LFDE remporte la 1ere place de l’Alpha League Table 2019

La Financière de l’Echiquier (LFDE) annonce ce mardi 16 avril son classement à la première place de l'Alpha League Table 2019. La société de gestion avait été classée 2e l’an dernier. Elaboré depuis 2005 par SIX — EuroPerformance jusqu'en 2016 — l’Alpha League Table est un classement de référence des sociétés de gestion, qui opère sur les actions en France et distingue la capacité à générer de la performance.

Stock-picking et génération d'alpha

Ce palmarès récompense la qualité du stock-picking et la régularité de la génération d’alpha par les équipes de gestion. LFDE affiche un alpha à 4,98 %, en hausse par rapport à l’an dernier (4,08 %). La première place de La Financière confirme la qualité de ses stratégies. Aujourd'hui, 44 % de ses fonds détiennent 4 et 5 étoiles Morningstar. Certains véhicules figurent dans le premier décile, et notamment :

  • Echiquier Agenor Mid Cap Europe
  • Echiquier World Equity Growth

Par ailleurs, la société de gestion met en avant le travail accompli par Frédéric Buzaré, Gérant Echiquier Agressor depuis octobre dernier.

Performant dans toutes les configurations de marché

« Ce prix est la reconnaissance de l’excellence et de la constance de la gestion de La Financière de l’Echiquier, quelles que soient les configurations de marché », déclare Christophe Mianné, Directeur Général de LFDE. « Je suis également très heureux des performances distinctives de nos stratégies small et mid caps, de croissance internationale, et de l’ISR en particulier », ajoute Olivier de Berranger, Directeur de la gestion d’actifs de LFDE.

Lire (2 min.)

Ile-de-France : la région reçoit un « Trophée d’or des leaders de la finance du secteur public »

Valérie Pécresse — Présidente de la région Ile-de-France — et Stéphane Salini — Vice-Président chargé des Finances et de l’Évaluation des politiques publiques — se réjouissent pour l'Ile-de-France. La région vient de recevoir le « Trophée d’or des leaders de la finance du secteur public », à l’occasion du sommet des leaders de la finance. Cet événement qui a réuni 1 300 participants était organisé par le groupe Leaders League — éditeur du magazine Décideurs — ce jeudi 11 avril à Paris.

Trois bonnes pratiques de gestion mises à l'honneur

Ce prix récompense l’engagement quotidien de l’ensemble des agents de la Région, au service d’une gestion économe et ambitieuse. Le jury a particulièrement mis en valeur :

  • la volonté de la Région de faire de l’Ile-de-France une collectivité européenne de premier plan pour les émissions obligataires vertes et responsables. Elle est la 1ère collectivité territoriale d’Europe à avoir lancé des émissions obligataires avec un reporting annuel ;
  • la forte baisse des dépenses régionales. Au total, c’est plus de 1 Md€ d’économies cumulées qui ont été réalisées depuis 2015 sur les dépenses de fonctionnement, ce qui a permis de financer les nouveaux investissements. En 2019, les dépenses d’investissement dépasseront en volume les dépenses de fonctionnement ;
  • la politique « achats » volontariste, dont la dernière concrétisation est la nouvelle centrale d’achats territoriale, qui permet de mutualiser moyens et expertises d’achats au service de ses parties prenantes : lycées, organismes associés, autres collectivités, etc.
Lire (2 min.)

Immobilier durable : OGIC reçoit 2 prix aux Pyramides d’Argent 2019

La Fédération des Promoteurs Immobilier (FPI) a dévoilé ce vendredi 12 avril les lauréats 2019 de son concours régional « Les Pyramides d'argent ». OGIC — promoteur immobilier spécialisé dans le neuf — a reçu le prix « Pyramide d'argent 2019 » et le prix « Bas carbone » parrainé par EDF pour la construction de l’îlot Ydeal Confluence dans le IIe arrondissement. En 2015, OGIC avait déjà reçu un prix à Lyon pour la reconversion de l’ancienne prison Saint-Joseph.

Un mode de construction éco-responsable

L'îlot Ydeal Confluence mise sur l'autoconsommation collective à l'échelle de 5 bâtiments. « Cela signifie non seulement partager les consommations d’énergies, mais aussi les répartir équitablement entre tous les habitants et notamment entre les activités de la journée et celles du soir » explique Sabine Bonnet, Directrice de l’agence OGIC Lyon. Le promoteur a installé un système de stockage d’énergie en batterie, et ambitionne de couvrir jusqu’à 50 % des consommations d’énergies sur place, hors activités commerciales.

Pierre, ossature en bois, arches en pisés sur la façade... L'immeuble de bureaux « L’Orangerie » — qui couvre une surface de 1 000 m2 — a été entièrement conçu à partir de matériaux biosourcés. « La terre que nous utilisons provient d’un chantier de terrassement situé à seulement 30 kilomètres de l’opération. Les blocs de terre crue sont fabriqués et posés directement sur le chantier. Le bilan carbone de cette construction est de ce fait excellent », précise Sabine Bonnet.

Créer des immeubles durables et réversibles

Les structures des immeubles du programme Ydeal ont été conçues pour que les bâtiments puissent facilement changer d'usage. Les espaces sont entièrement réversibles, et peuvent devenir au choix des logements et/ou des bureaux. « Nous avons voulu créer un bâtiment qui puisse épouser les mutations du quartier », explique Sabine Bonnet. Objectif, éviter en cas de changement d'usage « la démolition reconstruction catastrophique du point de vue bilan carbone »

« Nous devons accompagner nos clients et les sensibiliser à un usage plus responsable et plus écologique des espaces », déclare Sabine Bonnet. Des ateliers de réflexion sont régulièrement organisés auprès des futurs propriétaires, afin de définir l’usage qu’ils souhaitent donner aux différents espaces communsL’autre objectif de ces ateliers consiste à sensibiliser les futurs habitants aux différents services mis à disposition, comme le compost, le choix de leurs appareils électroménagers, etc.

Lire (3 min.)

Bertrand Conchon - Edmond de Rothschild Asset Management : du rendement malgré des taux bas durables

Que faire face à un univers de taux bas qui dure ? Edmond de Rothschild Asset Management (EDRAM) propose aux CGPI d'aller chercher du rendement dans l'univers obligataire mais aussi dans la gestion thématique, notamment sur le segment du Big Data.
Voir (<4 min.)

La FinTech PayLead nomme un Chief Revenue Officer

La FinTech française PayLead — spécialisée dans l'analyse de données bancaires — annonce ce mercredi 17 avril la nomination d'un Chief Revenue Officer dans le cadre de son développement français et européen. Dans ce cadre, Thomas Sevège aura pour mission d'optimiser la stratégie de revenus de l'entreprise et de développer de nouvelles collaborations avec des partenaires bancaires et des retailers.

Ce recrutement doit permettre à PayLead d'amorcer sa phase de scale-up en France et en Europe. « Nous avons des ambitions internationationales pour PayLead et l'arrivée de Thomas dans notre équipe est un véritable atout. Son profil hautement qualifié va soutenir la structuration de l'entreprise et l'installation durable dans notre écosystème », déclare Charles de Gastines, PDG et co-fondateur de PayLead.

Focus sur le parcours de Thomas Sevège

Thomas Sevège a fait carrière dans plusieurs startups à forte croissance. En 2001, il fait partie des premiers collaborateurs de Tradedoubler — solution marketing — et en devient Vice-président Europe de l'Est et du Sud en 2006. En 2008, il rejoint Be On — précédemment Goviral — en qualité de VP EMEA. En septembre 2013, il se voit confier le poste de Président & COO chez Freespee à Londres, plate-forme conversationnelle avant de rejoindre l'équipe de PayLead en tant que Chief Revenue Officer.

« Au cours de ma carrière, j'ai eu l'opportunité de rejoindre des organisations à des moments très particuliers de leur développement. Je suis passionné par les nouveaux challenges et inspiré par les entrepreneurs convaincus des projets qu'ils portent. Lors de mes premiers échanges avec Charles, j'ai réalisé que l'expertise de PayLead annonçait une véritable disruption du marché bancaire et promettait des avancées majeures en matière de connaissance client», commente Thomas Sevège.

Lire (2 min.)

AMF : le médiateur publie son rapport annuel 2018

Marielle Cohen-Branche — médiateur de l’AMF — a présenté ce jeudi 18 avril devant la presse son rapport annuel pour l’année écoulée. L’occasion de rappeler, au-delà des chiffres-clés et de la confirmation de l’efficacité et de l’adhésion des épargnants comme des professionnels, les valeurs structurantes de la Médiation.

Les chiffres de l’année 2018

Comme chaque année, les principaux indicateurs de la Médiation témoignent de sa forte activité :

  • 1438 dossiers reçus (+ 6 %) ;
  • 1408 dossiers traités et clôturés, en stabilité ;
  • 813 dossiers reçus dans le champ de compétence (+ 17 %) ;
  • 523 avis rendus (+ 3 %)
  • 308 établissements concernés : prestataires de services d’investissements majoritairement, mais aussi entreprises de marché, émetteurs, etc.

La fragmentation des secteurs entre finance, banque et assurance demeure complexe pour les usagers. Cette année, près de 44 % des dossiers reçus sont en dehors du champ de compétence du médiateur de l’AMF. Grâce au mode de filtrage du nouveau formulaire du site de l’AMF, seulement 27 % des dossiers saisis ainsi sont non recevables, contre 46 % en 2017. Le courrier postal reste privilégié par 71 % des demandeurs.

A l’instar des années précédentes, les chiffres de 2018 illustrent l’adhésion que remporte la médiation de l’AMF. 93 % des recommandations favorables sont suivies tant par l’épargnant que par le professionnel et en cas de recommandation défavorable pour le demandeur, très rares sont les cas d’insatisfaction (6 %).

Les sujets-phares

  •  Les dossiers relatifs à l’épargne salariale progressent à nouveau : 217 dossiers contre 211 en 2017. Pour rappel, ils n’étaient que 93 en 2014. Les motifs de saisines restent variés mais si les réclamations sur les frais de garde diminuent (de 18 % à 15 %), celles concernant les affectations par défaut augmentent (de 19 % à 26 %). Une problématique liée à la difficile appréhension du PERCO, sujet sur lequel le médiateur porte une attention particulière et formule des recommandations auprès des diverses parties-prenantes. 
  • Après une année de baisse très nette, les dossiers en matière de trading spéculatif sur Forex ou options binaires diminuent toujours : 51 dossiers en 2018 (98 en 2017) impliquant 40 sociétés agréées et 11 non agréées. Dans ce cas, les dossiers sont transmis au procureur de la République. Cette chute prouve l’impact des diverses initiatives françaises (interdiction de la publicité) ou européennes (restriction / interdiction de commercialisation). Cependant, le champ de l’escroquerie se déplace. Après des saisines liées aux diamants d’investissements en 2017, le médiateur a constaté l’émergence de celles liées aux placements en crypto-actifs assortis de perspective de rendement. 35 dossiers cette année, face auxquels la Médiation doit décliner sa compétence puisqu’aucun professionnel ne dispose, à ce jour, d’une offre autorisée.
  • Enfin, les dossiers portant sur les PEA augmentent de 30 %, soit 70 cas contre 53 en 2017. Pour la moitié de ces dossiers, les litiges portent sur des durées anormales de transfert entre deux établissements gestionnaires. Cette difficulté avait conduit le médiateur à formuler des recommandations générales en la matière pour accélérer et fluidifier ces transferts, notamment en cas de titres non cotés au sein de l’enveloppe. Après un avis favorable du Comité consultation du secteur financier en septembre 2018, cette procédure est facilitée. Ce point illustre la mission plus générale de la Médiation de l’AMF : être en mesure, en cas de besoin, de faire bouger des situations et pratiques existantes, voire la législation, en étant force de proposition auprès des instances concernées.

Œuvrer pour une médiation mieux connue

Dans un paysage juridique de plus en plus complexe, où les alternatives à la voie judiciaire se multiplient, il convient de rappeler les valeurs communes des médiateurs de la consommation. Ils sont actuellement les seuls médiateurs amiables régulés et gratuits pour les consommateurs. Leur action repose sur 3 piliers : indépendance, confidentialité et impartialité.

Afin de mieux faire connaître le principe de la médiation, le Journal de Bord — accessible depuis le site internet de l’AMF — propose chaque mois un billet pratique et concret de cas vécu. Son audience progresse de 20 % cette année. Pour la première fois, le rapport annuel reprend sous forme thématique l’ensemble des billets parus depuis le lancement en 2014. Il s'agit d'une base documentaire opérationnelle utile, autant pour les professionnels que pour les particuliers.

Lire (5 min.)

Saïd Belbachir - Aviva Investors France : « L'ISR est en train de devenir une pierre angulaire »

Fonds labellisés ISR, gestion verte sous mandat... Comment concilier rendement et gestion responsable ? Aviva Investors France souhaite convaincre ses clients d'épargner mieux et de diversifier leurs investissements, malgré un environnement de marchés difficile.
Voir (<4 min.)

François Manenti - Extendam : « Nous allons avancer sur les pays nordiques et en Italie »

Une classe d'actifs hors IFI, diversifiée et décorrélée des marchés financiers... Extendam propose aux CGP d'investir dans l'hôtellerie d'affaires européenne. Début 2019, la société accélère son développement, diversifie ses produits et déploie son offre en région.
Voir (<4 min.)

Nicolas Thillaye du Boullay - Fiducial Gérance : « Toutes nos forêts sont gérées durablement »

Depuis plus de 40 ans, Fiducial Gérance propose des groupements forestiers aux investisseurs. En 2019, la société prépare le lancement d'un Groupement Forestier d'Investissement (GFI). Ce produit inclura plusieurs parcelles de forêt, gérées durablement pour exploiter le rendement du bois.
Voir (<3 min.)

Danielle François-Brazier - Foncia Pierre Gestion : « Notre différence est sur l'antériorité »

Comment garantir des performances régulières sur la durée ? Foncia Pierre Gestion (FPG) propose aux CGP de développer la capitalisation à travers ses SCPI, avec pour objectif d'anticiper les investissements et de toujours maîtriser la collecte.
Voir (<4 min.)

Swiss Life Asset Managers France cède les actifs de son premier fonds santé

Swiss Life Asset Managers (AM) France annonce ce jeudi 18 avril la cession des actifs de son premier club deal santé, créé en 2012 à destination d’investisseurs institutionnels français. Cet OPCI Professionnel était spécialisé dans les murs d’EHPAD — Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes — d'établissements SSR — Soins de Suite et de Réadaptation — et de cliniques PSY — cliniques psychiatriques — avec l'acquisition de plus de 200 M€ d'actifs.

Le portefeuille comporte 14 actifs — 9 EHPAD, 4 établissement SSR et 1 établissement psy — soit près de 1 500 lits. Icade Santé s’est porté acquéreur de 12 d’entre eux et Primonial REIM des 2 EHPAD situés à Paris et en région parisienne. Plus de 80 % du portefeuille se compose d’établissements achetés en VEFA. Le solde a été acquis neuf ou rénové.

Orienter sa stratégie vers les résidences seniors

Swiss Life AM France a fait partie des pionniers qui se sont intéressés au secteur de la santé. L'asset manager a ainsi pu acquérir ce portefeuille dans de bonnes conditions. Le marché de la santé et les actifs visés par ce fonds présentaient en 2012 un effet ciseaux, lié à une sous-capacité importante face à une hausse de la demande pour ce type de structures en raison du vieillissement de la population.

Depuis, le marché de la santé est devenu très porteur. Swiss Life AM France a choisi d'anticiper une liquidation probable de ce véhicule courant 2019. Cette décision valide la stratégie d’acquisition mise en place lors du lancement du fonds, qui ciblait la qualité de l’opérateur mais également les emplacements et les qualités techniques des actifs. Swiss Life AM France va continuer d'investir dans le secteur du grand âge, en s'orientant notamment vers les résidences seniors en Europe.

Lire (2 min.)

Assurance vie : Althos Patrimoine lance une offre de droit luxembourgeois

Althos Patrimoine — spécialiste du conseil en gestion privée — annonce ce jeudi 18 avril le lancement d'une offre d’assurance vie luxembourgeoise. Ce produit destiné à une clientèle haut-de-gamme est accessible à partir de 100 000 euros sans frais d'entrée.

Cette offre permet aux investisseurs d’accéder à des véhicules réservés aux institutionnels et de bénéficier d’une sécurité renforcée sur leur capital, « tout en étant investis dans des actifs décorrélés et des actifs de rendement », précise Maxime Defasy, responsable des investissements chez Althos Patrimoine.

Diversification des actifs

Cette offre donne accès à la quasi-totalité des contrats d’assurance-vie du marché luxembourgeois. Les investisseurs choisissent parmi une douzaine de contrats, sélectionnés auprès des principaux acteurs du secteur : Allianz, Lombard International, Swiss Life, Generali, Bâloise Assurances ou encore AG2R La Mondiale.

Les épargnants ont accès aux parts institutionnelles des OPCVM traditionnels, ainsi qu'à des classes d’actifs de diversification réservées aux institutionnels. Ils peuvent investir une partie de leur capital en capital-investissement, en immobilier ou encore en dette privée.

Protection de l'épargne

Les investisseurs bénéficient d'une sécurité renforcée, connue sous l’appellation « triangle de sécurité ». Ce type de contrat offre des garanties supplémentaires en termes de protection de l’épargne. En France, en cas de faillite de la compagnie d’assurance, l’épargne est garantie dans la limite de 70 000 euros par assuré et par contrat.

Le Luxembourg n'impose pas ce type de limite. Les actifs sont conservés auprès d’une banque dépositaire. Enfin, l’épargnant bénéficie d’un statut de créancier de premier rang, ce qui le rend prioritaire en cas de faillite de la compagnie d’assurance.

Lire (2 min.)

Antoine Boissay - Natixis : « Il y a énormément d'opportunités sur le secteur bancaire »

Agapan Solutions pour les CGPI, trésorerie d'entreprise, produits dédiés retail... En 2019, Natixis recrute pour mieux répondre à la demande des conseils en patrimoine. La société se développe dans le secteur bancaire, mais aussi sur la thématique SRI avec des produits dédiés.
Voir (<4 min.)

Olivier Quentin - MMA Expertise Patrimoine : « Offrir une rémunération parfaitement DDA compatible »

Compatibilité DDA, loi Pacte, épargne et prévoyance... MMA Expertise Patrimoine se positionne en 2019 face aux transformations réglementaires, afin de développer dans l'univers de Covéa sa gamme de produits destinés aux indépendants.
Voir (<4 min.)