Raise Investissement entre au capital du Groupe Artemis

Créé en 2009, le groupe Artémis courtage opère dans le secteur du courtage en crédit immobilier, de l’assurance emprunteur et du regroupement de crédits. Fort d'un réseau d’une quarantaine d’agences, qui ont négocié plus de 2,5 milliards d'euros de crédit en 2017, Artémis affiche aujourd’hui un chiffre d’affaires d’environ 40 millions d’euros.

Les 20 millions d’euros investis par RAISE Investissement aux côtés des six co-fondateurs d’Artémis courtage permettront de soutenir le développement du groupe. Ce regroupement permettra notamment l’ouverture de nouvelles agences en propre, l'équipement numérique et la croissance externe.

  Vous aimerez aussi https://lecourrierfinancier.fr/patrimoine/breve/nouvelle-acquisition-institut-patrimoine-10967
Lire (1 min.)

CREDIXIA développe sa franchise

Créée en 1999, CREDIXIA était initialement courtier en crédits immobiliers et a progressivement élargi son offre : assurance emprunteur, rachat de crédit, restructuration de prêts, prêt professionnel, placements, etc.... Entre 2014 et 2017, le chiffre d’affaires de l’entreprise a ainsi progressé de + 130%.

Le réseau de Franchisés CREDIXIA met l’ensemble des outils nécessaires au développement de l’activité et une formation complète à disposition des entrepreneurs, qui bénéficieront également du réseau de banques partenaires.

Lire (<1 min.)

APRIL en négociations pour entrer au capital de La Centrale de Financement

La Centrale de Financement a été créée en 2013 par Sylvain Lefevre et Philippe Girou avec le support d’Artémis, société d’investissement de la famille Pinault. Dans le cadre de ce changement de partenaire, les dirigeants de La Centrale de Financement souhaitent renforcer leur participation au capital, en passant de 38 % à 44 %, tout en ouvrant 2 % du capital à son réseau. Après l’opération, APRIL disposera de 54 % du capital. Ce partenariat industriel avec APRIL permettra de réaliser des synergies fortes sur le marché du crédit immobilier et de son écosystème.

La conclusion de cette opération est subordonnée à la consultation préalable des instances représentatives du personnel de La Centrale de Financement, ainsi qu’aux approbations légales, réglementaires, juridiques et financières usuelles. Sous ces réserves, sa finalisation est attendue d’ici la fin du mois de septembre 2018.
Lire (1 min.)

La formation continue autorisée pour les courtiers en assurance

Dans ce cadre, la CSCA (chambre syndicale des courtiers d’assurances), l’ANACOFI (association nationale des conseils financiers) et PLANETE COURTIER, se félicitent de la décision des pouvoirs publics d’autoriser les courtiers en assurances, au même titre que les autres distributeurs, à dispenser en interne aux salariés concernés les 15h minimum de formation continue prévues par la DDA. Par cette décision majeure pour la profession, les pouvoirs publics confortent durablement le rôle et les missions des courtiers en France en permettant à nos cabinets de développer une formation adaptée aux grands enjeux du marché et d’anticiper les compétences nécessaires aux métiers de demain.
Lire (1 min.)

L’ACPR/AMF lancent une consultation sur les investisseurs vulnérables

Dans un contexte de vieillissement démographique et de mutation digitale du secteur financier, le Pôle commun présente un état des lieux général des pratiques de commercialisation des produits financiers aux personnes âgées : besoins et difficultés éventuelles, mécanismes de protection et usages du marché. Le rapport vise à constituer une première base de réflexion et à ouvrir le débat, par le biais d’un appel à contributions, sur une série de questions-clés.

L’objectif est de trouver, en collaboration avec les consommateurs, les professionnels et les acteurs du vieillissement, les moyens d’identifier les bonnes pratiques de commercialisation à l’égard des personnes vieillissantes et vulnérables, au regard notamment de difficultés cognitives. L’ambition de ces travaux est double : s’assurer qu’un conseil adapté est délivré par les professionnels et qu’un consentement éclairé est donné par cette clientèle lors de la souscription de produits financiers.

L’ACPR et l’AMF invitent toutes les personnes intéressées à envoyer leurs contributions, qui nourriront les réflexions du Pôle commun pour la suite des travaux en 2019.

 
Lire (1 min.)

Janus Henderson lance un fonds sur la thématique des biotechs

Cette SICAV de droit luxembourgeois investira dans des sociétés innovantes du secteur de la biotechnologie, ou des sociétés liées à ce secteur, en ciblant plus particulièrement celles qui apportent une réponse aux importants besoins médicaux non satisfaits à travers le monde. Ce fonds ciblera les sociétés visant un développement de long-terme au sein d’un secteur très innovant et en rapide croissance.

Le nouveau fonds biotech de Janus Henderson sera co-géré par Andy Acker et Dan Lyons qui disposent, à eux deux, de plus de 40 ans d’expérience en matière d’investissement sur le secteur de la biotechnologie. Le fonds sera géré par une équipe d’experts issus du milieu scientifique et bénéficiera du soutien du reste de l’équipe d’investissement spécialisée dans le domaine de la santé de Janus Henderson.

Andy Acker constate : « Le rythme des progrès s’accélère dans l’industrie de la biotechnologie, ce qui signifie que les avancées médicales surviennent beaucoup plus rapidement. La FDA a, depuis le début de l’année, approuvé 55 nouvelles thérapies, établissant ainsi un record historique. Notre processus met l’accent sur les moteurs opérationnels et scientifiques essentiels à l’atténuation des risques et à l’identification des opportunités dont regorge ce secteur dynamique. »

Lire (1 min.)

Suis-je IOB sans le savoir ?

Antoine Pacan
Si Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir, il se peut que certaines professions exercent, de fait et de bonne foi, le métier de courtier à « l'insu de leur plein-grès ».
Lire (3 min.)

Nominations chez Generali France

Arnaud Leboucher devient directeur commercial du courtage IARD Il est rattaché  à Régis Lemarchand, membre du comité exécutif de Generali France. Arnaud Leboucher, a commencé sa carrière en 1997 en tant que souscripteur Financial Lines chez Chubb, avant de devenir Financial Lines and Financial Institutions Manager chez Zurich Global Corporate France puis Client Executive chez Marsh France. Il a ensuite occupé les fonctions de Global Relationship Leader chez Zurich Global Corporate France, puis de Financial Lines Proposition Manager chez Zurich Global Corporate Europe, et enfin de Head of Broker Relationship Management chez Zurich Global Corporate France. Il rejoint Generali en 2014 et y occupe les fonctions de Head of Client & Broker Relationship Management de Global Corporate & Commercial France et responsable de la coordination Grand Courtage de Generali France. Arnaud Leboucher, 45 ans, est titulaire d’un Master 2 Droit des Assurances de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et est diplômé de l’Institut des Assurances de Paris Dauphine. Thierry Rogez devient directeur commercial du courtage Vie Il est rattaché à Sophie Vannier, directrice du marché de la protection sociale des professionnels et petites entreprises. Thierry Rogez a commencé sa carrière dans le Groupe Arpège en 1993. Il rejoint ensuite le Groupe Médéric en 1998 en tant que Délégué régional. En 1999, il devient Inspecteur Assurances collectives aux AGF. En 2006, il rejoint Allianz comme délégué régional Nord et Paris. Enfin, en 2011, il rejoint Generali comme Directeur province de l’inspection collectives courtage et à partir de 2016 en tant que Directeur Paris Ile-de-France de l’inspection collectives grand courtage. Thierry Rogez, 48 ans, est titulaire d’une maîtrise de droit privé de l’Université de Strasbourg III Robert Schuman.
Lire (1 min.)

Le courtier DB assurances rachète Gilbert Grossat Assurances

GGA, le cabinet de courtage en assurances de Trévoux assure, depuis sa création, principalement des PME et professionnels régionaux, dont un grand nombre d'entreprises et d'artisans du secteur du BTP et de la construction, ainsi que des chefs d'entreprise ou dirigeants. A l'approche de la retraite, Gilbert Grossat a choisi de vendre sa société à Pierre-Henri Boumendil, également courtier en assurances au sein de la société DB assurances qu'il a créée en 2006. Les deux cabinets s'adressent à une même typologie de clientèle et proposent à la fois des assurances couvrant les risques d'entreprises et les personnes (protection sociale, prévoyance). Les équipes en place restent inchangées, aussi bien sur le site d'Ecully que sur celui de Trévoux.

« Le rachat de GGA par DB assurances s'inscrit dans le cadre d'une stratégie de croissance visant à atteindre une taille critique qui devient indispensable dans le courtage d'assurances, explique Pierre-Henri Boumendil, gérant de DB assurances et nouveau dirigeant de GGA depuis quelques semaines. Grâce à l'alliance de nos deux cabinets, nous devenons un acteur significatif dans la région lyonnaise, aussi bien auprès de la clientèle des PME que des assureurs. Cette union de moyens et de ressources nous permet de développer notre niveau de compétences, d'élargir notre présence commerciale et de pérenniser un modèle économique durable et stable, dédié à la satisfaction de l'ensemble de nos clients, ce qui reste notre priorité, tout en s'adaptant aux nouvelles exigences réglementaires et technologiques de notre métier ».

 
Lire (1 min.)

Premières assises du courtage d’assurance

Parce que la profession du courtage d'assurance est nombreuse et constitue un maillon essentiel de la chaîne de distribution et de conseil, elle doit démontrer sa capacité à s'adapter à un environnement ultra règlementé où les nouvelles technologies sont déjà omniprésentes. Le thème choisi pour cette première édition des Assises du courtage d'assurance est : « Réconcilier le digital et les réseaux physiques dans un environnement règlementé ». Les grands assureurs de la place, les intermédiaires du terrain et les représentants des institutions seront présents ce jour-là pour échanger sur ces problématiques.

Accessible gratuitement aux courtiers, cet après-midi de réflexion se clôturera par une conférence d'Idriss  Aberkane sur « Le fonctionnement du cerveau d'un courtier d'assurance » et  une soirée de gala dans la nef du prestigieux Palais Brongniart.

Lire (1 min.)

Tikehau IM réalise le premier closing du fonds T2 Energy Transition Fund

Aujourd’hui, pour répondre aux défis du dérèglement climatique, les besoins d’investissement sont estimés par l’Agence Internationale de l’Énergie à 60 000 milliards d’euros pour les deux prochaines décennies. Dans ce contexte, T2 Energy Transition Fund a vocation à soutenir les acteurs européens de la transition énergétique de taille intermédiaire dans leur développement, leur transformation et leur expansion, notamment internationale.

Les investissements du fonds se concentreront sur les entreprises évoluant dans trois secteurs déterminants pour la transition énergétique :

  • La production d’énergies propres : mise en œuvre de solutions pour la diversification du mix énergétique, projets de production d’énergie à partir de ressources non carbonées.
  • La mobilité bas-carbone : développement d’infrastructures visant à accueillir les véhicules électriques, essor d’équipements et de services liés à la mobilité bas carbone et évolutions liées à l’utilisation du gaz naturel dans les transports en remplacement du diesel et du fuel marine.
  • L’amélioration de l’efficacité énergétique, du stockage et de la digitalisation : recherche et mise en œuvre de solutions pour le déploiement et l’optimisation du stockage d’énergie, optimisation de la consommation énergétique des bâtiments et des entreprises.

Un modèle opérationnel différenciant 

Née de la coopération entre Tikehau Investment Management et Total, le fonds T2 Energy Transition Fund a un modèle opérationnel différenciant qui s’appuie sur l’expertise de l’équipe d’investissement de Tikehau Investment Management tout en bénéficiant de l’expertise sectorielle et du réseau international de Total.

Le fonds dispose ainsi de 350M€ à l’issue de ce premier closing. Convaincus par le positionnement du fonds, Bpifrance et Groupama, investisseurs de références, ont souhaité rejoindre dès le premier closing les sponsors : Tikehau Capital et Total.

Lire (2 min.)

Euskal Herria, le premier FCPR de Newfund dédié aux start-up de la région Aquitaine

Newfund NAEH investira entre 150.000 euros et 500.000 euros dans des entreprises en phase de lancement qui réalisent un début de chiffre d’affaires, avec l’objectif d’en faire de futurs champions. Les start-up bénéficieront d’un accompagnement local grâce au soutien du réseau de souscripteurs bien implantés dans le tissu économique de la région. Agathe Descamps, docteur en droit des sociétés, sera la correspondante de Newfund en région.

Ces entreprises seront soutenues par l’équipe Newfund qui, depuis 10 ans, a investi dans plus de 80 start-up. Newfund connaît bien la région pour y avoir investi à plusieurs reprises et pour compter le Conseil Régional parmi ses souscripteurs depuis 2008.

Newfund est également présent aux Etats-Unis dans la Silicon Valley. Il mettra à disposition son savoir-faire en matière de déploiement aux Etats-Unis lorsque c’est pertinent pour les sociétés les plus ambitieuses du portefeuille Newfund NAEH.

De l’investissement subi à l’investissement choisi

Pour les investisseurs, Newfund NAEH est un produit d’un genre nouveau. En effet, la fin de l’Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), et de la niche fiscale qui lui était liée, a libéré un espace d’investissement. Au lieu d’investir dans les anciens « fonds ISF » pour bénéficier de l’avantage fiscal, le souscripteur investit dans Newfund NAEH pour la performance d’un fonds géré de façon professionnelle sans « carotte fiscale » à l’investissement.

Lire (1 min.)

MetLife France : Nouvelles ambitions et troisième Oscar

La branche hexagonale du groupe américain mise sur son réseau de 5000 courtiers et déploie une stratégie de croissance centrée sur les dirigeants d’entreprise :  un positionnement renforcé auprès des CGP et des offres adaptées à cette clientèle (garanties Décès, Invalidité et Arrêt de travail, répondant aux besoins des dirigeants de TPE/PME ainsi qu’à ceux des artisans, commerçants et professions libérales).

MetLife France, qui réalise près de 180 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2015, vient par ailleurs de recevoir, pour la troisième année consécutive, l’Oscar de l’Assurance de Gestion de Fortune. Le jury a récompensé ses deux produits phares : Super Novaterm Crédit et Conjugo TNS.

Lire (1 min.)