Une certification européenne pour les professionnels du patrimoine

Porteuse d'une vision européenne de la gestion de patrimoine et du conseil financier, la CNCEF vient de mettre en place un partenariat avec l'EFPA France, afin de proposer à ses membres, la certification européenne EFPA dans le but de faire reconnaître leur expérience professionnelle. Une opération exceptionnelle de certification privée, accessible jusqu'au 31 décembre 2018, élaborée aux standards communs européens, qui s'adresse aux conseils en gestion de patrimoine.

Deux certifications possibles

  • L'European financial advisor pour les professionnels conseillant les particuliers dans la gestion de leur patrimoine, qui permet d'être reconnu Financial advisor.
 
  • L'European financial planner, destiné aux professionnels qui conseillent principalement une clientèle professionnelle (dirigeants, chefs d'entreprise) et souhaitent être Financial planner.
Dans les deux cas, les candidats à la certification doivent s'acquitter d'une cotisation bisannuelle (de 80 à 120 euros) et bénéficient de cette reconnaissance durant deux ans renouvelable. La certification est accessible à condition de satisfaire à des critères cumulatifs (enregistrement ORIAS, formation et expériences, obligations satisfaites de formation continue), notamment pour que s'applique la clause de grand-père. Associée à un code éthique, prouvant que son détenteur est une personne qualifiée qui entretient régulièrement ses connaissances métiers, la certification est passeportable. Un label de qualité en vigueur dans les 12 pays du réseau paneuropéen EFPA qui permet au professionnel détenteur de rejoindre une communauté de 40.000 certifiés. Enfin, il donne la possibilité de participer à des évènements européens dédiés aux certifiés et de rencontrer leurs homologues, dans le cadre d'une interprofessionnalité déjà largement promue par la CNCIF.
Lire (2 min.)

Maurice JULLIARD - MMA Expertise Patrimoine : En phase d’accélération sur le marché

Mise en place de DDA, refonte de la formation, nouveaux partenariats... Les actualités de MMA Expertise Patrimoine sont nombreuses à la veille de l'été. Maurice Julliard, Directeur des Réseaux Vie de Covéa, nous dévoile les grands axes de développement des mois à venir.
Voir (<5 min.)

FIDROIT - Olivier Rozenfeld : La communauté du Conseil en Organisation Patrimoniale

Le Président du groupe FIDROIT, Olivier Rozenfeld, nous dévoile la nouvelle communauté du Conseil en Organisation Patrimoniale. Cette plateforme, destinée à soutenir les professionnels au niveau juridique et fiscal, doit aussi, grâce à d'autres disciplines, les aider à mieux répondre aux attentes des clients.
Voir (<5 min.)

Euclide accentue son rythme de formations sur la gestion de la dette

Si certains considèrent le Crédit comme la 4ème classe d’actifs, Euclide le place au cœur de la gestion et du développement du patrimoine. Avec une accélération du rythme des formations, et la mise en avant de différents cas pratiques, Euclide permet aux CGP d’intégrer le crédit dans la mise en œuvre de leur stratégie patrimoniale. En effet, proposer à ses clients d’utiliser le crédit comme effet de levier est devenu indispensable pour les CGP. Ces formations leur permettent de comprendre les véritables rouages et atouts de la dette intégrée dans l’optimisation du conseil donné à leurs clients. Au cours de la formation, les professionnels du patrimoine pourront découvrir la vision atypique et pertinente du crédit en parfaite adéquation avec les axes de solutions patrimoniales qu’ils préconisent à leurs clients. L’objectif est de pouvoir les accompagner dans la mise en place d’une véritable stratégie d’allocation du pouvoir d’achat de leurs clients dans le temps afin qu’ils aient une vision globale du patrimoine de chaque client. Depuis près de 5 ans, la société met en place plus d’une quarantaine de formations par an (47 pour 2017), pouvant valider 3.5 h pour le renouvellement de la Carte T et 3.5 heures pour le renouvellement du statut d’IOB-SP. Ces formations validantes remportent un vif succès auprès des CGP. A ce jour, plus de 900 CGP les ont déjà suivies. Elles sont organisées à la fois en présentiel et en Webinar. Elles couvrent l’ensemble du secteur des CGP, en France mais aussi à l’international.
Lire (1 min.)

DNCA Finance renforce ses équipes de gestion

DNCA Finance renforce ses équipes de gestion

DNCA Finance, affilié de Natixis Investment Managers, qui réunit plus de cent vingt personnes au sein de ses trois bureaux à Paris, Luxembourg et Milan, annonce ce vendredi 15 février l'arrivée d'une nouvelle gérante–analyste dans son équipe de gestion. Dans le cadre de ses fonctions, cette nouvelle recrue interviendra sur les actions françaises et européennes des fonds de la gamme.

Emilie Brunet-Manardo, 36 ans, est diplômée de l’ESCP. Elle affiche 13 ans d’expérience en analyse financière et en investissement (public ou privé). Emilie Brunet-Manardo a débuté sa carrière chez Oddo & Cie en 2006 en tant qu’analyste financier sell-side sur les valeurs européennes du secteur Agroalimentaire et Boissons.

Focus sur le parcours d'Emilie Brunet-Manardo

En 2010 elle rejoint l’équipe d’investissement du FSI, devenu Bpifrance, où elle occupe à partir de 2013 le poste de directrice d’investissement dans l’équipe de capital développement. Son rôle inclut le sourcing d’opportunités d’investissement au sein des Mid & Large capitalisations françaises, cotées ou non cotées, le pilotage du processus d’investissement et le suivi des participations.

Dans ce cadre, Emilie Brunet-Manardo a l’occasion de travailler sur différents secteurs comme l’agroalimentaire, les énergies renouvelables, l’Oil & Gas ou encore les services aux entreprises. Elle participe également à des opérations de restructuring. Elle occupe par ailleurs des fonctions d’administratrice de certaines sociétés du portefeuille.

Lire (2 min.)

L’AMF approfondit son analyse des effets du régime harmonisé de pas de cotation

Après une première étude réalisée après la mise en place au 3 janvier 2018 du régime harmonisé de pas de cotation en Europe découlant du nouveau cadre des marchés d’instruments financiers (MIF 2), l’Autorité des marchés financiers publie ce vendredi 15 février une analyse sur une période plus longue.  Celle-ci vient confirmer les premiers effets vertueux observés.

Une nouvelle étude sur une période de 10 mois

Cette nouvelle étude couvre une période de dix mois autour de la date d’entrée en application de MIF 2 et du nouveau régime européen de pas de cotation, soit d’août 2017 à mai 2018, et inclut des phases de volatilité plus élevée. Le périmètre d’analyse reste inchangé avec plus de 500 valeurs françaises : CAC 40, autres titres présentant une capitalisation supérieure ou proche de 1 milliard d’euros et titres de petites et moyennes entreprises.

Pour mémoire, le pas de cotation est l’écart minimum permis entre deux prix directement consécutifs sur le marché. Par exemple, si le pas est fixé à 5 centimes d’euros, cela signifie qu’après une cotation à 10 euros, la première surenchère possible est à 10,05 euros. D’une manière générale, un pas trop faible engendre des variations de prix insignifiantes et incessantes. Il se traduit par une augmentation du bruit dans le carnet d’ordres et une dégradation du mécanisme de formation des prix. En sens inverse, un pas trop élevé peut entraîner une liquidité réduite.

Le nouveau pas de cotations a eu l'effet recherché

Afin d’éviter ces écueils, l’Autorité européenne des marchés financiers (ESMA) a défini les pas de cotation en fonction du profil de chaque titre (nombre de transactions par jour) et de son prix. La nouvelle étude de l’AMF, sur une période d’observation plus étendue, démontre que le nouveau régime de pas de cotation a eu l’effet recherché sur la qualité du marché.

Plusieurs indicateurs témoignent d’une profondeur accrue, de la réduction du bruit et d’une meilleure stabilité du carnet d’ordres : augmentation de la durée de vie médiane des ordres, fréquence de modifications des meilleurs prix moins importante, ratio ordres / transactions moins élevé. Ces éléments se vérifient dans des volumes constants voire supérieurs pour les PME. Il en découle une lisibilité accrue du processus de formation des prix sur le marché.

Cette nouvelle édition a été également l’occasion d’évaluer le coût effectif des transactions par catégorie d’acteurs : celui-ci a légèrement reculé sur les transactions réalisées pour le compte de client et apparaît légèrement en hausse pour les intervenants à haute fréquence.

Lire (3 min.)

La formation continue autorisée pour les courtiers en assurance

Dans ce cadre, la CSCA (chambre syndicale des courtiers d’assurances), l’ANACOFI (association nationale des conseils financiers) et PLANETE COURTIER, se félicitent de la décision des pouvoirs publics d’autoriser les courtiers en assurances, au même titre que les autres distributeurs, à dispenser en interne aux salariés concernés les 15h minimum de formation continue prévues par la DDA. Par cette décision majeure pour la profession, les pouvoirs publics confortent durablement le rôle et les missions des courtiers en France en permettant à nos cabinets de développer une formation adaptée aux grands enjeux du marché et d’anticiper les compétences nécessaires aux métiers de demain.
Lire (1 min.)

FIDROIT renforce ses effectifs

L'entreprise a recruté... Pour le service consultation/documentation :
  • Axelle MEILLER (consultante)
  • Rania IHADDADENE (consultante)
  • Maïder DOS SANTOS (consultante)
  • Sébastien GARCIA (consultant)
Pour le développement digital :
  • David DAUPEYROUX (ingénieur développement logiciel)
  • Lionel ANTRAIGUE (développement logiciel)
Pour l'équipe commerciale :
  • Morgane DA SILVA (chargée de clientèle)
  • Mounir KHALIL (chargé de clientèle)
Et enfin, pour la formation :
  • Alexandre BOITARD (chargé de formation)
  • Marion PONCELET (assistante commerciale/communication)
En 2 ans, le service formation de Fidroit s’est également attaché les services de 16 nouveaux intervenants «extérieurs». En 2017, Fidroit avait déjà enrichi ses effectifs :
  • Guillaume BOURGUET (graphiste/web designer)
  • Aude ROYER (assistante d'accueil)
  • Christelle CLERMONT (assistante comptable)
Elle compte aujourd’hui une quarantaine de collaborateurs et fin 2018, avec le lancement de la communauté du Conseil en Organisation Patrimoniale, elle continuera de recruter. Elle accueille également un jeune alternant en marketing digital ainsi que 2 consultants stagiaires.
Lire (1 min.)

CGPC lance un programme de formations pour accompagner les CGP dans l’excellence

Les formations proposées, pour une part récurrentes, permettront notamment aux CGP d’assimiler et de s'approprier le sens et le contenu des contraintes réglementaires, de bien apprécier l’aide que les outils numériques comme les « robo-advisors » peuvent leur apporter et de se tenir à jour de l’actualité économique et sociale pertinente pour leur métier.

Adaptées au niveau d’expertise des CGP certifiés, ces formations répondent aux exigences de qualité et d’indépendance que défend CGPC. Elles compteront pour la satisfaction de l’obligation de formation continue (60 heures sur 2 ans) des certifiés CGPC pour conserver leur certification. Le programme permettra à un certifié qui le suit en totalité de satisfaire à son obligation.

Au rythme d’une ou deux par mois, les formations aborderont des thèmes d’actualité et de fond devant un public de 15 à 20 professionnels.

Deux formations sont proposées en cette fin 2017 à Paris, sur des thèmes « brûlants » 

  • L'assurance vie : aspects économiques et actualité réglementaire ; point sur le dénouement du contrat - Le 23 novembre de 9h00 à 17h30.
  • Logique et actualité de l’immobilier: bien comprendre l’investissement immobilier pour bien expliquer la nature du risque encouru (choix du type d’investissement - sensibilité au risque - risque d’illiquidité) - Le 14 décembre 2017 de 9h à 17h30.

Les formations du 1er trimestre 2018 traiteront notamment de :

  • L’utilisation des technologies numériques dans la relation client et pour un conseil de qualité.
  • L’impact des évolutions réglementaires européennes MIFID 2, DDA et Priips (nouvelles obligations relatives au devoir de conseil et à la sensibilité au risque, fin des rétrocessions de commission pour le conseil indépendant).

Courant l’année 2018, les formations comprendront chacune à terme une part en enseignement à distance permettant au CGP de rentabiliser son temps.

Lire (2 min.)

Lancement de la fondation Nexity

La Fondation Nexity œuvre pour une ville plus inclusive où chaque personne fragilisée (re)trouvera sa place, des perspectives d’avenir, la capacité d’agir et le moyen de s’accomplir. La Fondation Nexity amplifie les actions de mécénat du groupe Nexity : elle impulse et organise des dynamiques collectives de solidarité au cœur des villes, à travers son soutien à des projets d’utilité sociale, ayant pour bénéficiaires les personnes fragilisées et la société dans son ensemble. Ses axes d’intervention sont le logement dans son usage, l’emploi, la formation et l’éducation. Guidée par des valeurs d’action, d’audace, de coopération, de partage, d’engagement et de vivre ensemble, la Fondation Nexity rassemble des acteurs qui, à ses côtés, veulent agir pour une ville plus inclusive : les collectivités territoriales et autres acteurs économiques et sociaux locaux. Pour porter et expérimenter de nouvelles formes de solidarité.
Lire (1 min.)

Natixis Investment Managers nomme son premier Responsable RSE et ESG

La responsabilité sociétale des entreprises (RSE) et les critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) deviennent de plus en plus incontournables. Natixis Investment Managers, acteur mondial de la gestion d’actifs avec 808 milliards d’euros d’encours sous gestion, annonce ce vendredi 15 février la nomination de son premier Responsable RSE et ESG, dont le poste sera basé à Paris.

La stratégie ESG de Natixis Investment Managers

Harald Walkate aura pour mission de piloter la politique RSE et de coordonner la stratégie ESG de Natixis Investment Managers à l’échelle mondiale, dans l’ensemble de son réseau de distribution et auprès des affiliés de Natixis Investment Managers. Il sera rattaché à Beverly Bearden, Directrice générale adjointe de Natixis Investment Managers, et à Christophe Lanne, responsable de la Transformation du pôle Gestion d'Actifs et Banque Privée.

« La Responsabilité Sociétale des Entreprises est au cœur de la philosophie de Natixis et l’un des piliers de notre plan 2020 New Dimension », déclare Beverly Bearden. « Nos clients souhaitent désormais investir dans des entreprises ayant un impact social et environnemental positif », renchérit Christophe Lanne. De son côté, Harald Walkate explique : « Natixis Investment Managers est l’un des leaders de la gestion ESG grâce à son implication dans des initiatives majeures telles que les Principes pour l’investissement responsable des Nations Unies, le G7 et l’Alliance des dirigeants engagés pour le climat du Forum économique mondial. »

Focus sur le parcours d'Harald Walkate

Harald Walkate était auparavant Vice-président senior en charge de l’investissement responsable chez Aegon Asset Management (AAM) (Pays-Bas). Il était responsable de l’intégration ESG, des initiatives d’engagement et de l’impact investing pour le groupe Aegon et AAM.

Dans ses précédentes fonctions, Harald Walkate a travaillé au sein du département New Business Initiatives d’AAM et développait des stratégies dédiées aux investisseurs institutionnels. Depuis 2018, il est également conseiller pour le « Impact Management Project (IMP) » sous détachement d’Aegon. Il conservera ce rôle de conseiller une fois chez Natixis Investment Managers.

Lire (3 min.)

Swiss Life AM va acquérir un portefeuille d’actifs de bureaux d’exception à Paris

Swiss Life Asset Managers est sur le point d'acquérir dans le Quartier Central des Affaires (QCA) de Paris un portefeuille de bureaux prime de Terreïs. Un protocole d'accord a été signé avec Terreïs pour un total de 28 actifs, valorisés à 1,7 milliard d'euros. Le transfert de propriété devrait intervenir au 2e trimestre 2019.

90 % d'actifs dans des immeubles haussmanniens

Les actifs seront acquis par des fonds immobiliers gérés par des entités de Swiss Life Asset Managers situées en Suisse, France, Allemagne et au Luxembourg. De quoi offrir à leurs clients habituels et futurs investisseurs un accès unique au marché de bureaux de Paris QCA.

90 % du portefeuille concerne des actifs de bureaux primes situés dans Paris QCA. Au cœur de la capitale, ces immeubles de style « haussmannien » sont principalement localisés dans les 1er, 2e, 8e, 9e et 10e arrondissements. Ces secteurs sont les plus recherchés aujourd'hui, avec une grande diversification des utilisateurs, qui va de l'industrie du luxe à celle des nouvelles technologies.

Un accès unique au marché des bureaux de Paris QCA

« Nous offrons ainsi à nos clients de bénéficier d'un accès unique au marché des bureaux de Paris QCA en leur permettant de se positionner sur des immeubles de grande qualité, rarement accessibles, dans des emplacements « prime » mais avec une réserve de potentiel locatif à activer via notre asset management » précise Frédéric Bôl, CEO France de Swiss Life Asset Managers.

Paris reste l'un des marchés immobiliers les plus prisés en Europe, avec un taux de vacance très faible et des loyers en hausse sur le secteur des bureaux. Les développements de nouveaux bureaux restent très rares dans la capitale française. Le parc immobilier du QCA n'a connu qu'une augmentation de 6 % sur les 40 dernières années, ce qui renforce encore l'attractivité du marché parisien.

Lire (2 min.)

Le CFBP lance deux formations DCI

Ceux d’entre eux qui ne satisfont pas aux conditions de diplôme ou d’expérience professionnelle listées par la directive sont assujettis à une obligation de formation initiale de 40 heures. Tous, sans exception, doivent ensuite suivre 7 heures annuelles de formation « d’actualisation et de maintien des connaissances », et ce tout au long de leur vie professionnelle. Pour répondre à ces obligations, le CFPB-École supérieure de la banque lance deux formations : un parcours initial (de 40 h, en mix-formation) et une formation de maintien des connaissances (de 7 h, proposée selon 2 modalités : distanciel ou présentiel). Les formations réglementaires à venir d’ici le début de 2018 s’appuieront sur ces mêmes savoir-faire, garantissant aux entreprises bancaires des solutions parfaitement adaptées à ces nouveaux besoins. Conçu pour être échelonné sur une période de 4 semaines, le parcours initial DCI comprend 4 jours (28 h) de présentiel et 12 h de distanciel (elearning, classes virtuelles…). Il est structuré autour de cas pratiques permettant d’appréhender très concrètement et dans sa globalité le montage financier des projets immobiliers des clients. Afin d’offrir plus de souplesse dans le mode d’administration, la formation DCI de 7 h est assortie de 2 options : ▪ formation 100% distancielle mais encadrée (équipe pédagogique à disposition), accessible sur tous supports, optimisant le ratio temps passé/efficacité (séquences de formation courtes et autonomes de 10 à 20 minutes) ; ▪ formation interactive en présentiel, favorisant le partage d’expériences, l’apprentissage entre pairs et le travail collaboratif.
Lire (1 min.)

ECOFIP anime une formation à la loi Girardin Industrielle

Parmi les questions qui seront traitées par les intervenants :  ·         Qu'est ce que la loi Girardin Industrielle ? ·         Comment fonctionne le dispositif ? ·         Quels sont les risques, quelles sont les garanties ? ·         Quels sont les secteurs d'activités éligibles et les personnes concernées ? ·         Quelles sont les obligations légales ?
Lire (<1 min.)