LIVRE / Finances : « Manuel de survie dans le milieu hostile de l’épargne »

Comment intéresser les Français au sujet de l'épargne ? Faut-il favoriser l'éducation financière ou plutôt la compréhension générale du système ? En avril dernier, Casa Express Editions a publié un « Manuel de survie dans le milieu hostile de l'épargne » pour particuliers. Le Courrier Financier vous a préparé une fiche de lecture.
Lire (5 min.)

Réforme des retraites : la position des CGP, d’après la CNCEF Patrimoine

La CNCEF Patrimoine révèle ce lundi 21 octobre les résultats de son sondage au sujet de la réforme des retraites, mené auprès des Conseillers en gestion de patrimoine (CGP) lors de la Convention Patrimonia, à Lyon les 26 et 27 septembre derniers. « Notre objectif était de recueillir leur perception tout en nous inscrivant dans une proximité avec des acteurs de la gestion de patrimoine » explique Stéphane Fantuz, Président de la CNCEF Patrimoine.

La consultation abordait en premier la perception des professionnels concernant les annonces gouvernementales. Puis, les préconisations et conseils qu’ils seraient amenés à faire à leurs clients particuliers et professionnels. Enfin, les outils pédagogiques et de communication dont ils souhaiteraient bénéficier, à la fois pour mieux appréhender la réforme elle-même mais aussi pour l’expliciter au client final. 

Les CGP favorables à la réforme

Les résultats révèlent que 86 % des participants avaient connaissance de la volonté des pouvoirs publics de réformer le système par répartition, au bénéfice d’un nouveau système par points. 75 % des CGP déclarent être favorables avec cette orientation. Pour maintenir la spécificité française de solidarité entre les générations, les professionnels interrogés préconisent en priorité d’augmenter le nombre d’années de cotisation (38 %). Puis de supprimer les régimes spéciaux (32 %). Ou encore de développer l’épargne par capitalisation, plus spécifiquement l’assurance-vie (30 %). 

60 % d’entre eux estiment d’ailleurs avoir été préalablement sensibilités à la problématique de la retraite, grâce aux dispositions contenues par la Loi Pacte. Pour permettre à leurs clients de compléter leur retraites, les sondés s'estiment en mesure de leur conseiller de souscrire une assurance-vie (45,9 %). Vient ensuite l’achat d’un bien immobilier locatif (21,6 %) puis le recours à l’épargne salariale, récemment assouplie par le gouvernement (16,2 %). La souscription à un  viager ferme la marche (13,5 %).

Quels outils pour faire face ?

Pour inciter les Français à souscrire à des dispositifs complémentaires, les CGP pensent qu’il conviendrait de réduire les prélèvement sociaux (41 %), de créer de nouvelles incitations fiscales (35 %). Enfin, ils y voient l'occasion de stimuler l’épargne et de simplifier la maquette fiscale de l’Etat. Par ailleurs, 80 % des sondés expriment le besoin d’une aide spécifique pour parfaire leurs connaissances sur le nouveau système de retraite, que pourrait fournir leur association professionnelle.

Pour cela, la moitié des sondés voudraient un webinaire, lorsque 28 % penchent plutôt pour des journées de formation en présentiel. Le kit documentaire est désiré par 18 % d’entre eux. En direction de leurs clients, 80 % des CGP estiment qu’un kit d’éducation financière serait nécessaire pour leur présenter plus facilement les enjeux de la réforme. 46 % des interrogés plébiscitent le support vidéo. 34 % voudraient plutôt un document écrit. 19 % préconisent des conférences. 

L'importance du rôle du CGP

« Plus largement, une quasi totalité des professionnels (85 %) souhaiteraient qu’une communication spécifique soit faite en direction des chefs d’entreprises et des particuliers, sur l’importance de consulter un CGP pour préparer leur retraite », commente le Président de la CNCEF Patrimoine. Enfin, les professionnels interrogés déclarent être 80 % à avoir préparé leur retraite. 85 % des répondants sont des hommes, entre 45 et 60 ans (45 %). Ils exercent dans une grande majorité à titre libéral.

Lire (4 min.)

Loi PACTE - Plan d'Epargne Retraite (PER) : comment adapter sa stratégie d'ingénierie patrimoniale ?

Simplification de l'épargne, transformation des stratégies patrimoniales, nouvelles opportunités... Que change la loi PACTE en termes d'épargne retraite ? Comment fonctionne le nouveau PER ? Dans le cadre de la Convention Patrimonia 2019, Le Courrier Financier est allé à la rencontre des CGP.
Voir (<5 min.)

SCPI « Cœur de Régions » : deuxième revalorisation de part pour Sogenial

Quelques jours avant la Convention Patrimonia, Sogenial annonce une deuxième revalorisation de part pour sa SCPI « Cœur de Régions ». Le fonds a largement profité du dynamisme de la collecte en 2019. Jean-Marie Souclier, Directeur Général de Sogenial Immobilier, s'est entretenu en exclusivité avec le Courrier Financier.
Lire (3 min.)

Blockchain : la France adopte une réglementation pour les services financiers

Le ministère de l'Economie et des Finances annonce ce vendredi 22 novembre l'adoption par la France d'un cadre règlementaire qui régit les applications de la Blockchain aux services financiers. Le décret n° 2019-1213 publié ce jour étend notamment cette législation aux prestataires de services sur actifs numériques (PSAN). La France souhaite conforter sa position de pionnier européen en la matière.

« Le cadre issu de la loi PACTE va favoriser le développement d’un écosystème Blockchain en France dynamique et robuste, qui allie capacité d’innovation, transparence et haut niveau de sécurité pour les épargnants et investisseurs. En étant l’un des premiers pays à se doter d’un tel cadre, Paris se donne les moyens de devenir la première place européenne de la Blockchain et conforte son engagement en faveur de l’innovation financière », déclare Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et des Finances.

Cadre créé par la loi PACTE

L'Hexagone a été l’un des premiers pays au monde à donner force de loi à l’utilisation de la technologie Blockchain en matière d’inscription et de transfert de titres financiers. La France complète ainsi « l’un des cadres les plus exhaustifs au monde en matière d’actifs numériques, qui couvre aussi bien les aspects réglementaires que fiscaux ou encore comptables », indique le ministère dans un communiqué. Le nouveau décret vient le cadre juridique spécifique à ces actifs numériques créé par la loi PACTE.

Sur le marché primaire, il était déjà possible pour les émetteurs de solliciter auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF) un visa préalablement à leur émission d’actifs numériques (Initial Coin Offering – ICO), en application directe de la loi PACTE. Sur le marché secondaire, le décret vient préciser les contours des statuts applicables aux prestataires sur actifs numériques. Il leur ouvre la possibilité de s’enregistrer et de solliciter un agrément auprès de l’AMF.

Obtention de l'agrément AMF

L’obtention de cet agrément est conditionnée au respect de dispositions prévues par la loi. Il s’agit notamment d’obligations sur la sécurité des systèmes informatiques —  en termes de fonds propres ou d’assurance —  et d’obligations spécifiques à chaque service. Un service de conservation devra par exemple restituer la maîtrise des actifs numériques conservés. Cet agrément optionnel impose à certains prestataires de s'enregistrer, dans le cadre de la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme.

Par ailleurs, le décret renforce l’accès aux services bancaires pour les émetteurs qui ont reçu un visa de l’AMF sur leur émission. C'est aussi le cas pour les prestataires de services sur actifs numériques enregistrés ou agréés. En cas de refus injustifié — même implicite —  d’accès aux services de comptes et de dépôts, les émetteurs ou prestataires pourront exercer un recours auprès de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) en vue de déclencher une procédure de droit au compte.

Lire (3 min.)

OPPCI Impact Investing : Swiss Life AM France et Cedrus & Partners acquièrent une résidence étudiante

Swiss Life Asset Managers (AM) France — filiale du groupe Swiss Life — annonce ce mercredi 20 novembre avoir signé la vente en l’état futur d’achèvement (VEFA) d’une résidence étudiant à Dijon (Côtes-d'Or) pour le compte de l’OPPCI Immobilier Impact Investing. Le gérant réalise ainsi la première acquisition pour ce fonds, créé en partenariat avec Cedrus & Partners.

Près du centre historique de Dijon

La résidence de 144 lots (T1) se situe au cœur du nouveau pôle de la Cité internationale de la gastronomie et du vin, qui se déploiera sur un terrain de 6,5 hectares sur le site de l'ancien hôpital général, aux portes du centre historique de Dijon. La résidence étudiante sera exploitée par le groupe Réside Etudes. Sa livraison est prévue pour la rentrée universitaire 2021. L’immeuble bénéficiera d’une performance énergétique RT 2012-10 %.

Conçu par l'agence d'architecture Anthony Béchu, cet ensemble développera plus de 70 000 m². Il sera notamment composé d’un pôle de culture et d’expositions, d’un espace de formation, de cinémas, commerces, d’un hôtel 4 étoiles, d’une résidence services senior, d’une résidence étudiants et de logements réhabilités. La société de gestion a réalisé cette acquisition auprès d’Eiffage Immobilier Est.

Premier fonds immobilier à impact social

Lancé en janvier dernier, l’OPPCI Immobilier Impact Investing est le premier fonds immobilier à impact lancé par Swiss Life AM France et Cedrus & Partners. Sa poche sociale rassemblera 20 % des actifs totaux du fonds. Dans ce cadre, les actifs résidentiels seront sélectionnés en accord avec les partenaires associatifs (Samusocial de Paris et Habitat & Humanis) à Paris et première couronne.

La même logique prévaudra dans les grandes métropoles françaises. Ces actifs seront mis à leur disposition pour un loyer nul. Parallèlement à la poche sociale du portefeuille, la poche à rendement représente 80 % de l’actif net cible du fonds. Elle est investie dans des actifs de bureaux et des résidences gérées : résidences seniors, étudiantes, etc.

Lire (2 min.)

Le Livret A n’a pas pris de vacances en août 2019

Philippe Crevel
Quand les Français partent en vacances, ils n'oublient pas leur épargne pour autant. Cette année, la collecte a été positive pour le Livret A au mois d'août. Quels sont les raisons de cette tendance ? Que faut-il retenir de la saisonnalité de la collecte ? Philippe Crevel, Directeur du Cercle de l'Epargne, partage son analyse.
Lire (3 min.)

Juillet 2019 : pas de trêve estivale pour le Livret A

Philippe Crevel
Le mois de juillet 2019 bénéficie à la collecte du Livret A. Dans un contexte économique anxiogène, les ménages accroissent leur effort d'épargne et privilégient les produits liquides et garantis. Le vieillissement de la population renforce également cette tendance à l'épargne. La tendance va-t-elle se poursuivre d'ici la fin de l'année ? Philippe Crevel, Directeur du Cercle de l'Epargne, partage son analyse.
Lire (3 min.)

Patrimoine financier : les épargnants aiment le liquide et le garanti

Philippe Crevel
Les Français restent très attachés à leur bas de laine. Au premier trimestre 2019, l'effort d'épargne des ménages a été porté par les incertitudes économiques nées de la crise des « gilets jaunes ». Cette tendance profite aux produits financiers liquides et garantis, malgré leur faible rendement. Quelles perspectives se dessinent pour fin 2019 ? Philippe Crevel, Directeur du Cercle de l'Epargne, partage son analyse.
Lire (4 min.)

Loi PACTE : nouvelles offres d’épargne retraite dès le 1er octobre 2019

L’Association Française de la Gestion financière (AFG) salue ce jeudi 25 juillet la publication de l’ordonnance sur la réforme de l’épargne retraite. Les sociétés de gestion se préparent pour proposer aux épargnants leurs nouvelles solutions dès le 1er octobre prochain. Les textes d’application de la loi PACTE sur l’épargne retraite complètent les grandes lignes du nouveau plan d’épargne retraite qui figuraient dans la loi. La réforme unifie les produits et met fin au morcellement des offres actuelles qui s’adressaient à des épargnants aux statuts différents : salariés du privé, salariés du public, professions libérales, etc

Un cadre souple et attractif

Tous les Français pourront désormais épargner pour leur retraite dans un cadre plus souple, plus attractif et plus performant, en complément de leur retraite obligatoire par répartition. Dès leur départ à la retraite, les souscripteurs pourront choisir comment utiliser leur épargne : sortie en capital, rente ou combinaison des deux. Ils pourront également transférer leur épargne d’un prestataire à l’autre, et regrouper les capitaux accumulés sur un même compte.

Leurs versements pourront être défiscalisés jusqu’à 10 % de leurs revenus. L’épargne ne sera taxée qu’au moment où elle sera utilisée. L’intéressement, la participation et l’abondement versés sur les plans d’entreprise continueront à bénéficier de la même fiscalité attractive que sur les actuels PERCO. Avant leur retraite, les souscripteurs pourront utiliser leur épargne pour acquérir leur logement et devenir propriétaire pour leurs vieux jours.

Une épargne optimisée plus performante

L’épargne pourra être investie dans une large palette d’options de placement, y compris dans des actifs de long terme — comme les titres de PME. A défaut de choix spécifique du souscripteur, son épargne sera investie en gestion pilotée, sur des placements adaptés au nombre d’années restant à courir avant le départ à la retraite. De cette manière son épargne bénéficiera de rendements plus élevés sur le long terme.

Cette réforme de l’épargne retraite s’inspire largement du fonctionnement du PERCO, qui connaît depuis plusieurs années un succès croissant (+ 36% en 3 ans). L’AFG et ses membres soutiennent pleinement le Gouvernement dans cette réforme d’envergure, qui va simplifier l’épargne des Français en les rendant acteurs du financement de l’économie sur le long terme.

Lire (3 min.)

AGCS nomme un Directeur Mondial des Lignes Financières

Allianz Global Corporate & Specialty SE (AGCS) — assureur en risques industriels et risques de spécialité du groupe Allianz — annonce ce vendredi 22 novembre la nomination Directeur mondial des Lignes Financières. Shanil Williams (39 ans) a pris ses fonctions le 15 novembre 2019. Il succède à Bernard Poncin, qui quitte le groupe.

Dans ce cadre, Shanil Williams est basé à Munich en Allemagne. Il reporte directement à Thomas Sepp, Directeur de la souscription des risques industriels (CUO -Chief Underwriting Officer) au sein du Conseil d’administration d'AGCS SE.

Focus sur le parcours de Shanil Williams

AGCS nomme un Directeur Mondial des Lignes Financières
Shanil Williams

De nationalité néo-zélandaise, Williams Shanil est diplômé en commerce et en finance de l'Université de Canterbury. Au cours de sa carrière, il passe 14 ans chez AIG. Il occupe un certain nombre de postes de direction régionale de Souscription Lignes Financières de plus en plus importants, à Londres, Paris, Johannesburg (Afrique du Sud) et Auckland (Nouvelle-Zélande).

Shanil Williams rejoint AGCS en 2016 en tant que Directeur Général pour la Nouvelle Zélande. En 2018, il s'installe à Munich où il occupe à partir du mois d'août le poste de Directeur mondial de la branche commerciale en assurance Lignes Financières. En novembre 2019, il devient Directeur mondial des Lignes Financières.

Lire (2 min.)

Audacia nomme une Directrice de la Communication

Audacia — société de gestion indépendante fondée en 2006, spécialiste de l’investissement en Private Equity — annonce ce mercredi 20 novembre la nomination d'une nouvelle Directrice de la Communication. Dans ce cadre, Eléonore de Rose (40 ans) est en poste depuis début novembre 2019.

Elle doit promouvoir les trois métiers d’investissement d’Audacia : capital développement (financement des PME-ETI), capital innovation (funds venture dédié aux technologies quantiques), et capital élévation (fonds immobilier dédié au financement de résidences de Coliving).

Focus sur le parcours d'Eléonore de Rose

Eléonore de Rose

Diplômée de droit à Paris II - Assas et de l’Institut Français de Presse, c’est aux relations presse de Benetton France, puis en tant que Responsable de l’information économique du Medef auprès de Laurence Parisot, que cette communicante fait ses classes.

En 2011, elle part pour Madrid où elle met sa plume notamment au service de l’agence Nota Bene avant de revenir à Paris en 2016 en tant que Concepteur-Rédacteur. Son arrivée chez Audacia est un retour à son cœur de métier : la stratégie de communication.

Lire (2 min.)

Livret A : petite collecte en juin 2019, relâchement de l’effort d’épargne

Philippe Crevel
Le mois de juin représente une période charnière pour la collecte sur le Livret A. Après un effort d'épargne accentué début 2019, les ménages changent de rythme. Quelles perspectives se dessinent d'ici la fin de l'année ? Philippe Crevel, Directeur du Cercle de l'Epargne, partage son analyse.
Lire (3 min.)

Mai 2019 : le Livret A, un succès sur fond d’inquiétude

Philippe Crevel
Depuis le début de l'année, les ménages poursuivent leur effort d'épargne. Malgré des revenus en hausse, les Français restent méfiants vis-à-vis de la conjoncture économique. La consommation va-t-elle reprendre au second semestre ? Philippe Crevel, Directeur du Cercle de l'Epargne, partage son analyse.
Lire (4 min.)