Economie bleue : comment investir de manière durable ?

Le département Impact Advisory and Finance de Crédit Suisse — groupe bancaire basé à Zurich — publie ce lundi 20 janvier avec l'éditeur Responsible Investor les résultats d'une enquête mondiale sur la sensibilisation des investisseurs institutionnels aux placements liés à l'économie bleue et aux océans. L'intérêt pour l'économie bleue durable est élevé. Plus d'un tiers des sondés y voient l'un des thèmes majeurs de la décennie. En revanche, l'expertise sectorielle sur ce thème reste faible.

Ces résultats sont tirés d’un échantillon qualifié et représentatif de 328 personnes interrogées dans 34 pays. Parmi elles, 53% se trouvent en Europe. 59 % des personnes interrogées sont des gestionnaires de fortune et 41 % des détenteurs d'actifs. La majeure partie des sondés investissent dans des actions cotées, des titres à revenu fixe et dans des stratégies multi-actifs, leurs actifs sous gestion s'élevant à plus de 50 Mds€.

Les obstacles à l'économie bleue

Côté bilan, il existe déjà des opportunités en matière d'investissements de démarrage, de placements à impact et en fixed income. L'injection de capitaux dans les infrastructures et les actions se profile. Les principaux obstacles pour les investisseurs demeurent le manque de projets « investment grade » ainsi que l'absence d'expertise interne. L'absence de projets proposés par les gestionnaires freine les détenteurs d'actifs.

L'économie bleue pourrait progresser de manière significative par la création de projets durables présentant un bon historique de performance, en encourageant les partenariats publics-privés (PPP) et en accroissant les investissements au moyen d'approches financières innovantes — comme la « blended finance » — afin de réduire les risques.

24 000 milliards de dollars d'actifs

« La valeur des actifs liés aux océans est estimée à plus de 24 000 Mds USD, ce qui en fait la 7e économie mondiale en termes de PIB. Paradoxalement, malgré un vif intérêt et en croissance des investisseurs (...) les océans restent l'un des objectifs de développement durable de l'ONU qui attirent le moins d'investissements, et tout particulièrement le moins de capitaux privés. Nous nous attendons à ce que ce thème d’investissement gagne fortement en importance pour les investisseurs dans les années à venir », déclare Marisa Drew, CEO du département Impact Advisory and Finance de Credit Suisse

« Le public et les gouvernements sont sensibles à l'état désastreux des océans ; néanmoins, on ne sait pas précisément à quel point les investisseurs ont conscience de l'impact de leurs placements sur le milieu marin et de la façon dont cela peut affecter la performance et la valeur de leurs portefeuilles. C'est pourquoi nous nous sommes demandé si les conditions étaient réellement réunies pour que des capitaux privés soient orientés vers une utilisation durable des océans et, dans le cas contraire, ce qu'il fallait changer », indique Dennis Fritsch, analyste chez Responsible Investor.

Lire (3 min.)

Private Equity : Mirabaud AM lance son deuxième fonds Lifestyle Impact & Innovation

Mirabaud Asset Management (AM) — gestionnaire d’actifs suisse — annonce ce mardi 14 janvier élargir sa gamme de produits de capital-investissement. Cette deuxième solution permettra aux investisseurs d’investir dans des entreprises innovantes du secteur luxe et lifestyle, avec un intérêt pour la durabilité et la responsabilité sociale. Ce produit permet à Mirabaud AM — groupe fondé en 1819 — […]

Mirabaud Asset Management (AM) — gestionnaire d'actifs suisse — annonce ce mardi 14 janvier élargir sa gamme de produits de capital-investissement. Cette deuxième solution permettra aux investisseurs d'investir dans des entreprises innovantes du secteur luxe et lifestyle, avec un intérêt pour la durabilité et la responsabilité sociale.

Ce produit permet à Mirabaud AM — groupe fondé en 1819 — d'ancre son positionnement en innovant dans le secteur du Private Equity. Un premier fonds thématique consacré aux « Entreprises du Patrimoine Vivant » appartenant au secteur du luxe et du style de vie avait été clôturé avec succès à 155 M€ d’actifs en décembre 2018.

Développement durable

Cette stratégie conjugue capital-développement et capital-risque. Pour la mettre en œuvre, Mirabaud AM a recruté un nouveau partenaire pour le Private Equity. David Wertheimer est issu de la 5e génération d’une famille de l’industrie de la mode de renommée mondiale. Renaud Dutreil, ex ministre français des PME et ancien président de LVMH Amérique du Nord, et Luc-Alban Chermette joueront un rôle clé dans ce projet.

« L’entrepreneuriat étant l’une des valeurs fondamentales de Mirabaud, nous nous efforçons au quotidien d’aider les entreprises dans leur rayonnement international, de les soutenir dans la création d’emplois et de les sensibiliser davantage au développement durable », conclut Lionel Aeschlimann, Associé gérant du groupe Mirabaud et CEO de Mirabaud AM.

Lire (2 min.)

ISR : OFI AM reçoit le label pour son fonds d’impact sur l’économie positive

OFI Asset Management (AM) — société de gestion française — annonce ce lundi 13 janvier avoir obtenu le label Investissement Socialement Responsable (ISR), pour son fonds d’impact sur l’économie positive. Ce label d'Etat créé en 2016 récompense désormais 7 fonds OFI AM. L’organisme de labellisation officiel Afnor a « évalué et jugé conformes aux exigences requises » les 7 fonds candidats au label :

  • OFI Fund - RS European Equity Positive Economy ;
  • OFI Financial Investment - RS Euro Equity ;
  • OFI Financial Investment - RS Euro Equity Smart Beta ;
  • OFI Financial Investment - RS Euro Investment Grade Climate Change ;
  • OFI RS European Growth Climate Change ;
  • MAIF Retraite Croissance Durable ;
  • FCPE Macif Croissance Durable et Solidaire ES, qui est un fonds d’épargne salariale géré par OFI AM.

Label et stratégie ISR

Le label ISR certifie que les objectifs financiers et ESG sont précisément définis et décrits aux investisseurs, et que les critères ESG sont pris en compte dans la construction et la vie du portefeuille. Sont également vérifiés et certifiés la mise en application de la méthodologie d’analyse ESG, la transparence de la gestion du fonds, l’existence de la politique d’engagement et la mesure des impacts positifs de la gestion ESG sur le développement d’une économie durable.

Le label ISR concourt à une transparence renforcée des fonds ISR, et constitue un indicateur de référence pour les investisseurs qui souhaitent investir de manière responsable. OFI AM déploie sa stratégie ISR sur l’ensemble des classes d’actifs et types de gestion. Objectif de cette stratégie, proposer des investissements qui permettent à la fois de contribuer au financement d’une économie positive et responsable et qui génèrent de la performance financière pour l’investisseur.

Lire (2 min.)

Coline Pavot - LFDE : « En 2020, nous avons décidé de renforcer nos formations à l'ISR »

Performance, impact, pédagogie, labels... L'année 2019 s'est révélée chargée en matière d'ISR chez La Financière de l'Echiquier (LFDE). Quelles sont les caractéristiques de ses nouveaux fonds labellisés ISR ? Comment LFDE va-t-elle accompagner les CGP en 2020 ?
Voir (<4 min.)

Economie bas-carbone : Sanso IS signe un partenariat avec EcoTree

Sanso Investment Solutions (IS) — société de gestion — annonce ce vendredi 24 janvier un partenariat stratégique avec la startup EcoTree, qui est spécialisée dans le renouvellement et la gestion durable des forêts françaises. Objectif de cet accord, proposer aux clients de contribuer à des puits carbone à travers leurs investissements.

Le lancement de cette offre s’inscrit dans la politique ISR globale de Sanso IS. Pour mémoire, cette politique a pour objectif d’accompagner les clients — notamment institutionnels — dans le cadre de leurs obligations qui découlent de la loi sur la transition énergétique (article 173-VI) et sur les engagements pris lors de l’Accord de Paris, afin de contenir le réchauffement climatique « nettement en dessous de 2 °C ».

Une démarche en trois étapes

L’urgence climatique impose d’utiliser l’ensemble des outils disponibles. Dans ce contexte, la démarche de Sanso IS se résume en 3 points :

  • Le calcul des émissions de gaz à effet de serre des portefeuilles gérés ;
  • La recherche de réduction de ces émissions ;
  • Le financement de la transition grâce à l’acquisition de crédits carbone et le développement de projets de contribution à des puits carbone (réduction d’émissions ou séquestration de carbone).

L'empreinte carbone de l'épargne

Sanso IS s’appuiera sur l’expertise forestière d’EcoTree, qui consiste à récompenser la conscience éco-responsable à travers des solutions innovantes d’investissement dans la plantation d’arbres en France. Ces projets forestiers se référeront à une méthodes approuvée par le ministère de la Transition écologique et solidaire afin de bénéficier à terme du Label bas-Carbone.

Ils feront également l’objet d’une vérification par un tiers indépendant (Bureau Veritas). Sanso IS propose par l’intermédiaire d’EcoTree de contribuer à la création de puits carbone équivalents à tout ou partie des émissions de CO2 calculées pour les fonds de sa gamme. Sanso IS offre ainsi à ses clients une solution clé en main et locale pour limiter l’empreinte carbone générée par leur épargne.

Lire (3 min.)

CBRE Design & Project nomme un Directeur Général

CBRE — spécialiste mondial du conseil en immobilier d’entreprise — annonce ce mercredi 22 janvier la nomination d'un Directeur Général de CBRE Design & Project. Thibaud Bourdon (39 ans) occupera ce poste aux côtés de Norbert Pulin, Directeur Général. Ensemble, ils développeront et piloteront l’activité de Design & Project. Avec cette nomination, CBRE renforce son activité de montage, conception et réalisation de projets.

Thibaud Bourdon sera notamment chargé de développer l’activité de Design & Project auprès des investisseurs, sur leurs opérations de développement, redéveloppement, conversion et acquisition. Il aura déploiera également l’activité de Design & Project sur les secteurs de la logistique, du résidentiel et du commerce. Il supervisera les activités de conseil, de project management et du digital de Design & Project.

Focus sur le parcours de Thibaud Bourdon

CBRE Design & Project nomme un Directeur Général
Thibaud Bourdon

Diplômé de l’Ecole Centrale Paris, Thibaud Bourdon est MRICS. En 2003, il débute sa carrière en tant que chef de projets au sein de la Shopping Center Company (SCC). Chez Altarea Cogedim, il dirige pendant 10 ans les projets de création de centres commerciaux et de bureaux, en tant que responsable puis directeur de programmes. En 2011, il devient asset manager.

En 2015, il rejoint CBRE en tant que Directeur du développement de CBRE Project. Il prend ensuite la direction du département Conseil de CBRE Design & Project puis d’en être nommé Directeur général adjoint en 2019. L’équipe Design & Project de CBRE compte aujourd’hui 115 collaborateurs, et intervient chaque année sur plus de 350 projets.

Lire (2 min.)

Billet du Docteur Leber – décembre 2019 : quels critères de durabilité dans la finance ?

Hendrik Leber
Mi-décembre 2019, les États européens se sont enfin mis d'accord sur le projet de taxonomie des activités durables. De quels critères de durabilité parlons-nous ? Quels résultats pouvons-nous attendre de la stratégie ESG de l'UE ? Voici le billet mensuel du docteur Leber, fondateur d'Acatis, société de gestion indépendante allemande.
Lire (5 min.)

Marchés financiers : la globalisation de l’impact investing

Mathieu Nègre
L’impact investing permet de profiter des tendances de croissance séculaires, tout en générant un « dividende » sociétal, non financier. Avec sa récente extension aux marchés émergents, il offre aux investisseurs des opportunités encore plus vastes d’avoir un impact réel face aux grands enjeux mondiaux.
Lire (4 min.)

Arnaud Faller - CPR AM : l'ISR « renforce la confiance des investisseurs dans leur épargne »

Reportings d'impact ESG, développement durable, loi PACTE... L'investissement socialement responsable (ISR) prend de plus en plus de place dans les portefeuilles. Quelle a été la démarche de CPR Asset Management (AM) en 2019 ? Que prépare le gérant pour accompagner les CGP en 2020 ?
Voir (<4 min.)

ISR : Pictet Asset Management obtient le label pour le fonds Pictet Water

Pictet Asset Management (Pictet AM) — gestion institutionnelle et gestion de fonds de placement du Groupe — annonce ce mercredi 18 décembre avoir obtenu le label ISR pour son fonds Pictet Water. Cette nouvelle certification s’ajoute aux Labels obtenus en 2018 pour les fonds Global Environmental Opportunities, Timber, Clean Energy, Emerging Markets Sustainable Equities et European Sustainable Equities.

Six thèmes d'analyse

Créé et soutenu par le ministère des Finances, le label Investissement socialement responsable (ISR) vise à donner une meilleure visibilité aux produits ISR pour les épargnants. Les investisseurs — particuliers et professionnels — peuvent ainsi identifier les fonds qui excluent certains secteurs et intègrent des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans leur stratégie d’investissement. Les fonds de Pictet AM ont été audités par l'agence d’Ernst and Young. L’analyse s’est concentrée sur six thèmes :

1) les objectifs généraux des fonds ;

2) la méthode d’analyse et de notation des critères ESG de Pictet AM ;

3) l’intégration des critères ESG dans la construction de portefeuilles ;

4) la politique de promotion des critères ESG ;

5) la transparence de gestion du fonds ;

6) l’évaluation des impacts du fonds sur le développement d’une économie durable.

ESG et performance financière

« La certification de nos fonds s’inscrit naturellement dans notre processus global d’intégration des critères ESG dans l’ensemble de nos stratégies d’investissement. L’enjeu n’est pas seulement la question de la durabilité, mais aussi la performance financière. En prenant en compte les critères ESG, Pictet AM cherche en effet à réduire les risques et augmenter les rendements. L’intégration ESG devient source de performance et de valeur », précise Hervé Thiard, directeur général de Pictet Asset Management à Paris.

Cette démarche répond à un besoin des investisseurs de donner un sens à leurs investissements. Les grands distributeurs proposent des solutions de placements durables, mandats de conseil et mandat de gestion, dont les composants doivent se conformer aux critères ESG. Pictet AM fait figure de pionnier avec le lancement dès 1990 de ses stratégies thématiques qui — comme Water, Timber ou Clean Energy — reposent sur des tendances de transformations économiques, sociétales et environnementales.

Lire (3 min.)

2020 : les investisseurs affichent leur optimisme, d’après une enquête UBS

UBS Global Wealth Management (GWM) — filiale d'UBS, société de services financiers — publie ce vendredi 24 janvier sa nouvelle enquête trimestrielle sur la confiance des investisseurs. Ceux-ci ont une vision plus optimiste en ce début 2020. En effet, le niveau des liquidités décline et les inquiétudes suscitées par la situation politique nationale sont moins prégnantes.

L'enquête a été menée entre le 19 décembre et le 12 janvier derniers, auprès de plus de 4 800 investisseurs dotés d'un patrimoine d’une valeur minimale de 1 million de dollars américains (USD) ou affichant un chiffre d'affaires d'au moins 250 000 USD et employant au moins un salarié autre qu’eux-mêmes sur 19 marchés.

Optimismes régionaux

Selon cette enquête, 67 % des personnes interrogées se disent optimistes quant à l'économie de leur région, contre 61 % lors de celle réalisée trois mois auparavant. 60 % expriment leur optimisme concernant l'économie mondiale, contre 53 % auparavant.

65 % se montrent optimistes à l’égard des marchés boursiers de leur région (contre 56 %). Le niveau des liquidités passe de 27 % des portefeuilles à 25 %. En France, l'allocation en espèces est à un niveau plus bas comparé aux autres régions. Seuls 16 % des portefeuilles français sont en espèces, comparé à 30 % en Asie et 21 % aux États-Unis.

Après les performances de l'an dernier, les investisseurs ont des attentes élevées pour 2020. 94 % prévoient des performances positives et 44 % tablent sur des rendements à deux chiffres. Cette évolution fait suite à une année durant laquelle seules 5 % des personnes interrogées ont enregistré des performances négatives et 53 % des performances à deux chiffres.

Après l'accord commercial

C'est aux États-Unis que la confiance a le plus progressé. 68% des Américains interrogés se déclarent optimistes quant à l'économie de leur propre région, contre 55 % lors de l'enquête précédente. 64% expriment leur optimisme en ce qui concerne les marchés boursiers de leur région, contre 50 % trois mois auparavant.

Les investisseurs asiatiques affichent aussi une plus grande confiance. Ils enregistrent la deuxième meilleure progression.  Ils sont les plus optimistes dans l'ensemble. Plus de 70 % d'entre eux se disent confiants à la fois vis-à-vis de leur propre économie et des marchés boursiers. L'amélioration aux États-Unis et en Asie suit l'apaisement des tensions sino-américaines. Les investisseurs se sont enthousiasmés à l'égard des marchés émergents.

43 % citent la croissance des marchés émergents comme motif d'optimisme pour les marchés actions, ce qui en fait le facteur le plus souvent cité. 42 % citent la politique de leur pays parmi leurs principales préoccupations, contre 47 % lors de l'enquête précédente. Pour autant, 67 % des entrepreneurs anticipent un niveau de tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine au moins identique ces 5 prochaines années.

Quid du portefeuille d'UBS GWM ?

Le moral des investisseurs s'est avéré conforme au positionnement actuel du portefeuille d'UBS GWM. Le Centre des investissements d'UBS GWM opte pour une surpondération des actions en général — et des actions des marchés émergents en particulier — ainsi que pour une surpondération de la Chine parmi les actions des marchés émergents.

« Quasiment tous les investisseurs ont fait état de performances positives de leurs portefeuilles en 2019 et continué d'exprimer de fortes attentes pour 2020. L'optimisme à l'égard de l'économie et du marché boursier continue de grandir, mais les événements géopolitiques pourraient venir le tempérer à tout moment », déclare Paula Polito, vice-président de la division UBS Global Wealth Management.

Ces zones plus optimistes...

Les préoccupations relatives à la politique intérieure restent les plus vives aux États-Unis, où 55 % des personnes interrogées les considèrent comme une question majeure. Néanmoins, l'optimisme des entrepreneurs et des investisseurs s'est nettement amélioré. 75 % des entrepreneurs américains se disent optimistes quant à l'économie de leur région, 37 % d’entre eux ayant l’intention de recruter, contre 31 % il y a trois mois.

En Europe, l'optimisme des investisseurs a également rebondi début 2020. 57 % font preuve d’optimisme vis-à-vis du marché boursier de leur région, contre 50 % lors de l'enquête précédente. La proportion des optimistes sur les perspectives de l'économie régionale passe de 56 % à 58 %, et de 67 % à 72 % pour les entrepreneurs. À l'instar des États-Unis, les Européens placent la politique de leur pays au premier rang de leurs préoccupations (42 %).

Le regain d'optimisme des investisseurs asiatiques se retrouve chez les entrepreneurs. 72 % des entrepreneurs asiatiques se disent optimistes à l'égard de leur région, contre 68 % précédemment. 37 % prévoient d'embaucher, contre 32 % auparavant. Leurs principales préoccupations sont liées à l'inflation : hausse des coûts de la main-d'œuvre et du coût des matériaux. En revanche, pour les investisseurs asiatiques, la principale préoccupation reste le conflit commercial mondial.

...et ces zones plus prudentes

Plus prudente, la majorité des investisseurs suisses (58 %) se montre toutefois optimiste vis-à-vis des marchés locaux (60 % lors de l'enquête précédente). Le pourcentage d'entrepreneurs optimistes sur les perspectives économiques de leur région passe de 54 % à 58 %, même si la part de ceux qui envisagent de recruter est passée de 44 % à 42 %. La principale préoccupation des investisseurs suisses est la hausse des coûts liés à la santé, quand celle des entrepreneurs suisses est la réglementation.

Les investisseurs d'Amérique latine sont plus prudents depuis l'enquête précédente, la situation économique continuant à se dégrader, en particulier en Argentine. 60 % d'entre eux expriment leur optimisme à l'égard des marchés boursiers de leur région, mais ce chiffre est en baisse par rapport aux 64 % enregistrés il y a trois mois. Néanmoins, le pourcentage d'entrepreneurs envisageant de recruter est passé de 31 % à 38 %, ce qui correspond à la moyenne mondiale.

Lire (6 min.)

Marché obligataire : Bpifrance entre sur le marché sterling

Bpifrance — organisme français de financement et de développement des entreprises — annonce avoir réalisé ce jeudi 23 janvier une réalisé le 23 janvier 2020 une émission obligataire de 250 millions de livres sterling de maturité juillet 2022, avec un coupon de 0,75 %. Il s’agit de la première opération de Bpifrance dans cette devise. L'opération répond à une très forte attente des investisseurs, notamment de banques centrales.

La transaction — notée Aa2 par Moody’s et AA par Fitch — a été réalisée par Bpifrance Financement qui bénéficie de la garantie de l’EPIC Bpifrance. NatWest Markets a été mandaté par Bpifrance en tant que chef de file. Cette opération a permis à l'institution d’emprunter sur une maturité courte, une option inaccessible sur le marché euro à cause des taux. Après couverture, l'opération contribue à abaisser le prix moyen du panier de ressources.

Reconnaissance à l'international

La transaction a été très largement sursouscrite. Bpifrance a élargi son panel d’investisseurs internationaux : environ 34 % de la transaction a été placée au Royaume-Uni, 28 % dans les pays nordiques, 24 % au Moyen-Orient et en Afrique et 10 % en Asie. En termes de répartition par type d’investisseur, la signature Bpifrance profite d’une forte base de banques centrales et institutions officielles (42 %) et de gestionnaires d’actifs (31 %).

Ce succès témoigne de la reconnaissance à l’international de la signature Bpifrance. La banque d'investissement publique est parvenue à susciter une demande soutenue sur un marché de niche. Elle a également atteint des niveaux de financement similaires au marché euro. Bpifrance a clôturé son émission à un spread de 39 bps au-dessus du Gilt, ce qui correspond à un spread de 26,5 bps au-dessus du rendement de l’OAT interpolée.

Lire (2 min.)

ESG : dans quelle mesure la tendance peut-elle durer ?

Petra Pflaum
La finance verte et le développement durable occupent une place de plus en plus importante dans l'univers de la gestion de patrimoine. L'ESG est-il seulement un phénomène à la mode ou est-il capable de convaincre à long terme ? Petra Pflaum, Co-responsable des actions EMEA & CIO pour l'Investissement Responsable chez DWS, partage son analyse.
Lire (3 min.)

Léa Dunand-Chatellet - DNCA Finance : « L'année 2020 va être très chargée en régulation » de l'ISR

Green Deal européen, enjeux sociaux... DNCA Finance poursuit le développement de sa gestion mixte ISR, notamment en mettant l'intelligence artificielle (IA) au service du reporting d'impact des entreprises. Comment adapter son stock picking aux évolutions réglementaires en 2020 ?
Voir (<3 min.)