François-Xavier Combe – Easyblue : le bitcoin, « un actif de diversification à long terme » pour les épargnants

Les Français ont beaucoup épargné pendant la crise sanitaire. Entre le bitcoin, l'assurance vie ou l'immobilier, quelles sont les meilleures options pour investir ? Comment l'épargne Covid peut-elle financer la relance ? François-Xavier Combe, Fondateur de Easyblue, répond en exclusivité au Courrier Financier.
Lire (5 min.)

Transition énergétique : CNP Assurances et Tikehau Capital lancent une UC de capital-investissement

CNP Assurances et son partenaire Tikehau Capital — groupe de gestion d’actifs alternatifs — annoncent ce mercredi 7 avril le lancement de l'unité de compte (UC) « CNP Relance et Climat » sur le thème de la transition énergétique, en exclusivité pour les clients de CNP Patrimoine. Elle permet aux investisseurs individuels d'accéder à des actifs non cotés, dans le cadre d'un fonds de private equity labellisé « Relance ». Objectif, investir dans l’économie réelle pour répondre à l’urgence climatique.

À travers ce partenariat, CNP Assurances propose une alternative intéressante aux placements cotés, avec l’accès à un fonds de Private Equity réservé jusqu’ici aux investisseurs institutionnels. Ce fonds de conviction permet d'accompagner la croissance de sociétés sélectionnées avec rigueur par  Tikehau Capital, pour leur potentiel de croissance et leur contribution active à la lutte contre le changement climatique.

Fonds propres des PME-ETI

Tikehau Capital lance dès 2018 le premier fonds de Private Equity dédié à la transition énergétique, dans lequel il a lui-même réalisé un investissement de 100 millions d’euros au travers de son bilan, et dont CNP Assurances est un des investisseurs de référence. Cette plateforme vise à accélérer la croissance des PME-ETI européennes qui apportent une réponse à l’urgence climatique et contribuent à la transition vers une économie bas carbone.

Ce fonds de Tikehau Capital — souscrit à hauteur d’un milliard d’euros par des investisseurs institutionnels dont en particulier CNP Assurances — a été labellisé « Relance » fin 2020. Pour rappel, ce label est une initiative du Gouvernement français dans le cadre du plan de relance de l’économie française dans le contexte de crise sanitaire.

L’épargne française représente aujourd’hui un volume de 3 300 milliards d’euros. La crise de la Covid-19 a révélé le déficit en fonds propres des PME-ETI et la criante nécessité d’accélérer dans le domaine de la transition vers une économie moins carbonée. Il est ainsi primordial d’orienter cette épargne vers le financement d'entreprises qui favorisent un modèle de production moins dépendant des énergies fossiles.

Donner du sens à son épargne

« Cette UC de Private Equity permet, dans le cadre de l’assurance vie, de donner du sens à son épargne en participant au financement de la transition énergétique, qui représentera la plus grosse opportunité d’investissement des dix prochaines années. Cette UC que nous avons baptisée CNP Relance et Climat participe, par ailleurs, à l’engagement de CNP Assurances en faveur de la transition énergétique et pour la limitation du réchauffement climatique selon les termes de l’Accord de Paris », déclarent Cécile Blondeau-Dallet et François Guilgot, co-directeurs de la business unit ingénierie et clientèles patrimoniales de CNP Assurances.

« L’épargne mondiale représente 80 000 milliards de dollars. Selon l’Agence Internationale de l’Energie, 10 % de celle-ci permettrait de répondre aux besoins d’investissement des dix prochaines années pour la transition énergétique et ainsi respecter les Accords de Paris et les préconisations du GIEC, visant à limiter le réchauffement climatique sous deux degrés », ajoutent Emmanuel Laillier, responsable du Private Equity pour Tikehau Capital aux côtés de Mathieu Badjeck et Pierre Abadie, co-gérants du fonds de transition énergétique de Tikehau Capital.

« Nous pensons qu’il s’agit d’un objectif atteignable, et ce fonds s’inscrit dans cette ambition. À travers cette initiative avec CNP Assurances, nous souhaitons proposer aux investisseurs individuels de contribuer à la restauration de la capacité d’investissement des entreprises en sortie de crise répondant ainsi à leur demande croissante de donner du sens à leur épargne tout en leur procurant une revalorisation de leurs investissements », concluent-ils.

Lire (4 min.)

Assurance vie : Hedios Patrimoine lance H Rendement 50

Hedios Patrimoine — courtier en assurance et conseiller en investissements financiers — lance ce jeudi 1er avril le placement H Rendement 50 dans le cadre du contrat d’assurance vie Hedios Life Suravenir. Ce produit de gestion passive en architecture ouverte vise un objectif de rémunération de de 8,50 % par an — hors frais liés au cadre d’investissement et avant
prélèvements sociaux et fiscalité.

Jusqu'au 31 mai 2021

Un remboursement anticipé automatique est possible tous les ans dès que l’évolution de l'indice de référence S&P Euro 50 Equal Weight Synthetic 5 % Price est positive ou nulle par rapport à son niveau initial. S'il n'y a pas de remboursement anticipé, le capital est protégé au terme de la durée maximale de 12 ans — jusqu'à 40 % de baisse de l'Indice de référence.

Les souscriptions sont ouvertes jusqu’au lundi 31 mai prochain, avec une souscription minimale de 1 000 euros. Les enveloppes étant limitées, la commercialisation peut cesser à tout moment et sans préavis. H Rendement 50 est accessible à tous les épargnants, dans le cadre d'un compte-titres, d'un contrat d'assurance-vie ou de capitalisation, etc.

Lire (1 min.)

Février 2021 : l’assurance vie reprend des couleurs

Philippe Crevel
Malgré la crise sanitaire, l'assurance vie en France enregistre une collecte positive pour le mois de février 2021. Les ménages français se tournent de nouveau vers les placements longs et les unités de compte (UC). Quelles perspectives pour l'épargne dans les mois à venir ? Philippe Crevel, Directeur du Cercle de l’Épargne, partage son analyse.
Lire (2 min.)

Pan-European II Private Debt : Muzinich & Co. annonce le troisième closing du fonds

Muzinich & Co. — société de gestion indépendante, spécialisée dans la dette publique et privée d’entreprises — annonce ce lundi 19 avril le troisième closing de son fonds « Muzinich Pan-European II Private Debt » à 342 millions d’euros. Le fonds finance la croissance des PME-ETIs dans le cadre de leurs projets d’acquisitions, d’expansions ou de transitions pour des entreprises familiales ou détenues par leurs fondateurs.

Les équipes locales de Muzinich & Co sont déployées à travers l’Europe pour assurer sur le terrain la recherche et l'origination de transactions. Ce fonds fait suite au closing réussi du premier fonds Pan-European Private Debt en 2018, pour un montant de 706,5 millions d'euros.

Attractivité de la dette privée

« L'intérêt des investisseurs pour la dette privée ne cesse de croître, car il s'agit de l'une des classes d'actifs susceptibles d'offrir un rendement supérieur à celui des investissements obligataires traditionnels. En tant que l'un des rares prêteurs privés concentrés sur le marché des PME-ETIs, nous pensons que nos équipes locales sont idéalement positionnées pour déceler des opportunités au sein d’un marché à la fois large et diversifié », déclare Kirsten Bode, Co-responsable de la dette privée paneuropéenne.

« Dans les circonstances exceptionnelles actuelles, et d’autant plus suite à la crise du COVID-19, de nombreuses entreprises européennes touchées par la pandémie auront besoin de solutions de financement flexibles. Nous pensons que notre réseau expérimenté et étendu de spécialistes locaux souligne notre forte empreinte en Europe et nous donne un avantage pour identifier des entreprises présentant des caractéristiques de crédit favorables », ajoute Rafael Torres, Co-responsable de la dette privée paneuropéenne.

Lancée en 2014, la plateforme de dette privée de Muzinich est actuellement composée de 37 professionnels de l'investissement répartis sur 12 sites en Europe, aux États-Unis et en Asie. La plateforme de la société affiche 1,9 milliard de dollars US d’engagements de capitaux et plus de 1,1 milliard de dollars US de capital investi et se concentre sur l’offre de solutions de financement flexibles aux entreprises de taille intermédiaire.

Lire (2 min.)

Partenariat : le groupe Horizon et Urba Select créent Horizon Etudes

Le groupe Horizon — spécialiste du financement, de la conception, de la réalisation et de la commercialisation de projets immobiliers — annonce ce lundi 19 avril s'associer avec Urba Select, expert de la collecte et du traitement de datas immobilières. Ensemble, ces deux acteurs annoncent la création d’Horizon Etudes.

Stratégie de développement

Objectif de ce partenariat, réaliser l’étude de marché la plus précise possible, afin d’évaluer au mieux le chiffre d’affaires potentiel d’une opération immobilière. Le groupe Horizon et Urba Select associent leurs expertises afin de proposer des études fiables grâce à des données démographiques, sociologiques, urbaines et immobilières de qualité.

« Forts de nos différentes expériences et de notre connaissance du marché, nous avons additionné nos expertises afin de proposer aux professionnels de l’immobilier des études complètes et novatrices, indispensables à une prise de décision aviséeNotre objectif est de devenir un acteur de référence de l’étude de marché sur le territoire national », explique Morhad Hadji, dirigeant du groupe Horizon.

L'apport des data-sciences

Horizon Études se démarque avec un espace client qui simplifie la recherche. Sa cartographie dynamique qui regroupe l’ensemble des études commandées. Une analyse exhaustive de la captation de prospects — intégrant les flux des populations et les flux d’acheteurs — est fournie dans l’étude. Elle est livrée en moins d’une semaine avec des données analysées et vérifiées par une équipe d’experts formés à l’immobilier résidentiel.

« Horizon Études associe les datas-sciences à l’expertise métier de la commercialisation et nous permet ainsi de proposer les stratégies de positionnement les plus pertinentes en combinant les deux niveaux d’analyse? Nous réfléchissons sans cesse à trouver des indicateurs intelligents et donner du sens à nos données », déclare Clément Vanderperre, fondateur et CTO d’Urba Select. Le Groupe Horizon étoffe ainsi son offre de services.

Lire (2 min.)

Recycler les bureaux en logements : le fonds Novaxia R commercialisé en partenariat avec Suravenir

Novaxia R — premier fonds d'investissement immobilier de recyclage de bureaux en logements — annonce ce jeudi 25 mars l'ouverture de sa commercialisation dans les contrats d'assurance vie de Suravenir. Ce partenariat fait suite à l’appel à la mobilisation du 19 janvier 2021, dans une logique de finance durable.

D'après le ministère de la Cohésion des Territoires et des relations avec les collectivités territoriale, la transformation d'un actif existant économise 50 % d'empreinte carbone par rapport à la construction neuve. Par ailleurs, cette stratégie de développement immobilier — axée sur le recyclage du bâti existant — permet d'éviter l'artificialisation des sols.

Première opération du fonds

Avec la première opération d'investissement, Novaxia R va transformer en logements les premiers immeubles de bureaux obsolètes, rendus vacants. Le fonds est labellisé investissement socialement responsable (ISR). Il vise à concilier sens et rentabilité potentielle. Le fonds ambitionne la production de 4 000 logements, soit 1,3 milliard d'euros d'investissement issus de la transformation de 180 000 mètres carrés de bureaux obsolètes ou vacants.

« Du fait de la montée en puissance du télétravail, 3 à 6 millions de mètres carrés de bureau pourraient être libérés. Cette vacance est un gisement de valeur potentielle à venir pour les épargnants. Novaxia R constitue une solution vertueuse qui vise à concilier la rentabilité potentielle de l'épargne, la réponse à la pénurie de logement et le respect de l'environnement », indique Joachim Azan, Président fondateur de Novaxia.

Partenariat avec Suravenir

« Nous sommes très fiers d’être partenaire du lancement de Novaxia R. Novaxia Investissement est pionnière dans le domaine du recyclage urbain et offre ainsi à nos clients la possibilité d’investir dans un fonds qui a vraiment du sens. Novaxia est un groupe très innovant et un véritablement un partenaire qui partage les mêmes valeurs que Suravenir », déclare Bernard Le Bras, Président du Directoire de Suravenir.

Suravenir propose à ses partenaires distributeurs de référencer ce nouveau fonds dans l’ensemble des contrats d’assurance vie proposés. Novaxia R est déjà disponible dans Patrimoine Vie Plus, contrat d’assurance vie multisupport distribué par Vie Plus, filière dédiée aux CGP ainsi que dans des contrats des filières internet et bancaire. Par ailleurs, Suravenir accompagne Novaxia Investissement dans sa première opération d’investissement.

Objectif 5 % de performance par an

Distribué par les professionnels du patrimoine, Novaxia R ambitionne de répondre à la demande des clients d'investir leur épargne dans des fonds responsables et rentables. Novaxia R vise un objectif de performance de 5 % annuel net de frais de gestion — en faisant bénéficier les épargnants de la décote des bureaux obsolètes ou vacants.

Le fonds comporte des risques, notamment de perte en capital, de liquidité, et lié au marché de l'immobilier. Préalablement à toute souscription, Novaxia Investissement recommande de prendre connaissance des informations générales et risques figurant dans le document d'information des investisseurs.

Lire (3 min.)

Predictis nomme sa Responsable des Partenariats

Predictis — filiale du Groupe Premium, premier courtier assurance-vie épargne en France — annonce ce lundi 15 mars la nomination de sa Responsable des Partenariats et alliances stratégiques. Delphine Nourisson aura pour mission de mettre en place et fidéliser un portefeuille de partenaires stratégiques pour Predictis, d’optimiser le succès commercial de l’entreprise, et développer les services sur-mesure à ses clients.

Objectif, « faire du développement de ces alliances stratégiques, un axe fort de contribution à la réussite commerciale de Predictis et d’apporter à nos clients encore plus de services et de réponses à leurs besoins (...) Ce poste de négociation et de relationnel a déjà permis de mettre en place plus d’une dizaine de partenariats importants — pour accompagner notamment nos professionnels de santé », souligne Delphine Nourisson.

Focus sur le parcours de Delphine Nourisson

Delphine Nourisson est titulaire d’un DESS en Marketing & Affaires internationales obtenu en 1994 à l’ESC de Chambéry, elle dispose également d’un Master of Arts in International  Business délivré à Leicester et d’un Fachzertifikat Internationales Management – Saarbrücken. Elle dispose de plus de 20 ans d’expérience au sein du  secteur assurantiel et financier.

Delphine Nourisson débute sa carrière en 1994 dans le marketing international, où elle a exercé jusqu'en 2000. Elle occupe ensuite divers postes au sein du Groupe Dexia (Banques & assurances) ; en tant que Responsable Marketing  Produits de 2004 à 2007 ; et que Responsable de la Communication Commerciale chez Dexia Crédit Local de 2007 à 2009. 

Elle occupe ensuite diverses fonctions clés au sein du Groupe Prévoir — spécialisé en assurances de personnes. De 2009 à 2012, Delphine Nourisson exerce en qualité de Responsable Marketing Produits ; puis de 2012 à 2019 en tant que Responsable des Partenariats — avec la mise en place de partenariats avec des courtiers vie et IARD, banques, associations et hôpitaux.  

Lire (2 min.)

Épargne : les femmes plus durement touchées par la crise sanitaire ?

Sarah Le Gouez
La COVID-19 a eu un impact direct sur l'épargne des Françaises. Ce lundi 8 mars, Le Cercle de l’Épargne/Amphitéa publie une enquête Ifop menée en septembre 2020 en partenariat avec AG2R La Mondiale. Comment les femmes ont-elles adapté leur effort d'épargne pendant la crise sanitaire ? Sarah Le Gouez, Secrétaire Général du Cercle de l’Épargne, partage son analyse.
Lire (6 min.)

Janvier 2021 : l’assurance vie démarre l’année d’un bon pied

Philippe Crevel
Début 2021, l'assurance vie confirme son regain de forme. Janvier reste traditionnellement un mois porteur pour ce type de produit d'épargne. Quels arbitrages les Français privilégient-ils, tandis que la crise sanitaire se prolonge ? L'éclairage de Philippe Crevel, Directeur du Cercle de l'Epargne.
Lire (3 min.)

Neutralité carbone : Ivanhoé Cambridge s’engage à l’atteindre en 2040

Ivanhoé Cambridge — filiale de la Caisse de dépôt et placement du Québec— annonce ce mardi 20 avril un programme qui vise à atteindre la neutralité carbone de son portefeuille international en 2040. Face à l’urgence climatique, et parce que le secteur de l’immobilier et de la construction représente près de 40 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES), la société accélère sa stratégie de décarbonation.

La portée de cet engagement concerne les cinq continents sur lesquels Ivanhoé Cambridge détient ses propriétés, en exclusivité ou au travers de partenariats, soit aujourd’hui environ 800 propriétés de classes d’actifs variées : immeubles de bureaux, bâtiments logistiques, centres commerciaux, unités résidentielles et hôtels.

Neutralité carbone

« Notre démarche vient également renforcer la résilience de nos actifs, car les investissements durables seront plus rentables à long terme. En droite ligne avec la mission d’Ivanhoé Cambridge d’avoir un impact positif sur les communautés où nous sommes présents, notre démarche environnementale participera significativement à l’amélioration de la qualité de vie des utilisateurs », déclare Nathalie Palladitcheff, présidente et cheffe de la direction d’Ivanhoé Cambridge.

Ivanhoé Cambridge agit de manière proactive sur deux fronts : d’une part, les risques physiques provoqués par les changements climatiques ; et d’autre part les risques et opportunités liés à la transition vers une économie bas carbone. La société prend l’engagement d’atteindre la neutralité carbone de son portefeuille d’ici 2040. En 2025, un premier jalon de réduction de 35 % de l'intensité carbone devrait être atteint par rapport à 2017, avec une réduction de près de 20 % déjà atteinte en 2020.

Par ailleurs, Ivanhoé Cambridge augmentera ses investissements sobres en carbone de plus de 6 Mds$ canadiens (4 Mds€) d’ici 2025 par rapport à 2020. Depuis 2017, les investissements sobres en carbone de la société ont déjà progressé de près de 200 %, soit 14,6 Mds$ canadiens (9,73 Mds€) au 31 décembre 2020. Ces bons résultats permettent d’ores et déjà à Ivanhoé Cambridge d’accroître et de diversifier ses financements verts, dont les conditions sont en partie liées à l’intensité carbone de ses actifs.

Enjeux climatiques

La société s'engage à atteindre le zéro-carbone dès 2025 pour tous ses projets de développement. Les équipes travailleront sur la prise en compte du carbone associé à la construction — notamment les matériaux. « Nous visons à ce que la trajectoire carbone de notre portefeuille soit compatible avec l’Accord de Paris. Notre feuille de route combine des stratégies d’efficacité énergétique et d’énergie renouvelable, et d’investissement dans des actifs bas-carbone », indique Stéphane Villemain, vice-président, Responsabilité sociale d’entreprise.

Les principaux leviers seront d’améliorer l’efficacité énergétique de nos principaux actifs, de réduire significativement l’utilisation des énergies fossiles et d’augmenter l’utilisation d’énergie renouvelable dans nos propriétés. Les enjeux climatiques sont intégrés dans l’analyse d'investissement d’Ivanhoé Cambridge pour toutes les nouvelles transactions ainsi qu’en gestion d’actifs. Les propriétés bénéficient d’un plan de résilience en lien avec les risques climatiques.

Ivanhoé Cambridge est noté 5 étoiles au sondage GRESB, ce qui place la société dans le top 20 % des participants GRESB à l’échelle mondiale. Avec un score de 89/100 pour son portfolio géré, Ivanhoé Cambridge se place au premier rang du groupe des centres commerciaux en Amérique du Nord pour la deuxième année consécutive. En outre, Ivanhoé Cambridge affiche la note maximaledans l’évaluation GRESB de sa gestion en matière de responsabilité sociale d’entreprise (leadership, politiques et reporting).

Lire (4 min.)

Transition écologique : Eurazeo lance le fonds « Article 9 » pour le secteur maritime

Eurazeo — groupe d'investissement mondial — annonce ce mardi 20 acril le lancement du fonds thématique « Sustainable Maritime Infrastructure » qui financera dans le secteur maritime des infrastructures et des technologies plus respectueuses pour l’environnement.

Le fonds aura ainsi pour objectif le développement durable au sens de l’article 9 du règlement (UE) 2019/2088 (dit « règlement Disclosure »). Il participera directement au déploiement d’O+, la stratégie ESG du Groupe dont l’un des piliers est l’atteinte de la neutralité nette carbone d'ici 2040.

« De nombreux investisseurs sont aujourd’hui à la recherche de programmes d’investissement ayant un impact concret dans la décarbonisation et la transition écologique. Le fonds « Sustainable Maritime Infrastructure » se distingue par une protection du capital renforcée », déclare Christophe Bavière, membre du Directoire d’Eurazeo.

300 millions d'euros

90 % des marchandises mondiales sont transportées par la mer. La transition du secteur maritime constitue donc un enjeu crucial dans la lutte contre le dérèglement climatique. Le fonds financera en priorité trois types d’infrastructures : navires dotés de technologies de pointe plus respectueuses de l’environnement, équipements portuaires innovants, et actifs contribuant au développement des énergies renouvelables en mer.

Il accompagnera une cinquantaine d’infrastructures européennes qui soutiendront la transition de l’économie maritime vers une économie neutre en carbone à l’horizon 2050, en alignement avec l’ambition annoncée dans le cadre du « Green Deal » européen. Plusieurs investisseurs souverains et institutionnels de renom ont déjà confirmé leur participation dans le fonds, dont la taille cible s’élève à 300 M€.

Ce fonds de leasing — qui sera géré par Idinvest Partners — présentera pour les investisseurs un profil de risque particulièrement sécurisé par la détention des actifs en propre. A travers des opérations de financement d’actifs, il générera des distributions trimestrielles issues des loyers perçus et bénéficiera d’un SCR (Solvency Capital Requirement) inférieur à 10 %.

Réduire les émissions

Depuis le 1er janvier 2020, en vertu de la nouvelle réglementation de l’Organisation Maritime Internationale (OMI) sur la réduction de la teneur en soufre des carburants (0,5 % au lieu de 3,5 %), les compagnies maritimes doivent réduire significativement leurs émissions.

Cette réglementation s’inscrit dans la stratégie globale de l’OMI et vise à réduire les émissions totales de GES du secteur du transport maritime d’au moins 50 % d’ici 2050 par rapport aux niveaux de 2008. Le fonds participera à la réduction des GES ainsi qu’à celle des émissions d’oxydes de soufre (Sox) et d’oxydes d’azote (NOx), qui sont très nocives pour la qualité de l’air.

Les réductions d’émissions permises par les investissements du fonds seront mesurées grâce à des indicateurs quantitatifs. La méthodologie utilisée a été revue par des experts indépendants. L’évaluation des émissions réduites fera l’objet d’un audit externe annuel. Le label LuxFLAG a été décerné au fonds en janvier 2020. L’obtention de ce label reflète la prise en compte des critères ESG à chaque étape du processus.

Lire (3 min.)

Fonds Interne Collectif : OneLife étend sa gamme auprès des CGP et clients français

OneLife — spécialiste luxembourgeois de l'assurance vie — annonce ce lundi 18 janvier le lancement d'un Fonds Interne Collectif (FIC) en partenariat avec la société de gestion First Trust. Ce produit propose une approche mutualisée de la gestion, avec un ticket d’entrée inférieur à un fonds interne dédié. Objectif, proposer une option de diversification.

Le FIC permet d’accéder simplement à des investissements innovants et à une large gamme d’actifs sous-jacents, en fonction du profil du preneur. Le succès de ce produit financier repose sur des partenariats qualitatifs, avec des sociétés de gestion qui proposent des produits adaptés aux besoins spécifiques des investisseurs.

Un fonds 100 % ETF

Convaincu du potentiel de ce véhicule encore sous-exploité, OneLife étend sa gamme avec le lancement officiel début février d’un nouveau fonds interne collectif équilibré et 100 % ETF géré par la société de gestion américaine First Trust, premier fournisseur d’ETF actifs au monde : le FIC All Weather Global Balanced Allocation.

Ce fonds équilibré vise la croissance du capital à moyen terme tout en limitant l’impact de la volatilité des marchés, en reposant sa stratégie sur un portefeuille diversifié d’ETF comprenant actions, obligations, actifs immobiliers, matières premières, placements alternatifs…

Enrichir la gamme OneLife

« Cette offre représente l’alliage de l’innovation et de la simplification. Notre objectif était de mettre à disposition de nos partenaires un nouvel outil de diversification, en partenariat avec une société connue et reconnue pour son savoir-faire. Nous sommes très heureux de pouvoir proposer aujourd’hui cette nouveauté, très facilement accessible dans nos contrats », déclare Romain Chevalier, Chief Commercial Officer de OneLife. 

« Notre volonté est d'offrir aux investisseurs une meilleure façon d'investir en proposant des solutions transparentes et innovantes grâce à notre expertise et notre vision long terme. Nous sommes ravis de ce projet commun sur le marché français », ajoute Pascal Osberger, Senior Sales Associate chez First Trust. Ce nouveau FIC s’ajoute à une gamme que OneLife souhaite enrichir en 2021 afin de couvrir des besoins divers en matière d’investissements.

Lire (2 min.)

Assurance vie : Novaxia veut accélérer le recyclage des bureaux en logements

Cette semaine, Novaxia annonce avec quatre partenaires assureurs se mobiliser pour accélérer la transformation de bureaux en logements. Avec le développement du télétravail, ce segment permet de lutter contre la pénurie de logement tout en limitant l'artificialisation des sols. Comment l'investisseur conjugue-t-il rendement et développement durable ? Le point avec Le Courrier Financier.
Lire (5 min.)