Chine/Etats-Unis : prolongation des négociations commerciales, quelles conséquences ?

Anthony Chan
Les négociations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis vont se prolonger au-delà du 1er mars. En l'absence d'accord, Donald Trump avait menacé d’augmenter à 25%, contre 10% actuellement, les droits de douane américains sur les importations de produits chinois d’une valeur marchande de 200 milliards de dollars. Anthony CHAN, Responsable de la stratégie d'investissement Asie à l'Union Bancaire Privée (UBP), livre ses premières réflexions.
Lire (6 min.)

Guerres commerciales : ne paniquez pas, préparez vous

Isabelle Mateos y Lago
Les tensions commerciales vont perdurer. Même si elle ne dégénère pas en guerre commerciale totale, l’escalade des tensions pourrait peser sur la confiance des entreprises, et donc sur la croissance.
Lire (4 min.)

Guerre commerciale : les ripostes

Didier Le Menestrel
Les marchés actions sortent d’une semaine compliquée, sur laquelle a plané le spectre de la guerre commerciale.
Lire (2 min.)

Guerre commerciale : bravades américaines et réalités chinoises

Hervé Goulletquer
Les investisseurs et les opérateurs s’interrogent sur la politique commerciale du Président Trump.
Lire (4 min.)

Muzinich & Co recrute une Spécialiste Crédit Structuré

Muzinich & Co — société de gestion indépendante — annonce ce lundi 25 mars le recrutement d'une nouvelle Spécialiste Crédit Structuré, avec effet immédiat. Basée à Zurich (Suisse), Laurence Kubli sera chargée de lancer les premières stratégies de crédit structuré de la société. Cette création de poste illustre la stratégie actuelle de Muzinich & Co, qui élargit désormais sa couverture de produits de crédit d'entreprises.

Intégration d'ABS dans la gamme de produits

« L’intégration d’ABS dans notre gamme de produits constitue un excellent complément à nos capacités existantes, alors que nous continuons de rechercher de nouvelles solutions novatrices pour atteindre les objectifs de placement de nos clients », précise Tatjana Greil-Castro, gérante de portefeuille.

« Les titres ABS peuvent aider les investisseurs à diversifier leurs portefeuilles, car ils tendent à être moins corrélés aux obligations d’entreprises et loans traditionnels, et présentent des caractéristiques de risques différentes », ajoute Laurence Kubli.

Focus sur la carrière de Laurence Kubli

Durant sa carrière, Laurence Kubli a occupé différents postes chez Clariden Leu Bank, Man Group, Merrill Lynch Capital Markets et Credit Suisse. Avant de rejoindre Muzinich & Co en 2019, elle a travaillé pendant 11 ans chez GAM Investments au poste de Gérante Senior de portefeuilles dans l’équipe de financements structurés et corporate credit.

Lire (2 min.)

ESG : le Groupe Lombard Odier obtient la certification B Corp

Le Groupe Lombard Odier — groupe bancaire suisse indépendant — annonce ce lundi 25 mars avoir obtenu la certification B Corp pour ses pratiques de durabilité d’entreprise. L'entreprise devient ainsi le premier gestionnaire de fortune et d’actifs mondial à obtenir le prestigieux label. Cette récompense est délivrée par l’organisme à but non lucratif B Lab, expert international dans le domaine de la durabilité.

La certification B Corp fait suite à une évaluation rigoureuse et approfondie des performances environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) d'une société. Elle évalue la gestion des employés, mesure l'empreinte écologique des entreprises, leurs produits, leurs fournisseurs, et leurs interactions avec les communautés.

Une longue tradition dans la durabilité en entreprise

Lombard Odier revendique une longue tradition en matière de durabilité d’entreprise, notamment en termes de causes sociales et humanitaires. En 1910, la banque fut l’une des premières sociétés privées suisses à créer un fonds de pension pour ses employés. Afin de réduire son empreinte environnementale, le Groupe va lancer plusieurs initiatives en 2019.

Le nouveau siège mondial de Lombard Odier à Bellevue — sur les bords du lac Léman — répondra à des normes environnementales très strictes dès son inauguration en 2022. La qualité des conditions de travail fera également partie intégrante de cet écosystème. « La certification B Corp est une nouvelle preuve que la durabilité est au cœur de notre philosophie d’investissement et de nos valeurs d’entreprise », déclare Patrick Odier, Associé-gérant Senior chez Lombard Odier.

Lire (2 min.)

Dépasser la guerre commerciale et investir au Japon ?

Dan Carter
Les États-Unis et la Chine se rapprochent toujours plus d’une véritable guerre commerciale, mais ce n’affectera pas seulement ces deux super puissances.
Lire (4 min.)

Trump is back

La trêve aura donc été de courte durée. En début de semaine dernière pourtant, les investisseurs se félicitaient de l’annonce d’un accord commercial de principe conclu entre les Etats-Unis et la Chine. Il prévoit de suspendre les hausses des tarifs douaniers annoncées par l’administration Trump ces derniers mois, en contrepartie d’un engagement de la Chine à importer davantage de produits américains, agricoles notamment.
Lire (2 min.)

États-Unis : la menace protectionniste

Philippe Crevel
Donald Trump a annoncé, le 24 mai dernier, l’application de droits de douane de 25 % sur les véhicules étrangers en vertu de la section 232 de la loi sur le commerce de 1962 autorisant la mise en place de protections commerciales au nom de la « sécurité nationale » des États-Unis. Ce même texte a été mis en œuvre pour l’instauration des taux de 25 et 10 % sur l’acier et l’aluminium en mars dernier.
Lire (2 min.)

Donald Trump et droits de douane : un impact positif sur les infrastructures

Durant la campagne présidentielle américaine de 2016, Donald Trump répétait à l’envi qu’il était nécessaire pour les États-Unis de renégocier les traités commerciaux comme l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) et plusieurs accords bilatéraux, dans le but de favoriser l’emploi et les entreprises domestiques.
Lire (4 min.)

Assurance vie : Binck Vie reçoit l’oscar du meilleur nouveau contrat 2019

Binck Vie a remporté ce jeudi 21 mars l’Oscar du Meilleur Nouveau Contrat d’Assurance Vie, décerné tous les ans par le magazine Gestion de Fortune à travers un jury de professionnels et de journalistes indépendants. Afin d'innover dans le secteur de l'assurance vie, les équipes de Binck.fr et Generali proposent une gestion sous mandat Horizon 100% personnalisée, ou une gestion libre nouvelle génération. Grâce à la signature électronique, le client peut choisir une souscription 100% digitale.

« Nous avons d’abord mis à disposition des particuliers une plateforme d’investissements boursiers aussi performante que pour les professionnels. Avec Binck Vie nous proposons à tous les Français un produit d’assurance vie réservé habituellement aux très grandes fortunes, et ce avec des frais dignes d’une néo-banque et à la souscription intégralement dématérialisée », assure Matthias Baccino, Directeur Général de Binck.fr.

Un contrat majoritairement souscrit en titres vifs et ETF

Le contrat Binck Vie permet d'investir dans plus d'une centaine d'actions, avec une approche d'analyse patrimoniale pour déterminer les meilleurs choix. La plateforme met en avant son « robo advisor » qui lui permet de remplir son devoir de vigilance, la qualité de sa relation clients et de sa plateforme de trading. Binck Vie compterait déjà plusieurs centaines de clients, avec devant lui un bel avenir de croissance.

Les titres vifs et les ETF représentent une part significative des souscriptions. Les clients plébiscitent également la Gestion de Mandat individualisée. Contrat d’assurance vie de groupe à adhésion individuelle et facultative, Binck Vie est libellé en euros et/ou en unités de compte (UC) et/ou en engagements donnant lieu à la constitution d’une provision de diversification assuré par Generali Vie. Pour rappel, cette entreprise est régie par le Code des assurances.

Lire (2 min.)

Economie mondiale : vers un triple changement de cap en 2019 et 2020 ?

Euler Hermes — société d'assurance-crédit française — a publié le 21 mars dernier son étude intitulée « The Big Switch » (en anglais), qui présente ses prévisions macroéconomiques pour 2019 et 2020. Euler Hermes — marque du groupe Allianz — estime que l’économie internationale va croître de +2,9 % en 2019 et +2,7 % en 2020 (+3,1 % en 2018), et qu’elle connaîtra un triple changement de cap majeur.

Trois changements de cap majeur

  • La Chine devrait devenir le premier moteur de la croissance mondiale, au détriment des Etats-Unis. Euler Hermes prévoit une rapide décélération pour l’économie américaine, dont la croissance passerait de +2,9 % en 2018 à +2,5 % en 2019 et +1,7 % en 2020. Dans le même temps, la croissance chinoise devrait rester relativement résiliente, aux alentours de +6,4 %, grâce à un stimulus budgétaire et monétaire proactif. La Chine sera donc la principale contributrice à la croissance mondiale en 2019 et 2020, en lieu et place des Etats-Unis.
  • La politique monétaire devrait changer d’orientation à l’échelle mondiale. Après une phase généralisée de resserrement monétaire, le déclin de l’inflation pousse les banques centrales à changer leur fusil d’épaule en explorant à nouveau la piste expansionniste. La plupart d’entre elles, dont la FED et la BCE, ont déjà significativement changé de ton dans leur communication, avec une orientation plus accommodante.
  • Cette année, le commerce mondial pourrait également connaître un changement important, avec une réduction de l’incertitude relative aux tractations sino-américaines, qui a coûté -0,45 point à la croissance des échanges internationaux en 2018. Une issue positive aux discussions entre la Chine et les Etats-Unis devrait jouer stabiliser la croissance de l’économie et du commerce mondial.

Bonnes perspectives pour l'Europe et les pays émergents

Dans son étude, Euler Hermes se penche également sur les pays émergents. Ces derniers semblent les mieux positionnés pour profiter de la combinaison des trois changements majeurs définis ci-dessus. Le leader mondial de l’assurance-crédit estime ainsi que les émergents seront les grands gagnants économiques des années 2019 et 2020. Par exemple, la croissance brésilienne devrait accélérer à +2% en 2019 et +2,5 % en 2020 (+1,1 % en 2018).

Le triple changement de cap qui attend l’économie mondiale lors des deux prochaines années est également une bonne nouvelle pour les économies exportatrices, dont les pays européens. Ces derniers ont particulièrement souffert face aux déclarations de guerre commerciale sino-américaine et aux menaces de hausse des taxes américaines sur les importations automobiles. Pour l’Allemagne notamment, qui est tombée en récession industrielle au second semestre 2018, Euler Hermes estime que le pire est désormais passé.

Lire (3 min.)

Trump et taxes douanières : des marchés moins ouverts ?

Alexis Bienvenu
En officialisant jeudi 8 mars le retour des taxes douanières pour les importations d'acier et d'aluminium aux États-Unis, Donald Trump fait craindre un retour du protectionnisme au niveau mondial avec des conséquences incertaines.
Lire (2 min.)

Perspectives 2018 : une année en deux temps ?

François Jubin
Les données économiques publiées tout au cours de l’année 2017 nous ont montré une amélioration de la croissance économique dans l’ensemble des grandes zones économiques. Si les Etats-Unis continuent sur leur lancée, l’Europe et l’Asie ont connu une réelle accélération. Ainsi, la croissance mondiale semble installée pour le plus grand plaisir des investisseurs.
Lire (2 min.)