Les « Deep Tech », la nouvelle terre promise ?

Philippe Crevel
Au sein du monde des start-up, la mode est au « deep tech ». Cet acronyme signifie "deep technological innovations" et désigne les entreprises intervenant dans le secteur des technologies de pointe issues de la recherche fondamentale.
Lire (7 min.)

Momentum - Les marges de manoeuvre de Mme Merkel

Face à Donald Trump, l'Union européenne affiche un front dispersé, même si elle dispose de certaines cartes dans son jeu. Mme Merkel reste le leader de l'Union, tant qu'elle demeure leader de son pays. Notre expert Waldemar Brun-Theremin vous livre son analyse dans ce nouveau Momentum, votre incontournable rendez-vous financier !
Voir (<3 min.)

États-Unis : la menace protectionniste

Philippe Crevel
Donald Trump a annoncé, le 24 mai dernier, l’application de droits de douane de 25 % sur les véhicules étrangers en vertu de la section 232 de la loi sur le commerce de 1962 autorisant la mise en place de protections commerciales au nom de la « sécurité nationale » des États-Unis. Ce même texte a été mis en œuvre pour l’instauration des taux de 25 et 10 % sur l’acier et l’aluminium en mars dernier.
Lire (2 min.)

L’Europe est-elle incapable de participer à la nouvelle économie ?

Jean-Pierre Thomas
Pas de Google, pas de Facebook, pas de Netflix, pas d’Alibaba ou de Tacent européen… Ce constat semble souligner l’incapacité du vieux continent de participer activement à la nouvelle économie.
Lire (2 min.)

L’ACPR/AMF lancent une consultation sur les investisseurs vulnérables

Dans un contexte de vieillissement démographique et de mutation digitale du secteur financier, le Pôle commun présente un état des lieux général des pratiques de commercialisation des produits financiers aux personnes âgées : besoins et difficultés éventuelles, mécanismes de protection et usages du marché. Le rapport vise à constituer une première base de réflexion et à ouvrir le débat, par le biais d’un appel à contributions, sur une série de questions-clés.

L’objectif est de trouver, en collaboration avec les consommateurs, les professionnels et les acteurs du vieillissement, les moyens d’identifier les bonnes pratiques de commercialisation à l’égard des personnes vieillissantes et vulnérables, au regard notamment de difficultés cognitives. L’ambition de ces travaux est double : s’assurer qu’un conseil adapté est délivré par les professionnels et qu’un consentement éclairé est donné par cette clientèle lors de la souscription de produits financiers.

L’ACPR et l’AMF invitent toutes les personnes intéressées à envoyer leurs contributions, qui nourriront les réflexions du Pôle commun pour la suite des travaux en 2019.

 
Lire (1 min.)

Janus Henderson lance un fonds sur la thématique des biotechs

Cette SICAV de droit luxembourgeois investira dans des sociétés innovantes du secteur de la biotechnologie, ou des sociétés liées à ce secteur, en ciblant plus particulièrement celles qui apportent une réponse aux importants besoins médicaux non satisfaits à travers le monde. Ce fonds ciblera les sociétés visant un développement de long-terme au sein d’un secteur très innovant et en rapide croissance.

Le nouveau fonds biotech de Janus Henderson sera co-géré par Andy Acker et Dan Lyons qui disposent, à eux deux, de plus de 40 ans d’expérience en matière d’investissement sur le secteur de la biotechnologie. Le fonds sera géré par une équipe d’experts issus du milieu scientifique et bénéficiera du soutien du reste de l’équipe d’investissement spécialisée dans le domaine de la santé de Janus Henderson.

Andy Acker constate : « Le rythme des progrès s’accélère dans l’industrie de la biotechnologie, ce qui signifie que les avancées médicales surviennent beaucoup plus rapidement. La FDA a, depuis le début de l’année, approuvé 55 nouvelles thérapies, établissant ainsi un record historique. Notre processus met l’accent sur les moteurs opérationnels et scientifiques essentiels à l’atténuation des risques et à l’identification des opportunités dont regorge ce secteur dynamique. »

Lire (1 min.)

Technologie : une surperformance soutenable des GAFA ?

Gilles Constantini
Après de nombreuses années de surperformance de la technologie, certains titres du NASDAQ manifestent nervosité et volatilité depuis 1 mois. Le secteur Technologie représente désormais 24% de la cote américaine. Tiré par les GAFA et des innovations structurantes, le secteur est surpondéré dans de nombreux portefeuilles. L’hégémonie de la Technologie a-t-elle atteint un pic ?
Lire (3 min.)

Cambridge Analytica : le petit Mark Zuckerberg devant le Sénat

Comme un chenapan pris la main dans le sac, Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, a été convié au Sénat ce mardi, afin de présenter ses excuses et répondre aux interrogations des sénateurs américains. Si le réseau social soulève de nombreuses inquiétudes depuis quelques années, c'est le scandale Cambridge Analytica, une société accusée d'avoir exploiter les données personnelles des utilisateurs du réseau à des fins d'influence politique, qui a fait déborder le vase. L'exercice a donc été l'occasion d'interroger le jeune patron sur son modèle économique, et sa viabilité. Jusqu'à la prochaine bêtise ?
Lire (<1 min.)

Momentum - Twist again à Davos

Davos n'est qu'un révélateur des tendances qui traversent le capitalisme : gouvernance d'entreprise, crise du salariat, toute puissance des GAFA, finance de l'ombre... Les lignes n'attendent pas la prise de conscience des élites mondialisées pour bouger. Notre expert Waldemar Brun-Theremin vous livre son analyse dans ce nouveau Momentum, votre incontournable rendez-vous financier !
Voir (<4 min.)

Momentum - Vers l'éclatement d'Internet ?

De la fin de la neutralité de l'Internet qui rebat les cartes en faveur des opérateurs télécoms, en passant par le rêve libertarien du Bitcoin porteur de richesses et de drames, nous n'en sommes qu'au début des bouleversements du monde de l'Internet. Ces évolutions ne freinent pas l'ascension des valeurs technologiques. Notre expert Waldemar Brun-Theremin vous livre son analyse dans ce nouveau Momentum, votre incontournable rendez-vous financier !
Voir (<3 min.)

Tikehau IM réalise le premier closing du fonds T2 Energy Transition Fund

Aujourd’hui, pour répondre aux défis du dérèglement climatique, les besoins d’investissement sont estimés par l’Agence Internationale de l’Énergie à 60 000 milliards d’euros pour les deux prochaines décennies. Dans ce contexte, T2 Energy Transition Fund a vocation à soutenir les acteurs européens de la transition énergétique de taille intermédiaire dans leur développement, leur transformation et leur expansion, notamment internationale.

Les investissements du fonds se concentreront sur les entreprises évoluant dans trois secteurs déterminants pour la transition énergétique :

  • La production d’énergies propres : mise en œuvre de solutions pour la diversification du mix énergétique, projets de production d’énergie à partir de ressources non carbonées.
  • La mobilité bas-carbone : développement d’infrastructures visant à accueillir les véhicules électriques, essor d’équipements et de services liés à la mobilité bas carbone et évolutions liées à l’utilisation du gaz naturel dans les transports en remplacement du diesel et du fuel marine.
  • L’amélioration de l’efficacité énergétique, du stockage et de la digitalisation : recherche et mise en œuvre de solutions pour le déploiement et l’optimisation du stockage d’énergie, optimisation de la consommation énergétique des bâtiments et des entreprises.

Un modèle opérationnel différenciant 

Née de la coopération entre Tikehau Investment Management et Total, le fonds T2 Energy Transition Fund a un modèle opérationnel différenciant qui s’appuie sur l’expertise de l’équipe d’investissement de Tikehau Investment Management tout en bénéficiant de l’expertise sectorielle et du réseau international de Total.

Le fonds dispose ainsi de 350M€ à l’issue de ce premier closing. Convaincus par le positionnement du fonds, Bpifrance et Groupama, investisseurs de références, ont souhaité rejoindre dès le premier closing les sponsors : Tikehau Capital et Total.

Lire (2 min.)

Euskal Herria, le premier FCPR de Newfund dédié aux start-up de la région Aquitaine

Newfund NAEH investira entre 150.000 euros et 500.000 euros dans des entreprises en phase de lancement qui réalisent un début de chiffre d’affaires, avec l’objectif d’en faire de futurs champions. Les start-up bénéficieront d’un accompagnement local grâce au soutien du réseau de souscripteurs bien implantés dans le tissu économique de la région. Agathe Descamps, docteur en droit des sociétés, sera la correspondante de Newfund en région.

Ces entreprises seront soutenues par l’équipe Newfund qui, depuis 10 ans, a investi dans plus de 80 start-up. Newfund connaît bien la région pour y avoir investi à plusieurs reprises et pour compter le Conseil Régional parmi ses souscripteurs depuis 2008.

Newfund est également présent aux Etats-Unis dans la Silicon Valley. Il mettra à disposition son savoir-faire en matière de déploiement aux Etats-Unis lorsque c’est pertinent pour les sociétés les plus ambitieuses du portefeuille Newfund NAEH.

De l’investissement subi à l’investissement choisi

Pour les investisseurs, Newfund NAEH est un produit d’un genre nouveau. En effet, la fin de l’Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), et de la niche fiscale qui lui était liée, a libéré un espace d’investissement. Au lieu d’investir dans les anciens « fonds ISF » pour bénéficier de l’avantage fiscal, le souscripteur investit dans Newfund NAEH pour la performance d’un fonds géré de façon professionnelle sans « carotte fiscale » à l’investissement.

Lire (1 min.)

Foot à lier ?

Didier Le Menestrel
La tranquillité relative qui a régné sur la Bourse ces dernières semaines a permis au plus grand nombre de suivre un marché bien plus agité : celui des transferts de joueurs de foot. Le ballon rond s'est installé tout l'été à la une des médias, actualité financière incluse, grâce à l'impressionnante envolée du prix des footballeurs.
Lire (3 min.)

Les GAFAM monopolisent la cote

La capitalisation boursière des GAFAM - Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft - représente aujourd'hui 2995 milliards d'euros, soit plus que le PIB de la France en 2017 (2420 milliards d'euros). Une importance qui devient écrasante pour les autres valeurs technologiques, et rend difficile l'entrée dans ce club fermé. Si certains observateurs continuent de craindre une bulle portée par ces acteurs de l'économie immatérielle, d'autres pointent du doigt leur faible contribution en termes d'emplois créés... Les GAFAM, ou le grand coup de poker du siècle ?
Lire (<1 min.)