Bpifrance : un nouveau fonds pour démocratiser le capital-investissement auprès des Français

Bertrand Tourmente
Le lancement par Bpifrance d’un nouveau fonds de capital-investissement à destination des investisseurs particuliers constitue une excellente nouvelle pour démocratiser cette classe d’actifs auprès du grand public. Malgré la crise actuelle, le capital-investissement offre des rendements bien supérieurs aux autres classes d’actifs. Le point avec Bertrand Tourmente, fondateur d’Althos Patrimoine.
Lire (5 min.)

FCPI : Eiffel IG, soutenir les PME européennes avec ALTO Innovation 2020

Lancé en septembre 2020, le FCPI « ALTO Innovation 2020 » est ouvert à la souscription jusqu'au 31 décembre prochain. Quels sont les avantages et les inconvénients de ce type de placement ? Comment Eiffel IG soutient-elle les PME européennes ? Le point avec Le Courrier Financier.
Lire (2 min.)

Private Equity : un placement pour optimiser son épargne et relancer l’économie locale

Bertrand Tourmente
Dans un environnement de forte volatilité des marchés financiers et un secteur immobilier fragilisé, le Private Equity ou capital-investissement constitue une sérieuse opportunité d’investissement pour tout épargnant. Malgré la crise actuelle, le non-côté offre à la fois une source de diversification des placements et des rendements particulièrement attractifs. En investissant dans des PME locales, ce type d’investissement permet surtout de participer activement à la relance de l’économie française.
Lire (6 min.)

Investir dans les PME-ETI : Turenne Groupe lance la SLP Sélection & Opportunités

Cette semaine, Turenne Groupe annonce le lancement de la Société de Libre Partenariat (SLP) « Sélection & Opportunités » à destination de la clientèle privée. Plus d'explications sur ce véhicule de diversification patrimoniale avec Le Courrier Financier.
Lire (6 min.)

Capital-risque : Maor Investments lance Maor II, fonds européen dédié aux startups israéliennes

Maor Investments — l’un des 10 fonds de venture capital les plus actifs en Israël — annonce ce mardi 12 octobre le lancement de son nouveau fonds Maor II, avec un objectif de collecte de 200 M$ auprès d’investisseurs Européens qualifiés, dédié à l’investissement dans les pépites technologiques israéliennes.

Maor Investments a été lancé en 2018 pour faciliter l'accès des investisseurs européens — en particulier des Family Offices — à l'écosystème et aux opportunités technologiques israéliennes. Depuis sa création, Maor déploie une double culture Israélo-Européenne ainsi qu’une forte présence locale pilotée par une équipe Israélienne basée à Tel-Aviv — dont le réseau constitue un avantage majeur dans le sourcing des pépites. Maor ouvre les portes des grandes entreprises européennes aux startups israéliennes.

Sa création est partie du constat que l’Europe et Israël sont confrontés à un même défi qui représente à moyen-long terme un enjeu de souveraineté et de compétitivité industrielle critique pour les deux territoires : proposer à leurs entreprises technologiques, qui s’expatrient aujourd’hui en majorité aux États-Unis, une alternative locale pour les retenir et les faire prospérer.

Se renforcer face aux Etats-Unis

Si la forte culture du risque et l’esprit entrepreneurial d’Israël ont conféré au pays une avance notable par rapport à l’Europe, le même phénomène s’observe de plus en plus dans les deux régions :  les startups à succès sont largement financées par des fonds américains et choisissent en masse de s’expatrier aux États Unis, soit se cotant sur le Nasdaq ou le NYSE, soit en étant rachetées par un groupe technologique ou financier américain. Cela s’explique pour principalement deux raisons en ce qui concerne Israël : 

  • d’une part, les principaux fonds de venture capital actifs en Israël sont les fonds américains qui poussent bien souvent les sociétés israéliennes à transférer leur siège social aux États-Unis, notamment pour simplifier les rapports entre membres du conseil d’administration et les équipes de direction ;
  • d’autre part, les débouchés sur le marché local Israélien étant limités, les startups israéliennes se tournent volontiers vers les États-Unis comme le premier pays d’exportation car ils présentent deux commodités : une seule langue sur l’ensemble du territoire et la possibilité de toucher tout le pays depuis une ou deux villes majeures.

Même constat pour les jeunes entreprises technologiques européennes, alors même que l’Europe constitue une zone de développement commercial plus importante que les États-Unis. En témoignent des levées de fonds record réalisées récemment par des fonds américains sur des startups françaises. Maor Investments se positionne sur ce thème en œuvrant au rapprochement des startups Israéliennes avec les grands groupes — Français d’abord, puis Européens — en quête d’innovation.

Stratégie du fonds Maor II

Après le succès de Maor I, le lancement de Maor II constitue une étape de développement supplémentaire pour Maor Investments. Il fait suite à la levée de 100 millions de dollars clôturée en 2019 du fonds Maor I, déjà investi à plus de 75 % dans 18 startups de secteurs divers (intelligence artificielle, fintech, sportstech, immobilier, construction, marketing, santé numérique, agriculture, infrastructure cloud et cyber-sécurité).

En moins de trois ans, Maor I a réalisé une sortie et une introduction en bourse de ses startups en portefeuille. Près de 25 % du capital investi a été reversé à ses investisseurs privés. Maor II vise à poursuivre une stratégie très similaire — avec toutefois plus de flexibilité et une taille de fonds doublée. Maor II pourra ainsi être présent sur des tours de tables plus importants et investir davantage en tant qu’Investisseur Lead

Israël représente une opportunité aux portes de l’Europe pour les investisseurs institutionnels et Family Offices européens — à ce jour sous-investis dans les sociétés technologiques non cotées. Avec seulement une heure de décalage horaire, la Silicon Wadi Israélienne est une alternative sérieuse et bien plus accessible que la Silicon Valley. Les collaborations technologiques et industrielles contribueraient ainsi à renforcer les industries françaises et européennes face aux géants américains.

Lire (4 min.)

DOM-COM : Inter Invest Capital lance le FIP Outre-mer Inter Invest n°4

Fort du succès de ses précédents FIP Outre-mer, avec 66 M€ collectés et 44 participations réalisées, Inter Invest Capital — société de gestion, spécialiste des opérations de capital-développement de sociétés en croissance — annonce ce mercredi 29 septembre le lancement du FIP Outre-mer Inter Invest n°4, ouvert aux souscriptions jusqu’au 31 janvier 2023.

Destiné au financement de PME de croissance dans les DOM et les COM, le FIP Outre-mer Inter Invest n°4 permet aux investisseurs privés de bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu (IR) égale à 30 % des montants investis par le fonds dans des PME ultra-marines — en contrepartie d’une durée de blocage pouvant aller jusqu’au 30 juin 2031 au plus tard et d’un risque de perte en capital.

Inter Invest, partenaire historique des PME ultra-marines

Le Groupe Inter Invest a accompagné plus de 22 000 entrepreneurs depuis 1991 et totalise 2 Mds€ d'actifs financés sous gestion à fin décembre 2020. Inter Invest Capital — société de gestion du Groupe agréée par l’AMF — gère 6 FIP investis dans les DOM COM. Elle s’appuie sur la légitimité du Groupe dans l’accompagnement et le développement des PME ultra-marines, grâce à ses 9 agences locales qui lui confèrent une connaissance pointue du tissu économique des DOM-COM.

Géré par Inter Invest Capital, le FIP Outre-mer Inter Invest n°4 est le septième millésime de la gamme commercialisée et investie dans des PME exerçant leur activité sur trois zones économiques distinctes : l’arc Antilles-Guyane, les départements de l’Océan Indien et les collectivités de l’Océan Pacifique. Le FIP tire ainsi profit de la profondeur et de la spécificité de chacune d’entre elles.

Des critères d’éligibilité élargis

Suite au décret adopté le 9 mai 2021 de la loi de finances 2021, les critères d’éligibilité des entreprises à un Fonds d’Investissement de Proximité ont été élargis à la plupart des secteurs d’activité à l'exception des activités financières, patrimoniales, immobilières et de promotion, offrant ainsi de nouvelles opportunités d'investissement aux gérants du fonds.

Cette mesure devrait renforcer la diversification sectorielle de la stratégie mise en œuvre dans les FIP Outre-mer gérés par Inter Invest Capital. Elle permettra désormais de sélectionner des entreprises qui opèrent dans des secteurs aussi variés que la restauration, l'informatique ou le commerce par exemple.

Quelle réduction d'impôt ?

Conformément au décret n° 2020-1014 du 7 août 2020 relatif à la réduction d'impôt pour souscription en numéraire au capital des PME, le taux de réduction d’impôt s’élève à 30 % pour les FIP ultra-marins. Cette réduction d’impôt, supérieure au taux de 25 % offert par le FIP métropolitain, est, pour rappel, calculée sur le montant investi par le FIP en investissements éligibles et non plus sur le montant de la souscription des investisseurs.

Ainsi, afin de maximiser l'avantage fiscal des porteurs, Inter Invest Capital s'engage-t-elle à investir pour son nouveau FIP, 100 % de son actif dans des PME ultra-marines pour permettre aux investisseurs de bénéficier d’une réduction d’impôt effective de 30 % de leur souscription (hors droits d’entrée).

Grâce à cet engagement fort, le FIP Outre-mer Inter Invest n°4 ouvre droit à une réduction d’impôt pouvant atteindre 7 200 € pour les personnes mariées ou liées par un PACS et soumises à une imposition commune (soit un investissement de 24 000 €) et 3 600 € maximum pour les célibataires, veufs ou divorcés (soit un investissement de 12 000 €). Un investissement dans le fonds présente un risque de perte en capital et d’illiquidité.

Stratégie diversifiée

Inter Invest Capital est spécialisée dans les opérations de capital-développement en structurant des investissements en fonds propres ou quasi-fonds propres dans des PME de croissance. La société construira le portefeuille du FIP Outre-mer Inter Invest n°4 avec pour objectif de tirer avantage du dynamisme des Outre-mer tout en cherchant à maîtriser les risques de contre-performance grâce à une triple diversification :

  • diversification des actifs : les gérants investiront au minimum 50 % de l’actif sur des obligations convertibles pour permettre, notamment, d’accroitre la visibilité du rendement. Le FIP pourra également entrer au capital de PME sous forme d’actions de préférence ;
  • diversification des zones géographiques : Antilles-Guyane, départements de l’Océan Indien et collectivités de l’Océan Pacifique ;
  • diversification des secteurs d’activité : énergies renouvelables, hôtellerie, industrie, BTP ou commerce, etc.

Le FIP Outre-mer Inter Invest n°4 étant composé d’instruments financiers d’entreprises non cotées, il présente donc des risques spécifiques, notamment de perte en capital et de liquidité. Le FIP Outre-mer Inter Invest n°4 est ouvert à la souscription des particuliers redevables de l’IR jusqu’au 31 janvier 2023.

Lire (5 min.)

Le Tchat du Cofi – Paul-Edouard Falck, NextStage AM : Covid-19, le capital-investissement « prend toute son importance »

Pendant cette période de financement, retrouvez notre format vidéo « Le Tchat du Cofi ». Levées de fonds, accompagnement des entreprises et relance économique... Comment le capital-investissement peut-il aider les entreprises à traverser la crise du Covid-19 ?
Voir (<1 min.)

Coronavirus : comment s’en sortent les hedge funds sur les marchés émergents ?

L'équipe Lyxor Cross Asset Research
La crise sanitaire partie de Chine a pris une ampleur mondiale. Les actifs émergents connaissent désormais des rendements comparables à ceux des pays développés, mais avec de nombreuses disparités. Quels seront les impacts de la pandémie de coronavirus sur les marchés émergents ? Comment les hedge funds investis sur ce segment peuvent-ils adapter leurs stratégies ? Les équipes Lyxor Cross Asset Research partagent leur analyse hebdomadaire.
Lire (5 min.)

Abderahmane Fodil – ​idi Emerging Markets Partners : Private Equity et crise sanitaire, « ​certains secteurs seront les grands gagnants ​»

Le Private Equity permet-il de garder son capital à l’abri ? En pleine crise sanitaire, quels secteurs de croissance privilégier ? Abderahmane Fodil répond en exclusivité aux questions du ​Courrier Financier.
Lire (6 min.)

Crowdfunding : vers une harmonisation du financement participatif européen

David El Nouchi
En 2020, l'Union européenne (UE) devrait adopter un règlement unique concernant le secteur du financement participatif. Quels sont les enjeux de cette harmonisation pour les plateformes françaises de crowdfunding ? Comment ce règlement va-t-il organiser la protection du consommateur ?
Lire (5 min.)

Finance verte : Janus Henderson lance le fonds Horizon US Sustainable Equity Fund

Janus Henderson Group — gestionnaire d’actifs international — annonce le lancement du « Janus Henderson Horizon US Sustainable Equity Fund ». Objectif, offrir aux investisseurs une croissance du capital à long terme en investissant dans des sociétés américaines qui contribuent positivement au développement d’une économie mondiale durable. Le fonds s’adresse principalement aux investisseurs des marchés EMEA et Asie-Pacifique.

Poursuivre la stratégie ESG

Ce nouveau fonds sera disponible sous la forme d’une SICAV. Concentré aux États-Unis, sera géré par Hamish Chamberlayne et Aaron Scully, aux côtés d’une équipe d’analystes dédiée et de l’équipe Gouvernance et Investisseur  Responsable (GIR). Ils seront soutenus par une toute nouvelle équipe mondiale de spécialistes ESG, dirigée par le responsable des investissements ESG de Janus Henderson, Paul LaCoursiere.  

Le fonds sera « vert foncé » au sens de l’article 9 (conformément au règlement de  l’UE sur la publication d’informations en matière de durabilité dans le secteur des services financiers) avec la durabilité comme principal objectif d’investissement. Le fonds applique à la fois des critères de sélection positifs sur des thèmes environnementaux et sociaux et des critères de sélection négatifs pour exclure les entreprises dont les biens ou les services engendrent des dommages environnementaux ou sociétaux.  

« Le lancement du nouveau fonds Horizon US Sustainable Equity démontre notre engagement à développer notre offre ESG. Soutenus par notre équipe  mondiale et ayant accès à la plateforme de données ESG exclusive de Janus Henderson, Hamish et Aaron continueront à tirer parti de leur longue et solide expérience en matière de croissance durable à long terme pour nos clients », précise Ignacio de la Maza, responsable clientèle Intermédiaire zone EMEA et de l’Amérique latine.

3,5 milliards de dollars d'actifs

Le nouveau fonds Janus Henderson Horizon US Sustainable Equity s'appuie sur une stratégie de 30 ans d'investissement durable et de recherche d'innovation et fait partie de la stratégie  Janus Henderson Global Sustainable Equity.

À la fin du mois de juin, la stratégie Janus Henderson Global Sustainable Equity comptait 3,5 milliards de dollars d'actifs sous gestion et affichait un solide historique à long terme — générant des rendements annualisés de 20,06 % contre 14,9 % pour son indice de référence au cours des cinq dernières années.

Le fonds Janus Henderson Horizon Global Sustainable Equity, lancé le 29 juillet 2019, a déjà atteint 1,1 milliard de dollars d'actifs sous gestion tout en affichant des rendements annualisés de 26,29,7 % contre 18,46 % par rapport à son indice de référence depuis sa création.  

Développement durable aux USA

« Le développement durable a pris une importance considérable aux États-Unis au cours des derniers mois et les investisseurs du monde entier sont de plus en plus conscients du rôle que ce pays jouera dans la construction d’un avenir  durable », déclare Hamish Chamberlayne, responsable des actions durables internationales chez Janus  Henderson Investors.

« Le fonds Horizon US Sustainable Equity investira dans des entreprises américaines qui sont en mesure de relever les défis imposés par les mégatendances mondiales, telles que  le changement climatique, les contraintes liées aux ressources, la croissance démographique  et le vieillissement des populations, ainsi que dans des entreprises qui cherchent à opérer  une transformation positive dans leurs secteurs d'activité », ajoute-il.

« Le fonds adopte un cadre ESG cohérent dans l’ensemble du processus d’investissement, de sorte que les investisseurs  peuvent être assurés que leur capital est correctement orienté vers l’investissement durable  et la véritable création de valeur à long terme qui en découle », conclut Hamish Chamberlayne.

Lire (4 min.)

Immobilier résidentiel : Horizon AM lance Performance Pierre 5

Horizon Asset Management (Horizon AM) — société de gestion française, spécialiste du financement immobilier — annonce ce mercredi 21 juillet le lancement de sa stratégie Private Equity « Performance Pierre 5 » (PP5). Objectif de ce fonds d’investissement alternatif (FIA), soutenir le financement de l’immobilier résidentiel neuf en France.

Ce lancement fait suite aux premiers investissements réussis du fonds « Performance Pierre 4 » (PP4). Horizon AM l'avait lancé en 2018. Au 31 décembre 2020, celui-ci avait collecté 21,5 millions d’euros ce qui lui a permis de financer directement ou indirectement 36 projets.

Diversifier et mutualiser

L'année 2020 a été marquée par un ralentissement dans le secteur de la promotion immobilière. Malgré une année « Covid », Horizon constate « une activité globale comparable aux années d’élections locales et observe déjà un rebond qui devrait perdurer dans les années à venir ». La stratégie d’Horizon et sa maîtrise du sourcing lui ont permis d’identifier un nombre croissant d’opportunités porteuses de performance et d’impacts positifs.

La stratégie de PP5 consiste à investir dans des opérations immobilières de promotion et de marchand de biens en France, notamment en Île-de-France et Provence-Alpes-Côte d'Azur. PP5 financera des classes d'actifs à forte valeur ajoutée : actifs « prime », logements conventionnés, thématiques d’utilité sociale (maisons médicales, co-living, etc.). Objectif, diversifier et mutualiser les projets afin d’optimiser le ratio rendement / risque.

L'enjeu du logement en France

PP5 prend la forme d’une Société en Commandite par Actions (SCA) à capital variable ayant un objectif de collecte de 30 millions d’euros. Accessible à partir de 10 000 euros avec un objectif de collecte de 30 millions d’euros, PP5 est éligible au PEA et PEA-PME-ETI. L'Autorité des marchés financiers (AMF) a donné son approbation le 1er juillet 2021.

La période de souscription démarre le 2 juillet 2021 et prendra fin le 1er juillet 2022 à minuit pour une durée d’investissement conseillée comprise entre 6 et 7 ans — en fonction de la date d’entrée de l'investisseur. La société sera dissoute automatiquement le 29 février 2028.

« Le logement est un enjeu structurant pour notre société. Financer la production de logements n’est pas qu’un acte économique, c’est aussi une démarche citoyenne. Accompagner les mutations et enjeux de l’immobilier moderne assure à l’investisseur une pérennité de son placement. Ainsi, Performance Pierre 5 s’inscrit dans cette stratégie qui repose sur la combinaison de notre logique de capital-investissement appliquée à l’immobilier résidentiel », déclare Mehdi Gaiji, Président d'Horizon AM.

Lire (3 min.)

Private Equity : un secteur qui doit entamer sa mue digitale

Michel Ivanovsky
Dans un secteur du Private Equity en pleine mutation, les sociétés de gestion font face à des enjeux de taille. Parmi eux, la digitalisation apparaît comme un passage obligé pour parvenir à réinventer leur modèle en profondeur.
Lire (5 min.)