler des opportunités au sein des marchés émergents, et nous sommes convaincus que les revenus de la classe moyenne émergente continueront de croître. Celle-ci adoptera des tendances de consommation de plus en plus similaires aux pays développés, qui se traduiront notamment par l’exigence de meilleurs soins de santé, d’une technologie plus avancée et de biens de consommation de plus grande qualité. Le fonds Global Emerging Markets Equity permet de tirer parti de ces tendances et des opportunités de croissance des économies en développement. »

Natixis Investment Managers détient 24,9 % du capital de WCM et a conclu un accord de distribution exclusive à long terme. Le fonds est principalement investi dans des actions de sociétés implantées dans les marchés émergents. Les investissements en actions peuvent être sujets à d’importante fluctuations de prix. Le fonds est soumis à des risques spécifiques, notamment liés aux marchés émergents, à la concentration du portefeuille, aux dérivés/à la contrepartie, et aux sociétés à petite capitalisation. L’investisseur s’expose à des risques de pertes en capital.

Lire (3 min.)

Luxembourg : l’assurance vie sur-mesure pour sécuriser son patrimoine

Maxime Defasy
L'assurance vie luxembourgeoise offre une sécurité renforcée et de nombreuses options de diversification. Ce placement attire les épargnants en quête de gestion de fortune à moindre coût. Quelle(s) différence(s) avec la France ? Quels sont les avantages pour les patrimoines financiers importants ?
Lire (5 min.)