Le FCPR ODDO BHF Secondaries Opportunities ouvert aux particuliers

La stratégie de ce FCPR repose sur l’achat des portefeuilles de participations ou des parts de fonds d’investissement auprès d’autres investisseurs souhaitant céder leurs engagements avant leur terme. ODDO BHF Private Equity considère en effet que le marché secondaire du Private Equity permet de favoriser la construction d’un portefeuille diversifié, de bénéficier d’une décote potentielle à l’achat, d’avoir une meilleure visibilité sur des opérations déjà investies (comparativement au primaire) et enfin de disposer d’une maturité réduite.

Les actifs en portefeuille seront majoritairement composés de titres d’Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI) non cotées, matures, en croissance et présentes dans les secteurs de l’industrie et des services. Le fonds a pour objectif de construire un portefeuille diversifié visant à financer les opérations de croissance ou de transmission de sociétés en Europe majoritairement, ainsi qu’en Amérique du Nord.

Le FCPR privilégiera des transactions secondaires allant de 5 à 50 millions d’euros. Il pourra également réaliser des investissements directs minoritaires, jusqu’à 25% du montant total des souscriptions libérées. Ouvert à la souscription jusqu'au 31 décembre 2019, le fonds vise un encours cible de 100 millions d’euros.

      Vous aimerez aussi  https://lecourrierfinancier.fr/asset-management/breve/oddo-bhf-private-equity-va-proposer-un-fonds-destine-aux-clients-particuliers-20556
Lire (1 min.)

Transition énergétique : une opportunité pour les PME et les ETI ?

Marc Renaud
Un an après la décision tonitruante de Donald Trump de sortir de l’accord de Paris, la transition énergétique reste plus que jamais une thématique porteuse.
Lire (2 min.)

Financer les PME et accroître les rendements avec la loi PACTE (Grégoire Sentilhes - NextStage AM)

Malgré 15 à 17% de taux d'épargne dans l'hexagone, les entreprises peinent à trouver des relais de financement. L'ambition de la loi PACTE est de remédier à cette carence, en promettant un meilleur fléchage vers le capital-investissement, au moyen de quatre vecteurs : l'épargne retraite, l'épargne salariale, le PEA-PME et l'assurance-vie.
Voir (<5 min.)

Les placements sur FirmFunding désormais accessibles dès 10 000 euros

Ainsi, FirmFunding s'ouvre aux investisseurs non professionnels qui peuvent également souscrire aux emprunts obligataires à partir de 10 000 € dans le cadre de cercles restreints (moins de 150 investisseurs). La place de marché compte actuellement plus de 15 millions d'euros d'emprunts obligataires en cours de souscription, émis par des entreprises dans le secteur du luxe (4M€), de l'énergie verte (5M€), des services aux entreprises (2M€) et de l'activité de foncière (3M€).
 
Lire (<1 min.)

Les A-Notations, par Anacofi Services : AGEAS PATRIMOINE

Ageas patrimoine

AGEAS France est enregistrée auprès de l’ACPR et bénéficie de la notation de sa maison mère (A, selon Fitch) ; la collecte brute en 2017 s’est établie à 410 M€. Basée à Paris-La Défense, la société s’articule autour du Conseil d’Administration, de comités et des fonctions clés, conformément au dispositif Solvabilité 2.

AGEAS PATRIMOINE mobilise une équipe de quelques 15 personnes. Une équipe commerciale organisée autour de 9 commerciaux en régions est en charge du développement.

AGEAS France s’appuie également sur sa structure filiale : Sicavonline et des partenariats.

    Vous aimerez aussi  https://www.lecourrierfinancier.fr/immobilier/breve/a-notations-anacofi-services-cerenicimo-5364
Lire (1 min.)

5 nouveaux labels ISR pour Aviva Investors

Cette démarche reflète la volonté affichée d’Aviva Investors France de poursuivre ses efforts pour développer une large gamme de fonds et mandats à dominante ESG. AIF souhaite ainsi accompagner sur le long terme les épargnants, qui sont de plus en plus demandeurs de placements qui ont du sens pour leur avenir ainsi que les Investisseurs Institutionnels dans le respect des dispositions de l’article 173 de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV).

A l’échelle mondiale, Aviva Investors est précurseur dans l’intégration des critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) dans son processus d’investissement. Parmi l’un des premiers signataires des Principes pour l’Investissement Responsable (PRI) des Nations Unies le groupe, qui possède une équipe de 16 spécialistes de l’investissement responsable soutenue par une quarantaine d’Ambassadeurs Responsables, souhaite franchir une nouvelle étape en proposant une large gamme de fonds ISR dans ses produits d’épargne et de retraite.

Les fonds labellisés

Aviva Actions Euro ISR - FR0007022108 ; Aviva Investors Actions Euro - FR0007045604 ; Aviva Small et Mid Caps Euro ISR - Part A - FR0010821462 / Part I - FR0010838607 ; Aviva Investors Valeurs Europe - FR0007082920 & Aviva Actions Europe ISR - FR0007473798.

Lire (1 min.)

France : bilan 2017 de l’activité des fonds d’infrastructure

L’AFG (Association Française de la Gestion financière) et France Invest (Association des Investisseurs pour la Croissance) ont publié les résultats de l’étude d’activité des fonds d’infrastructures gérés en France en 2017.
Lire (3 min.)

Margo Bank : vers une nouvelle banque de dépôt dédiée aux PME

En Europe, les banques de dépôt ont toujours joué un rôle essentiel dans le financement de l’économie. Néanmoins, leur capacité d’action a parfois été limitée par les difficultés accumulées au cours des dernières décennies, qu’elles soient technologiques, opérationnelles ou liées à la gestion de l’historique de leur gamme de produits. De surcroît, leur offre s’est principalement orientée vers les entreprises de taille intermédiaire (ETI) et les grandes entreprises (GE). Pourtant, les Petites et Moyennes Entreprises (PME) représentent aujourd’hui plus de 99,8% des entreprises en activité en Europe. 80% des banques européennes considèrent les PME comme un segment à fort potentiel de croissance au cours des trois prochaines années. Malgré cela, 68% d’entre elles se disent prêtes à quitter leur banque pour un concurrent qui offrirait de meilleurs services financiers. Dans ce contexte, Margo Bank souhaite apporter aux entreprises européennes de plus de 1 million d’euros de chiffre d’affaires, des services de dépôt, de paiement et de crédit, adaptés à leur activité. Afin de faciliter le développement de cette clientèle, l’offre reposera sur deux services complémentaires. D’une part, un suivi personnalisé et de proximité avec des banquiers, chargés d’affaires expérimentés, régulièrement formés, et entièrement dédiés à la relation clients. Cette relation de proximité sera complétée par un service numérique disponible sur toutes les plateformes, web et mobile. Il intégrera également d’autres produits utilisés par les entreprises (comptabilité, factures, notes de frais, etc.). Cette première levée de fonds a pour objectif d’accélérer la construction de l’infrastructure technique de Margo Bank et de compléter les équipes déjà en place. Cette étape structurelle permettra de poursuivre la constitution du dossier d’agrément d’établissement de crédit auprès de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), organe de supervision français de la banque et de l’assurance, et de la Banque Centrale Européenne (BCE). Dans le cadre de cet agrément, Margo Bank a prévu de se rapprocher de plusieurs partenaires bancaires ou assurantiels européens. « Nous sommes très heureux d’avoir pu rassembler dès le départ, pour notre première levée de fonds, des investisseurs conquis par l’ambition et la vision à long terme du projet. » précise Jean-Daniel Guyot, co-fondateur de Margo Bank.
Lire (2 min.)

L’AFIC change d’identité et devient France Invest

Créée en 1984, l’Association Française des Investisseurs pour la Croissance a accompagné le rayonnement et la dynamique de modernisation progressive du capital-investissement en France.

Les résultats des années 2016 et 2017 témoignent du poids économique pris par le secteur : les levées de fonds, dont une part significative provient d’investisseurs étrangers, atteignent des niveaux historiques, les investissements sont en hausse constante dans un nombre record de près de 7.200 start-up, PME et ETI de tous secteurs, réparties sur l’ensemble du territoire.

Les entreprises accompagnées représentent aujourd’hui plus de 210 milliards d’euros de chiffre d’affaires cumulé, soit l’équivalent de 20% du chiffre d’affaires du CAC40 et 8% des emplois privés en France. Elles croissent trois fois plus vite que le reste de l’économie française et ont créé plus de 300.000 emplois nets sur 7 ans.

Fort de cette dynamique positive, et dans un contexte français et international favorable, le changement d’identité viendra accompagner les ambitions portées par l’association : atteindre d’ici 2020 les 20 milliards d’euros levés par an, soit un doublement en 5 ans, pour accélérer la croissance et la transformation des entreprises, et inscrire la France comme référent du capital-investissement en Europe.

La nouvelle identité, France Invest, s’accompagne d’une refonte globale de l’identité visuelle de l’association à portée plus internationale, plus dynamique, plus moderne. Une signature vient préciser en français la nature de l’organisme, et en français comme en anglais la typologie des professionnels regroupés et leur engagement.

Lire (1 min.)

Karim Jellaba - Portzamparc Gestion : La dynamique bénéficiaire est le moteur de la performance

En gestion collective ou en délégation de gestion, le coeur de l'activité de Portzamparc Gestion est la sélection de petites et moyennes valeurs cotées sur le territoire français. Avec un fort attrait pour les sociétés entrepreneuriales, la société de gestion met en avant ses qualités de stock picking.
Voir (<4 min.)

LFDE se renforce au Benelux

Présente en Belgique et au Luxembourg depuis 2004, en Suisse depuis plus de 12 ans, LFDE entend défendre ses ambitions européennes en renforçant sa présence auprès des clientèles de banques, tiers gérants, assureurs et investisseurs institutionnels sur deux marchés particulièrement stratégiques pour la société.

Christèle de Waresquiel

Christèle de Waresquiel a commencé sa carrière chez Morgan Stanley à Londres, avant de rejoindre Calyon et JP Morgan. Elle devient manager de projet pour GE Capital à Paris en 2011, puis intègre les équipes de Rivoli Fund Management. Diplômée de Centrale Supélec et du Royal Institute of Technology de Stockholm, Christèle est également titulaire d’un MBA de l’Institut d’études supérieures de commerce (IESE) de Barcelone.

Frédéric Jacob

Frédéric Jacob dispose d’une expérience étoffée de l’asset management. Après avoir été consultant pour Odyssey Financial Technologies, il devient responsable du développement commercial de Derivative, puis de Dexia Asset Management. Il rejoint Carmignac en 2010 en qualité de responsable commercial pour la Belgique avant d’être nommé responsable de la clientèle Institutionnelle en 2015. Frédéric est diplômé en Economie et Finance de l’ICHEC Brussels Management School.

Lire (1 min.)

Swiss Life REIM nomme un Senior Advisor

Swiss Life REIM Senior Advisor

Rattaché à Fabrice Lombardo, Directeur de la Structuration et de la Gestion de Portefeuille, il apportera son soutien et sa grande expérience dans de nombreux domaines et notamment les sujets liés à la valorisation des actifs immobiliers.

Diplômé des Etudes Supérieures de Droit Privé, de l’Institut d’Etudes Politiques d’Aix et de l’Institut du Droit des Affaires, Denis François a 35 ans d’expérience dans l’évaluation d’immobilier d’entreprise et résidentiel. Président de Bourdais Expertises puis de CBRE Valuation Advisory France, il était dernièrement Senior Advisor de CBRE.

Tout au long de sa carrière il a apporté sa contribution, en liaison avec les autorités de contrôle et les organisations professionnelles, dans les évolutions législatives et professionnelles concernant l’immobilier (SCI, OPCI, SIIC, Charte de l’Expertise).

Lire (1 min.)

Investir l’épargne dans les entreprises : la réponse pour restaurer l’emploi et la compétitivité d’un pays !

Thierry Ortmans & Grégoire Sentilhes
En cette année 2017 de nouveau quinquennat, alors que l‘économie française poursuit son décrochage compétitif dans une économie mondiale en croissance et que la menace de repli sur soi sous ses différentes formes (économique et politique) se fait grandissante, il est urgent d’investir dans le développement de nos entreprises pour relancer la croissance et l’emploi.
Lire (3 min.)

FrenchFood Capital lève 70 millions d’euros pour les PME alimentaires

La chaîne de valeur de l’alimentation est en profonde mutation. Au cœur de cette transformation, des consommateurs qui veulent manger mieux et différemment en mettant la confiance, la santé, l’environnement et les nouveaux usages au centre de leur expérience alimentaire. Ces attentes sont le fondement même de la thèse « Consumer Centric » de FrenchFood Capital qui s’intéresse à la valeur de marque des PME et ETI du secteur que ce soit dans l’agro-alimentaire, la distribution, les « Novel Foods », la restauration, les enseignes de « Retail » ou les « Food Services ». FrenchFood Capital est un fonds de Capital Développement indépendant d’une taille cible de 100M€ dont la Société de Gestion de Portefeuille est agréée par l’Autorité des Marchés Financiers (GP-17000005). Il cible les sociétés entre 20M€ et 150M€ de valeur d’entreprise. Le secteur de l’agro-alimentaire, 1er secteur de l’économie française est composé à près de 98% de TPE-PME (moins de 250 salariés). Ces entreprises ne réalisent pourtant que 43% du chiffre d’affaires total du secteur et seulement 33% des exportations. Fort de ce constat, FrenchFood Capital souhaite accompagner leur développement en France et à l’international pour encourager l’émergence de champions français du « Food ». Au-delà d’une prise de participation au capital de ces entreprises, le fonds leur apportera un vrai savoir-faire opérationnel pour les aider à croître grâce à l’expérience de ses fondateurs qui partagent tous un profil entrepreneurial et une forte expertise « Food » mais également au vaste réseau sectoriel réuni parmi ses investisseurs. 70M€ ont aujourd’hui été levés auprès de trois grands groupes d’investisseurs : des industriels de l’agro-alimentaire, des entrepreneurs et familles du «Food» et du «Retail», des investisseurs institutionnels tels que Bpifrance, le Crédit Mutuel Arkea, Tikehau et la Banque Populaire Rives de Paris. Ce réseau engagé mettra à la disposition des participations de FrenchFood Capital les compétences de dirigeants expérimentés et spécialistes du secteur ainsi que les synergies pertinentes pour accélérer leur croissance. Ces prochains mois, FrenchFood Capital poursuivra sa levée de fonds afin d’atteindre les 100M€ visés d’ici la fin de l’année 2017. Un premier investissement devrait être annoncé à l’automne 2017.
Lire (2 min.)