Crowdfunding : vers une harmonisation du financement participatif européen

David El Nouchi
En 2020, l'Union européenne (UE) devrait adopter un règlement unique concernant le secteur du financement participatif. Quels sont les enjeux de cette harmonisation pour les plateformes françaises de crowdfunding ? Comment ce règlement va-t-il organiser la protection du consommateur ?
Lire (5 min.)

Private Equity : un secteur qui doit entamer sa mue digitale

Michel Ivanovsky
Dans un secteur du Private Equity en pleine mutation, les sociétés de gestion font face à des enjeux de taille. Parmi eux, la digitalisation apparaît comme un passage obligé pour parvenir à réinventer leur modèle en profondeur.
Lire (5 min.)

Assurance vie : 2020 sera l’année du capital-investissement

Bertrand Tourmente
Après une année 2019 marquée par des performances sur les marchés actions, les épargnants vont devoir se montrer plus sélectifs et optimiser la diversification de leurs placements. Le maintien des taux d’intérêts à des niveaux historiquement bas, voire négatifs, milite pour rester à l’écart des produits obligataires. A l’inverse, la récente Loi PACTE devrait permettre au non-coté de prendre une place croissante dans l’assurance vie des Français. Tour d’horizon des placements à privilégier et à éviter en 2020.
Lire (6 min.)

Placements : comment faciliter l’accès au non coté

Clément Francomme
Soutenu par une appétence des investisseurs de plus en plus forte, l’univers du non coté tend à ouvrir ses portes à toujours plus de particuliers. De nombreux chantiers restent pourtant à mener tant du côté des banques que des autorités réglementaires.
Lire (5 min.)

Startups : le Gouvernement annonce un plan d’urgence de 4 milliards d’euros

Le secrétariat d’Etat chargé du numérique, le secrétariat général pour l’investissement et Bpifrance annoncent ce mercredi 25 mars un plan de soutien spécifique pour les startups françaises face à la crise sanitaire. De nombreuses startups sont encore des PME fragiles du fait de leur modèle de développement, fondée sur des investissements conséquents, une forte croissance et l’atteinte de la rentabilité seulement après plusieurs années d’activité, et de leur positionnement sur des produits et services innovants.

« Du fait de la spécificité de leur modèle de développement, il convenait de prendre des mesures d’urgence dédiées afin de soutenir, aux côtés de leurs actionnaires, celles dont l’activité est fortement affectée par le COVID-19. Au total, ce sont près de 4 milliards d’euros dont vont pouvoir bénéficier les startups pour leur trésorerie », déclare Cédric O, secrétaire d’Etat chargé du numérique. L’écosystème technologique français a notamment connu une très forte accélération ces dernières années.

Accompagner les startups

Le financement des startups repose essentiellement sur les investisseurs en capital-risque que sont les business angels et fonds d’investissement. En tant qu’actionnaires, ils doivent « continuent à assumer leur rôle central dans cette période de difficultés » estime le Gouvernement. En accompagnement de ce soutien des investisseurs privés et en plus des mesures ouvertes à toutes les entreprises, les startups peuvent ainsi bénéficier de mesures spécifiques :

  • Une enveloppe de 80 millions d’euros, financée par le Programme d’investissements d’avenir (PIA) et gérée par Bpifrance, afin de financer des bridges entre deux levées de fonds : les cibles de ce dispositif sont les startups qui étaient en cours de levée de fonds ou qui devaient en réaliser une dans les prochains mois et qui sont dans l’incapacité de le faire du fait de la contraction du capital-risque. Ces financements prennent la forme d’obligations avec accès possible au capital et ont vocation à être cofinancés par des investisseurs privés, constituant un total d’au moins 160 millions d’euros.
  • Des prêts de trésorerie garantis par l’Etat pouvant aller spécifiquement jusqu’à deux fois la masse salariale France 2019, ou, si plus élevé, 25 % du chiffre d’affaires annuel comme pour les autres entreprises : adossés à la garantie de 300 milliards d’euros de l’Etat adoptée en loi de finances rectificative, ces prêts sont distribués à la fois par les banques privées et Bpifrance, interlocuteur privilégié des startups, qui lance un produit dédié. Ils devraient représenter un total de près de 2 milliards d’euros. La garantie peut couvrir jusqu’à 90 % du prêt et est tarifée à un coût modique, en fonction de la maturité du prêt.
  • Le remboursement accéléré par l’Etat des crédits d'impôt sur les sociétés restituables en 2020, dont le crédit impôt recherche (CIR) pour l’année 2019, et des crédits de TVA : comme annoncé par Gérald Darmanin, toutes les entreprises ont la possibilité de demander un remboursement anticipé des créances d'impôt sur les sociétés restituables en 2020 et un traitement accéléré des demandes de remboursement des crédits de TVA par la Direction générale des finances publiques (DGFiP). Les startups en tant que PME et/ou jeunes entreprises innovantes (JEI) sont éligibles à la restitution immédiate du CIR. Elles peuvent donc demander dès maintenant et sans attendre le dépôt de la déclaration de résultat (« liasse fiscale ») un remboursement du CIR pour l’année 2019, ce qui correspond à une avance de trésorerie de l’ordre d’1,5 milliard d’euros. Les services des impôts des entreprises (SIE) se mobilisent pour traiter au plus vite, sous quelques jours, les demandes de remboursement des entreprises.
  • Le versement accéléré des aides à l’innovation du PIA déjà attribuées mais non encore versées, pour un montant total estimé de 250millions d’euros : à la demande de l’Etat, Bpifrance et l’Ademe accélèrent automatiquement le paiement des aides à l’innovation du PIA, comme les concours d’innovation, en versant par anticipation les tranches non encore distribuées pour les dossiers déjà validés. D’autre part, pour les entreprises bénéficiaires d’aides sous forme d’avances remboursement ou assorties de redevances, les prochaines échéances de remboursement sont reportées jusqu’à 6 mois. 

Enfin, l’Etat maintient, à travers Bpifrance, son soutien aux entreprises innovantes avec près d’1,3 milliard d’euros d’aides à l’innovation prévu pour 2020 (subventions, avances remboursables, prêts, etc.). Bpifrance poursuivra par ailleurs ses investissements directs et en fonds de fonds,aux côtés des investisseurs privés.

Lire (5 min.)

Gestion privée : Angelsquare signe un partenariat avec Lazard Frères Gestion

Angelsquare — communauté d'investisseurs experts du capital d'amorçage — annonce ce lundi 9 mars son partenariat avec la Banque Privée de Lazard Frères Gestion. Ce rapprochement stratégique permettra à Angelsquare d'offrir aux entrepreneurs un accompagnement complémentaire sur la structuration patrimoniale et fiscale de leur patrimoine, lorsqu'une opération sur le capital est envisagée.

« Nous observons une accélération très forte du rythme des opérations de liquidités : il ne faut plus 15 à 20 ans, mais parfois 2 à 3 ans seulement pour vendre son entreprise. Les entrepreneurs se retrouvent parfois démunis face à des problématiques patrimoniales complexes. Nous souhaitons créer un lien très tôt avec eux, pour mieux les préparer », commente Emmanuelle de Lassus, Banquier Privé, chez Lazard Frères Gestion

Relier banque privée et startups

Ce partenariat se concrétisera à travers l'organisation d'événements réguliers, afin de permettre aux entrepreneurs de se rencontrer et d'échanger. Objectif, favoriser le partage d'expériences et de bonnes pratiques dans le but de favoriser la création de synergies favorables à la solidité et la pérennité des projets financés.

Depuis plus de 25 ans, Lazard Frères Gestion conseille ses clients privés sur la gestion de leur patrimoine, tant sur le plan juridique et fiscal que sur le plan de la gestion financière. A travers ce nouveau partenariat stratégique avec Angelsquare, la société de gestion veut renfocer ses liens avec l'écosystème startup.

« Nous aspirons véritablement à créer des passerelles entre deux mondes encore éloignés l'un de l'autre : celui de la banque privée et celui des startups. Deux mondes qui ont pourtant plus que jamais vocation à se rapprocher, à l'heure où l'écosystème startup croît et se consolide, s'affirmant chaque jour davantage comme un pilier de l'économie de demain », explique Charles Degand, Président et co-fondateur d'Angelsquare.

Lire (2 min.)

Investir en entreprise : 1 Français sur 3 serait prêt à y placer son épargne

Comment les épargnants actifs préparent-ils leur avenir ? Quelle place l'investissement en entreprise tient-il dans leurs plans ? Private Equity, entreprises cotées en bourse ou encore fonds d'investissement... Infopro Digital dévoile cette semaine une étude sur la diversification de l'épargne vers les entreprises et l'économie réelle.
Lire (5 min.)

Paul-Edouard Falck – NextStage AM : démocratiser le capital-investissement auprès des CGP

Loi PACTE, PER, apport-cession… Comment la législation contribue-t-elle à la démocratisation du capital-investissement ? Quels sont les avantages de ces dispositifs pour l'épargne long terme des Français ? Dans ce contexte, NextStage AM élargit sa gamme en capital-investissement et publie une note sur les différents dispositifs existants à destination des CGP.
Voir (<1 min.)

NextStage AM : quelles clés pour une stratégie gagnante en capital-investissement ?

Accélérer la croissance des PME, créer de l'emploi, performances historiques élevées sur 10 ans... En France, le capital-investissement accuse cependant un retard sur le marché des particuliers. Quels sont les bons réflexes avec cette classe d'actifs ? Quelle stratégie d'investissement adopter ?
Voir (<1 min.)

AngelSquare : 3 années de capital d’amorçage pour les startups françaises

La semaine dernière, AngelSquare fêtait à Paris ses 3 ans d'existence. Cette communauté d'investisseurs — Business Angels, Family Offices et autres fonds d'amorçage — finance des startups françaises en seed et en série A. Cette année, les Fintechs et les startups à impact étaient à l'honneur. Le Courrier Financier s'est glissé parmi les invités...
Lire (5 min.)

Private Investment Partners : Mercer annonce le closing de son 5e millésime de fonds non coté

Mercer — filiale de Marsh & McLennan Companies — annonce ce jeudi 5 mars avoir finalisé la levée de fonds de son 5e millésime sur les marchés privés de la série « Mercer Private Investment Partners» (PIP), avec 2,5 Mds€ d'engagements totaux. Les investisseurs mondiaux regroupent des assureurs, des fonds de pension publics et privés, des gestionnaires d'actifs et des fondations basés en Europe, Amérique du Nord, en région Asie-Pacifique et en Afrique.

Le cabinet de conseil Mercer dispose de 25 ans d'expérience des marchés privés. Le cabinet emploie plus de 170 professionnels des offres alternatives, répartis dans 20 bureaux internationaux. Fin 2019, Mercer disposait de plus de 18 Mds€ d'actifs non cotés sous gestion1, et 167 Mds€ d'actifs non cotés sous conseil.

Accès aux marchés privés

Ce cinquième millésime de la série PIP offre aux investisseurs un large éventail de catégories d'actifs sur les marchés privés — capital-investissement, dette privée, infrastructures, immobilier — et inclut également une stratégie développement durable sur les actifs non cotés. Le closing final s'appuie sur la solide levée de fonds de son prédécesseur, qui avait permis de réunir 2,3 Mds€ d’engagement final en 2017.

La série PIP, dirigée par les experts Mercer en matière de gestion alternative, couvre plusieurs segments dans un format d'« accès unique » qui permet aux clients d'adapter leurs stratégies d'investissement à leurs besoins et leur sensibilité au risque. Les fonds de la série PIP offrent en outre un accès évolutif à des gestionnaires hautement reconnus et d’un accès au marché diversifié via des transactions secondaires et de co-investissement qui sont primordiales dans le contexte actuel.

Stratégie pour la France

« Le succès des solutions proposées par Mercer sur les marchés privés repose sur nos relations étroites avec des gestionnaires de premier plan, ainsi que sur notre processus complet de due diligence. Les solutions sont conçues pour offrir à nos clients un accès flexible à des opportunités d'investissement sur les marchés privés dans un cadre de coût et de risques maîtrisés », déclare Bill Muysken, Directeur des Investissements mondiaux de Mercer pour le segment alternatif.

« L’expertise large des professionnels de Mercer sur tous les segments du non coté permet de proposer des profils rendement/risque très variés (...) Ce nouveau millésime de la série PIP a permis notamment de réaliser la 3e levée de fonds depuis 2011 sur la stratégie développement durable de Mercer dédiée au non coté. Des initiatives seront lancées prochainement sur le marché français pour donner accès à ces différentes stratégies d’investissement en non coté », conclut Boutros Thiery, Directeur des Solutions d’Investissement pour Mercer France.

Lire (3 min.)

Fintech : Angelsquare Capital annonce son deuxième investissement

Angelsquare Capital — structure d'investissement d'Angelsquare dédiée aux startups Fintech & Impact — annonce ce jeudi 5 mars son deuxième investissement. Avec d'autres investisseurs, la branche sectorielle d'Angelsquare Capital AS. Fintech permet à Rubypayeur — recouvrement digital native — de boucler son premier tour de table de 1 M€.

Cette levée de fonds doit appuyer le déploiement de Rubypayeur en France et lui permettre de devenir le label de référence des pratiques de paiement dans l'Hexagone. A travers ce nouvel investissement, Angelsquare Capital affirme son soutien aux startups en amorçage dans le secteur de la Fintech.

Recouvrement de créances

Fondé en janvier 2019, Rubypayeur est le premier service de recouvrement de créances BtoB. La startup permet à toute entreprise victime d'un mauvais payeur de signaler le retard de paiement via une indexation sur Google, si le débiteur ne régularise pas sa situation à l'issue d'une procédure de recouvrement amiable. Dans 75 % des cas, cette approche permet d'éviter une procédure de recouvrement judiciaire.

Rubypayeur fait reposer son modèle économique sur une facturation au succès, de l'ordre de 5% du montant recouvré. Cela revient trois à quatre fois moins cher que les acteurs traditionnels du marché. La startup entend adresser une nouvelle cible d'entreprises, jusque-là écartées des possibilités de recouvrement : à savoir les freelances, les TPE et les PME.

Vers un label français de référence

Un an après son lancement, Rubypayeur a déjà accompagné près de 1 000 entreprises dans le recouvrement de leurs créances. Ce premier tour de table de 1 M€ va lui permettre d'accélérer son développement. Rubypayeur espère ainsi s'imposer comme le label de référence des pratiques de paiement en France.

« Les impayés font partie de ces problématiques qui affectent chaque entreprise, mais face à laquelle toutes sont loin d'être égales. En créant Rubypayeur, Alexandre rebat les cartes en développant un système de recouvrement de créances simple et économique, et met fin à la culture d'impunité qui jusqu'alors mettait en péril l'équilibre économique de milliers d'entreprises », explique Hugo de Gérauvilliers, Directeur d'investissement chez Angelsquare Capital.

Lire (2 min.)

Bertrand Tourmente – Althos Patrimoine : « La demande en Private Equity va aller en augmentant »

Plus d’un an après son application, que pouvons-nous retenir de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) ? Quel a été son impact sur le patrimoine des Français les plus fortunés ? Quelles conséquences dans le monde des CGP ? Bertrand Tourmente, fondateur d’Althos Patrimoine — spécialiste de la gestion privée — répond en exclusivité au Courrier Financier.
Lire (6 min.)