Economie circulaire : des champions dans les petites & moyennes valeurs européennes

Les équipes de Mandarine Gestion
L’économie circulaire permettra-t-elle de réduire l’impact environnemental de la production de déchets ? Comment investir sur ce segment en Europe ? L'équipe Croissance - Small&Midcap de Mandarine Gestion publie sa lettre mensuelle.
Lire (3 min.)

Le fonds BDL Convictions dépasse 1 milliard d’euros d’encours

BDL Capital Management — société de gestion indépendante, spécialiste des actions europénnes — annonce ce mardi 5 octobre que son fonds « long only » BDL Convictions vient de passer le cap du milliard d’euros. Fort d’une collecte nette atteignant 270 millions d’euros depuis le début de l’année, ce fonds investir principalement en actions européennes.

BDL Capital Management intègre les critères ESG dans son analyse. BDL Convictions est labélisé LuxFlag, il relève de l’article 8 dans la classification SFDR (prise en compte des critères extra-financiers). Le fonds est éligible PEA, et référencé en Assurance Vie, Epargne salariale et PER.

Performances du fonds

Le fonds BDL Convictions présente un risque action et de liquidité. Au 29 septembre, il atteint une progression de 19,2 % depuis le 1er janvier 2021. Cette hausse est à comparer avec celle de son indice de référence, le Stoxx 600 dividendes (SXXR) qui est de 16,2 %.

Sur 12 mois glissant au 29 septembre, BDL Convictions a connu une performance de 42,72 % pour la part C versus 27,73 % pour son indice de référence. La performance annualisée de BDL Convictions — depuis sa création en 2008 par BDL Capital Management — atteint 9,5 % contre 6,7 % pour l'indice de référence. Au total, la valeur des parts a progressé de 228,2 % en 13 ans, période marquées par les crises : subprimes, euro, Covid, etc.

Sur la même période, l’indice de référence — l'indice de référence a changé en 2012, ce qui induit un biais de comparaison ; passage du SXXP ou STOXX 600 dividendes réinvestis — a progressé de 129,8 %. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Elles ne sont pas constantes dans le temps et ne font l'objet d'aucune garantie.

Sur quels modèles investir ?

Ces résultats résultent d’un parti pris pour la gestion active, avec une analyse fondamentale poussée. En 2008, BDL Convictions s’apparentait au PEA des deux fondateurs de BDL Capital Management, Hughes Beuzelin et Thierry Dupont et de leurs collaborateurs — ensemble, ils avaient investi 800 000 euros.

Au fil des années, BDL Capital Management a constitué l’une des plus importantes équipes d’analystes à Paris. Le mot d’ordre est simple : il n’y pas de meilleur investissement que l’entreprise. Le fonds BDL Convictions repose sur l’idée que certains modèles économiques sont créateurs de valeur — aussi bien pour les salariés que les actionnaires.

Les gérants de BDL Capital Management prennent en compte cette idée pour investir sur les modèles à la pérennité assurée, tout en en écartant les autres, en évitant de tomber dans les modes sans lendemain. Mais choisir les entreprises les plus performantes économiquement ne suffit pas. BDL Capital Management s’impose d’investir au bon prix.

Bénéficier de l'inflation

Dès novembre 2020, alors que se profilait l’arrivée des vaccins et les plans de relance massifs, les gérants de BDL Convictions ont positionné le portefeuille sur des titres susceptibles de bénéficier d’une résurgence de l’inflation — notamment au travers d’une sélection rigoureuse de valeurs industrielles. Cette analyse du cycle macroéconomique s’est avérée justifiée.

Que nous la considérions comme transitoire ou plus durable, l’inflation a nettement rebondi depuis, en particulier via le prix des matières premières et la hausse des coûts de fret. De cette analyse macro-économique, a découlé le choix d’investir dans les meilleures valeurs industrielles, puisque le portefeuille est composé au total de 25 à 30 valeurs en moyenne. Ce choix a permis de battre nettement l’indice.

Forts d’une réussite qui a validé leurs choix initiaux, de 13 ans d’approfondissement d’une stratégie constante, hors des modes, les gérants de BDL Convictions « croient plus que jamais en la gestion active de conviction qui s’appuie sur une analyse fondamentale et une connaissance en profondeur de l’entreprise » conclut la société dans un communiqué.

Lire (4 min.)

Dette privée : Amundi lance un fonds à impact avec 650 millions d’euros d’engagements

Amundi — spécialiste européen de la gestion d’actifs — annonce ce jeudi 9 septembre lancement du fonds « Amundi Senior Impact Debt IV ». Ce véhicule d'investissement a déjà collecté 650 M€ d’engagements auprès d’investisseurs qui avaient déjà souscrit dans les millésimes précédents.

« Amundi Senior Impact Debt IV » est le quatrième millésime dédié au financement des entreprises de taille intermédiaire (ETI) françaises et européennes qui ont démontré de la robustesse dans leurs performances pré Covid-19 et disposent d’une réelle capacité de rebond.

« Amundi Senior Impact Debt IV » est une SICAV-RAIF Luxembourgeoise, commercialisée exclusivement auprès d’institutionnels en France, Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Suède, Norvège et Finlande. Son objectif de rendement cible est fixé à 4,5 % brut. Le fonds devrait à terme atteindre plus d’1 Md€ d’encours sous gestion. Le ticket d’investissement minimal s’élève à 3 M€.

Accompagner les ETI

Fort du succès rencontré par son prédécesseur — « Amundi Dette Senior III » qui a collecté 915 M€ —, « Amundi Senior Impact Debt IV » s’inscrit dans la même stratégie en offrant une exposition diversifiée sur le marché privé de la Dette Senior Corporate. Classée article 8 SFDR, la stratégie sera centrée sur les financements à impact avec incitation, pour les entreprises, à atteindre leurs objectifs ESG tels que définis au moment de l’investissement.

Ce nouveau fonds sera investi uniquement en euro, dans une quarantaine d’entreprises de tous les secteurs d’activité de l’Union européenne (UE). Il propose des financements unitaires de 10 à 100 M€, de long terme, pour accompagner les ETI dans la reprise d’activité et dans leurs projets de croissance — relocalisation en Europe des activités stratégiques, transition environnementale, adaptation aux nouveaux modes de consommation, etc.

Aux côtés des traditionnels covenants financiers, la plupart des financements seront assortis de covenants extra-financiers ou d’impact. Ces derniers seront calibrés avec le management des entreprises afin de cibler les axes de progrès pertinents pour chacune — réduction de l’empreinte carbone, création d’emplois, formation et éducation, gouvernance, etc. Ces covenants d’impact peuvent permettre aux entreprises de moduler, à la hausse comme à la baisse, le coût de leurs financements.

La pure dette senior

Avec près de 8 Mds€ déployés dans le financement de près de 180 entreprises depuis 2012, Amundi Dette Privée est un acteur de référence, avec un track record éprouvé, qui bénéficie d’un accès privilégié aux ETI françaises et européennes (+250 opportunités qualifiées par an) grâce à un réseau de relations d’affaires établi et à des transactions différenciantes.

Les ETI font l’objet d’un processus de sélection rigoureux tant sur les critères financiers qu’extra-financiers, en ligne avec la politique ESG d’Amundi et sont accompagnées tout au long de l’investissement dans le cadre de l’amélioration de leurs performances.

« Le fonds se concentrera sur la pure dette senior, avec un encadrement des risques cohérent avec le profil de chaque société, la présence systématique de covenants financiers et une attention particulière aux aspects ESG avec notamment l’intégration pour la plupart des financements de covenants d’impact et l’accompagnement des entreprises sur leurs enjeux ESG », déclare Thierry Vallière, Directeur de la Dette Privée chez Amundi.

Lire (3 min.)

Marchés financiers : citius, altius, fortius ?

Olivier de Berranger
Alors que l’été se termine, force est de constater que le variant Delta et les résurgences épidémiques n’ont pas remis en cause la marche en avant des marchés boursiers. Le point avec Olivier de Berranger, Directeur Général Délégué, Directeur de la Gestion d’Actifs chez La Financière de l'Echiquier (LFDE).
Lire (3 min.)

Eiffel Investment Group recrute une Director au sein du fonds Eiffel Essentiel

Eiffel Investment Group (Eiffel IG) — gérant d’actifs spécialisé dans le financement des entreprises — annonce ce vendredi 15 octobre poursuivre le renforcement de son équipe Private Equity. Dans ce cadre, Eiffel IG accueille Céline André en tant que Director.

Décarbonation de l'économie

« La diversité des expériences de Céline André et son excellente connaissance des entrepreneurs et des PME seront des atouts clés dans le renforcement de notre équipe de Private Equity et démontre la volonté d’Eiffel Investment Group de continuer à attirer de nouveaux talents », déclare Fabrice Dumonteil, Président d’Eiffel IG.

« Eiffel Investment Group dispose d’une expertise reconnue et d’un track record sans égal en matière de financement de la transition énergétique en France et en Europe », déclare Céline André. Après celle de Romain Ohayon en septembre dernier, cette nomination confirme l’engagement stratégique d’Eiffel IG dans le domaine de la transition énergétique et sa volonté de s’affirmer dans le financement de la décarbonation de l’économie.

Focus sur le parcours de Céline André

Eiffel Investment Group recrute une Director au sein du fonds Eiffel Essentiel
Céline André

Précédemment Directrice d’investissements chez Bpifrance, Céline André exerce avec succès depuis 18 ans dans l’accompagnement et le financement en capital des ETI et des entreprises de croissance. Elle se concentrera sur l’investissement au sein du fonds Eiffel Essentiel, le fonds de capital-croissance d’Eiffel IG dédié à l’émergence des champions de la transition énergétique et écologique, qui vient de réaliser son premier closing à environ 300 M€ et vise 500 M€.

Titulaire du Certificat d’Aptitude à la Profession d’Avocat et diplômée de l’EDHEC - Grande Ecole (2002), Céline Andréa travaille neuf ans en tant qu’avocate au sein des équipes M&A des cabinets Gide et Veil Jourde. En 2012, elle rejoint l’équipe juridique du Fonds Stratégique d’Investissement (FSI) — aujourd'hui Bpifrance Investissement — en tant qu’in house Lawyer.

En 2016, elle rejoint en tant qu’investisseur l’équipe Large Cap de Bpifrance Investissement. Au cours de ces presque 20 années passées aux côtés des entrepreneurs et d’actionnaires familiaux ou d’industriels, Céline André structure un grand nombre de dossiers de Private Equity. Elle accompagne de nombreuses entreprises, cotées et non cotées, dans leur croissance en France et à l’International — NEOEN, Sabena technics ou La Maison Bleue.

Lire (3 min.)

Label ISR : La Française AM l’obtient pour un fonds de dette souveraine

La Française AM — société de gestion gérant plus de 17 milliards d’euros au 30 juin 2021 — annonce ce vendredi 15 octobre que son fonds de dette souveraine lancé en avril 2021, « La Française Carbon Impact Global Government Bonds », a obtenu le Label Investissement Socialement Responsable (ISR). Ce label est soutenu par les pouvoirs publics et décerné par EY France, accrédité en qualité de « labellisateur » par le COFRAC.

Transition énergétique

« La Française continue d’innover en matière d’analyse carbone avec une méthodologie propre à la dette souveraine. Cette méthodologie se base sur des données collectées, consolidées et analysées par notre centre de recherche extra financière. Désormais, nous sommes en mesure d’offrir aux investisseurs institutionnels une gamme de fonds bas-carbone couvrant l’ensemble des classes d’actifs », précise Jean-Luc Hivert, Président et directeur mondial des investissements de La Française AM.

« Nous pouvons ainsi proposer à nos investisseurs institutionnels l’analyse Carbone de leur propre portefeuille de dette souveraine. La labellisation ISR du fonds La Française Carbon Impact Global Government Bonds vient reconnaître cette expertise, développée conjointement avec notre centre de recherche propriétaire, La Française Sustainable Investment Research », ajoute-il. « La Française Carbon Impact Global Government Bonds » vise à contribuer au financement de la transition énergétique.

Positionnement bas-carbone

Le fonds est co-géré par Hervé Chatot et Gaël Binot. Investi principalement dans des emprunts d’Etats des pays membres de l’OCDE et des pays émergents, ainsi que des émissions quasi-souveraines, il peut se diversifier dans le secteur privé. Pour renforcer le positionnement bas-carbone, les obligations à Impact (Green bonds) représentent une part importante de l’allocation (34 % au 31 août 2021). Elles financent directement des projets en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique.

Classifié « article 9 » selon le règlement Disclosure et « approche fondée sur un engagement significatif dans la gestion » selon la classification AMF, le fonds a pour objectif :

  • de rechercher sur la période de placement recommandée de trois (3) ans minimum, une performance nette de frais, supérieure à celle de l’indicateur de référence composite (50 % J.P. Morgan GBI Global hedged Euro Index + 50 % J.P. Morgan EMBI Global Diversified hedged Euro Index) en investissant dans un portefeuille d’émetteurs publics, quasi publics et privés filtrés préalablement selon des critères d’investissement ESG (Environnemental, Social et de Gouvernance) et analysés sous l’angle de leur compatibilité avec la transition énergétique selon une méthodologie définie par la société de gestion ;
  • et d’avoir une moyenne pondérée des émissions de gaz à effet de serre du portefeuille par euro investi (intensité carbone) d’au moins 20 % inférieure à celle de l’indicateur de référence composite.

Analyse en trois étapes

La stratégie de gestion du fonds consiste en l’allocation des capitaux dans les pays les mieux engagés dans la transition vers une économie bas-carbone et bénéficiant de bonnes capacités d’adaptation. Réalisée selon une méthodologie propriétaire développé par La Française Sustainable Investment Research et intégrée au cœur du processus de gestion, l’analyse Carbone comprend trois étapes, basée sur une approche en sélectivité :

Etape 1 (Filtre d’exclusion) :

  • analyse de la vulnérabilité des Etats aux évènements climatiques extrêmes au regard de leurs capacités d’adaptation (gouvernance responsable, cadre institutionnel, organisation sociale, niveau de développement, ressources économiques) et de leurs performances et stratégies en faveur de la transition vers une économie bas-carbone ; exclusion systématique des Etats présentant les risques d’adaptation et de transition les plus forts ;
  • analyse des critères ESG pour les entreprises

Etape 2 (Analyse fondamentale) :

  • analyse financière des émetteurs (Etats et entreprises) et analyse carbone pendant laquelle l’équipe de gestion estime la capacité d’un Etat à remplir ses objectifs de décarbonation en se basant sur les Contributions des Etats déterminées au niveau national (CDN) en provenance de la Convention-cadre des Nations Unies pour le Changement Climatique (UNFCC). Pour les entreprises, une analyse carbone est réalisée ainsi qu’une trajectoire carbone, selon le cas.

Etape 3 (Construction du portefeuille) :

  • Construire un portefeuille décarboné aligné sur son objectif de réduction d’intensité carbone.

Cette analyse en trois étapes permet l’identification des risques et opportunités liés à la transition climatique pour chaque émetteur.

Lire (5 min.)

Europe : montée en puissance des bénéfices des entreprises au 1er trimestre

Martin Skanberg
Quels sont les facteurs à l’origine des solides bénéfices des entreprises de la zone euro ? Quelles perspectives à venir ? L'éclairage de Martin Skanberg, Gérant actions européennes chez Schroders.
Lire (6 min.)

UE : la Commission européenne met l’accord d’investissement avec la Chine en attente

Cette semaine, l'Europe suspend la ratification de l'accord sur les investissements avec la Chine (CAI). Covid-19, travail forcé au Xinjiang, répression politique à Hong Kong... La hausse des tensions géopolitiques va-t-elle compromettre les relations économiques entre les deux blocs ?
Lire (4 min.)

Rachats d’actions : une année record en Europe ?

Thomas Planell
Malgré la crise sanitaire, les entreprises européennes exposées à l'international enregistrent une saison des résultats record. Les liquidités disponibles vont-elles ouvrir le bal des rachats d'actions ? Quelles perspectives pour les marchés européens ?
Lire (3 min.)