Grand Débat National : que veulent les adhérents de la Chambre Nationale des Conseils-Experts Financiers ?

Dans le cadre du Grand Débat voulu par le Président de la République, la Chambre Nationale des Conseils-Experts Financiers, présidée par Didier Kling, a réalisé un sondage en ligne, auprès 2500 membres entre le 17 janvier 2019 et le 23 février 2019. Cette enquête portait sur le thème de « la fiscalité et des dépenses publiques », dont les questions sont issues du formulaire gouvernemental.

Adhérents du syndicat professionnel, les personnes consultées exercent en qualité de conseils aux entreprises et management de transition, conseils en diagnostic, conseils en épargne-retraite, conseils en évaluation et cession/transmission d'entreprises, conseils en gestion de patrimoine, conseils aux institutionnels, conseils en immobilier, conseils en opérations de banque.

Stabiliser la fiscalité et l'orienter vers l'économie réelle

L'enquête révèle que ces professionnels sont très attachés à une plus grande pédagogie en matière d'utilisation des ressources fiscales de l'Etat, et à un fléchage plus transparent. Plaidant pour une plus grande stabilité de la politique fiscale, ils souhaitent aussi dans leur immense majorité, que les pouvoirs publics développent l'éducation financière des Français.

Selon eux, les produits de la contribution générale devraient être mieux orientés vers l'économie réelle, mais en diminuant la part qui pèse sur les entreprises. L'ISF et l'IFI restent au cœur de leurs préoccupations. Les conseils-experts financiers verraient bien ces deux impôts disparaître totalement, au même titre que les taxes locales. Enfin, ils pointent du doigt les prélèvements sociaux qui ralentissent la croissance du pays.

Réduire les dépenses publiques pour rééquilibrer le budget de l'Etat

S'agissant des missions de l'Etat, les professionnels préconisent, outre le vote d'un budget à l'équilibre, de réduire les déficits par une diminution de la dépense publique (55 % des sondés) plus que par une hausse de l'imposition. Pour y parvenir, 45 % d'entre eux se prononcent pour une réduction des dépenses sociales et 32 % d'entre eux, pour une optimisation des moyens accordés aux collectivités territoriales.

Pour restaurer l'équilibre budgétaire du pays, 6 professionnels sur 10 accepteraient de voir les moyens accordés à la politique du logement réduits. 12 % souhaitent un abaissement du budget de l'Education Nationale  et de la Recherche. Dans une même proportion, il s'agirait pour eux de diminuer les crédits alloués à la Défense et à la Sécurité. Enfin, 8 % estiment que les transports ne nécessitent pas d'aides supplémentaires.

Retraite et temps de travail, priorité à la santé et effort national

Au moment où le Gouvernement s'apprête à réformer le système des retraites en France, les conseils-experts financiers estiment que les ressources de l'Etat pourraient être améliorées en prolongeant la durée légale du temps de travail (12,5%). Mais aussi en repoussant l'âge du départ à la retraite (20%). Parmi les secteurs où la protection sociale doit être renforcée, les sondés estiment que la santé est un domaine prioritaire (43 %), puis à part égale, le 4e âge et le financement de la solidarité (14 %).

A condition de le justifier, les professionnels estiment qu'ils seraient prêts à payer davantage d'impôt dans trois secteurs jugés prioritaires : l'écologie (14 %), la justice (11 %) et  la sécurité (16 %). Simultanément, 25 % des sondés refusent la création de nouveaux impôts. Particulièrement en matière de transition écologique où ils estiment au final qu'elle doit être plus incitative que fiscalisée.

Une aspiration à l'exemplarité et à la chasse au gaspillage

Enfin, une grand majorité des consultés attend une plus grande exemplarité des élus (40 %) et dans une proportion égale, la fin du gaspillage de l'argent public, ou encore la taxation des GAFA. Reste à savoir si le Gouvernement tiendra compte des attentes de la profession.

Lire (5 min.)

Prime Macron : les grands groupes adoptent le dispositif fiscal

Pour calmer la crise des Gilets Jaunes, Emmanuel Macron a présenté en décembre dernier sa prime d'activité défiscalisée. Les entreprises peuvent la verser jusqu'à fin mars à leurs salariés payés moins de trois fois le Smic. Les grands groupes se sont emparés du dispositif avec enthousiasme.
Lire (2 min.)

Crise italienne : l’Europe s’abstient d’arbitrer

Cette semaine, la France et l'Italie penchent vers une résolution de leur crise diplomatique. Dans le contexte électoral des européennes le 26 mai prochain, les tensions s'étaient exacerbées entre europhobes et europhiles.
Lire (1 min.)

Prélèvement de l’impôt à la source : lancement réussi

Le grand bouleversement fiscal tant attendu n'a déclenché aucune révolte sociale. Le prélèvement à la source est entré en vigueur le 1er janvier dernier. Un mois plus tard, force est de constater qu'il s'agit d'un lancement réussi.
Lire (1 min.)

Critères ESG : les PRI et le CFA Institute analysent les meilleures pratiques

Le CFA Institute et les Principes pour l’Investissement Responsable (PRI) publient ce lundi 18 mars leur 3e rapport sur l’intégration des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans le monde. Plus d'une vingtaine d'ateliers ont été organisés à travers le monde, et 1 100 professionnels de la finance interrogés. L'enquête s’appuie aussi sur de précédents travaux, publiés en septembre 2018.

Le nouveau rapport — « ESG Integration in Europe, the Middle East and Africa : Markets, Practices and Data » (en anglais) — se penche sur la région Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA) et analyse notamment 8 grands marchés. Parmi eux figurent l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni, l’Afrique du Sud et les pays du Golfe. Le 4e et dernier rapport de cette série, couvrant la région Asie-Pacifique, sera publié dans le courant de l’année 2019.

Quelles conclusions tirer de ce nouveau rapport ?

  • Il n’existe pas de « solution miracle » ni de pratiques uniformes permettant et facilitant l’intégration des critères ESG.
  • Les investisseurs devraient se concentrer davantage sur l’analyse plutôt que sur l’investissement ESG. L'analyse ESG constitue un élément fondamental de l’analyse des investissements. Elle exige une approche disciplinée et basée sur des données pour être pleinement intégrée dans le processus d’investissement.
  • Bien que les gérants de portefeuille et les analystes intègrent souvent les facteurs ESG dans leur processus d’investissement, ils ajustent rarement leurs modèles en fonction des données ESG.
  • La gestion des risques et la demande des clients constituent les principaux moteurs de l’intégration des critères ESG. En revanche, une faible compréhension des problématiques ESG et l’absence de données ESG comparables restent les principaux freins à cette intégration des critères ESG.
  • La gouvernance est le principal critère ESG que les investisseurs intègrent dans leurs processus, même si les critères environnementaux et sociaux prennent de l’ampleur.
  • L’intégration des critères ESG est beaucoup plus avancée dans l’univers des actions que dans l’univers des obligations.

Focus sur le marché français

Le nouveau rapport consacre une large section à l’intégration des critères ESG sur le marché français. Dans l'Hexagone, la gouvernance d’entreprise reste l’enjeu ESG le plus intégré dans le processus d’investissement, à la fois pour les actions et les obligations. Cependant, les répondants à l'enquête estiment que les facteurs environnementaux devraient dépasser le sujet de gouvernance d’ici à 2022. Selon eux, les sujets environnementaux affecteront principalement les actions et les obligations d’entreprise.

Par ailleurs, comme dans la plupart des autres marchés, la demande des clients et la gestion des risques constituent les principaux moteurs de l’intégration des facteurs ESG. D'après les répondants à l'enquête, les évolutions réglementaires devraient gagner une influence croissante en France, plus que dans les autres marchés.

Servir d'exemple aux investisseurs du monde entier

« La zone EMEA est la région où l’intégration des critères ESG est la plus sophistiquée, de nombreux analystes et investisseurs institutionnels en Europe faisant même figure de pionnier en intégrant ces facteurs ESG depuis de nombreuses années. Nous espérons que ce rapport, ainsi que les autres rapports de la série, pourront offrir des conseils et des lignes directrices aux investisseurs et analystes du monde entier », explique Paul Smith, Président et Directeur général du CFA Institute.

Lire (5 min.)

Keys REIM renforce ses équipes immobilières avec l’arrivée de deux nouveaux collaborateurs

Dans le cadre de son développement, le groupe Keys Asset Management a annoncé le 15 mars dernier la nomination de deux nouveaux collaborateurs. Ils rejoignent la filiale française Keys REIM, afin de contribuer à la mise en œuvre des stratégies Core et Core+. « Ces renforts s’insèrent dans le cadre d’une évolution de notre organisation, afin de nous adapter au cycle de marché et répondre aux besoins grandissants de nos clients », explique Pierre Mattei, Président de Keys REIM.

Focus sur les parcours de Vincent Evenou et de Simon Gauchot

Keys REIM renforce ses équipes immobilières avec l’arrivée de deux nouveaux collaborateurs

Vincent Evenou (36 ans) est diplômé de Kedge Business School Bordeaux, membre de la RICS et certifié AMF. Il bénéficie de 13 ans d'expérience acquises successivement chez CBRE Investors comme Asset manager commerce, Ciloger comme responsable des investissements, puis Groupama Immobilier comme Asset manager senior en charge de plusieurs restructurations immobilières, notamment le projet du 150 Avenue des Champs Elysées.

Keys REIM renforce ses équipes immobilières avec l’arrivée de deux nouveaux collaborateurs

Simon Gauchot (41 ans) est diplômé de l’ISG. Il bénéficie de plus de 15 années d’expérience dans les métiers de l’immobilier. Simon Gauchot a notamment travaillé chez BNP, JLL et Eurosic. Son parcours lui a permis d'acquérir une culture de la transaction, notamment sur des opérations à création de valeur.

Lire (2 min.)

Coupe du monde : victoire et croissance du PIB sont-elles réellement corrélées ?

La victoire des bleus en finale de la Coupe du Monde de Football aura-t-elle un effet durable sur la croissance française ? Si Bruno Lemaire, ministre de l'économie, souhaite voir cette prophétie se réaliser, les économistes s'accordent plutôt pour soutenir le contraire.
Lire (1 min.)

Réforme des retraites 2019 : fin de l’histoire ou éternel retour ?

La Rédaction
Le 19 avril dernier se tenait au Sénat un colloque sur la future réforme des retraites. C’est le point de départ d’une grande bataille qui s’annonce pour le Gouvernement. L’ambition est claire : transformer entièrement le modèle pour aboutir à un « système universel ». Après presque 30 ans de réformes successives, allons-nous assister à la fin de l’histoire, ou bien au contraire, à un éternel retour ?
Lire (4 min.)

Financement des PME : quel avenir ?

Convaincu que les réformes fiscales enclenchées vont réorienter l'épargne des français vers les PME, le gouvernement a annoncé la fin du dispositif ISF-PME, qui permettait de déduire de son impôt de solidarité 50% des sommes investies dans les entreprises. En dépit des restrictions imposées par l'Europe, ce dispositif avait permis, en 2016, de diriger, via les FIP et FCPI, plus de 500 millions d'euros vers les PME. Emmanuel Macron, qui avait fait de l'investissement productif et du financement des entreprises des sujets centraux de sa campagne, sème le doute sur ses intentions.
Lire (<1 min.)

Le New Deal fiscal d’Emmanuel Macron !

Philippe Crevel
Emmanuel Macron s’est engagé non pas à révolutionner notre système fiscal mais à déplacer un certain nombre de curseurs. Quelles sont les conséquences possibles de cette politique tant pour les ménages que pour les entreprises ?
Lire (4 min.)

Horizon AM annonce une prise de participation dans un projet immobilier à Saint-Witz réalisé par ELGEA

La société de gestion Horizon AM — spécialisée dans le financement projets de réhabilitation, de transformation et de promotion immobilière — a annoncé ce vendredi 15 mars sa prise de participation dans une nouvelle opération située à Saint-Witz (Val-d'Oise) en partenariat avec ELGEA.

Il s'agit du premier projet immobilier dans lequel le fonds Performance Pierre 4 est investi. Ce fonds d’investissement alternatif (FIA) est ouvert à la souscription jusqu'au 13 juin prochain. Avec un objectif de collecte de 20 millions d’euros, le fonds sera prochainement investi sur d’autres projets semblables, en Ile-de-France et en Provence-Alpes-Côte d’Azur.

33 appartements livrés à un bailleur social

Le nouvel investissement se situe dans un quartier résidentiel du centre-ville. Proche de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle, du centre commercial Aéroville et du Parc Astérix, Saint-Witz est accessible depuis Paris en 20 minutes via le RER D.

L’opération inclut 33 appartements livrés à un bailleur social du groupe Action Logement. Le bâtiment sera construit selon les dernières normes environnementales et de construction, en privilégiant des matériaux durables, afin de réduire les coûts énergétiques.

Ce projet est réalisé en partenariat avec ELGEA, spécialiste de la construction et de la promotion. Son offre s'adresse aux primo-accédants dont les revenus sont trop faibles pour acquérir un bien immobilier aux prix du marché, mais trop élevés pour bénéficier d'un logement social. ELGEA vise surtout les jeunes couples qui travaillent à Paris ou sa périphérie, et qui désirent fonder une famille.

Un objectif de marge brute de 10 % à 15 %

Le fonds Performance Pierre 4 — qui vise à délivrer pour les investisseurs un rendement annuel de 6 % net de frais de gestion — participe au financement de ce projet. Ce véhicule participera également dans les prochaines semaines au financement de 8 opérations similaires, en partenariat avec ELGEA.

Ces programmes de construction de logements neufs et de réhabilitation, à forte dimension socialement responsable, seront situés en Île-de-France (Hauts-de-Seine, Val-de-Marne, Val-d'Oise) et dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (Marseille, Aix-en-Provence).

Au total, les neufs projets financés par le fonds Performance Pierre 4 permettront la construction de 250 lots pour une surface totale de 14 358 m2. Dans le détail, 85 % des lots ont déjà été commercialisés auprès des acheteurs finaux. L’objectif de marge brute pour le fonds se situe entre 10 % et 15 %.

Lire (3 min.)

Ardian Private Debt soutient l’investissement de HgCapital dans A-Plan

Ardian, acteur mondial de l’investissement privé, diversifie encore ses investissements. La société a annoncé le 15 mars dernier avoir arrangé une dette subordonnée afin de soutenir l’investissement de HgCapital (« Hg ») dans A-Plan, l'un des principaux courtiers en assurance pour particuliers au Royaume-Uni.

Focus sur le positionnement de A-Plan

Fondé en 1963, A-Plan est un acteur majeur du courtage en assurance multicanal au Royaume-Uni. Il se positionne principalement sur des produits d’assurance pour particuliers, et développe également une gamme de services dédiée aux PME. La valorisation du groupe s’articule autour d’une qualité de service élevée et d’une proximité forte avec sa clientèle, à travers un réseau d'agences locales. A-Plan gère aujourd'hui 1,5 million de polices d’assurance à l’échelle nationale.

Mark Brenke, Managing Director & Responsable de l’activité Private Debt d’Ardian, déclare : « L’équipe de management a démontré sa capacité à faire croître rapidement la société, tant au niveau organique, qu’au travers d’acquisitions. Cette équipe s’appuie sur le CEO, Carl Shuker, membre d’A-Plan depuis près de 30 ans, et sur sa connaissance approfondie du marché. »

Lire (2 min.)

Suppression de l’ISF en 2018… vers une invitation à revenir en France ?

La boutade belge, qui consiste à faire référence à l'ISF comme l'Invitation à Sortir de France, sera-t-elle bientôt caduque ? C'est ce qui se trame derrière le projet de réforme fiscale d'Emmanuel Macron, qui envisage de remplacer l'Impôt de Solidarité sur la Fortune par un impôt sur la fortune immobilière dès janvier prochain. L'objectif de ce recentrage : limiter les fuites de capitaux et encourager les Français à investir davantage en actions. 2018 sera-t-elle l'année du retour au pays des exilés fiscaux ?
Lire (<1 min.)

Investissements étrangers en France… ça va mieux !

"Ça va mieux !" En mai 2016, quand François Hollande clamait dans les médias, par cette formule désormais célèbre, que la situation économique de la France s'était améliorée, il s'était attiré les railleries de l'opposition et des citoyens. Un an plus tard, il semble que les chiffres lui aient donné raison. 
Lire (1 min.)