Jean-Charles Mériaux - DNCA Finance : En 2020, « il importe de rester sur des actifs liquides »

Bilan 2019, perspectives macroéconomiques, stratégies d'investissement... Le 14 janvier dernier, DNCA Finance organisait sa réunion annuelle. Comment gérer la problématique des taux bas en 2020 ? De quelles façons les CGP peuvent-ils favoriser la liquidité de leurs allocations d'actifs ?
Voir (<3 min.)

Momentum - Dépenses budgétaires : vers la surenchère ?

Mme Lagarde enjoint aux Etats de prendre la relève des banques centrales pour soutenir la croissance. Et si l'abondance des liquidités combinée avec le creusement des déficits débouchait sur une reprise de l'inflation ? Notre expert Waldemar Brun-Theremin vous livre son analyse dans ce nouveau Momentum, votre incontournable rendez-vous financier !
Voir (<3 min.)

Télécommunications : l’heure des valeurs du secteur européen a-t-elle sonné ?

Justin Moreau
Depuis plusieurs années, les investisseurs boudent le secteur européen des télécommunications. Si les difficultés pesant sur les bénéfices et les flux de trésorerie de ces entreprises sont toujours d’actualité, nous pensons que certains investissements sont encore rentables dans un univers peu réjouissant par ailleurs, pour peu que nous prenions le temps de l’analyse.
Lire (6 min.)

Marché obligataire européen : déflation des attentes sur l’inflation

Patrick Barbe et Yanick Loirat
La reprise économique et en particulier les obligations indexées à l’inflation font l’objet aujourd’hui de sous-valorisation en Europe. Patrick Barbe, Gérant Senior et Responsable Marché obligataire européen, et Yanick Loirat, Gérant Senior et Responsable Investissements souverains en euro chez Neuberger Berman, partagent leur analyse.
Lire (6 min.)

Lazard Frères Gestion lance le fonds obligataire « Lazard Sustainable Credit 2025 »

Lazard Frères Gestion — société de gestion d’actifs du groupe Lazard en France — annonce ce mercredi 22 janvier le lancement de son nouveau fonds obligataire à maturité, dénommé « Lazard Sustainable Credit 2025 ». Ce véhicule s’adresse principalement aux investisseurs institutionnels, aux multigérants et aux réseaux bancaires et assurantiels en France et à l’international.

Le fonds leur offre un support d’investissement transparent et stable, avec une démarche environnementale, sociale et de gouvernance (ESG). Dans un environnement de taux bas et de marchés sujets à des pics de volatilité, ce fonds vise à capter un rendement attractif sur un horizon de 5 ans au travers d’une exposition à l’ensemble du marché du crédit.

ESG et stratégie d'investissement

« Lazard Sustainable Credit 2025 » se distingue par l’application d’un filtre ESG à son processus d’investissement « Buy & Monitor » en 3 étapes :

  • Définition de l’univers d’investissement en excluant les émetteurs dont la notation ESG absolue est inférieure à 30 % selon notre parteniare Vigeo-Eiris (minimum 20 % d’exclusion dans l’univers) ;
  • Sélection des émetteurs et des émissions offrant le meilleur profil risque/rendement avec une date d’échéance définie ;
  • Suivi et contrôle du portefeuille : si la note d’un émetteur devient inférieure à 30 %, la valeur est retirée dans un délai de 3 mois.

Le portefeuille de Lazard Sustainable Credit 2025 est diversifié à l’ensemble du marché du crédit et recouvre plusieurs grands types d’actifs obligataires, aussi bien en dettes Investment Grade que High Yield, senior ou subordonnées avec un maximum de 35 % d’Additional Tier One.

Il vise à capter un rendement fixe et déterminé à partir de la date d’investissement de 2,2 % nets pour les parts institutionnelles, 1,6 % nets pour les parts retail et 2,4% nets pour les parts early adopters. Commercialisées à partir du 10 décembre 2019, les parts EC H-EUR/ED H-EUR sont ouvertes à souscription jusqu’au 28 février 2020 et les parts PC H-EUR/PD H-EUR et RC H-EUR/RD H-EUR jusqu’au 31 juillet 2020.

Lire (2 min.)

Epargne retraite : une préoccupation pour 71 % des Français

L’Autorité des marchés financiers (AMF) publie ce mercredi 22 janvier les résultats de son étude annuelle sur les attitudes et opinions des épargnants à l'égard des placements. Cette troisième édition du baromètre de l’épargne et de l’investissement, issue d’une enquête menée en septembre-octobre 2019 par l’institut Audirep auprès d’un échantillon de 1 200 personnes représentatif de la population française.

Il en ressort que l’épargne retraite constitue l’une des priorités des Français qui mettent de l’argent de côté. L’immobilier est privilégié, l’intérêt pour les placements en actions reste limité :

  • 71 % des Français interrogés placent parmi leurs priorités d’épargne l’objectif de « disposer d’un capital en vue de la retraite, pour avoir suffisamment d’argent tout au long de votre retraite » et 38 % la qualifient de « préoccupation forte ». La première préoccupation reste de « faire face à d’éventuelles dépenses imprévues » ;
  • 53 % des actifs déclarent mettre de l’argent de côté en préparation de la retraite, contre 48 % en 2017. Seulement un actif sur cinq (21 %) le fait régulièrement (dont 86 % tous les mois) ;
  • 70 % des Français qui ne mettent jamais ou quasiment jamais d’argent de côté pour la retraite précisent ne pas le faire « par contrainte, faute de moyens suffisants ». Seuls 26 % le font par choix personnel.

Le montant moyen épargné par les Français en préparation de leur retraite s’élève à 2 300 euros par an, soit 100 euros de plus que l’année précédente.

L’immobilier, placement préféré des Français

La moitié des actifs pensent que leur épargne ne sera pas suffisante pour la retraite, tandis que 23 % considèrent qu’elle sera « suffisante », une proportion en hausse (19 % en 2018). Cependant, près d’un actif sur deux (48 %) reconnaît n’avoir « aucune idée du montant d’épargne nécessaire » pour constituer un complément de revenus suffisant pour sa retraite.

Interrogés sur le placement considéré comme « le plus adapté pour placer son épargne sur le long terme, à 15-20 ans, pour la retraite par exemple », les Français répondent en premier lieu l’immobilier, puis l’épargne salariale et l’assurance vie en euros. Les placements investis en Bourse — actions, obligations, fonds, etc. — recueillent une bonne note (entre 7 et 10 sur 10) auprès de 29 % des personnes sondées.

D'une façon générale, la confiance dans les placements en actions a baissé entre 2018 et 2019 (respectivement de 21 % à 27 %), comme le montre la nouvelle édition de la Lettre de l’observatoire de l’épargne publiée le même jour. Seul un Français sur cinq ( c'est-à-dire 19 % en 2019) envisage un investissement en actions dans les 12 prochains mois. 

Lire (3 min.)

Marchés financiers : quelles sont les attentes des investisseurs pour 2020 ?

Petter von Bonsdorff
En ce début d’année 2020, Petter von Bonsdorff, Directeur du Développement International chez Evli, propose de revenir sur les attentes des investisseurs pour l'année à venir. Quelles seront les tendances en matière d'allocation et surtout quelles sont les convictions d'Evli pour 2020 ?
Lire (3 min.)

IA : DWS prend une participation dans Arabesque AI

Le groupe DWS — gérant d’actifs mondial pour les institutionnels et clients privés — annonce ce jeudi 9 janvier l'acquisition d'une participation minoritaire de 24,9 % dans Arabesque AI. Cette société basée au Royaume-Uni est dédiée à l'utilisation de l’Intelligence Artificielle (IA) dans la gestion de portefeuille et la finance. Arabesque AI prévoit l'évolution des cours actions grâce à son moteur IA propriétaire. Cet outil combine big data, machine learning et technologies informatiques de haut-niveau.

Exploiter le potentiel de l'IA

Les deux parties souhaite maintenir la confidentialité sur le prix de la transaction et les autres détails financiers. La clôture de la transaction a déjà eu lieu. Ce partenariat reposera sur le développement continu du moteur d'IA. Il combinera l'expertise de DWS en matière d'investissement avec les capacités d'Arabesque AI en machine learning et calcul haute performance. Les deux parties vont créer un groupe de travail d'experts pour une collaboration continue.

Cette coopération concernera exclusivement de nouveaux projets. DWS va ainsi renforcer son expertise en IA et accélérer sa digitalisation, comme annoncé lors du dernier Investor Update de DWS début décembre 2019. « Le partenariat stratégique avec Arabesque AI est la prochaine étape vers la numérisation de DWS. Il renforcera clairement nos capacités numériques et notre savoir-faire en matière d’IA. Nous serons en mesure d'exploiter à notre avantage la technologie de rupture au sein de l’industrie de la gestion d’actifs », déclare Asoka Woehrmann, Directeur Général de DWS.

Vers un développement de l'ESG

A l'avenir, « le moteur d'IA délivrera des signaux innovants qui nous aideront à identifier des sources d’alpha, et nous permettra de prendre des décisions plus intelligentes », précise le DG de DWS. « L'intelligence artificielle façonne la gestion d'actifs mondiale de plus en plus vite, les investisseurs explorant toujours plus la manière d'exploiter la puissance de la technologie AI dans le but d’obtenir un avantage concurrentiel », ajoute Yasin Rosowsky, Co-Directeur Général d'Arabesque AI.

« L'IA va transformer la gestion de portefeuille. Elle a aussi le potentiel de favoriser l'intégration de l'ESG sur les marchés mondiaux », anticipe Yasin Rosowsky. En 2019, DWS a acquis une participation minoritaire dans Arabesque S-Ray GmbH — fournisseur de données ESG — et a conclu également un partenariat stratégique pour le développement de nouveaux produits et services de données ESG. Avec cette série d'investissements, DWS poursuit le renforcement de ses capacités ESG et numériques, comme annoncé lors de l'Assemblée générale (AG) annuelle de l'année dernière.

Lire (3 min.)

Epargne retraite en France : hausse de plus de 60 % en 10 ans

Eres — spécialiste en épargne salariale, retraite et actionnariat salarié — a publié le 20 décembre dernier les résultats de l’édition 2019 de son Observatoire des Retraites Européennes. Objectif, mesurer et suivre l’évolution de l’ensemble de l’épargne retraite financière en France et la comparer à celle des autres pays européens.

« Le nouveau Plan d'épargne retraite (PER), créé par la loi Pacte, va révolutionner le paysage de l'épargne retraite en France. Avec cette réforme de l'épargne retraite supplémentaire, l'ambition portée par le Gouvernement (+100 Mds€ en 5 ans sur les produits dédiés à la retraite) devrait permettre à la France de rattraper une partie de son retard », déclare Pierre-Emmanuel Sassonia, Directeur associé d'Eres.

Recul de l'assurance vie

L'épargne retraite des Français s'élève à 879,4 milliards d'euros en 2018, en hausse de plus de 60 % par rapport à 2008 :

  • Elle est passée de 545,3 milliards d'euros en 2008 à 879,4 milliards d'euros en 2018, soit une hausse de 61,3 %.
  • Elle progresse cependant moins vite que dans les pays de l'OCDE. Sur la même période de 10 ans (2008-2018), l'épargne retraite dans les pays membres a progressé de 85 %.
  • En 2018, elle représente près de 23 % de l'épargne financière totale des Français, contre 17 % en 2008.
  • Elle se répartit entre les produits d'épargne retraite dédiés — environ 220 milliards d'euros d'encours — et les autres placements financiers de type PEE, livrets, valeurs mobilières et assurance vie. L'assurance vie représente désormais moins de 43 % des encours (48,2 % en 2008).

Essor de l'épargne salariale

L'épargne salariale et les produits individuels progressent 2 fois plus vite que la moyenne. Sur la période de 10 ans (2008-2018) :

  • les encours d'épargne salariale (PEE, PERCO) ont progressé de 139 % ;
  • les encours des produits individuels (PERP, Madelin, PREFON, COREM) ont progressé de 125 % ;
  • les encours des valeurs mobilières — y compris PEA — ont enregistré une hausse de 70 % ;
  • les encours des produits collectifs (article 83, article 39) ont augmenté de 60 % ;

« En France, la plus grande partie de l'épargne retraite est encore investie en fonds en euros via l'assurance vie, alors que dans les autres pays de l'OCDE l'épargne est placée dans des fonds de pension. La généralisation de la gestion pilotée avec la loi Pacte va orienter l'épargne vers l'économie productive afin d'offrir de meilleurs rendements aux futurs retraités », conclut Pierre-Emmanuel Sassonia.

Lire (4 min.)

Brexit : Boris Johnson porté par une vague de succès aux élections

Cette semaine, Boris Johnson présente son programme dans le cadre du « Discours de la reine ». Porté par une vague de succès aux dernières élections législation, le Premier ministre britannique a fait du Brexit le 31 janvier prochain une priorité.
Lire (4 min.)

Immobilier logistique : Norma Capital investit près du Mans avec sa SCPI Vendôme Régions

Norma Capital — société de gestion de portefeuille — annonce ce mardi 21 janvier l'acquisition pour le compte de sa SCPI Vendôme Régions d'un ensemble immobilier d’environ 17 300 m². Cet actif se situe dans la première zone d’activités du Mans (Sarthe). Il a été racheté auprès de trois SCI. L'ensemble est loué à 100 % par la société GPdis, détenue depuis 2017 par le groupe MDA Company, spécialiste du discount électroménager et TV.

Immobilier logistique

Ce site est marqué par la très grande visibilité et la présence historique de son locataire dans la zone d'activité (ZA) Sud du Mans. Il accueille l’une des plus importantes plateformes logistiques de distribution du groupe GPdis, ainsi qu’une partie composée d’un magasin de vente d’appareils électroménagers sous enseigne LEGER-Pix’Hall.

Le cabinet Tourny Meyer Bretagne Pays de Loire — conseil en immobilier d'entreprise — a accompagné Norma Capital dans le cadre de cette acquisition, en partenariat avec les Agences Century 21, Harmony Le Mans, et Starimo72 en tant que conseils des vendeurs. L’acquéreur a été conseillé par Maître Charles Massuelle de l’étude Lacotte Massuelle à Paris.

Lire (1 min.)

Bureaux : Keys REIM acquiert un immeuble en VEFA sur l’île de Nantes

Keys REIM — société française de gestion de portefeuille — annonce ce mardi 21 janvier l’acquisition en VEFA de l’immeuble de bureaux dénommé « Skyhome », auprès du promoteur Groupe Arc. L'actif se situe dans le secteur Est de l’Ile de Nantes. Le financement de l’opération a été assuré par CIC Ouest, accompagné par Me Bonneau de l’office notarial Victoires.

Dans cette opération, le groupe Keys Asset Management était assisté par l’Etude Rochelois (Me Paoli) et Delpha Conseil pour les aspects techniques. Groupe Arc était conseillé par l’Office Notarial de l’Estuaire (Me Taburet). Blot Immobilier a conseillé les deux parties. La région nantaise constitue l'un des marchés immobiliers régionaux les plus dynamiques — avec une vacance locative inférieure à 3 %.

Livraison prévue pour 2022

Conçu par l’agence internationale d’architecture Xaveer De Geyter, l’immeuble de 8 étages présentera une surface locative de 4 671 m². Il disposera de plateaux traversants, divisibles de 400 à 600 m², adaptés à la demande du marché avec des prestations haut de gamme. Le bâtiment vise la certification BREEAM niveau « Good ». La livraison est prévue pour le deuxième trimestre 2022.

L'immeuble « Skyhome » bénéficiera d’une excellente accessibilité en transports en commun (tramway, gare TGV, ligne de bus, stations de vélo) et d’une bonne desserte routière, à 10 minutes du centre-ville de Nantes et du périphérique. Dans le cadre du développement de l’île de Nantes, plusieurs projets de transports complèteront l’offre existante, notamment deux nouvelles lignes de tramway prévues pour 2026.

Lire (2 min.)

Billet du Docteur Leber – décembre 2019 : quels critères de durabilité dans la finance ?

Hendrik Leber
Mi-décembre 2019, les États européens se sont enfin mis d'accord sur le projet de taxonomie des activités durables. De quels critères de durabilité parlons-nous ? Quels résultats pouvons-nous attendre de la stratégie ESG de l'UE ? Voici le billet mensuel du docteur Leber, fondateur d'Acatis, société de gestion indépendante allemande.
Lire (5 min.)

Alto clôture 3 nouveaux FCPI-FIP en plus-value

Eiffel Investment Group (IG) — spécialiste du financement des entreprises — annonce ce mercredi 18 novembre le remboursement total de 3 fonds de la gamme Alto, qui affichent des performances finales positives hors réduction fiscale au 31 décembre 2019. Eiffel IG rappelle que les performances passées ne préjugent pas des performances futures, et ne sont pas constantes dans le temps.

Il s'agit du FCPI Fortune Alto Innovation 3, du FIP France Alto 7 et du FCPI Fortune Alto 2012. Ces fonds seront intégralement remboursés aux investisseurs avec des performances finales respectives de +52,31 %, +1,92 % et +33,33 % hors réduction d’impôt. Lors de leur souscription en 2011 ou en 2012, les investisseurs ont bénéficié d’une réduction d’ISF (40 % ou 50 % pour les deux FCPI concernés) ou d’une réduction d’impôt sur les revenus (22 % pour le FIP).

Source : Eiffel Investment Group

Une stratégie européenne

Chez Eiffel IG, la gamme Alto affiche des performances régulières. L’équipe d’investissement compte 10 membres. Depuis plus de 10 ans, elle déploie une approche de terrain afin de rencontrer des centaines de PME-ETI chaque année en France, en Allemagne, au Royaume Uni, en Scandinavie, et partout en Europe. Après la liquidation de ces 3 fonds, un total de 23 fonds aura été intégralement remboursés.

« Nous poursuivons activement notre programme de remboursements et nous continuerons à démontrer la pertinence de notre stratégie d’investissement tournée vers la croissance des entreprises innovantes. Avec un total de 23 fonds totalement remboursés, nous affichons l’un des meilleurs bilans du marché tant sur la régularité des performances que sur notre capacité à rembourser les investisseurs », conclut Huseyin Seving, Directeur de la Distribution d’Eiffel IG.

Lire (2 min.)