Bertrand Tourmente – Althos Patrimoine : « La demande en Private Equity va aller en augmentant »

Plus d’un an après son application, que pouvons-nous retenir de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) ? Quel a été son impact sur le patrimoine des Français les plus fortunés ? Quelles conséquences dans le monde des CGP ? Bertrand Tourmente, fondateur d’Althos Patrimoine — spécialiste de la gestion privée — répond en exclusivité au Courrier Financier.
Lire (6 min.)

Private Equity : vers les meilleures opportunités de placement du marché ?

Jelena Kucenko
Depuis 2008, le Private Equity se développe sur les marchés financiers. Ce type d'investissement offre désormais de meilleures perspectives que le secteur public, et s'oriente de plus en plus vers les marchés émergents. A quoi les investisseurs doivent-ils s'attendre sur le long terme ? Jelena Kucenko, Private Equity Strategy chez Crédit Suisse, partage son analyse.
Lire (5 min.)

L'invité - Dominique Gaillard, France Invest : Le capital-investissement signe un TRI 10% sur 15 ans

Comment trouver des ressources pour financer les PME du territoire ? Comment accroître les montants investis dans le capital-investissement ? Dominique Gaillard, Président de France Invest (ex-AFIC) est l'invité du Courrier Financier.
Voir (<6 min.)

123 IM - Xavier Anthonioz : Construire une plateforme d'opportunités dédiée aux CGP

Après avoir fondé son expertise sur le Private Equity et la co-promotion immobilière, 123 IM inaugure une nouvelle thématique : le sport, avec un fonds dédié aux infrastructures sportives, aux équipements, au e-sport et à la santé.
Voir (<5 min.)

Loi PACTE : le Conseil constitutionnel donne sa validation

Bruno Le Maire — Ministre de l'Économie et des Finances — s'est félicité ce jeudi 16 mai de la décision du Conseil constitutionnel, qui a confirmé la conformité à la Constitution de la loi pour la croissance et la transformation des entreprises. La loi PACTE sera promulguée d’ici au 24 mai 2019. En revanche, le Conseil constitutionnel a censuré certaines dispositions qui n’avaient pas leur place dans la loi PACTE au regard des règles d’amendements de l’article 45 de la Constitution.

Le Conseil constitutionnel a validé le délai de 5 ans accordé aux PME pour se mettre en conformité avec les nouvelles obligations, résultant du franchissement d’un seuil d’effectif. Cette mesure doit faciliter la croissance des PME françaises. Le Conseil constitutionnel a également validé la privatisation de la société Aéroports de Paris et celle de la Française des Jeux. Ces décisions confirment les analyses juridiques du Gouvernement.

Les changements portés par la loi PACTE

Bruno Le Maire déclare : « La loi PACTE est une nouvelle étape dans la transformation économique du pays. Elle met en œuvre les orientations du président de la République en faveur de la croissance, de l’innovation et d’un plus juste partage de la valeur ». La loi PACTE ouvre une nouvelle étape dans la transformation économique du pays :

  • le financement des entreprises et le développement des innovations sont renforcés par le développement d’outils de financement en fonds propres et de long terme, la réforme de l’épargne-retraite, par la création du fonds pour l’innovation et l’industrie et par une réforme d’ampleur du cadre de la propriété intellectuelle ;
  • la place des entreprises dans la société est repensée, par la modification du Code civil, une meilleure association des salariés à la vie et à la réussite de l’entreprise et une refondation du rôle de l’Etat actionnaire.
Lire (2 min.)

Innovation : l’AMF et l’Israël Securities Authority signent un accord de coopération

Le président de l’Autorité française des marchés financiers (AMF) — Robert Ophèle — et la présidente du régulateur israélien — Anat Guetta — ont signé ce mardi 14 mai à Sydney (Australie) un accord de coopération, à l’occasion de la conférence annuelle de l’Organisation internationale des commissions de valeurs (OICV). Cette opération permettra de renforcer l’innovation, la protection des investisseurs et la compétitivité sur leurs marchés respectifs.

Blockchain, cryptoactifs et intelligence artificielle...

L’AMF et l’Israel Securities Authority (ISA) peuvent désormais échanger des informations sur les tendances en matière d’innovation et de FinTech sur leurs marchés respectifs. Les deux autorités pourront également aborder ensemble les enjeux réglementaires liés à la Blockchain, aux crypto-actifs, à l’intelligence artificielle ou encore à l’utilisation de la donnée et au développement du conseil automatisé.

Les deux régulateurs souhaitent accompagner les sociétés innovantes dans leur développement à l’international, sur la réglementation des deux pays et les statuts indispensables. Pour dialoguer avec les porteurs de projets et les FinTech en amont de leur développement ou en phase de pré-autorisation, chacune des deux autorités s’appuiera sur une équipe dédiée. En juillet 2018, l’ISA a créé un Hub Innovation FinTech. De son côté, l’AMF a lancé en mai 2016 sa division FinTech, Innovation et Compétitivité.

Accompagner les startups innovantes à l'international

« Ces trois dernières années, l’AMF a montré son attachement à accompagner l’innovation financière et à renforcer la compétitivité de la place financière de Paris. Ce nouvel accord signé avec l’Israel Securities Authority s’inscrit dans cette démarche, en cherchant à faciliter le développement des FinTech françaises à l’international », déclare Robert Ophèle, Président de l’AMF.

« L'accord avec la France qui promeut une approche innovante en matière de réglementation est une nouvelle étape qui offrira à l’ISA et aux sociétés israéliennes une perspective internationale sur les dernières tendances et opportunités et favorisera la croissance de la FinTech en Israël et dans le monde », ajoute Anat Guetta, présidente de l’ISA.

Lire (3 min.)

CPR AM - Vincent Roynel : Miser sur les mégatendances, le private equity et la disruption

CPR AM continue de capitaliser sur ses récents succès : les technologies disruptives, qui ont drainé pas moins de 1,2 milliards d'euros de collecte en moins de deux ans, et les mégatendances.
Voir (<5 min.)

Extendam - Jean-Marc Palhon : L'hôtellerie d'affaires, un actif diversifiant et décorrélé

Dotée d'une population active considérable et très mobile, l'Europe offre de nombreuses opportunités dans le domaine de l'hôtellerie d'affaires. Et en dépit du foncier, cet actif différenciant n'est pas assujetti à l'IFI dans les véhicules d'Extendam.
Voir (<3 min.)

Extendam acquiert un portefeuille de 3 hôtels Mercure en Allemagne

Le propriétaire et exploitant suisse SomnOO s’est associé aux investisseurs Extendam, Rive PI et 123 IM pour l’acquisition d’un portefeuille de 3 hôtels Mercure situés à Hagen, Hamm et Lüdenscheid, en Allemagne. Extendam confirme ainsi ses ambitions de développement dans l’hôtellerie d’affaires européenne.
Lire (1 min.)

Private Equity, FCPR et PEA - Jean-Baptiste David, Widoowin

Profiter du rendement des TPE tout en bénéficiant des avantages liés au PEA, c'est la promesse du FCPR W PME Valorisation de Widoowin.
Voir (<5 min.)

Capital d’amorçage : Angelsquare lance un Club d’investissement en Occitanie

Angelsquare — communauté d'investisseurs experts de l'amorçage — annonce ce lundi 13 mai le lancement d'un nouveau Club d'investissement avec l'accélérateur de startups WeSprint. Angelsquare souhaite ainsi accélérer son activité en région, notamment sur les villes de Toulouse, Montpellier et Marseille. Objectif, réaliser 3 à 4 nouveaux deals par an — en Seed et Série A — pour soutenir des projets entrepreneuriaux locaux. Créé en 2016, Angelsquare compte 600 investisseurs en France, et a déjà accompagné plus de 160 startups dans leurs recherches de financement.

Soutenir l'entrepreneuriat provençal et occitan

De son côté, WeSprint a été lancé en septembre 2016 par les entrepreneurs Arnaud Laurent et Patrick Chekib. Ces 2 co-fondateurs ont été rejoint depuis par 25 entrepreneurs experts associés. Au rythme de sa croissance, WeSprint s'est implantée à Paris, Montpellier, Marseille et Toulouse. La structure a reçu plusieurs millions d'euros de ses principaux donateurs — BPI France, French Tech Accélération et Société Générale — qui lui ont déjà permis de financer une trentaine de sociétés. WeSprint reçoit près de 500 dossiers par an, mais n'en sélectionne que 5 à 10 %.

Objectif, proposer un programme d'accompagnement opérationnel de 4 à 18 mois. Pour Angelsquare — dont le portefeuille d'investissement se compose aujourd'hui à 70 % de  startups basées en Ile-de-France — ce nouveau Club s'inscrit dans une stratégie de déploiement territorial et d'implantation en régions. Après avoir lancé le Club Kima Ventures début 2017 — 18 deals financés depuis — Axeleo Capital et New Kids en 2018, puis le Club Héméra à Bordeaux en 2019, Angelsquare souhaite aujourd'hui soutenir l'entrepreneuriat provençal et occitan avec WeSprint.

Club WeSprint, pour investir aux côtés des experts

Les Clubs Angelsquare permettent de co-investir dans des projets entrepreneuriaux aux côtés d'investisseurs expérimentés : Business Angels, accélérateurs, fonds de VC, etc. Angelsquare les sélectionne en fonction de leur expertise sectorielle reconnue, leur historique d'investissement solide, leur accompagnement et leur implication importante dans les startups de leur portefeuille, et leurs tickets d'investissement significatifs.

Chaque Club se compose d'un investisseur « leader » qui propose aux autres membres de co-investir à ses côtés — aux mêmes conditions — dans les startups dans lesquelles il aura préalablement choisi d'investir. Cet investisseur « leader » accompagne ensuite les entrepreneurs jusqu'à un événement de liquidité significatif — IPO, cession, etc. — qui permettra aux co-investisseurs de céder leurs participations s'ils le souhaitent.

Lire (3 min.)

Capital-investissement : Astorg recrute une Human Capital Executive Director

Astorg —  groupe indépendant d'investissement en capital — annonce ce lundi 13 mai le recrutement d'une femme au poste de Human Capital Executive Director. Sonia D’Emilio mettra son expérience en gestion des talents au service du développement d’Astorg et des sociétés du portefeuille. Cette nomination reflète l’ambition d’Astorg de jouer un rôle majeur au sein des 15 plus grandes entreprises européennes de Private Equity. Astorg est implanté à Paris, Londres, Francfort et Luxembourg. L'investisseur dispose d'un réseau européen de Senior Advisors basés à Zurich, Paris et Londres.

Le Groupe Astorg gère plus de 8 milliards d’euros, qu'il investit dans des entreprises européennes. En association avec les équipes dirigeantes, l'investisseur cherche à améliorer la valeur des entreprises à travers la mise en œuvre d’un projet stratégique, l’apport de fonds propres adaptés, et l’exercice d’une gouvernance professionnelle. L'équipe d'Astorg s'appuie sur une culture d'entrepreneurs, une vision de long terme dans son rôle d’actionnaire, et une grande réactivité liée à son circuit de décision court.

Focus sur le parcours de Sonia D’Emilio

Sonia D'Emilio est titulaire d’un B.Sc.en Management Sciences de La London School of Economics (LSE) et d’un MBA de l’INSEAD. Elle débute sa carrière en tant que consultante chez Arthur Andersen à Londres, avant de travailler en marketing et ventes pour Eli Lilly Medical Instruments. Elle exerce ensuite pendant 6 ans en tant qu'investisseur au bureau de Paris d’Apax Partners, au sein des équipes LBO et biotechnologies.

Sonia D'Emilio rejoint ensuite le cabinet Whitehead Mann — maintenant Korn Ferry — au poste de Senior Partner. Elle y conseille pendant plus de 10 ans les grandes et moyennes entreprises internationales sur des problématiques d’évaluation de dirigeants et de conseil d’administration. Après cela, elle devient Group Head of People, Organization and Development chez LafargeHolcim, où elle est responsable des plans de succession, du renforcement et du développement du vivier de leaders  et de la gestion globale des talents. En 2019, Sonia D'Emilio rejoint le Groupe Astorg au poste de Human Capital Executive Director.

Lire (2 min.)

Diversifiez vos placements avec le private equity

Bertrand Tourmente
Les particuliers ont tout intérêt à diversifier leurs placements en se tournant vers le private equity, dans un environnement où le risque de remontée des taux pourrait pénaliser simultanément les marchés obligataires et les marchés actions.
Lire (4 min.)