Chine : Amundi va créer une société de gestion avec BOC Wealth Management

Amundi — premier gestionnaire d’actifs européen — et BOC Wealth Management — filiale de Bank of China — ont annoncé le 20 décembre dernier avoir reçu l'accord de la China Banking and Insurance Regulatory Commission pour créer une société commune de gestion d'actifs. Le lancement doit intervenir dans le courant du deuxième semestre 2020.

Se développer en Chine

Objectif, se développer sur le marché national chinois. Amundi en sera l'actionnaire majoritaire, afin d'accélérer sa stratégie de développement en Chine. La société commune tirera parti des canaux de distribution de Bank of China Wealth Management, afin de répondre aux besoins des investisseurs institutionnels et particuliers.

Ce projet et ce partenariat « permettront à Amundi d'ajouter un nouveau pilier à sa stratégie de développement en Chine et de bénéficier de relations commerciales fortes avec l'une des premières banques en Chine », précise Yves Perrier, Directeur Général d'Amundi.

Amundi actionnaire majoritaire

Bank of China a répondu aux exigences règlementaires afin de mettre en œuvre la décision des autorités chinoises, en particulier les 11 mesures proposées par le Comité de développement de la stabilité financière du Conseil d'État et qui visent à ouvrir davantage le secteur financier.

« Bank of China est la première société commune dans laquelle un actionnaire étranger détient une participation majoritaire. Cela démontre pleinement que l’ouverture accélérée du marché financier chinois accompagne les évolutions du marché mondial », commente Liange Liu, Président de Bank of China.

Lire (2 min.)

Pays émergents : du mieux sur la croissance

Julien-Pierre Nouen
Fin 2019, la croissance dans les pays émergents reprend quelques couleurs. Le ralentissement constaté au cours des trois premiers semestres de cette année reposait sur de multiples facteurs — globaux et spécifiques — qui devraient avoir moins de poids en 2020. Quelles perspectives macroéconomiques se dessinent pour l'année à venir sur les marchés émergents ?
Lire (2 min.)

Chine : beaucoup de pépites de l’IA encore à découvrir

Tobias Rommel
L'interlligence artificielle (IA) représente un secteur technologique en pleine expansion. Si les Etats-Unis restent encore en tête, la Chine les talonne de près. Comment appréhender le marché chinois ? Pourquoi les investisseurs thématiques devraient-ils garder un œil sur ce segment ? Tobias Rommel, gérant du fonds DWS Invest Artificial Intelligence, partage son analyse.
Lire (5 min.)

Marchés financiers : green

Igor de Maack
Réveil de la Chine et montée en puissance de la finance verte... Ces deux thèmes dessinent l'univers d'investissement de demain. Comment la Chine va-t-elle gérer la situation politique et économique à Hong Kong ? L'Europe va-t-elle rester en tête de file de la finance responsable ? Igor de Maack, Gérant et porte parole de la Gestion chez DNCA Finance, partage son analyse.
Lire (3 min.)

Le groupe Advenis nomme un directeur des opérations

Le groupe Advenis — spécialisé dans la gestion d’actifs immobiliers et financiers — annonce ce mercredi 15 janvier la nomination d'un directeur des opérations. Dans ce cadre, Romain Lourtioux (32 ans) devient responsable de la coordination des différentes filiales du groupe Advenis, et de l’élaboration et du suivi des feuilles de route par fonction/métier, en accord avec les axes stratégiques de l’entreprise.

Il pilote également la conduite de projets transverses tels que les acquisitions, partenariats, etc. En outre, Romain Lourtioux intervient pour le compte de la filiale Advenis Gestion Privée, où il apporte son soutien à la définition des orientations stratégiques et organisationnelles. Il est aussi responsable des produits et des partenariats.

Focus sur le parcours de Romain Lourtioux

Romain Lourtioux est titulaire d’un diplôme d’Ingénieur généraliste de l’ICAM de Nantes et d’un mastère spécialisé Strategy & Management of International Business de l’ESSEC Business School. Il possède plus de 7 ans d’expérience dans le domaine de la construction et de l’immobilier. Entre 2011 et 2017, il travaille comme responsable commercial Grand Ouest, puis directeur des partenariats Grand Ouest de PERL.

Pendant cette période, il pilote le développement commercial de la région Grand-Ouest. Il assume également la réorganisation interne de la région, en vue d’optimiser son efficacité commerciale. En 2018, il contribue au développement de la start-up OCUS où il est en charge du développement de la Business unit « Promotion & Immobilier ».

Lire (2 min.)

Foncia Pierre Gestion est rachetée par BlackFin Capital Partners

Foncia Pierre Gestion — spécialiste de la gestion des SCPI — annonce ce jeudi 16 janvier prendre son indépendance du groupe Foncia. La société de gestion accélère sa stratégie de croissance avec le soutien du fonds de capital-développement BlackFin Capital Partners. Le groupe Foncia détenait 100 % de la société jusqu'à l'acquisition par BlackFin. Basée à Paris, l'équipe de Foncia Pierre Gestion compte 28 professionnels expérimentés.

Créée en 1964, Foncia Pierre Gestion dispose d'une expertise reconnue en asset management et property management. Elle détient le record de la plus ancienne société de gestion de SCPI. Foncia Pierre Gestion gère 5 SCPI pour une capitalisation de près de 1,2 Md€. Ces fonds sont détenus par près de 19 000 associés, avec près de 500 actifs immobiliers sous gestion (bureaux, commerces, hôtels) qui représentant une surface de près de 450 000 m2.

Renforcement des équipes

Ce changement d’actionnaire permet à Foncia Pierre Gestion d’accéder à un portefeuille de clients institutionnels plus large, de développer son réseau de distribution — conseillers en gestion de patrimoine, banques privées, sites Internet spécialisés — et de renforcer la visibilité de son offre. Foncia Pierre Gestion souhaite fortement accélérer son développement.

Dans ce but, la taille des équipes notamment commerciales et marketing seront renforcées. « Proximité, réactivité, ces principes que nous partageons avec BlackFin Capital Partners sont les piliers de la relation de confiance que nous avons su créer avec nos investisseurs depuis plus de 30 ans », déclare Danielle François Brazier, directrice générale de Foncia Pierre Gestion.

Lire (2 min.)

Hong Kong : le casse-tête chinois

Cette semaine, Le Courrier Financier revient sur la situation à Hong Kong. Le territoire a connu une escalade de violences, sans que cela perturbe particulièrement les marchés financiers. Pékin maintiendra-t-il son slogan « un pays, deux systèmes » ? Quel avenir politique et financier pour le territoire de Hong Kong ?
Lire (4 min.)

Les marchés occultent la crise à Hong Kong

Axel Botte
En novembre 2019, les manifestations se poursuivent à Hong Kong sous le regard inquiet de la communauté internationale. Malgré les troubles politiques, les marchés actions s'affichent au plus haut. Le mouvement haussier peut-il se poursuivre malgré les risques politiques ? Quel impact sur l'accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine ? Axel Botte, Stratégiste chez Ostrum Asset Management (AM), partage son analyse.
Lire (6 min.)

Chine : faut-il avoir peur des nouvelles routes de la soie ?

Sébastien Oum
Dans un contexte de guerre commerciale avec les Etats-Unis, la Chine cherche à développer des alternatives économiques. Le projet des nouvelles routes de la soie suscite de nombreuses interrogations. De quel modèle d'échanges et d'investissements s'agit-il ? Quels avantages la France pourrait-elle en tirer ? Sébastien Oum, CEO de Ambriva et Spécialiste en change et politique monétaire, partage son analyse.
Lire (6 min.)

Chine : poursuite du ralentissement de la croissance

Matthieu Grouès
En Chine, la croissance économique poursuit sa décélération au troisième trimestre 2019. Quels sont les secteurs les plus touchés ? Quelles sont les répercutions sur les investissements et les marchés financiers ? Que faut-il attendre des négociations commerciales avec les Etats-Unis ? Matthieu Grouès, Associé Gérant et Responsable des gestions institutionnelles chez Lazard Frères Gestion, partage son analyse.
Lire (3 min.)

Capital-investissement : Vatel Capital primé par Gestion de Fortune

Vatel Capital — société de gestion indépendante — annonce ce mercredi 15 janvier avoir été récompensée lors du 27e Palmarès des Fournisseurs organisé par le magazine Gestion de Fortune. Agréée par l'AMF, Vatel Capital investit dans les PME cotées et non cotées. La société de gestion revendique plus de 450 M€ d’actifs sous encours.

Elle investit dans des entreprises de nombreux secteurs : santé, énergies renouvelables, services aux entreprises et internet notamment. Vatel Capital propose également une offre financière sur les actifs tangibles tels que la forêt, les terres agricoles et les énergies renouvelables.

Focus sur le palmarès de Vatel Capital

Vatel Capital a obtenu la 2e place dans la catégorie Capital-investissement, suite à une enquête quantitative et qualitative menée auprès de 4 500 conseillers en gestion de patrimoine indépendants (CGPI) répartis sur toute la France. Le travail des gérants est régulièrement récompensé :

  • En mars 2017, Vatel Capital a été élu 3e société préférée des CGPI dans la catégorie « Capital-Investissement » du journal Investissements Conseils ;
  • En janvier 2016 et 2017, Vatel Capital a été noté 4 étoiles par Gestion de Fortune pour sa qualité de service ;
  • En 2015 et en 2018 le FCP Vatel Flexible a obtenu le Lipper Fund Award ;
  • En 2011, Vatel Capital a été élue société de gestion de portefeuille la plus dynamique, dans la catégorie « non coté » des Tremplins Morningstar.
Lire (2 min.)

Amiral Gestion recrute un Responsable Institutionnels et Grands comptes

Amiral Gestion —  société de gestion indépendante — annonce ce mercredi 15 janvier la nomination d'un nouveau Responsable Institutionnels et Grands comptes. Fin décembre 2019, la société revendiquait 3,9 Mds€ d'encours sous gestion. Basé à Paris, Ugo Emrinian (32 ans) travaillera en collaboration avec Benjamin Biard, Directeur du développement et Pierre-Antoine Door, Responsable Institutionnels et Grands comptes. Il poursuivra les développements auprès des clients institutionnels et grands comptes.

Ugo Emrinian supervisera également le développement commercial sur le marché italien, où la gamme Sextant est disponible depuis 2019. Ce recrutement s'inscrit dans la stratégie de développement d’Amiral Gestion. « L'international est un axe de développement sur lequel nous avons beaucoup d'ambition. L'expérience d'Ugo sur le marché italien nous sera précieuse », précise Benjamin Biard, Directeur du développement chez Amiral Gestion.

Focus sur le parcours d'Ugo Emrinian

Ugo Emrinian possède un Master en Finance de Marchés de l’INSEEC Business School de Paris. Après une première expérience d'Assistant trader chez Natixis, il développe une expertise de plus de 10 ans dans le développement commercial des grands comptes et institutionnels en France et en Italie. En 2010, il rejoint l'équipe commerciale institutionnelle de Swiss Life Asset Management. En 2015, Ugo Emrinian intègre Metropole Gestion. Il y est nommé Directeur commercial adjoint en 2019.   

Lire (2 min.)

Fonds actions : Amundi lance Amundi Funds New Silk Road

Amundi — premier acteur européen de la gestion d’actifs, avec 1 487 Mds€ d’actifs sous gestion — annonce ce mardi 22 octobre le lancement du fonds « Amundi Funds New Silk Road ». Ce fonds recherche les opportunités d’investissement en actions, sur les marchés qui bénéficient de l’essor des nouvelles routes commerciales qui traversent Asie, en Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique.

La nouvelle route de la soie

La Chine s’est inspirée de l’antique route de la soie pour créer l’initiative « la ceinture et la route » (BRI pour Belt and Road Initiative) en 2013. Elle favorise ainsi l’essor de nouvelles routes commerciales à travers l’Asie, l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique. Ce nouvel écosystème verra l’investissement de 1 000 Mds€ dans 1 700 projets d’infrastructures au travers de 65 pays.

Amundi New Silk Road investit à la fois dans les entreprises dont l’activité et le chiffre d’affaires sont directement impactés par la Belt and Road initiative — dans le secteur de l’Infrastructure, par exemple. Elle s'intéresse aussi aux sociétés qui bénéficient des retombées secondaires et tertiaires des nouvelles routes de la soie, notamment dans le tourisme ou l’éducation. Le fonds vise une valorisation du capital à long terme supérieure à celle de l’ensemble de l’univers des actions des marchés émergents.

60 à 90 titres en portefeuille

Le processus d’investissement est conçu pour tenir compte des sensibilités géopolitiques le long de la nouvelle route de la soie. Après une première sélection d’idées d’investissement de la part des spécialistes des actions des marchés émergents, l’allocation est effectuée en fonction de l’analyse macroéconomique d’Amundi sur les marchés émergents enrichie d’une analyse supplémentaire des pays, des secteurs et des styles.

Enfin, le portefeuille est optimisé à l’aide d’une technique de construction de portefeuille propriétaire pour atteindre une distribution des risques équilibrée. L’objectif final est de construire un portefeuille de fortes convictions réunissant 60 à 90 titres. Le lancement de ce nouveau fonds intervient après la sortie réussie de solutions multi actifs consacrées aux nouvelles routes de la soie, qui ont collecté plus de 459 M€ depuis avril 2019.

Au-delà de la Chine et des infrastructures

Nicholas McConway, Responsable des Stratégies Thématiques et Concentrées, dirige l’équipe chargée de la stratégie New Silk Road. La stratégie est cogérée avec Giampaolo Isolani, Responsable des Solutions d’Investissement et de la Veille de Marché et Deirdre Maher, Responsables des Marchés Frontières – Actions. Par ailleurs, les trois gérants de portefeuille bénéficieront de l’analyse et des idées des autres spécialistes parmi les 28 membres de l’équipe Actions Marchés Emergents. Cette équipe fait partie de la plateforme Marchés Emergents d’Amundi, créée en 2011.

« Amundi Funds New Silk Road cherche à investir dans les domaines associés au projet BRI (...) Nous avons noté qu’un grand nombre de projets de la BRI qui offrent des retombées directes potentielles ne constituent pas nécessairement les opportunités d’investissement les plus attractives. C’est pourquoi nous souhaitons regarder au-delà de la Chine et des infrastructures, pour trouver les opportunités d’investissement qui profiteront selon nous de l’expansion attendue du commerce et de la croissance économique qui l’accompagne le long des nouvelles routes de la soie », explique Yerlan Syzdykov, Responsable des Marchés Emergents chez Amundi.

Lire (4 min.)

Chine : les réserves d’or ont augmenté de 100 tonnes en 1 an

L'or devient-il le nerf de la guerre à l'heure du renforcement des tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis ? Le Comptoir National de l’or — spécialiste de l'investissement dans l’or et l'expertise de bijoux  — revient ce vendredi 11 octobre sur la quantité d'or présente dans les réserves chinoises. La société publie une note sur le sujet à destination des investisseurs sur le marché des métaux précieux.

93 milliards de dollars

La Banque Populaire de Chine, la banque centrale du pays, vient de publier ses statistiques de réserves officielles. Elle détient à fin septembre 1 948 tonnes de métal jaune, pour une valeur estimée à 93 Mds$. Le pays a poursuivi sa politique d’achats régulier d’or, une politique qu’elle a entamée et surtout communiqué fin 2018. Sur un an, la banque centrale a ainsi franchi le seuil symbolique des 100 tonnes d’or achetées.

« Malgré ses achats importants et réguliers, le métal jaune ne représente que 2,9 % des réserves de change du pays, qui atteignaient 3 204 milliards de dollars fin septembre. Le pays souhaitant diversifier ses réserves, et en particulier réduire son exposition en dollar en période de guerre commerciale avec les Etats-Unis. Il reste donc une marge considérable pour poursuivre ou amplifier cette politique d’achat d’or », explique Laurent Schwartz, Directeur du Comptoir National de l'Or.

Lire (2 min.)