Jean-Marie Paluel-Marmont réélu à la présidence de l’AFFO

Le conseil d’administration a réélu à l’unanimité Jean-Marie Paluel-Marmont président de l’AFFO pour un troisième mandat de 3 ans. L’AFFO fédère mono-family offices, multi-family offices indépendants, multi-family offices adossés (banques et sociétés de gestion) et partenaires spécialisés (avocats, fiscalistes, notaires,…) au service des familles entrepreuneuriales.

Composition du nouveau conseil d’administration :

  • Jean-Marie Paluel-Marmont, Président
  • Bernard Camblain, Président d’honneur
  • Thierry Mabille de Poncheville, Vice-président
  • François Mollat du Jourdin, Secrétaire général
  • Christophe Achard, Trésorier
  • Rémi Béguin, Administrateur
  • Myriam Combet, Administrateur
  • Bertrand Savouré, Administrateur
  • Jérôme Barré, Administrateur
  • Claire Goudet, Administrateur
  • Yohann Floc’h, Administrateur
Lire (1 min.)

France Invest élit son nouveau président

À l’issue de son Assemblée générale qui s’est tenue le jeudi 14 juin 2018, le nouveau Conseil d’Administration de France Invest a élu à l’unanimité Dominique Gaillard nouveau Président de France Invest, pour un mandat de deux ans. [caption id="attachment_19434" align="aligncenter" width="339"] Dominique Gaillard, président de France Invest. Photo © Benjamin Boccas[/caption] Actif depuis 28 ans dans le capital-investissement, Dominique Gaillard est Président du Directoire d'Ardian France. Il a rejoint la société à ses tout débuts en 1997 et dirige aujourd’hui les activités Buyout, Expansion, Croissance, Co-Investissement et Infrastructure. Il a été en particulier l’artisan du lancement de l’activité immobilière. Il a supervisé les levées de plus de 35 fonds pour un total de 20 milliards d’euros qui ont financé et accompagné plus de 400 PME et ETI françaises et européennes à des stades de développement divers. Il a intégré Charterhouse France en 1990 qu’il quitté en 1997 comme Membre du Directoire. Il a débuté sa carrière en 1986 chez Péchiney comme Directeur de la R&D, puis Directeur Marketing et Commercial de la filiale Comurhex. Il a été administrateur de France Invest de juin 2011 à juin 2015, et vice-président et membre du bureau de l’association de juin 2013 à juin 2015. Pendant les 4 années de son mandat, il a présidé la Commission Relations Investisseurs où il a contribué à enrichir le dialogue entre gérants et investisseurs institutionnels. Ingénieur de formation, Dominique Gaillard est diplômé de l’École Polytechnique, de l’École Nationale des Ponts et Chaussées, de l’Université de Berkeley (Master of Science) et de l’IAE de Paris (Master en Administration des Entreprises). Dominique Gaillard sera secondé dans sa mission par un nouveau bureau, organe de direction chargé de définir et de veiller à la mise en œuvre des choix stratégiques. Le nouveau bureau est composé de 3 Vice-Présidents et d’un trésorier : Claire Chabrier, Antoine Le Bourgeois, Christophe Karvelis, et de Paul Perpère, Directeur Général. À l’occasion de sa nomination Dominique Gaillard, nouveau Président de France Invest a déclaré : « Alors que le contexte économique et politique français est favorable, je souhaite poursuivre et accélérer les réformes pour faire du capital-investissement l’un des piliers centraux de la croissance de l’économie française. » Au terme de son mandat de deux ans à la présidence de France Invest, Olivier Millet souligne : « Au cours des deux années écoulées, l’AFIC est devenue France Invest. Ce changement de nom témoigne de l’intention du capital-investissement français d’être reconnu à la hauteur de son rôle et de son impact dans l’économie. » Composition du Conseil d’Administration de France Invest à compter de l’Assemblée Générale du 14 juin 2018 :

Président  Dominique Gaillard, Ardian France

Vice-Présidents Claire Chabrier, Amundi Private Equity Funds Christophe Karvelis, Capzanine Antoine Le Bourgeois, Andera Partners

Trésorier  Antoine Le Bourgeois, Andera Partners

Les autres Administrateurs  Marc Brière, Arkéa Capital Renaud du Lac, iXO Private Equity Olivier Golder, Siparex Benoist Grossmann, Idinvest Laurence Mehaignerie, Citizen Capital Agnès Nahum, Access Capital Partners Antoine Papiernik, Sofinnova Partners Frédéric Pescatori, Bridgepoint Alain Rauscher, Antin Infrastructure Partners Jonathan Zafrani, The Carlyle Group

Lire (3 min.)

La CNCIF élit un nouveau bureau

  • Stéphane Fantuz, Président,
  • Pierre-Yves Lagarde et Emmanuelle Gerino, vices-Présidents respectivement chargés du Conseil et des Conseils des Institutionnels,
  • Edmée Chandon-Moët, Trésorière, chargée des Family Office,
  • Bruno Confavreux, Secrétaire général, chargé des réseaux CGP,
Durant cette mandature de 3 ans, la CNCIF qui regroupe à la fois des conseils en gestion de patrimoine et des conseils aux institutionnels souhaite accompagner ces deux grandes familles de professionnels de la finance et renforcer la pleine valeur ajoutée de leurs prestations de conseil au service de l'épargnant et du Chef d'entreprise. Ceci en contribuant à développer leur capacité d'adaptation face aux évolutions réglementaires, afin d'œuvrer en conformité notamment grâce aux formations.
Lire (1 min.)

Eric Pinon prend la présidence de l’AFG

Eric Pinon est élu Président, et Philippe Setbon, vice-Président de l'AFG, l'Association Française de Gestion Financière.
Lire (1 min.)

DNCA Finance renforce ses équipes de gestion

DNCA Finance renforce ses équipes de gestion

DNCA Finance, affilié de Natixis Investment Managers, qui réunit plus de cent vingt personnes au sein de ses trois bureaux à Paris, Luxembourg et Milan, annonce ce vendredi 15 février l'arrivée d'une nouvelle gérante–analyste dans son équipe de gestion. Dans le cadre de ses fonctions, cette nouvelle recrue interviendra sur les actions françaises et européennes des fonds de la gamme.

Emilie Brunet-Manardo, 36 ans, est diplômée de l’ESCP. Elle affiche 13 ans d’expérience en analyse financière et en investissement (public ou privé). Emilie Brunet-Manardo a débuté sa carrière chez Oddo & Cie en 2006 en tant qu’analyste financier sell-side sur les valeurs européennes du secteur Agroalimentaire et Boissons.

Focus sur le parcours d'Emilie Brunet-Manardo

En 2010 elle rejoint l’équipe d’investissement du FSI, devenu Bpifrance, où elle occupe à partir de 2013 le poste de directrice d’investissement dans l’équipe de capital développement. Son rôle inclut le sourcing d’opportunités d’investissement au sein des Mid & Large capitalisations françaises, cotées ou non cotées, le pilotage du processus d’investissement et le suivi des participations.

Dans ce cadre, Emilie Brunet-Manardo a l’occasion de travailler sur différents secteurs comme l’agroalimentaire, les énergies renouvelables, l’Oil & Gas ou encore les services aux entreprises. Elle participe également à des opérations de restructuring. Elle occupe par ailleurs des fonctions d’administratrice de certaines sociétés du portefeuille.

Lire (2 min.)

L’AMF approfondit son analyse des effets du régime harmonisé de pas de cotation

Après une première étude réalisée après la mise en place au 3 janvier 2018 du régime harmonisé de pas de cotation en Europe découlant du nouveau cadre des marchés d’instruments financiers (MIF 2), l’Autorité des marchés financiers publie ce vendredi 15 février une analyse sur une période plus longue.  Celle-ci vient confirmer les premiers effets vertueux observés.

Une nouvelle étude sur une période de 10 mois

Cette nouvelle étude couvre une période de dix mois autour de la date d’entrée en application de MIF 2 et du nouveau régime européen de pas de cotation, soit d’août 2017 à mai 2018, et inclut des phases de volatilité plus élevée. Le périmètre d’analyse reste inchangé avec plus de 500 valeurs françaises : CAC 40, autres titres présentant une capitalisation supérieure ou proche de 1 milliard d’euros et titres de petites et moyennes entreprises.

Pour mémoire, le pas de cotation est l’écart minimum permis entre deux prix directement consécutifs sur le marché. Par exemple, si le pas est fixé à 5 centimes d’euros, cela signifie qu’après une cotation à 10 euros, la première surenchère possible est à 10,05 euros. D’une manière générale, un pas trop faible engendre des variations de prix insignifiantes et incessantes. Il se traduit par une augmentation du bruit dans le carnet d’ordres et une dégradation du mécanisme de formation des prix. En sens inverse, un pas trop élevé peut entraîner une liquidité réduite.

Le nouveau pas de cotations a eu l'effet recherché

Afin d’éviter ces écueils, l’Autorité européenne des marchés financiers (ESMA) a défini les pas de cotation en fonction du profil de chaque titre (nombre de transactions par jour) et de son prix. La nouvelle étude de l’AMF, sur une période d’observation plus étendue, démontre que le nouveau régime de pas de cotation a eu l’effet recherché sur la qualité du marché.

Plusieurs indicateurs témoignent d’une profondeur accrue, de la réduction du bruit et d’une meilleure stabilité du carnet d’ordres : augmentation de la durée de vie médiane des ordres, fréquence de modifications des meilleurs prix moins importante, ratio ordres / transactions moins élevé. Ces éléments se vérifient dans des volumes constants voire supérieurs pour les PME. Il en découle une lisibilité accrue du processus de formation des prix sur le marché.

Cette nouvelle édition a été également l’occasion d’évaluer le coût effectif des transactions par catégorie d’acteurs : celui-ci a légèrement reculé sur les transactions réalisées pour le compte de client et apparaît légèrement en hausse pour les intervenants à haute fréquence.

Lire (3 min.)