Amundi enrichit sa gamme d’ETF ISR d’une nouvelle exposition aux actions émergentes

Amundi complète sa gamme d'ETF dédiés à l'investissement responsable et lance Amundi Index MSCI Emerging Markets SRI – UCITS ETF DR permettant de s’exposer aux actions des marchés émergents. Proposé à des frais courants de seulement 0,25%, ce nouvel ETF arrive sur le marché européen au prix le plus bas sur l’indice MSCI Emerging Markets SRI.

Un intérêt croissant des investisseurs pour la thématique ESG

Les investisseurs intègrent progressivement les critères ESG dans leur allocation d’actifs, et sont à la recherche de solutions clés en main pour investir de manière responsable, tout en maintenant un faible niveau de « tracking error ». Il s'agit de "répondre à la demande croissante des investisseurs pour des solutions passives bénéficiant de filtres ISR à prix très compétitifs" , explique Fannie Wurtz, Directrice de la ligne métier ETF, Indiciel et Smart Beta d’Amundi.

Ce nouvel ETF répond à ces besoins en renforçant les briques d'allocation déjà existantes dans la gamme ISR d'Amundi ETF, qui compte trois ETF actions répliquant les indices MSCI World SRI, MSCI USA SRI et MSCI Europe SRI, et deux expositions obligataires SRI, répliquant des indices Bloomberg Barclays d’obligations d’entreprises européennes et américaines et mettant en œuvre la méthodologie SRI de MSCI.

Lire (2 min.)

Google et Amundi vous parlent des mégatendances au salon Patrimonia

Le Comptoir - CPR Asset Management et Amundi Private Equity Funds, souhaitent partager les solutions et opportunités « Mégatendances » d’investissement, avec l’intervention exceptionnelle de Hadrien Camus et Frédéric Carlier, Ingénieurs Google, spécialistes en intelligence artificielle et la participation insolite du robot Maava.
Lire (<1 min.)

Un énarque à la tête de l’investissement responsable chez Amundi

Stanislas Pottier a débuté sa carrière en 1994 au ministère de l’Economie et des Finances à la direction des Relations économiques extérieures avant de devenir économiste à la Banque Mondiale entre 1998 et 2000. Il a ensuite occupé plusieurs postes au ministère de l’Economie et des Finances, à la direction générale du Trésor puis en tant que président de la Commission des Garanties et du Crédit au Commerce extérieur. En 2005 il rejoint le cabinet de Christine Lagarde, alors ministre déléguée au Commerce extérieur où il devient directeur de cabinet mais aussi conseiller pour les affaires commerciales internationales avant d’occuper le poste de directeur adjoint du cabinet de Thierry Breton, ministre de l’Economie et des Finances puis celui de conseiller spécial de Christine Lagarde, ministre de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi entre 2007 et 2009. Entre 2009 et 2011 il a été conseiller spécial de Michel Rocard, ancien Premier ministre et ambassadeur pour les négociations internationales sur l’Arctique et l’Antarctique. Il rejoint ensuite le groupe Crédit Agricole S.A. en tant que Directeur du développement durable et devient membre du Comité de direction du Groupe en 2017. Ancien élève de l’Ecole nationale d’Administration (ENA, promotion Antoine de Saint Exupéry), Stanislas Pottier est diplômé de l’Ecole supérieure de Commerce de Paris (ESCP Europe, promotion 1989). Il a suivi un programme d’échange universitaire à l’Indian Institute of Management of Ahmadabad, en Inde, en 1988. Stanislas Pottier est également administrateur du Livelihoods Carbon Fund et engagé dans plusieurs associations. Il préside notamment l’association BBCA, pour la promotion des bâtiments bas carbone, et l’ONG FXBFrance, engagée depuis 30 ans dans la lutte contre la grande pauvreté.
Lire (2 min.)

Amundi lance un nouveau fonds de financements immobiliers

La Rédaction
Amundi, leader européen de la gestion d’actifs avec plus de 1 450 milliards d’euros sous gestion[1], lance un nouveau fonds de dette privée immobilière : Amundi Commercial Real Estate Loans [2]. Ce fonds de créances immobilières hypothécaires seniors propose aux investisseurs professionnels une solution de diversification obligataire avec une exposition indirecte à l’immobilier.
Lire (3 min.)

DNCA Finance renforce ses équipes de gestion

DNCA Finance renforce ses équipes de gestion

DNCA Finance, affilié de Natixis Investment Managers, qui réunit plus de cent vingt personnes au sein de ses trois bureaux à Paris, Luxembourg et Milan, annonce ce vendredi 15 février l'arrivée d'une nouvelle gérante–analyste dans son équipe de gestion. Dans le cadre de ses fonctions, cette nouvelle recrue interviendra sur les actions françaises et européennes des fonds de la gamme.

Emilie Brunet-Manardo, 36 ans, est diplômée de l’ESCP. Elle affiche 13 ans d’expérience en analyse financière et en investissement (public ou privé). Emilie Brunet-Manardo a débuté sa carrière chez Oddo & Cie en 2006 en tant qu’analyste financier sell-side sur les valeurs européennes du secteur Agroalimentaire et Boissons.

Focus sur le parcours d'Emilie Brunet-Manardo

En 2010 elle rejoint l’équipe d’investissement du FSI, devenu Bpifrance, où elle occupe à partir de 2013 le poste de directrice d’investissement dans l’équipe de capital développement. Son rôle inclut le sourcing d’opportunités d’investissement au sein des Mid & Large capitalisations françaises, cotées ou non cotées, le pilotage du processus d’investissement et le suivi des participations.

Dans ce cadre, Emilie Brunet-Manardo a l’occasion de travailler sur différents secteurs comme l’agroalimentaire, les énergies renouvelables, l’Oil & Gas ou encore les services aux entreprises. Elle participe également à des opérations de restructuring. Elle occupe par ailleurs des fonctions d’administratrice de certaines sociétés du portefeuille.

Lire (2 min.)

L’AMF approfondit son analyse des effets du régime harmonisé de pas de cotation

Après une première étude réalisée après la mise en place au 3 janvier 2018 du régime harmonisé de pas de cotation en Europe découlant du nouveau cadre des marchés d’instruments financiers (MIF 2), l’Autorité des marchés financiers publie ce vendredi 15 février une analyse sur une période plus longue.  Celle-ci vient confirmer les premiers effets vertueux observés.

Une nouvelle étude sur une période de 10 mois

Cette nouvelle étude couvre une période de dix mois autour de la date d’entrée en application de MIF 2 et du nouveau régime européen de pas de cotation, soit d’août 2017 à mai 2018, et inclut des phases de volatilité plus élevée. Le périmètre d’analyse reste inchangé avec plus de 500 valeurs françaises : CAC 40, autres titres présentant une capitalisation supérieure ou proche de 1 milliard d’euros et titres de petites et moyennes entreprises.

Pour mémoire, le pas de cotation est l’écart minimum permis entre deux prix directement consécutifs sur le marché. Par exemple, si le pas est fixé à 5 centimes d’euros, cela signifie qu’après une cotation à 10 euros, la première surenchère possible est à 10,05 euros. D’une manière générale, un pas trop faible engendre des variations de prix insignifiantes et incessantes. Il se traduit par une augmentation du bruit dans le carnet d’ordres et une dégradation du mécanisme de formation des prix. En sens inverse, un pas trop élevé peut entraîner une liquidité réduite.

Le nouveau pas de cotations a eu l'effet recherché

Afin d’éviter ces écueils, l’Autorité européenne des marchés financiers (ESMA) a défini les pas de cotation en fonction du profil de chaque titre (nombre de transactions par jour) et de son prix. La nouvelle étude de l’AMF, sur une période d’observation plus étendue, démontre que le nouveau régime de pas de cotation a eu l’effet recherché sur la qualité du marché.

Plusieurs indicateurs témoignent d’une profondeur accrue, de la réduction du bruit et d’une meilleure stabilité du carnet d’ordres : augmentation de la durée de vie médiane des ordres, fréquence de modifications des meilleurs prix moins importante, ratio ordres / transactions moins élevé. Ces éléments se vérifient dans des volumes constants voire supérieurs pour les PME. Il en découle une lisibilité accrue du processus de formation des prix sur le marché.

Cette nouvelle édition a été également l’occasion d’évaluer le coût effectif des transactions par catégorie d’acteurs : celui-ci a légèrement reculé sur les transactions réalisées pour le compte de client et apparaît légèrement en hausse pour les intervenants à haute fréquence.

Lire (3 min.)

Amundi lance Amundi Leveraged Loans Europe 2018

La Rédaction
Amundi lance Amundi Leveraged Loans Europe 2018, et complète ainsi son dispositif de crédit alternatif
Lire (3 min.)

Vincent Roynel – Le Comptoir CPR AM : Miser sur l'immobilier pour trouver du rendement

Faut-il s'appuyer sur l'immobilier et la diversification géographique pour trouver du rendement dans l'assurance-vie ? Pour booster la rentabilité en berne des contrats assurantiels, CPR AM veut miser sur la flexibilité et la performance de ses OPCI et SCPI. À l'occasion du Congrès de la CNCGP, Vincent Roynel, Responsable Commercial CGP chez Le Comptoir CPR AM, revient sur les vecteurs de performance de sa maison de gestion.
Voir (<5 min.)

Naissance du plus grand fonds d’obligations émergentes vertes

Avec un encours de 1,42 milliards de dollars, ce fonds prévoit d’investir près de 2 milliards de dollars dans des obligations vertes dans les pays émergents durant sa durée de vie. Avec un engagement de 256 millions de dollars, IFC est le plus grand investisseur dans le fonds qui vise à financer des projets focalisés sur le changement climatique dans les pays émergents. Amundi Planet EGO adopte une approche intégrée en investissant dans des obligations vertes de pays émergents tout en favorisant la création d’un marché d’obligations vertes de qualité par la mise en place de mesures d’accompagnement des émetteurs. Un programme d’assistance technique géré par IFC avec une subvention initiale de 7,5 millions de dollars émanant du SECO (Secrétariat d’Etat à l’économie suisse) aidera en effet à la création de nouveaux marchés pour le financement climatique en développant des standards d’obligations vertes et en proposant des programmes de formation pour les institutions financières cibles. Cela facilitera l’adoption par ces dernières des « Green Bond Principles » et des meilleures pratiques internationales. Plusieurs grands fonds de pension (Alecta, AP3, AP4, APK Pensionkasse, APK Vorsorgekasse AG, ERAFP, MP Pension), compagnies d’assurances (Crédit Agricole Assurances, LocalTapiola General Mutual Insurance Company, LocalTapiola Mutual Life Insurance Company), gestionnaires d’actifs,  banques de développement international, et autres institutions ont manifesté un grand intérêt pour ce projet de finance verte et leur engagement démontre l’appétit croissant des investisseurs pour l’investissement climatique. « Avec environ 500 millions de dollars américains d'émissions par les institutions financières du secteur privé à ce jour, les marchés de capitaux verts dans les pays d'opérations de la BERD sont encore à un stade naissant. Ce nouveau fonds devrait contribuer à étendre considérablement la disponibilité de financements verts dans les régions où la BERD est présente, sensibiliser les investisseurs locaux aux investissements verts et soutenir les institutions financières locales dans l'émission d'obligations vertes adhérant aux Green Bond Principles »,  déclare Sir Suma Chakrabarti, Président de la BERD. Un comité scientifique composé d’experts de la finance verte issus d’institutions de développement a été mis en place pour conseiller Amundi en tant que gérant du fonds. La politique ESG du fonds reflète les Standards de Performance 2012 d’IFC et les « Activités Exclues » par IFC. La signature de l’Accord de Paris sur le Climat créé des opportunités d’investissement significatives. Une étude récente d’IFC portant sur 21 pays émergents, recense près de 23 trillions de dollars d’opportunités d’investissements d’ici 2030 en lien avec la lutte contre le dérèglement climatique.
Lire (2 min.)

Amundi Immobilier finalise l’acquisition de « The Atrium » à Amsterdam

Acquis auprès de la structure Icon Real Estate détenue par Victory Advisors, ce complexe immobilier, dont l’acquisition avait été annoncée en avril dernier, est situé dans le quartier d’affaires de South Axis à Amsterdam et compte près de 60 000m2 de surfaces de bureaux.

Immeuble de bureaux historique de ce quartier, l'Atrium a été construit en 1976. « The Atrium » est composé de l’immeuble préexistant entièrement rénové, de deux nouvelles tours (la tour Sud livrée en juin 2017, et la tour Nord livrée fin octobre) ainsi que d’un nouveau parking souterrain (livré fin octobre). Conformément à l’acte de vente signé en Avril, le closing final a eu lieu après la livraison de la tour Nord.

Situé en plein centre du quartier d’affaires, l’ensemble immobilier bénéficie d’une localisation idéale et d’une excellente accessibilité. Proche des accès autoroutiers et ferroviaires, la station « Amsterdam Zuid » deviendra un véritable hub pour la ville d’Amsterdam dans le cadre du projet de transformation infrastructurelle « Zuidasdok » prévu à horizon 2019-2028 avec des connexions immédiates à tous les types de transports en commun (train, métro, tram et bus). Un accès direct sera construit en face de l’entrée principale de la tour Sud dès 2021.

L’immeuble connait un attrait locatif incontestable, tel que le manifeste la prise à bail par des locataires internationaux, qui profitent de services modernes tels qu’un centre de conférence, une salle de sport et de plusieurs restaurants.

Pedro Antonio Arias, Directeur des actifs réels et alternatifs d’Amundi précise : « Avec l’acquisition de « The Atrium », nous réalisons l’acquisition la plus marquante sur le marché néerlandais en 2017. La collaboration avec des investisseurs institutionnels coréens confirme la capacité d’Amundi Immobilier à structurer et à exécuter des opérations complexes et de grande ampleur avec des acteurs internationaux reconnus, au cœur des grands pôles urbains européens ». 

Amundi Immobilier a été assisté par L'Etoile Properties au long du processus d'acquisition, qui assure également la gestion de l’immeuble depuis la livraison finale. Amundi Immobilier a été conseillé par Greenberg Traurig pour les aspects juridiques, ainsi que par SGS Search pour les aspects techniques. Le financement a été assuré au closing par un consortium de banques composé de prêteurs hollandais et allemands.

Lire (2 min.)

Natixis Investment Managers nomme son premier Responsable RSE et ESG

La responsabilité sociétale des entreprises (RSE) et les critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) deviennent de plus en plus incontournables. Natixis Investment Managers, acteur mondial de la gestion d’actifs avec 808 milliards d’euros d’encours sous gestion, annonce ce vendredi 15 février la nomination de son premier Responsable RSE et ESG, dont le poste sera basé à Paris.

La stratégie ESG de Natixis Investment Managers

Harald Walkate aura pour mission de piloter la politique RSE et de coordonner la stratégie ESG de Natixis Investment Managers à l’échelle mondiale, dans l’ensemble de son réseau de distribution et auprès des affiliés de Natixis Investment Managers. Il sera rattaché à Beverly Bearden, Directrice générale adjointe de Natixis Investment Managers, et à Christophe Lanne, responsable de la Transformation du pôle Gestion d'Actifs et Banque Privée.

« La Responsabilité Sociétale des Entreprises est au cœur de la philosophie de Natixis et l’un des piliers de notre plan 2020 New Dimension », déclare Beverly Bearden. « Nos clients souhaitent désormais investir dans des entreprises ayant un impact social et environnemental positif », renchérit Christophe Lanne. De son côté, Harald Walkate explique : « Natixis Investment Managers est l’un des leaders de la gestion ESG grâce à son implication dans des initiatives majeures telles que les Principes pour l’investissement responsable des Nations Unies, le G7 et l’Alliance des dirigeants engagés pour le climat du Forum économique mondial. »

Focus sur le parcours d'Harald Walkate

Harald Walkate était auparavant Vice-président senior en charge de l’investissement responsable chez Aegon Asset Management (AAM) (Pays-Bas). Il était responsable de l’intégration ESG, des initiatives d’engagement et de l’impact investing pour le groupe Aegon et AAM.

Dans ses précédentes fonctions, Harald Walkate a travaillé au sein du département New Business Initiatives d’AAM et développait des stratégies dédiées aux investisseurs institutionnels. Depuis 2018, il est également conseiller pour le « Impact Management Project (IMP) » sous détachement d’Aegon. Il conservera ce rôle de conseiller une fois chez Natixis Investment Managers.

Lire (3 min.)

Swiss Life AM va acquérir un portefeuille d’actifs de bureaux d’exception à Paris

Swiss Life Asset Managers est sur le point d'acquérir dans le Quartier Central des Affaires (QCA) de Paris un portefeuille de bureaux prime de Terreïs. Un protocole d'accord a été signé avec Terreïs pour un total de 28 actifs, valorisés à 1,7 milliard d'euros. Le transfert de propriété devrait intervenir au 2e trimestre 2019.

90 % d'actifs dans des immeubles haussmanniens

Les actifs seront acquis par des fonds immobiliers gérés par des entités de Swiss Life Asset Managers situées en Suisse, France, Allemagne et au Luxembourg. De quoi offrir à leurs clients habituels et futurs investisseurs un accès unique au marché de bureaux de Paris QCA.

90 % du portefeuille concerne des actifs de bureaux primes situés dans Paris QCA. Au cœur de la capitale, ces immeubles de style « haussmannien » sont principalement localisés dans les 1er, 2e, 8e, 9e et 10e arrondissements. Ces secteurs sont les plus recherchés aujourd'hui, avec une grande diversification des utilisateurs, qui va de l'industrie du luxe à celle des nouvelles technologies.

Un accès unique au marché des bureaux de Paris QCA

« Nous offrons ainsi à nos clients de bénéficier d'un accès unique au marché des bureaux de Paris QCA en leur permettant de se positionner sur des immeubles de grande qualité, rarement accessibles, dans des emplacements « prime » mais avec une réserve de potentiel locatif à activer via notre asset management » précise Frédéric Bôl, CEO France de Swiss Life Asset Managers.

Paris reste l'un des marchés immobiliers les plus prisés en Europe, avec un taux de vacance très faible et des loyers en hausse sur le secteur des bureaux. Les développements de nouveaux bureaux restent très rares dans la capitale française. Le parc immobilier du QCA n'a connu qu'une augmentation de 6 % sur les 40 dernières années, ce qui renforce encore l'attractivité du marché parisien.

Lire (2 min.)

Amundi PEF et Supernova Invest lancent le FCPI « Amundi Avenir Innovation »

Ce Fonds, dont les investissements en sociétés innovantes non cotées sont délégués par Amundi PEF, sa société de gestion à Supernova Invest, est destiné à financer des projets dans l’innovation technologique sur le territoire français et au sein de l’Union Européenne.

Lire (<1 min.)

Amundi poursuit le développement de sa plateforme de dette privée

Après le closing du 3ème millésime de son fonds de dette senior corporate, le pôle entend ainsi développer une offre élargie de solutions de dette privée pour ses clients.  Dirigée par Thierry Vallière, la plateforme dette privée d’Amundi compte 5,5 Milliards d’euros sous gestion à fin septembre 2017.

Pour répondre aux besoins de ses clients institutionnels, Amundi lance une nouvelle expertise de gestion de dettes privées immobilières. Celle-ci est dirigée par Bertrand Carrez qui a rejoint le groupe mi-septembre. Cela fait suite au développement de la gestion des prêts à effet de levier en Europe avec l’arrivée fin juin de Thierry de Vergnes en tant que responsable des fonds de dettes d’acquisitions.

Avec l’arrivée de ces 2 personnes renforçant les équipes de Paris, Londres et Milan, le pôle dette privée a vocation à participer aux financements des entreprises et de leurs projets (LBOs, investissements, croissance externe, etc.) mais également de leurs actifs réels (immobilier, aéronautique et agroalimentaire).

665M€ d’engagements pour le closing du nouveau fonds de dette privée senior dédié au financement des entreprises européennes

Fort de son expérience et de son track record de tout premier plan sur le marché de la dette privée corporate, Amundi annonce parallèlement le succès du closing de la 3ème génération de son fonds de dette senior corporate avec 665 millions d’euros levés auprès de 13 investisseurs institutionnels.

A l’instar des précédentes générations, le fonds « Amundi Dette Senior FPE III » bénéficie du label Fonds de Prêt à l’Economie (FPE) et accompagnera les ETI françaises et européennes, dès 75 millions de chiffre d’affaires, dans le financement de leurs projets (investissement, croissance externe, refinancement, etc.).

Lire (2 min.)