Economie circulaire : des champions dans les petites & moyennes valeurs européennes

Les équipes de Mandarine Gestion
L’économie circulaire permettra-t-elle de réduire l’impact environnemental de la production de déchets ? Comment investir sur ce segment en Europe ? L'équipe Croissance - Small&Midcap de Mandarine Gestion publie sa lettre mensuelle.
Lire (3 min.)

Energie verte : PEARL Infrastructure Capital entre en négociation exclusive auprès d’Akuo et Idinvest

PEARL Infrastructure Capital — fonds de Private Equity, spécialisé dans la Transition Énergétique et Écologique (TEE) et l’économie circulaire — annonce ce mardi 9 mars être entré en négociation avec Akuo et Idinvest pour acquérir leur participation dans Akuo Biomass.

Cette opération vise également à l’acquisition par Pearl Infrastructure Capital des participations minoritaires de CNIM SA et de la Banque des Territoires dans la société Picardie Biomasse Energie (PBE) et dans les centrales biomasse KOGEBAN, CBEM et CB Novillars mises en service par Akuo.

Energies renouvelables

Le Fonds PEARL Infrastructure Capital — adossé à la plateforme Edmond de Rothschild Private Equity — poursuit son développement avec le soutien de l’un de ses principaux investisseurs la Banque des Territoires. Ces dernières années, Akuo et Idinvest ont développé une filière de production conjointe d’électricité et de chaleur à partir de ressource biomasse.

Ils ont mené à bien le financement, la construction, la mise en service et l’exploitation de trois installations de cogénération biomasse sur les sites de Nesle et Estrées-Mons dans la Somme et de Novillars (Doubs), en collaboration avec des industriels engagés dans la transition énergétique et grâce au soutien actif de ses partenaires Banque des Territoires et CNIM SA.

Ces installations de cogénération biomasse à haut rendement assurent une production d’électricité et de chaleur renouvelables — qui génèrent une économie de CO2 de 120 000 tonnes par an. Elles sont soutenues dans leur marche industrielle par les sociétés PBE et SABED qui portent les prestations d’approvisionnement, d’exploitation et de support administratif des centrales.

Stratégie de développement

La société Akuo Biomass et ses filiales emploient 74 collaborateurs. Akuo Biomass passe à une nouvelle étape de son développement en étant soutenu par PEARL Infrastructure Capital, un acteur européen aux ambitions affichées sur ce secteur en Europe et tout particulièrement en France. Cette opération rentre dans le cadre de la volonté d’Akuo de se recentrer sur les énergies renouvelables — solaire, l’éolien et autres modes de production d’énergie décentralisés à base d’énergie renouvelables. 

« Ces actifs — adossés à des industriels responsables ayant clairement fait le choix de l’énergie renouvelable — vont permettre à PEARL Infrastructure Capital de poursuivre sa stratégie de constitution d’un portefeuille d’installations de cogénération biomasse en Europe qui contribueront aux objectifs de la transition énergétique européenne, tout en soutenant la pérennité et le développement de l’industrie », déclare Jean-Christophe Guimard, Directeur fondateur-associé de PEARL Infrastructure Capital.

« La Banque des Territoires a accompagné le développement des projets KOGEBAN, CBEM et CB Novillars, et, avec la montée en puissance de PEARL Infrastructure Capital, poursuit la logique engagée en 2019 de mobilisation et de dimensionnement d’un acteur français à ambition européenne, dédié à l’économie circulaire environnementale, au bénéfice de territoires plus durables », ajoute Cédric Desmedt, Directeur Adjoint du département Transition Energétique et Ecologique de la Banque des Territoires.

Lire (3 min.)

ARMOR lance son baromètre de l’économie circulaire

ARMOR Print Solutions — spécialiste européen des cartouches reconditionnées — lance ce mercredi 3 mars un baromètre avec l’Institut National de l’Économie Circulaire (INEC). Cet outil présente un état des lieux de l’économie circulaire au sein des entreprises de taille intermédiaire (ETI) en France. Objectif, valoriser les initiatives mises en place et encourager les ETI à pérenniser leur politique d’économie circulaire.

Pratiques inspirantes

ARMOR Print Solutions invite les ETI françaises à partager leurs pratiques en matière de circularité via un baromètre national qui sera publié au premier semestre 2021. Fort de son engagement pionnier en matière de circularité, le spécialiste des consommables durables lance une grande consultation sur la perception de l’économie circulaire au sein des ETI.

ARMOR Print Solutions invite les entreprises à partager leurs pratiques en matière de circularité. Objectif de ce baromètre, proposer un état des lieux des pratiques mises en place et créer ainsi un vivier de démarches inspirantes afin d’encourager les entreprises à développer leur politique d’économie circulaire.

Identifier des opportunités

A l’heure où les ressources s’épuisent, l’économie circulaire vise à minimiser le gaspillage en optimisant les ressources. Remettant en question les modes de production et de consommation, ce concept économique s’oppose à l’économie classique dite « linéaire » consistant à extraire, produire, consommer et jeter. A l’inverse, l’économie circulaire se pense sous forme de boucle où chaque étape nourrit la suivante.

« En nous invitant à repenser notre relation au monde, l’économie circulaire s’avère être un véritable levier de compétitivité et de résilience pour les entreprises. Face aux nombreux défis auxquels nous devons faire face comme la maîtrise des coûts ou la gestion des risques, l’économie circulaire nous permet de transformer les contraintes en véritables opportunités de développement », commente Hubert de Boisredon, PDG d’ARMOR.

Lire (2 min.)

Gestion thématique : Candriam lance le fonds Candriam Sustainable Equity Circular Economy en France

Candriam — gestionnaire d’actifs européen multi-spécialiste — annonce ce jeudi 14 janvier le lancement du fonds Candriam Sustainable Equity Circular Economy en France. Ce véhicule est un compartiment de Candriam Sustainable, une SICAV (Société d’investissement à capital variable) domiciliée à Luxembourg et gérée par Candriam Luxembourg.

Le fonds est activement géré et l’approche d’investissement implique le renvoi à son indice de référence MSCI ACWI (NET Return) et est actuellement enregistré pour commercialisation au Luxembourg, en Autriche, en Belgique, en Allemagne, en Espagne, au Royaume-Uni, en Italie, aux Pays-Bas, en Suisse et en France.

Economie circulaire

Le concept d’économie circulaire offre une alternative au modèle économique actuel de type linéaire (« je prends, j’utilise, je jette »), en évitant le gaspillage et en réduisant les besoins en matières premières vierges. Elle cherche à accroître l’efficacité des ressources grâce à la réutilisation ou au recyclage.

En tenant compte du cycle de vie complet des matières premières et de la vie des produits, une économie circulaire contribue à faire retomber cette pression de la surexploitation des ressources. C’est l’objectif de la loi anti-gaspillage dont les premiers effets d’interdiction du plastique à usage unique sont entrés en vigueur le 1er janvier 2021 en France.

4 500 milliards de dollars

La loi prévoit de tendre vers l’objectif de 100 % de plastique recyclé d’ici le 1er janvier 2025 et la promotion de l’économie circulaire pour tous les biens de consommation. D’après le rapport Circular Gap 2020, le monde n’est actuellement circulaire qu’à 8,6 %, ce qui illustre le vaste éventail d’opportunités à la disposition des investisseurs.

L’humanité surconsomme le capital naturel de notre planète 1,7 fois, ainsi remplacer la linéarité du processus de consommation par la circularité est un impératif pour garantir un avenir durable. La transition vers ce nouveau modèle présente un potentiel immense pour la croissance économique.

L’économie circulaire est une opportunité d’investissement : ce marché représente environ 4 500 milliards de dollars d’ici 2030. « Pour les entreprises offrant des technologies et des solutions innovantes alignées sur l’économie circulaire, l’opportunité est considérable », ajoute Monika Kumar, Co-Manager.

4 500 milliards de dollars

Le nouveau fonds vise à surperformer à long terme, en investissant dans ces entreprises qui offrent de nouvelles technologies et des innovations qui facilitent la transition vers une économie circulaire. A travers une approche thématique propriétaire et sa sélection d’idées d’investissement fondamentales, Candriam construit un portefeuille composé de facilitateurs et de transformateurs rapides de l’économie circulaire :

  • les « facilitateurs » sont des entreprises qui offrent des initiatives permettant une transition vers l’économie circulaire, notamment des solutions de gestion des déchets, de ressources renouvelables, de prolongation de la durée de vie des produits et d’optimisation des ressources ;
  • les « transformateurs » sont des entreprises qui, de manière active, font rapidement évoluer leur modèle d’exploitation et leur chaîne de valeur pour adopter les principes de l’économie circulaire.

Le fonds a obtenu le Label ISR, créé et soutenu par le ministère des Finances français. Ce label vise à rendre plus visibles les produits d’investissement socialement responsables (ISR). Le fonds sera géré par Koen Popleu, Thematic Equity Senior Fund Manager, et Monika Kumar, Thematic Equity Fund Manager.

10 % des frais de gestion reversés

Candriam reversera jusqu’à 10 % des frais de gestion annuels nets du compartiment à des organismes caritatifs et à des organisations offrant des solutions visant à promouvoir la transition vers une économie circulaire. Candriam a choisi l’organisation Close the Gap comme premier bénéficiaire.

Cette entreprise sociale internationale comble le fossé numérique, en offrant des ordinateurs d’occasion de grande qualité donnés par des entreprises européennes et internationales à des projets de formation, médicaux ou sociaux dans les pays en développement et émergents. Depuis 2004, Close the Gap a soutenu plus de 6 000 projets dans plus de 50 pays.

Enfin, Candriam promeut les bénéfices de l’économie circulaire — à travers notamment la mise en place d’un nouveau module dédié au sein de la Candriam academy et la publication régulière d’articles consacrés au sujet proposés par ses experts.

Lire (4 min.)

Eiffel Investment Group recrute une Director au sein du fonds Eiffel Essentiel

Eiffel Investment Group (Eiffel IG) — gérant d’actifs spécialisé dans le financement des entreprises — annonce ce vendredi 15 octobre poursuivre le renforcement de son équipe Private Equity. Dans ce cadre, Eiffel IG accueille Céline André en tant que Director.

Décarbonation de l'économie

« La diversité des expériences de Céline André et son excellente connaissance des entrepreneurs et des PME seront des atouts clés dans le renforcement de notre équipe de Private Equity et démontre la volonté d’Eiffel Investment Group de continuer à attirer de nouveaux talents », déclare Fabrice Dumonteil, Président d’Eiffel IG.

« Eiffel Investment Group dispose d’une expertise reconnue et d’un track record sans égal en matière de financement de la transition énergétique en France et en Europe », déclare Céline André. Après celle de Romain Ohayon en septembre dernier, cette nomination confirme l’engagement stratégique d’Eiffel IG dans le domaine de la transition énergétique et sa volonté de s’affirmer dans le financement de la décarbonation de l’économie.

Focus sur le parcours de Céline André

Eiffel Investment Group recrute une Director au sein du fonds Eiffel Essentiel
Céline André

Précédemment Directrice d’investissements chez Bpifrance, Céline André exerce avec succès depuis 18 ans dans l’accompagnement et le financement en capital des ETI et des entreprises de croissance. Elle se concentrera sur l’investissement au sein du fonds Eiffel Essentiel, le fonds de capital-croissance d’Eiffel IG dédié à l’émergence des champions de la transition énergétique et écologique, qui vient de réaliser son premier closing à environ 300 M€ et vise 500 M€.

Titulaire du Certificat d’Aptitude à la Profession d’Avocat et diplômée de l’EDHEC - Grande Ecole (2002), Céline Andréa travaille neuf ans en tant qu’avocate au sein des équipes M&A des cabinets Gide et Veil Jourde. En 2012, elle rejoint l’équipe juridique du Fonds Stratégique d’Investissement (FSI) — aujourd'hui Bpifrance Investissement — en tant qu’in house Lawyer.

En 2016, elle rejoint en tant qu’investisseur l’équipe Large Cap de Bpifrance Investissement. Au cours de ces presque 20 années passées aux côtés des entrepreneurs et d’actionnaires familiaux ou d’industriels, Céline André structure un grand nombre de dossiers de Private Equity. Elle accompagne de nombreuses entreprises, cotées et non cotées, dans leur croissance en France et à l’International — NEOEN, Sabena technics ou La Maison Bleue.

Lire (3 min.)

Label ISR : La Française AM l’obtient pour un fonds de dette souveraine

La Française AM — société de gestion gérant plus de 17 milliards d’euros au 30 juin 2021 — annonce ce vendredi 15 octobre que son fonds de dette souveraine lancé en avril 2021, « La Française Carbon Impact Global Government Bonds », a obtenu le Label Investissement Socialement Responsable (ISR). Ce label est soutenu par les pouvoirs publics et décerné par EY France, accrédité en qualité de « labellisateur » par le COFRAC.

Transition énergétique

« La Française continue d’innover en matière d’analyse carbone avec une méthodologie propre à la dette souveraine. Cette méthodologie se base sur des données collectées, consolidées et analysées par notre centre de recherche extra financière. Désormais, nous sommes en mesure d’offrir aux investisseurs institutionnels une gamme de fonds bas-carbone couvrant l’ensemble des classes d’actifs », précise Jean-Luc Hivert, Président et directeur mondial des investissements de La Française AM.

« Nous pouvons ainsi proposer à nos investisseurs institutionnels l’analyse Carbone de leur propre portefeuille de dette souveraine. La labellisation ISR du fonds La Française Carbon Impact Global Government Bonds vient reconnaître cette expertise, développée conjointement avec notre centre de recherche propriétaire, La Française Sustainable Investment Research », ajoute-il. « La Française Carbon Impact Global Government Bonds » vise à contribuer au financement de la transition énergétique.

Positionnement bas-carbone

Le fonds est co-géré par Hervé Chatot et Gaël Binot. Investi principalement dans des emprunts d’Etats des pays membres de l’OCDE et des pays émergents, ainsi que des émissions quasi-souveraines, il peut se diversifier dans le secteur privé. Pour renforcer le positionnement bas-carbone, les obligations à Impact (Green bonds) représentent une part importante de l’allocation (34 % au 31 août 2021). Elles financent directement des projets en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique.

Classifié « article 9 » selon le règlement Disclosure et « approche fondée sur un engagement significatif dans la gestion » selon la classification AMF, le fonds a pour objectif :

  • de rechercher sur la période de placement recommandée de trois (3) ans minimum, une performance nette de frais, supérieure à celle de l’indicateur de référence composite (50 % J.P. Morgan GBI Global hedged Euro Index + 50 % J.P. Morgan EMBI Global Diversified hedged Euro Index) en investissant dans un portefeuille d’émetteurs publics, quasi publics et privés filtrés préalablement selon des critères d’investissement ESG (Environnemental, Social et de Gouvernance) et analysés sous l’angle de leur compatibilité avec la transition énergétique selon une méthodologie définie par la société de gestion ;
  • et d’avoir une moyenne pondérée des émissions de gaz à effet de serre du portefeuille par euro investi (intensité carbone) d’au moins 20 % inférieure à celle de l’indicateur de référence composite.

Analyse en trois étapes

La stratégie de gestion du fonds consiste en l’allocation des capitaux dans les pays les mieux engagés dans la transition vers une économie bas-carbone et bénéficiant de bonnes capacités d’adaptation. Réalisée selon une méthodologie propriétaire développé par La Française Sustainable Investment Research et intégrée au cœur du processus de gestion, l’analyse Carbone comprend trois étapes, basée sur une approche en sélectivité :

Etape 1 (Filtre d’exclusion) :

  • analyse de la vulnérabilité des Etats aux évènements climatiques extrêmes au regard de leurs capacités d’adaptation (gouvernance responsable, cadre institutionnel, organisation sociale, niveau de développement, ressources économiques) et de leurs performances et stratégies en faveur de la transition vers une économie bas-carbone ; exclusion systématique des Etats présentant les risques d’adaptation et de transition les plus forts ;
  • analyse des critères ESG pour les entreprises

Etape 2 (Analyse fondamentale) :

  • analyse financière des émetteurs (Etats et entreprises) et analyse carbone pendant laquelle l’équipe de gestion estime la capacité d’un Etat à remplir ses objectifs de décarbonation en se basant sur les Contributions des Etats déterminées au niveau national (CDN) en provenance de la Convention-cadre des Nations Unies pour le Changement Climatique (UNFCC). Pour les entreprises, une analyse carbone est réalisée ainsi qu’une trajectoire carbone, selon le cas.

Etape 3 (Construction du portefeuille) :

  • Construire un portefeuille décarboné aligné sur son objectif de réduction d’intensité carbone.

Cette analyse en trois étapes permet l’identification des risques et opportunités liés à la transition climatique pour chaque émetteur.

Lire (5 min.)

Economie circulaire : des opportunités croissantes

Joe Wallace
La crise sanitaire a joué un rôle d'accélérateur, notamment en ce qui concerne la durabilité des entreprises. Quels sont les ressorts de l'économie circulaire ? Où trouver des opportunités d'investissement ? Les explications de Joe Wallace, Analyste sur l'environnement et de l'investissement responsable chez Jupiter AM.
Lire (3 min.)

Océans : Lombard Odier s’associe à Plastic Bank pour réduire la pollution plastique

Le groupe Lombard Odier — gestionnaire de fortune et d'actifs mondial — annonce ce jeudi 30 juillet le lancement d'un partenariat avec Plastic Bank. Objectif, éviter la pollution plastique dans les océans — l'un des plus grands fléaux pour nos océans — tout en créant de la valeur à long terme pour les communautés locales se chargeant de la collecte.

Ce projet est le deuxième du genre chez Lombard Odier ; il fait suite à l'aide apportée l'an dernier à ReforestAction, qui avait permis de planter 20 000 arbres en Tanzanie et au Pérou. « En soutenant la collecte de déchets plastiques au sein des communautés défavorisées, [Lombard Odier] ouvrent de nouvelles voies à l'impact environnemental et social dans le secteur bancaire mondial », réagit David Katz, fondateur et CEO de Plastic Bank.

Agir en amont contre la pollution

Chaque année, 8 millions de tonnes d'emballage plastique finissent dans les mer. Ces déchets s'ajoutent aux 150 millions de tonnes qui polluent déjà l'environnement marin. Plastic Bank cherche à résoudre ce problème en collectant les déchets plastiques avant qu'ils ne pénètrent dans l'océan afin de les recycler. En échange, les collecteurs locaux obtiennent accès à des biens et produits de première nécessité.

Dans son premier projet avec Plastic Bank, Lombard Odier financera la collecte de plus de 795 tonnes de plastique qui allaient souiller les eaux en Haïti (l'équivalent de 39 millions de bouteilles en plastique). Cette action aura un impact significatif sur la vie de plus de 6 000 collecteurs locaux et de leurs familles. Il s'agit de la première étape d'un vaste programme pour créer un impact positif en Haïti, mais aussi en Egypte.

Favoriser l'économie circulaire

« Nous sommes fiers de nous associer avec Plastic Bank, un pionnier dans la soutenabilité et un acteur clé de l'économie circulaire, et contribuer à la réduction de la pollution plastique des océans tout en améliorant la vie des ramasseurs locaux et de leurs familles », déclare Stéphane Monier, CIO de la Banque Lombard Odier. Plastic Bank opère actuellement en Haïti, au Brésil, en Indonésie, aux Philippines et en Egypte.

Les collecteurs de Plastic Bank reçoivent une prime pour le plastique qu'ils amassent, afin couvrir les besoins de première nécessité de leur famille : produits alimentaires, combustible de cuisson, frais de scolarité et assurance maladie. La plateforme blockchain propriétaire à Plastic Bank garantit l'ensemble de la transaction et offre une visualisation des données en temps réel, gage de transparence, traçabilité et évolutivité rapide.

Lire (3 min.)

Economie circulaire : RobecoSAM lance une stratégie dédiée

Le spécialiste de l'investissement durable RobecoSAM — filiale de Robeco, société de gestion néerlandaise — annonce ce jeudi 30 janvier le lancement de la stratégie d'investissement « RobecoSAM Circular Economy Equities ». Objectif, réaliser une croissance du capital à long terme en investissant dans des sociétés cotées en bourse, qui répondent aux opportunités de l'économie circulaire. La stratégie est gérée par Holger Frey, gérant de portefeuille senior de l'équipe d'investissement thématique durable de RobecoSAM.

Révolutionner l'économie mondiale

L'économie linéaire traditionnelle suit le modèle de consommation « prendre-faire-jeter » dans lequel valeur se créée en vendant le plus de produits possible. Cette stratégie n’est plus viable. Une classe moyenne mondiale en croissance constante — dotée d'un pouvoir d'achat plus important — exerce une pression énorme sur notre planète.

L'économie linéaire consomme des ressources limitées à raison de 1,75 fois la capacité de régénération annuelle de la planète. En réponse, l'économie circulaire maintient les ressources en usage aussi longtemps que possible. La valeur maximale est extraite pendant leur utilisation, et es produits et matériaux sont ensuite récupérés et régénérés à la fin de chaque utilisation.

Un nombre croissant de pays et d'entreprises s'attaquent aux inefficiences de la production linéaire et des déchets, et mettent en place des politiques de recyclage. L'autorégulation de l'industrie vers une économie circulaire prend de l'ampleur dans un contexte de pression réglementaire imminente. Les consommateurs exigent de plus en plus des produits durables.

Créer de la valeur en continu

Ces changements considérables ouvrent de nombreuses opportunités d'investissement. Le passage à une économie circulaire a été évalué à 4,5 billions de dollars d'ici 2030. La stratégie « RobecoSAM Circular Economy Equities » permet aux investisseurs de participer à cette croissance encore peu exploitée.

Elle vise à investir dans des entreprises de premier plan qui créent de la valeur en continu. Ces entreprises utilisent une production et une consommation ciblées, une maintenance prédictive et une utilisation accrue des sous-produits pour créer de la valeur à partir des inefficiences. La stratégie cible les secteurs suivants :

  • Reconception des intrants : emballages de consommation, matières premières et fibres renouvelables, matériaux de construction, agriculture de précision ;
  • Utilisation circulaire : nutrition, mode et loisirs, ménage et mode de vie, économie partagée ;
  • Technologies habilitantes : numérisation, produit en tant que service, logistique et essais ;
  • Ressources en boucle : prolongation de la durée de vie des produits, collecte et tri, récupération et recyclage.

Approche d'investissement

La construction du portefeuille s'appuie sur une sélection bottom-up des actions et tient compte de l'attrait des sous-groupes. Les aspects ESG de matérialité financière sont intégrés dans l'analyse des entreprises. La stratégie a un impact positif sur les objectifs de développement durable (ODD) : recyclage, approvisionnement durable, réduction des déchets de fabrication et alimentaires, de ceux en décharge et des gaz à effet de serre.

« Le resserrement de la réglementation environnementale, associé à une prise de conscience croissante des consommateurs, favorise une plus grande circularité et l'abandon de l'extraction de ressources finies. La stratégie RobecoSAM Circular Economy Equities donne aux investisseurs une occasion unique de tirer parti de cette opportunité d'investissement encore naissante et disruptive », explique Holger Frey, gérant de portefeuille senior de RobecoSAM Circular Economy Equities strategy.

« La tendance à la circularité entre les pays, les entreprises et les individus est en bonne voie, car nous recherchons un mode de vie plus durable sur notre planète. Notre nouvelle stratégie offre aux clients la possibilité d'investir dans cette tendance qui change résolument les règles du jeu, tout en visant à offrir de solides performances », ajoute Mark van der Kroft, responsable de l’investissement thématique, Robeco et RobecoSAM.

Lire (4 min.)