Marchés financiers : le doute va-t-il rattraper les investisseurs ?

Esty Dwek
Depuis avril dernier, les marchés financiers connaissent un rebond. Cette semaine, des doutes sont apparus sur les perspectives d'un remède contre le coronavirus. En période de déconfinement, comment réagissent les investisseurs ? Le retour de la prudence peut-elle affecter la relance économique ? Les explications d'Esty Dwek, responsable des stratégies de marché de Natixis Investment Managers Solutions.
Lire (4 min.)

Le Tchat du Cofi – Alexandre Taïeb, Sycomore AM : « Les banques représentent une opportunité »

Pendant le confinement, Le Courrier Financier vous présente son format vidéo « Le Tchat du Cofi ». En pleine crise du coronavirus, comment investir sur les marchés financiers ? Quels sont les secteurs qui profiteront de la reprise et quels sont ceux à éviter ?
Voir (<1 min.)

Sweetwood Ventures lance son fonds de fonds israélien de 70 millions de dollars

Sweetwood Ventures — branche capital-risque de Sweetwood Capital — annonce ce mardi 28 avril la clôture finale de son premier fonds de fonds israélien de capital-risque de 70 millions de dollars. Le fonds associe des investissements primaires et secondaires dans des fonds israéliens de capital-risque de premier plan avec des co-investissements directs dans des startups identifiées comme prometteuses.

Objectif, ouvrir aux investisseurs européens un accès aux startups technologiques israéliennes les plus prometteuses. Basé en Israël, le fonds est domicilié au Luxembourg. Il est soutenu par plusieurs investisseurs institutionnels et privés — notamment une banque privée belge — ainsi que des Family Office européens, notamment belges et luxembourgeois.

Croissance malgré le Covid-19

« Notre fonds engage des capitaux auprès des meilleurs gestionnaires de capital-risque israéliens sur une période de 3 ans. Les fonds sous-jacents eux-mêmes investissent généralement sur une période initiale de 3 ans. Cette approche d'investissement multicycle nous permettra de bénéficier de la probable vague de baisse des valorisations due à la crise du Covid-19 et aux opportunités attractives qui se présenteront sur les marchés secondaires », déclare Samuel Cohen Solal, Associé Gérant de Sweetwood Ventures.

« Depuis 18 mois, nous investissons à travers notre premier fonds et nous nous sommes engagés auprès de cinq nouveaux fonds de capital-risque ainsi qu'auprès d'une position secondaire et avons réalisé un co-investissement direct. Nous sommes impatients de la croissance de notre portefeuille dans les années à venir », ajoute Amit Kurz, associé de Sweetwood Ventures.

Développement technologique

« Beaucoup de nos investisseurs européens reconnaissent le potentiel qu'a Israël à développer des entreprises technologiques révolutionnaires, et nous sommes fiers d'être reconnus comme l'un des principaux points d'accès à l'écosystème du capital-risque israélien », a déclaré Manuel Sussholz, Associé Gérant de Sweetwood Ventures.

Selon IVC — société de recherche technologique de référence en Israël — les startups israéliennes ont levé, en 2019, un montant de 8,2 milliards de dollars, tandis que les fusions ou acquisitions et les IPO des startups israéliennes représentaient 21,7 milliards de dollars. Au cours du premier trimestre de 2020, les startups israéliennes ont levé un montant record de 2,7 milliards de dollars, malgré le ralentissement survenu en mars.

Lire (3 min.)

AMF : coronavirus, comment se comportent les particuliers en bourse ?

En cette période de Covid-19, l’Autorité des marchés financiers (AMF) publie ce lundi 27 avril une étude sur le comportement des particuliers en bourse. Les circonstances actuelles exceptionnelles sont synonymes de forte volatilité sur les marchés actions. L'AMF a observé une activité très soutenue entre le 24 février et le 3 avril dernier. Plus de 150 000 nouveaux investisseurs sont intervenus sur les valeurs appartenant à l’indice SBF120.

MIF2, des données plus fines

Chargée de veiller au bon fonctionnement des marchés financiers, l’AMF les suit de près dans leur ensemble. En parallèle, elle assure une veille des tendances et des comportements des différents intervenants. A la suite des forts mouvements de marchés observés courant mars dans le contexte de crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19, le régulateur s'est penché sur le comportement des investisseurs particuliers durant cette période.

Pour son analyse, l’AMF s’est appuyée sur les données fournies par les établissements financiers français et leurs succursales à l’étranger dans le cadre du reporting des transactions. Depuis l’entrée en application du cadre révisé sur les Marchés d’instruments financiers (MIF2), ce reporting est plus détaillé et permet au régulateur une analyse plus fine.

Quel profil d'investisseur ?

L’étude permet ainsi de constater que si, au tout début de la chute des cours à partir du 24 février, les transactions réalisées par les investisseurs particuliers ont été synonymes de ventes nettes sur la première semaine, le solde est devenu positif dès la semaine suivante. Il l’est resté durant cinq semaines d’affilée jusqu’au 3 avril (date de fin de l’étude).

Au total, sur ces cinq semaines, les achats d’actions françaises par des particuliers ont été multipliés par 4 par rapport à la période équivalente en 2019, pour un montant net total de 3,5 milliards d’euros, dans un marché lui-même marqué par des volumes multipliés par 3.

Si certains des particuliers étaient déjà actifs en bourse dans les mois qui ont précédé la crise liée au coronavirus, plus de 150 000 investisseurs ont fait leur entrée sur le marché, pour la première fois depuis janvier 2018. L’étude permet également de découvrir leur profil, différent de celui des investisseurs habituels tant en termes d’âge que de montants investis.  

Lire (3 min.)

FCPI : le 25e Fonds de la gamme Alto sera totalement remboursé à fin mai 2020

Eiffel Investment Group — gérant d’actifs spécialisé dans le financement des entreprises — annonce ce jeudi 4 juin avoir remboursé à 100 % aux investisseurs privés un nouvel FCPI de sa gamme Alto. Il s'agit du FCPI Alto Innovation 10, qui affiche une performance finale depuis l’origine de + 43,17 % hors réduction fiscale. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps.

Après cette liquidation, un total de 25 fonds aura été intégralement remboursé dans une gamme qui compte 44 fonds (FCPI-FIP-FCPR). « Notre équipe démontre la pertinence de sa stratégie d’investissement portée vers le financement à long terme des PME-ETI européennes et innovantes. Dans les prochains mois, nous enrichirons notre gamme accessible à nos partenaires et à nos investisseurs que nous remercions pour leur confiance. », précise Huseyin Seving, Directeur de la Distribution d’Eiffel Investment Group.

Tissu économique européen

Parmi les premiers acteurs du secteur à avoir remboursé des FCPI avec plus-value, les fonds de la gamme Alto effectuent chaque année des distributions aux investisseurs privés. Au total, ce sont près de 446 millions d’euros remboursés aux investisseurs depuis l’origine. L’équipe d’investissement démontre ainsi sa capacité et sa régularité à investir puis céder les participations de ses fonds, et rendre le capital aux souscripteurs.

La régularité des performances de la gamme Alto illustre la pertinence de la gestion pragmatique et innovante d'Eiffel Investment Group. L’équipe d’investissement de cette gamme travaille ensemble depuis plus de 10 ans. Elle déploie une approche de terrain afin de rencontrer des centaines de PME-ETI chaque année en France, en Allemagne, au Royaume Uni, en Scandinavie, et partout en Europe. Sa connaissance du tissu économique européen lui permet d’identifier et de sélectionner les leaders de demain.

Lire (2 min.)

AG2R La Mondiale accueille une nouvelle membre dans son Comité de direction

AG2R La Mondiale — spécialiste de la protection sociale et patrimoniale en France — annonce ce jeudi 4 juin l'arrivée d'une nouvelle membre de son Comité de direction. Isabelle Hébert (47 ans) rejoindra AG2R La Mondiale à compter du 29 juin 2020. Dans le cadre de ses nouvelles fonctions, elle sera en charge de la stratégie, du digital, du marketing et de la relation client.

Focus sur le parcours d'Isabelle Hébert

AG2R La Mondiale accueille une nouvelle membre dans son Comité de direction
Isabelle Hébert

Franco-suisse, Isabelle Hébert est Normalienne (École Normale Supérieure Paris-Saclay), diplômée de l’École Nationale de la Statistique et de l’Administration Économique (Ensaé) et titulaire d’un Diplôme d’Études Approfondies (DEA) d’économie. En 1999, elle débute sa carrière aux États-Unis. En 2005, elle poursuit son parcours au Moyen-Orient au sein des groupes d’assurance santé CIGNA Corporation et Aetna Inc.

Elle y occupe les postes de Directrice développement produits et innovation US, puis de Directrice stratégie et marketing international. En 2010, Isabelle Hébert est Directrice stratégie, innovation et marketing du Groupe Malakoff-Médéric. En 2013, elle devient Directrice générale adjointe assurance et membre du Comité exécutif du Groupe MGEN.

En 2017, elle est nommée Directrice générale du Groupe MGEN et Directrice des services innovants du Groupe Vyv dont elle est membre du Comité de Direction Générale Groupe. Isabelle Hébert est par ailleurs membre de l’association Parité Assurance.

Lire (2 min.)

Gestion active obligataire : profiter durablement des opportunités

Guillaume Truttmann
La crise sanitaire a profondément modifié les anticipations de début d’année sur les marchés financiers. Elle fut si soudaine et brutale qu’elle n’a fait, dans un premier temps, que très peu de distinction en termes de performances, affectant l’ensemble des classes d’actifs et des secteurs d’activité.
Lire (8 min.)

Transition énergétique : Tikehau Capital lance son premier fonds ELTIF avec Banca March en Espagne

Tikehau Capital — groupe de gestion d'actifs alternatifs et d'investissement — annonce ce jeudi 23 avril le lancement de son premier fonds d’investissement européen à long terme (« ELTIF - European Long-Term Investment Fund ») destiné à la clientèle privée de Banca March, en Espagne. Cette banque privée jouit d'un actionnariat 100 % familial, avec un siècle d'expérience dans l'investissement dans l'économie réelle, et plus de 10 ans de co-investissement dans des projets liés à l’économie réelle.

Ce fonds ELTIF consacré à la transition énergétique s'adressera à l’ensemble de la clientèle de Banca March, lui donnant accès à des investissements en Private Equity axées sur cette thématique. Il répliquera ainsi le fonds dédié à la transition énergétique de Tikehau Capital (créé en 2018 avec Total SA) dont la stratégie vise à offrir des rendements élevés tout en accélérant la transition vers une économie bas carbone.

Cibler les investisseurs privés

Le label européen ELTIF a été créé en 2015 à l’initiative des autorités européennes et s’applique aux fonds d’investissement alternatifs (FIA) avec l’objectif d’offrir des solutions de financement à long terme dans l’économie réelle. Ce fonds ELTIF — qui complète l'offre de Tikehau Capital — est destiné aux investisseurs institutionnels et privés européens ; plus particulièrement aux épargnants qui souhaitent investir dans des actifs à très long terme, dont des actifs non cotés comme le Private Equity.

Cette initiative fait suite à une analyse réalisée par Banca March et reflète sa volonté de co-investissement aux côtés de ses clients. Elle constitue la deuxième initiative de Tikehau Capital afin de répondre aux besoins des investisseurs privés. Tikehau Capital mène en effet depuis fin 2019 un partenariat réussi avec Fideuram - Intesa Sanpaolo Private Banking, première banque privée d’Italie.

ESG et transition énergétique

« Nous sommes fiers que Banca March s’associe avec nous pour satisfaire la demande de sa clientèle privée pour les investissements en Private Equity reposant sur une conviction forte en matière d’ESG. Favoriser la transition énergétique au travers d'une initiative à long terme pour créer de la croissance est primordial pour notre groupe », déclare Thomas Friedberger, Co-Chief Investment Officer et Directeur Général de Tikehau Investment Management

« Nous observons que la pandémie de Covid-19 renforcera et accélérera la transition vers un système énergétique plus durable. Le fonds de Transition Energétique de Tikehau Capital y contribue, en ayant un impact aujourd'hui tout en investissant dans des entreprises déjà rentables et actives sur ce segment en pleine croissance », ajoute Juan Antonio Roche, Head of Products Area chez Banca March.

Lire (3 min.)

L’Europe en réanimation

Karamo Kaba
Si des progrès dans la lutte contre le Coronavirus ont été enregistrés récemment dans plusieurs pays, ses effets apparaissent de plus en plus fortement dans les indicateurs d’activité. Cela n’est pas une surprise vu la durée de la période de confinement.
Lire (3 min.)

Cygne noir ou rhinocéros gris : les investisseurs auraient-ils dû anticiper l’épidémie de Covid-19 ?

L'équipe de gestion d'Aviva Investors
L’épidémie dévastatrice de coronavirus a relancé le débat sur les « cygnes noirs ». Le Covid-19 est-il vraiment un cygne noir ? Dans quelle mesure les investisseurs peuvent-ils s’assurer que leurs portefeuilles sont capables de résister à la soudaineté de chocs de ce type ? Les explications d'Aviva Investors avec Euan Munro, Directeur général, Mark Robertson, responsable des fonds multi-stratégies et Alistair Way, responsable des actions émergentes.
Lire (10 min.)

SCPI Vendôme Régions : Norma Capital réalise sa première acquisition en outre-mer (DROM)

Norma Capital — société de gestion de portefeuille — annonce ce vendredi 5 juin l’acquisition d’un actif immobilier de commerce pour le compte de la SCPI Vendôme Régions. Ce bien couvre une surface d’environ 1 000 m² louée par l’enseigne automobile Feu Vert. Situé à La Réunion, dans la ZAC du Portail à Saint-Leu, cet actif représente le premier investissement hors France métropolitaine de la SCPI.

« Clé de la maîtrise du risque, la grande diversité des secteurs d'activité et zone géographiques que couvre la SCPI Vendôme Régions, lui permet de disposer d’un portefeuille de locataires de grande qualité, assurant une stabilité et une régularité des résultats », indique Thibault Feuillet, Directeur commercial de Norma Capital.

Diversification sectorielle et géographique

Cet immeuble neuf a été livré en 2019. Il se situe dans la ZAC du Portail, une zone commerciale fortement prisée à La Réunion. Son locataire, Feu Vert, une entreprise spécialisée dans l’entretien et la vente d’accessoires automobiles. Il est lié par un bail de six ans fermes.

Proche du centre commercial qui accueille la locomotive E. Leclerc, ainsi qu’une trentaine d’enseignes — dont une jardinerie Gamm Vert, un centre de contrôle technique Autosur ou encore Naturalia —, l’actif immobilier bénéficie en outre d’une excellente visibilité depuis la route des Tamarins, axe très emprunté permettant de faire le tour de l’île.

Lire (2 min.)

Harmonie Mutuelle lance le fonds Harmonie Mutuelle Emplois France

Harmonie Mutuelle — spécialiste de la mutuelle santé — annonce ce vendredi 5 juin le lancement du fonds « Harmonie Mutuelle Emplois France » avec une enveloppe d’investissement de 200 millions d’euros. Objectif, accompagner les entreprises cotées et non cotées (TPE, PME et ETI) dans la création et la sauvegarde des emplois dans les régions. La société de gestion Eiffel Investment Group a été mandatée pour soutenir la démarche.

Entreprises et entrepreneurs

En 2019, Harmonie Mutuelle a validé sa stratégie d’impact territorial et a décidé d’y dédier 15 % de ses placements financiers — hors titres de participations et immobilier d’exploitation — soit 200 millions d’euros à travers deux poches :

  • une poche d’investissement dans les entreprises cotées, notamment les petites et moyennes capitalisations ;
  • une poche d’investissement dans les entreprises non cotées, notamment les ETI, PME et TPE.

Pour la poche cotée qui représente un investissement de 130 millions d’euros (obligations et actions), Harmonie Mutuelle a réalisé un appel d’offre afin d'en assurer la gestion. La mutuelle a sélectionné la société de gestion Eiffel Investment Group, spécialiste français de l'investissement dans les entreprises cotées et non cotées, et de l’impact investing.

La poche d’investissement non cotée représentera près de 70 M€, qui seront investis dans des fonds de dette privée et de capital investissement, ainsi que des plateformes de prêt, en ciblant notamment les TPE, PME et ETI françaises. Actuellement, 40 millions prévus sont déjà alloués, notamment dans des fonds d’investissement régionaux.

Emploi et impact positif

En tant qu’employeur de proximité — près de 7 000 salariés et représentants des adhérents, 230 agences et 70 sites administratifs — et partenaire privilégié de la protection sociale des entreprises (plus de 63 000 entreprises clientes sur l’ensemble du territoire), Harmonie Mutuelle revendique son ancrage local dans le tissu économique français.

Le fonds « Harmonie Mutuelle Emplois France » vise à participer à l’économie réelle en région et d’avoir un impact social positif sur la création et la sauvegarde d’emplois de qualité. Tout en appliquant sa politique ISR — exclusions tabac, armes charbon et controverses élevées, sélection des meilleures pratiques environnementales, sociales et de gouvernance — Harmonie Mutuelle finance les entreprises créatrices d’emplois.

Les entreprises françaises seront évaluées selon plusieurs critères : gouvernance, politique sociale, impact environnemental et relations avec les parties prenantes. Une mesure de l’impact potentiel sur l’emploi (création ou maintien sur les territoires) sera réalisée pour définir les choix d’investissements.

La mesure de l’efficacité de la stratégie de placement sera réalisée en termes d’information quantitative (en comparaison notamment de la croissance moyenne des emplois en France), mais également qualitative (notamment la proportion de CDI, mixité sociale, formation, absentéisme). Eiffel Investment Group s’appuiera à la fois sur ses analyses internes et sur les données produites par son partenaire Ethifinance.

Economie réelle et santé

La valeur comptable des actifs financiers d’Harmonie Mutuelle à fin 2019 s’élève à 2 026 M€. Une grande part des placements de la mutuelle sont investis au service de la santé de ses adhérents et de l’économie réelle :

  • l’investissement dans la santé, l’accompagnement et l’innovation pour 10,5 % avec par exemple VYV Invest (84 M€), les cliniques HGO et leurs murs (49,1 M€), Harmonie Services Mutualistes (35 M€), les murs des établissements de services de soins et d'accompagnement mutualistes(12 M€), Harmonie développement service (15 M€), HM VYV Innovation (4,6 M€) ;
  • l’investissement dans les territoires et le développement du tissu économique local pour 14,7 % — à travers son propre patrimoine immobilier dans les territoires et villes moyennes, ainsi que les investissements cotés ou non, en faveur de l’économie réelle. Par exemple, des investissements dans des banques régionales et de proximité (52 M€) et le fonds « Harmonie Mutuelle Emplois France ».

« La crise que nous vivons appelle à plus de solidarité et à une transformation de nos modes d’entreprendre, afin de concilier performance économique et impact social et environnemental. (...) La finance à impact renforce les moyens de l’économie contributive et y apporte des solutions efficaces pour lutter contre les fragilités sociales et territoriales », conclut Christophe Itier, Haut-Commissaire à l’Economie sociale et solidaire et à l’Innovation sociale.

Lire (4 min.)

Gestion privée : Angelsquare signe un partenariat avec Lazard Frères Gestion

Angelsquare — communauté d'investisseurs experts du capital d'amorçage — annonce ce lundi 9 mars son partenariat avec la Banque Privée de Lazard Frères Gestion. Ce rapprochement stratégique permettra à Angelsquare d'offrir aux entrepreneurs un accompagnement complémentaire sur la structuration patrimoniale et fiscale de leur patrimoine, lorsqu'une opération sur le capital est envisagée.

« Nous observons une accélération très forte du rythme des opérations de liquidités : il ne faut plus 15 à 20 ans, mais parfois 2 à 3 ans seulement pour vendre son entreprise. Les entrepreneurs se retrouvent parfois démunis face à des problématiques patrimoniales complexes. Nous souhaitons créer un lien très tôt avec eux, pour mieux les préparer », commente Emmanuelle de Lassus, Banquier Privé, chez Lazard Frères Gestion

Relier banque privée et startups

Ce partenariat se concrétisera à travers l'organisation d'événements réguliers, afin de permettre aux entrepreneurs de se rencontrer et d'échanger. Objectif, favoriser le partage d'expériences et de bonnes pratiques dans le but de favoriser la création de synergies favorables à la solidité et la pérennité des projets financés.

Depuis plus de 25 ans, Lazard Frères Gestion conseille ses clients privés sur la gestion de leur patrimoine, tant sur le plan juridique et fiscal que sur le plan de la gestion financière. A travers ce nouveau partenariat stratégique avec Angelsquare, la société de gestion veut renfocer ses liens avec l'écosystème startup.

« Nous aspirons véritablement à créer des passerelles entre deux mondes encore éloignés l'un de l'autre : celui de la banque privée et celui des startups. Deux mondes qui ont pourtant plus que jamais vocation à se rapprocher, à l'heure où l'écosystème startup croît et se consolide, s'affirmant chaque jour davantage comme un pilier de l'économie de demain », explique Charles Degand, Président et co-fondateur d'Angelsquare.

Lire (2 min.)

Investisseurs institutionnels : une étude BlackRock évalue le rééquilibrage des encours

Le gestionnaire d'actifs BlackRock — multinationale américaine — publie ce mardi 3 mars une note sur les résultats de son enquête annuelle sur le rééquilibrage des encours, « Rebalancing Survey 2020 » (en anglais). Cette étude a été menée auprès de 271 de ses grands clients institutionnels. Ils représentaient plus de 9 800 Mds$ d'actifs au quatrième trimestre 2019.

Cycle économique et baisse des taux

Les préoccupations concernant le cycle économique restent au premier plan. 53 % des clients ont déclaré que la possibilité d'un retournement de cycle est le premier (28 %) ou le deuxième (24 %) risque macroéconomique le plus important qui influence leurs projets de rééquilibrage et de répartition des actifs.

La baisse des taux est désormais un facteur clé pris en compte dans l’allocation. 42 % des clients ont cité la baisse mondiale des taux d'intérêt comme le premier (28 %) ou le deuxième (14 %) thème macroéconomique le plus important affectant leurs plans de rééquilibrage et de répartition des actifs.

Poussée vers les marchés privés

La poussée vers les marchés privés se poursuit. Plus de la moitié (55 %) des personnes interrogées indiquent qu'elles avaient l'intention d'augmenter les allocations aux actifs réels. 49 % prévoient d'accroître l'exposition à l'immobilier et 46 % cherchent à augmenter les allocations de capital-investissement. À l'échelle mondiale, le crédit privé restera au cœur des portefeuilles obligataires au cours de l'année prochaine.

Plus de la moitié (53 %) des personnes interrogées ont l'intention d'augmenter leurs allocations à ce secteur. Interrogées sur les difficultés d'allocation des capitaux aux marchés privés, un quart des personnes interrogées (24 %) soulignent le manque d’évaluations attrayantes, tandis que seulement 15 % assurent ne pas avoir de difficultés à déployer des capitaux aux marchés privés.

« Les résultats de l'enquête montrent que les clients cherchent à renforcer la résilience de leurs portefeuilles en augmentant leurs allocations à des risques moins corrélés. Cela peut aider à renforcer les portefeuilles contre les chocs des marchés boursiers et à offrir un solide potentiel de rendement à long terme », commente Mark McCombe, Chief Client Officer chez BlackRock.

L’ESG, un facteur dominant

L'ESG reste incontournable et devrait continuer à se développer. Au niveau mondial, 66 % des clients affirme qu'ils intégrent déjà les considérations ESG dans leur processus d'investissement, tandis que deux cinquièmes (38 %) de ceux qui ne le font pas encore explorent les moyens d'intégrer ces facteurs dans leurs allocations.

L'Europe est en tête en matière d’ESG. Dans la région EMEA, presque tous les répondants (91 %) mettent déjà en œuvre les facteurs ESG. Aux États-Unis et au Canada, un peu moins de la moitié (46 %) le font. Parmi ceux qui n'incluent pas l'ESG dans leurs investissements, 32 % ont cité comme facteurs limitants l'éventuelle remise en cause des rendements voire des rendements compromis, et 20 % évoquent un manque d'expertise.

« À mesure que les institutions prennent conscience des risques croissants liés au développement durable — en particulier le changement climatique — et de leurs effets sur les résultats des investissements, nous pensons que cela continuera à être un élément moteur des changements dans l’allocation des actifs dans les années à venir (...) Nous pensons que les thèmes de la résilience et de la durabilité vont devenir encore plus importants pour les clients à l'avenir », ajoute Mark McCombe.

Lire (4 min.)