Deliveroo : après son IPO ratée, l’entreprise va-t-elle se remettre en selle ?

Cette semaine, Deliveroo rate son entrée en bourse à Londres. Malgré une valorisation de 7,6 milliards de livres sterling, la société cotée termine la séance en chute de plus de 26 %. Pourquoi l'entreprise britannique n'a-t-elle pas convaincu ? Son modèle peut-il se relever de cet échec ?
Lire (3 min.)

Chine/Etats-Unis : la peste porcine favorise les exportations américaines

Cette semaine, Le Courrier Financier revient sur l'épizootie qui décime le cheptel de porcs en Chine. Face à la pénurie, le pays se tourne vers l'importation. Cette situation profite aux éleveurs de porcs américains, mais pour combien de temps ?
Lire (5 min.)

Distribution alimentaire : Leclerc se lance dans la bataille de Paris

À Paris, la bataille de la distribution alimentaire faisait déjà rage entre Monoprix, Franprix, Carrefour Market et plus récemment Auchan et Amazon Prime Now. C'était sans compter sur l'arrivée d'un adversaire de taille : le Groupe E.Leclerc, qui a annoncé cette semaine son désir de prendre d'assaut le marché parisien. Le leader de la distribution on-line lancera, au printemps, son service de livraison à domicile, baptisé "Leclerc chez moi", avec une promesse : des prix 15% à 20% inférieurs à ceux des enseignes présentes.
Lire (1 min.)

FrenchFood Capital lève 70 millions d’euros pour les PME alimentaires

La chaîne de valeur de l’alimentation est en profonde mutation. Au cœur de cette transformation, des consommateurs qui veulent manger mieux et différemment en mettant la confiance, la santé, l’environnement et les nouveaux usages au centre de leur expérience alimentaire. Ces attentes sont le fondement même de la thèse « Consumer Centric » de FrenchFood Capital qui s’intéresse à la valeur de marque des PME et ETI du secteur que ce soit dans l’agro-alimentaire, la distribution, les « Novel Foods », la restauration, les enseignes de « Retail » ou les « Food Services ». FrenchFood Capital est un fonds de Capital Développement indépendant d’une taille cible de 100M€ dont la Société de Gestion de Portefeuille est agréée par l’Autorité des Marchés Financiers (GP-17000005). Il cible les sociétés entre 20M€ et 150M€ de valeur d’entreprise. Le secteur de l’agro-alimentaire, 1er secteur de l’économie française est composé à près de 98% de TPE-PME (moins de 250 salariés). Ces entreprises ne réalisent pourtant que 43% du chiffre d’affaires total du secteur et seulement 33% des exportations. Fort de ce constat, FrenchFood Capital souhaite accompagner leur développement en France et à l’international pour encourager l’émergence de champions français du « Food ». Au-delà d’une prise de participation au capital de ces entreprises, le fonds leur apportera un vrai savoir-faire opérationnel pour les aider à croître grâce à l’expérience de ses fondateurs qui partagent tous un profil entrepreneurial et une forte expertise « Food » mais également au vaste réseau sectoriel réuni parmi ses investisseurs. 70M€ ont aujourd’hui été levés auprès de trois grands groupes d’investisseurs : des industriels de l’agro-alimentaire, des entrepreneurs et familles du «Food» et du «Retail», des investisseurs institutionnels tels que Bpifrance, le Crédit Mutuel Arkea, Tikehau et la Banque Populaire Rives de Paris. Ce réseau engagé mettra à la disposition des participations de FrenchFood Capital les compétences de dirigeants expérimentés et spécialistes du secteur ainsi que les synergies pertinentes pour accélérer leur croissance. Ces prochains mois, FrenchFood Capital poursuivra sa levée de fonds afin d’atteindre les 100M€ visés d’ici la fin de l’année 2017. Un premier investissement devrait être annoncé à l’automne 2017.
Lire (2 min.)

Pan-European II Private Debt : Muzinich & Co. annonce le troisième closing du fonds

Muzinich & Co. — société de gestion indépendante, spécialisée dans la dette publique et privée d’entreprises — annonce ce lundi 19 avril le troisième closing de son fonds « Muzinich Pan-European II Private Debt » à 342 millions d’euros. Le fonds finance la croissance des PME-ETIs dans le cadre de leurs projets d’acquisitions, d’expansions ou de transitions pour des entreprises familiales ou détenues par leurs fondateurs.

Les équipes locales de Muzinich & Co sont déployées à travers l’Europe pour assurer sur le terrain la recherche et l'origination de transactions. Ce fonds fait suite au closing réussi du premier fonds Pan-European Private Debt en 2018, pour un montant de 706,5 millions d'euros.

Attractivité de la dette privée

« L'intérêt des investisseurs pour la dette privée ne cesse de croître, car il s'agit de l'une des classes d'actifs susceptibles d'offrir un rendement supérieur à celui des investissements obligataires traditionnels. En tant que l'un des rares prêteurs privés concentrés sur le marché des PME-ETIs, nous pensons que nos équipes locales sont idéalement positionnées pour déceler des opportunités au sein d’un marché à la fois large et diversifié », déclare Kirsten Bode, Co-responsable de la dette privée paneuropéenne.

« Dans les circonstances exceptionnelles actuelles, et d’autant plus suite à la crise du COVID-19, de nombreuses entreprises européennes touchées par la pandémie auront besoin de solutions de financement flexibles. Nous pensons que notre réseau expérimenté et étendu de spécialistes locaux souligne notre forte empreinte en Europe et nous donne un avantage pour identifier des entreprises présentant des caractéristiques de crédit favorables », ajoute Rafael Torres, Co-responsable de la dette privée paneuropéenne.

Lancée en 2014, la plateforme de dette privée de Muzinich est actuellement composée de 37 professionnels de l'investissement répartis sur 12 sites en Europe, aux États-Unis et en Asie. La plateforme de la société affiche 1,9 milliard de dollars US d’engagements de capitaux et plus de 1,1 milliard de dollars US de capital investi et se concentre sur l’offre de solutions de financement flexibles aux entreprises de taille intermédiaire.

Lire (2 min.)

Partenariat : le groupe Horizon et Urba Select créent Horizon Etudes

Le groupe Horizon — spécialiste du financement, de la conception, de la réalisation et de la commercialisation de projets immobiliers — annonce ce lundi 19 avril s'associer avec Urba Select, expert de la collecte et du traitement de datas immobilières. Ensemble, ces deux acteurs annoncent la création d’Horizon Etudes.

Stratégie de développement

Objectif de ce partenariat, réaliser l’étude de marché la plus précise possible, afin d’évaluer au mieux le chiffre d’affaires potentiel d’une opération immobilière. Le groupe Horizon et Urba Select associent leurs expertises afin de proposer des études fiables grâce à des données démographiques, sociologiques, urbaines et immobilières de qualité.

« Forts de nos différentes expériences et de notre connaissance du marché, nous avons additionné nos expertises afin de proposer aux professionnels de l’immobilier des études complètes et novatrices, indispensables à une prise de décision aviséeNotre objectif est de devenir un acteur de référence de l’étude de marché sur le territoire national », explique Morhad Hadji, dirigeant du groupe Horizon.

L'apport des data-sciences

Horizon Études se démarque avec un espace client qui simplifie la recherche. Sa cartographie dynamique qui regroupe l’ensemble des études commandées. Une analyse exhaustive de la captation de prospects — intégrant les flux des populations et les flux d’acheteurs — est fournie dans l’étude. Elle est livrée en moins d’une semaine avec des données analysées et vérifiées par une équipe d’experts formés à l’immobilier résidentiel.

« Horizon Études associe les datas-sciences à l’expertise métier de la commercialisation et nous permet ainsi de proposer les stratégies de positionnement les plus pertinentes en combinant les deux niveaux d’analyse? Nous réfléchissons sans cesse à trouver des indicateurs intelligents et donner du sens à nos données », déclare Clément Vanderperre, fondateur et CTO d’Urba Select. Le Groupe Horizon étoffe ainsi son offre de services.

Lire (2 min.)