Chefs d’entreprises : quels projets d’investissement après la vente de votre société ?

Arnaud Monnet
La transmission d’une entreprise est une étape décisive pour l’entrepreneur qui a contribué au développement et à la création de valeur de sa société pendant de longues années. Comment réinvestir le fruit de son engagement ? Peut-on continuer à faire fructifier son patrimoine, tout en bénéficiant d’une fiscalité avantageuse ? Arnaud Monnet, Directeur général d'Horizon AM, partage son analyse.
Lire (3 min.)

Mai 2019 : le Livret A, un succès sur fond d’inquiétude

Philippe Crevel
Depuis le début de l'année, les ménages poursuivent leur effort d'épargne. Malgré des revenus en hausse, les Français restent méfiants vis-à-vis de la conjoncture économique. La consommation va-t-elle reprendre au second semestre ? Philippe Crevel, Directeur du Cercle de l'Epargne, partage son analyse.
Lire (4 min.)

Grand Forum du Patrimoine 2019 : comment sélectionner un placement atypique dans l'immobilier ?

En 2019, l'inflation crée un contexte de faibles rendements pour les placements classiques. En quête de performance, les CGP diversifient leurs investissements avec des placements atypiques. Quelles sont les conséquences de ce choix, en termes de risques et de responsabilités pour le CGP ?
Voir (<5 min.)

Gaël Chervet et Benoît Descamps - Le Grand Forum du Patrimoine 2019 : le rendez-vous des CGP

Quel avenir pour la profession de CGP ? Comment aborder les placements atypiques ? Gaël Chervet — Président du Groupe Ficade — et Benoît Descamps — Rédacteur en chef de Profession CGP et de Investissement Conseils — nous présentent Le Grand Forum du Patrimoine 2019.
Voir (<4 min.)

Epargne retraite : les indépendants pour le régime universel et la capitalisation

Artisans, commerçants, professions libérales, entrepreneurs individuels ou gérants majoritaires de société... Que pensent-ils du système de protection sociale français ? Le Cercle de l'épargne se penche sur la question à partir de l’examen de son enquête 2019 « Les Français, la retraite et l’épargne » menée avec Amphitéa. Dans une nouvelle étude publiée début juin 2019, les équipes du Cercle décryptent les attentes des 2,87 millions d'actifs français non-salariés en termes de retraites.

Faibles pensions et report de l’âge du départ à la retraite

Les travailleurs indépendants craignent notamment de ne pas disposer d’une pension suffisante pour vivre correctement à la retraite. Ils sont 77 % à considérer que leur pension est ou sera insuffisante, contre 69 % en moyenne en France. Chez les artisans et les commerçants, le taux d’insatisfaction grimpe même à 84 % dont 45 % de très insatisfaits. De fait, le montant moyen de la pension de droit direct — y compris majoration pour enfants — d’un commerçant (490 euros) ou un artisan (700 euros) est nettement plus faible que celui d’un salarié du régime général (1 390 euros) ou d’un professionnel libéral (1 970 euros).  

Les indépendants partent plus tard à la retraite que la moyenne des Français. En 2017, l’âge moyen de liquidation des droits à la retraite atteint 62,6 ans chez les artisans, 63,5 ans chez les commerçants et 64,8 ans chez les professions libérales. Il n'est de 62,5 ans pour les salariés du privé. Les indépendants se montrent favorables à un report de l’âge de départ à la retraite. 56 % sont prêts à travailler à plein temps jusqu’à 65 ans, voire à travailler jusqu’à 67 ans mais à temps partiel les trois dernières années. Cependant, ils éprouvent une nostalgie pour la retraite à 60 ans.

Aspiration au régime universel et à l'épargne retraite

A tort ou à raison, les travailleurs indépendants considèrent leur régime d’assurance vieillesse moins protecteur que celui des salariés du privé ou celui des fonctionnaires. Ils soutiennent massivement l’introduction d’un régime universel dans lequel chacun recevrait une pension. Son montant dépendrait des cotisations versées durant la vie active (52 %), une position non partagée par le reste de la population.

Seuls 34 % des Français se déclarent favorables au régime universel sans prise en compte des éventuels particularismes propres à chaque activité ou statut professionnel. Les indépendants sont aussi moins nombreux à défendre le maintien du statu quo. Les indépendants portent un regard sévère sur le système actuel de retraite, qu’ils jugent à la fois inefficace (81%) et injuste (79 %). Afin d’améliorer leur niveau de pension, ils sont les plus enclins à épargner en vue de leur retraite.

Lire (3 min.)

JLL lance une offre de service dédiée aux investisseurs privés

JLL — Jones Lang LaSalle, conseil en immobilier d’entreprise — annonce ce mardi 18 juin le lancement de son offre « Investisseurs privés ». Ce produit s'adresse à des personnes physiques qui placent leurs propres capitaux ; à des structures non institutionnalisées / professionnalisées qui ne disposent pas des outils pour gérer leurs actifs immobiliers ; ou à des fortunes à la recherche d’une diversification de leur portefeuille de placements.

A l'échelle mondiale, la France est le 5e pays qui compte le plus de millionnaires. 50 000 Français détiennent un patrimoine supérieur à 7,5 millions d’euros, et 5 000 possèdent une fortune qui s’élève à plus de 40 millions d’euros. Pour ces Français fortunés, l’immobilier constitue le socle d'un patrimoine d’envergure, gage de sécurité et souvent de transmission.

Donner un accès direct à l'immobilier d'entreprise

Les investisseurs privés représentent 15 % du marché, soit un volume de transactions de l’ordre de 2,7 milliards d’euros. « Nous fournissons à nos clients privés les codes d’entrée à l’écosystème de l’immobilier d’entreprise. Il s’agit de les faire bénéficier d’un accès direct à l’ensemble des opportunités d’investissement sur le marché de l’immobilier, quel que soit l’actif », explique Vincent Delattre, Directeur Investisseurs privés et Investissement en régions & logistique France.

« Toute notre palette de services permet de répondre à de nombreuses problématiques que peut avoir un investisseur privé (...) Nous comptons d’ailleurs déjà à notre actif de nombreux partenariats. Nous sommes mandatés sur la vente d’actifs de valeurs très diverses, allant de 1 à 250 millions d’euros », ajoute Vincent Delattre. L'offre « Investisseurs privés » de JLL est disponible sur toutes les typologies d’actifs, à Paris et en région. Elle mobilise aujourd'hui 40 collaborateurs.

Lire (2 min.)

L’épargne au sommet au 1er trimestre 2019

Philippe Crevel
En 2019, les ménages ont dirigé une grande partie de leurs revenus vers l'épargne. Ce réflexe a notamment bénéficié au Livret A et à l'assurance vie. Le contexte économique et la crise des Gilets Jaunes ont exacerbé la méfiance des Français. La tendance va-t-elle s'infléchir dans les mois à venir ? Philippe Crevel, Directeur du Cercle de l'Epargne, partage son analyse.
Lire (3 min.)

Avril 2019 : rien n’arrête l’assurance vie

Philippe Crevel
Depuis le début de l'année 2019, la crise des gilets jaunes joue en faveur de l'épargne. Les Français restent méfiants vis-à-vis de la conjoncture économique. Cette situation bénéficie particulièrement au Livret A et à l'assurance vie. Philippe Crevel, Directeur du Cercle de l'Epargne, partage son analyse.
Lire (3 min.)

Loi Pacte : la transférabilité de l’assurance vie devrait doper l’épargne retraite

Olivier Grenon-Andrieu
Fraîchement adoptée par les députés, la loi Pacte va transformer en profondeur le marché de l'épargne français. La loi prévoit une transparence accrue, une transférabilité sous conditions et quelques dispositions spécifiques pour l'épargne salariale. Quels bénéfices l'épargnant peut-il tirer de ces nouvelles règles ? Olivier Grenon-Andrieu, Président du Groupe Equance, partage son analyse.
Lire (6 min.)

Avril 2019 : le Livret A inoxydable

Philippe Crevel
En règle générale, le mois d'avril se révèle favorable à la collecte sur le Livret A. En 2019, ce produit d'épargne à succès bat de nouveaux records. Les Français se méfient de la conjoncture et préfèrent conserver d'importantes liquidités. Quelles perspectives se dessinent pour fin 2019 ? Philippe Crevel, Directeur du Cercle de l'Epargne, partage son analyse.
Lire (3 min.)

Europe : quel avenir pour la taxe sur les transactions financières ?

Du jeudi 13 au vendredi 14 juin, Bruno Le Maire — ministre de l'Economie et des Finances — est en déplacement à Luxembourg afin de participer aux réunions de l'Eurogroupe, ainsi qu'au Conseil des ministres de l’Union européenne pour les affaires économiques et financières (ECOFIN). Lors des réunions de l’Eurogroupe, les ministres prépareront le Sommet de la zone euro qui se tiendra le 21 juin prochain.

Les échanges se concentreront sur les modalités précises de fonctionnement du budget de la zone euro — ses objectifs, ses priorités et sa gouvernance — ainsi que sur la réforme du Mécanisme européen de stabilité (MES). Objectif, parvenir à un accord global sur l’approfondissement et la consolidation de la zone euro, conformément à l'annonce de décembre 2018.

Budget euro et taxe sur les transactions financières

Ce vendredi 14 juin se tiendra une réunion ministérielle pour les pays qui participent à la coopération renforcée sur la taxe sur les transactions financières (TTF). Les ministres présents discuteront de l’affectation de la TTF au budget de la zone euro par les Etats qui le souhaitent, et des modalités du produit de la taxe. Ce sujet sera approfondi lors de la réunion de l’ECOFIN, pour informer des progrès des négociations.

Par ailleurs, les ministres discuteront des aspects économiques et financiers de la stratégie climatique à long terme de l’Union européenne, priorité clé de la France. Pour finir, ces réunions permettront également de suivre les conclusions du G20 Finances, qui s’est déroulé le week-end dernier à Fukuoka (Japon).

Lire (2 min.)

Assurance vie : Hedios lance son placement H Absolu 6

Hedios Patrimoine — courtier en assurance et conseiller en investissements financiers — annonce ce lundi 3 juin le lancement du placement « H Absolu 6 » au sein de ses gammes H dans le cadre du contrat d'assurance vie Hedios Life Suravenir. Ce produit permet un remboursement anticipé gagnant, même sur un marché légèrement à la baisse. « H Absolu 6 » vise 7 % de rémunération par an, avec remboursement anticipé possible tous les ans dès que l'indice de référence — S&P Euro 50 Equal Weight Synthetic 5 % — Price n'affiche pas plus de 5 % de baisse par rapport à son niveau initial.

En l'absence de remboursement anticipé, le capital est protégé à l'échéance d'une durée maximale de 12 ans, jusqu'à 30 % de baisse de l'Indice de référence. Les souscriptions sont ouvertes jusqu’au mercredi 31 juillet 2019, pour un montant minimum de 1 000 €. Les enveloppes étant limitées, la commercialisation peut cesser à tout moment et sans préavis. Le placement « H Absolu 6 » n’est pas garanti en capital, ni en cours de vie ni à l’échéance.

3 scénarios possibles au terme du contrat

À l’issue de la douzième année — si le mécanisme de remboursement automatique anticipé n’a pas été activé — trois scénarios peuvent se présenter :

  • Si l’Indice de référence clôture au moins à 95 % de son niveau initial, le souscripteur récupère son capital augmenté d’un gain de 84 %. Ce chiffre correspond à l'objectif de 7 % de rendement sur une période de 12 ans. Cela représente un total de 184 % du capital initial, hors frais du contrat d’assurance vie et avant prélèvements sociaux et fiscalité.
  • Si le niveau final de l’Indice de référence est compris entre 70 % et 95 % de son niveau initial, le souscripteur récupère l’intégralité de son capital. Il sera cependant diminué des frais du contrat d’assurance vie, c'est-à-dire 7,20 % au total sur 12 ans.
  • Si le niveau final de l’Indice de référence est en baisse de plus de 30 % par rapport à son niveau initial, le souscripteur récupère le capital diminué de l’intégralité de la baisse de l’Indice de référence. Le souscripteur subit alors une perte minimum de 30 %. Les frais du contrat d’assurance vie restent à sa charge.
Lire (2 min.)

Loi Pacte et financement de l’économie : des progrès indéniables mais peut mieux faire !

Arnaud Monnet
Mieux prendre en compte les enjeux sociaux et environnementaux au niveau des entreprises et drainer l’épargne des Français vers l’économie productive et responsable sont autant d’objectifs louables fixés par la loi Pacte. Quelles sont les sources de blocage qui demeurent ? Arnaud Monnet, Directeur général et responsable ISR du groupe Horizon, partage son analyse.
Lire (5 min.)