Harmonie Mutuelle rejoint le fonds CapDecisif 4

CapDecisif Management — société de gestion indépendante de capital-investissement — annonce ce lundi 20 mai accueillir Harmonie Mutuelle aux côtés de Philips, L'Occitane et Vivalto parmi ses partenaires stratégiques de son nouveau fonds « CapDecisif 4 » — spécialisé en santé digitale — lancé en juillet 2019.

Harmonie Mutuelle voit dans l’innovation technologique en santé un levier essentiel pour proposer de nouveaux services à ses adhérents. Son ancrage régional et territorial lui permet de se positionner comme un « amorceur » de startups. Avec cette opération, Harmonie Mutuelle devient un « référent » pour les PME et les entreprises du secteur de l’innovation technologique santé, dans le cadre de la stratégie innovation du Groupe VYV.

Vers un partenariat de long terme

Dans le cadre de cette collaboration, Harmonie Mutuelle présentera des « proof of concept » — prototype, ou démonstration de faisabilité — à travers ses adhérents/patients et les établissements VYV Care. Objectif, tester et choisir avec le fonds « CapDecisif 4 » les solutions technologiques médicales de demain. De son côté, le Groupe VYV poursuivra le déploiement à grande échelle — à travers VYV Invest — des processus qui améliorent le parcours de soin des patients et réduisent les coûts de santé. 

CapDecisif Management poursuit sa collecte, afin de réunir des partenaires majeurs concernés par l'évolution à travers le digital, du monde de la santé et du bien-être. Depuis sa création en 2001, CapDecisif Management a accompagné plus de 80 entreprises en Europe occidentale et génère une performance régulière pour ses investisseurs. Au-delà de l'investissement dans le fonds, Harmonie Mutuelle et CapDecisif Management vont développer un partenariat de long terme avec des synergies opérationnelles entre les équipes et les sociétés en portefeuille.

Lire (2 min.)

Immobilier : Novaxia lance un fonds dédié à l’urbanisme temporaire

Dans le cadre du Salon des Maires d’Ile-de-France le 17 avril dernier, Novaxia avait annoncé la création du 1er fonds de dotation en faveur de l’urbanisme temporaire. Son lancement officiel a été annoncé ce lundi 6 mai. Ce véhicule de financement vise à soutenir et conduire « toutes actions d’intérêt général qui contribuent à la valorisation et la promotion de projets temporaires à caractère philanthropique », dans des lieux urbains vacants. Novaxia indique vouloir soutenir des projets l'action sociale, éducative, sportive, environnementale ou culturelle.

1 million d'euros pendant les 5 premières années

Novaxia ambitionne de participer à ce type de financement à travers des versements de subventions. Le fonds sera doté d’1 million d’euros pour ses 5 premières années d’exercice. Les dizaines de milliers d’investisseurs des fonds développés par Novaxia auront également la possibilité de faire des donations pour subventionner les projets sélectionnés. Novaxia espère systématiser la méthode, afin de rendre utile la période de vacance quand ses bâtiments restent vides et inutilisés.

La société a déjà expérimenté l’urbanisme temporaire dans ses projets rue Lacépède — Ve arrondissement parisien — et avenue de Gallieni à Bagnolet en Seine-Saint-Denis. Elle a mis les locaux vides à disposition de personnes en réinsertion sociale et professionnelle, à des startups et au collectif d’artistes « Wonder ». Ces bureaux ont permis de développer de multiples activités, comme une cantine expérimentale, des ateliers, une salle d’exposition ou encore un atelier d’édition pluridisciplinaire.

Lire (2 min.)

ESG : Mirabaud AM s’allie avec CONINCO pour lancer un fonds dédié aux small caps suisses

Mirabaud Asset Management (AM) —  gestionnaire d'actifs suisse —  annonce ce mardi 30 avril sa collaboration avec CONINCO Explorers in Finance, spécialiste suisse de l’investissement durable. Les deux sociétés mettront en commun leur expertise sur le secteur des petites capitalisations suisses.

Mirabaud AM apporte son expertise en sélection de valeurs, grâce à son expérience dans la gestion de portefeuilles de petites et moyennes capitalisations suisses. CONINCO — 10 ans d'expérience sur la thématique ESG — sera en charge de l’engagement auprès des entreprises présentes en portefeuille, pour promouvoir les bonnes pratiques et les avantages à long terme du respect des critères ESG.

Les pratiques ESG favorisent la performance à long terme

« Les marchés financiers, ainsi que le secteur de la gestion d’actifs, ont la capacité de promouvoir des pratiques durables auprès des entreprises et de répondre aux préoccupations sociales et environnementales à l’échelle mondiale. C’est cette conviction qui guide nos efforts en vue de mobiliser des capitaux afin d’avoir un impact positif et d’améliorer le profil ESG de ces petites entreprises », explique Bertrand Bricheux, Responsable Global des ventes et du marketing chez Mirabaud AM.

Mirabaud AM et CONINCO contribueront activement à la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD), lancés par les Nations Unies, au sein du segment des petites capitalisations suisses. « Une mise en œuvre adéquate des pratiques ESG sera favorable à la performance à long terme. Un nombre toujours croissant d’entreprises qui s’efforcent d’améliorer les normes et pratiques ESG sont aujourd’hui récompensées par la communauté financière », déclare Hamid Amoura, Responsable des Investissements Responsables pour le Groupe Mirabaud.

Lire (2 min.)

Amiral Gestion : la stratégie du fonds Sextant PME passe le cap des 5 ans

Amiral Gestion — société de gestion indépendante — célèbre ce mardi 16 avril le cinquième anniversaire du fonds Sextant PME. Le gérant développe cette stratégie d'investissement dans les PME-ETI européennes depuis le 1er janvier 2014. Au sein de sa gamme Sextant, Amiral Gestion suit une approche fondamentale caractéristique de sa culture de stock-picking. Le fonds Sextant PME est éligible au PEA et au PEA-PME.

Géré en sous-portefeuille, ce véhicule enregistre 116 millions d’euros d'encours. Sa performance annualisée atteint 11,1 % depuis sa création. « Sur le long terme, nous constatons que les petites valeurs européennes surperforment assez significativement les grandes capitalisations. A noter également une forte dispersion des performances au sein de ce segment », souligne Bastien Goumare, Gérant chez Amiral Gestion.

Un segment riche en opportunités d'investissement

« Si l’on considère les contraintes d’éligibilité au PEA-PME, l’univers d’investissement compte un peu plus de 2 000 sociétés cotées avec une capitalisation globale de 1 300 milliards d’euros. Si le cas de la liquidité de ce marché a souvent été évoqué, il est toutefois caractérisé par une diversité et une richesse indéniables dans sa profondeur à l’échelle européenne », précise Raphaël Moreau, Gérant et Coordinateur du fonds Sextant PME.

« 75 % des valeurs que nous avons en portefeuille sont suivies par moins de 5 courtiers contre en moyenne 25 pour les valeurs du CAC 40 », ajoute Raphaël Moreau. Amiral Gestion compte dans ses rangs 24 analystes-gérants, basés à Paris et Singapour. La société continue de renforcer ses équipes pour couvrir ce segment riche en opportunités d’investissement.

Note de qualité et renforcement des critères ESG

Le fonds Sextant PME a été fermé aux souscriptions en juillet 2017, pour assurer les meilleures conditions de gestion sur le segment des petites et moyennes valeurs. Ce véhicule est réouvert aux nouveaux investisseurs depuis l’automne 2018. « Les gérants trouvent de nouveau de bonnes opportunités sur des dossiers redevenus attractifs en termes de valorisation », explique Nicolas Komilikis, Directeur Général d’Amiral Gestion.

Amiral Gestion a élaboré un processus d’analyse fondé en partie sur une note qualité propriétaire. Objectif, évaluer les titres en fonction de 28 critères aussi bien financiers qu’extra-financiers. « Fin 2018, nous avons renforcé l’intégration des critères ESG au sein de nos notes qualité. Cette démarche était déjà intrinsèquement présente dans notre analyse des risques en particulier sur les critères de gouvernance », précise Nicolas Komilikis, Directeur Général d’Amiral Gestion.

Lire (3 min.)

Le Grand Forum du Patrimoine : LFDE reçoit le Grand Prix de la Philanthropie

La Financière de l'Echiquier (LFDE) a reçu le Grand Prix de la Philanthropie — catégorie Sociétés de Gestion — au Grand Forum du Patrimoine (GFP), qui s'est tenu le 11 juin dernier à Paris. Cette récompense est une nouveauté 2019, pour la 3e édition du salon organisé par Gestion de Fortune, Investissement Conseils et Profession CGP.

Monde de la finance et fondations

Le Grand Prix de la Philanthropie met en avant les meilleures collaborations entre mécènes du monde de la finance et fondations. Il récompense l'action de la Fondation Financière de l’Echiquier, créée en 2004. Sous l’égide de la Fondation de France, la Fondation Financière de l’Echiquier agit pour les personnes en difficulté sociale ou professionnelle.

Cette structure — dirigée par Bénédicte Gueugnier — soutient des projets dans trois domaines : l’éducation, l’insertion et la lutte contre la grande exclusion. La Fondation Financière de l’Echiquier est financée par un mécanisme de partage des frais de gestion de trois fonds d’investissement, ainsi que par des dons externes.

Collaborateurs, clients et partenaires

« Cette belle distinction nous encourage à poursuivre notre action de solidarité, qui fédère les collaborateurs de l’entreprise et démontre que finance peut rimer avec bienveillance », déclare Bénédicte Geugnier, Directrice de la Fondation Financière de l’Echiquier.

« Ce prix (...) est la reconnaissance du formidable travail accompli par la Fondation Financière de l’Echiquier comme de l’implication de nos collaborateurs, qui s’engagent sur le terrain en faveur de projets solidaires, mais aussi celle de nos clients et partenaires qui soutiennent notre engagement », ajoute Christophe Mianné, Directeur Général de La Financière de l’Echiquier.

Lire (2 min.)

JLL France annonce 2 nominations dans son service investissement logistique et industriel

JLL France — filiale du groupe JLL — annonce ce jeudi 13 juin deux nominations en interne. JLL France accueille un Responsable de la Business Line Logistique et Industrielle, ainsi qu'un nouveau Directeur Adjoint. Dans le détail, JLL — Jones Lang LaSalle, conseil en immobilier d’entreprise — figure dans le classement Fortune 500. La société américaine revendique chiffre d'affaires de 16,3 milliards de dollars. JLL emploie près de 90 000 collaborateurs dans plus de 80 pays.

Un marché de l'investissement logistique en pleine croissance

Basé à Paris, Simon-Pierre Richard prend ses fonctions au sein du Département Investissement, sous la responsabilité de Vincent Delattre. Il travaillera en étroite collaboration avec Pierre de Montbeillard, nommé Directeur Adjoint. Le service investissement logistique et industriel compte aujourd'hui 4 collaborateurs, et bientôt un cinquième consultant.

Le marché de l'investissement logistique connaît une forte croissance. En 2019, les volumes transactés devraient dépasser le record de 2,7 Mds€ établi l'an dernier. L’équipe gère déjà plus de 960 M€ d’actifs en cours de due diligence, ou sous compromis pour 2019. Ces chiffres confirment l’exceptionnelle attractivité des actifs logistiques et industriels auprès des investisseurs.

Focus sur Simon-Pierre Richard et Pierre de Montbeillard

Simon-Pierre Richard bénéficie de près de 10 ans d’expérience en immobilier logistique et industriel. Il rejoint JLL en 2018, après avoir travaillé pendant 8 ans chez AEW en tant qu’Asset Manager et Directeur d’investissements industriels. Cette expérience lui a notamment permis acquérir pour le compte de différents clients plus de 850 M€ d’actifs.

Pierre de Montbeillard est basé à Lyon. Il a rejoint JLL en 2015, après une expérience de 4 années en expertise. Pierre de Montbeillard affiche une grande expérience, tant sur la vente unitaire d’actifs logistiques que sur la vente de portefeuilles.

Lire (2 min.)

Helaba Invest augmente sa participation dans le fonds Altera Retail

À la fin du 1er trimestre 2019, l’investisseur allemand Helaba Invest augmente sa participation dans le fonds Retail d’Altera Vastgoed pour le compte de plusieurs clients institutionnels. Après une première opération au 4e trimestre 2018, Helaba Invest a confirmé jeudi 4 avril sa confiance dans le fonds Altera Retail avec un investissement additionnel.

650 millions d'euros d'actifs en gestion

Actif depuis 2000, le fonds Retail gère près de 650 millions d’euros d’actifs. Sa base d’actionnaires comprend plus de 26 investisseurs institutionnels. Cette nouvelle prise de participation entre dans le cadre de la stratégie d’Altera, qui vise à élargir sa base d’investisseurs au niveau international.

L’absence d’effet de levier positionne le fonds dans la catégorie de risque la plus faible au sens de la réglementation Solvency II, ce qui implique une exigence (de réserve) en capital plus limitée. CBRE Capital Advisors est intervenu dans le cadre de cette opération en tant qu’agent de placement pour Altera Vastgoed.

Une stratégie Food & Convenience Retail

« Cela nous motive à passer aux étapes suivantes, non seulement en termes de levée de fonds, mais également en termes d’acquisitions dans le domaine du Food & Convenience. Nous voyons d’ores et déjà des possibilités concrètes pour les trimestres à venir », explique Jaap van der Bijl, PDG d’Altera.

La stratégie de Food & Convenience Retail sera encore développée dans les années à venir. Le fonds a pour but de réaliser un rendement direct élevé avec des prévisions de croissance stables, axées sur des investisseurs institutionnels, avec un horizon à long terme.

Lire (2 min.)

Olivier Chamard - Sycomore AM : « Nous confectionnons de plus en plus de fonds dédiés pour les CGP »

Fonds ISR, gestion pilotée en assurance vie, gestion sur-mesure pour les CGP... Sycomore AM se montre prudent sur les marchés en ce début d'année 2019, notamment dans les fonds flexibles. Comment investir en limitant les risques dans une conjoncture toujours incertaine ?
Voir (<3 min.)

Dette privée : forte progression des fonds d’investissement en France

France Invest — Association des Investisseurs pour la Croissance — publie ce jeudi 4 avril avec le cabinet Deloitte — audit et conseil — la 2e édition de son étude sur l'activité des fonds de dette actifs en France en 2018. Les fonds concernés ont une structure internationale, et disposent tous d'une équipe spécialisée en dette privée ou d'un bureau de représentation en France. Ils appartiennent aussi à la Commission Dette Privée de France Invest. Sur les 37 structures concernées, 84 % ont répondu à l'enquête.

La France 2e marché européen de la dette privée

La dette privée a connu une forte progression en 2018, que ce soit au niveau des montants levés auprès des institutionnels, des montants investis ou du nombre d'opérations. La dette privée prend ainsi une place croissante dans les modes de financement alternatifs et complémentaires à la dette bancaire, que ce soit pour les entreprises ou les investisseurs en capital.

« La France se positionne à nouveau comme le deuxième marché européen de la dette privée, attirant aussi bien des fonds français que des fonds internationaux », souligne Cécile Mayer-Levi, Présidente de la Commission Dette Privée de France Invest. La France a concentré 35 % des opérations réalisées en 2018, loin devant l'Allemagne. L'année dernière, 6 fonds français ont levé 3,5 milliards d'euros pour financer les entreprises en dette privée. Ce résultat montre une progression de 48 % par rapport à 2017.

Dette privée : des fonds d'investissement en forte progression en France

Arrivée de nouveaux entrants étrangers

En 2018, la France a recensé 147 opérations réalisées par des fonds français et étrangers. Ces acteurs ont levé 7 milliards d'euros de dette privée. Ce chiffre indique une hausse de 16 % des montants investis et de 20 % des opérations par rapport à 2017. Dans le détail, 60 % des montants investis et 50 % des opérations financent la transmission d'entreprise. Pour ce qui est des fonds de dette français, 76 % de leurs opérations ont été effectuées en France, et 24 % hors de France.

C'est un niveau élevé pour le marché de la dette privée, qui reste un secteur économique récent dans l'hexagone. « Nous avons également vu l'arrivée de nouveaux entrants étrangers, confirmant l'attractivité de la France sur ce marché (...) L'arrivée de nouveaux entrants va conduire à une plus grande diversité des offres de financement aux entreprises », précise Guillaume Leredde, Assitant Director chez Deloitte Debt Advisory.

Une source de financement à part entière

D'après l'étude, la dette privée couvre un large panel de financements. La liste inclut notamment la dette senior souscrite par des fonds de dette, les financements unitranches, la mezzanine et autre dette subordonnée. Avec 29 % du total des opérations, les biens et services de consommation arrivent au premier rang des secteurs financés en dette privée.

65 % des opérations ont accompagné une transaction menée par un investisseur en capital. 35 % des opérations sont réalisées sans la présence d'un fonds investisseur en capital, ce qui souligne que la dette privée devient une source de financement à part entière.

Lire (4 min.)

Loi Pacte : Emmanuel Macron organise le fléchage des fonds

Mi-mars, les députés ont voté le projet de loi Pacte porté par le gouvernement. Ce texte de loi — fruit d'une promesse de campagne d'Emmanuel Macron — comporte plusieurs amendements au sujet de l'épargne retraite et de l'assurance-vie. Le Président organise le fléchage d'une partie des fonds collectés vers de nouveaux segments de l'économie.
Lire (3 min.)

Prélèvement à la source : 70 % des foyers fiscaux déclarent en ligne

Gérald Darmanin — Ministre de l'Action et des Comptes publics — fait le point ce lundi 17 juin sur la campagne de déclaration des revenus, quelques mois après l'instauration du prélèvement à la source. Désormais, 25 millions de foyers fiscaux déclarent leurs revenus en ligne soit près de 70 %.

Ce chiffre sera actualisé d'ici la fin du mois, avec la prise en compte les dépôts des tiers de confiance — experts-comptables, etc. — qui ont jusqu’au 25 juin pour déposer les déclarations dans lesquelles figurent des revenus professionnels.

Généralisation de la déclaration en ligne

En 2019, la déclaration en ligne a été généralisée pour les contribuables qui disposent d’une connexion Internet. L'administration fiscale a mis en place — comme tous les ans — un dispositif d’accompagnement. Les questions posées par les contribuables concernaient majoritairement le prélèvement à la source et le dispositif de « l'année blanche ».

Les Français s'interrogeaient notamment sur la notion de revenus exceptionnels et de crédit d'impôt modernisation du recouvrement (CIMR). En 2020, près d'une douzaine de millions de contribuables — ceux qui n'ont rien à modifier à leur déclaration préremplie — n'auront plus rien à faire. Cette mesure vise à simplifier les démarches administratives des Français.

Succès du prélèvement à la source

Les Français se sont appropriés le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu, se félicite le Ministère de l'Action et des Comptes publics. Les contribuables ont réalisé 5 millions d'opérations sur l'interface « Gérer mon prélèvement à la source », dont près d'1,4 million de modulations de taux.

Plus de 2 millions de déclarations DSN et PASRAU sont déposés chaque mois par les collecteurs de retenue à la source — employeurs, caisses de retraites, etc. — comportant près de 90 millions de données de revenus. Grâce à ce bon fonctionnement, les rentrées fiscales sont conformes aux prévisions.

Lire (2 min.)

Marché des changes : SWIFT soutient l’automatisation

SWIFT — acteur mondial des services de messagerie financière sécurisée — a publié le 12 juin dernier son rapport « The value of standards in the FX markets » (en anglais) pour appeler le secteur du marché des changes à davantage de coopération, dans le but d'accroître son niveau d'automatisation. Le Groupe recommande d'améliorer les standards afin d'écarter les obstacles qui entravent l’échange d’informations. SWIFT espère ainsi aboutir à une automatisation de bout en bout.

Standardiser et automatiser

Le marché des changes compte 180 devises convertibles dans des volumes importants. Son bon fonctionnement exige désormais des niveaux d’automatisation élevés. Pourtant, certains obstacles l’empêchent encore d’optimiser son efficience. Chaque jour, des millions de messages de confirmation sont échangés entre les contreparties. Des divergences dans l’information peuvent causer l’échec de milliers de dénouements. L’évolution des normes sera nécessaire pour suivre le rythme des changements commerciaux, opérationnels et réglementaires qui se produisent sur le marché mondial des changes.

SWIFT appelle le secteur des changes à repérer les points de blocage, les inefficiences et les traitements manuels qui peuvent être éliminés, grâce à une approche commune et à l’augmentation des niveaux d’automatisation. Son rapport suggère de mettre à profit les possibilités offertes par une meilleure harmonisation grâce à la standardisation. La version 2019 des standards SWIFT va faciliter l’automatisation du processus de « matching » qui permet de confirmer une opération de change. Cette amélioration vise à faire gagner du temps et de l’argent en réparation de données.

Lire (2 min.)

Swiss Life AM lance un nouveau fonds hôtelier européen pour les investisseurs institutionnels internationaux

Swiss Life Asset Managers (AM) a annoncé le 12 mars dernier le lancement d'un nouveau fonds, baptisé « Swiss Life REF (LUX) European Hotel Fund S.A., SICAF-SIF ». Destiné aux investisseurs institutionnels internationaux, ce véhicule vise un encours d'1 milliard d'euros. Il a obtenu l'agrément de l'autorité luxembourgeoise du marché (CSSF) et des autorités de tutelle locales, dont l'AMF en France.

Le fonds est géré par Swiss Life Fund Management (LUX) SA et conseillé par le centre de compétences hôtellerie de Swiss Life AM à Paris (Swiss Life REIM France). Il sera dédié à l'hôtellerie de 3 et 4 étoiles dans les métropoles européennes dynamiques, avec un endettement cible de 40 %.

Constituer un portefeuille hôtelier européen

Le fonds prévoit de constituer un portefeuille européen. Il ciblera les principaux marchés hôteliers du Vieux Continent comme la France, l'Allemagne et les Pays-Bas, ainsi que le sud de l'Europe, qui offre un fort potentiel de croissance du revenu moyen par chambre disponible (RevPAR). Objectif, sélectionner les actifs qui répondent à la demande des voyageurs soucieux de leur budget, avec des attentes élevées en termes de rapport qualité-prix.

Swiss Life AM dispose d'un total de 79 hôtels, soit plus de 1,4 milliard d'euros d'actifs sous gestion au 31 décembre 2018. Le groupe a acheté 17 hôtels ces 18 derniers mois. « C'est le quatrième fonds que nous avons lancé sur cette typologie d'actifs très appréciée de nos investisseurs. Ce fonds bénéficiera de l'expertise de Swiss Life Asset Managers en matière d'investissement hôtelier, de gestion d'actifs, de structuration et de recherche », précise Frédéric Bôl, CEO de Swiss Life AM France.

D'autres investissements devraient suivre en 2019

« Les modèles d'allocations d'actifs montrent l'intérêt d'une exposition sur le secteur hôtelier en Europe, notamment la diversification géographique et sectorielle, qui sont des éléments clés pour minimiser les risques. La France reste la première destination touristique en nombre de visiteurs, l'Espagne la plus populaire en termes de nuitées de loisir devant l'Italie. L'Allemagne offre un large spectre de villes où le tourisme d'affaires est synonyme de stabilité des revenus », détaille Béatrice Guedj, Directrice de la Recherche et de l'Innovation de Swiss Life REIM France.

« Ce fonds bénéficie déjà du soutien de Swiss Life en tant qu'investisseur puisque deux hôtels situés à Munich et Düsseldorf devraient être apportés courant 2019. Par ailleurs, un sourcing très actif en Europe nous a permis de nous positionner, à la fin de l'année dernière, sur l'acquisition de deux hôtels situés dans le centre-ville de Lisbonne. D'autres investissements devraient suivre en 2019 car nous continuons à chercher des actifs de grande qualité », conclut Johanna Capoani, Responsable du Pôle Hôtels.

Lire (3 min.)

Dette privée : Crédit Agricole Auvergne Rhône-Alpes lance avec Amundi un fonds pour les entreprises en croissance

Cinq caisses régionales du groupe Crédit Agricole en région Auvergne Rhône Alpes (AURA) annoncent ce mercredi 14 mars le lancement du fonds « Dette Privée AURA by CA » géré par Amundi. Ce produit sera proposé par les caisses Centre-Est, Centre-France, Loire Haute-Loire, des Savoie et Sud Rhône-Alpes. Ce fonds de dette privée est dédié au financement de la croissance des entreprises de la région AURA.

Une première levée de 60 millions d'euros vient d’être conclue avec la souscription des 5 caisses régionales. Un second tour de table sera réalisé dans le courant de l’année avec des investisseurs institutionnels, principalement régionaux. Ce nouveau véhicule illustre la stratégie du groupe Crédit Agricole pour financer l'économie des territoires, que ce soit en termes de sourcing ou d'abondement du fonds.

Mise en œuvre du plan « Ambition stratégique 2020 »

Le fonds Dette Privée AURA by CA investira sur des prêts à moyen terme et à remboursement in fine, pour financer les PME et ETI régionales en développement. Il disposera d'une gérante dédiée, Stéphanie Canova. Les 5 caisses régionales contribueront à identifier les opérations. Ce partenariat « constitue une nouvelle illustration très concrète de la mise en œuvre du plan « Ambition stratégique 2020 » du groupe Crédit Agricole », précise Yves Perrier, Directeur général d’Amundi.

Le pôle dette privée d’Amundi a été créé en 2012 et intégré depuis 2016 au sein de la plateforme d’actifs réels et alternatifs. Dirigé par Thierry Vallière, il totalise 7 milliards d’euros sous gestion à fin décembre 2018. La gestion d’Amundi Dette Privée fait appel à une équipe d’investissement de 20 professionnels expérimentés avec 17 ans d’expérience en moyenne.

Lire (2 min.)