Portzamparc Gestion & Apicap : pourquoi investir dans les PME-ETI donne-t-il du sens au patrimoine ?

Développement économique, transmission d'entreprise, placements à long terme… Pourquoi investir dans les PME-ETI en France ? Quels types d'aventures entrepreneuriales peut-on soutenir grâce au capital-investissement ? Portzamparc Gestion et Apicap reviennent sur ces questions dans une interview croisée.
Voir (<4 min.)

Apicap nomme un Directeur Général Délégué

Apicap — société de gestion indépendante et spécialisée dans le circuit court du capital investissement (private equity et immobilier) — annonce ce jeudi 19 septembre la nomination d'un Directeur Général Délégué. Philippe Pronost (50 ans) rejoint la Direction Générale d’Apicap au côté d’Alain Esnault, Président d’Apicap. Il aura pour mission d’assurer la conduite des activités de la société. Philippe Pronost contribuera activement à son développement, aussi bien en Private Equity qu’en immobilier.

Focus sur le parcours de Philippe Pronost

Philippe Pronost

Philippe Pronost est diplômé de l’EDHEC en 1991. Il commence sa carrière en audit chez Arthur Andersen, puis il occupe des fonctions d’investisseur pendant plus de 15 ans en capital investissement et suivi de participations. Il exerce notamment dans le public, à l’Agence des Participations de l’État où il participe activement à la gestion d’un portefeuille de 45 milliards d’euros, qui inclut notamment l’investissement dans Alstom en 2003-2004.

Dans le privé, Philippe Pronost accède au poste d'associé du fonds LBO paneuropéen Argos Wityu. Il devient également associé d’un fonds de capital développement, investissant notamment pour le compte des familles Bouygues et Pinault. Philippe Pronost est administrateur de sociétés depuis plus de vingt ans aussi bien en France qu’à l’étranger. Il a notamment siégé au conseil d’administration de la Française des Jeux, du Marché de Rungis (Semmaris) et de plusieurs fonds ou véhicules d’investissement.

En 2011, il occupe le poste de Directeur Général Adjoint chez CDC International Capital, au sein de la Caisse des Dépôts et Consignations puis de Bpifrance, société d’investissement dédiée aux partenariats d’investissement avec les fonds souverains et les grands investisseurs internationaux. Philippe Pronost veille au pilotage de la bonne marche de CDC International Capital, et à la coordination de ses activités d’investissement, et du business development de la société.

A cette occasion, Philippe Pronost constitue de nouveaux véhicules et fonds d’investissement partenariaux, à hauteur de plus de 3 Mds€, aussi bien en capital investissement qu’en immobilier. Il a tissé des relations avec de nombreux fonds souverains et investisseurs, internationaux comme français. Il s’est notamment impliqué dans la négociation des partenariats d’investissement avec le Qatar, les Émirats Arabes Unis, la Corée du Sud, la Chine. Philippe Pronost mettra au service d’Apicap sa connaissance des institutionnels pour accélérer le développement stratégique sur cette cible.

Changements au Comité de direction

L’arrivée de Philippe Pronost s’accompagne de l’entrée au Comité de direction d’Apicap de :

  • Zaynah Amourani (36 ans), Directrice Océan Indien et Outre-mer, diplômée d’une Maîtrise de Science de Gestion de l’IAE de La Réunion et d’un Master Banque Finance. Experte des opérations de capital développement, elle dispose d’une expérience de plus de 10 ans dans le financement des entreprises non cotées, notamment dans l’agroalimentaire et dans les services aux entreprises. Elle démarre sa carrière dans la société de capital-risque régional Réunion Développement et y évolue jusqu’en 2011. Après avoir effectué une mission de quelques mois dans les cabinets d’audit BDO-HDM et EXCO, elle intègre le bureau réunionnais de ACG Management en 2012 pour gérer des fonds principalement institutionnels. En juillet 2017, elle rejoint Apicap en qualité de Directrice Océan Indien pour piloter le bureau permanent basé à Saint-Denis de La Réunion. Zaynah Amourani est co-gérante, aux côtés de Alain Esnault, du premier fonds de co-investissement lancé conjointement par La Financière Région Réunion et le Fonds Européen d’Investissement (FEI), dans le cadre du programme opérationnel FEDER « Réunion Conseil Régional 2014-2021 » pour l’île de La Réunion ;
  • Jacques Labrunie (53 ans), Directeur Juridique et Conformité, diplômé d’un DESS juriste d'affaires de l’Université de Rennes 1, dispose d’un expérience solide avec 2 ans en cabinets d'avocats (droit des sociétés puis fiscalité internationale), 6 ans en qualité de juriste dans les financements immobiliers (UIC SOFAL groupe GAN puis Goldman Sachs/General Electric), 2 ans en tant que directeur juridique de deuxstart up dans les télécoms (Intercomm et Kaptech), directeur juridique et RCCI de PERIAL pendant 14 ans 1/2 (gestion SCPI et OPCI, administration de biens, promotion), et directeur juridique de Heracles/Altixia pendant 3 ans (foncière, promoteur, gestion de SCPI et OPCI).

Le Comité de direction d’Apicap compte également Alain Esnault, Philippe Pronost, Zaynah Amourani, Bernard Baret, Charles-Edouard Berouti, Jacques Labrunie, Patrick Lenoël, Louis Renaudin et Frédéric Ruppli.

Lire (5 min.)

Charles-Edouard Bérouti - APICAP : « On a pour projet de lancer un FPCI au deuxième semestre »

Comment promouvoir l'investissement en circuit court auprès des CGPI ? APICAP choisit de co-investir auprès de fonds destinés aux professionnels, notamment afin de financer les PME. Le gérant propose aussi à ses clients fortunés des Clubs Deal, en private equity et en immobilier.
Voir (<4 min.)

Charles-Edouard Berouti est nommé Directeur du Développement d’Apicap

Depuis 2013, Apicap se positionne comme une plateforme entrepreneuriale indépendante dans le monde de l’asset management, en particulier sur la gestion d’actifs alternatifs. L’activité historique de gestion de fonds de capital investissement a été renforcée par l’arrivée en 2015 de l’équipe Ardens, fonds d’entrepreneurs, puis par l’arrivée d’une équipe immobilière en 2017. En 2018, Apicap accélère sa croissance et annonce la nomination de Charles Edouard Berouti pour poursuivre son développement auprès de ses partenaires et clients. Arrivé chez Apicap en septembre 2017 en tant que Directeur Grands Comptes, il prend la Direction du Développement en avril 2018. Charles-Edouard Berouti a 10 ans d’expérience dans le secteur financier, dont 8 au sein d’un groupe financier indépendant spécialisé dans la gestion d’actifs financiers et immobiliers. Il y fut notamment Responsable du développement et œuvra à la distribution des solutions d’investissement. Il est diplômé de l’Institut Supérieur de Gestion. Dans ses nouvelles fonctions, il sera en charge d’accompagner Apicap dans sa croissance, notamment le développement de l’offre immobilière à destination de la clientèle privée (clients des banques privées et Family Offices) et institutionnelle, ainsi que l’offre de capital investissement. Il continuera à s’appuyer sur Denis Dubreuil, Directeur des partenariats CGPI et Thierry Rager, Directeur du Service Clients. Pour accroitre le développement et la réussite de ce projet, l’équipe sera renforcée dans les prochains mois avec l’arrivée de nouveaux talents en charge de la clientèle privée fortunée ainsi que des Investisseurs Institutionnels.
Lire (1 min.)

Blockchain : la France adopte une réglementation pour les services financiers

Le ministère de l'Economie et des Finances annonce ce vendredi 22 novembre l'adoption par la France d'un cadre règlementaire qui régit les applications de la Blockchain aux services financiers. Le décret n° 2019-1213 publié ce jour étend notamment cette législation aux prestataires de services sur actifs numériques (PSAN). La France souhaite conforter sa position de pionnier européen en la matière.

« Le cadre issu de la loi PACTE va favoriser le développement d’un écosystème Blockchain en France dynamique et robuste, qui allie capacité d’innovation, transparence et haut niveau de sécurité pour les épargnants et investisseurs. En étant l’un des premiers pays à se doter d’un tel cadre, Paris se donne les moyens de devenir la première place européenne de la Blockchain et conforte son engagement en faveur de l’innovation financière », déclare Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et des Finances.

Cadre créé par la loi PACTE

L'Hexagone a été l’un des premiers pays au monde à donner force de loi à l’utilisation de la technologie Blockchain en matière d’inscription et de transfert de titres financiers. La France complète ainsi « l’un des cadres les plus exhaustifs au monde en matière d’actifs numériques, qui couvre aussi bien les aspects réglementaires que fiscaux ou encore comptables », indique le ministère dans un communiqué. Le nouveau décret vient le cadre juridique spécifique à ces actifs numériques créé par la loi PACTE.

Sur le marché primaire, il était déjà possible pour les émetteurs de solliciter auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF) un visa préalablement à leur émission d’actifs numériques (Initial Coin Offering – ICO), en application directe de la loi PACTE. Sur le marché secondaire, le décret vient préciser les contours des statuts applicables aux prestataires sur actifs numériques. Il leur ouvre la possibilité de s’enregistrer et de solliciter un agrément auprès de l’AMF.

Obtention de l'agrément AMF

L’obtention de cet agrément est conditionnée au respect de dispositions prévues par la loi. Il s’agit notamment d’obligations sur la sécurité des systèmes informatiques —  en termes de fonds propres ou d’assurance —  et d’obligations spécifiques à chaque service. Un service de conservation devra par exemple restituer la maîtrise des actifs numériques conservés. Cet agrément optionnel impose à certains prestataires de s'enregistrer, dans le cadre de la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme.

Par ailleurs, le décret renforce l’accès aux services bancaires pour les émetteurs qui ont reçu un visa de l’AMF sur leur émission. C'est aussi le cas pour les prestataires de services sur actifs numériques enregistrés ou agréés. En cas de refus injustifié — même implicite —  d’accès aux services de comptes et de dépôts, les émetteurs ou prestataires pourront exercer un recours auprès de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) en vue de déclencher une procédure de droit au compte.

Lire (3 min.)

OPPCI Impact Investing : Swiss Life AM France et Cedrus & Partners acquièrent une résidence étudiante

Swiss Life Asset Managers (AM) France — filiale du groupe Swiss Life — annonce ce mercredi 20 novembre avoir signé la vente en l’état futur d’achèvement (VEFA) d’une résidence étudiant à Dijon (Côtes-d'Or) pour le compte de l’OPPCI Immobilier Impact Investing. Le gérant réalise ainsi la première acquisition pour ce fonds, créé en partenariat avec Cedrus & Partners.

Près du centre historique de Dijon

La résidence de 144 lots (T1) se situe au cœur du nouveau pôle de la Cité internationale de la gastronomie et du vin, qui se déploiera sur un terrain de 6,5 hectares sur le site de l'ancien hôpital général, aux portes du centre historique de Dijon. La résidence étudiante sera exploitée par le groupe Réside Etudes. Sa livraison est prévue pour la rentrée universitaire 2021. L’immeuble bénéficiera d’une performance énergétique RT 2012-10 %.

Conçu par l'agence d'architecture Anthony Béchu, cet ensemble développera plus de 70 000 m². Il sera notamment composé d’un pôle de culture et d’expositions, d’un espace de formation, de cinémas, commerces, d’un hôtel 4 étoiles, d’une résidence services senior, d’une résidence étudiants et de logements réhabilités. La société de gestion a réalisé cette acquisition auprès d’Eiffage Immobilier Est.

Premier fonds immobilier à impact social

Lancé en janvier dernier, l’OPPCI Immobilier Impact Investing est le premier fonds immobilier à impact lancé par Swiss Life AM France et Cedrus & Partners. Sa poche sociale rassemblera 20 % des actifs totaux du fonds. Dans ce cadre, les actifs résidentiels seront sélectionnés en accord avec les partenaires associatifs (Samusocial de Paris et Habitat & Humanis) à Paris et première couronne.

La même logique prévaudra dans les grandes métropoles françaises. Ces actifs seront mis à leur disposition pour un loyer nul. Parallèlement à la poche sociale du portefeuille, la poche à rendement représente 80 % de l’actif net cible du fonds. Elle est investie dans des actifs de bureaux et des résidences gérées : résidences seniors, étudiantes, etc.

Lire (2 min.)

Apicap lance son premier FPCI dédié aux investissements immobiliers dynamiques

Le premier FPCI Apicap Immo est un véhicule collectif qui propose d’investir en amont, dans des opérations de marchands de biens et accessoirement de promotion immobilière, sur des durées courtes, comprises entre 2 et 4 ans, pour viser des performances sensiblement plus élevées que celles classiquement dégagées par les investissements locatifs longs.

Le FPCI Apicap Immo, dans une logique de modération des risques, recherchera une diversification par typologies (habitations et immobilier tertiaire) et des localisations pérennes sur des zones dynamiques, à Paris, sur le périmètre du Grand Paris et dans les grandes métropoles régionales.

Le FPCI Apicap Immo, un soutien de l’économie réelle

Le FPCI Apicap Immo propose donc une stratégie dynamique dans le cadre d’un fonds collectif capable d’investir sur un marché immobilier moins concurrentiel car intercalé entre les opérations de grandes tailles unitaires, très recherchées par les grands institutionnels, et les micro-investissements très courus par les particuliers agissant individuellement.

Le FPCI est un véritable soutien de l’économie réelle dans la mesure où il investit dans des activités productives immobilières et n’est, de ce fait, pas intégré dans l’assiette du nouvel IFI instauré dans le Projet de Loi de Finances 2018.

  • La souscription ou l'acquisition des parts de ce type de fonds est réservée aux Investisseurs tels que définis à l’article 423-49 du règlement général de l’AMF.
  • Ce type de placement ne bénéficie d’aucune garantie ou protection et comporte un risque de perte en capital, limité à l’investissement initial, et d’une durée de blocage de 6 ans minimum prorogeable de deux fois un an sur décision de la société de gestion.
  • TRI estimé de 9% à 12%. L’objectif de TRI ne fait l’objet d’aucune garantie de la part de la Société de Gestion. Les simulations de performances ne sont pas un indicateur fiable et ne préjugent donc pas des performances futures du Fonds. Ce type de Fonds comporte un risque de perte en capital, limité à l’investissement initial.

Alain Esnault, Directeur Général d’Apicap, déclare : « Nous sommes fiers que Patrick Lenoël et Bernard Baret aient contribués au développement de la branche immobilière d’Apicap. Fort de leurs expériences, les investisseurs peuvent désormais compter sur un accompagnement sur mesure et indépendant, dirigé par deux experts à l’esprit entrepreneurial, à l’image d’Apicap ».

Lire (3 min.)

APICAP renforce sa présence en Corse et finance deux nouvelles entreprises

Avec ces deux nouveaux investissements, Apicap soutient désormais 12 PME locales, au travers de ses FIP Corses, pour un investissement cumulé de 12.5 millions d’euros. Imusic-school Imusic-school est une société de cours de musique en ligne créée en 2007, qui conçoit, développe et commercialise des programmes pédagogiques l’apprentissage sur plusieurs instruments et pour différents niveaux. La PME bénéficie d’une forte notoriété sur son marché, notamment grâce à la qualité de ses enseignants, des professionnels reconnus comme André Ceccarelli, Jasmine Roy, André Manoukian, Keziah Jones. Apicap reprend la majorité du capital de la société aux côtés de François Kreutz, Président du Groupe et de Roland Pepe, Directeur des Opérations. Cet investissement va permettre à imusic-school de réaliser un plan de croissance ambitieux, d’accélérer le développement de ses activités et de ses contenus, de créer de nouveaux partenariats et de s’ouvrir à l’international. Corsica Emballages Apicap investit également dans Corsica Emballages, une société spécialisée dans l’assemblage et le montage de cagettes en bois vendues aux producteurs de fruits en Corse. La société s’est fortement diversifiée et propose aujourd’hui du petit outillage et des fournitures d’emballages pour un ensemble de clients industriels, notamment dans la distribution et l’agroalimentaire. D’un montant de 600 000€, cet investissement va permettre à Corsica Emballages de renforcer ses fonds propres pour soutenir son développement, la croissance de son chiffres d’affaires et renforcer son offre.
Lire (1 min.)

Les A-Notations d’Anacofi Services : APICAP

Créée et dirigée par d’anciens chefs d’entreprises, la société gère  aujourd’hui un montant d’encours supérieur à 480 millions d’euros. Agréée par l’AMF, la société l’a été dans le cadre des contraintes découlant de la Directive AIFM.

Elle a développé une offre orientée vers une clientèle sensible à la défiscalisation : une gamme de quelques 49 fonds, dont ceux provenant de la reprise d’OTC Asset Management en 2013, atteste de son développement.

APICAP dispose d’une équipe commerciale qui se répartie en fonction des typologies de clientèles, sous la responsabilité d’une Direction du développement. Si certaines fonctions sont déléguées à des prestataires externes (domaine juridique), les fonctions de  RCCI et de contrôles  sont de la responsabilité du Secrétariat Général.

Lire (1 min.)