Immobilier : quelles perspectives pour les courtiers ?

Christelle Molin-Mabille & Didier Kling
L'immobilier reste une classe d'actifs plébiscitée par les consommateurs français en 2019. Dans ce contexte, les courtiers gardent plusieurs atouts dans leur manche à l'heure où leur profession se dirige vers l'autorégulation. Christelle Molin-Mabille — Présidente de la Chambre Nationale des Conseils Intermédiaires en Opérations de Banque — et Didier Kling — Président de la Chambre Nationale des Conseils Experts en Immobilier Patrimonial — partagent leur analyse.
Lire (4 min.)

Loi Pacte : la transférabilité de l’assurance vie devrait doper l’épargne retraite

Olivier Grenon-Andrieu
Fraîchement adoptée par les députés, la loi Pacte va transformer en profondeur le marché de l'épargne français. La loi prévoit une transparence accrue, une transférabilité sous conditions et quelques dispositions spécifiques pour l'épargne salariale. Quels bénéfices l'épargnant peut-il tirer de ces nouvelles règles ? Olivier Grenon-Andrieu, Président du Groupe Equance, partage son analyse.
Lire (6 min.)

Avril 2019 : le Livret A inoxydable

Philippe Crevel
En règle générale, le mois d'avril se révèle favorable à la collecte sur le Livret A. En 2019, ce produit d'épargne à succès bat de nouveaux records. Les Français se méfient de la conjoncture et préfèrent conserver d'importantes liquidités. Quelles perspectives se dessinent pour fin 2019 ? Philippe Crevel, Directeur du Cercle de l'Epargne, partage son analyse.
Lire (3 min.)

Guerre commerciale : le secteur industriel occupe une place centrale

Johannes Muller
L'industrie revient sur le devant de la scène économique. Les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, avec les hausses de tarifs douaniers, ont rappelé l'importance de ce secteur dans le PIB des pays. Quelles leçons les investisseurs peuvent-ils tirer de cette tendance ? Johannes Muller, Responsable de la Recherche Macro chez DWS, partage son analyse.
Lire (4 min.)

Nexity change la répartition des missions de ses dirigeants

Les actionnaires de Nexity — spécialiste de la promotion immobilière et de la gestion locative — ont voté ce mercredi 22 mai en Assemblée Générale (AG) pour l'évolution des fonctions des dirigeants de l'entreprise. Alain Dinin occupera une présidence aux missions étendues et Jean-Philippe Ruggieri — Directeur Général — exercera ses fonctions de manière collégiale avec Julien Carmona, Véronique Bédague-Hamilius et Frédéric Verdavaine, Directeurs généraux délégués.

Une évolution qui reflète un actionnariat atypique

La plateforme Nexity s'adresse aux particuliers, aux entreprises, aux collectivités et à des startups créées en interne chez Nexity. L'entreprise revendique 10 000 collaborateurs, qui exercent 50 métiers différents. La réorganisation chez Nexity des missions de ses dirigeants tient en partie à la répartition atypique du capital de l'entreprise. L'actionnaire de référence est une action de concert — composée notamment de salariés et de dirigeants du Groupe — qui détient près de 20 % du capital.

Immobilier : Nexity annonce une nouvelle répartition des missions de ses dirigeants
Source : Nexity

Ces collaborateurs de Nexity sont associés avec Le Crédit Mutuel Arkéa, qui détient à lui seul un peu plus de 5 % du capital de l'entreprise. « La notion classique de patron n’est plus la réponse unique dans ce nouvel environnement. Le futur de Nexity passe par une équipe « d’associés » pour un pilotage multidisciplinaire. Face à la complexité des sujets, c’est la garantie d’une équipe plus performante », explique Alain Dinin, Président de Nexity.

Lire (2 min.)

Finance durable : le Cleantech Forum Europe 2020 se tiendra au Luxembourg

Ce mercredi 22 mai, le Luxembourg a été choisi pour accueillir le Cleantech Forum Europe 2020. L’annonce officielle a eu lieu lors du dîner de gala du Cleantech Forum Europe 2019, qui se tenait à Stockholm en Suède. Organisé depuis 2005 par le Cleantech Group, cet événement dédié aux technologies propres attire investisseurs-clés, agences gouvernementales, entreprises, PME et startups. Il attire des délégués de 30 pays différents. Des forums similaires se tiennent chaque année en Asie et aux États-Unis.

La ville de Luxembourg accueillera le 16e Cleantech Forum Europe. Outre son engagement dans le développement durable et l'économie circulaire, « c'est un hub de premier plan pour la finance verte et pour les fonds d’investissement, et l’hôte de deux institutions essentielles au financement de l'économie européenne de l'innovation : la Banque européenne d'investissement et le Fonds européen d'investissement », déclare Richard Youngman, CEO de Cleantech Group.

Développement d'un pôle financier durable

La place financière du Luxembourg est devenue un moteur de la finance durable, un enjeu-clé pour le secteur des cleantech. L’agence de développement de la place financière Luxembourg for Finance apportera sa contribution sur ce sujet, à travers l'organisation d'un « dîner des investisseurs » pour faciliter les échanges entre participants et experts. Le Forum permet de découvrir des projets « qui contribueront à réduire le réchauffement planétaire et à en atténuer les effets. Le développement et la production de ces projets nécessitent des capitaux considérables », explique Nicolas Mackel, CEO de Luxembourg for Finance.

Cet événement va contribuer au rayonnement du Luxembourg dans l'univers de la finance responsable. « En tant que pionnier de la levée de fonds pour des projets verts et durables, le Luxembourg considère ce Forum comme une occasion précieuse de rassembler différentes communautés pour faire avancer notre promesse envers les générations futures. L'expertise et le cadre que le Luxembourg a mis en place dans le domaine de la finance seront essentiels pour façonner l'avenir de la durabilité », conclut-il.

Lire (3 min.)

Loi PACTE : le Conseil constitutionnel donne sa validation

Bruno Le Maire — Ministre de l'Économie et des Finances — s'est félicité ce jeudi 16 mai de la décision du Conseil constitutionnel, qui a confirmé la conformité à la Constitution de la loi pour la croissance et la transformation des entreprises. La loi PACTE sera promulguée d’ici au 24 mai 2019. En revanche, le Conseil constitutionnel a censuré certaines dispositions qui n’avaient pas leur place dans la loi PACTE au regard des règles d’amendements de l’article 45 de la Constitution.

Le Conseil constitutionnel a validé le délai de 5 ans accordé aux PME pour se mettre en conformité avec les nouvelles obligations, résultant du franchissement d’un seuil d’effectif. Cette mesure doit faciliter la croissance des PME françaises. Le Conseil constitutionnel a également validé la privatisation de la société Aéroports de Paris et celle de la Française des Jeux. Ces décisions confirment les analyses juridiques du Gouvernement.

Les changements portés par la loi PACTE

Bruno Le Maire déclare : « La loi PACTE est une nouvelle étape dans la transformation économique du pays. Elle met en œuvre les orientations du président de la République en faveur de la croissance, de l’innovation et d’un plus juste partage de la valeur ». La loi PACTE ouvre une nouvelle étape dans la transformation économique du pays :

  • le financement des entreprises et le développement des innovations sont renforcés par le développement d’outils de financement en fonds propres et de long terme, la réforme de l’épargne-retraite, par la création du fonds pour l’innovation et l’industrie et par une réforme d’ampleur du cadre de la propriété intellectuelle ;
  • la place des entreprises dans la société est repensée, par la modification du Code civil, une meilleure association des salariés à la vie et à la réussite de l’entreprise et une refondation du rôle de l’Etat actionnaire.
Lire (2 min.)

Élections Européennes : rien n’est moins sûr que l’incertain

Frédéric Rollin
Les prochaines élections européennes se dérouleront fin mai 2019. Cet événement signe le retour du risque politique dans l'Union Européenne. Comment les populistes et les eurosceptiques vont-ils peser sur ce scrutin ? Quelles répercutions économiques les investisseurs doivent-ils anticiper ? Frédéric Rollin, conseiller en stratégie d’investissement chez Pictet AM, partage son analyse.
Lire (6 min.)

Loi Pacte et financement de l’économie : des progrès indéniables mais peut mieux faire !

Arnaud Monnet
Mieux prendre en compte les enjeux sociaux et environnementaux au niveau des entreprises et drainer l’épargne des Français vers l’économie productive et responsable sont autant d’objectifs louables fixés par la loi Pacte. Quelles sont les sources de blocage qui demeurent ? Arnaud Monnet, Directeur général et responsable ISR du groupe Horizon, partage son analyse.
Lire (5 min.)

DNB Asset Management lance son fonds High Yield nordique en France

DNB Asset Management (AM) — société de gestion norvégienne — annonce ce mardi 14 mai l’enregistrement de son fonds haut rendement nordique, DNB Fund High Yield, sur le marché français. Domicilié au Luxembourg, le fonds affiche un encours de 287 millions d'euros. L'ensemble de la stratégie haut rendement comprend également un fonds de droit norvégien ainsi que des mandats, pour un poids total de près de 1,6 milliard d' euros.

Une gamme de fonds complète sur le marché français

DNB AM — filiale de la principale banque Norvégienne DNB ASA — organisait le 9 avril dernier sa première conférence à Paris en présence d’investisseurs et des médias. La société de gestion compte près de 63 milliards d'euros d’actifs sous gestion. DNB AM applique une intégration des critères ESG au service de la gestion de toutes ses stratégies.

Fin 2018, DNB AM a recruté Marta Oudot comme Responsable de la distribution pour développer son activité dans l'Hexagone. A la même période, l'entreprise a enregistré ses fonds actions sur le marché français. Celle de DNB Fund High Yield permet à DNB AM de proposer une gamme de fonds complète à ses clients en France.

Répondre à un besoin de diversification des portefeuilles

« Nous constatons un fort besoin de diversification des portefeuilles taux et diversifiés, au rythme de l’accroissement de la règlementation et dans un environnement prégnant de taux bas. Les obligations High Yield nordiques répondent parfaitement à ce besoin. Elles proposent un rendement plus élevé que dans la zone euro tout en ayant une duration structurellement faible » explique Marta Oudot.

Dans le cadre de son développement en France, DNB AM entend tirer parti de sa place d'acteur de premier plan sur les marchés nordiques. Fort d'une équipe de 14 spécialistes de taux, la société de gestion est très bien placée pour rendre les marchés scandinaves accessibles aux investisseurs, conclut la Responsable de la distribution pour le marché français.

Lire (2 min.)

SWIFT nomme son Président Directeur Général

SWIFT nomme son Président Directeur Général
Javier Pérez-Tasso

SWIFT — spécialiste des services de messagerie financière sécurisée — annonce ce jeudi 23 mai 2019 la nomination en interne d'un nouveau Président Directeur Général (« Chief Executive Officer »). Membre de l'équipe de direction de SWIFT depuis sept ans, Javier Pérez-Tasso était jusqu'à présent Directeur des régions Amériques & Royaume-Uni.

Il prendra ses fonctions le 1er juillet 2019 en remplacement de Gottfried Leibbrandt, qui a annoncé en décembre 2018 son intention de quitter son poste à la fin du mois de juin. En tant que Président Directeur Général de SWIFT, Javier Pérez-Tasso sera basé au siège de SWIFT en Belgique.

Focus sur le parcours de Javier Pérez-Tasso

De nationalité espagnole, Javier Pérez-Tasso est diplômé en ingénierie électrique de l'Institut National Polytechnique de Grenoble, d'un master en management de la Solvay Business School, d’un master en Finance de l'IE Business School de Madrid, et du master Executive TGM (« Transition to General Management ») de l'Insead. Au cours de sa carrière, il occupe un certain nombre de postes de direction dans les domaines technologiques et commerciaux. Il développe ainsi l’activité au sein de bureaux régionaux situés en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique.

Javier Pérez-Tasso rejoint SWIFT en 1995. Il accède au poste de Directeur des régions Amériques & Royaume-Uni en septembre 2015. Dans le cadre de cette fonction, il renforce le modèle d’engagement de SWIFT auprès des banques impliquées dans les transactions internationales. Il supervise également le développement de l’activité au sein de marchés à forte croissance. De 2016 à 2018, Javier Pérez-Tasso sponsorise le Programme de Sécurité Client de SWIFT en tant que Directeur Marketing. Il contribue ainsi à la mise en œuvre de la réponse de SWIFT au défi de la cybercriminalité.

Dans le cadre de ce poste, Javier Pérez-Tasso est en chargé de l'élaboration du plan stratégique SWIFT 2020. Ce poste lui permet de réaffirmer la priorité accordée aux paiements transfrontaliers, de renforcer la conformité en matière de lutte contre la criminalité financière, et d’approfondir la présence de SWIFT dans les infrastructures de marché, notamment dans le domaine des paiements instantanés. En juillet 2019, il accède à la fonction de Président Directeur Général de SWIFT.

Lire (3 min.)

Blockchain : IZNES annonce la recomposition de son capital

IZNES — plateforme paneuropéenne de tenue de registre en blockchain — annonce ce jeudi 23 mai avoir finalisé la recomposition de son actionnariat, qui se traduit par la montée en puissance à son capital des 6 sociétés de gestion actionnaires fondatrices.

OFI AM, Arkéa IS, Groupama AM, La Banque Postale AM, La Financière de l’Echiquier et Lyxor Asset Management détiennent désormais l’intégralité du capital de la plateforme. L’opération a aussi vu la sortie du tour de table de SETL, la société créatrice de la technologie blockchain d’IZNES.

Vers un développement à l'international

Cette opération renforce IZNES dans l'optique d'un développement international. IZNES rachète notamment la propriété intellectuelle de sa plateforme, recrute l’équipe de SETL qui a conçu le produit et internalise ses développements informatiques. IZNES continue de bénéficier d’une licence d’utilisation de la technologie Blockchain de SETL.

Lancée en mars 2019, IZNES organise l'achat et la vente d’OPC en blockchain pour le compte de clients institutionnels et particuliers, compatibles avec les différents canaux de commercialisation. L'entreprise affiche plus d’1 milliard d’euros d’encours sous registre en Mai 2019. IZNES poursuit son développement en France et au Luxembourg.

Lire (2 min.)

Initiative & Finance et le Groupe Turenne Capital donnent forme au nouveau Groupe Nord Coffrage

Initiative & Finance et le Groupe Turenne Capital — via son fonds Emergence et sa filiale lilloise Nord Capital — annoncent ce lundi 13 mai 2019 reprendre le Groupe Nord Coffrage avec le management, auprès de Ciclad, actionnaire majoritaire depuis 2015. Le pool d’investisseurs emmené par Initiative & Finance investit près de 20 M€ et prend la majorité du capital du groupe, aux côtés de son dirigeant Philippe Asselin et des cadres-clés. Une dette senior a été arrangée par le Crédit Agricole Nord de France, assortie d’une dette mezzanine fournie par Omnes.

« Nord Coffrage est le cinquième investissement du fonds Emergence, qui investit principalement dans les entreprises services B-to-B de niche, digital et services générationnels (...) Nous serons un partenaire actif dans la stratégie de maillage du territoire par croissance externe, notamment, en nous appuyant sur les filiales régionales du Groupe Turenne pour générer des opportunités d’acquisition », déclare Guillaume Foillard, Directeur associé du fonds Emergence du Groupe Turenne Capital

Focus sur l'entreprise Nord Coffrage

Fondée en 2000 et basé à Saultain (Nord), le Groupe Nord Coffrage est spécialisé dans la location et la vente de matériels de chantier — coffrages métalliques, étaiement, matériel de sécurité, matériel spécifique — ainsi que dans les prestations de services, type rénovation ou montage sur site. En forte croissance depuis 2015, Nord Coffrage emploie 110 salariés pour plus de 30 M€ de chiffre d'affaires en 2018.

Nord Coffrage se positionne comme un partenaire privilégié des majors du BTP — Bouygues, Vinci, Eiffage, Fayat, etc. — comme des PME du secteur qui ont externalisé la gestion de leurs coffrages et étaiements. Il gère aujourd’hui le plus grand parc en France avec 35 000 m² de coffrages. Le Groupe Nord Coffrage prévoit d’accélérer sa trajectoire de croissance, et de mener une stratégie d’expansion en croissance externe active dans les régions Ile-de-France, Grand Est et sur la façade atlantique.

Lire (2 min.)

Innovation : l’AMF et l’Israël Securities Authority signent un accord de coopération

Le président de l’Autorité française des marchés financiers (AMF) — Robert Ophèle — et la présidente du régulateur israélien — Anat Guetta — ont signé ce mardi 14 mai à Sydney (Australie) un accord de coopération, à l’occasion de la conférence annuelle de l’Organisation internationale des commissions de valeurs (OICV). Cette opération permettra de renforcer l’innovation, la protection des investisseurs et la compétitivité sur leurs marchés respectifs.

Blockchain, cryptoactifs et intelligence artificielle...

L’AMF et l’Israel Securities Authority (ISA) peuvent désormais échanger des informations sur les tendances en matière d’innovation et de FinTech sur leurs marchés respectifs. Les deux autorités pourront également aborder ensemble les enjeux réglementaires liés à la Blockchain, aux crypto-actifs, à l’intelligence artificielle ou encore à l’utilisation de la donnée et au développement du conseil automatisé.

Les deux régulateurs souhaitent accompagner les sociétés innovantes dans leur développement à l’international, sur la réglementation des deux pays et les statuts indispensables. Pour dialoguer avec les porteurs de projets et les FinTech en amont de leur développement ou en phase de pré-autorisation, chacune des deux autorités s’appuiera sur une équipe dédiée. En juillet 2018, l’ISA a créé un Hub Innovation FinTech. De son côté, l’AMF a lancé en mai 2016 sa division FinTech, Innovation et Compétitivité.

Accompagner les startups innovantes à l'international

« Ces trois dernières années, l’AMF a montré son attachement à accompagner l’innovation financière et à renforcer la compétitivité de la place financière de Paris. Ce nouvel accord signé avec l’Israel Securities Authority s’inscrit dans cette démarche, en cherchant à faciliter le développement des FinTech françaises à l’international », déclare Robert Ophèle, Président de l’AMF.

« L'accord avec la France qui promeut une approche innovante en matière de réglementation est une nouvelle étape qui offrira à l’ISA et aux sociétés israéliennes une perspective internationale sur les dernières tendances et opportunités et favorisera la croissance de la FinTech en Israël et dans le monde », ajoute Anat Guetta, présidente de l’ISA.

Lire (3 min.)