Epargne longue : un rôle crucial pour le financement durable de notre économie

Gilles Guez
Afin de flécher davantage l’épargne des Français vers l’économie réelle, les pouvoirs publics multiplient les initiatives, à l’image de la récente loi Pacte. Les sociétés de gestion ont également un rôle majeur à jouer en améliorant la lisibilité de leurs offres et en généralisant l’investissement socialement responsable. Gilles Guez, Directeur Général de BFT IM partage son analyse.
Lire (4 min.)

Octobre 2019 : l’assurance vie en mode résilience

Philippe Crevel
L'assurance vie affiche des résultats solides en octobre 2019. Malgré l'accès réduit aux fonds en euros, ce placement reste le préféré des Français. Quelle place les unités de compte (UC) prennent-elles ? Quel avenir pour l'assurance vie après la loi PACTE ? Philippe Crevel, Directeur du Cercle de l'Epargne, partage son analyse.
Lire (4 min.)

FDJ : les jeux sont faits

Vincent Boy
La Française des Jeux (FDJ) est désormais cotée en bourse. Au-delà du succès de l'opération auprès des particuliers, l'Etat s'est efforcé d'attirer une part importante d'institutionnels. Cette action offre-t-elle un rendement suffisant, compte tenu de son prix ? Quels sont les risques qui pèsent sur sa valorisation ? Vincent Boy, Analyste chez IG France, partage son analyse.
Lire (4 min.)

Immobilier de l’État : Gérald Darmanin lance la nouvelle plateforme

Gérald Darmanin — ministre de l'action et des comptes publics — annonce ce mercredi 20 novembre le lancement d'un portail internet dédié à la politique immobilière de l'État (PIE) et animé par la Direction de l'Immobilier de l'État (DIE).

Cette nouvelle plateforme offre toutes les informations à jour sur la PIE, ses actualités comme ses objectifs ou ses résultats. Elle présente aussi les acteurs et les métiers de l’immobilier de l’Etat, et consacre une page spécifique aux offres d’emplois à pourvoir.

Regroupement de services en ligne

Le portail simplifie également le parcours usager en regroupant l’accès aux nombreux services en ligne offerts par la DIE. Désormais, seront accessibles sur cette même interface :

  • les sites concernant les cessions immobilières et les ventes mobilières, entièrement rénovés afin d’améliorer la valorisation des biens vendus par l’État et moderniser les prestations offertes en ligne aux usagers, notamment grâce à des moteurs de recherche plus précis. Le nouveau site des cessions immobilières offrira par ailleurs de nouvelles fonctionnalités, comme la géolocalisation des biens, la création d’un espace client ou la mise en place d’alertes ;
  • la plateforme des Ministères économiques et financiers, qui permet de diffuser en open data un grand nombre de données immobilières de l’État, comme l’inventaire du parc ou des cessions ;
  • la nouvelle plateforme des dons de biens mobiliers appartenant à l’État au profit d’associations, dans le cadre de la démarche d'exemplarité lancée par le Gouvernement en faveur de l'économie sociale et solidaire. Les administrations pourront y publier leurs offres de dons avec des descriptifs des biens et des photos, en renseignant le lieu de mise à disposition et la date limite de retrait.
Lire (2 min.)

Blockchain : la France adopte une réglementation pour les services financiers

Le ministère de l'Economie et des Finances annonce ce vendredi 22 novembre l'adoption par la France d'un cadre règlementaire qui régit les applications de la Blockchain aux services financiers. Le décret n° 2019-1213 publié ce jour étend notamment cette législation aux prestataires de services sur actifs numériques (PSAN). La France souhaite conforter sa position de pionnier européen en la matière.

« Le cadre issu de la loi PACTE va favoriser le développement d’un écosystème Blockchain en France dynamique et robuste, qui allie capacité d’innovation, transparence et haut niveau de sécurité pour les épargnants et investisseurs. En étant l’un des premiers pays à se doter d’un tel cadre, Paris se donne les moyens de devenir la première place européenne de la Blockchain et conforte son engagement en faveur de l’innovation financière », déclare Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et des Finances.

Cadre créé par la loi PACTE

L'Hexagone a été l’un des premiers pays au monde à donner force de loi à l’utilisation de la technologie Blockchain en matière d’inscription et de transfert de titres financiers. La France complète ainsi « l’un des cadres les plus exhaustifs au monde en matière d’actifs numériques, qui couvre aussi bien les aspects réglementaires que fiscaux ou encore comptables », indique le ministère dans un communiqué. Le nouveau décret vient le cadre juridique spécifique à ces actifs numériques créé par la loi PACTE.

Sur le marché primaire, il était déjà possible pour les émetteurs de solliciter auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF) un visa préalablement à leur émission d’actifs numériques (Initial Coin Offering – ICO), en application directe de la loi PACTE. Sur le marché secondaire, le décret vient préciser les contours des statuts applicables aux prestataires sur actifs numériques. Il leur ouvre la possibilité de s’enregistrer et de solliciter un agrément auprès de l’AMF.

Obtention de l'agrément AMF

L’obtention de cet agrément est conditionnée au respect de dispositions prévues par la loi. Il s’agit notamment d’obligations sur la sécurité des systèmes informatiques —  en termes de fonds propres ou d’assurance —  et d’obligations spécifiques à chaque service. Un service de conservation devra par exemple restituer la maîtrise des actifs numériques conservés. Cet agrément optionnel impose à certains prestataires de s'enregistrer, dans le cadre de la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme.

Par ailleurs, le décret renforce l’accès aux services bancaires pour les émetteurs qui ont reçu un visa de l’AMF sur leur émission. C'est aussi le cas pour les prestataires de services sur actifs numériques enregistrés ou agréés. En cas de refus injustifié — même implicite —  d’accès aux services de comptes et de dépôts, les émetteurs ou prestataires pourront exercer un recours auprès de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) en vue de déclencher une procédure de droit au compte.

Lire (3 min.)

OPPCI Impact Investing : Swiss Life AM France et Cedrus & Partners acquièrent une résidence étudiante

Swiss Life Asset Managers (AM) France — filiale du groupe Swiss Life — annonce ce mercredi 20 novembre avoir signé la vente en l’état futur d’achèvement (VEFA) d’une résidence étudiant à Dijon (Côtes-d'Or) pour le compte de l’OPPCI Immobilier Impact Investing. Le gérant réalise ainsi la première acquisition pour ce fonds, créé en partenariat avec Cedrus & Partners.

Près du centre historique de Dijon

La résidence de 144 lots (T1) se situe au cœur du nouveau pôle de la Cité internationale de la gastronomie et du vin, qui se déploiera sur un terrain de 6,5 hectares sur le site de l'ancien hôpital général, aux portes du centre historique de Dijon. La résidence étudiante sera exploitée par le groupe Réside Etudes. Sa livraison est prévue pour la rentrée universitaire 2021. L’immeuble bénéficiera d’une performance énergétique RT 2012-10 %.

Conçu par l'agence d'architecture Anthony Béchu, cet ensemble développera plus de 70 000 m². Il sera notamment composé d’un pôle de culture et d’expositions, d’un espace de formation, de cinémas, commerces, d’un hôtel 4 étoiles, d’une résidence services senior, d’une résidence étudiants et de logements réhabilités. La société de gestion a réalisé cette acquisition auprès d’Eiffage Immobilier Est.

Premier fonds immobilier à impact social

Lancé en janvier dernier, l’OPPCI Immobilier Impact Investing est le premier fonds immobilier à impact lancé par Swiss Life AM France et Cedrus & Partners. Sa poche sociale rassemblera 20 % des actifs totaux du fonds. Dans ce cadre, les actifs résidentiels seront sélectionnés en accord avec les partenaires associatifs (Samusocial de Paris et Habitat & Humanis) à Paris et première couronne.

La même logique prévaudra dans les grandes métropoles françaises. Ces actifs seront mis à leur disposition pour un loyer nul. Parallèlement à la poche sociale du portefeuille, la poche à rendement représente 80 % de l’actif net cible du fonds. Elle est investie dans des actifs de bureaux et des résidences gérées : résidences seniors, étudiantes, etc.

Lire (2 min.)

ISR : le fonds actions Mandarine Europe Microcap obtient le label

Mandarine Gestion — société de gestion indépendante française, spécialiste de l’investissement en actions — a annoncé ce vendredi 15 novembre avoir obtenu le label Investissement Socialement Responsable (ISR) pour son fonds Mandarine Europe Microcap. Il s’agit du premier fonds microcap à recevoir le label français. Cette labellisation ISR suit celle du fonds Mandarine Entrepreneurs en 2018, et celles des fonds Mandarine Active et Mandarine Opportunités début 2019.

Le fonds intègre désormais des critères extra-financiers dans son processus d’investissement. Une notation propriétaire basée sur les piliers de gouvernance, sociaux et environnement (ESG) permet d'exclure les entreprises les moins bien notées dans chaque secteur, selon une approche « Best in Class ». L’engagement actionnarial viendra promouvoir la transparence, à travers un dialogue avec les sociétés les moins bien notées.

Stratégie de Mandarine Europe Microcap

La stratégie du fonds Mandarine Europe Microcap se focalise sur une sélection de 160 à 200 sociétés en forte croissance et peu corrélées, au sein d’un univers dynamique et très diversifié. Le processus d’investissement associe méthodologie quantitative et analyse fondamentale et intègre le suivi des risques au cœur du processus de gestion.  

 « L’originalité de notre approche responsable vient du fait que chaque gérant peut décider d’inclure des critères ESG dans sa stratégie de gestion. L’obtention du label ISR d'État pour cette expertise vient souligner une fois encore notre démarche d’investisseur engagé », déclare Marc Renaud, Président de Mandarine Gestion.

Lire (2 min.)

Immobilier coté : BNP Paribas Asset Management lance le premier ETF responsable

BNP Paribas Asset Management (BNPP AM) a annoncé le 14 novembre dernier le lancement du premier ETF sur l'immobilier coté, qui tient compte de la problématique du changement climatique. Le support « BNP Paribas Easy FTSE EPRA/NAREIT Developed Europe ex UK Green UCITS ETF » permet aux investisseurs de s’exposer aux sociétés immobilières cotées les plus respectueuses de l’environnement dans les pays développés d’Europe, à l'exception du Royaume-Uni.

Renforcer l'offre ESG de BNPP AM

Le nouveau fonds cote depuis le jeudi 14 novembre 2019 sur les bourses de Paris et de Francfort. Il vient renforcer l’offre ESG de BNPP AM, qui élargit ainsi sa gamme vers l’immobilier coté responsable en répliquant les indices FTSE EPRA Nareit Green. Les pondérations des titres s’appuient notamment sur des données en matière d’investissement durable propres aux parcs des foncières, à savoir la consommation d’énergie et l’obtention de la certification environnementale (« green certification »).

« La thématique de l’immobilier coté est présente au sein de notre gamme depuis plus de dix ans, avec plus d’1 Md€ d’actifs sous gestion. Très appréciée des investisseurs en format ETF, elle offre de solides atouts en termes de diversification de portefeuille, de rendement, de protection contre le risque d’inflation et de liquidité », indique Isabelle Bourcier, Responsable des gestions quantitatives et indicielles de BNPP AM.

Pionnier de l'investissement responsable

BNPP AM se positionne depuis 10 ans sur l’investissement responsable, avec notamment le premier ETF sur le bas carbone dès 2008, les premiers fonds indiciels excluant les armes controversées en 2014 et le premier ETF sur l’économie circulaire en mai dernier. BNPP AM se présente comme l'un des trois plus importants fournisseurs d’ETF ESG en Europe. La gamme d’ETF BNP Paribas Easy est notamment la première à avoir obtenu le label d’état français ISR sur trois de ses ETF.

L’équipe indicielle de BNPP AM gère actuellement près d’un tiers de ses encours sur des indices responsables. D'après les chiffres publiés en octobre 2019 par la société de gestion, cela représente 5 Mds€ sur l’ISR et les thématiques ESG. Les indices FTSE EPRA Nareit Green sont gérés par FTSE International en partenariat avec l’European Public Real Estate Association (EPRA), organisation à but non lucratif chargée de promouvoir et de développer le secteur immobilier européen, et l’Association nationale des fonds de placement immobilier (NAREIT), basée aux États-Unis.

Lire (3 min.)

Crédit : comment l’économie influence-t-elle les Français dans leurs projets ?

Christelle Molin-Mabille
Valorisation du conseil, proximité avec le client, éthique et protection du consommateur... Les facteurs micro et macro-économiques transforment le rôle du courtier crédit. Quelles sont les préoccupations économiques des Français ? Comment les courtiers doivent-ils adapter leur offre de crédit à la conjoncture ? Christelle Molin-Mabille, Présidente de la CNCEF Crédit, partage son analyse.
Lire (5 min.)

Introduction en bourse : Mare Nostrum arrive sur Euronext Growth à Paris

Mare Nostrum — société indépendante, spécialiste de la gestion des ressources humaines pour les PME/ETI — a annoncé le 15 novembre dernier son introduction en bourse (IPO) sur Euronext Growth. Objectif, l'admission de Mare Nostrum aux négociations de ses actions sur le marché Euronext Growth Paris. L'opération inclut des engagements de souscription d'un montant de 5,3 M€, garantissant sa réalisation.

Cette IPO prendra la forme d'une augmentation de capital d'environ 6,9 M€ pouvant être portée à un maximum de 7,9 M€ en cas d'exercice de la clause d'extension. Le prix a été fixé entre 4,96 euros et 5,78 euros par action. Ces titres seront éligibles aux FCPI, PEA et PEA-PME. L'introduction en bourse doit durer jusqu'au 28 novembre 2019. Le début des négociations sur le marché Euronext Growth est fixé au 4 décembre 2019

Une activité en forte croissance

Mare Nostrum souhaite diversifier sa stratégie géographique, mais également « renforcer nos ventes croisées, déployer des plateformes Emploi innovantes, tout en associant davantage tous nos collaborateurs », indique Nicolas Cuynat, Président Directeur Général de Mare Nostrum. La société affiche depuis sa création une croissance forte de son activité.

En 2018, le groupe revendique 149 M€ de chiffre d'affaires. D'après les chiffres publiés par Mare Nostrum, elle a enregistré 23 % de croissance organique dans un marché de l'intérim en hausse de 1,8 % sur la même période. Cette tendance se confirme au 1er semestre 2019 avec un chiffre d'affaires de 81,6 M€, en hausse de 19 % dont 11 % à périmètre constant.

Lire (2 min.)

AGCS nomme un Directeur Mondial des Lignes Financières

Allianz Global Corporate & Specialty SE (AGCS) — assureur en risques industriels et risques de spécialité du groupe Allianz — annonce ce vendredi 22 novembre la nomination Directeur mondial des Lignes Financières. Shanil Williams (39 ans) a pris ses fonctions le 15 novembre 2019. Il succède à Bernard Poncin, qui quitte le groupe.

Dans ce cadre, Shanil Williams est basé à Munich en Allemagne. Il reporte directement à Thomas Sepp, Directeur de la souscription des risques industriels (CUO -Chief Underwriting Officer) au sein du Conseil d’administration d'AGCS SE.

Focus sur le parcours de Shanil Williams

AGCS nomme un Directeur Mondial des Lignes Financières
Shanil Williams

De nationalité néo-zélandaise, Williams Shanil est diplômé en commerce et en finance de l'Université de Canterbury. Au cours de sa carrière, il passe 14 ans chez AIG. Il occupe un certain nombre de postes de direction régionale de Souscription Lignes Financières de plus en plus importants, à Londres, Paris, Johannesburg (Afrique du Sud) et Auckland (Nouvelle-Zélande).

Shanil Williams rejoint AGCS en 2016 en tant que Directeur Général pour la Nouvelle Zélande. En 2018, il s'installe à Munich où il occupe à partir du mois d'août le poste de Directeur mondial de la branche commerciale en assurance Lignes Financières. En novembre 2019, il devient Directeur mondial des Lignes Financières.

Lire (2 min.)

Audacia nomme une Directrice de la Communication

Audacia — société de gestion indépendante fondée en 2006, spécialiste de l’investissement en Private Equity — annonce ce mercredi 20 novembre la nomination d'une nouvelle Directrice de la Communication. Dans ce cadre, Eléonore de Rose (40 ans) est en poste depuis début novembre 2019.

Elle doit promouvoir les trois métiers d’investissement d’Audacia : capital développement (financement des PME-ETI), capital innovation (funds venture dédié aux technologies quantiques), et capital élévation (fonds immobilier dédié au financement de résidences de Coliving).

Focus sur le parcours d'Eléonore de Rose

Eléonore de Rose

Diplômée de droit à Paris II - Assas et de l’Institut Français de Presse, c’est aux relations presse de Benetton France, puis en tant que Responsable de l’information économique du Medef auprès de Laurence Parisot, que cette communicante fait ses classes.

En 2011, elle part pour Madrid où elle met sa plume notamment au service de l’agence Nota Bene avant de revenir à Paris en 2016 en tant que Concepteur-Rédacteur. Son arrivée chez Audacia est un retour à son cœur de métier : la stratégie de communication.

Lire (2 min.)

Forêts : France Valley lance le 1er GFI agréé par l’AMF

France Valley — spécialiste de l’investissement foncier — annonce ce mercredi 13 novembre le lancement de son GFI France Valley Patrimoine, premier Groupement forestier d’investissement (GFI) agréé par l’AMF. Il s'agit d'un nouveau type de placement de diversification mis en place par le régulateur. Objectif, permettre aux épargnants de bénéficier d’un placement collectif dédié aux actifs forestiers dans des conditions réglementaires sécurisantes.

Le GFI France Valley Patrimoine vise une performance moyenne d’environ 2,5 % par an (nette de frais de gestion et de commission de souscription) sur une période de 10 ans. Cet objectif n’est pas garanti, il se fonde sur des hypothèses. Les investisseurs sont invités à se reporter aux facteurs de risques présentés en documentation, dont les risques naturels (en partie assurés : tempête, incendie, risque phytosanitaire) et les risques financiers (rentabilité et liquidité non garanties, risque de perte en capital).

Focus sur le foncier forestier

Acquérir une forêt de qualité en direct impose un investissement de plusieurs centaines de milliers d’euros et nécessite de multiples expertises, tant pour identifier le bien, l’estimer que pour le gérer. La dimension collective du GFI permet aux investisseurs d’éviter ces contraintes. Accessible à partir de 1 000 euros, le GFI France Valley Patrimoine est accessible dès son lancement à tous les épargnants, auprès de leur conseiller financier habituel.

Le GFI France Valley Patrimoine s’appuie sur plus de 5 500 hectares répartis à travers 33 forêts (25 acquises, 8 en cours d’acquisition). En outre, son patrimoine composé de nombreuses essences (environ 50 % feuillus et 50 % résineux), jouit d’une véritable diversification géographique à travers l’Hexagone avec des biens de maturités variées.

Fiscalité du GFI France Valley Patrimoine

Sur le plan fiscal, le GFI France Valley Patrimoine permet de bénéficier d'une réduction de 18 % d'impôt sur le revenu (IR) et d'un abattement de 75 % sur les droits de transmission (donation/succession), en contrepartie d’un risque de perte en capital et d’une durée de blocage des parts. Enfin, il peut, sous certaines conditions, sortir totalement de l’assiette taxable à l’IFI.

« Si les Groupements fonciers forestiers permettent déjà aux investisseurs de diversifier une partie de leurs actifs, ils ont quelques contraintes, comme leur taille qui limite la diversification et réduit la liquidité des parts. Avec le Visa de l’AMF, le GFI fait offre au public et la liquidité, sans être garantie, est facilitée puisqu’organisée comme celle des SCPI, avec le mécanisme de retrait-souscription », commente Arnaud Filhol, directeur général de France Valley

Lire (3 min.)

FDJ : une entrée en bourse façon Roue de la fortune ?

Cette semaine, tous les regards de la place de Paris sont tournés vers la Française des Jeux. L'entrée en bourse de l’opérateur de jeux d’argent et de paris sportifs en ligne devrait être effective dès le 21 novembre. En cette période charnière, l'AMF met les investisseurs en garde contre le risque d'escroquerie.
Lire (3 min.)