Gras Savoye Nord nomme un nouveau Directeur IARD

Dans le cadre de son développement en France, Gras Savoye Willis Towers Watson renforce sa présence en région. Le courtier en assurances, créé à Lille en 1907, annonce ce jeudi 28 février la nomination d'un nouveau Directeur IARD chez Gras Savoye Nord.

Premier réseau de courtage d’assurance en région, Gras Savoye traite toute la chaîne des risques : le conseil, la négociation des contrats avec les assureurs, la gestion des contrats et des sinistres.

Focus sur le parcours d'Arnauld Dujardin

Diplômé de l’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA), Arnauld Dujardin (52 ans) succède à Gauthier Desrousseaux au poste de Directeur IARD de Gras Savoye Nord. Depuis 2015 à son arrivée dans l'entreprise, Arnauld Dujardin occupait le poste de Directeur Commercial de Gras Savoye Ile de France Centre.

Au cours de sa carrière, Arnauld Dujardin a connu plusieurs expériences de management commercial IARD ETI et Grands Comptes chez Marsh. Il a également occupé un poste de directeur Général chez April Entreprise Paris.

Lire (1 min.)

APRIL en négociations pour entrer au capital de La Centrale de Financement

La Centrale de Financement a été créée en 2013 par Sylvain Lefevre et Philippe Girou avec le support d’Artémis, société d’investissement de la famille Pinault. Dans le cadre de ce changement de partenaire, les dirigeants de La Centrale de Financement souhaitent renforcer leur participation au capital, en passant de 38 % à 44 %, tout en ouvrant 2 % du capital à son réseau. Après l’opération, APRIL disposera de 54 % du capital. Ce partenariat industriel avec APRIL permettra de réaliser des synergies fortes sur le marché du crédit immobilier et de son écosystème.

La conclusion de cette opération est subordonnée à la consultation préalable des instances représentatives du personnel de La Centrale de Financement, ainsi qu’aux approbations légales, réglementaires, juridiques et financières usuelles. Sous ces réserves, sa finalisation est attendue d’ici la fin du mois de septembre 2018.
Lire (1 min.)

L’Orias veut se faire connaître du grand public

Face à l’absence de notoriété autour du numéro Orias, encore trop peu identifié par les particuliers, consommateurs de produits en assurance, banque et finance distribués par des intermédiaires, l’Orias et l’ensemble des membres de son Conseil d’administration ont confié à l’agence Ellen Coopers sa campagne de communication grand public, afin d’expliciter le numéro Orias. L’Orias, dans le cadre de ses missions de tenue et de mise à jour du registre unique, publie sur son site internet, www.orias.fr, des informations relatives aux immatriculations des intermédiaires en assurance, banque et finance. Cela concerne notamment les courtiers, agents généraux d’assurance – intermédiaires en crédit mais aussi les conseillers en investissement financier ou encore les plateformes de financement participatif. Chaque fiche d’intermédiaire comporte une série d’éléments permettant d’identifier ces intermédiaires telles que le numéro d’immatriculation, l’adresse professionnelle, le numéro Siren. Toutefois, malgré l’obligation de faire figurer ce numéro sur les différents supports de communication ou contractuels des intermédiaires, il reste encore trop peu identifié à ce jour. La campagne de communication, au travers de son slogan « Nous ne sommes pas qu’un numéro », permettra de rappeler à la fois la vocation même de l’ORIAS, mais aussi ce que représente ce numéro, chaque intermédiaire - en assurance, banque ou finance - disposant de son propre numéro. Sa stratégie de communication s’inscrivant dans une perspective de développement de la notoriété et de l’optimisation de son image, l’Orias a procédé également à une refonte de son identité visuelle en changeant le logo et en mettant, à disposition des intermédiaires régulièrement immatriculés, un badge numérique personnalisé de leur numéro Orias. Cette campagne presse et digitale s’articulera en deux temps : l’une débutant fin mars et jusqu’à fin avril 2018 et la seconde de fin août à octobre 2018, sur une presse essentiellement économique et financière et la presse patrimoniale. Dans ce cadre, l’Orias enrichira peu à peu son site internet de contenus pédagogiques sur des sujets d’intermédiation en partenariat avec la FBF (Fédération Bancaire Française) et l’IEFP (Institut pour l’Éducation Financière du Public) notamment. 1er axe de communication mis en avant : le rôle de l’Orias et les modalités d’attribution de ce « fameux » numéro.
Lire (2 min.)

Le courtier DB assurances rachète Gilbert Grossat Assurances

GGA, le cabinet de courtage en assurances de Trévoux assure, depuis sa création, principalement des PME et professionnels régionaux, dont un grand nombre d'entreprises et d'artisans du secteur du BTP et de la construction, ainsi que des chefs d'entreprise ou dirigeants. A l'approche de la retraite, Gilbert Grossat a choisi de vendre sa société à Pierre-Henri Boumendil, également courtier en assurances au sein de la société DB assurances qu'il a créée en 2006. Les deux cabinets s'adressent à une même typologie de clientèle et proposent à la fois des assurances couvrant les risques d'entreprises et les personnes (protection sociale, prévoyance). Les équipes en place restent inchangées, aussi bien sur le site d'Ecully que sur celui de Trévoux.

« Le rachat de GGA par DB assurances s'inscrit dans le cadre d'une stratégie de croissance visant à atteindre une taille critique qui devient indispensable dans le courtage d'assurances, explique Pierre-Henri Boumendil, gérant de DB assurances et nouveau dirigeant de GGA depuis quelques semaines. Grâce à l'alliance de nos deux cabinets, nous devenons un acteur significatif dans la région lyonnaise, aussi bien auprès de la clientèle des PME que des assureurs. Cette union de moyens et de ressources nous permet de développer notre niveau de compétences, d'élargir notre présence commerciale et de pérenniser un modèle économique durable et stable, dédié à la satisfaction de l'ensemble de nos clients, ce qui reste notre priorité, tout en s'adaptant aux nouvelles exigences réglementaires et technologiques de notre métier ».

 
Lire (1 min.)

La Française et Finaveo Partenaires finalisent la cession de CD Partenaires

Le Groupe La Française et Finaveo Partenaires — qui réunit conjointement Apicil Prévoyance, OFI Advisers et Groupe Crystal — annoncent ce lundi 18 mars être entrés en discussions exclusives en vue de la cession de CD Partenaires. La plateforme patrimoniale en architecture ouverte — qui propose une large gamme de produits et de services financiers — représente un total d’encours d’environ 2,8 milliards d’euros.

CD Partenaires est issue du rapprochement de Cholet Dupont Partenaires et d’UFG Courtage. Sa vente à Finaveo Partenaires reste soumise à la réalisation de certaines conditions et au respect de procédures d’information et de consultation des salariés. EY Corporate Finance est intervenu comme conseil du Groupe La Française dans le cadre de la transaction.

Accélérer le développement de CD Partenaires

« Avec Finaveo Partenaires, dont nous connaissons très bien la direction et les actionnaires, nous avons trouvé le partenaire qui va permettre l’accélération des développements de la plateforme CD Partenaires », précise Patrick Rivière, Directeur Général du Groupe La Française.

« Cette opération confortera davantage encore la position d’acteur de référence de Finaveo Partenaires sur le marché des services aux professionnels du conseil en investissement, avec un volume d’environ 5 milliards d’euros administrés », ajoute Bruno Narchal, Président du Groupe Crystal.

Lire (2 min.)

L’UBP lance une nouvelle stratégie de crédit « long/short »

L’Union Bancaire Privée — UBP SA (« UBP ») basée en Suisse — annonce ce lundi 18 mars le lancement d’une nouvelle stratégie sur sa plateforme alternative UCITS, baptisée U Access (IRL) GCA Credit Long/Short UCITS. Ce fonds de crédit « long/short » est lancé en partenariat avec Global Credit Advisers (« GCA »), société de gestion alternative basée à New York. La société GCA assurera la gestion du nouveau fonds, notamment grâce à l'expertise de son CIO et Cofondateur, Steven Hornstein.

Steven Hornstein dispose d'une solide expertise en crédit corporate « long/short » sur le segment alternatif. Il a travaillé plus de 18 ans dans ce domaine chez Donaldson, Lufkin & Jenrette Inc. (DLJ). Il a aussi exercé l'activité de gérant de portefeuille auprès de deux hedge funds, avant de lancer la société GCA en 2008.

Base de données et analystes expérimentés

Le nouveau fonds UCITS repose sur une stratégie de crédit corporate « long/short » gérée activement, et centrée principalement sur les obligations « investment-grade » et « high yield », ainsi que sur la dette « distressed ». La stratégie suit un processus de recherche fondamentale, qui s’appuie sur une base de données établie sur plusieurs décennies, mais aussi sur une équipe d’analystes très expérimentés en matière de crédit corporate.

« Selon nous, à ce stade du cycle, il existe de nombreuses opportunités pour une stratégie de crédit long/short », déclare Nicolas Faller, Co-CEO de la division Asset Management de l’UBP. Steven Hornstein ajoute « nous avons, ces dix dernières années, démontré notre capacité à gérer avec succès notre stratégie de crédit long/short ». De quoi étendre l'offre avec un format UCITS, tout en étoffant la gamme de produits de l’UBP.

Lire (2 min.)

Courtier 3.0 : comment trouver sa place parmi les comparateurs d’assurance en ligne ?

Raimi Adet
Au cours des dernières années, la digitalisation du marché de l'assurance s'est accélérée avec l'arrivée de nombreux comparateurs de prix en ligne. Plus de rapidité et d'accessibilité aux offres des assureurs ont permis aux clients finaux de se faire leur propre opinion sur le contrat qui leur conviendrait le mieux. Le rôle du courtier en assurance dans le processus de contractualisation a fortement été impacté par cette nouvelle tendance. On parle désormais du courtier 3.0. Qui est-il vraiment ? Quel rôle a-t-il aujourd'hui ?
Lire (2 min.)

Le Groupe ASSU 2000 fait l’acquisition du courtier en crédit Vousfinancer

Le Groupe ASSU 2000 annonce l’acquisition de la société Vousfinancer.  "Pouvoir nous appuyer sur un grand groupe comme le Groupe ASSU 2000 va être un véritable vecteur de développement pour Vousfinancer.", analyse Jérôme Robin, président fondateur de VousfinancerLa société d’origine grenobloise ambitionne ainsi de réaliser une production de 3 milliards d’euros de crédit en 2017, en hausse de 50 % par rapport à 2016 avec une croissance du chiffre d’affaires dans la même lignée. En reprenant Vousfinancer, le Groupe ASSU 2000 consolide son pôle crédit immobilier déjà constitué par le réseau AB Courtage depuis octobre 2014. En 2015, le Groupe ASSU 2000 a fait l’acquisition de CFC puis BC finance en 2016 pour constituer aujourd’hui le 2e acteur leader du courtage en regroupement de crédits avec 400 indépendants et 190 salariés sur 22 sites en France. La stratégie du Groupe ASSU 2000 est donc la diversification de l’offre de services financiers via des opérations de croissance externe avec l’acquisition de spécialistes permettant une distribution multi-canal, aussi bien via des réseaux de salariés, d’indépendants que des grossistes pour la partie BtoB. « Notre objectif est de prendre une place de leader sur le marché du crédit immobilier et du regroupement de crédits en poursuivant l’élargissement de l’offre pour apporter l’ensemble des services financiers aux particuliers. Nous ambitionnons d’égaler notre activité historique de courtage d'assurances », conclut Jacques Bouthier.
Lire (1 min.)

Premières assises du courtage d’assurance

Parce que la profession du courtage d'assurance est nombreuse et constitue un maillon essentiel de la chaîne de distribution et de conseil, elle doit démontrer sa capacité à s'adapter à un environnement ultra règlementé où les nouvelles technologies sont déjà omniprésentes. Le thème choisi pour cette première édition des Assises du courtage d'assurance est : « Réconcilier le digital et les réseaux physiques dans un environnement règlementé ». Les grands assureurs de la place, les intermédiaires du terrain et les représentants des institutions seront présents ce jour-là pour échanger sur ces problématiques.

Accessible gratuitement aux courtiers, cet après-midi de réflexion se clôturera par une conférence d'Idriss  Aberkane sur « Le fonctionnement du cerveau d'un courtier d'assurance » et  une soirée de gala dans la nef du prestigieux Palais Brongniart.

Lire (1 min.)

Les prospects qualifiés géo-localisés, par Novélia

Avec son nouveau service « e.Leads by Novélia » lancé le 9 mai,  le courtier grossiste en assurance Novélia met à disposition de ses partenaires des contacts de prospects très qualifiés, depuis la plateforme de comparaison en assurance dommage MerciHenri.com (anciennement LeComparateurAssurance.com).

Dans un premier temps, l’offre mise à disposition est le produit auto du particulier e.NOV AUTO®. Les internautes vont simuler leur tarif, choisir l’offre qui leur convient et se voir proposer le partenaire Novélia le plus proche de leur lieu de domicile. Le partenaire Novélia est informé automatiquement de la demande de mise en relation et le devis est créé sur l’extranet Novélia. La prise de contact avec le prospect peut se faire immédiatement pour souscrire le contrat.

« Ce nouveau service s’inscrit dans la stratégie de recherche d’innovation et de valeur ajoutée que Novélia propose à ses partenaires. Nous partons d’une réalité économique, le poids croissant d’internet dans la souscription d’assurance, qui peut être perçu comme une menace pour nos partenaires courtiers et agents afin de la transformer en opportunité de business. Pour offrir ce service à nos partenaires, nous avons capitalisé sur la qualité reconnue de nos produits, et en premier lieu le contrat e.NOV AUTO®, mais également sur nos capacités d’innovation technique et informatique. Le process doit être le plus fluide possible tant pour le prospect que pour notre partenaire, nous nous positionnons comme un facilitateur de développement », explique Lionel Bouquet, Directeur Général de Novélia.

« Le partenariat porte sur l’assurance automobile, marché sur lequel nous avons de fortes perspectives de croissance, notamment via la Loi Hamon. Il s’agit par ailleurs du premier partenariat auto via un courtier grossiste de référence sur notre comparateur web-to- store, différenciation majeure de MerciHenri.com sur le marché français de la comparaison. Avec Novélia, nous démontrons que les courtiers de proximité et les grossistes ont désormais la possibilité de coexister sur un comparateur d’assurance dans le parfait respect de leur modèle de collaboration historique », indique Christophe Triquet, Directeur Général de MerciHenri.com.

Novélia devient ainsi le 1 er courtier grossiste à proposer à ses partenaires un service de mise en relation de prospects qualifiés clé en main avec affichage des offres sur l’un des comparateurs leader du marché.

Lire (2 min.)

Ardian accompagne Eloquant dans sa croissance en France et à l’international

Ardian — acteur mondial de l’investissement privé — annonce ce lundi 18 mars avoir pris une participation minoritaire au capital d’Eloquant — éditeur de logiciels en mode SaaS et spécialiste en gestion de la relation client multicanale — dans le cadre d'une opération d’OBO aux côtés de ses investisseurs historiques et du management.

Vers une stratégie de croissance externe active

Créée en 2001 à Grenoble, Eloquant compte dans son portefeuille client des ETI et des grands groupes avec une activité BtoB ou BtoC. L’opération vise à soutenir la dynamique commerciale de la société. Objectif, poursuivre une stratégie de croissance externe active en France et à l’international. « Nous avons entamé un nouveau cycle de croissance fondée sur notre capacité d’innovation et la réalisation de croissances externes ciblées », précise Laurent Duc, PDG d’Eloquant.

Romain Chiudini, Chef de projet chez Ardian Growth, ajoute : « Eloquant a prouvé la pertinence et la valeur de son offre sur le marché français avec l’ambition de s’imposer à l’international. C’est le bon moment pour Ardian Growth de rejoindre l’équipe entrepreneuriale pour accélérer la croissance, en particulier avec des acquisitions en Europe. »

Lire (1 min.)

Critères ESG : les PRI et le CFA Institute analysent les meilleures pratiques

Le CFA Institute et les Principes pour l’Investissement Responsable (PRI) publient ce lundi 18 mars leur 3e rapport sur l’intégration des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans le monde. Plus d'une vingtaine d'ateliers ont été organisés à travers le monde, et 1 100 professionnels de la finance interrogés. L'enquête s’appuie aussi sur de précédents travaux, publiés en septembre 2018.

Le nouveau rapport — « ESG Integration in Europe, the Middle East and Africa : Markets, Practices and Data » (en anglais) — se penche sur la région Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA) et analyse notamment 8 grands marchés. Parmi eux figurent l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni, l’Afrique du Sud et les pays du Golfe. Le 4e et dernier rapport de cette série, couvrant la région Asie-Pacifique, sera publié dans le courant de l’année 2019.

Quelles conclusions tirer de ce nouveau rapport ?

  • Il n’existe pas de « solution miracle » ni de pratiques uniformes permettant et facilitant l’intégration des critères ESG.
  • Les investisseurs devraient se concentrer davantage sur l’analyse plutôt que sur l’investissement ESG. L'analyse ESG constitue un élément fondamental de l’analyse des investissements. Elle exige une approche disciplinée et basée sur des données pour être pleinement intégrée dans le processus d’investissement.
  • Bien que les gérants de portefeuille et les analystes intègrent souvent les facteurs ESG dans leur processus d’investissement, ils ajustent rarement leurs modèles en fonction des données ESG.
  • La gestion des risques et la demande des clients constituent les principaux moteurs de l’intégration des critères ESG. En revanche, une faible compréhension des problématiques ESG et l’absence de données ESG comparables restent les principaux freins à cette intégration des critères ESG.
  • La gouvernance est le principal critère ESG que les investisseurs intègrent dans leurs processus, même si les critères environnementaux et sociaux prennent de l’ampleur.
  • L’intégration des critères ESG est beaucoup plus avancée dans l’univers des actions que dans l’univers des obligations.

Focus sur le marché français

Le nouveau rapport consacre une large section à l’intégration des critères ESG sur le marché français. Dans l'Hexagone, la gouvernance d’entreprise reste l’enjeu ESG le plus intégré dans le processus d’investissement, à la fois pour les actions et les obligations. Cependant, les répondants à l'enquête estiment que les facteurs environnementaux devraient dépasser le sujet de gouvernance d’ici à 2022. Selon eux, les sujets environnementaux affecteront principalement les actions et les obligations d’entreprise.

Par ailleurs, comme dans la plupart des autres marchés, la demande des clients et la gestion des risques constituent les principaux moteurs de l’intégration des facteurs ESG. D'après les répondants à l'enquête, les évolutions réglementaires devraient gagner une influence croissante en France, plus que dans les autres marchés.

Servir d'exemple aux investisseurs du monde entier

« La zone EMEA est la région où l’intégration des critères ESG est la plus sophistiquée, de nombreux analystes et investisseurs institutionnels en Europe faisant même figure de pionnier en intégrant ces facteurs ESG depuis de nombreuses années. Nous espérons que ce rapport, ainsi que les autres rapports de la série, pourront offrir des conseils et des lignes directrices aux investisseurs et analystes du monde entier », explique Paul Smith, Président et Directeur général du CFA Institute.

Lire (5 min.)