ISR : J.P. Morgan AM obtient le label pour son fonds obligataire « flagship » global

J.P. Morgan Asset Management (JPMAM) — division de JPMorgan Chase & Co. et l’un des principaux gestionnaires d’actifs au monde — annonce ce jeudi 21 janvier avoir obtenu en décembre le label public français Investissement Socialement Responsable (ISR) pour son fonds obligataire « flagship » JPMorgan Funds - Global Bond Opportunities Sustainable Fund.

Stratégie de finance durable

Le Label ISR vise à offrir plus de visibilité sur les investissements, en s’assurant de la transparence des processus des fonds et de l’intégration effective des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans leur processus de gestion. Il permet d'évaluer les critères ESG et des politiques d'engagement des entreprises dans lesquelles le fonds investit ainsi que du degré de transparence dans la gestion des fonds.

L'obtention de ce troisième label ISR « s’inscrit dans notre engagement d’accompagner les investisseurs français dans leur recherche de nouvelles solutions d’investissement durables, innovantes et performantes. C’est aussi une reconnaissance de l’engagement continu des équipes de J.P. Morgan AM à renforcer notre démarche mondiale d’intégration ESG et à enrichir nos capacités de recherche et d'analyse extra-financière », réagit Nicolas Deblauwe, Directeur Général France et Bénélux, JPMAM.

Signataire des PRI des Nations Unies depuis 2007 et membre du groupe Climate Action 100+, JPMAM s’appuie sur une équipe de spécialistes de l’investissement durable qui collabore avec plus de 200 analystes de recherche à l’échelle mondiale pour intégrer en profondeur les critères ESG. JPMAM compte plus de 450 stratégies d'investissement intégrées ESG et activement gérées, représentant 2 100 milliards de dollars d'actifs. Au 31 décembre 2020, elle propose 18 produits durables dédiés avec plus de 2,5 milliards de dollars d'actifs sous gestion dans des fonds durables.

15 segment obligataires

Le fonds JPM Global Bond Opportunities Sustainable investit de manière flexible dans 15 segments obligataires et dans plus de 50 pays. Il vise à générer une meilleure performance que les stratégies obligataires traditionnelles. En plus d’intégrer pleinement les critères ESG et l’application de politiques d’exclusion strictes dans son processus d’investissement, le fonds privilégie les entreprises et émetteurs dont les profils ESG sont meilleurs que ceux de leurs pairs.

Géré par Bob Michele, Directeur Monde de la Gestion Obligataire, et Iain Stealey, Directeur International de la Gestion Obligataire, le fonds s’appuie sur une équipe de 60 analystes de recherche dédiés et sur l’expertise de ses 265 professionnels de l’investissement obligataire, gérant un total de 658 milliards de dollars (au 30 septembre 2020).

« Le fait d’avoir obtenu la labellisation du premier fonds obligataire global illustre notre volonté d’innover dans les solutions obligataires ISR proposées à nos clients européens. Nous nous appuyons sur nos expertises robustes et nos capacités de recherche dans la construction de portefeuilles flexibles que nous proposons dans des formats adaptés aux normes locales en matière de soutenabilité », déclare Iain Stealey, Directeur international de la gestion obligataire.

Lire (3 min.)

Marchés actions : et l’ISR conquit l’Amérique

Benoit Brochart
En 2020, la finance durable s'est imposée en Europe. Désormais, les gérants ISR regardent en direction des Etats-Unis. L'élection de Joe Biden va-t-elle favoriser l'ISR ? Quels risques faut-il anticiper sur les marchés américains dans un contexte de relance ? Les explications de Benoit Brochart, Gérant de portefeuille senior chez Silex.
Lire (3 min.)

INOCAP Gestion recrute un Assistant de Gestion et Analyste ESG

INOCAP Gestion — société de gestion de portefeuille indépendante — a annoncé le 14 janvier dernier renforcer son équipe avec l’arrivée d’un Assistant de Gestion et Analyste ESG. Dans ce cadre, Hugo Le Nozach rejoint INOCAP Gestion pour accompagner le développement de la société.

Focus sur le parcours d'Hugo Le Nozach

INOCAP Gestion recrute un Assistant de Gestion et Analyste ESG
Hugo Le Nozach

Hugo Le Nozach est diplômé d’un Master II en Finance d’Entreprise à l’ESSCA d’Angers (Maine-et-Loire), où il a pu rédiger un Mémoire de fin de cursus sur l'investissement socialement responsable. Il rejoint l’équipe d’INOCAP Gestion en janvier 2020 dans le cadre de son stage de fin d’études puis intègre l’entreprise en qualité d’Assistant de Gestion & Analyste ESG.

Hugo Le Nozach accompagne les gérants dans le cadre de leurs activités et contribue au pilotage de la démarche ESG d’INOCAP Gestion. Il est chargé de l’analyse et de la recherche ESG et participe aux dialogues avec les sociétés en portefeuilles, afin de consolider l'engagement d'INOCAP Gestion. Objectif, enrichir les relations avec le management des entreprises.

Lire (1 min.)

Obligation verte : La Banque Postale lance son offre BPE Green France 2031

La Banque Privée BPE — filiale de La Banque Postale — annonce ce mercredi 20 janvier la commercialisation de son premier titre de créance à thématique « verte », BPE Green France 2031, émis par sa maison mère La Banque Postale. Les fonds levés seront alloués au financement de projets à caractère environnemental. La commercialisation s’étendra jusqu’au 12 mars 2021 pour une durée d’investissement conseillée de 10 ans.

Diversification patrimoniale

Dans un objectif de diversification patrimoniale de ses clients, la Banque Privée BPE propose ce produit d’investissement responsable à ses clients désireux de donner plus de sens à leur épargne. Créée par la banque de financement et d’investissement de La Banque Postale pour BPE, BPE Green France 2031 affecte l'épargne au financement de projets qui contribuant à la baisse des émissions de CO2, notamment ceux de mobilité durable.

Le client pourra investir un capital minimum de 1 000 euros dans le titre de créance qui suivra l’indice « Euronext Green Planet France Decrement 5 % » composé des 35 plus grandes entreprises françaises qui obtiennent les meilleurs résultats en matière de responsabilité environnementale — en partenariat avec Vigeo Eiris. Les fonds collectés par BPE seront destinés à financer ou refinancer le portefeuille de prêts verts / mobilité durable.

Investir dans la mobilité durable

Cette émission s’inscrit dans le dispositif de La Banque Postale qui vise à offrir la traçabilité de l’épargne investie dans trois thématiques — à savoir les émissions vertes, sociales et durables. « BPE Green France 2031, conçue conjointement avec la Banque de financement et d’investissement de La Banque Postale, illustre notre modèle de développement toujours plus vertueux et confirme notre positionnement de banque privée «positive» », déclare Aurélie Tristant, membre du directoire de la Banque Privée BPE.

« Les sommes collectées sur ce titre de créance à thématique « verte » serviront au financement de projets à caractère environnemental sur le thème de la mobilité durable. Il a pour sous-jacent un indice composé de 35 valeurs françaises sélectionnées et pondérées en fonction de leur notation en matière de responsabilité environnementale », précise Stéphane Magnan, directeur de la Banque de financement et d’investissement à La Banque Postale.

Zéro émission d'ici 2040

Engagée en faveur d’une finance durable, La Banque Postale soutient les projets de transition écologique des particuliers, des entreprises et des collectivités. Dans ce cadre, La Banque Postale a initié une démarche de refinancement par émissions d’obligations vertes. Elle s’est fixé un objectif de zéro émission nette à horizon 2040 sur l’ensemble de ses activités bancaires.

La Banque Postale finance exclusivement des projets d’énergies renouvelables et exclut de financer tout projet d’énergie fossile. Dans ce cadre, La Banque Postale a pris l’engagement de doubler d’ici 2023 ses encours dans le financement de projet énergie renouvelable en les portant à 3 milliards d’euros.

Lire (3 min.)

Fonds Garanti en euros : l’Afer annonce un taux de 1,70 %

Gérard Bekerman, président de l’Association Française d’Epargne et de Retraite (Afer), annonce ce mercredi 20 janvier que le taux de rendement du Fonds Garanti en euros pour l’année 2020 s’élève à 1,70 % net de frais de gestion, et brut de prélèvements sociaux et fiscaux. La réserve globale de PPB a été reprise, 6 ans après sa dotation, à hauteur de 81 millions d’euros. Elle se situe fin 2020 à 269 millions d’euros.

Première association d’épargnants en France avec plus de 756 000 adhérents, l'Afer résiste face à la crise. L’encours des contrats s’établit à 54,4 milliards d’euros en 2020 et dépasse 59 milliards en valeur boursière — y compris les coupons courus. L’encours sur les supports en unités de compte s’élève à 11,7 milliards d’euros en dépit du contexte défavorable des marchés financiers.

Fonds en euros

« Dans un contexte de double crise économique et sanitaire, de taux bas et d’attaques répétées contre les fonds en euros, ce taux de 1,70 % se situera très probablement parmi les tout meilleurs du marché. Les fonds en euros sont une chance, un trésor public. Soyons intelligents. Faisons-les évoluer, mais préservons leur disponibilité et leur sécurité au bénéfice des épargnants », a déclaré Gérard Bekerman.

« Année difficile, 2020 aura également été synonyme de renouveau pour l’Afer, avec le lancement du PER et le renforcement de son offre en unités de compte, notamment dans l’économie verte et les nouvelles technologies. En 2021, l’Afer restera plus que jamais mobilisée afin d’assurer la qualité du service rendu aux adhérents. L’Association sera attentive à ce que son partenaire assureur mette en œuvre les moyens adaptés pour retrouver le rythme de développement qu’elle a connu jadis », ajoute-il.

Perspectives 2021

Sur la possible cession d’Aviva France et l’arrivée d’un nouveau partenaire, Gérard Bekerman a rassuré les adhérents, en soulignant que l’Afer « était ouverte et optimiste, mais ferait jouer à plein son droit de consultation pour défendre ses valeurs et l’intérêt des assurés. » Sur la question d’un futur repreneur, il a précisé que « l’Afer entend observer la plus parfaite neutralité dans l’attente d’un examen attentif du dossier. »

Le Président de l’Afer a tenu à définir le profil idéal : « ouvert sur l’international, créateur de valeur et de richesse, solide financièrement, un co-équipier pour bâtir dans l’innovation une nouvelle histoire, un extraordinaire projet de développement dans la durée, intégré au tissu industriel d’une France que nous aimons. »

L’Afer se félicite enfin d’avoir continué à attirer de nouveaux adhérents, malgré un contexte de collecte négative : l’Association enregistre 13 348 adhésions en 2020. D’un âge moyen de 41 ans — 35 % d’entre eux ont moins de 30 ans — ces nouveaux adhérents viennent rajeunir la famille Afer, dont l’âge moyen passe à 58 ans.

Lire (3 min.)

Gouvernement d’entreprise : l’AFG publie ses recommandations 2021

L’Association Française de la Gestion financière (AFG) — organisme qui représente les professionnels de la gestion pour compte de tiers — publie ce mercredi 20 janvier l’édition 2021 de ses Recommandations sur le gouvernement d’entreprise relatives aux assemblées générales et aux conseils d'administration des sociétés cotées. Cette publication intervient en amont de la saison des assemblées générales.

Ce document vise à aider les sociétés de gestion dans l'exercice de leurs votes. « L'industrie française de la gestion d'actifs agit avec conviction et régulièrement pour faire progresser le gouvernement d'entreprise. Celui-ci est un sujet d’importance dans le cadre de l’action générale que mène l’industrie en faveur de la qualité des actifs, de l’investissement responsable et de l’épargne longue », déclare l'AFG.

Les principales modifications 2021 portent sur les points suivants :

1/ Actionnariat salarié :

L’AFG est favorable à la promotion de plan à destination des salariés afin d’élargir le partage des performances de l’entreprise à l’ensemble des salariés.

 2/ Assemblée générale hybride :

L’AFG n’est pas favorable, hors période de pandémie, à des assemblées générales uniquement sous forme virtuelle.  S’agissant d’assemblées générales hybrides, celles-ci devraient offrir aux actionnaires à distance des droits similaires à ceux des actionnaires physiquement présents (poser des questions écrites ou orales, révoquer ou proposer des administrateurs…).

 3/ Souveraineté de l’assemblée générale :

L’AFG recommande que les acquisitions (au-delà des cessions d’actifs) ayant un caractère significatif et/ou stratégique soient soumises préalablement au vote des actionnaires. En revanche, l’AFG n’est pas favorable :

  • aux délégations de compétence au conseil concernant des opérations de fusions par absorption, scissions, ou apports partiels d’actifs ;
  • à l’utilisation de moyens de défense anti-OPA sans validation préalable par l’assemblée générale.

 4/ Rémunération des dirigeants :

L’AFG recommande que le règlement des plans d’options ou actions gratuites prévoie, en cas de rejet de la rémunération ex-post par l’assemblée générale, la perte des plans distribués lors du précédent exercice ;

En cas de mise en place d’un nouveau régime de retraite surcomplémentaire, l’opportunité de mettre en place un régime à cotisations définies devrait être étudiée par l’entreprise.

 5/ Autres évolutions :

L’AFG recommande aux émetteurs de fixer des objectifs de féminisation de l’encadrement supérieur afin de contribuer à une meilleure gestion des ressources humaines et une meilleure représentativité des femmes dans les instances décisionnaires.

Les acteurs devraient veiller à ce que les votes sur des résolutions d’AG reçus dans les délais légaux ne soient pas rejetés sans motif. Par ailleurs, un administrateur ne devrait pas toucher de rémunérations pour des prestations de service, ou via des filiales, afin de ne pas être en situation de conflit d’intérêts.

En outre, l’AFG participe activement aux réflexions sur le gouvernement d’entreprise :

  •  en France, implication dans les débats sur le GE : dialogue régulier avec le Medef, l’AFEP et l’ANSA; contacts fréquents avec l’ADAM, Proxinvest et ISS ;
  • en Europe : participation aux consultations de la Commission Européenne en matière de gouvernance,  aux travaux de l'EFAMA et de PensionsEurope ;
  • au niveau international : participation active aux travaux de l’International Corporate Governance Network (ICGN), et du Global Network of Investor Associations committee (GNIA), comité  d’associations d’investisseurs au niveau mondial.
Lire (4 min.)

D’un engagement de niche au risque de « ESG washing » : quel futur pour l’ISR ?

François Lett
L'investissement socialement responsable (ISR) s'est imposé sur les marchés financiers français. L'intégration des critères extra-financiers s'accélère et les cadres législatifs suivent. Comment désormais préserver l'ISR du risque de « green washing » ? Quels leviers mettre en œuvre à l'échelle européenne ? L'éclairage de François Lett, Directeur du département éthique et solidaire chez Ecofi.
Lire (4 min.)

ISR : la SCPI Pierre Capitale de Swiss Life Asset Managers France obtient le label

Swiss Life Asset Managers (AM) France — filiale de gestion des actifs du groupe Swiss Life — annonce ce lundi 18 janvier avoir obtenu le Label ISR Immobilier pour le compte de sa Société Civile de Placement Immobilier (SCPI) Pierre Capitale. Cette labellisation AFNOR vient concrétiser les efforts du fonds en faveur de l’investissement immobilier responsable. Depuis 2020, les 380 immeubles détenus par des fonds gérés par Swiss Life AM France sont soumis à une analyse ESG annuelle.

Engagement ISR historique

L'histoire d’investisseur socialement responsable de Swiss Life AM France, débute en 2009 avec la signature des Principes pour l’Investissement Responsable des Nations Unies (PRI). Depuis 2013, la société de gestion participe au Groupe de travail « ISR et immobilier » de l’ASPIM (Association française des Sociétés de Placement Immobilier), et depuis 2019 elle est membre du GRESB (Global Real Estate Sustainability Benchmark).

« Cette labellisation reflète l’engagement historique de Swiss Life Asset Managers France et répond aux aspirations des épargnants qui souhaitent participer à une économie plus durable. Notre gestion ISR est en outre de nature à fidéliser les locataires de bureaux et de services à la personne car ils auront demain les mêmes ambitions ISR dans l’exploitation de leurs locaux », déclare Julien Guillemet, Directeur Adjoint et Responsable des fonds Grand Public chez Swiss Life AM France.

Développement durable

La SCPI Pierre Capitale a été créée en 2017. Outre les critères financiers, sa gestion tient compte de critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) afin de mesurer et optimiser les impacts extra-financiers de ses actifs. Ainsi, la SCPI Pierre Capitale vise-t-elle à contribuer activement à une dynamique de Développement Durable.

Dans sa démarche ISR, la SCPI Pierre Capitale suit une approche « Best-in-progress », qui consiste à mettre en place des plans d’amélioration des caractéristiques ESG de son patrimoine immobilier, afin d’augmenter sa notation en continu. La notation ESG est établie en pondérant des critères dans les domaines suivants :

  • Environnement (50 % de la notation) : l’analyse s’appuie sur 14 critères s’inscrivant dans 5 thématiques — Energie, Carbone, Eau, Déchets et Biodiversité ;
  • Social (30 % de la notation) : l’analyse s’appuie sur 20 critères s’inscrivant dans 5 thématiques — Mobilité, Santé & confort des occupants, Services rendus aux occupants, Contribution à l’insertion sociale ;
  • Gouvernance (20 % de la notation) : l’analyse s’appuie sur 9 critères s’inscrivant dans 3 thématiques — Gestion de la chaîne d’approvisionnement, Résilience, Considération des locataires.

Chaque domaine compte des critères obligatoires dont le poids relatif représente entre 10 % et 30% de la note du domaine.

Que retenir de Pierre Capitale ?

La SCPI Pierre Capitale vise la constitution d'un patrimoine d’immobilier d’entreprise, principalement de Bureaux et de Services à la personne (santé, hôtels, résidences seniors). Le patrimoine est diversifié géographiquement avec une répartition équilibrée entre la France et l’Europe — notamment l’Allemagne. Quelques chiffres clés au 30 septembre 2020 :

  • Capitalisation : 95 millions d’euros ;
  • Prix de souscription : 200 euros ;
  • Valeur de retrait : 180 euros ;
  • Taux de Distribution sur Valeur de Marché 2019 : 4,5 % ;
  • Nombre d’immeubles : 8 ;
  • Nombre de locataires : 21 ;
  • Répartition sectorielle : 47 % de bureaux, 21 % de services, 21 % d’hôtels, 11 % de commerces ;
  • Taux d’occupation financier (TOF) : 90,9 %.
Lire (4 min.)

Label ISR : LFDE l’obtient pour trois de ses fonds

La Financière de l’Echiquier (LFDE) — société de gestion entrepreneuriale, filiale à 100 % de Primonial — annonce ce vendredi 15 janvier l’obtention du label investissement socialement responsable (ISR) d’Etat pour 3 fonds supplémentaires. Son offre labellisée ISR comporte désormais 9 fonds, qui représentant 44,4 % des encours sous gestion. 

Avec au total 6 milliards d’euros d’encours sous gestion, l’offre ISR et Impact de LFDE franchit quant à elle la barre des 50 % des encours sous gestion. LFDE poursuit ainsi sa stratégie de labellisation ISR en l’étendant aux stratégies obligations convertibles et multi-actifs, avec la labellisation de :  

  • Echiquier ARTY SRI, fonds multi-actifs historique de LFDE, dont l’encours atteint 928 millions d’euros ;
  • Echiquier Convexité SRI Europe, investi en obligations d’entreprises de l’Union européenne (UE).

Enjeu stratégique pour LFDE

A la labellisation des expertises historiques de LFDE s’ajoute celle d’une stratégie à impact climatique innovante conçue par la société de gestion, pionnière de l’investissement à impact coté en France. Lancé en décembre 2020, Echiquier Climate Impact Europe est destiné à contribuer à la transition climatique, et appelé à être commercialisé en Europe. 

« L’obtention du label ISR d’Etat pour deux de nos expertises historiques et pour notre nouvelle stratégie à impact climatique atteste de la montée en puissance de l’ISR au sein de notre gestion, un enjeu stratégique pour La Financière de l’Echiquier, un impératif pour l’industrie de la gestion d’actifs », déclare Olivier de Berranger, Directeur Général Délégué et CIO de LFDE.

Lire (2 min.)

ISR : Swiss Life Asset Managers labellise son premier fonds immobilier

Swiss Life Asset Managers France — filiale de gestion des actifs du groupe Swiss Life — annonce ce jeudi 14 janvier avoir obtenu auprès de l’Afnor le label investissement socialement responsable (ISR) pour l’un de ses fonds. Il s’agit d’un fonds dédié à MAIF que la société gère, depuis sa transformation en OPPCI en 2009.

Ce label vient couronner une démarche engagée il y a plus de 10 ans, en étroite collaboration avec MAIF. Elle vise à améliorer les performances environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) des actifs du portefeuille de l'institution grâce à la notation puis la mise en place d’actions « dans une logique pragmatique et ambitieuse ».

Enjeux de développement durable

« Swiss Life Asset Managers a été un membre actif du groupe de travail de l’Aspim qui a donné naissance au label ISR. Ce label correspond pleinement à notre philosophie ESG privilégiant des décisions d’investissement durables et l’amélioration du patrimoine existant. Nous sommes fiers de l’obtention de ce premier label, emblématique, car nous avons toujours travaillé en étroite collaboration avec MAIF sur les thèmes ESG », se félicite Frédéric Bôl, Président du Directoire de Swiss Life Asset Managers France.

Avec près de 700 millions d’euros et 12 actifs, le fonds géré pour le compte de MAIF est principalement investi sur les secteurs des bureaux et des commerces. Il a connu un développement important ces 10 dernières années avec un travail d’asset management conséquent sur certains actifs. Les enjeux de développement durable ont toujours été au cœur de la réflexion avec pour objectifs la valorisation à long terme du patrimoine, la recherche d’amélioration du confort du locataire, de réduction des risques environnementaux et d’action positive sur la société et l’environnement.

Par ailleurs, les immeubles sont notés chaque année grâce à des grilles adaptées à chaque secteur immobilier, développées par Swiss Life Asset Managers France avec l’appui d’EthiFinance. Une démarche de certification est également entreprise chaque fois que cela est possible afin de valider les actions mises en place et d’offrir à l’utilisateur la garantie du profil vertueux de l’immeuble. 8 actifs sont ainsi certifiés, soit 57 % en valeur du portefeuille, et ce chiffre devrait atteindre les 68 % fin 2020.

Gestion du portefeuille immobilier

Cette démarche aboutie a permis d’obtenir rapidement le label ISR qui est structurant pour le fonds de MAIF — tout comme pour la gestion d’actifs de Swiss Life Asset Managers France, avec des objectifs ambitieux et la nécessité de mesurer précisément l’évolution des immeubles.

« MAIF a toujours été un acteur attentif à son positionnement social et environnemental et nous avons à cœur d’avoir une action positive au travers de nos investissements. Le label ISR est une évolution naturelle dans la gestion d’actifs immobiliers, que nous soutenons et nous nous devions d’y répondre dès maintenant », affirme Eric Berthoux, Directeur Général Adjoint de MAIF en charge de la Direction Administratif, Finances et Services.

La démarche d’amélioration du portefeuille immobilier de MAIF va se trouver renforcée par l’obtention de ce label. L’intégration du Décret Tertiaire, actuellement en cours de réflexion, sera une prochaine étape. Ce premier label sera suivi par d’autres. Objectif pour Swiss Life Asset Managers France, l’intégrer progressivement à tous les fonds éligibles.

Lire (3 min.)

ISR : Ampère Gestion obtient le label pour son deuxième fonds de logement intermédiaire (FLI II)

Ampère Gestion — filiale de gestion d'actifs du bailleur CDC Habitat — annonce ce mercredi 20 janvier avoir obtenu le label Investissement Socialement Responsable (ISR) pour son deuxième fonds de logement intermédiaire (FLI II). Ce label récompense la démarche d'investisseur responsable de la société de gestion de portefeuille, après l'élargissement officiel du label ISR au secteur immobilier.

Forte exigence ESG

En septembre 2019, Ampère Gestion finalisait une levée de fonds pour le FLI II (1,25 milliards d’euros de fonds propres) en vue de construire 11 000 nouveaux logements dans les grandes métropoles françaises — soit 8 000 logements intermédiaires et 2 000 places de résidences étudiantes ou senior. A ce jour, près de 30 % de ce portefeuille est constitué.

Ampère Gestion a obtenu le label ISR pour le FLI II grâce à ses engagements mesurables sur les plans environnementaux, sociaux et de sa gouvernance (ESG). Ces actions s’inscrivent dans la droite ligne de la démarche de CDC Habitat en matière de transition écologique et d’utilité sociale :

  • Environnement : sélection d’immeubles neufs à haute performance énergétique et environnementale, en avance sur la réglementation et optimisation des consommations d’énergie et de la gestion de l’eau ;
  • Social : mise en adéquation des types de logements avec les besoins locaux des habitants (loyers abordables dans les zones les plus tendues, cahier des charges technique exigeant, etc.), intégration systématique des parties prenantes locales dans les projets de construction (locataires, associations, etc.) ;
  • Gouvernance : déploiement d’une démarche d’achats responsables auprès des prestataires et des fournisseurs.

La continuité dans le label ISR

Créé et soutenu par le ministère de l’Économie et des Finances, le label ISR existe depuis 2016. Il a été élargi au secteur immobilier par décret ministériel fin octobre 2020. L’audit de labellisation du FLI II a été réalisé par Ernst & Young.

« La création de ce label ISR immobilier nous fait franchir une étape importante, car investisseurs et gestionnaires disposent désormais d’une boussole indiscutable, reconnue par les pouvoirs publics. Pour Ampère Gestion, qui a souvent anticipé dans la démarche d’investissement responsable, labelliser le FLI II était une évidence. Nous sommes très heureux de pouvoir le faire dès la publication du nouveau label », indique Vincent Mahé, directeur général de CDC Habitat et président d’Ampère Gestion.

Lire (3 min.)

Fusion : ODDO BHF et Landolt & Cie finalisent leur rapprochement

ODDO BHF — groupe financier franco-allemand — annonce ce mercredi 20 janvier avoir finalisé son rapprochement avec Landolt & Cie, banque privée indépendante suisse. Cette alliance fait de la Suisse le troisième pilier de la stratégie de développement du groupe ODDO BHF, aux côtés de la France et de l’Allemagne. L’opération a reçu l’autorisation de la FINMA — l'Autorité indépendante de surveillance des marchés financiers suisses.

Ce rapprochement permettra aux clients de Landolt & Cie de bénéficier — en plus de la gestion de portefeuille actuelle — d’une offre élargie en matière de Family Office, d’ingénierie patrimoniale, d’expertises de gestion d’actifs du Groupe, où l’approche ESG joue un rôle clé ; ainsi que d’une offre de gestion alternative : Private Equity, Private Debt, Venture Capital.

Développement d'ODDO BHF

Cette acquisition permet par ailleurs aux clients du groupe ODDO BHF d’accéder aux opportunités d’investissement qu’offre la Suisse. Tout comme l’Allemagne, le pays helvète compte de nombreuses entreprises familiales et un tissu industriel dense — notamment dans les domaines de la santé, de l’agroalimentaire, de l’horlogerie, et plus généralement des services. Il attire ainsi des talents issus d’écoles et d’universités de grande qualité.

Le groupe prévoit de fusionner la banque zurichoise de ODDO BHF avec la banque Landolt d’ici la fin de l’année, avec l’ambition d’en faire la plateforme de développement de l’ensemble des expertises du groupe en Suisse. Pierre Landolt et Thierry Lombard deviennent actionnaires de ODDO BHF et Thierry Lombard rejoint le conseil de surveillance du Groupe.

Lire (2 min.)

Gestion thématique : Candriam lance le fonds Candriam Sustainable Equity Circular Economy en France

Candriam — gestionnaire d’actifs européen multi-spécialiste — annonce ce jeudi 14 janvier le lancement du fonds Candriam Sustainable Equity Circular Economy en France. Ce véhicule est un compartiment de Candriam Sustainable, une SICAV (Société d’investissement à capital variable) domiciliée à Luxembourg et gérée par Candriam Luxembourg.

Le fonds est activement géré et l’approche d’investissement implique le renvoi à son indice de référence MSCI ACWI (NET Return) et est actuellement enregistré pour commercialisation au Luxembourg, en Autriche, en Belgique, en Allemagne, en Espagne, au Royaume-Uni, en Italie, aux Pays-Bas, en Suisse et en France.

Economie circulaire

Le concept d’économie circulaire offre une alternative au modèle économique actuel de type linéaire (« je prends, j’utilise, je jette »), en évitant le gaspillage et en réduisant les besoins en matières premières vierges. Elle cherche à accroître l’efficacité des ressources grâce à la réutilisation ou au recyclage.

En tenant compte du cycle de vie complet des matières premières et de la vie des produits, une économie circulaire contribue à faire retomber cette pression de la surexploitation des ressources. C’est l’objectif de la loi anti-gaspillage dont les premiers effets d’interdiction du plastique à usage unique sont entrés en vigueur le 1er janvier 2021 en France.

4 500 milliards de dollars

La loi prévoit de tendre vers l’objectif de 100 % de plastique recyclé d’ici le 1er janvier 2025 et la promotion de l’économie circulaire pour tous les biens de consommation. D’après le rapport Circular Gap 2020, le monde n’est actuellement circulaire qu’à 8,6 %, ce qui illustre le vaste éventail d’opportunités à la disposition des investisseurs.

L’humanité surconsomme le capital naturel de notre planète 1,7 fois, ainsi remplacer la linéarité du processus de consommation par la circularité est un impératif pour garantir un avenir durable. La transition vers ce nouveau modèle présente un potentiel immense pour la croissance économique.

L’économie circulaire est une opportunité d’investissement : ce marché représente environ 4 500 milliards de dollars d’ici 2030. « Pour les entreprises offrant des technologies et des solutions innovantes alignées sur l’économie circulaire, l’opportunité est considérable », ajoute Monika Kumar, Co-Manager.

4 500 milliards de dollars

Le nouveau fonds vise à surperformer à long terme, en investissant dans ces entreprises qui offrent de nouvelles technologies et des innovations qui facilitent la transition vers une économie circulaire. A travers une approche thématique propriétaire et sa sélection d’idées d’investissement fondamentales, Candriam construit un portefeuille composé de facilitateurs et de transformateurs rapides de l’économie circulaire :

  • les « facilitateurs » sont des entreprises qui offrent des initiatives permettant une transition vers l’économie circulaire, notamment des solutions de gestion des déchets, de ressources renouvelables, de prolongation de la durée de vie des produits et d’optimisation des ressources ;
  • les « transformateurs » sont des entreprises qui, de manière active, font rapidement évoluer leur modèle d’exploitation et leur chaîne de valeur pour adopter les principes de l’économie circulaire.

Le fonds a obtenu le Label ISR, créé et soutenu par le ministère des Finances français. Ce label vise à rendre plus visibles les produits d’investissement socialement responsables (ISR). Le fonds sera géré par Koen Popleu, Thematic Equity Senior Fund Manager, et Monika Kumar, Thematic Equity Fund Manager.

10 % des frais de gestion reversés

Candriam reversera jusqu’à 10 % des frais de gestion annuels nets du compartiment à des organismes caritatifs et à des organisations offrant des solutions visant à promouvoir la transition vers une économie circulaire. Candriam a choisi l’organisation Close the Gap comme premier bénéficiaire.

Cette entreprise sociale internationale comble le fossé numérique, en offrant des ordinateurs d’occasion de grande qualité donnés par des entreprises européennes et internationales à des projets de formation, médicaux ou sociaux dans les pays en développement et émergents. Depuis 2004, Close the Gap a soutenu plus de 6 000 projets dans plus de 50 pays.

Enfin, Candriam promeut les bénéfices de l’économie circulaire — à travers notamment la mise en place d’un nouveau module dédié au sein de la Candriam academy et la publication régulière d’articles consacrés au sujet proposés par ses experts.

Lire (4 min.)

Impact social et environnemental de nos investissements : 2030 commence aujourd’hui

Valérie Baudson
Les critères extra-financiers — à savoir environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) — deviennent incontournables pour les investisseurs. Quel avenir se dessine pour la finance durable d'ici 2030 ? L'analyse de Valérie Baudson, Directrice Générale de CPR Asset Management.
Lire (8 min.)