Obligations convertibles : vers une correction des excès sur les marchés financiers

La Rédaction
Les petites et moyennes valeurs ont été très chahutées sur les marchés l'année dernière. Thomas Raffy, responsable des gestions convertibles et Guillaume Truttmann, gérant obligataire et convertibles chez de Meeschaert AM, publient leur commentaire de marché au sujet des obligations convertibles.
Lire (2 min.)

ISR : le fonds en actions Echiquier Major SRI Growth Europe distingué pour ses performances climatiques

Echiquier Major SRI Growth Europe, détenteur du label ISR français, a été distingué ce mardi 19 février parmi 430 fonds actions européennes. Il figure désormais dans le top 10 des Climetrics Fund Awards, qui récompensent les fonds actions européennes pour leur performance climatique.

Gouvernance climatique, composition du portefeuille et stratégie du fonds

Lancé par le Carbon Disclosure Project (CDP) et ISS-Ethix Climate Solutions, Climetrics attribue une note de performance climatique à près de 4 900 fonds domiciliés en Europe gérant près de 3 000 milliards d’euros d’encours. La note prend en considération la gouvernance climatique, la composition du portefeuille et la stratégie du fonds.

Didier Le Menestrel, Président de La Financière de l’Echiquier, déclare : « Ce prix est une magnifique reconnaissance du travail accompli avec passion par l’équipe de gestion d’Echiquier Major SRI Growth Europe ainsi que par l’équipe dédiée à l’ISR. Il traduit notre conviction la plus forte : la création de valeur durable se nourrit d’équilibre et se préoccupe du monde de demain ».

Lire (1 min.)

Brexit : investir sur le marché « ininvestissable » du Royaume-Uni

James Clunie
Le Brexit a incontestablement causé confusion et incertitude, au point d'effrayer les investisseurs internationaux. James Clunie, Responsable de la stratégie Absolute Return chez Jupiter AM, soutient qu'il y a encore des opportunités, tant à la vente qu'à l’achat, sur un marché qui a été largement éclipsé par la dimension politique.
Lire (5 min.)

/ PERSPECTIVES / Louis d'Arvieu - Amiral Gestion : Laisser s'exprimer les styles de gestion

Offrir une liberté relative dans la philosophie de gestion afin de laisser les différentes personnalités des gérants s'exprimer, c'est la stratégie d'Amiral Gestion. Entrez dans les coulisses de la gestion d'Amiral Gestion.
Voir (<6 min.)

LBO : Andera Partners cède sa participation dans le Groupe Scalian, et réinvestit aux côtés de Cobepa

Le FPCI Winch Capital 3 — géré par l’équipe Mid Cap d’Andera Partners — annonce ce jeudi 21 mars céder sa participation dans le Groupe Scalian, société de conseil spécialisée dans les systèmes numériques et le management de la performance. Winch Capital 4 réinvestit dans le cadre de cette opération. Cette cession prend place dans le cadre d’une opération de LBO organisée par Cobepa et l’équipe de management conduite par Yvan Chabanne. Il s’agit de la 5e cession de Winch Capital 3. C'est aussi la 2e en 2019, sur un portefeuille constitué de 18 participations.

Un changement d'échelle réussi en 4 ans

En 2015, le fonds Winch Capital 3 a racheté le Groupe Scalian auprès de son fondateur, dans le cadre d’une opération de MBI conduite par Yvan Chabanne et plusieurs dirigeants du groupe. Cet investissement illustre parfaitement la stratégie d’investissement des fonds Winch Capital : opération primaire, sourcing propriétaire et transformation de l’entreprise. Le Groupe Scalian a ainsi changé d’échelle en 4 ans, une transformation qui s'est réalisée en plusieurs étapes-clés :

  • Une nouvelle gouvernance mise en place dans le cadre d’une transition managériale réussie. Cette opération de MBI a été organisée avec et autour d’Yvan Chabanne — ancien DGA d’Altran — pour qui Scalian était la première expérience entrepreneuriale directe, et de 4 dirigeants qui devenaient actionnaires du groupe. Il s'agissait de Jean-Charles De Borda, Stéphane Garo, Christophe Reybert et Jean-Manuel Silva. Progressivement, cette équipe de management a augmenté sa participation au capital et ce sont plus de 30 autres cadres-clés du groupe qui les ont rejoints dans l’actionnariat de Scalian, diffusant ainsi une nouvelle culture entrepreneuriale .
  • Une forte dynamisation de la croissance organique du groupe, conduite grâce à une nouvelle stratégie commerciale et RH : recrutement d’une DRH Groupe — Caroline Nancy — et création d’un siège parisien pour attirer les talents et prendre des parts de marché en Ile-de-France — qui s’est traduite par une croissance de plus de 20 % par an entre 2015 et 2018 à périmètre constant ;
  • Deux opérations de croissance externe réussies — rachat d’Alyotech en 2016 et CMT+ en 2017 — qui ont permis au pôle Digital Systems d’atteindre une taille critique et à la division Operations Performance d’acquérir une nouvelle brique de compétences ;
  • Une structuration financière du groupe pour accompagner sa croissance, avec le recrutement d’un CFO — David Capdaspe-Lagangue — et un partenariat noué en 2017 avec LGT — associé à Idinvest — pour financer le développement rapide du groupe ;

Un nouveau cap pour le Groupe

Ce changement d’échelle s’est ainsi traduit par une croissance du chiffre d’affaires de 69 M€ à 220 M€ depuis 2015, par une internationalisation réussie et par des effectifs qui sont passés de 950 à 2600 personnes en 4 ans. En 2018, le management a fixé un nouveau cap pour la période 2019-2024, avec un objectif de 500 M€ de chiffre d’affaires.

Dans ce contexte, Andera et le management ont confié un mandat à Natixis Partners pour identifier un nouveau partenaire financier, capable d’accompagner ce nouveau cycle de développement. Cobepa prend ainsi une participation majoritaire dans le Groupe pour l’accompagner dans sa croissance externe et l’accélération de son internationalisation.

Lire (4 min.)

L’ANACOFI, la CNCIF et La Compagnie des CGPI lancent une campagne de promotion du métier de CGP

L'Association Nationale des Conseils Financier (ANACOFI), la Chambre Nationale des Conseillers en Investissements Financiers (CNCIF), et La Compagnie des CGPI annoncent ce vendredi 22 mars le lancement d'un plan de communication commun — en complément de leurs actions propres — pour mieux faire connaître le métier de Conseiller en Gestion de Patrimoine (CGP). Si elles le souhaitent, d'autres organisations pourront se joindre ultérieurement à l'opération.

La campagne cross-canal poursuit 3 objectifs

La campagne cross-canal ciblera les épargnants particuliers — qui sont amenés à consulter le CGP pour leur patrimoine individuel familial — mais aussi aux chefs d'entreprises qui souhaitent valoriser leur patrimoine professionnel. Cette action fait suite à une demande largement relayée par les CGP au cours de la dernière Convention Patrimonia, qui s'est tenue à Lyon en septembre dernier. L'objectif poursuivi est triple :

  • faire connaître davantage le métier ;
  • faire apprécier sa dimension forte en matière de conseil ;
  • démontrer qu'un accompagnement dans la gestion et l'optimisation du patrimoine s'adresse au plus grand nombre ;
Lire (2 min.)

Y aura-t-il récession en 2019 ?

Y aura-t-il récession en 2019 ? Début janvier, CPR AM tenait sa traditionnelle conférence de presse, l’occasion de déchiffrer les derniers chiffres de 2018 et de présenter les perspectives pour 2019. La rédaction vous propose de revenir sur les principaux enseignements de cette conférence.
Lire (2 min.)

Bilan 2018 : comment expliquer la chute des marchés ?

L'équipe de gestion d'Aviva Investors
La fin d’année a été particulièrement difficile pour les actifs risqués. Les marchés actions occidentaux ont chuté en décembre, pénalisés par une forte volatilité suscitée notamment par les incertitudes politiques et les craintes de récession US. Sur le marché obligataire, les rendements des obligations européennes se sont contractés, les investisseurs privilégiant les actifs refuges dans un environnement marqué par une aversion croissante pour le risque.
Lire (7 min.)

2018 : Quel bilan pour les marchés ?

Waldemar Brun-Theremin
Au cours de l'année 2018, la quasi totalité des classes d'actifs a subi une baisse.
Lire (3 min.)

Stéphane VONTHRON - J.P. Morgan AM : La thématique défensive healthcare tient ses promesses

Dans un momentum économique difficile et dans un contexte de liquidité globale assez restreinte, il faudra trouver, en 2019, des angles d'investissement alternatifs. Sur les marchés américains ou émergents, Stéphane Vonthron tente de décrypter les promesses de l'année à venir.
Voir (<5 min.)

Le Groupe Eres annonce l’entrée à son capital du fonds IK Investment Partners

Le Groupe Eres — spécialiste des produits d'épargne salariale — annonce ce jeudi 22 mars la signature d'un protocole d'accord pour l'entrée à son capital du fonds d'investissement IK Investment Partners, aux côtés de l'actionnaire existant Parquest Capital. Depuis 2007, le Groupe Eres s'est implanté sur le segment de l'épargne salariale, de l'actionnariat salarié et de l'épargne retraite. L'entreprise en pleine croissance représente désormais 2,3 milliards d'euros d'encours.

L'opération devrait permettre à IK Investment Partners de détenir la majorité du capital. Dans un esprit entrepreneurial, les fondateurs d'Eres conserveront une part significative du capital et les collaborateurs renforceront leur détention. La réalisation de la transaction reste soumise à l'obtention des autorisations nécessaires en matière règlementaire, et en particulier l'autorisation de l'Autorité des Marchés Financiers.

Maintenir son positionnement stratégique

« Accompagnement et conseil sur mesure, convergence entre l'épargne personnelle et professionnelle, développement du partage du profit et de l'épargne retraite par capitalisation, capacité à proposer des produits bancaires ou d'assurance, distribution grâce à un réseau fort de 3 000 partenaires spécialistes sont nos atouts pour les années à venir », a déclaré le Groupe Eres dans un communiqué officiel.

Suite au vote de la loi Pacte le 16 mars dernier, le Groupe Eres réaffirme sa volonté de maintenir son positionnement stratégique. Le nouveau soutien du fonds IK Investment Partners dans son capital devrait permettre au Groupe Eres de renforcer ses équipes et de poursuivre son développement dans le respect de son modèle d'architecture ouverte sans conflit d'intérêts.

Lire (2 min.)

Le Groupe APICIL devient majoritaire au capital de Roche-Brune AM

Le Groupe APICIL et Roche-Brune Asset Management (AM) ont signé ce lundi 18 mars un protocole d’accord, en vue de permettre à APICIL de prendre une position majoritaire au capital de Roche-Brune AM. Cette opération nécessite l'autorisation préalable de l'AMF. Elle s'inscrit dans le plan stratégique Défis 2020 d'APICIL, après la création en juillet 2018 d’APICIL Asset Management.

« Cette prise de participation permettra à notre Groupe d’être plus visible sur ce marché et de se positionner parmi les premières sociétés de gestion en France avec près de 10,5 milliards d’actifs sous gestion », explique Renaud Célié, Directeur général Adjoint du Groupe APICIL.

Mettre en œuvre une stratégie commune

Objectif pour le groupe, renforcer encore ses positions sur le métier de la gestion d’actifs. L’adossement de Roche-Brune AM au Groupe APICIL se traduira par la mise en œuvre d’une stratégie commune et la recherche de synergies entre les deux entités, notamment par :

  • L’accélération du développement France et hors France de Roche-Brune AM (en particulier au travers des fonds Actions Europe et Actions Zone Euro existants, de mandats et / ou fonds dédiés et de délégations de gestion) ;
  • L’atteinte d’une masse critique permettant d’accroitre le nombre de clients institutionnels ;
  • La conquête de mandats institutionnels de gré à gré ;
  • L’entretien de la recherche de l’outil propriétaire digital M.U.S.T. sous ses 4 dimensions (Fondamentale, Immatérielle, Risque et ESG) ;
  • Le développement sous une forme digitale de solutions de réplique de gestions actives à destination des gestions privées ;
  • Le renforcement d’expertises Actions existantes (Petites Capitalisations, thématiques).
Lire (2 min.)

Janus Henderson lance un fonds sur la thématique des biotechs

Cette SICAV de droit luxembourgeois investira dans des sociétés innovantes du secteur de la biotechnologie, ou des sociétés liées à ce secteur, en ciblant plus particulièrement celles qui apportent une réponse aux importants besoins médicaux non satisfaits à travers le monde. Ce fonds ciblera les sociétés visant un développement de long-terme au sein d’un secteur très innovant et en rapide croissance.

Le nouveau fonds biotech de Janus Henderson sera co-géré par Andy Acker et Dan Lyons qui disposent, à eux deux, de plus de 40 ans d’expérience en matière d’investissement sur le secteur de la biotechnologie. Le fonds sera géré par une équipe d’experts issus du milieu scientifique et bénéficiera du soutien du reste de l’équipe d’investissement spécialisée dans le domaine de la santé de Janus Henderson.

Andy Acker constate : « Le rythme des progrès s’accélère dans l’industrie de la biotechnologie, ce qui signifie que les avancées médicales surviennent beaucoup plus rapidement. La FDA a, depuis le début de l’année, approuvé 55 nouvelles thérapies, établissant ainsi un record historique. Notre processus met l’accent sur les moteurs opérationnels et scientifiques essentiels à l’atténuation des risques et à l’identification des opportunités dont regorge ce secteur dynamique. »

Lire (1 min.)

Quel bilan des marchés financiers pour novembre ?

L'équipe de gestion d'Aviva Investors
Après la forte correction d’octobre, certains actifs à risque ont tenté un rebond en novembre malgré de nombreux facteurs d’incertitudes, comme le Brexit, la politique budgétaire italienne et le ralentissement de la croissance européenne. Nerveux une grande partie du mois, les marchés actions ont tout de même salué la trêve dans la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine. Sur le marché obligataire, les rendements des emprunts d’Etats jugés les plus sûrs ont continué de profiter du mouvement de fuite vers les valeurs refuge. Le baril de pétrole a chuté de plus de 20% en raison de la crainte d’une surabondance d’offre mondiale.
Lire (5 min.)