Uber : car crash à Wall Street

L'introduction en bourse d'Uber début mai 2019 s'est soldée par un échec retentissant. Cette semaine, le cours de l'action reste en deçà de son IPO. Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce mauvais bilan. Quel avenir se dessine pour l'entreprise sur les marchés financiers ?
Lire (3 min.)

Marchés financiers : compte à rebours final

Cesar Perez Ruiz
Tensions commerciales Chine/Etats-Unis, Croissance américaine, Europe à la traîne... Que va-t-il se passer cette semaine sur les marchés financiers ? César Pérez Ruiz, Head of Investments & CIO chez Pictet Wealth Management, partage son analyse hebdomadaire.
Lire (4 min.)

Brexit : la City ne déménagera pas à Paris

Certains indicateurs laissent penser qu’un Londres post-Brexit pourrait perdre une partie du marché des services financiers au profit de ses concurrents de l’UE, tels que Paris et Francfort. Mais un nouveau rapport publié le 18 avril par la Cass Business School — City University of London — affirme le contraire. Exercer dans la City serait même synonyme d’avantages concurrentiels certains.

Face à l’incertitude de l’après-Brexit, les institutions financières ont dû adopter un plan d’urgence et envisager un éventuel transfert de leurs employés et de leurs opérations. Le rapport s’intéresse à la façon dont ces structures pourront réagir face aux deux principaux domaines à risque liés au Brexit — incertitude politique et réglementaire — et émet plusieurs suggestions sur la façon de gérer ces risques. Les chiffres de l’industrie financière confirment les prévisions des chercheurs.

L'avenir incertain des « passporting rights »

En l’absence d’un accord commercial global sur les services financiers — ou même d’une indication claire sur ce qu’impliquerait cet accord — les institutions financières risquent de ne pas pouvoir remplacer leurs « passporting rights ». Ces droits leur permettent aujourd’hui de fournir des services financiers transfrontaliers dans tous les pays de l’UE.

Les banques multinationales font face à deux choix : soit la restructuration de l’entreprise, qui consiste à envoyer ses opérations et ses employés sur d’autres pôles financiers ; soit la délégation de gestion, qui permet à la banque de choisir une entité juridique dans l’UE pour le « passporting » et une structure de holding appelée IPU — Intermediate Parent Undertaking — en maintenant une entité à Londres exerçant d’autres activités.

Le rapport indique que le modèle de délégation de gestion est une alternative possible à la restructuration de l’entreprise grâce à sa flexibilité. Il minimiserait le risque d’une expertise amoindrie en termes de gestion de capital humain et réduirait les coûts liés au transfert de personnes et de fonctions, tout en évitant la perte d’un accès permanent au Royaume-Uni.

Londres va-t-elle rester un acteur clé des services financiers ?

De nombreux facteurs permettraient à Londres de conserver sa position de pôle financier international après le Brexit :

  • son fuseau horaire, qui lui permet de facilement faire des affaires avec l’Asie, les États-Unis et le Moyen-Orient
  • son statut partagé avec New York de pôle commercial dominant en termes de taux de change et de taux d’intérêt ;
  • la solidité des législations et réglementations locales ;
  • l’excellente réputation mondiale des universités du Royaume-Uni enseignant le commerce et la finance ;
  • le niveau élevé d’intégration des marchés des capitaux ;

La chercheuse Barbara Casu Lukac, directrice du Centre for Banking Research de la Cass Business School et co-auteur du rapport, a déclaré que ce rapport arrivait à un moment important du processus prolongé du Brexit, alors que le risque imminent d’une no-deal s’éloigne et que la Première ministre Theresa May se bat pour assurer un accord de sortie.

« Notre rapport suggère qu’après le Brexit, Londres restera un acteur clé du secteur international des services financiers et des marchés de capitaux. Toutefois, certaines de ses opérations, capacités et marges seront affectées par l’incertitude réglementaire et politique à long terme qui accompagne le processus du Brexit. Cela devra être largement pris en compte lorsque les premiers ministres débattront de l’accord de retrait de la Première ministre au Parlement », conclut Barbara Casu Lukac.

Lire (5 min.)

Nasdaq : Linklaters conseille GENFIT pour son introduction en bourse

Linklaters — cabinet d'avocat basé à Londres — annonce ce vendredi 12 avril avoir conseillé GENFIT — société biopharmaceutique spécialisée dans les maladies du foie — dans le cadre de son introduction en bourse sur le Nasdaq Global Select Market aux Etats-Unis.

L’opération représentait un montant brut — prime d’émission incluse — d’environ 155,4 millions de dollars c'est-à-dire l'équivalent de 137,6 millions d’euros. Elle comprenait une offre au public d’American Depositary Shares (ADSs) aux Etats-Unis et un placement privé d’actions en Europe.

Linklaters a conseillé GENFIT sur les aspects de droit français

SVB Leerink et Barclays sont intervenus comme coordinateurs globaux associés de l’opération et de teneurs de livre associés de l’offre aux États-Unis. Roth Capital Partners et HC Wainwright & Co. sont intervenus en tant que chefs de file de l’offre aux États-Unis. Pour finir, Bryan, Garnier & Co. Limited et Natixis sont intervenus en qualité de teneurs de livre associés du placement privé.

Linklaters a conseillé GENFIT sur les aspects de droit français liés à l'opération. L'équipe était dirigée par Bertrand Sénéchal, Associé du département Marchés de capitaux, et épaulé par Antoine Galvier, collaborateur. Le cabinet d'avocat Cooley LLP a conseillé GENFIT sur les aspects de droit américain. Le syndicat bancaire était conseillé par Goodwin Procter LLP, pour les aspects de droit américain, et par Jones Day, pour les aspects de droit français.

Lire (2 min.)

Nexity change la répartition des missions de ses dirigeants

Les actionnaires de Nexity — spécialiste de la promotion immobilière et de la gestion locative — ont voté ce mercredi 22 mai en Assemblée Générale (AG) pour l'évolution des fonctions des dirigeants de l'entreprise. Alain Dinin occupera une présidence aux missions étendues et Jean-Philippe Ruggieri — Directeur Général — exercera ses fonctions de manière collégiale avec Julien Carmona, Véronique Bédague-Hamilius et Frédéric Verdavaine, Directeurs généraux délégués.

Une évolution qui reflète un actionnariat atypique

La plateforme Nexity s'adresse aux particuliers, aux entreprises, aux collectivités et à des startups créées en interne chez Nexity. L'entreprise revendique 10 000 collaborateurs, qui exercent 50 métiers différents. La réorganisation chez Nexity des missions de ses dirigeants tient en partie à la répartition atypique du capital de l'entreprise. L'actionnaire de référence est une action de concert — composée notamment de salariés et de dirigeants du Groupe — qui détient près de 20 % du capital.

Immobilier : Nexity annonce une nouvelle répartition des missions de ses dirigeants
Source : Nexity

Ces collaborateurs de Nexity sont associés avec Le Crédit Mutuel Arkéa, qui détient à lui seul un peu plus de 5 % du capital de l'entreprise. « La notion classique de patron n’est plus la réponse unique dans ce nouvel environnement. Le futur de Nexity passe par une équipe « d’associés » pour un pilotage multidisciplinaire. Face à la complexité des sujets, c’est la garantie d’une équipe plus performante », explique Alain Dinin, Président de Nexity.

Lire (2 min.)

Finance durable : le Cleantech Forum Europe 2020 se tiendra au Luxembourg

Ce mercredi 22 mai, le Luxembourg a été choisi pour accueillir le Cleantech Forum Europe 2020. L’annonce officielle a eu lieu lors du dîner de gala du Cleantech Forum Europe 2019, qui se tenait à Stockholm en Suède. Organisé depuis 2005 par le Cleantech Group, cet événement dédié aux technologies propres attire investisseurs-clés, agences gouvernementales, entreprises, PME et startups. Il attire des délégués de 30 pays différents. Des forums similaires se tiennent chaque année en Asie et aux États-Unis.

La ville de Luxembourg accueillera le 16e Cleantech Forum Europe. Outre son engagement dans le développement durable et l'économie circulaire, « c'est un hub de premier plan pour la finance verte et pour les fonds d’investissement, et l’hôte de deux institutions essentielles au financement de l'économie européenne de l'innovation : la Banque européenne d'investissement et le Fonds européen d'investissement », déclare Richard Youngman, CEO de Cleantech Group.

Développement d'un pôle financier durable

La place financière du Luxembourg est devenue un moteur de la finance durable, un enjeu-clé pour le secteur des cleantech. L’agence de développement de la place financière Luxembourg for Finance apportera sa contribution sur ce sujet, à travers l'organisation d'un « dîner des investisseurs » pour faciliter les échanges entre participants et experts. Le Forum permet de découvrir des projets « qui contribueront à réduire le réchauffement planétaire et à en atténuer les effets. Le développement et la production de ces projets nécessitent des capitaux considérables », explique Nicolas Mackel, CEO de Luxembourg for Finance.

Cet événement va contribuer au rayonnement du Luxembourg dans l'univers de la finance responsable. « En tant que pionnier de la levée de fonds pour des projets verts et durables, le Luxembourg considère ce Forum comme une occasion précieuse de rassembler différentes communautés pour faire avancer notre promesse envers les générations futures. L'expertise et le cadre que le Luxembourg a mis en place dans le domaine de la finance seront essentiels pour façonner l'avenir de la durabilité », conclut-il.

Lire (3 min.)

BCE déprimante, marchés déprimés

Frédéric Rollin
La réunion de la Banque centrale européenne (BCE) le 7 mars dernier a soulevé des inquiétudes sur les marchés, au sujet de la croissance européenne. La BCE va maintenir les taux d'intérêt actuels — historiquement bas — au moins « jusqu'à la fin » 2019. Frédéric Rollin, conseiller en stratégie d’investissement chez Pictet Asset Management, analyse les conséquences de cette décision.
Lire (3 min.)

ESG : BlackRock lance sa gamme d’ETF durables

BlackRock poursuit ses efforts pour introduire l'investissement durable auprès du grand public, en Europe et dans le monde. Le gestionnaire d'actifs annonce ce jeudi 7 mars le lancement de six nouveaux fonds durables négociés en bourse (exchange traded funds, ETF). BlackRock fournit un accès au reporting de données environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) à travers sa gamme iShares.

L'Europe à l'avant-garde de l'investissement durable

« De nombreux clients européens poursuivent le double objectif de répondre aux besoins sociétaux et environnementaux du monde, tout en générant des rendements ajustés au risque à long terme nécessaires pour atteindre leurs objectifs financiers », déclare Philipp Hildebrand, Vice-Président de BlackRock. Selon BlackRock, les actifs européens en ETF ESG seraient multipliés par 20 d’ici 2028, avec un encours de 250 milliards de dollars d'actifs, contre 12 milliards aujourd’hui. Cela représente 60 % des actifs de 400 milliards de dollars qui devraient être collectés dans le monde.

Une récente étude de Greenwich Associates montre que près de la moitié des investisseurs institutionnels européens interrogés – et près de 60 % des fonds institutionnels et des compagnies d'assurance – s'attendent à ce que plus de 50 % de leurs actifs soient gérés selon les critères ESG d'ici cinq ans. 44 % des participants à l’étude et la moitié des gestionnaires de placements interrogés utilisent les ETF comme principal vecteur d’exposition aux facteurs ESG.

Nouveaux venus dans la gamme iShares Sustainable Core

Les nouveaux fonds iShares ESG Enhanced ETFs s'appuient sur le lancement de six ETF ESG l’année dernière. Ils sont conçus pour les investisseurs qui cherchent à améliorer les performances des scores ESG de leurs portefeuilles et à réduire l’intensité de carbone et d’autres gaz à effet de serre (GES), tout en conservant un faible écart de suivi par rapport aux indices parents.

Les six fonds suivent les indices MSCI qui pondèrent les titres, afin de maximiser les scores ESG en restant proches des indices de référence. Ils sont optimisés pour réduire l’impact carbone et des émissions de GES de 30 % par rapport à l’indice parent. Ils filtrent les entreprises qui ont une exposition aux armes controversées et nucléaires, aux armes à feu civiles, au tabac, au charbon thermique et aux sables bitumineux, mais aussi celles impliquées dans des controverses très graves et celles qui agissent en violation des principes du Pacte Mondial des Nations Unies.

Nom des fondsListingTotal de frais sur encours
iShares MSCI USA ESG Enhanced UCITS ETF EEDS (Distr) EEUS (Acc)0,10 %
iShares MSCI Europe ESG Enhanced UCITS ETF EEUD (Distr) EEUA (Acc)0,15 %
iShares MSCI EMU ESG Enhanced UCITS ETFEMUD (Distr) EEUM (Acc)    0,15 %
iShares MSCI World ESG Enhanced UCITS ETF EEWD (Distr) EEWA (Acc)0,20 %
iShares MSCI Japan ESG Enhanced UCITS ETF EEJD (Distr) EEJA (Acc)0,20 %
iShares MSCI EM ESG Enhanced UCITS ETFEEDM (Distr) EEEM (Acc)0,23 %

Un ETF pour chaque investisseur durable en Europe

Avec 26 UCITS Sustainable ETF couvrant une gamme complète de résultats et de classes d’actifs, la gamme iShares de fonds durable se présente comme la plus importante du secteur. Elle devrait continuer à s’enrichir. En 2018, les investisseurs européens ont investi plus de 1,4 milliard de dollars dans les ETF durables d’iShares, soit le flux annuel net le plus élevé jamais atteint.

Les investisseurs peuvent consulter les données ESG essentielles sur les ETF d’iShares sur les pages web produits — telles que les données sur l'intensité carbone —  et sélectionner les entreprises selon leur exposition en termes d’engagement. 45 % des participants à l’étude Greenwich ont déclaré qu’ils pourraient utiliser davantage d’informations et d’aide pour comprendre comment appliquer l’ESG à leurs portefeuilles.

Lire (4 min.)

Les investisseurs dans l’oeil du cyclone

Igor de Maack
Après avoir subi l'ouragan Donald et sa harangue tempétueuse sur les mesures protectionnistes, les investisseurs ont repris espoir dans l'attente de nouvelles négociations annoncées.
Lire (2 min.)

L’aversion pour le risque dicte la conduite des marchés

L'équipe de gestion d'Aviva Investors
En août, les principaux indices actions européens ont pâti des tensions géopolitiques entre les Etats-Unis et la Turquie. De son côté, Wall Street a continué d’enchaîner les records grâce à la solidité de l’économie américaine et des résultats d’entreprises robustes. Sur le marché obligataire, l’aversion pour le risque a mis la pression sur les « spreads ».
Lire (5 min.)

SWIFT nomme son Président Directeur Général

SWIFT nomme son Président Directeur Général
Javier Pérez-Tasso

SWIFT — spécialiste des services de messagerie financière sécurisée — annonce ce jeudi 23 mai 2019 la nomination en interne d'un nouveau Président Directeur Général (« Chief Executive Officer »). Membre de l'équipe de direction de SWIFT depuis sept ans, Javier Pérez-Tasso était jusqu'à présent Directeur des régions Amériques & Royaume-Uni.

Il prendra ses fonctions le 1er juillet 2019 en remplacement de Gottfried Leibbrandt, qui a annoncé en décembre 2018 son intention de quitter son poste à la fin du mois de juin. En tant que Président Directeur Général de SWIFT, Javier Pérez-Tasso sera basé au siège de SWIFT en Belgique.

Focus sur le parcours de Javier Pérez-Tasso

De nationalité espagnole, Javier Pérez-Tasso est diplômé en ingénierie électrique de l'Institut National Polytechnique de Grenoble, d'un master en management de la Solvay Business School, d’un master en Finance de l'IE Business School de Madrid, et du master Executive TGM (« Transition to General Management ») de l'Insead. Au cours de sa carrière, il occupe un certain nombre de postes de direction dans les domaines technologiques et commerciaux. Il développe ainsi l’activité au sein de bureaux régionaux situés en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique.

Javier Pérez-Tasso rejoint SWIFT en 1995. Il accède au poste de Directeur des régions Amériques & Royaume-Uni en septembre 2015. Dans le cadre de cette fonction, il renforce le modèle d’engagement de SWIFT auprès des banques impliquées dans les transactions internationales. Il supervise également le développement de l’activité au sein de marchés à forte croissance. De 2016 à 2018, Javier Pérez-Tasso sponsorise le Programme de Sécurité Client de SWIFT en tant que Directeur Marketing. Il contribue ainsi à la mise en œuvre de la réponse de SWIFT au défi de la cybercriminalité.

Dans le cadre de ce poste, Javier Pérez-Tasso est en chargé de l'élaboration du plan stratégique SWIFT 2020. Ce poste lui permet de réaffirmer la priorité accordée aux paiements transfrontaliers, de renforcer la conformité en matière de lutte contre la criminalité financière, et d’approfondir la présence de SWIFT dans les infrastructures de marché, notamment dans le domaine des paiements instantanés. En juillet 2019, il accède à la fonction de Président Directeur Général de SWIFT.

Lire (3 min.)

Blockchain : IZNES annonce la recomposition de son capital

IZNES — plateforme paneuropéenne de tenue de registre en blockchain — annonce ce jeudi 23 mai avoir finalisé la recomposition de son actionnariat, qui se traduit par la montée en puissance à son capital des 6 sociétés de gestion actionnaires fondatrices.

OFI AM, Arkéa IS, Groupama AM, La Banque Postale AM, La Financière de l’Echiquier et Lyxor Asset Management détiennent désormais l’intégralité du capital de la plateforme. L’opération a aussi vu la sortie du tour de table de SETL, la société créatrice de la technologie blockchain d’IZNES.

Vers un développement à l'international

Cette opération renforce IZNES dans l'optique d'un développement international. IZNES rachète notamment la propriété intellectuelle de sa plateforme, recrute l’équipe de SETL qui a conçu le produit et internalise ses développements informatiques. IZNES continue de bénéficier d’une licence d’utilisation de la technologie Blockchain de SETL.

Lancée en mars 2019, IZNES organise l'achat et la vente d’OPC en blockchain pour le compte de clients institutionnels et particuliers, compatibles avec les différents canaux de commercialisation. L'entreprise affiche plus d’1 milliard d’euros d’encours sous registre en Mai 2019. IZNES poursuit son développement en France et au Luxembourg.

Lire (2 min.)

Marchés : la grande divergence

Stéphane Déo
Si 2017 s'est révélée une année florissante pour les marchés, qu'en sera-t-il pour 2018 ? Comment expliquer la divergence ?
Lire (2 min.)

Capitalisation d’Apple : jusqu’aux étoiles ?

Si les éclipses de Lune et les pérégrinations de Mars ont ravi les yeux des petits et grands au cours des dernières semaines, c'est un autre astre qui a ébloui les observateurs hier : le géant Apple. La marque à la pomme a franchi en séance les 1000 milliards de dollars de valorisation, un record absolu dans l'histoire de la bourse. Si les arbres ne montent pas jusqu'au ciel, Apple peut-elle s'élever jusqu'aux étoiles ?
Lire (<1 min.)