Luxembourg : l’assurance vie sur-mesure pour sécuriser son patrimoine

Maxime Defasy
L'assurance vie luxembourgeoise offre une sécurité renforcée et de nombreuses options de diversification. Ce placement attire les épargnants en quête de gestion de fortune à moindre coût. Quelle(s) différence(s) avec la France ? Quels sont les avantages pour les patrimoines financiers importants ?
Lire (5 min.)

Generali Luxembourg nomme un Directeur Général

Generali Luxembourg — filiale du Groupe Generali — annonce ce jeudi 10 octobre la nomination en interne d'un Directeur Général. Paul Lecoublet (36 ans) succède à Sébastien Veynand. Il est rattaché à Hugues Aubry, Président de Generali Luxembourg et Membre du Comité Exécutif de Generali France, en charge de l’épargne et de la gestion de patrimoine.

Generali Luxembourg totalise une activité de plus de 514 M€ en 2018. C'est une plateforme dédiée à la clientèle patrimoniale à hauts revenus et fort potentiel d’investissement (HNWI). « Generali Luxembourg ouvre une dimension paneuropéenne aux offres déployées par Generali Patrimoine dans l’Hexagone », précise Hugues Aubry.

Focus sur le parcours de Paul Lecoublet

Paul Lecoublet

Paul Lecoublet est titulaire d’un Master of Science in Management de l’EM Lyon et d’une licence de Sciences Economiques de l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne. Il commence sa carrière en 2006 au sein d’Aforge Finance — devenue en 2014 filiale de la banque Degroof — en qualité de chargé d’affaires puis de Manager fusions & acquisitions, principalement sur des opérations de Leverage Buy Out (LBO).

En 2010, il rejoint Generali France en tant que Responsable de mission Corporate Finance puis de Responsable Corporate Finance. Il y supervise notamment les aspects financiers et juridiques des opérations d’acquisition, fusion et de cession. En 2014, il est promu Secrétaire Général et Membre du Comité Exécutif de GFA Caraïbes, filiale de l’assureur aux Antilles et en Guyane. En avril 2018, Paul Lecoublet est nommé Directeur du modèle économique et de la stratégie de Distribution de Generali France.

Lire (2 min.)

ISR : Janus Henderson Investors lance le fonds Global Sustainable Equity

Janus Henderson Investors — société de gestion de placements mondiale — annonce ce mercredi 29 mai le lancement du véhicule « Janus Henderson Horizon Global Sustainable Equity Fund ». Ce fonds est un OPCVM libellé en dollars américains et domicilié au Luxembourg. Il est inscrit à la vente dans de nombreux marchés à travers l’Europe. Ce produit doit répondre à l'intérêt croissant des clients pour l'investissement responsable.

Répondre aux défis sociaux et environnementaux

En charge de la stratégie depuis décembre 2011, Hamish Chamberlayne occupera la fonction de gérant principal du nouveau fonds. Sa gestion utilisera la même approche d’investissement que celle d'un autre véhicule préexistant, le fonds de droit anglais « Global Sustainable Equity » qui est domicilié au Royaume-Uni.

Cette approche repose sur la conviction que les meilleurs rendements d’investissement seront générés par les sociétés qui répondent aux défis environnementaux et sociaux. Les attributs financiers de ces sociétés doivent être attractifs, tels qu’une croissance continue des revenus ou encore des flux de trésorerie durables.

Un portefeuille avec un profil de risque avantageux

L’équipe vise à surperformer le marché à long-terme, à travers la création d'un portefeuille d’actions internationales différencié, composé des meilleures idées en matière de développement durable. L’approche d’investissement de l’équipe reste à faible teneur en carbone. Elle construit un portefeuille avec un profil de risque avantageux, en incorporant les facteurs sociaux et de gouvernance dans son analyse.

« L’enjeu important de notre époque le changement climatique nous obligera à passer à une économie durable et à faible teneur en carbone, tout en maintenant les niveaux de productivité nécessaires à la production de biens et de services. (...) Une approche ISR ne devrait pas compromettre la capacité à offrir des rendements positifs par l’intermédiaire d’un portefeuille actions internationales différencié », déclare Hamish Chamberlayne, Responsable de la gestion ISR.

Lire (3 min.)

Finance durable : le Cleantech Forum Europe 2020 se tiendra au Luxembourg

Ce mercredi 22 mai, le Luxembourg a été choisi pour accueillir le Cleantech Forum Europe 2020. L’annonce officielle a eu lieu lors du dîner de gala du Cleantech Forum Europe 2019, qui se tenait à Stockholm en Suède. Organisé depuis 2005 par le Cleantech Group, cet événement dédié aux technologies propres attire investisseurs-clés, agences gouvernementales, entreprises, PME et startups. Il attire des délégués de 30 pays différents. Des forums similaires se tiennent chaque année en Asie et aux États-Unis.

La ville de Luxembourg accueillera le 16e Cleantech Forum Europe. Outre son engagement dans le développement durable et l'économie circulaire, « c'est un hub de premier plan pour la finance verte et pour les fonds d’investissement, et l’hôte de deux institutions essentielles au financement de l'économie européenne de l'innovation : la Banque européenne d'investissement et le Fonds européen d'investissement », déclare Richard Youngman, CEO de Cleantech Group.

Développement d'un pôle financier durable

La place financière du Luxembourg est devenue un moteur de la finance durable, un enjeu-clé pour le secteur des cleantech. L’agence de développement de la place financière Luxembourg for Finance apportera sa contribution sur ce sujet, à travers l'organisation d'un « dîner des investisseurs » pour faciliter les échanges entre participants et experts. Le Forum permet de découvrir des projets « qui contribueront à réduire le réchauffement planétaire et à en atténuer les effets. Le développement et la production de ces projets nécessitent des capitaux considérables », explique Nicolas Mackel, CEO de Luxembourg for Finance.

Cet événement va contribuer au rayonnement du Luxembourg dans l'univers de la finance responsable. « En tant que pionnier de la levée de fonds pour des projets verts et durables, le Luxembourg considère ce Forum comme une occasion précieuse de rassembler différentes communautés pour faire avancer notre promesse envers les générations futures. L'expertise et le cadre que le Luxembourg a mis en place dans le domaine de la finance seront essentiels pour façonner l'avenir de la durabilité », conclut-il.

Lire (3 min.)

Blockchain : la France adopte une réglementation pour les services financiers

Le ministère de l'Economie et des Finances annonce ce vendredi 22 novembre l'adoption par la France d'un cadre règlementaire qui régit les applications de la Blockchain aux services financiers. Le décret n° 2019-1213 publié ce jour étend notamment cette législation aux prestataires de services sur actifs numériques (PSAN). La France souhaite conforter sa position de pionnier européen en la matière.

« Le cadre issu de la loi PACTE va favoriser le développement d’un écosystème Blockchain en France dynamique et robuste, qui allie capacité d’innovation, transparence et haut niveau de sécurité pour les épargnants et investisseurs. En étant l’un des premiers pays à se doter d’un tel cadre, Paris se donne les moyens de devenir la première place européenne de la Blockchain et conforte son engagement en faveur de l’innovation financière », déclare Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et des Finances.

Cadre créé par la loi PACTE

L'Hexagone a été l’un des premiers pays au monde à donner force de loi à l’utilisation de la technologie Blockchain en matière d’inscription et de transfert de titres financiers. La France complète ainsi « l’un des cadres les plus exhaustifs au monde en matière d’actifs numériques, qui couvre aussi bien les aspects réglementaires que fiscaux ou encore comptables », indique le ministère dans un communiqué. Le nouveau décret vient le cadre juridique spécifique à ces actifs numériques créé par la loi PACTE.

Sur le marché primaire, il était déjà possible pour les émetteurs de solliciter auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF) un visa préalablement à leur émission d’actifs numériques (Initial Coin Offering – ICO), en application directe de la loi PACTE. Sur le marché secondaire, le décret vient préciser les contours des statuts applicables aux prestataires sur actifs numériques. Il leur ouvre la possibilité de s’enregistrer et de solliciter un agrément auprès de l’AMF.

Obtention de l'agrément AMF

L’obtention de cet agrément est conditionnée au respect de dispositions prévues par la loi. Il s’agit notamment d’obligations sur la sécurité des systèmes informatiques —  en termes de fonds propres ou d’assurance —  et d’obligations spécifiques à chaque service. Un service de conservation devra par exemple restituer la maîtrise des actifs numériques conservés. Cet agrément optionnel impose à certains prestataires de s'enregistrer, dans le cadre de la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme.

Par ailleurs, le décret renforce l’accès aux services bancaires pour les émetteurs qui ont reçu un visa de l’AMF sur leur émission. C'est aussi le cas pour les prestataires de services sur actifs numériques enregistrés ou agréés. En cas de refus injustifié — même implicite —  d’accès aux services de comptes et de dépôts, les émetteurs ou prestataires pourront exercer un recours auprès de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) en vue de déclencher une procédure de droit au compte.

Lire (3 min.)

OPPCI Impact Investing : Swiss Life AM France et Cedrus & Partners acquièrent une résidence étudiante

Swiss Life Asset Managers (AM) France — filiale du groupe Swiss Life — annonce ce mercredi 20 novembre avoir signé la vente en l’état futur d’achèvement (VEFA) d’une résidence étudiant à Dijon (Côtes-d'Or) pour le compte de l’OPPCI Immobilier Impact Investing. Le gérant réalise ainsi la première acquisition pour ce fonds, créé en partenariat avec Cedrus & Partners.

Près du centre historique de Dijon

La résidence de 144 lots (T1) se situe au cœur du nouveau pôle de la Cité internationale de la gastronomie et du vin, qui se déploiera sur un terrain de 6,5 hectares sur le site de l'ancien hôpital général, aux portes du centre historique de Dijon. La résidence étudiante sera exploitée par le groupe Réside Etudes. Sa livraison est prévue pour la rentrée universitaire 2021. L’immeuble bénéficiera d’une performance énergétique RT 2012-10 %.

Conçu par l'agence d'architecture Anthony Béchu, cet ensemble développera plus de 70 000 m². Il sera notamment composé d’un pôle de culture et d’expositions, d’un espace de formation, de cinémas, commerces, d’un hôtel 4 étoiles, d’une résidence services senior, d’une résidence étudiants et de logements réhabilités. La société de gestion a réalisé cette acquisition auprès d’Eiffage Immobilier Est.

Premier fonds immobilier à impact social

Lancé en janvier dernier, l’OPPCI Immobilier Impact Investing est le premier fonds immobilier à impact lancé par Swiss Life AM France et Cedrus & Partners. Sa poche sociale rassemblera 20 % des actifs totaux du fonds. Dans ce cadre, les actifs résidentiels seront sélectionnés en accord avec les partenaires associatifs (Samusocial de Paris et Habitat & Humanis) à Paris et première couronne.

La même logique prévaudra dans les grandes métropoles françaises. Ces actifs seront mis à leur disposition pour un loyer nul. Parallèlement à la poche sociale du portefeuille, la poche à rendement représente 80 % de l’actif net cible du fonds. Elle est investie dans des actifs de bureaux et des résidences gérées : résidences seniors, étudiantes, etc.

Lire (2 min.)

Obligations vertes : le Luxembourg et la Chine créent un marché mondial

Luxembourg for Finance (LFF) — agence de développement issue d'un partenariat public-privé entre l'Etat du Luxembourg et la Fédération de l’industrie financière du Luxembourg — annonce ce vendredi 26 avril un nouveau partenariat entre le Luxembourg et la Chine en matière d'obligations vertes, à travers la création d'une plateforme commune.

La coopération de la Bourse de Luxembourg (LuxSE) avec les bourses de Shanghai et de Shenzhen, la Bank of China et le Shanghai Clearing House permettra de créer un centre de négoce d'obligations vertes à vocation mondiale, c'est-à-dire de produits financiers financés par des projets écologiques et respectueux du climat.

Une plateforme pour investir dans les Green Bonds chinois

Avec ce nouvel outil, les investisseurs peuvent désormais facilement consulter les données actuelles sur les prix des Green Bonds négociés à Shanghai et Shenzhen, ainsi que sur le marché interbancaire chinois. En outre, un canal d'obligations vertes regroupe des informations en anglais sur les produits financiers verts négociés à Shanghai et à Shenzhen.

Outre les obligations classiques, le canal des obligations vertes couvre aussi le segment des Asset Backed Securities (ABS), qui est particulièrement important en Chine. Par ailleurs, la Bourse de Luxembourg a signé un protocole d'accord avec la Bank of China. Dans ce contexte, la Bank of China offrira aux investisseurs internationaux un accès simplifié aux investissements dans des titres chinois.

Le Luxembourg renforce sa position de leader européen

Les accords ont été conclus au Forum économique asiatique de Boao dans la province de Hainan en Chine. Le Luxembourg renforce ainsi sa position de première place de marché pour les obligations vertes en Europe, en tant que carrefour des investissements entre la Chine et l'UE. « Avec nos partenaires chinois, nous construisons un marché mondial pour les obligations vertes. Nous rassemblons investisseurs, émetteurs, fournisseurs d'infrastructures et teneurs de marché », déclare Robert Scharfe, CEO de LuxSE.

Actuellement, plus de la moitié des obligations vertes dans le monde sont cotées à la Bourse de Luxembourg. La Bourse verte du Luxembourg (LGX) s'affirme comme la première plateforme de négociation au monde exclusivement axée sur les obligations vertes. Par ailleurs, le Luxembourg a été le premier pays au monde à adopter une loi sur les obligations vertes.

L'irruption de la Chine sur le marché des obligations vertes

En quelques années, la Chine s'est imposée comme le deuxième marché mondial des obligations vertes. D'après une enquête de la Climate Bonds Initiative, le volume des obligations vertes chinoises émises en 2018 s'élève à plus de 30 milliards d'euros. Cette irruption chinoise est une bonne nouvelle pour le secteur, en raison des besoins de financement pour les produits financiers éco-responsables.

Mobiliser des capitaux pour investir dans les technologies vertes est l'une des clés du succès dans la lutte contre le changement climatique. Rien que pour l’Union européenne, la Commission européenne estime que des investissements de 180 milliards d'euros par an sont nécessaires pour atteindre les objectifs de réduction des émissions de CO2 auxquels la Communauté s'est engagée dans l'accord de Paris sur le climat.

Lire (4 min.)

Swiss Life AM lance un nouveau fonds hôtelier européen pour les investisseurs institutionnels internationaux

Swiss Life Asset Managers (AM) a annoncé le 12 mars dernier le lancement d'un nouveau fonds, baptisé « Swiss Life REF (LUX) European Hotel Fund S.A., SICAF-SIF ». Destiné aux investisseurs institutionnels internationaux, ce véhicule vise un encours d'1 milliard d'euros. Il a obtenu l'agrément de l'autorité luxembourgeoise du marché (CSSF) et des autorités de tutelle locales, dont l'AMF en France.

Le fonds est géré par Swiss Life Fund Management (LUX) SA et conseillé par le centre de compétences hôtellerie de Swiss Life AM à Paris (Swiss Life REIM France). Il sera dédié à l'hôtellerie de 3 et 4 étoiles dans les métropoles européennes dynamiques, avec un endettement cible de 40 %.

Constituer un portefeuille hôtelier européen

Le fonds prévoit de constituer un portefeuille européen. Il ciblera les principaux marchés hôteliers du Vieux Continent comme la France, l'Allemagne et les Pays-Bas, ainsi que le sud de l'Europe, qui offre un fort potentiel de croissance du revenu moyen par chambre disponible (RevPAR). Objectif, sélectionner les actifs qui répondent à la demande des voyageurs soucieux de leur budget, avec des attentes élevées en termes de rapport qualité-prix.

Swiss Life AM dispose d'un total de 79 hôtels, soit plus de 1,4 milliard d'euros d'actifs sous gestion au 31 décembre 2018. Le groupe a acheté 17 hôtels ces 18 derniers mois. « C'est le quatrième fonds que nous avons lancé sur cette typologie d'actifs très appréciée de nos investisseurs. Ce fonds bénéficiera de l'expertise de Swiss Life Asset Managers en matière d'investissement hôtelier, de gestion d'actifs, de structuration et de recherche », précise Frédéric Bôl, CEO de Swiss Life AM France.

D'autres investissements devraient suivre en 2019

« Les modèles d'allocations d'actifs montrent l'intérêt d'une exposition sur le secteur hôtelier en Europe, notamment la diversification géographique et sectorielle, qui sont des éléments clés pour minimiser les risques. La France reste la première destination touristique en nombre de visiteurs, l'Espagne la plus populaire en termes de nuitées de loisir devant l'Italie. L'Allemagne offre un large spectre de villes où le tourisme d'affaires est synonyme de stabilité des revenus », détaille Béatrice Guedj, Directrice de la Recherche et de l'Innovation de Swiss Life REIM France.

« Ce fonds bénéficie déjà du soutien de Swiss Life en tant qu'investisseur puisque deux hôtels situés à Munich et Düsseldorf devraient être apportés courant 2019. Par ailleurs, un sourcing très actif en Europe nous a permis de nous positionner, à la fin de l'année dernière, sur l'acquisition de deux hôtels situés dans le centre-ville de Lisbonne. D'autres investissements devraient suivre en 2019 car nous continuons à chercher des actifs de grande qualité », conclut Johanna Capoani, Responsable du Pôle Hôtels.

Lire (3 min.)

Nordea AM : les fonds ESG STARS s’étendent à l’univers obligataire

Face au succès de ses fonds STARS dans l’univers des actions, Nordea AM (NAM) annonce ce jeudi 7 février étendre le concept à l’expertise obligataire. Appliquer des critères ESG dans le cadre de fonds obligataires représente une approche nouvelle en matière d’investissement responsable. Le marché commence à prendre conscience de l’importance des enjeux ESG.

Les critères ESG contribuent à la bonne mesure du risque crédit des obligations d’entreprises. « Nous exploitons des inefficiences de marché en nous appuyant sur de la recherche spécifique, concernant l’émetteur, mais aussi sur des critères ESG, en vue d’identifier des évolutions critiques à long-terme impactant la qualité de crédit » explique Jan Sorensen, Gérant principal du fonds.

Générer de meilleurs rendements ajustés au risque

Le fonds bénéficie de l’approche sélective et « bottom-up » des titres obligataires investment-grade, développée par l’équipe Crédit de NAM. Celle-ci pousse également la gestion active un peu plus loin via une véritable intégration ESG. Consciente que la gouvernance d’entreprise et les facteurs ESG sont à la fois une source de risque et d’opportunité, l’équipe d’investissement collabore étroitement avec l’équipe Investissement Responsable de NAM. 

« Nous tirons parti de la riche expérience organisationnelle de Nordea en matière d’ESG et de notre track-record éprouvé sur les stratégies Actions STARS, pour développer désormais des solutions obligataires ESG. Mettre l’accent sur les facteurs ESG peut contribuer à générer de meilleurs rendements ajustés au risque » affirme Marjo Koivisto, co-Directeur de l’équipe Investissement Responsable chez NAM. Le concept STARS est fondé sur un modèle de notation ESG propriétaire et ces fonds investissent uniquement dans les titres conformes aux standards ESG de NAM.

Lire (2 min.)

TNP nomme une nouvelle Directrice Générale Associée

Nathalie Mège, Directrice Générale Associée chez TNP

TNP, cabinet de conseil français indépendant spécialiste des transformations opérationnelles, digitales et réglementaires des entreprises, poursuit sa croissance au Luxembourg où il s’est implanté en 2017. Le cabinet annonce ce mercredi 6 février la nomination d'une nouvelle Directrice Générale Associée.

Première femme à la tête d’une filiale du groupe TNP

Nathalie Mège, 46 ans, est diplômée de Kedge Marseille (1996). Elle capitalise sur 22 années d’expérience en Europe comme à l’international dans le secteur du conseil stratégique et opérationnel aux institutions financières. Nathalie Mège est du pilotage de programmes de transformation et d’accélération de la performance comme de la mise en conformité réglementaire (MiFID et GDPR).

La nouvelle Directrice Générale Associée encadrera les équipes locales de TNP, avec pour objectif de développer l’activité du cabinet au Luxembourg et en Belgique, en doublant la taille des effectifs actuels. Première femme à la tête d’une filiale du groupe TNP, elle accompagnera aussi à Luxembourg les grands comptes du CAC 40 déjà clients du cabinet. « Nous souhaitons nous positionner comme véritable alternative au BIG 4 dans la région BELUX et disposer d’une force de frappe d’une quarantaine de consultants d’ici 2020 », précise Benoit Ranini, président et cofondateur de TNP.

Focus sur la carrière de Nathalie Mège

Nathalie Mège a débuté sa carrière en 1996 chez Deloitte & Touche Luxembourg. En 2000, elle rejoint Accenture Management Consulting Luxembourg dont elle devient Partner - Strategy & Risk Management en 2010. Elle accompagne des institutions financières de premier plan dans leurs projets de transformation et de mise en conformité réglementaire au Luxembourg et en Europe (Belgique, France, Grande Bretagne et Pays Bas).

En 2013, elle s’installe au Qatar où elle intervient en tant que conseillère stratégique indépendante puis revient à Luxembourg pour intégrer en 2017 les équipes de Bel Air Partners - Magellan et contribuer à leur développement local. Nathalie Mège a pris la direction générale de TNP Luxembourg début janvier 2019.

Lire (2 min.)

AGCS nomme un Directeur Mondial des Lignes Financières

Allianz Global Corporate & Specialty SE (AGCS) — assureur en risques industriels et risques de spécialité du groupe Allianz — annonce ce vendredi 22 novembre la nomination Directeur mondial des Lignes Financières. Shanil Williams (39 ans) a pris ses fonctions le 15 novembre 2019. Il succède à Bernard Poncin, qui quitte le groupe.

Dans ce cadre, Shanil Williams est basé à Munich en Allemagne. Il reporte directement à Thomas Sepp, Directeur de la souscription des risques industriels (CUO -Chief Underwriting Officer) au sein du Conseil d’administration d'AGCS SE.

Focus sur le parcours de Shanil Williams

AGCS nomme un Directeur Mondial des Lignes Financières
Shanil Williams

De nationalité néo-zélandaise, Williams Shanil est diplômé en commerce et en finance de l'Université de Canterbury. Au cours de sa carrière, il passe 14 ans chez AIG. Il occupe un certain nombre de postes de direction régionale de Souscription Lignes Financières de plus en plus importants, à Londres, Paris, Johannesburg (Afrique du Sud) et Auckland (Nouvelle-Zélande).

Shanil Williams rejoint AGCS en 2016 en tant que Directeur Général pour la Nouvelle Zélande. En 2018, il s'installe à Munich où il occupe à partir du mois d'août le poste de Directeur mondial de la branche commerciale en assurance Lignes Financières. En novembre 2019, il devient Directeur mondial des Lignes Financières.

Lire (2 min.)

Audacia nomme une Directrice de la Communication

Audacia — société de gestion indépendante fondée en 2006, spécialiste de l’investissement en Private Equity — annonce ce mercredi 20 novembre la nomination d'une nouvelle Directrice de la Communication. Dans ce cadre, Eléonore de Rose (40 ans) est en poste depuis début novembre 2019.

Elle doit promouvoir les trois métiers d’investissement d’Audacia : capital développement (financement des PME-ETI), capital innovation (funds venture dédié aux technologies quantiques), et capital élévation (fonds immobilier dédié au financement de résidences de Coliving).

Focus sur le parcours d'Eléonore de Rose

Eléonore de Rose

Diplômée de droit à Paris II - Assas et de l’Institut Français de Presse, c’est aux relations presse de Benetton France, puis en tant que Responsable de l’information économique du Medef auprès de Laurence Parisot, que cette communicante fait ses classes.

En 2011, elle part pour Madrid où elle met sa plume notamment au service de l’agence Nota Bene avant de revenir à Paris en 2016 en tant que Concepteur-Rédacteur. Son arrivée chez Audacia est un retour à son cœur de métier : la stratégie de communication.

Lire (2 min.)

BlackRock nomme un CIO

Ce nouveau poste contribuera à renforcer la présence de BlackRock sur l’un des marchés européens les plus importants, en étroite collaboration avec les équipes commerciales françaises, les équipes de spécialistes produits ainsi qu’avec le BlackRock Investment Institute dont Isabelle Mateos y Lago est Directrice Générale et Cheffe de la stratégie d’investissement. Avant de rejoindre BlackRock, Henri Chabadel était responsable Multi-Asset et Ingénierie Financière chez Groupama Asset Management. Il a rejoint Groupama AM en 2008, où il a occupé différentes fonctions dont celles de Responsable Solutions d’Investissement et Responsable de Sigma Management (Absolute et Total Return). De 2002 à 2008, Henri Chabadel a travaillé chez HSBC Banque Privée, où il était Responsable de la Gestion des Risques, puis gestionnaire de portefeuille Multi-Asset. Il a débuté sa carrière à l’Inspection Générale de la Société Générale en 1998. Henri Chabadel est diplômé de l'Ecole Nationale Supérieure des Mines de Paris.
Lire (1 min.)

IA : LFDE lance « Echiquier Artificial Intelligence »

Elle sera commercialisée à compter du 19 juin au Luxembourg, en France d'ici la fin du mois de juin, puis à travers l'Europe. La Financière de l’Echiquier est ainsi la première société de gestion française à lancer un produit sur cette thématique de l’intelligence artificielle qui présente un très fort potentiel de croissance pour l’économie mondiale. Il s’agit d’un compartiment de la SICAV de droit luxembourgeois Echiquier Fund à destination des clients particuliers et professionnels dans une approche de diversification de leurs investissements. La gestion sera assurée par Rolando Grandi, également co-gérant du fonds Echiquier World Equity Growth et responsable du fonds FCM Robotique au sein de la gamme actions internationales et thématiques de LFDE, enrichie par ce nouveau produit.

IA : des développeurs aux infrastructures

Cette stratégie repose sur des convictions fortes du gérant fondées sur une approche de stock picking. Son univers est composé de toutes capitalisations boursières sur quatre segments : les développeurs d’IA, les utilisateurs adoptant ces technologies, les infrastructures dans lesquelles l’IA se déplace et enfin les entreprises qui développent des capacités sensorielles pour l’IA (vision, radars, capteurs). Selon Rolando Grandi, gérant actions internationales et thématiques : « D’ici à 2030, l’Intelligence Artificielle devrait ajouter 13 500 milliards d’euros à l’économie mondiale, soit l’équivalent économique de l’Union européenne. Ce marché en plein essor qui est en train de bouleverser nos modes de vie présente un potentiel de croissance indéniable. » « Nous sommes très heureux de proposer à nos clients et partenaires la possibilité d’investir sur cette thématique d’avenir qui offre de très nombreuses opportunités pour toutes les entreprises et tous les secteurs de l’économie, mais également aux épargnants sur une thématique de diversification nouvelle », commente Didier Le Menestrel, Président de La Financière de l'Echiquier.
Lire (2 min.)