MetLife s’intéresse aux CGP

En septembre 2018, MetLife lançait Super Novaterm Prévoyance, pour protéger le revenu, l’activité et la famille des indépendants, qu’ils soient professions libérales, gérants majoritaires d’entreprise, artisans ou commerçants. Cette solution est portée par un réseau commercial de 50 inspecteurs, répartis sur toute la France, qui fournit aide et conseil aux intermédiaires d’assurance tels que les CGP. Vincent Tholance, ancien CGP qui a récemment rejoint les équipes commerciales de MetLife France, pourra apporter son expertise pointue pour accompagner au mieux ces professionnels.

Cette offre complémentaire répond pleinement à l’obligation réglementaire qui pèse sur les CGP. En outre, la Prévoyance représente aujourd’hui un réel levier de croissance et de diversification pour les CGP, plutôt centrés sur l’épargne. MetLife France veut déployer des moyens importants pour aider les CGP à commercialiser cette solution auprès de leurs clients, en se concentrant sur la prise de conscience des indépendants de leurs besoins en termes d’incapacité, d’invalidité ou de décès, garanties souvent peu ou mal couvertes par leurs Régimes Obligatoires.

MetLife déploie des services dédiés aux CGP

Dans cette optique, depuis 2 ans, afin de connaitre au mieux le métier et les besoins des CGP, les inspecteurs de MetLife France ont suivi la formation obligatoire délivrée aux CIF. MetLife a également opéré un rapprochement avec les associations de CIF, grâce à une présence aux salons de l’ANACOFI et de la CNCGP, ainsi qu'une participation au 1er salon BFM Business Patrimoine, et aux aux formations de l’ANACOFI en régions. Enfin, des tutoriels sur le thème « Devoir de conseil et Prévoyance » devraient voir le jour.

Lire (1 min.)

L’Orias élit un nouveau président

Président Orias Philippe Poignet

A un moment où s’engagent les discussions sur la réforme du courtage d’assurance qui a pour objectif de faire évoluer la profession de courtier d’assurance vers un modèle d’autorégulation, le Conseil d’administration a élu à l’unanimité Philippe Poiget, Délégué général de la FFA, à la présidence de l’ORIAS jusqu’à l’entrée en vigueur de cette réforme. A cette échéance, il sera procédé à l’élection d’un nouveau Président.

Philippe Poiget entend assurer la poursuite des missions de l’ORIAS dans un esprit de neutralité et en parfaite concertation avec les associations membres. Le mandat de Bruno Pelissier, administrateur de l’ORIAS au titre d’agéa et Président en exercice, s’achèvera le 31 décembre 2018. Philippe Poiget prendra ses fonctions le 1er janvier 2019.

Lire (1 min.)

Raise Investissement entre au capital du Groupe Artemis

Créé en 2009, le groupe Artémis courtage opère dans le secteur du courtage en crédit immobilier, de l’assurance emprunteur et du regroupement de crédits. Fort d'un réseau d’une quarantaine d’agences, qui ont négocié plus de 2,5 milliards d'euros de crédit en 2017, Artémis affiche aujourd’hui un chiffre d’affaires d’environ 40 millions d’euros.

Les 20 millions d’euros investis par RAISE Investissement aux côtés des six co-fondateurs d’Artémis courtage permettront de soutenir le développement du groupe. Ce regroupement permettra notamment l’ouverture de nouvelles agences en propre, l'équipement numérique et la croissance externe.

  Vous aimerez aussi https://lecourrierfinancier.fr/patrimoine/breve/nouvelle-acquisition-institut-patrimoine-10967
Lire (1 min.)

Capfinances entre au capital de Groupe Premium

Laurent et Didier Zerbib, les dirigeants de Capfinances, rejoidront le directoire et entreront au capital de Groupe Premium.

Fondée en 2004, Capfinances, leader en France dans la distribution de contrats d’assurance vie et de solutions retraite, dispose d’un réseau de 100 collaborateurs et mandataires d’assurances. Le société, qui compte plus de 20 000 clients, réalise un chiffre d’affaires de plus de 15 millions d’euros au cours de la dernière année.

Avec plus de 400 collaborateurs et mandataires indépendants, le Groupe Premium, via sa principale filiale Predictis, propose une gamme complète de solutions patrimoniales et assurantielles au service des particuliers et des professionnels. Avec un chiffre d’affaires de 28 millions d’euros, en juin 2018, le groupe enregistre une croissance continue depuis plusieurs années.

Le Groupe Premium, grâce à cette opération, devrait voir son chiffre d'affaires porté à plus de 43 millions d’euros.

 
Lire (1 min.)

L’ACPR/AMF lancent une consultation sur les investisseurs vulnérables

Dans un contexte de vieillissement démographique et de mutation digitale du secteur financier, le Pôle commun présente un état des lieux général des pratiques de commercialisation des produits financiers aux personnes âgées : besoins et difficultés éventuelles, mécanismes de protection et usages du marché. Le rapport vise à constituer une première base de réflexion et à ouvrir le débat, par le biais d’un appel à contributions, sur une série de questions-clés.

L’objectif est de trouver, en collaboration avec les consommateurs, les professionnels et les acteurs du vieillissement, les moyens d’identifier les bonnes pratiques de commercialisation à l’égard des personnes vieillissantes et vulnérables, au regard notamment de difficultés cognitives. L’ambition de ces travaux est double : s’assurer qu’un conseil adapté est délivré par les professionnels et qu’un consentement éclairé est donné par cette clientèle lors de la souscription de produits financiers.

L’ACPR et l’AMF invitent toutes les personnes intéressées à envoyer leurs contributions, qui nourriront les réflexions du Pôle commun pour la suite des travaux en 2019.

 
Lire (1 min.)

Janus Henderson lance un fonds sur la thématique des biotechs

Cette SICAV de droit luxembourgeois investira dans des sociétés innovantes du secteur de la biotechnologie, ou des sociétés liées à ce secteur, en ciblant plus particulièrement celles qui apportent une réponse aux importants besoins médicaux non satisfaits à travers le monde. Ce fonds ciblera les sociétés visant un développement de long-terme au sein d’un secteur très innovant et en rapide croissance.

Le nouveau fonds biotech de Janus Henderson sera co-géré par Andy Acker et Dan Lyons qui disposent, à eux deux, de plus de 40 ans d’expérience en matière d’investissement sur le secteur de la biotechnologie. Le fonds sera géré par une équipe d’experts issus du milieu scientifique et bénéficiera du soutien du reste de l’équipe d’investissement spécialisée dans le domaine de la santé de Janus Henderson.

Andy Acker constate : « Le rythme des progrès s’accélère dans l’industrie de la biotechnologie, ce qui signifie que les avancées médicales surviennent beaucoup plus rapidement. La FDA a, depuis le début de l’année, approuvé 55 nouvelles thérapies, établissant ainsi un record historique. Notre processus met l’accent sur les moteurs opérationnels et scientifiques essentiels à l’atténuation des risques et à l’identification des opportunités dont regorge ce secteur dynamique. »

Lire (1 min.)

Anne-Françoise Potiez prend la direction juridique et fiscale de Swiss Life France

Anne-Françoise Potiez - Swiss Life

Diplômée d’un DEA de droit privé général Paris 1 Panthéon-Sorbonne et titulaire d’un DESS de droit des affaires et fiscalité Paris 2 Panthéon-Assas, Anne-Françoise était Directeur Juridique et Fiscal d’AG2R-La Mondiale depuis 2012, en charge de l'activité juridique Assurances du Groupe : Epargne, Santé Prévoyance, Retraite supplémentaire. Anne-Françoise Potiez est âgée de 54 ans.

Lire (1 min.)

Les agents généraux appuient la réforme des retraites

Lors de son Assemblée générale, le 15 juin dernier, agéa, Fédération nationale des syndicats d’agents généraux d’assurance, a réuni ses membres pour faire le point sur la réforme des retraites et l’épargne retraite.
Lire (2 min.)

Allianz Global Corporate & Specialty France nomme une directrice commerciale et marketing

AGCS Allianz Global Marylin Paugeas  

Àgée de 43 ans, Marilyn Faugas reporte à Corinne Cipière, Directrice Générale d’AGCS France et Directrice Commerciale et Marketing pour la région Méditerranée (France, Italie, Espagne, Benelux et Maghreb), elle intègre également le Comité de Direction France.

Titulaire d’un DESS en Droit des Assurances et diplômée du CHEA (Centre des Hautes Etudes d’Assurances), elle a débuté sa carrière en 1999, au poste de gestionnaire Responsabilité Civile chez Cabinet Christian de Clarens. Conseillère spécialisée en charge d’un portefeuille dédié aux Institutions Financières dans le département Finpro de Marsh jusqu’en 2004, elle a rejoint ensuite ACE Europe en qualité de souscriptrice Risques Financiers pour les grands comptes puis en tant que responsable du bureau de Paris en 2008.

Elle était, depuis 2010, Key Account Manager chez AGCS France.

      Vous aimerez aussi  https://www.lecourrierfinancier.fr/assurance/breve/deux-nominations-a-direction-lignes-financieres-dallianz-global-corporate-specialty-france-11634
Lire (1 min.)

CREDIXIA développe sa franchise

Créée en 1999, CREDIXIA était initialement courtier en crédits immobiliers et a progressivement élargi son offre : assurance emprunteur, rachat de crédit, restructuration de prêts, prêt professionnel, placements, etc.... Entre 2014 et 2017, le chiffre d’affaires de l’entreprise a ainsi progressé de + 130%.

Le réseau de Franchisés CREDIXIA met l’ensemble des outils nécessaires au développement de l’activité et une formation complète à disposition des entrepreneurs, qui bénéficieront également du réseau de banques partenaires.

Lire (<1 min.)

Tikehau IM réalise le premier closing du fonds T2 Energy Transition Fund

Aujourd’hui, pour répondre aux défis du dérèglement climatique, les besoins d’investissement sont estimés par l’Agence Internationale de l’Énergie à 60 000 milliards d’euros pour les deux prochaines décennies. Dans ce contexte, T2 Energy Transition Fund a vocation à soutenir les acteurs européens de la transition énergétique de taille intermédiaire dans leur développement, leur transformation et leur expansion, notamment internationale.

Les investissements du fonds se concentreront sur les entreprises évoluant dans trois secteurs déterminants pour la transition énergétique :

  • La production d’énergies propres : mise en œuvre de solutions pour la diversification du mix énergétique, projets de production d’énergie à partir de ressources non carbonées.
  • La mobilité bas-carbone : développement d’infrastructures visant à accueillir les véhicules électriques, essor d’équipements et de services liés à la mobilité bas carbone et évolutions liées à l’utilisation du gaz naturel dans les transports en remplacement du diesel et du fuel marine.
  • L’amélioration de l’efficacité énergétique, du stockage et de la digitalisation : recherche et mise en œuvre de solutions pour le déploiement et l’optimisation du stockage d’énergie, optimisation de la consommation énergétique des bâtiments et des entreprises.

Un modèle opérationnel différenciant 

Née de la coopération entre Tikehau Investment Management et Total, le fonds T2 Energy Transition Fund a un modèle opérationnel différenciant qui s’appuie sur l’expertise de l’équipe d’investissement de Tikehau Investment Management tout en bénéficiant de l’expertise sectorielle et du réseau international de Total.

Le fonds dispose ainsi de 350M€ à l’issue de ce premier closing. Convaincus par le positionnement du fonds, Bpifrance et Groupama, investisseurs de références, ont souhaité rejoindre dès le premier closing les sponsors : Tikehau Capital et Total.

Lire (2 min.)

Euskal Herria, le premier FCPR de Newfund dédié aux start-up de la région Aquitaine

Newfund NAEH investira entre 150.000 euros et 500.000 euros dans des entreprises en phase de lancement qui réalisent un début de chiffre d’affaires, avec l’objectif d’en faire de futurs champions. Les start-up bénéficieront d’un accompagnement local grâce au soutien du réseau de souscripteurs bien implantés dans le tissu économique de la région. Agathe Descamps, docteur en droit des sociétés, sera la correspondante de Newfund en région.

Ces entreprises seront soutenues par l’équipe Newfund qui, depuis 10 ans, a investi dans plus de 80 start-up. Newfund connaît bien la région pour y avoir investi à plusieurs reprises et pour compter le Conseil Régional parmi ses souscripteurs depuis 2008.

Newfund est également présent aux Etats-Unis dans la Silicon Valley. Il mettra à disposition son savoir-faire en matière de déploiement aux Etats-Unis lorsque c’est pertinent pour les sociétés les plus ambitieuses du portefeuille Newfund NAEH.

De l’investissement subi à l’investissement choisi

Pour les investisseurs, Newfund NAEH est un produit d’un genre nouveau. En effet, la fin de l’Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), et de la niche fiscale qui lui était liée, a libéré un espace d’investissement. Au lieu d’investir dans les anciens « fonds ISF » pour bénéficier de l’avantage fiscal, le souscripteur investit dans Newfund NAEH pour la performance d’un fonds géré de façon professionnelle sans « carotte fiscale » à l’investissement.

Lire (1 min.)

Harvest reçoit l’agrément de l’ACPR

La société est désormais régulée par la même autorité que celle des Banques et Assureurs. La réglementation DSP2 impose que les agrégateurs de comptes bancaires soient agréés et contrôlés, afin de permettre aux personnes disposant de plusieurs comptes bancaires d’avoir une vue d’ensemble de leur situation financière (épargne et crédits) et donc de mieux gérer leur patrimoine, tout en assurant la sécurité de cette prestation.
Lire (<1 min.)

Les assureurs et les fonds de pension misent sur les actifs alternatifs

Cette étude, conduite auprès de plus de 250 régimes de retraite et compagnies d’assurance en Europe et au Royaume-Uni, révèle que ce sont les fonds de pension britanniques qui envisagent d’augmenter le plus leur allocation aux classes d’actifs alternatives : leur exposition se rapprochera de celle des assureurs britanniques, ainsi que des fonds de pension et assureurs d’Europe continentale.

Parmi les principales conclusions :

  • Les régimes de retraite britanniques prévoient d’augmenter de 51 % leur allocation aux actifs alternatifs, la portant de 4,3 % à 6,5 %.
  • Les assureurs britanniques devraient renforcer de 14 % leur allocation, qui passerait de 7,3 % à 8,3 %.
  • En Europe continentale, les assureurs et les fonds de pension envisagent d’accroître cette allocation de plus de 40 % : les assureurs prévoient d’allouer 9,2 % de leur portefeuille aux actifs alternatifs, contre 6,5 % actuellement, tandis que les fonds de pension envisagent de porter celle-ci de 5,2 % à 7,3 %.
  • Ces projets s’expliquent par la volonté de bénéficier du profil de risque de ces actifs alternatifs (pour 34 % des répondants), ainsi que de leurs avantages en matière de diversification (33 %) et de leur prime d’illiquidité (30 %).
  • La plupart des investisseurs interrogés pensent trouver les meilleures opportunités en-dehors de leur marché local.
  • Malgré cette tendance en faveur d’allocations plus importantes, plusieurs freins à l’investissement demeurent, parmi lesquels l’illiquidité des actifs (31 %), le coût élevé des stratégies (29 %), la difficulté d’identifier des opportunités adaptées (27 %) et la réglementation (27 %).

Actifs alternatifs : des niveaux de popularité variés

La dette privée d’entreprises correspond à la classe d’actifs alternatifs la plus répandue dans les portefeuilles des assureurs et des fonds de pension (57 % et 55 % respectivement). Le succès de cette classe d'actifs ne se dément pas, puisque 42 % des assureurs et 26 % des fonds de pension prévoient d’y augmenter leurs expositions au cours des 12 prochains mois. Parallèlement, 31 % des assureurs envisagent d’accroître leur exposition à la dette d'infrastructure au cours des 3 prochaines années, une tendance qui est peut-être confortée par un traitement du capital plus favorable sous le régime Solvabilité II.

Mark Versey, Directeur des investissements, Actifs Réels, Aviva Investors, a déclaré :

« En Europe, l’intérêt pour les solutions de rendements alternatifs s’est nettement développé parmi les régimes de retraite et les compagnies d’assurance ces dix dernières années. Les investisseurs institutionnels sont séduits par la prime d’illiquidité qu'offrent les actifs non cotés, ainsi que par d’autres avantages comme leur pouvoir de diversification et leur profil de risque. À l’heure de la fin de l’assouplissement quantitatif et de la hausse des taux, notre enquête révèle que les investisseurs osent s’exposer à de nouveaux secteurs et territoires. Cette tendance transparaît également dans nos conversations avec nos clients. »
Lire (2 min.)