Marchés : le soulagement de juillet se poursuivra-t-il en août ?

Vincent Guenzi
Le mois de juillet s’achève dans le calme. Faut-il s’attendre à la tempête ? La multitude des signaux, parfois contradictoires, incite à maintenir l’attitude raisonnablement prudente que nous avions recommandée début juillet.
Lire (3 min.)

Marchés : sur quel pied danser avec Trump ?

Didier Le Menestrel
Le moins que l’on puisse dire de Donald Trump, c’est qu’il maîtrise l’art du contretemps. Les marchés n'apprécient guère.
Lire (2 min.)

Crédit corporate : bilan mitigé en juin

Muzinich & Co livre son tour d'horizon du crédit corporate, aux Etats-Unis, en Europe et sur les marchés émergents. High Yield, Investment Grade ou Loans, le marché des obligations d'entreprises signe un bilan mitigé au mois de juin .
Lire (4 min.)

Les assureurs et les fonds de pension misent sur les actifs alternatifs

Cette étude, conduite auprès de plus de 250 régimes de retraite et compagnies d’assurance en Europe et au Royaume-Uni, révèle que ce sont les fonds de pension britanniques qui envisagent d’augmenter le plus leur allocation aux classes d’actifs alternatives : leur exposition se rapprochera de celle des assureurs britanniques, ainsi que des fonds de pension et assureurs d’Europe continentale.

Parmi les principales conclusions :

  • Les régimes de retraite britanniques prévoient d’augmenter de 51 % leur allocation aux actifs alternatifs, la portant de 4,3 % à 6,5 %.
  • Les assureurs britanniques devraient renforcer de 14 % leur allocation, qui passerait de 7,3 % à 8,3 %.
  • En Europe continentale, les assureurs et les fonds de pension envisagent d’accroître cette allocation de plus de 40 % : les assureurs prévoient d’allouer 9,2 % de leur portefeuille aux actifs alternatifs, contre 6,5 % actuellement, tandis que les fonds de pension envisagent de porter celle-ci de 5,2 % à 7,3 %.
  • Ces projets s’expliquent par la volonté de bénéficier du profil de risque de ces actifs alternatifs (pour 34 % des répondants), ainsi que de leurs avantages en matière de diversification (33 %) et de leur prime d’illiquidité (30 %).
  • La plupart des investisseurs interrogés pensent trouver les meilleures opportunités en-dehors de leur marché local.
  • Malgré cette tendance en faveur d’allocations plus importantes, plusieurs freins à l’investissement demeurent, parmi lesquels l’illiquidité des actifs (31 %), le coût élevé des stratégies (29 %), la difficulté d’identifier des opportunités adaptées (27 %) et la réglementation (27 %).

Actifs alternatifs : des niveaux de popularité variés

La dette privée d’entreprises correspond à la classe d’actifs alternatifs la plus répandue dans les portefeuilles des assureurs et des fonds de pension (57 % et 55 % respectivement). Le succès de cette classe d'actifs ne se dément pas, puisque 42 % des assureurs et 26 % des fonds de pension prévoient d’y augmenter leurs expositions au cours des 12 prochains mois. Parallèlement, 31 % des assureurs envisagent d’accroître leur exposition à la dette d'infrastructure au cours des 3 prochaines années, une tendance qui est peut-être confortée par un traitement du capital plus favorable sous le régime Solvabilité II.

Mark Versey, Directeur des investissements, Actifs Réels, Aviva Investors, a déclaré :

« En Europe, l’intérêt pour les solutions de rendements alternatifs s’est nettement développé parmi les régimes de retraite et les compagnies d’assurance ces dix dernières années. Les investisseurs institutionnels sont séduits par la prime d’illiquidité qu'offrent les actifs non cotés, ainsi que par d’autres avantages comme leur pouvoir de diversification et leur profil de risque. À l’heure de la fin de l’assouplissement quantitatif et de la hausse des taux, notre enquête révèle que les investisseurs osent s’exposer à de nouveaux secteurs et territoires. Cette tendance transparaît également dans nos conversations avec nos clients. »
Lire (2 min.)

Un premier fonds aux Etats-Unis pour Brickvest

Dernier né de la gamme de fonds d'investissement alternatifs (AIF) mono-stratégie proposée par Brickvest, HV8 est le premier à offrir aux investisseurs européens une exposition au marché américain en se concentrant sur les immeubles de prestige.

Le premier actif sélectionné par HV8 est le futur hôtel Hilton, estimé à 134,4 millions de dollars, et situé sur l'emblématique Navy Pier de Chicago.  Cette opportunité découle du partenariat établi entre BrickVest et ACRON AG, l'un des principaux gestionnaires de biens immobiliers basés en Suisse, avec un volume de transactions d'environ 1,7 milliard de francs suisses.

L'hôtel, actuellement en construction et dont l'ouverture est prévue pour l'été 2019, comptera 222 chambres offrant une vue sur la ville, le lac Michigan et la jetée. Il abritera le plus grand bar et « roof-top » restaurant d'Amérique, d'une superficie 2800 mètres carrés. Il s’agira du le seul hôtel à être construit sur le Navy Pier de Chicago, qui attire plus de neuf millions de touristes par an.

HV8 est proposé aux membres de la plateforme BrickVest « Access », sa plateforme de liquidité AIFM, dédiée aux investisseurs professionnels individuels et family offices.

Il s'agit du deuxième partenariat avec ACRON.  En juin 2018, BrickVest avait réalisé le premier closing de Harvest Investment 5 (HV5), un fonds d'investissement alternatifs (AIF) gérée par BrickVest et dont la stratégie de rendement dédiée au marché immobilier Suisse avait été développée en partenariat avec la firme Suisse.

Emmanuel Lumineau, PDG de BrickVest, commente : « La stratégie de HV8 répond à une demande croissante de nos investisseurs pour des opportunités d'investissement aux Etats-Unis, afin de profiter de la croissance et de la vigueur de l'économie Outre-Atlantique. Nous avons sélectionné cet actif parce qu’il offre un niveau élevé de liquidité aux investisseurs qui cherchent à diversifier géographiquement leur portefeuille.»

Lire (2 min.)

APRIL en négociations pour entrer au capital de La Centrale de Financement

La Centrale de Financement a été créée en 2013 par Sylvain Lefevre et Philippe Girou avec le support d’Artémis, société d’investissement de la famille Pinault. Dans le cadre de ce changement de partenaire, les dirigeants de La Centrale de Financement souhaitent renforcer leur participation au capital, en passant de 38 % à 44 %, tout en ouvrant 2 % du capital à son réseau. Après l’opération, APRIL disposera de 54 % du capital. Ce partenariat industriel avec APRIL permettra de réaliser des synergies fortes sur le marché du crédit immobilier et de son écosystème.

La conclusion de cette opération est subordonnée à la consultation préalable des instances représentatives du personnel de La Centrale de Financement, ainsi qu’aux approbations légales, réglementaires, juridiques et financières usuelles. Sous ces réserves, sa finalisation est attendue d’ici la fin du mois de septembre 2018.
Lire (1 min.)

IA : LFDE lance « Echiquier Artificial Intelligence »

Elle sera commercialisée à compter du 19 juin au Luxembourg, en France d'ici la fin du mois de juin, puis à travers l'Europe. La Financière de l’Echiquier est ainsi la première société de gestion française à lancer un produit sur cette thématique de l’intelligence artificielle qui présente un très fort potentiel de croissance pour l’économie mondiale. Il s’agit d’un compartiment de la SICAV de droit luxembourgeois Echiquier Fund à destination des clients particuliers et professionnels dans une approche de diversification de leurs investissements. La gestion sera assurée par Rolando Grandi, également co-gérant du fonds Echiquier World Equity Growth et responsable du fonds FCM Robotique au sein de la gamme actions internationales et thématiques de LFDE, enrichie par ce nouveau produit.

IA : des développeurs aux infrastructures

Cette stratégie repose sur des convictions fortes du gérant fondées sur une approche de stock picking. Son univers est composé de toutes capitalisations boursières sur quatre segments : les développeurs d’IA, les utilisateurs adoptant ces technologies, les infrastructures dans lesquelles l’IA se déplace et enfin les entreprises qui développent des capacités sensorielles pour l’IA (vision, radars, capteurs). Selon Rolando Grandi, gérant actions internationales et thématiques : « D’ici à 2030, l’Intelligence Artificielle devrait ajouter 13 500 milliards d’euros à l’économie mondiale, soit l’équivalent économique de l’Union européenne. Ce marché en plein essor qui est en train de bouleverser nos modes de vie présente un potentiel de croissance indéniable. » « Nous sommes très heureux de proposer à nos clients et partenaires la possibilité d’investir sur cette thématique d’avenir qui offre de très nombreuses opportunités pour toutes les entreprises et tous les secteurs de l’économie, mais également aux épargnants sur une thématique de diversification nouvelle », commente Didier Le Menestrel, Président de La Financière de l'Echiquier.
Lire (2 min.)

Fusions-acquisitions : des signaux d’alerte dans un climat toujours dynamique

Franck Silvent
Les opérations financières continuent d’évoluer dans un contexte favorable mais le « ressac » actuel sur le climat économique général doit inciter les entreprises et les investisseurs à anticiper une période potentiellement plus instable. Les conditions de financement pourraient évoluer au cours des prochains mois.
Lire (3 min.)

Italie : « timing is the key »

Guillaume Brusson
« Le secret de la richesse est le même que le secret de la comédie : le timing ! » Russel Crow.
Lire (3 min.)

Les SCPI réalisent 1,2 milliard d’euros de collecte au premier trimestre 2018

Jonathan Dhiver
Au 1er trimestre 2018, les SCPI de rendement ont dépassé les 47Md€ de capitalisation. Les Français ont épargné au cours des trois premiers mois près de 1,2Md€ en SCPI de rendement. Cette collecte a été presque intégralement investie au cours du 1er trimestre avec plus d'1 Md€ d'acquisitions. Les SCPI de rendement enregistrent ainsi une avance sur leurs investissements.
Lire (2 min.)

Construction : tassement au deuxième trimestre

Les logements individuels poursuivent leur baisse (- 8,8 % après -0,9 %) quand les logements collectifs (y compris en résidence) continuent d'augmenter (+5,1 % après +2,5 %). Toujours en données trimestrielles CVS-CJO, les mises en chantier sont en baisse (-2,8 % après - 3,6 %) aussi bien dans l'individuel (-4,9 % après +1,4 %) que dans le collectif, y compris en résidence (-1,3 % après -7,0 %).

Selon le Ministère de la transition écologique et solidaire, sur douze mois, de juillet 2017 à juin 2018, le nombre de logements autorisés à la construction (486 600 unités) baisse de 0,7 % quand celui des mises en chantier (422 700 unités) augmente de 5,2 % par rapport à la même période, un an plus tôt (de juillet 2016 à juin 2017).

  (Source : Le Cercle de l'Epargne)
Lire (1 min.)

L’AFG et l’AMAFI publient un Guide sur les produits financiers ESG

Les thématiques environnementales, sociales ou de gouvernance (ESG) sont un sujet de préoccupation au cœur du développement actuel de l’économie. Elles suscitent non seulement l’intérêt croissant des investisseurs mais aussi la recherche par les adhérents de l’AFG et de l’AMAFI de solutions adaptées permettant de répondre à cet intérêt.

C’est dans cette perspective que l’AFG et l’AMAFI ont mis en place le Guide dans le cadre d’échanges avec l’AMF.

Lire (<1 min.)

États-Unis : le printemps des taux

Didier Le Menestrel
Le rendement des taux américains ne cesse de monter : le taux à 10 ans, par exemple, a franchi la semaine dernière le cap des 3,10%, qui n’avait plus été observé depuis 2011.
Lire (2 min.)

Italie : une carpe et un lapin

Jean-Jacques Friedman
Depuis le résultat des élections législatives italiennes le 4 mars et l’impasse politique des dernières semaines, les marchés s’étaient montrés d’abord conciliants avec l’Italie, avant de céder, depuis quelques jours, à une période de stress, qui s’est matérialisée essentiellement sur le marché obligataire.
Lire (7 min.)