Marchés actions : Les 4 risques du Brésil

Michel Audeban
Taux d’intérêts, BRL, révision à la baisse des bénéfices, éléctions... Quels sont les principaux risques au Brésil ?
Lire (4 min.)

Banques centrales : de Powell en Draghi

Didier Le Menestrel
C’est incontestablement l’action des banques centrales qui a alimenté les mouvements des marchés au cours de la semaine dernière.
Lire (2 min.)

Pourquoi il faut diversifier son portefeuille en 2018 ?

Ces deux dernières années, le sentiment de marché est passé d’une situation de « stagnation séculaire » pessimiste à l’enthousiasme actuel marqué par la « reflation ». En ligne avec un scenario optimiste, nous avons privilégié les secteurs à spread les plus rémunérateurs. Cependant, en dépit de l’optimisme du marché à l’égard de l’accélération de la croissance, il est essentiel de continuer de se protéger contre de potentielles mauvaises surprises.
Lire (9 min.)

Yi Gang, nouveau gouverneur de la banque centrale chinoise

Sean Taylor
La nomination récente, par le Parlement chinois, de Yi Gang au poste de gouverneur de la Banque populaire de Chine est considérée comme un signe positif que la Chine poursuivra son processus de réforme tout en assurant sa stabilité financière.
Lire (1 min.)

LFDE se renforce au Benelux

Présente en Belgique et au Luxembourg depuis 2004, en Suisse depuis plus de 12 ans, LFDE entend défendre ses ambitions européennes en renforçant sa présence auprès des clientèles de banques, tiers gérants, assureurs et investisseurs institutionnels sur deux marchés particulièrement stratégiques pour la société.

Christèle de Waresquiel

Christèle de Waresquiel a commencé sa carrière chez Morgan Stanley à Londres, avant de rejoindre Calyon et JP Morgan. Elle devient manager de projet pour GE Capital à Paris en 2011, puis intègre les équipes de Rivoli Fund Management. Diplômée de Centrale Supélec et du Royal Institute of Technology de Stockholm, Christèle est également titulaire d’un MBA de l’Institut d’études supérieures de commerce (IESE) de Barcelone.

Frédéric Jacob

Frédéric Jacob dispose d’une expérience étoffée de l’asset management. Après avoir été consultant pour Odyssey Financial Technologies, il devient responsable du développement commercial de Derivative, puis de Dexia Asset Management. Il rejoint Carmignac en 2010 en qualité de responsable commercial pour la Belgique avant d’être nommé responsable de la clientèle Institutionnelle en 2015. Frédéric est diplômé en Economie et Finance de l’ICHEC Brussels Management School.

Lire (1 min.)

Swiss Life REIM nomme un Senior Advisor

Swiss Life REIM Senior Advisor

Rattaché à Fabrice Lombardo, Directeur de la Structuration et de la Gestion de Portefeuille, il apportera son soutien et sa grande expérience dans de nombreux domaines et notamment les sujets liés à la valorisation des actifs immobiliers.

Diplômé des Etudes Supérieures de Droit Privé, de l’Institut d’Etudes Politiques d’Aix et de l’Institut du Droit des Affaires, Denis François a 35 ans d’expérience dans l’évaluation d’immobilier d’entreprise et résidentiel. Président de Bourdais Expertises puis de CBRE Valuation Advisory France, il était dernièrement Senior Advisor de CBRE.

Tout au long de sa carrière il a apporté sa contribution, en liaison avec les autorités de contrôle et les organisations professionnelles, dans les évolutions législatives et professionnelles concernant l’immobilier (SCI, OPCI, SIIC, Charte de l’Expertise).

Lire (1 min.)

ANACOFI - Pierre SABATIER : Trop de rigueur monétaire est une erreur

Entre l'Amérique protectionniste, la remontée des taux et la Chine, où se situe le risque le plus sous-estimé ? À l'occasion de la Convention ANACOFI 2018, Pierre Sabatier, économiste, fondateur des Econoclastes et Président de Primeview, nous livre ses prévisions sur l'Europe, l'Asie et les Etats-Unis.
Voir (<4 min.)

Inflation : retour vers le futur ?

Didier Le Menestrel
« L'économie se venge toujours » disait Raymond Barre en évoquant dans ses mémoires l'impact des décisions politiques sur la vie économique... Cette affirmation d'un autre siècle concernerait-elle aussi le travail accompli par les banques centrales depuis 10 ans ?
Lire (3 min.)

Un train (de mesures de politique économique) peut en cacher un autre !

Hervé Goulletquer
Powell et la politique monétaire ou Trump et la politique commerciale ? Faites vos jeux, rien ne va plus !
Lire (4 min.)

L’inflation, la FED, les taux et les actions

François Jubin
La première apparition de Jerome Powel devant le congrès américain semble très attendue par les marchés. Elle intervient à un moment clef où les Etats Unis bénéficient depuis 9 ans d’une croissance raisonnable (2.5% attendues en 2018 par la FED) et d’un taux de chômage au plus bas (4%). Elle intervient aussi au moment où les investisseurs commencent à s’interroger sur le niveau élevé des valorisations actions.
Lire (2 min.)

Massena Partners passe sous pavillon Natixis Wealth Management

Cette opération permettra à Natixis Wealth Management de se renforcer dans les domaines du private equity et des clubs deals immobiliers, en capitalisant sur des partenariats noués de longue date entre Massena Partners et des acteurs de référence dans ces domaines.

Menée en parfaite cohérence avec le plan New Dimension annoncé par Natixis fin 2017, cette initiative, qui intervient après la cession par Natixis Wealth Management de Sélection 1818, permettra également de compléter les solutions proposées aux clients des réseaux du Groupe BPCE.

Par cette opération, Massena Partners devient une filiale de Natixis Wealth Management. La société conservera son autonomie dans la gestion de ses clients et dans le choix de ses investissements. Ses principaux managers, associés au développement de la société en leur qualité d’actionnaires, conservent leurs fonctions. Avec l’appui de Natixis, ils entendent préserver l’ADN de la société : une gestion en architecture ouverte et une offre sophistiquée en investissements non-cotés (Private Equity, immobilier). Massena Partners bénéficiera de la couverture financière internationale de Natixis et de ses outils digitaux.

      Vous aimerez aussi https://www.lecourrierfinancier.fr/asset-management/video/maxime-gohin-natixis-wealth-management-7604  
Lire (1 min.)

Trois nouveaux ETF ISR chez Amundi

Les stratégies d’investissement ESG représentent environ un quart des actifs sous gestion globaux, soit une croissance de près de 25% au cours des deux dernières années. Depuis sa création, Amundi considère l'investissement responsable comme l'un de ses quatre piliers fondateurs. Avec le plan d'action ESG annoncé début octobre, Amundi confirme son engagement en tant qu'investisseur responsable, grâce à une analyse extra-financière enrichie, une politique de vote renforcée et des activités de conseil ESG plus spécifiques.

Dans le cadre de ce plan, Amundi annonce le lancement d'une gamme d’ETF ISR sur les marchés actions et obligataires, offrant aux investisseurs des outils ISR à prix compétitif. Cette gamme comprend trois nouveaux ETF actions répliquant les indices MSCI World SRI, MSCI USA SRI et MSCI Europe SRI, dont les frais de gestion sont les plus compétitifs en Europe. Ces fonds seront ultérieurement complétés par un quatrième ETF permettant de répliquer l’indice MSCI Emerging Markets SRI.

Cette gamme actions vient renforcer les expositions obligataires ISR d’Amundi ETF, répliquant des indices Bloomberg Barclays d’obligations d’entreprises européennes et américaines et mettant en œuvre la méthodologie ISR de MSCI.

Lire (1 min.)

L’inflation menace-t-elle la croissance?

Longtemps, la crédibilité des banquiers centraux quant à leur objectif d’inflation à 2% fut mise à mal... Il convient donc de prendre avec un peu de recul les réactions épidermiques récentes des observateurs.
Lire (1 min.)

2018 : La vigueur de l’économie mondiale soutient les actifs risqués

L'équipe de gestion d'Aviva Investors
Les actifs risqués ont vécu un mois de janvier particulièrement dynamique, soutenus par la confirmation de la vigueur de l’économie mondiale. Les actions émergentes se sont une nouvelle fois distinguées et les marchés actions américains ont continué de bénéficier de l’effet « réforme fiscale » et des bons résultats des entreprises. Les actions européennes sont reparties à la hausse, freinées toutefois par la progression de l’euro. Les taux souverains se sont nettement redressés tant aux Etats-Unis qu’en Europe, le retour de l’inflation à l’échelle mondiale confortant le scénario d’une accélération de la normalisation des politiques monétaires. Sur le marché du crédit, les « spreads » ont poursuivi leur contraction.
Lire (5 min.)