Foncia Pierre Gestion - Danielle Francois-Brazier : Diversifier et sécuriser avec l'hôtellerie

Miser sur l'hôtellerie comme actif de diversification et de sécurisation en ces temps difficiles, c'est l'objectif défendu par Foncia Pierre Gestion. Défensive, variée, performante, l'hôtellerie européenne a tenu ses promesses de rendement.
Voir (<4 min.)

Raise Investissement entre au capital du Groupe Artemis

Créé en 2009, le groupe Artémis courtage opère dans le secteur du courtage en crédit immobilier, de l’assurance emprunteur et du regroupement de crédits. Fort d'un réseau d’une quarantaine d’agences, qui ont négocié plus de 2,5 milliards d'euros de crédit en 2017, Artémis affiche aujourd’hui un chiffre d’affaires d’environ 40 millions d’euros.

Les 20 millions d’euros investis par RAISE Investissement aux côtés des six co-fondateurs d’Artémis courtage permettront de soutenir le développement du groupe. Ce regroupement permettra notamment l’ouverture de nouvelles agences en propre, l'équipement numérique et la croissance externe.

  Vous aimerez aussi https://lecourrierfinancier.fr/patrimoine/breve/nouvelle-acquisition-institut-patrimoine-10967
Lire (1 min.)

APRIL en négociations pour entrer au capital de La Centrale de Financement

La Centrale de Financement a été créée en 2013 par Sylvain Lefevre et Philippe Girou avec le support d’Artémis, société d’investissement de la famille Pinault. Dans le cadre de ce changement de partenaire, les dirigeants de La Centrale de Financement souhaitent renforcer leur participation au capital, en passant de 38 % à 44 %, tout en ouvrant 2 % du capital à son réseau. Après l’opération, APRIL disposera de 54 % du capital. Ce partenariat industriel avec APRIL permettra de réaliser des synergies fortes sur le marché du crédit immobilier et de son écosystème.

La conclusion de cette opération est subordonnée à la consultation préalable des instances représentatives du personnel de La Centrale de Financement, ainsi qu’aux approbations légales, réglementaires, juridiques et financières usuelles. Sous ces réserves, sa finalisation est attendue d’ici la fin du mois de septembre 2018.
Lire (1 min.)

Léger recul du taux d’épargne des ménages au sein de la zone euro

Philippe Crevel
Au premier trimestre 2018, le taux d'épargne des ménages a été de 12,0 % du revenu disponible brut dans la zone euro, contre 12,2 % au quatrième trimestre 2017.
Lire (1 min.)

Nortia accueille un nouveau responsable de l’ingénierie Patrimoniale

Nortia, société de services financiers indépendante, poursuit son développement, et annonce ce jeudi 21 février l'arrivée d'un nouveau responsable de l'ingénierie patrimoniale. Il prendra la tête de l'équipe Nortia dédiée à l’ingénierie patrimoniale, afin de renforcer son expertise sur toutes les problématiques légales, fiscales et patrimoniales des Conseillers en Gestion de Patrimoine (CGP).

Mettre en place un service haut de gamme

Benoît Bercheru, 34 ans, a pris ses fonctions en janvier 2019. Il affiche déjà 15 ans d’expérience dans les problématiques légales et fiscales liées au patrimoine des clients privés. Le nouveau responsable aura pour mission de structurer et de renforcer le pôle Expertise Patrimoniale de Nortia, qui se compose de 5 fiscalistes et ingénieurs patrimoniaux.

"La structuration légale et fiscale du patrimoine n’a jamais été plus centrale dans le métier de CGP ; c’est pourquoi Nortia se dote aujourd’hui des moyens humains idoines pour répondre aux attentes de nos partenaires avec un service haut de gamme", précise Philippe Parguey, Directeur Général de Nortia.

Focus sur le parcours de Benoît Bercheru

Benoît Bercheru a débuté sa carrière en qualité de juriste chez IBM AS (2007), puis de juriste fiscaliste chez Allianz (2008), et à la Mutualité Française (2009), puis responsable juridique et fiscal à la Capssa (2010). Entre 2013 et 2016, Benoît prend en charge la responsabilité du service fiscal et de l’ingénierie patrimoniale d’AEP, marque de BNP Paribas Cardif.

Depuis, il était ingénieur patrimonial senior au sein de la Banque Privée de la Caisse d'Epargne Ile-de-France. Benoît Berchebru est diplômé en droit notarial de l’Université Paris V Descartes, en droit social et juriste fiscaliste de l’ESAM (Groupe IGS) et juriste d’affaires de l’Université de Lille 2. Il a également obtenu le diplôme d’Expert en Gestion de Patrimoine de l’AUREP.

Lire (2 min.)

Neuberger Berman nomme un nouveau Directeur Portfolio Solutions EMEA

Neuberger Berman, société de gestion indépendante détenue par ses salariés, annonce ce mercredi 20 février la nomination d'un nouveau Directeur Portfolio Solutions (EMEA). Ce responsable fera partie de l'équipe Quantitative and Multi-Asset Class Investments (QMAC) de Neuberger Berman, sous la direction d'Erik Knutzen et Doug Kramer.

Portefeuilles personnalisés pour les clients institutionnels

Joe McDonnell prend les rennes de ce poste nouvellement créé. Il sera chargé de la conception et de la supervision des mandats multi-actifs et de la collaboration avec des partenaires stratégiques. Joe McDonnell s'appuiera sur la plateforme mondiale de Neuberger Berman pour identifier des solutions quantitatives personnalisées.

Le nouveau Directeur Portfolio Solutions EMEA accompagnera la construction, la supervision et la mise en œuvre de portefeuilles répondant aux objectifs spécifiques des clients. Dik van Lomwel, Directeur EMEA et Amérique latine chez Neuberger Berman, déclare : "Compte tenu de l'environnement de marché plus dynamique, nous constatons un besoin croisant de solutions plus personnalisées de la part de nos clients institutionnels. Nous avons développé nos ressources dans ce domaine."

Focus sur le parcours de Joe Mc Donnell

Précédemment, Joe McDonnell était Directeur Portfolio Solutions pour la région EMEA chez Morgan Stanley Investment Management depuis dix ans. Il a auparavant travaillé dix ans dans la gestion de fonds de pension, en tant que Responsable des investissements chez Shell International, et Responsable Fixed Income pour le fonds de pension d’IBM Europe.

Lire (2 min.)

La difficile bataille de l’investissement

Philippe Crevel
En 2017, la reprise économique a reposé, en partie, sur le rebond de l’investissement des entreprises et des ménages. La poursuite de ce rebond conditionne la croissance de 2018 et des années à venir.
Lire (9 min.)

Comment investir quand on a moins de 30 ans ?

Hugo Bompard
Il n’est jamais trop tôt pour se poser les bonnes questions en matière d’investissements. L’important est de bien définir ses objectifs pour ajuster ses placements à court, moyen ou long terme.
Lire (4 min.)

Réduire le risque de son portefeuille en choisissant des entreprises socialement responsables

Isabelle Girerd-Potin
Alors que de nombreuses études ont cherché à montrer - en vain - que les actions de firmes socialement responsables (SR) procurent des rentabilités boursières plus élevées que celles des firmes non SR, un résultat plus établi concerne la réduction du risque financier grâce au choix d'actions de firmes SR.
Lire (2 min.)

Les classes d’actifs sont-elles vraiment hermétiques ?

L'équipe de gestion d'Aviva Investors
Ou pourquoi les fonds obligataires de « performance absolue » mettent au défi l’approche traditionnelle de l’allocation d’actifs ? Dans son ouvrage, Behave, l’auteur Robert Sapolsky invite ses lecteurs à sortir de ce qu'il appelle la « pensée catégorique ». Il prend en exemple le cas du spectre visuel, qui est divisé en couleurs arbitrairement définies selon des frontières variables d’une langue à l’autre.
Lire (5 min.)

Epargne salariale : Amundi lance une offre digitale réservée aux TPE/PME

Amundi, société française de gestion d'actifs, annonce le lancement en mars prochain d'une nouvelle offre digitale d'épargne salariale à l’intention des dirigeants de TPE/PME. Fast’Amundi sera disponible en ligne, sous la forme d'une plateforme de souscription 100 % dématérialisée et sécurisée, qui accompagnera l'entreprise cliente du choix du dispositif d’épargne salariale à sa mise en place effective au sein de l’entreprise.

Objectif pour Amundi, proposer aux TPE/PME les mêmes services qu’aux grandes entreprises. Les entreprises de moins de 50 salariés n'ont plus droit au forfait social depuis le 1er janvier 2019. Par ailleurs, seulement 16 % des entreprises de moins de 50 salariés proposeraient des dispositifs d’épargne salariale et retraite, estime Amundi. Forte de ses 58,5 milliards d’euros d’encours sous gestion, la société revendique 43 % de part de marché sur le segment de l’épargne salariale et retraite.

Une offre Fast'Amundi totalement dématérialisée

L'offre Fast’Amundi proposera à chaque dirigeant d’entreprise de :

  • s'informer sur les avantages des dispositifs d’épargne salariale et retraite, grâce à un éclairage sur le fonctionnement des plans d’épargne salariale avec la possibilité d’estimer les économies de charges réalisées au moyen d’une calculette simple d’utilisation ;
  • déterminer la formule la plus adaptée à son entreprise, à l’aide d’un outil de simulation et d’estimation personnalisée de son budget : montant des primes versées, abondement, etc.
  • mettre en œuvre rapidement l'option choisie, avec une souscription totalement dématérialisée d’un PEI et PERCOI clef en main, une mise à disposition d’accords simplifiés et une gestion des comptes salariés et des flux de versement.

Accompagner 30 000 nouvelles TPE/PME à horizon 3 ans

Fast’Amundi assurera la relation avec les salariés via un site web, des outils interactifs, des transactions sécurisées et une assistance. Les dirigeants garderont toujours la main sur les dispositifs avec un outil de pilotage mis à disposition. Le dirigeant comme ses salariés bénéficieront de tous les services digitaux du site Amundi, y compris un robot conseiller pour accompagner les salariés dans leur choix de placement, ainsi qu’un simulateur retraite.

« Malgré ses atouts, l’épargne salariale reste trop souvent réservée aux grandes entreprises, et nous souhaitons fortement la démocratiser. Nous équipons actuellement 5 000 petites et moyennes entreprises par an. Avec notre offre nouvelle, et les mesures de la Loi Pacte, nous comptons, à horizon 3 ans accompagner 30 000 nouvelles TPE/PME et près de 500 000 salariés épargnants de plus » souligne Xavier Collot, Directeur Epargne Salariale et Retraite d’Amundi.

Lire (3 min.)

Zencap AM renforce son équipe avec deux nouveaux recrutements

Zencap Asset Management (AM) poursuit son développement. La société de gestion, créée en 2011 et spécialisée sur la dette privée en Europe, annonce ce mercredi 20 février deux nouveaux recrutements. Zencap AM renforce ainsi son équipe, qui compte désormais 19 membres.

Focus sur les parcours de Thomas Tétard et Antoine Riolacci

Thomas Tétard a débuté sa carrière en 2008 chez ING Securities Bank (Sales trading assistant) puis Boursorama Banque (conseiller Bourse). Il a travaillé pendant 7 ans à La Financière de l’Echiquier, où il a occupé les fonctions de négociateur Actions, puis celles de contrôleur interne. Thomas Tétard rejoint Zencap AM en 2019 au poste nouvellement créé de Responsable de la Conformité et du Contrôle Interne, où il reporte à la direction générale. Thomas Tétard est diplômé de l’ESSCA (Master Banque Finance) et Chartered Financial Analyst (CFA).

Antoine Riolacci a débuté en 2011 chez Deutsche Bank (trading d’options) puis chez Moody’s Investors Service (analyste ABS). Il a ensuite travaillé chez Acofi et chez WyeTree AM, en tant que gérant de portefeuille d’ABS et CLO. Fin 2018, Antoine Riolacci a rejoint l’équipe d’investissement en titrisation et financements spécialisés de Zencap AM, en tant que Chargé d’Investissement. Antoine Riolacci est diplômé de l’ESCP Europe (Master en management).

Lire (2 min.)

Loi PACTE : réforme impressionniste de l’épargne retraite

Philippe Crevel
Bruno Le Maire a dévoilé les grandes lignes du projet de loi PACTE « Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation de l’Entreprise ». Ce projet comporte des mesures qui concernent notamment l’épargne retraite, l’assurance vie et l’épargne salariale.
Lire (2 min.)

ARDIAN cède sa participation au capital de Piz’Wich

L’équipe Ardian Growth est entrée au capital de Piz’Wich en décembre 2016 avec pour objectif d’accompagner la croissance organique de la société et d’accélérer son expansion internationale, en particulier par une stratégie de partenariats industriels mondiaux. Ces objectifs ont été atteints très rapidement, avec la poursuite du développement de la gamme de produits ainsi que la signature d’accords stratégiques. C’est d’ailleurs à l’issue de négociations initialement tournées vers un partenariat industriel en Allemagne que cette opération de rachat par frostkrone a abouti. Le groupe frostkrone, qui acquiert aujourd’hui la totalité du capital de Piz’Wich, est une ancienne participation d’Ardian Expansion qui a été cédée à son sponsor actuel, Emeram Capital Partners, en février 2017. Créée en 2001, Piz’Wich connaît une croissance soutenue de son activité sur un marché en mutation et en croissance. Piz’Wich est dirigé depuis 2011 par Stéphane Delahaye qui a très rapidement fait évoluer le business model de la société en offrant un produit adapté à des niches en forte croissance : la ‘Pizza Pocket’, part de pizza surgelée, pliée pour permettre une consommation sous forme de snack. Piz’Wich a fait le pari de la qualité et de la traçabilité des ingrédients et répond à une demande de plus en plus forte pour ce type de produits, qui correspond à des usages de plus en plus diversifiés, tout en satisfaisant aux exigences les plus strictes en termes de certification et de contrôle.
Lire (1 min.)