State Street Global Advisors renforce son équipe SPDR ETF

Avant de rejoindre SSGA, Eve-Marie Bussiere exerçait la même fonction au sein de l’équipe iShares chez BlackRock pendant cinq ans. Auparavant, elle a occupé diverses fonctions chez RBS et BNP Paribas CIB à Londres.

Cette nomination s'inscrit dans la stratégie de développement de SSGA sur le marché des ETF en France et fait suite à l’arrivée de Ludovic Djebali début 2018.

Pionnier dans le lancement des ETF, SPDR est le 3ème fournisseur mondial avec 635 milliards de dollars d’encours sous gestion.

Vous aimerez aussi

https://www.lecourrierfinancier.fr/asset-management/breve/state-street-nomme-nouvelle-directrice-financiere-emea-10494
Lire (1 min.)

Marchés : la grande divergence

Stéphane Déo
Si 2017 s'est révélée une année florissante pour les marchés, qu'en sera-t-il pour 2018 ? Comment expliquer la divergence ?
Lire (2 min.)

L’AFG et l’AMAFI publient un Guide sur les produits financiers ESG

Les thématiques environnementales, sociales ou de gouvernance (ESG) sont un sujet de préoccupation au cœur du développement actuel de l’économie. Elles suscitent non seulement l’intérêt croissant des investisseurs mais aussi la recherche par les adhérents de l’AFG et de l’AMAFI de solutions adaptées permettant de répondre à cet intérêt.

C’est dans cette perspective que l’AFG et l’AMAFI ont mis en place le Guide dans le cadre d’échanges avec l’AMF.

Lire (<1 min.)

Un printemps propice à l’investisseur

Igor de Maack
Les marchés sont entrain de traverser la période de publication du premier trimestre sans véritable encombre. En Europe les effets change sont toutefois terribles et peuvent facilement enlever plus de 5% de croissance de chiffre d’affaires. Certes, le premier trimestre 2018 est celui qui souffre de l’effet de base le plus défavorable.
Lire (1 min.)

La Française et Finaveo Partenaires finalisent la cession de CD Partenaires

Le Groupe La Française et Finaveo Partenaires — qui réunit conjointement Apicil Prévoyance, OFI Advisers et Groupe Crystal — annoncent ce lundi 18 mars être entrés en discussions exclusives en vue de la cession de CD Partenaires. La plateforme patrimoniale en architecture ouverte — qui propose une large gamme de produits et de services financiers — représente un total d’encours d’environ 2,8 milliards d’euros.

CD Partenaires est issue du rapprochement de Cholet Dupont Partenaires et d’UFG Courtage. Sa vente à Finaveo Partenaires reste soumise à la réalisation de certaines conditions et au respect de procédures d’information et de consultation des salariés. EY Corporate Finance est intervenu comme conseil du Groupe La Française dans le cadre de la transaction.

Accélérer le développement de CD Partenaires

« Avec Finaveo Partenaires, dont nous connaissons très bien la direction et les actionnaires, nous avons trouvé le partenaire qui va permettre l’accélération des développements de la plateforme CD Partenaires », précise Patrick Rivière, Directeur Général du Groupe La Française.

« Cette opération confortera davantage encore la position d’acteur de référence de Finaveo Partenaires sur le marché des services aux professionnels du conseil en investissement, avec un volume d’environ 5 milliards d’euros administrés », ajoute Bruno Narchal, Président du Groupe Crystal.

Lire (2 min.)

L’UBP lance une nouvelle stratégie de crédit « long/short »

L’Union Bancaire Privée — UBP SA (« UBP ») basée en Suisse — annonce ce lundi 18 mars le lancement d’une nouvelle stratégie sur sa plateforme alternative UCITS, baptisée U Access (IRL) GCA Credit Long/Short UCITS. Ce fonds de crédit « long/short » est lancé en partenariat avec Global Credit Advisers (« GCA »), société de gestion alternative basée à New York. La société GCA assurera la gestion du nouveau fonds, notamment grâce à l'expertise de son CIO et Cofondateur, Steven Hornstein.

Steven Hornstein dispose d'une solide expertise en crédit corporate « long/short » sur le segment alternatif. Il a travaillé plus de 18 ans dans ce domaine chez Donaldson, Lufkin & Jenrette Inc. (DLJ). Il a aussi exercé l'activité de gérant de portefeuille auprès de deux hedge funds, avant de lancer la société GCA en 2008.

Base de données et analystes expérimentés

Le nouveau fonds UCITS repose sur une stratégie de crédit corporate « long/short » gérée activement, et centrée principalement sur les obligations « investment-grade » et « high yield », ainsi que sur la dette « distressed ». La stratégie suit un processus de recherche fondamentale, qui s’appuie sur une base de données établie sur plusieurs décennies, mais aussi sur une équipe d’analystes très expérimentés en matière de crédit corporate.

« Selon nous, à ce stade du cycle, il existe de nombreuses opportunités pour une stratégie de crédit long/short », déclare Nicolas Faller, Co-CEO de la division Asset Management de l’UBP. Steven Hornstein ajoute « nous avons, ces dix dernières années, démontré notre capacité à gérer avec succès notre stratégie de crédit long/short ». De quoi étendre l'offre avec un format UCITS, tout en étoffant la gamme de produits de l’UBP.

Lire (2 min.)

J.P. Morgan AM lance trois nouveaux ETF obligataires

Après le lancement de deux ETF dits « alternatifs liquides », les trois ETF obligataires ci-dessous viennent renforcer la gamme existante :

  • JPMorgan ETFs (Ireland) ICAV – USD Ultra Short Income UCITS ETF [JPST]
  • JPMorgan ETFs (Ireland) ICAV – USD Emerging Markets Sovereign Bond ETF [JPMB]
  • JPMorgan ETFs (Ireland) ICAV – BetaBuilders Eur Govt Bond 1-3yr UCITS ETF [JE13]

« Nous continuons de nous appuyer sur le meilleur des ressources de J.P. Morgan pour faire évoluer notre activité ETF et offrir notre expertise d’investissement existante à nos clients sous forme d’ETF. Les investisseurs montrent un fort intérêt pour la gestion active et les stratégies obligataires smart mais aussi pour des stratégies moins corrélées aux marchés leur permettant ainsi de naviguer dans des environnements volatils. Par ailleurs, les investisseurs européens adhèrent de plus en plus à la liquidité, la transparence et le rapport coût / efficacité des ETF en cherchant à construire des portefeuilles plus robustes », déclare Bryon Lake, Directeur international ETF.

  • L’ETF JPMorgan USD Ultra Short Income UCITS [JPST], géré par l’équipe J.P. Morgan Global Liquidity Managed Reserves, a pour objectif d’offrir une exposition diversifiée aux obligations de très courte maturité et aux instruments de dette dans l’univers des obligations d’entreprise et d’État notées investment-grade. Cette stratégie adoptera une approche conservatrice afin de réduire la volatilité et limiter l’exposition à la duration. L’ETF vise en effet une duration en portefeuille de moins d’un an. Cette stratégie, qui peut investir dans tous les secteurs, va d’abord se concentrer sur le crédit corporate et investment-grade. Elle vise un rendement supérieur aux fonds monétaires avec un ratio du total des frais (TER) pouvant aller jusqu’à 22 points de base, ramenés à 18 points de base jusqu’au 28 février 2021.
  • L’ETF JPMorgan USD Emerging Markets Sovereign Bond [JPMB] a pour objectif de suivre les performances de l’indice obligataire JPMorgan Emerging Market Risk-Aware Bond, nouvellement créé par l’équipe Quantitative Beta Strategies (QBS) et publié par la banque d’investissement de J.P. Morgan. Dérivé de l’indice vedette JPMorgan EMBI Global Diversified, JPMB offre une exposition à la dette souveraine émergente libellée en dollar US. Cet ETF a pour objectif de suivre le benchmark et vise un TER pouvant aller jusqu’à 39 points de base.
  • L’ETF JPMorgan BetaBuilders Eur Govt Bond 1-3yr UCITS [JE13] vise à suivre l’indice JPMorgan EMU Government Bond 1-3 Year et aura un TER pouvant aller jusqu’à 10 points de base. La gamme beta builder de J.P. Morgan Asset Management offre une exposition précise à des secteurs stratégiques et spécifiques du marché.

Pour rappel, J.P. Morgan Asset Management a largement étoffé son activité ETF au cours des derniers mois en nommant Olivier Paquier au poste de Responsable de la distribution d’ETF pour l’Europe Continentale et Ivan Durdevic au poste de Responsable de la distribution d’ETF pour la Suisse en janvier 2018. John Adu et Tom Stephens ont été recrutés en septembre 2017, respectivement aux postes de Responsable de la distribution d’ETF pour le Royaume-Uni et Responsable des marchés de capitaux ETF, et Bryon Lake est devenu Directeur international ETF en mars 2017. Bryon Lake, John Adu, Tom Stephens et Olivier Paquier sont basés à Londres, Ivan Durdevic est lui basé en Suisse.

 
Lire (3 min.)

Le pétrole au secours de la « value »

Benoît Peloille
Comme chaque année, le style « value » démarre l’année en tête, tiré cette fois par l’automobile, les matières premières et les banques. Et comme chaque année, la question se pose de savoir si ce début de rotation est soutenable.
Lire (3 min.)

Amundi ETF affiche 50% de croissance organique en 2017

Amundi ETF, un des fournisseurs européens d’ETF leaders du marché, annonce des encours sous gestion en 2017 de 38 milliards d’euros, grâce à des flux records dépassant les 10 milliards d’euros.
Lire (3 min.)

« Trop tôt pour vendre »

Warin Buntrock
La publication d’excellents résultats par les entreprises, l’espoir toujours présent de la réforme fiscale aux Etats-Unis et la normalisation de la politique de la Fed dans un contexte économique favorable ont enrayé, dès septembre, la correction des marchés et la chute du dollar.
Lire (3 min.)

Ardian accompagne Eloquant dans sa croissance en France et à l’international

Ardian — acteur mondial de l’investissement privé — annonce ce lundi 18 mars avoir pris une participation minoritaire au capital d’Eloquant — éditeur de logiciels en mode SaaS et spécialiste en gestion de la relation client multicanale — dans le cadre d'une opération d’OBO aux côtés de ses investisseurs historiques et du management.

Vers une stratégie de croissance externe active

Créée en 2001 à Grenoble, Eloquant compte dans son portefeuille client des ETI et des grands groupes avec une activité BtoB ou BtoC. L’opération vise à soutenir la dynamique commerciale de la société. Objectif, poursuivre une stratégie de croissance externe active en France et à l’international. « Nous avons entamé un nouveau cycle de croissance fondée sur notre capacité d’innovation et la réalisation de croissances externes ciblées », précise Laurent Duc, PDG d’Eloquant.

Romain Chiudini, Chef de projet chez Ardian Growth, ajoute : « Eloquant a prouvé la pertinence et la valeur de son offre sur le marché français avec l’ambition de s’imposer à l’international. C’est le bon moment pour Ardian Growth de rejoindre l’équipe entrepreneuriale pour accélérer la croissance, en particulier avec des acquisitions en Europe. »

Lire (1 min.)

Critères ESG : les PRI et le CFA Institute analysent les meilleures pratiques

Le CFA Institute et les Principes pour l’Investissement Responsable (PRI) publient ce lundi 18 mars leur 3e rapport sur l’intégration des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans le monde. Plus d'une vingtaine d'ateliers ont été organisés à travers le monde, et 1 100 professionnels de la finance interrogés. L'enquête s’appuie aussi sur de précédents travaux, publiés en septembre 2018.

Le nouveau rapport — « ESG Integration in Europe, the Middle East and Africa : Markets, Practices and Data » (en anglais) — se penche sur la région Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA) et analyse notamment 8 grands marchés. Parmi eux figurent l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni, l’Afrique du Sud et les pays du Golfe. Le 4e et dernier rapport de cette série, couvrant la région Asie-Pacifique, sera publié dans le courant de l’année 2019.

Quelles conclusions tirer de ce nouveau rapport ?

  • Il n’existe pas de « solution miracle » ni de pratiques uniformes permettant et facilitant l’intégration des critères ESG.
  • Les investisseurs devraient se concentrer davantage sur l’analyse plutôt que sur l’investissement ESG. L'analyse ESG constitue un élément fondamental de l’analyse des investissements. Elle exige une approche disciplinée et basée sur des données pour être pleinement intégrée dans le processus d’investissement.
  • Bien que les gérants de portefeuille et les analystes intègrent souvent les facteurs ESG dans leur processus d’investissement, ils ajustent rarement leurs modèles en fonction des données ESG.
  • La gestion des risques et la demande des clients constituent les principaux moteurs de l’intégration des critères ESG. En revanche, une faible compréhension des problématiques ESG et l’absence de données ESG comparables restent les principaux freins à cette intégration des critères ESG.
  • La gouvernance est le principal critère ESG que les investisseurs intègrent dans leurs processus, même si les critères environnementaux et sociaux prennent de l’ampleur.
  • L’intégration des critères ESG est beaucoup plus avancée dans l’univers des actions que dans l’univers des obligations.

Focus sur le marché français

Le nouveau rapport consacre une large section à l’intégration des critères ESG sur le marché français. Dans l'Hexagone, la gouvernance d’entreprise reste l’enjeu ESG le plus intégré dans le processus d’investissement, à la fois pour les actions et les obligations. Cependant, les répondants à l'enquête estiment que les facteurs environnementaux devraient dépasser le sujet de gouvernance d’ici à 2022. Selon eux, les sujets environnementaux affecteront principalement les actions et les obligations d’entreprise.

Par ailleurs, comme dans la plupart des autres marchés, la demande des clients et la gestion des risques constituent les principaux moteurs de l’intégration des facteurs ESG. D'après les répondants à l'enquête, les évolutions réglementaires devraient gagner une influence croissante en France, plus que dans les autres marchés.

Servir d'exemple aux investisseurs du monde entier

« La zone EMEA est la région où l’intégration des critères ESG est la plus sophistiquée, de nombreux analystes et investisseurs institutionnels en Europe faisant même figure de pionnier en intégrant ces facteurs ESG depuis de nombreuses années. Nous espérons que ce rapport, ainsi que les autres rapports de la série, pourront offrir des conseils et des lignes directrices aux investisseurs et analystes du monde entier », explique Paul Smith, Président et Directeur général du CFA Institute.

Lire (5 min.)

Faut-il investir dans la dette émergente?

Michael Hood
La dette émergente (EMD) a bien performé en 2017. Elle reste attractive comme élément de portefeuilles multi-actifs. Les fondamentaux des marchés émergents étant dans l’ensemble stable et leurs valorisations un peu moins chères que le crédit U.S.
Lire (3 min.)

Tout ne va-t-il pas trop bien madame la marquise ?

Philippe Crevel
Depuis le début de l’année, une douce euphorie semble gagner les milieux économiques. La bonne orientation des indices de confiance au sein de l’Union européenne semble prédire un affermissement de la croissance économique. L’amélioration du niveau de confiance s’illustre également par les bons résultats des indices boursiers tant aux États-Unis qu’en Europe. En s’appuyant sur ces bons indices, l’INSEE, dans ses dernières prévisions, parie sur un taux de croissance de l’économie française de 0,3 % pour le 1er trimestre et de 0,5 % pour le 2e.
Lire (3 min.)