Capital-investissement : Vatel Capital primé par Gestion de Fortune

Vatel Capital — société de gestion indépendante — annonce ce mercredi 15 janvier avoir été récompensée lors du 27e Palmarès des Fournisseurs organisé par le magazine Gestion de Fortune. Agréée par l'AMF, Vatel Capital investit dans les PME cotées et non cotées. La société de gestion revendique plus de 450 M€ d’actifs sous encours.

Elle investit dans des entreprises de nombreux secteurs : santé, énergies renouvelables, services aux entreprises et internet notamment. Vatel Capital propose également une offre financière sur les actifs tangibles tels que la forêt, les terres agricoles et les énergies renouvelables.

Focus sur le palmarès de Vatel Capital

Vatel Capital a obtenu la 2e place dans la catégorie Capital-investissement, suite à une enquête quantitative et qualitative menée auprès de 4 500 conseillers en gestion de patrimoine indépendants (CGPI) répartis sur toute la France. Le travail des gérants est régulièrement récompensé :

  • En mars 2017, Vatel Capital a été élu 3e société préférée des CGPI dans la catégorie « Capital-Investissement » du journal Investissements Conseils ;
  • En janvier 2016 et 2017, Vatel Capital a été noté 4 étoiles par Gestion de Fortune pour sa qualité de service ;
  • En 2015 et en 2018 le FCP Vatel Flexible a obtenu le Lipper Fund Award ;
  • En 2011, Vatel Capital a été élue société de gestion de portefeuille la plus dynamique, dans la catégorie « non coté » des Tremplins Morningstar.
Lire (2 min.)

Blockchain : Havas lance son offre de conseil stratégique Switzerland/AMO

Havas — groupe français de conseil en communication — annonce ce mardi 14 janvier un partenariat avec le cabinet Hirzel.Neef.Schmid.Counselors (HNS), spécialiste du conseil en communication stratégique et en affaires publiques. Objectif, lancer son offre globale de conseil stratégique Blockchain Switzerland/AMO. Conçue sur mesure pour l'écosystème blockchain suisse, elle s'adresse aux startups, entreprises et institutions.

Blockchain Switzerland/AMO proposera entre autre :

  • du conseil stratégique et en token economics ;
  • du conseil technique et prototypage ;
  • le développement technologique et l’industrialisation de projets ;
  • le développement de stratégies de positionnement sur le marché ;
  • l’analyse des publics-cibles et des leaders d'opinion ;
  • des stratégies d'engagement destinées aux parties prenantes : publics-cibles entreprises, politiques, organismes de réglementation, médias et investisseurs ;
  • des stratégies de contenu ainsi que la mise en œuvre multicanal ;
  • une combinaison de savoir-faire et de ressources locales permettant de déployer efficacement des stratégies de positionnement et des campagnes à l'échelle mondiale.

Portée internationale du réseau AMO

Havas Blockchain — solution crypto et blockchain du Groupe Havas — représentera le groupe français dans cette collaboration avec HNS. « La technologie blockchain aujourd'hui se trouve au même stade qu’internet dans les années 1990. Son potentiel reste largement inexploité et l'évolution technologique va accélérer considérablement son adoption. Elle va devenir un important moteur de croissance pour les nouvelles entreprises et un puissant catalyseur pour la transformation des entreprises mondiales », déclare Andrés Luther, associé auprès de Hirzel.Neef.Schmid.Conseillers.

« Le nouveau partenariat suisse aura pour point focal la Crypto Valley de Zoug mais sera aussi déployé à Zurich, Berne et Genève. Ce dispositif, avec l'ouverture d'un bureau dédié, s'inscrit dans l'esprit " Together " du Groupe Havas », précise Fabien Aufrechter, Directeur d’Havas Blockchain. Blockchain Switzerland/AMO aura une portée internationale supplémentaire grâce au réseau AMO, premier partenariat mondial de conseil en communication financière et corporate du Groupe Havas. Hirzel.Neef.Schmid.Counselors est le membre exclusif d'AMO en Suisse.

Lire (3 min.)

Cycle économique : les Etats-Unis, une nation contrastée

Christian Scherrmann
Les Etats-Unis affichent un cycle économique hors du commun : résultats records, entreprises zombie et autres conséquences de l'argent volatil. Comment expliquer ces résultats contrastés ? Christian Scherrmann, économiste pour les États-Unis chez DWS, partage son analyse.
Lire (3 min.)

Alto clôture 3 nouveaux FCPI-FIP en plus-value

Eiffel Investment Group (IG) — spécialiste du financement des entreprises — annonce ce mercredi 18 novembre le remboursement total de 3 fonds de la gamme Alto, qui affichent des performances finales positives hors réduction fiscale au 31 décembre 2019. Eiffel IG rappelle que les performances passées ne préjugent pas des performances futures, et ne sont pas constantes dans le temps.

Il s'agit du FCPI Fortune Alto Innovation 3, du FIP France Alto 7 et du FCPI Fortune Alto 2012. Ces fonds seront intégralement remboursés aux investisseurs avec des performances finales respectives de +52,31 %, +1,92 % et +33,33 % hors réduction d’impôt. Lors de leur souscription en 2011 ou en 2012, les investisseurs ont bénéficié d’une réduction d’ISF (40 % ou 50 % pour les deux FCPI concernés) ou d’une réduction d’impôt sur les revenus (22 % pour le FIP).

Source : Eiffel Investment Group

Une stratégie européenne

Chez Eiffel IG, la gamme Alto affiche des performances régulières. L’équipe d’investissement compte 10 membres. Depuis plus de 10 ans, elle déploie une approche de terrain afin de rencontrer des centaines de PME-ETI chaque année en France, en Allemagne, au Royaume Uni, en Scandinavie, et partout en Europe. Après la liquidation de ces 3 fonds, un total de 23 fonds aura été intégralement remboursés.

« Nous poursuivons activement notre programme de remboursements et nous continuerons à démontrer la pertinence de notre stratégie d’investissement tournée vers la croissance des entreprises innovantes. Avec un total de 23 fonds totalement remboursés, nous affichons l’un des meilleurs bilans du marché tant sur la régularité des performances que sur notre capacité à rembourser les investisseurs », conclut Huseyin Seving, Directeur de la Distribution d’Eiffel IG.

Lire (2 min.)

Lazard Frères Gestion lance le fonds obligataire « Lazard Sustainable Credit 2025 »

Lazard Frères Gestion — société de gestion d’actifs du groupe Lazard en France — annonce ce mercredi 22 janvier le lancement de son nouveau fonds obligataire à maturité, dénommé « Lazard Sustainable Credit 2025 ». Ce véhicule s’adresse principalement aux investisseurs institutionnels, aux multigérants et aux réseaux bancaires et assurantiels en France et à l’international.

Le fonds leur offre un support d’investissement transparent et stable, avec une démarche environnementale, sociale et de gouvernance (ESG). Dans un environnement de taux bas et de marchés sujets à des pics de volatilité, ce fonds vise à capter un rendement attractif sur un horizon de 5 ans au travers d’une exposition à l’ensemble du marché du crédit.

ESG et stratégie d'investissement

« Lazard Sustainable Credit 2025 » se distingue par l’application d’un filtre ESG à son processus d’investissement « Buy & Monitor » en 3 étapes :

  • Définition de l’univers d’investissement en excluant les émetteurs dont la notation ESG absolue est inférieure à 30 % selon notre parteniare Vigeo-Eiris (minimum 20 % d’exclusion dans l’univers) ;
  • Sélection des émetteurs et des émissions offrant le meilleur profil risque/rendement avec une date d’échéance définie ;
  • Suivi et contrôle du portefeuille : si la note d’un émetteur devient inférieure à 30 %, la valeur est retirée dans un délai de 3 mois.

Le portefeuille de Lazard Sustainable Credit 2025 est diversifié à l’ensemble du marché du crédit et recouvre plusieurs grands types d’actifs obligataires, aussi bien en dettes Investment Grade que High Yield, senior ou subordonnées avec un maximum de 35 % d’Additional Tier One.

Il vise à capter un rendement fixe et déterminé à partir de la date d’investissement de 2,2 % nets pour les parts institutionnelles, 1,6 % nets pour les parts retail et 2,4% nets pour les parts early adopters. Commercialisées à partir du 10 décembre 2019, les parts EC H-EUR/ED H-EUR sont ouvertes à souscription jusqu’au 28 février 2020 et les parts PC H-EUR/PD H-EUR et RC H-EUR/RD H-EUR jusqu’au 31 juillet 2020.

Lire (2 min.)

Epargne retraite : une préoccupation pour 71 % des Français

L’Autorité des marchés financiers (AMF) publie ce mercredi 22 janvier les résultats de son étude annuelle sur les attitudes et opinions des épargnants à l'égard des placements. Cette troisième édition du baromètre de l’épargne et de l’investissement, issue d’une enquête menée en septembre-octobre 2019 par l’institut Audirep auprès d’un échantillon de 1 200 personnes représentatif de la population française.

Il en ressort que l’épargne retraite constitue l’une des priorités des Français qui mettent de l’argent de côté. L’immobilier est privilégié, l’intérêt pour les placements en actions reste limité :

  • 71 % des Français interrogés placent parmi leurs priorités d’épargne l’objectif de « disposer d’un capital en vue de la retraite, pour avoir suffisamment d’argent tout au long de votre retraite » et 38 % la qualifient de « préoccupation forte ». La première préoccupation reste de « faire face à d’éventuelles dépenses imprévues » ;
  • 53 % des actifs déclarent mettre de l’argent de côté en préparation de la retraite, contre 48 % en 2017. Seulement un actif sur cinq (21 %) le fait régulièrement (dont 86 % tous les mois) ;
  • 70 % des Français qui ne mettent jamais ou quasiment jamais d’argent de côté pour la retraite précisent ne pas le faire « par contrainte, faute de moyens suffisants ». Seuls 26 % le font par choix personnel.

Le montant moyen épargné par les Français en préparation de leur retraite s’élève à 2 300 euros par an, soit 100 euros de plus que l’année précédente.

L’immobilier, placement préféré des Français

La moitié des actifs pensent que leur épargne ne sera pas suffisante pour la retraite, tandis que 23 % considèrent qu’elle sera « suffisante », une proportion en hausse (19 % en 2018). Cependant, près d’un actif sur deux (48 %) reconnaît n’avoir « aucune idée du montant d’épargne nécessaire » pour constituer un complément de revenus suffisant pour sa retraite.

Interrogés sur le placement considéré comme « le plus adapté pour placer son épargne sur le long terme, à 15-20 ans, pour la retraite par exemple », les Français répondent en premier lieu l’immobilier, puis l’épargne salariale et l’assurance vie en euros. Les placements investis en Bourse — actions, obligations, fonds, etc. — recueillent une bonne note (entre 7 et 10 sur 10) auprès de 29 % des personnes sondées.

D'une façon générale, la confiance dans les placements en actions a baissé entre 2018 et 2019 (respectivement de 21 % à 27 %), comme le montre la nouvelle édition de la Lettre de l’observatoire de l’épargne publiée le même jour. Seul un Français sur cinq ( c'est-à-dire 19 % en 2019) envisage un investissement en actions dans les 12 prochains mois. 

Lire (3 min.)

Small Caps et Private Equity : quelle complémentarité dans la gestion ?

Augustin Bloch-Lainé
Analyse financière fondamentale, horizons de placement long, perspectives de croissance... Quels points communs un conseiller en gestion de patrimoine (CGP) peut-il trouver entre une gestion Small Caps et des investissements en Private Equity ? Augustin Bloch-Lainé, Gérant des fonds Amplegest Midcaps et Amplegest PME chez Amplegest, partage son analyse.
Lire (6 min.)

Acofi Gestion lance un fonds de financement de la recherche des PME et ETI

Acofi Gestion — société de gestion de portefeuille AIFM, filiale de La Française — annonce ce mardi 17 décembre la création du fonds Predirec Innovation 3. Cette initiative reprend la stratégie d’investissement et le processus de gestion robuste mis en place depuis 2015. Elle propose aux investisseurs un TRI cible supérieur à 2,5 %.

Pré-financer le CIR

Predirec Innovation 3 finance des PME et ETI qui investissent dans la recherche via l’acquisition de leurs créances de Crédit Impôt Recherche (CIR). Ce crédit d’impôt est octroyé par l’Etat français aux entreprises à hauteur de 30 % de leurs dépenses de R&D. Le dispositif instauré par Acofi Gestion et son partenaire Neftys permet de répondre rapidement aux besoins de trésorerie de ces entreprises en préfinançant leur CIR.

« Depuis le lancement en 2015 du premier fonds de notre gamme Predirec Innovation, nous nous réjouissons d’avoir accompagné plus de 450 start-ups et PME françaises dans leurs programmes de R&D (...) Avec cette nouvelle capacité de financement de 180 millions d’euros, nous ambitionnons de dépasser la barre des 1 000 PME financées », déclare Wissem Bourbia, Directeur des Fonds.

Viser les TPE-PME

Pour rappel, les fonds Predirec Innovation 2020 et Predirec Créances ETI 2018, respectivement lancés en 2015 et 2018, ont financé 486 TPE, PME et ETI bénéficiaires du Crédit Impôt Recherche (CIR) pour un total de 406 M€. Le fonds successeur, Predirec Innovation 3, réunit plusieurs investisseurs institutionnels et dispose de 180 M€ d’engagements.   

Les entreprises ayant bénéficié de ces fonds sont en majorité des TPE et PME (92 %), présentes dans 12 régions et 42 départements. Elles emploient plus de 36 000 personnes. Les CIR financés concernent 32 domaines de recherche dont l’électronique, les technologies de l’information et de la communication. Les secteurs de la biotechnologie, de la « medtechnologie », et de l’énergie bénéficient des montants les plus importants.

Lire (2 min.)

Etats-Unis : pourquoi garder un œil sur le revenu national

Christian Scherrmann
Aux Etats-Unis, les chiffres relatifs aux bénéfices des sociétés — utilisés dans les statistiques sur le revenu national américain — donnent à penser que la qualité des bénéfices pourrait avoir baissé. Dans ces conditions, comment interpréter les indicateurs du marché actions ? Les investisseurs doivent-ils s'attendre malgré tout à une récession ? Christian Scherrmann, économiste chez DWS, partage son analyse.
Lire (3 min.)

Epargne salariale : un outil de motivation des équipes au sein de l’entreprise

La motivation des collaborateurs constitue un élément-clé de la réussite d'une entreprise. Quelles stratégies les chefs d'entreprise peuvent-ils adopter ? Comment motiver et retenir les salariés ? Le Courrier Financier était présent cette semaine à Marseille pour la Conférence de l'Entreprise (LCE) organisée par l'ANACOFI.
Lire (4 min.)

Immobilier logistique : Norma Capital investit près du Mans avec sa SCPI Vendôme Régions

Norma Capital — société de gestion de portefeuille — annonce ce mardi 21 janvier l'acquisition pour le compte de sa SCPI Vendôme Régions d'un ensemble immobilier d’environ 17 300 m². Cet actif se situe dans la première zone d’activités du Mans (Sarthe). Il a été racheté auprès de trois SCI. L'ensemble est loué à 100 % par la société GPdis, détenue depuis 2017 par le groupe MDA Company, spécialiste du discount électroménager et TV.

Immobilier logistique

Ce site est marqué par la très grande visibilité et la présence historique de son locataire dans la zone d'activité (ZA) Sud du Mans. Il accueille l’une des plus importantes plateformes logistiques de distribution du groupe GPdis, ainsi qu’une partie composée d’un magasin de vente d’appareils électroménagers sous enseigne LEGER-Pix’Hall.

Le cabinet Tourny Meyer Bretagne Pays de Loire — conseil en immobilier d'entreprise — a accompagné Norma Capital dans le cadre de cette acquisition, en partenariat avec les Agences Century 21, Harmony Le Mans, et Starimo72 en tant que conseils des vendeurs. L’acquéreur a été conseillé par Maître Charles Massuelle de l’étude Lacotte Massuelle à Paris.

Lire (1 min.)

Bureaux : Keys REIM acquiert un immeuble en VEFA sur l’île de Nantes

Keys REIM — société française de gestion de portefeuille — annonce ce mardi 21 janvier l’acquisition en VEFA de l’immeuble de bureaux dénommé « Skyhome », auprès du promoteur Groupe Arc. L'actif se situe dans le secteur Est de l’Ile de Nantes. Le financement de l’opération a été assuré par CIC Ouest, accompagné par Me Bonneau de l’office notarial Victoires.

Dans cette opération, le groupe Keys Asset Management était assisté par l’Etude Rochelois (Me Paoli) et Delpha Conseil pour les aspects techniques. Groupe Arc était conseillé par l’Office Notarial de l’Estuaire (Me Taburet). Blot Immobilier a conseillé les deux parties. La région nantaise constitue l'un des marchés immobiliers régionaux les plus dynamiques — avec une vacance locative inférieure à 3 %.

Livraison prévue pour 2022

Conçu par l’agence internationale d’architecture Xaveer De Geyter, l’immeuble de 8 étages présentera une surface locative de 4 671 m². Il disposera de plateaux traversants, divisibles de 400 à 600 m², adaptés à la demande du marché avec des prestations haut de gamme. Le bâtiment vise la certification BREEAM niveau « Good ». La livraison est prévue pour le deuxième trimestre 2022.

L'immeuble « Skyhome » bénéficiera d’une excellente accessibilité en transports en commun (tramway, gare TGV, ligne de bus, stations de vélo) et d’une bonne desserte routière, à 10 minutes du centre-ville de Nantes et du périphérique. Dans le cadre du développement de l’île de Nantes, plusieurs projets de transports complèteront l’offre existante, notamment deux nouvelles lignes de tramway prévues pour 2026.

Lire (2 min.)

Consommateurs : ils demeurent optimistes… pour l’instant

Johannes Müller
Malgré le ralentissement économique, la confiance des consommateurs reste stable. Celle des chefs d'entreprise en revanche reste très basse. Quels risques politiques cet état d'esprit révèle-t-il ? Comment agir sur le moral des cadres dirigeants ? Johannes Müller, Responsable de la recherche macroéconomique chez DWS, partage son analyse.
Lire (2 min.)

L’AMF identifie les enjeux d’une communication extra-financière réussie

L'Autorité des marchés financiers (AMF) a publié le 14 novembre dernier son nouveau rapport sur la responsabilité sociale, sociétale et environnementale des sociétés cotées. A cette occasion, le régulateur a mené une analyse sur les premières déclarations de performance extra-financière (DPEF) de 24 sociétés cotées françaises. Pour mieux les guider dans cette démarche vers une économie plus durable, l'AMF détaille les enjeux clés de ce reporting extra-financier.

Finance durable, l'axe de transition

Dans sa stratégie 2018-2022, l’AMF a fait de la finance durable un axe prioritaire pour accompagner le système financier dans sa transition. La qualité des données environnementales et sociales — et donc de l’information extra-financière des sociétés cotées — constitue un préalable à une telle avancée. Elle est indispensable à la décision des investisseurs et au suivi, par ces derniers, de leur politique d’engagement. 

Pour la quatrième édition de son rapport sur la responsabilité sociale, sociétale et environnementale des sociétés cotées, l’AMF s’est ainsi fixée pour objectif d’accompagner les entreprises dans l’élaboration de leurs futures déclarations de performance extra-financière. Dans le cadre de leur rapport de gestion pour l’exercice 2018, les entreprises doivent pour la première fois cette année élaborer cette déclaration. 

5 enjeux de communication

L’AMF a passé en revue l’information fournie dans la section dédiée à cette déclaration dans leur document de référence par un échantillon de 19 sociétés — qui appartiennent à l’indice CAC 40 — et de 5 sociétés du SBF 120. Dans cet exemple, l’AMF détaille les enjeux d’une communication extra-financière de qualité, que sont :

  • la structure, la concision et la cohérence d’ensemble de cette déclaration ;
  • le respect des dispositions légales concernant le périmètre de reporting, élargi le cas échéant pour prendre en compte les spécificités du modèle d’affaires ;
  • l’information sur le processus d’identification des enjeux et risques extra-financiers, et sur l’horizon de temps auquel ces risques peuvent se matérialiser, ainsi que leurs impacts éventuels ;
  • le choix d’indicateurs clés de performance pertinents et justifiés pour illustrer les politiques mises en place ;
  • la détermination d’objectifs pour mesurer les progrès réalisés dans le cadre des politiques mises en place.

Réflexion pour le cadre européen

Le rapport se penche également sur l'analyse de l’information extra-financière disponible chez plusieurs émetteurs européens du même secteur, afin de constater dans quelle mesure une convergence des pratiques s’opère. Le rapport consacre un chapitre à une comparaison internationale réalisée sur le secteur pétrolier. Les 9 constats issus de cette étude dessinent des pistes de réflexion pour l’avenir du reporting extra-financier, comme par exemple la nécessité d’encourager, au niveau européen, une meilleure harmonisation des méthodologies sous-jacentes aux indicateurs de performance extra-financiers.

Lire (4 min.)