ETF : J.P. Morgan AM étoffe sa gamme avec une stratégie sur les actions américaines

J.P. Morgan Asset Management (AM) annonce ce mercredi 10 avril JPM BetaBuilders US Equity UCITS ETF. Ce produit vient étoffer la gamme ETF du gérant grâce à une exposition large et à faible coût au marché des actions américaines. La gamme globale d’ETF de J.P. Morgan AM comporte plus de 45 produits pour 20 milliards de dollars d’actifs sous gestion à fin décembre 2018. Le nouvel ETF dispose d’une part de capitalisation (BBUS) et d’une part distribuante (BBUD).

Domiciliés en Irlande, BBUS et BBUD sont cotés sur les places London Stock Exchange (LSE), Deutshe Boerse Xetra et Borsa Italiana. Ils sont confiés à une équipe expérimentée en stratégies actions toutes capitalisations. Le portefeuille offre une exposition diversifiée aux grandes et moyennes valeurs du marché américain. Objectif, générer des résultats proches de l’indice Morningstar US Target Market Exposure. Ces ETF visent un ratio du total des frais (TER) de 4 points de base.

Des briques d’allocation simples

« Notre nouvel ETF offrira aux investisseurs une exposition plus efficiente aux actions américaines, segment où il existe déjà de nombreuses offres. Notre gamme d’ETF BetaBuilders est conçue pour offrir des briques d’allocation simples et dont les tarifs correspondent parfaitement à l’environnement de marché actuel », déclare Bryon Lake, Directeur international ETF chez J.P. Morgan AM.

Par ailleurs, J.P. Morgan Asset Management a également lancé une part de capitalisation pour les ETF cotée sur la LSE. Il s'agit de JPM USD Ultra-Short Income UCITS (JPSA) et JPM GBP Ultra-Short Income UCITS (JGSA), qui sont domiciliés en Irlande. Ces véhicules ont été lancés pour répondre à la demande client. JPSA et JGSA viseront un TER de 18 bp.

Lire (2 min.)

ETF : WisdomTree lance un fonds US en obligations à taux variable

WisdomTree — fournisseur d’Exchange-Traded Fund (ETF) et d’Exchange-Traded Product (ETP) — annonce ce mardi 26 mars sur la bourse de Londres (LSE) le lancement de WisdomTree USD Floating Rate Treasury Bond UCITS ETF (désigné par l’acronyme USFR). Ce nouveau produit offre une exposition aux obligations à taux variable (dites FRN) émises depuis 2014 par le Trésor américain. Pour la première fois en Europe, les investisseurs peuvent accéder à ces obligations par le biais d’un ETF.

Ces FRN du Trésor américain versent des coupons trimestriels dont le montant dépend de l’évolution des taux courts. Ils répondent aux besoins des investisseurs qui cherchent des moyens de réduire l’exposition globale au risque de taux d’intérêt de leurs portefeuilles obligataires, et qui ne trouvent pas leur compte parmi les bons du Trésor américain à échéance courte — qui ne versent pas de coupons — ni parmi les obligations du Trésor à taux fixe et à échéance longue.

Réduire l'exposition globale au risque

« Pour les investisseurs à la recherche de titres de créance publics destinés à remplacer une partie de leur exposition aux bons du Trésor à faible rendement commercialisés sur de nombreux marchés développés, les FRN du Trésor américain peuvent stimuler la performance d’un portefeuille d’autant que la courbe des rendements américains est actuellement plate », commente Christopher Gannatti, Responsable de la recherche de WisdomTree.

« Les obligations à taux variable du Trésor américain disposent généralement d’une duration plus faible que les FRN émis par les entreprises. Elles peuvent aussi servir à réduire l’exposition à la dette corporate dans les portefeuilles des investisseurs. Les versements d’intérêts des FRN émis par les entreprises sont exposés au risque de crédit ou au risque de défaut de l’émetteur » ajoute Lidia Treiber, Responsable de la Recherche Obligataire chez WisdomTree.

Lire (2 min.)

ETF : UniCredit et Axiom AI lancent le premier fonds global investi sur les obligations « CoCo »

UniCredit — via sa filiale Structured Invest S.A — et Axiom Alternative Investments (AI) annoncent ce mardi 19 mars le lancement de l’ETF UC AXI Global CoCo Bonds UCITS. Ce premier ETF mondial négocié en bourse (FNB) offre une exposition globale et réelle au marché des obligations Contingente Convertible, dites « CoCos ».

Le fonds a été développé et lancé en coopération avec Axiom AI — société de gestion indépendante, spécialiste du secteur financier — qui compte 1,2 milliard d’euros d'actifs sous gestion, et dispose de professionnels de l'investissement basés à Londres et à Paris. Depuis plus de 10 ans, la société gère des fonds investis sur des instruments financiers émis par des banques et des compagnies d’assurance.

Accéder à l'ensemble du marché des obligations « CoCo »

Le fonds sera coté sur la bourse allemande (le Xetra), sous le ticker CCNV. Il s’agit du premier ETF à offrir aux investisseurs un accès à l’ensemble du marché des obligations « CoCo » en incluant les instruments de capital Additional Tier 1 (AT1) et Restricted Tier 1 (RT1).

« Les investisseurs qui peuvent dorénavant avoir une exposition pondérée en fonction de la valeur de marché sur ces instruments de façon simple et économiquement efficiente tout en bénéficiant d'une structure UCIT », explique Laurent Dupeyron, Managing Director, chez UniCredit.

Un indice de référence spécifique

Le fonds suivra la performance de l'indice Solactive AXI Liquid Contingent Capital Global Market TR– EUR hedged (ticker bloomberg SOLAXICC). Ce premier indice de référence est couvert contre le risque de devises, et pondéré en fonction de la valeur de marché.

L’indice SOLAXICC a été conçu pour offrir l'exposition la plus large et la plus liquide à l’univers des « CoCos » émises par des émetteurs notés Investment Grade (en dette senior). Il s'agit de l’indice de référence le plus important en termes de capitalisation boursière, avec 141 milliards d’euros. Il reflète la performance d’obligations AT1 et RT1 libellées en EUR et en USD.

Des rendements particulièrement attractifs

Les obligations de type Contingent Convertible sont capables de générer des rendements particulièrement attractifs par rapport aux obligations d'entreprise à haut rendement, plus stables que les actions bancaires tout en bénéficiant d’une meilleure qualité de crédit. Leur notation moyenne est de BB contre BB- respectivement.

« Les récents résultats des tests de résistance effectués sur les banques européennes, montrent des niveaux de capital supérieurs à 3 % au-dessus du seuil de conversion, malgré des hypothèses de scenario historiquement sévères. De plus, la dynamique actuelle de rehaussement des notes de crédit des banques européennes par les agences de notation constitue un signal très positif pour la classe d'actifs », ajoute David Benamou, Associé-gérant chez Axiom AI

Lire (3 min.)

Amundi veut doubler ses encours en ETF, Indiciel et Smart Beta d’ici 2023

Amundi, premier asset manager en termes d'actifs sous gestion en Europe, publie ce mercredi 13 mars ses nouvelles ambitions de croissance d'ici 2023. L'objectif consiste à doubler les encours de sa ligne métier ETF, Indiciel et Smart Beta en 5 ans. Amundi annonce également le lancement d'une nouvelle gamme d'ETF à prix très compétitif, dénommée Amundi Prime.

« Nous chercherons à atteindre nos objectifs en développant de nouveaux marchés tout en continuant à amplifier notre présence en Europe, où le potentiel de croissance est encore important », déclare Fannie Wurtz, responsable d'Amundi ETF, Indiciel et Smart Beta. Pour rappel, tous les ETF Amundi Prime sont conformes à la réglementation UCITS et offrent une réplication physique.

Source : Amundi

Amundi mise sur 3 moteurs de croissance

Amundi ambitionne d'atteindre 200 milliards d'euros en encours ETF, Indiciel et Smart Beta d'ici 2023. La ligne métier se concentrera sur trois moteurs de croissance : l'augmentation de la couverture clients en Europe et en Asie, l’enrichissement de l'offre de produits et de solutions d'investissement et le renforcement de sa présence sur le marché retail.

Dans le cadre de ce dernier axe stratégique, Amundi lance la gamme Amundi Prime ETF avec 0,05 % de frais sur l'ensemble des fonds. Ces 9 premiers ETF offriront des expositions aux principales briques d’allocation, pour constituer un portefeuille diversifié sur des indices actions et obligations au niveau Monde, Europe, États-Unis et Japon. Les ETF répliqueront des indices conçus et calculés par Solactive.

Lire (2 min.)

La FinTech PayLead nomme un Chief Revenue Officer

La FinTech française PayLead — spécialisée dans l'analyse de données bancaires — annonce ce mercredi 17 avril la nomination d'un Chief Revenue Officer dans le cadre de son développement français et européen. Dans ce cadre, Thomas Sevège aura pour mission d'optimiser la stratégie de revenus de l'entreprise et de développer de nouvelles collaborations avec des partenaires bancaires et des retailers.

Ce recrutement doit permettre à PayLead d'amorcer sa phase de scale-up en France et en Europe. « Nous avons des ambitions internationationales pour PayLead et l'arrivée de Thomas dans notre équipe est un véritable atout. Son profil hautement qualifié va soutenir la structuration de l'entreprise et l'installation durable dans notre écosystème », déclare Charles de Gastines, PDG et co-fondateur de PayLead.

Focus sur le parcours de Thomas Sevège

Thomas Sevège a fait carrière dans plusieurs startups à forte croissance. En 2001, il fait partie des premiers collaborateurs de Tradedoubler — solution marketing — et en devient Vice-président Europe de l'Est et du Sud en 2006. En 2008, il rejoint Be On — précédemment Goviral — en qualité de VP EMEA. En septembre 2013, il se voit confier le poste de Président & COO chez Freespee à Londres, plate-forme conversationnelle avant de rejoindre l'équipe de PayLead en tant que Chief Revenue Officer.

« Au cours de ma carrière, j'ai eu l'opportunité de rejoindre des organisations à des moments très particuliers de leur développement. Je suis passionné par les nouveaux challenges et inspiré par les entrepreneurs convaincus des projets qu'ils portent. Lors de mes premiers échanges avec Charles, j'ai réalisé que l'expertise de PayLead annonçait une véritable disruption du marché bancaire et promettait des avancées majeures en matière de connaissance client», commente Thomas Sevège.

Lire (2 min.)

AMF : le médiateur publie son rapport annuel 2018

Marielle Cohen-Branche — médiateur de l’AMF — a présenté ce jeudi 18 avril devant la presse son rapport annuel pour l’année écoulée. L’occasion de rappeler, au-delà des chiffres-clés et de la confirmation de l’efficacité et de l’adhésion des épargnants comme des professionnels, les valeurs structurantes de la Médiation.

Les chiffres de l’année 2018

Comme chaque année, les principaux indicateurs de la Médiation témoignent de sa forte activité :

  • 1438 dossiers reçus (+ 6 %) ;
  • 1408 dossiers traités et clôturés, en stabilité ;
  • 813 dossiers reçus dans le champ de compétence (+ 17 %) ;
  • 523 avis rendus (+ 3 %)
  • 308 établissements concernés : prestataires de services d’investissements majoritairement, mais aussi entreprises de marché, émetteurs, etc.

La fragmentation des secteurs entre finance, banque et assurance demeure complexe pour les usagers. Cette année, près de 44 % des dossiers reçus sont en dehors du champ de compétence du médiateur de l’AMF. Grâce au mode de filtrage du nouveau formulaire du site de l’AMF, seulement 27 % des dossiers saisis ainsi sont non recevables, contre 46 % en 2017. Le courrier postal reste privilégié par 71 % des demandeurs.

A l’instar des années précédentes, les chiffres de 2018 illustrent l’adhésion que remporte la médiation de l’AMF. 93 % des recommandations favorables sont suivies tant par l’épargnant que par le professionnel et en cas de recommandation défavorable pour le demandeur, très rares sont les cas d’insatisfaction (6 %).

Les sujets-phares

  •  Les dossiers relatifs à l’épargne salariale progressent à nouveau : 217 dossiers contre 211 en 2017. Pour rappel, ils n’étaient que 93 en 2014. Les motifs de saisines restent variés mais si les réclamations sur les frais de garde diminuent (de 18 % à 15 %), celles concernant les affectations par défaut augmentent (de 19 % à 26 %). Une problématique liée à la difficile appréhension du PERCO, sujet sur lequel le médiateur porte une attention particulière et formule des recommandations auprès des diverses parties-prenantes. 
  • Après une année de baisse très nette, les dossiers en matière de trading spéculatif sur Forex ou options binaires diminuent toujours : 51 dossiers en 2018 (98 en 2017) impliquant 40 sociétés agréées et 11 non agréées. Dans ce cas, les dossiers sont transmis au procureur de la République. Cette chute prouve l’impact des diverses initiatives françaises (interdiction de la publicité) ou européennes (restriction / interdiction de commercialisation). Cependant, le champ de l’escroquerie se déplace. Après des saisines liées aux diamants d’investissements en 2017, le médiateur a constaté l’émergence de celles liées aux placements en crypto-actifs assortis de perspective de rendement. 35 dossiers cette année, face auxquels la Médiation doit décliner sa compétence puisqu’aucun professionnel ne dispose, à ce jour, d’une offre autorisée.
  • Enfin, les dossiers portant sur les PEA augmentent de 30 %, soit 70 cas contre 53 en 2017. Pour la moitié de ces dossiers, les litiges portent sur des durées anormales de transfert entre deux établissements gestionnaires. Cette difficulté avait conduit le médiateur à formuler des recommandations générales en la matière pour accélérer et fluidifier ces transferts, notamment en cas de titres non cotés au sein de l’enveloppe. Après un avis favorable du Comité consultation du secteur financier en septembre 2018, cette procédure est facilitée. Ce point illustre la mission plus générale de la Médiation de l’AMF : être en mesure, en cas de besoin, de faire bouger des situations et pratiques existantes, voire la législation, en étant force de proposition auprès des instances concernées.

Œuvrer pour une médiation mieux connue

Dans un paysage juridique de plus en plus complexe, où les alternatives à la voie judiciaire se multiplient, il convient de rappeler les valeurs communes des médiateurs de la consommation. Ils sont actuellement les seuls médiateurs amiables régulés et gratuits pour les consommateurs. Leur action repose sur 3 piliers : indépendance, confidentialité et impartialité.

Afin de mieux faire connaître le principe de la médiation, le Journal de Bord — accessible depuis le site internet de l’AMF — propose chaque mois un billet pratique et concret de cas vécu. Son audience progresse de 20 % cette année. Pour la première fois, le rapport annuel reprend sous forme thématique l’ensemble des billets parus depuis le lancement en 2014. Il s'agit d'une base documentaire opérationnelle utile, autant pour les professionnels que pour les particuliers.

Lire (5 min.)

Blockchain : Invesco lance un ETF avec Elwood AM

La Blockchain existe depuis une dizaine d'années, mais reste souvent associée aux seules cryptomonnaies. Invesco annonce ce lundi 11 mars le lancement d'un ETF spécialisé, pour cibler les sociétés connectées à cette technologie. L’ETF Invesco Elwood Global Blockchain UCITS ETF a été développé en partenariat avec Elwood Asset Management (AM), spécialiste de l’économie numérique et de la Blockchain.

Un potentiel énorme mais souvent inexploité

La Blockchain se présente sous la forme d'un grand livre (« ledger ») qui permet de transférer des actifs en toute transparence, de manière inaltérable, traçable et permanente. Elle peut concerner des actifs physiques, des dossiers médicaux, des contrats juridiques ou toute autre information qui circule entre plusieurs parties.

« Cette technologie commence à être utilisée dans les services financiers et d'autres industries. L’influence de la Blockchain dans l’économie mondiale est aujourd’hui sous-estimée », explique Kevin Beardsley, responsable du développement commercial chez Elwood.

Chris Mellor, en charge du Product Management Actions EMEA ETF chez Invesco, ajoute : « nous pensons que le potentiel de la Blockchain est énorme, mais il est souvent mal exploité. Cet ETF offre aux investisseurs l'accès à des sociétés déjà bénéficiaires, mais ayant un potentiel d’upside supplémentaire grâce à la Blockchain. »

L'indice Elwood Blockchain Global Equity

L’ETF réplique l'indice Elwood Blockchain Global Equity en investissant physiquement dans ses composantes. L'indice offre une exposition aux sociétés — issues de marchés développés et émergents — qui participent ou ont le potentiel pour participer à l'écosystème Blockchain. Il est conçu pour être exposé au potentiel de croissance de cette technologie.

Kevin Beardsley commente : « L’indice est actuellement majoritairement constitué de sociétés au sein desquelles la Blockchain est soit en phase de développement, soit en phase potentielle. Avec le temps, cependant, nous nous attendons à ce que l'équilibre se déplace naturellement vers les sociétés qui sont exposées plus directement aux bénéfices liés à la Blockchain. »

23 % d'allocations dans les services financiers

Parmi les allocations sectorielles les plus importantes, l'indice en compte actuellement 46 % dans les technologies de l'information, 23 % dans les services financiers, 9 % dans les services de communication et 8 % dans les secteurs des matériaux et de la consommation discrétionnaire.

En tête des affectations géographiques les plus importantes se trouvent les États-Unis (39 %), le Japon (29 %) et Taïwan (12 %). L'indice est calculé pour Elwood Asset Management par Solactive AG, un fournisseur mondial spécialisé dans les indices sur mesure. L'indice est revu et rebalancé trimestriellement.

ETFInvesco Elwood Global Blockchain UCITS ETF
Code BloombergBCHN
Place de cotation2LSE
Indice de référenceElwood Blockchain Global Equity Index
Devise du fonds / de cotationUSD / USD and GBP
Frais courants (par an)0,65 %
Lire (4 min.)

ESG : BlackRock lance sa gamme d’ETF durables

BlackRock poursuit ses efforts pour introduire l'investissement durable auprès du grand public, en Europe et dans le monde. Le gestionnaire d'actifs annonce ce jeudi 7 mars le lancement de six nouveaux fonds durables négociés en bourse (exchange traded funds, ETF). BlackRock fournit un accès au reporting de données environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) à travers sa gamme iShares.

L'Europe à l'avant-garde de l'investissement durable

« De nombreux clients européens poursuivent le double objectif de répondre aux besoins sociétaux et environnementaux du monde, tout en générant des rendements ajustés au risque à long terme nécessaires pour atteindre leurs objectifs financiers », déclare Philipp Hildebrand, Vice-Président de BlackRock. Selon BlackRock, les actifs européens en ETF ESG seraient multipliés par 20 d’ici 2028, avec un encours de 250 milliards de dollars d'actifs, contre 12 milliards aujourd’hui. Cela représente 60 % des actifs de 400 milliards de dollars qui devraient être collectés dans le monde.

Une récente étude de Greenwich Associates montre que près de la moitié des investisseurs institutionnels européens interrogés – et près de 60 % des fonds institutionnels et des compagnies d'assurance – s'attendent à ce que plus de 50 % de leurs actifs soient gérés selon les critères ESG d'ici cinq ans. 44 % des participants à l’étude et la moitié des gestionnaires de placements interrogés utilisent les ETF comme principal vecteur d’exposition aux facteurs ESG.

Nouveaux venus dans la gamme iShares Sustainable Core

Les nouveaux fonds iShares ESG Enhanced ETFs s'appuient sur le lancement de six ETF ESG l’année dernière. Ils sont conçus pour les investisseurs qui cherchent à améliorer les performances des scores ESG de leurs portefeuilles et à réduire l’intensité de carbone et d’autres gaz à effet de serre (GES), tout en conservant un faible écart de suivi par rapport aux indices parents.

Les six fonds suivent les indices MSCI qui pondèrent les titres, afin de maximiser les scores ESG en restant proches des indices de référence. Ils sont optimisés pour réduire l’impact carbone et des émissions de GES de 30 % par rapport à l’indice parent. Ils filtrent les entreprises qui ont une exposition aux armes controversées et nucléaires, aux armes à feu civiles, au tabac, au charbon thermique et aux sables bitumineux, mais aussi celles impliquées dans des controverses très graves et celles qui agissent en violation des principes du Pacte Mondial des Nations Unies.

Nom des fondsListingTotal de frais sur encours
iShares MSCI USA ESG Enhanced UCITS ETF EEDS (Distr) EEUS (Acc)0,10 %
iShares MSCI Europe ESG Enhanced UCITS ETF EEUD (Distr) EEUA (Acc)0,15 %
iShares MSCI EMU ESG Enhanced UCITS ETFEMUD (Distr) EEUM (Acc)    0,15 %
iShares MSCI World ESG Enhanced UCITS ETF EEWD (Distr) EEWA (Acc)0,20 %
iShares MSCI Japan ESG Enhanced UCITS ETF EEJD (Distr) EEJA (Acc)0,20 %
iShares MSCI EM ESG Enhanced UCITS ETFEEDM (Distr) EEEM (Acc)0,23 %

Un ETF pour chaque investisseur durable en Europe

Avec 26 UCITS Sustainable ETF couvrant une gamme complète de résultats et de classes d’actifs, la gamme iShares de fonds durable se présente comme la plus importante du secteur. Elle devrait continuer à s’enrichir. En 2018, les investisseurs européens ont investi plus de 1,4 milliard de dollars dans les ETF durables d’iShares, soit le flux annuel net le plus élevé jamais atteint.

Les investisseurs peuvent consulter les données ESG essentielles sur les ETF d’iShares sur les pages web produits — telles que les données sur l'intensité carbone —  et sélectionner les entreprises selon leur exposition en termes d’engagement. 45 % des participants à l’étude Greenwich ont déclaré qu’ils pourraient utiliser davantage d’informations et d’aide pour comprendre comment appliquer l’ESG à leurs portefeuilles.

Lire (4 min.)

ETF : les investisseurs institutionnels européens réhaussent leurs allocations en 2018

En période de volatilité, les ETF prospèrent sur le marché européen. Le cabinet Greenwich Associates publie ce jeudi 28 février les résultats de son étude européenne sur les ETF, menée en 2018 auprès de 127 investisseurs institutionnels. D'après ce document (en anglais), les allocations en ETF par les investisseurs institutionnels qui investissent déjà dans ce type de fonds ont augmenté de +50 % en 2018. Cette hausse représente 15 % des investisseurs institutionnels en ETF interrogés par Greenwich Associates dans l'étude.

« La forte croissance des investissements dans les ETF des institutionnels européens l’année dernière s’est produite non pas malgré les turbulences, mais à cause d’elles », déclare Andrew McCollum, Directeur général de Greenwich Associates. Greenwich Associates prévoit une croissance continue des investissements dans les ETF par les institutionnels en 2019 : près de 40 % des personnes interrogées qui investissent déjà dans les ETF prévoient ainsi d'augmenter leurs allocations en ETF ces 12 prochains mois. Trois tendances clés expliquent cette croissance :

Les ETF s’épanouissent dans un environnement volatile

Les institutions utilisent les ETF à la fois comme des outils tactiques et comme des éléments structurants stratégiques à long terme d’un portefeuille. En ce qui concerne les titres obligataires, l’allocation d’ETF a doublé pour atteindre 20 % du total des actifs parmi les investisseurs institutionnels en ETF, tout comme l’allocation d’ETF en actions, qui sont passées de près de 14 % en 2017 à environ 28 % des actifs.

En 2018, les institutions européennes ont repositionné leurs portefeuilles dans un environnement d'investissement difficile, agité par d'éventuelles hausses de taux de la BCE et une multitude de risques géopolitiques. La mise en œuvre de ces changements a accru la demande pour les ETF. Selon les institutions, la rapidité d’exécution des ETF, la possibilité de diversification qu’ils offrent et leur liquidité en font des outils polyvalents pour la construction d’un portefeuille.

Les institutionnels privilégient les stratégies indicielles

Les institutions européennes à la recherche de beta à un faible coût ont continué en 2018 à transférer leurs actifs d’une gestion active vers des stratégies indicielles. Ce changement a augmenté les flux d’actifs vers les ETF, instrument privilégié pour des expositions indicielles par 84 % des participants à l’étude. Cette tendance devrait se poursuivre en 2019, puisque les allocations des institutions vers les stratégies indicielles restent bien en-deçà de ce qu’elles considèrent comme un niveau optimal d’allocation.

Les stratégies smart beta demeurent un moteur constant de la croissance et de la demande des ETF. Les deux tiers des participants à l'étude et près des trois quarts des gestionnaires de patrimoine sous mandat individuel investissent dans des ETF smart beta ou bien pondérés par une approche factorielle. Plus d'un tiers d'entre eux prévoient d'augmenter leurs allocations au cours des 12 prochains mois. Près de la moitié des personnes interrogées qui prévoient d'augmenter leurs allocations aux ETF smart beta devraient augmenter ces niveaux d’au moins 10 %.

L'ESG s'affirme comme un facteur clé d'investissement

Les institutions européennes intègrent les normes environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) dans leur processus d'investissement. Nombre de ces investisseurs utilisent les ETF comme instrument privilégié pour leurs expositions ESG.

44 % des participants à l’étude et la moitié des gestionnaires de placements utilisent les ETF comme outil principal pour traiter la question de l’ESG. Près de la moitié des investisseurs interrogés s’attendent à ce que plus de 50 % de leur actif total soit géré selon les critères ESG au cours des 5 prochaines années.

Lire (4 min.)

Amundi enrichit sa gamme d’ETF ISR d’une nouvelle exposition aux actions émergentes

Amundi complète sa gamme d'ETF dédiés à l'investissement responsable et lance Amundi Index MSCI Emerging Markets SRI – UCITS ETF DR permettant de s’exposer aux actions des marchés émergents. Proposé à des frais courants de seulement 0,25%, ce nouvel ETF arrive sur le marché européen au prix le plus bas sur l’indice MSCI Emerging Markets SRI.

Un intérêt croissant des investisseurs pour la thématique ESG

Les investisseurs intègrent progressivement les critères ESG dans leur allocation d’actifs, et sont à la recherche de solutions clés en main pour investir de manière responsable, tout en maintenant un faible niveau de « tracking error ». Il s'agit de "répondre à la demande croissante des investisseurs pour des solutions passives bénéficiant de filtres ISR à prix très compétitifs" , explique Fannie Wurtz, Directrice de la ligne métier ETF, Indiciel et Smart Beta d’Amundi.

Ce nouvel ETF répond à ces besoins en renforçant les briques d'allocation déjà existantes dans la gamme ISR d'Amundi ETF, qui compte trois ETF actions répliquant les indices MSCI World SRI, MSCI USA SRI et MSCI Europe SRI, et deux expositions obligataires SRI, répliquant des indices Bloomberg Barclays d’obligations d’entreprises européennes et américaines et mettant en œuvre la méthodologie SRI de MSCI.

Lire (2 min.)

Swiss Life Asset Managers France cède les actifs de son premier fonds santé

Swiss Life Asset Managers (AM) France annonce ce jeudi 18 avril la cession des actifs de son premier club deal santé, créé en 2012 à destination d’investisseurs institutionnels français. Cet OPCI Professionnel était spécialisé dans les murs d’EHPAD — Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes — d'établissements SSR — Soins de Suite et de Réadaptation — et de cliniques PSY — cliniques psychiatriques — avec l'acquisition de plus de 200 M€ d'actifs.

Le portefeuille comporte 14 actifs — 9 EHPAD, 4 établissement SSR et 1 établissement psy — soit près de 1 500 lits. Icade Santé s’est porté acquéreur de 12 d’entre eux et Primonial REIM des 2 EHPAD situés à Paris et en région parisienne. Plus de 80 % du portefeuille se compose d’établissements achetés en VEFA. Le solde a été acquis neuf ou rénové.

Orienter sa stratégie vers les résidences seniors

Swiss Life AM France a fait partie des pionniers qui se sont intéressés au secteur de la santé. L'asset manager a ainsi pu acquérir ce portefeuille dans de bonnes conditions. Le marché de la santé et les actifs visés par ce fonds présentaient en 2012 un effet ciseaux, lié à une sous-capacité importante face à une hausse de la demande pour ce type de structures en raison du vieillissement de la population.

Depuis, le marché de la santé est devenu très porteur. Swiss Life AM France a choisi d'anticiper une liquidation probable de ce véhicule courant 2019. Cette décision valide la stratégie d’acquisition mise en place lors du lancement du fonds, qui ciblait la qualité de l’opérateur mais également les emplacements et les qualités techniques des actifs. Swiss Life AM France va continuer d'investir dans le secteur du grand âge, en s'orientant notamment vers les résidences seniors en Europe.

Lire (2 min.)

Assurance vie : Althos Patrimoine lance une offre de droit luxembourgeois

Althos Patrimoine — spécialiste du conseil en gestion privée — annonce ce jeudi 18 avril le lancement d'une offre d’assurance vie luxembourgeoise. Ce produit destiné à une clientèle haut-de-gamme est accessible à partir de 100 000 euros sans frais d'entrée.

Cette offre permet aux investisseurs d’accéder à des véhicules réservés aux institutionnels et de bénéficier d’une sécurité renforcée sur leur capital, « tout en étant investis dans des actifs décorrélés et des actifs de rendement », précise Maxime Defasy, responsable des investissements chez Althos Patrimoine.

Diversification des actifs

Cette offre donne accès à la quasi-totalité des contrats d’assurance-vie du marché luxembourgeois. Les investisseurs choisissent parmi une douzaine de contrats, sélectionnés auprès des principaux acteurs du secteur : Allianz, Lombard International, Swiss Life, Generali, Bâloise Assurances ou encore AG2R La Mondiale.

Les épargnants ont accès aux parts institutionnelles des OPCVM traditionnels, ainsi qu'à des classes d’actifs de diversification réservées aux institutionnels. Ils peuvent investir une partie de leur capital en capital-investissement, en immobilier ou encore en dette privée.

Protection de l'épargne

Les investisseurs bénéficient d'une sécurité renforcée, connue sous l’appellation « triangle de sécurité ». Ce type de contrat offre des garanties supplémentaires en termes de protection de l’épargne. En France, en cas de faillite de la compagnie d’assurance, l’épargne est garantie dans la limite de 70 000 euros par assuré et par contrat.

Le Luxembourg n'impose pas ce type de limite. Les actifs sont conservés auprès d’une banque dépositaire. Enfin, l’épargnant bénéficie d’un statut de créancier de premier rang, ce qui le rend prioritaire en cas de faillite de la compagnie d’assurance.

Lire (2 min.)

State Street Global Advisors renforce son équipe SPDR ETF

Avant de rejoindre SSGA, Eve-Marie Bussiere exerçait la même fonction au sein de l’équipe iShares chez BlackRock pendant cinq ans. Auparavant, elle a occupé diverses fonctions chez RBS et BNP Paribas CIB à Londres.

Cette nomination s'inscrit dans la stratégie de développement de SSGA sur le marché des ETF en France et fait suite à l’arrivée de Ludovic Djebali début 2018.

Pionnier dans le lancement des ETF, SPDR est le 3ème fournisseur mondial avec 635 milliards de dollars d’encours sous gestion.

Vous aimerez aussi

https://www.lecourrierfinancier.fr/asset-management/breve/state-street-nomme-nouvelle-directrice-financiere-emea-10494
Lire (1 min.)

Trois nouveaux ETF ISR chez Amundi

Les stratégies d’investissement ESG représentent environ un quart des actifs sous gestion globaux, soit une croissance de près de 25% au cours des deux dernières années. Depuis sa création, Amundi considère l'investissement responsable comme l'un de ses quatre piliers fondateurs. Avec le plan d'action ESG annoncé début octobre, Amundi confirme son engagement en tant qu'investisseur responsable, grâce à une analyse extra-financière enrichie, une politique de vote renforcée et des activités de conseil ESG plus spécifiques.

Dans le cadre de ce plan, Amundi annonce le lancement d'une gamme d’ETF ISR sur les marchés actions et obligataires, offrant aux investisseurs des outils ISR à prix compétitif. Cette gamme comprend trois nouveaux ETF actions répliquant les indices MSCI World SRI, MSCI USA SRI et MSCI Europe SRI, dont les frais de gestion sont les plus compétitifs en Europe. Ces fonds seront ultérieurement complétés par un quatrième ETF permettant de répliquer l’indice MSCI Emerging Markets SRI.

Cette gamme actions vient renforcer les expositions obligataires ISR d’Amundi ETF, répliquant des indices Bloomberg Barclays d’obligations d’entreprises européennes et américaines et mettant en œuvre la méthodologie ISR de MSCI.

Lire (1 min.)