Accès au crédit : Deloitte et Innovative Assessments améliorent leur outil de crédit scoring

Brightman Almagor Zohar & Co — cabinet membre de Deloitte — et Innovative Assessments International annoncent ce mardi 26 mars la conclusion d'un partenariat pour permettre aux banques d’accorder des prêts de manière fiable à un public qui a traditionnellement moins accès au crédit.

Dans ce cadre, la France sera un des premiers pays à proposer une utilisation de leur outil Worthy Credit. Mis en place par Innovative Assessments, il permet aux banques d’évaluer la solvabilité d'un client en s'appuyant sur des techniques de psychométries.

Un outil à déployer en Europe et en Afrique

« Worthy Credit a un fort potentiel en Europe et en Afrique, en tant que technologie efficace et innovante au service des clients qui ont un accès plus restreint au crédit, et plus largement pour apporter de nouvelles informations pour l’optimisation des processus crédits, tels que la gestion des NPL ou la restructuration des créances » déclare Hervé Phaure, Associé Risk Advisory chez Deloitte en charge de l’activité Crédit Risk.

Lire (1 min.)

L’UBP lance une nouvelle stratégie de crédit « long/short »

L’Union Bancaire Privée — UBP SA (« UBP ») basée en Suisse — annonce ce lundi 18 mars le lancement d’une nouvelle stratégie sur sa plateforme alternative UCITS, baptisée U Access (IRL) GCA Credit Long/Short UCITS. Ce fonds de crédit « long/short » est lancé en partenariat avec Global Credit Advisers (« GCA »), société de gestion alternative basée à New York. La société GCA assurera la gestion du nouveau fonds, notamment grâce à l'expertise de son CIO et Cofondateur, Steven Hornstein.

Steven Hornstein dispose d'une solide expertise en crédit corporate « long/short » sur le segment alternatif. Il a travaillé plus de 18 ans dans ce domaine chez Donaldson, Lufkin & Jenrette Inc. (DLJ). Il a aussi exercé l'activité de gérant de portefeuille auprès de deux hedge funds, avant de lancer la société GCA en 2008.

Base de données et analystes expérimentés

Le nouveau fonds UCITS repose sur une stratégie de crédit corporate « long/short » gérée activement, et centrée principalement sur les obligations « investment-grade » et « high yield », ainsi que sur la dette « distressed ». La stratégie suit un processus de recherche fondamentale, qui s’appuie sur une base de données établie sur plusieurs décennies, mais aussi sur une équipe d’analystes très expérimentés en matière de crédit corporate.

« Selon nous, à ce stade du cycle, il existe de nombreuses opportunités pour une stratégie de crédit long/short », déclare Nicolas Faller, Co-CEO de la division Asset Management de l’UBP. Steven Hornstein ajoute « nous avons, ces dix dernières années, démontré notre capacité à gérer avec succès notre stratégie de crédit long/short ». De quoi étendre l'offre avec un format UCITS, tout en étoffant la gamme de produits de l’UBP.

Lire (2 min.)

Axiom AI lance un fonds crédit non-directionnel avec un objectif de rendement à deux chiffres

Axiom Alternative Investments, société de gestion basée à Paris et à Londres qui gère 1,2 milliard d’euros, annonce ce jeudi 21 février le lancement de son nouveau fonds. Axiom Credit Opportunity vise un rendement net annuel de 12% et un ratio de Sharpe supérieur à 2. Ce fonds non-directionnel sera investi dans des dérivés de crédit, un marché de 8 400 milliards de dollars (Source : BRI).

Laurent Henrio devient gérant du fonds Axiom Credit Opportunity

La stratégie sera axée sur deux sources d’opportunités : capturer la valeur des anomalies structurelles de prix sur le marché de dérivés de crédit, et capturer l’opportunité issue de la réglementation en vigueur, qui oblige les banques à céder des risques pour améliorer leur retour sur fonds propres. Axiom Credit Opportunity vise à générer des rendements stables, non corrélés aux classes d'actifs traditionnelles. Le fonds se concentre sur les marchés crédit Investment Grade et High Yield en Europe et en Amérique du Nord. La stratégie vise à maintenir un profil neutre au marché tout en intégrant des couvertures pour résister à des scénarios extrêmes.

La gestion d'Axiom Credit Opportunity est confiée à Laurent Henrio, ancien responsable mondial du trading de crédit à la Société Générale, qui a rejoint Axiom en septembre 2018. Avec ses 16 ans d’expérience en structuration et pricing de dérivés de crédit chez JP Morgan puis chez Société Générale, Laurent Henrio est un expert des dérivés de crédit en Europe. Il sera épaulé par Adrian Paturle, gérant de portefeuille chez Axiom depuis sa création, qui compte plus de 20 ans d'expérience dans la gestion de fonds crédit.

De nombreuses opportunités grâce aux exigences règlementaires

Axiom dispose d’un cadre opérationnel complet, avec réseau de contreparties capable d’offrir aux investisseurs un accès à des stratégies dont les barrières à l’entrée sont importantes. « Diversifier la gamme de nos fonds existants avec Axiom Credit Opportunity nous permet d’étoffer le spectre des solutions d'investissement non-directionnelles et peu corrélées aux classes d’actifs traditionnelles. De plus, c’est l’opportunité de renouer avec notre base d’investisseurs historique à la recherche de rendements à deux chiffres », explique David Benamou, Associé-Gérant d’Axiom AI.

« Nous sommes très satisfaits du très bon démarrage du fonds, tant en termes de performance qu’en termes de progression des encours. Il s’agit d’une proposition unique sur un marché en croissance, qui offre de nombreuses opportunités grâce notamment aux exigences réglementaires qui pèsent sur les banques. Nous y voyons une source de valeur qui offre de la diversité et de la décorrélation par rapport aux classes d’actifs traditionnelles », explique Laurent Henrio, Gérant du fonds Axiom Credit Opportunity.

Lire (3 min.)

ISR : BNP Paribas AM lance un ETF socialement responsable sur le crédit

BNP Paribas Asset Management (« BNP Paribas AM ») annonce ce mardi 19 février le lancement d’un fonds négocié en bourse (ETF) socialement responsable sur le crédit. Ce tracker réplique l’indice Bloomberg Barclays MSCI Euro Corporate SRI Sustainable Reduced Fossil Fuel Index.

Ce fonds porte le nom ETF BNP Paribas Easy € Corp Bond SRI Fossil Free UCITS ETF. Il permet aux investisseurs de s’exposer à environ 400 obligations d’entreprises de qualité « Investment Grade » avec un impact carbone réduit . Toutes sont libellées en euro et sélectionnées selon des critères ESG.

Renforcer la thématique ESG en gestion indicielle

Le lancement de ce nouvel ETF vient étoffer l’offre de la gamme BNP Paribas Easy. Il prend place dans une stratégie de développement destinée à renforcer les solutions indicielles, sur les indices ISR et sur les indices obligataires en 2019.

« Ce lancement s’inscrit dans une double démarche de développement (...) En gestion indicielle, nous gérions 1,9 milliard d’euros sur la thématique ESG à fin décembre 2018 », explique Isabelle Bourcier, Responsable des gestions Quantitative & Indicielle de BNP Paribas AM.

Une exposition réduite aux secteurs les plus carbonifères

L’indice Bloomberg Barclays MSCI Euro Corporate SRI Sustainable Reduced Fossil Fuel Index intègre les titres de créances des émetteurs les mieux notés (« Investment Grade ») présentant une notation MSCI ESG supérieure à BBB, selon le principe de sélection « best in class».

Il exclut les sociétés qui ne respectent pas les principes du UN Global Compact. Ces entreprises sont impliquées dans les secteurs tels que l’alcool, le jeu, la pornographie, le tabac, le nucléaire, les OGM, les armes. Cet indice offre en outre une exposition réduite aux sociétés des secteurs les plus carbonifères, à savoir les énergies fossiles.

Lire (2 min.)

Loi PACTE : le Conseil constitutionnel donne sa validation

Bruno Le Maire — Ministre de l'Économie et des Finances — s'est félicité ce jeudi 16 mai de la décision du Conseil constitutionnel, qui a confirmé la conformité à la Constitution de la loi pour la croissance et la transformation des entreprises. La loi PACTE sera promulguée d’ici au 24 mai 2019. En revanche, le Conseil constitutionnel a censuré certaines dispositions qui n’avaient pas leur place dans la loi PACTE au regard des règles d’amendements de l’article 45 de la Constitution.

Le Conseil constitutionnel a validé le délai de 5 ans accordé aux PME pour se mettre en conformité avec les nouvelles obligations, résultant du franchissement d’un seuil d’effectif. Cette mesure doit faciliter la croissance des PME françaises. Le Conseil constitutionnel a également validé la privatisation de la société Aéroports de Paris et celle de la Française des Jeux. Ces décisions confirment les analyses juridiques du Gouvernement.

Les changements portés par la loi PACTE

Bruno Le Maire déclare : « La loi PACTE est une nouvelle étape dans la transformation économique du pays. Elle met en œuvre les orientations du président de la République en faveur de la croissance, de l’innovation et d’un plus juste partage de la valeur ». La loi PACTE ouvre une nouvelle étape dans la transformation économique du pays :

  • le financement des entreprises et le développement des innovations sont renforcés par le développement d’outils de financement en fonds propres et de long terme, la réforme de l’épargne-retraite, par la création du fonds pour l’innovation et l’industrie et par une réforme d’ampleur du cadre de la propriété intellectuelle ;
  • la place des entreprises dans la société est repensée, par la modification du Code civil, une meilleure association des salariés à la vie et à la réussite de l’entreprise et une refondation du rôle de l’Etat actionnaire.
Lire (2 min.)

Les A-Notations, par Anacofi Services : Urban Premium

Les A-Notations, par Anacofi Services : Urban Premium
Source : Anacofi Services

URBAN PREMIUM est une société de gestion agréée par l’AMF en 2010. Elle est spécialisée dans « l’immobilier ancien, résidentiel et commercial de centre-ville ». La société a été agréée pour la gestion de FIA (soumis partiellement à la directive AIFM).

Elle est également habilitée pour la gestion de mandats ainsi que pour le conseil en investissement immobilier (grille d’agrément AMF). Elle a créé un agent lié — URBAN Investissement — pour la commercialisation de son offre.

Cette offre est constituée de SCPI de défiscalisation : Pinel, déficit foncier, Malraux. En 2017, la société d’investissement Bridgepoint a pris une part majoritaire au capital de cette SAS.

Les principales données bilancielles (source Infogreffe) attestent d’une progression de la société sur la période 2015-2017. L’équipe commerciale, composée de 3 collaborateurs est en charge du développement et de la relation partenaires.

Lire (1 min.)

Taux immobiliers : la stabilité prévaut

En ce début d'année, les taux des crédits immobiliers aux particuliers affichés par les banques restent stables, en dehors de quelques rares mouvements : des baisses de 0,10% dans certains établissements et de très légères hausses dans quelques caisses régionales (+0,05%). Les taux se situent donc toujours à environ 1,40% sur 15 ans, 1,60% sur 20 ans et 1,80% sur 25 ans. Il s'agit des taux moyens et les meilleurs dossiers restent largement sous la barre des 1,50%.
Lire (1 min.)

Construction de logements : léger fléchissement

La Chambre Nationale des Conseils-Experts en Immobilier Patrimonial analyse les résultats de l'Observatoire de la Statistique Publique sur de la construction de logements et du secteur de l'immobilier en France.
Lire (2 min.)

Crédit à la consommation : toujours en hausse

Philippe Crevel
Avant les évènements des « gilets jaunes », les Français recouraient de plus en plus au crédit à la consommation. À la fin septembre, leur croissance annuelle était de +5,9 % comme en juin 2018.
Lire (1 min.)

L’emprunteur francilien : qui sont les accédants d’Ile-de-France ?

Quel est le profil de l'emprunteur francilien ? Le Crédit Agricole d'Ile-France dévoile les résultats d'une enquête basée sur 11 000 prêts accordés au 1er semestre 2018.
Lire (1 min.)

Business Angels : Audencia et Sowefund lancent une académie de formation

Bien investir n’est pas inné, et dans ce domaine, apprendre de ses erreurs peut coûter cher. Audencia Business School et la plateforme d’investissement Sowefund — spécialiste des startups françaises — annoncent ce jeudi 16 mai la création de l’Académie des Business Angels. La première formation professionnelle dédiée à cette thématique aura lieu les 28 et 29 juin 2019. Le programme « Business Angels : Les fondamentaux ? » vise à transformer ses élèves en Business Angels avertis.

Le programme sera piloté par Benjamin Le Pendeven, co-directeur de la Chaire et professeur en financement de l’innovation et entrepreneuriat, avec l’intervention de Benjamin Wattinne, co-fondateur et Directeur Général de Sowefund. Des témoignages d’avocats et de différents professionnels du secteur agrémenteront également la formation, qui sera déclinée en plusieurs modules.

Apprendre à investir en capital dans des startups

Un Business Angel est un particulier qui soutient financièrement les jeunes entreprises, souvent par passion, mais aussi dans l’espoir de réaliser des plus-values conséquentes en repérant les futures pépites dès leur naissance. La formation « Business Angels : Les fondamentaux ? » permet de comprendre l’écosystème du financement de l’innovation et de développer les compétences nécessaire pour investir en capital dans les startups.

Au sein de la chaire « Finance pour l’innovation » créée en avril 2018 par Audencia — dont Sowefund est partenaire — cette formation permettra d’aborder les éléments fondamentaux de l’activité de Business Angel, de l’analyse à l’aspect juridique jusqu’au suivi de l’investissement, avec un contenu au plus près des acteurs du terrain, en capitalisant sur le savoir-faire et l’expérience académique et pratique des différents intervenants.

Lire (2 min.)

Blockchain : la finance confirme son intérêt pour les « security tokens »

L’Association Française de la Gestion Financière (AFG), l’Association française des marchés financiers (AMAFI), l’Association française des sociétés de placement immobilier (ASPIM) et la French Digital Asset Association (FD2A), publient ce jeudi 16 mai un rapport sur les « security tokens » (en anglais) c'est-à-dire en français les « jetons financiers assimilables à des instruments financiers ». Ce rapport synthétise les retours à un questionnaire diffusé en février 2019 en partenariat avec Gide 255, PwC, ConsenSys et Woorton.

Objectif, mesurer l’appétence du marché pour ce type d’actifs numériques et évaluer les attentes des professionnels. Plus de dix ans après la création de la première blockchain (Bitcoin), le recours à ce type de protocole informatique continue de faire naître de nouvelles applications. Le domaine bancaire et financier n’y fait pas exception. Parmi les cas d’usage, le recours à des « security tokens » est de plus en plus évoqué.

Un besoin de clarifier la réglementation applicable

Le rapport publié s'appuie sur un volume significatif de réponses obtenues au questionnaire diffusé (148 réponses reçues). Elles proviennent d'acteurs spécialisés dans la blockchain, ou bien issus de secteurs multiples, dont le domaine bancaire et financier traditionnel. Elles confirment l'intérêt des professionnels de la finance pour développer des activités variées autour des jetons financiers, dont l'émission de titres et la fourniture de services.

Dans le détail, 96 répondants affirment leur intérêt pour les « security tokens ». Le recours aux « security tokens » fait encore face à différents enjeux. En particulier, des clarifications sur les exigences réglementaires et juridiques applicables et leurs mises en œuvre sont jugées nécessaires pour 82 % des répondants à cette question. Les répondants confirment ainsi l'intuition à l'origine de cette initiative, et le besoin de poursuivre les travaux initiés récemment en la matière au niveau européen.

Régulateurs et marchés se penchent sur la question

Les régulateurs prudentiels et des marchés financiers s’intéressent d'ailleurs de près à cette question. L'Union européenne et certains de ses États membres semblent même vouloir se positionner sur ce terrain porteur et construire les bases juridiques nécessaires à son développement. Il était donc essentiel d’interroger les parties prenantes du marché sur les « security tokens », les opportunités qu’ils offrent, ainsi que les limites à leur développement.

Lire (4 min.)

Prélèvement à la source : quelle incidence sur vos métiers ? AFIL, Euclide & Anacofi

Le Prélèvement à la source entrera en vigueur au 1er janvier 2019. Cette réforme est-elle redoutée par les conseillers ? Qu'implique t-elle dans les métiers de l'immobilier locatif, du crédit, du conseil financier et patrimonial ?
Voir (<4 min.)

La hausse des prix de l’immobilier marque le pas

La hausse de prix est bien réelle mais faiblit dans la plupart des métropoles françaises, selon le baromètre de l'ancien publié par PAP, le leader de la transaction de Particulier à Particulier.
Lire (1 min.)