Patrimoine financier : les épargnants aiment le liquide et le garanti

Philippe Crevel
Les Français restent très attachés à leur bas de laine. Au premier trimestre 2019, l'effort d'épargne des ménages a été porté par les incertitudes économiques nées de la crise des « gilets jaunes ». Cette tendance profite aux produits financiers liquides et garantis, malgré leur faible rendement. Quelles perspectives se dessinent pour fin 2019 ? Philippe Crevel, Directeur du Cercle de l'Epargne, partage son analyse.
Lire (4 min.)

Assurance vie : elle conserve la forme en juin 2019 et au 1er semestre

Philippe Crevel
L'assurance vie garde le cap à l'issue du premier semestre 2019. La souscription en unités de compte (UC) augmente avec l'amélioration du cours des actions. La hausse du pouvoir d'achat et l'aversion des ménages au risque favorisent aussi ce produit d'épargne. Dans ces conditions, quelles tendances de fond pouvons-nous identifier sur ce marché ? Philippe Crevel, Directeur du Cercle de l'Epargne, partage son analyse.
Lire (3 min.)

Plan d’épargne retraite (PER) : l’ordonnance publiée au Journal Officiel

Philippe Crevel
Cette semaine, l'ordonnance sur le Plan d'Epargne Retraite (PER) a été publiée au Journal Officiel. Après le 1er décembre 2020 au plus tard, les épargnants ne pourront plus souscrire les anciens produits d'épargne retraite. Quelles sont les nouvelles dispositions fiscales qui entrent en vigueur ? Philippe Crevel, Directeur du Cercle de l’Épargne, partage son analyse.
Lire (6 min.)

Livret A : petite collecte en juin 2019, relâchement de l’effort d’épargne

Philippe Crevel
Le mois de juin représente une période charnière pour la collecte sur le Livret A. Après un effort d'épargne accentué début 2019, les ménages changent de rythme. Quelles perspectives se dessinent d'ici la fin de l'année ? Philippe Crevel, Directeur du Cercle de l'Epargne, partage son analyse.
Lire (3 min.)

L’Institut du Patrimoine signe un partenariat avec Maurel & Prom

L'opérateur pétrolier Maurel & Prom annonce ce mardi 6 août avoir choisi le groupe Institut du Patrimoine — spécialisé en gestion de patrimoine — afin de mettre en place un accompagnement patrimonial au profit de ses collaborateurs. Objectif, leur faire bénéficier d'un accompagnement global dans leur stratégie patrimoniale afin d’optimiser leurs placements.

« Notre réflexion est fondée sur le comportement des collaborateurs en entreprise. Les salariés sont tous confrontés à une problématique patrimoniale. Investis dans leur travail, ils disposent de trop peu de temps pour gérer correctement leur patrimoine et prendre les bonnes décisions. Nous leur proposons un service dédié afin qu’ils soient accompagnés sereinement à chacune des étapes de leur vie patrimoniale », explique Stéphane Peltier, associé du Groupe Institut du Patrimoine.

Une offre 100 % digitale

L’Institut du Patrimoine met à la disposition de l’ensemble des collaborateurs l'assistance d'un conseiller en gestion de patrimoine (CGP) et un accès hotline pour toutes les questions d’ordre juridiques, fiscales et patrimoniales. Un pack exclusif permet aux salariés de bénéficier :

  • d’un audit de leur situation personnelle, patrimoniale — financier et immobilier — et fiscale dans le but d’identifier une stratégie d’optimisation ;
  • d’un bilan retraite avec reconstitution de carrière afin d’obtenir la traçabilité des cotisations et d’estimer la pension de retraite à l’âge légal et à taux plein ;
  • d’un bilan successoral avec la recherche d’optimisation pour la transmission du patrimoine ;
  • d’une étude sur l’épargne salariale : PEE, intéressement, participation, AGA.

Les salariés pourront à tout moment suivre l’évolution de leur patrimoine grâce à une application 100 % digitale.

Lire (2 min.)

Assurance vie : Hedios lance H Performance 26

Hedios Patrimoine — spécialiste des placements structurés — annonce ce jeudi 1er août le lancement du placement H Performance 26, dans le cadre du contrat d’assurance vie Hedios Life Suravenir. Ce produit permet un remboursement anticipé automatique dès la première année, avec un gain de 17 %. Le remboursement anticipé automatique devient possible tous les ans dès que l'indice de référence — S&P Euro 50 Equal Weight Synthetic 5 % Price — affiche une hausse de 5 % ou plus par rapport à son niveau initial.

H Performance 26 n’est pas garanti en capital, ni en cours de vie ni à l’échéance. Le souscripteur peut subir une perte en capital égale à la baisse de l'indice S&P Euro 50 Equal Weight Synthetic 5 % Price. Ce cas de figure se produit si le contrat n’est pas remboursé par anticipation, et s’il termine sur une baisse strictement supérieure à 30 % à l'échéance de la durée maximale de 12 ans. Les frais du contrat d’assurance vie — 0,60 % par an, soit 7,20 % de frais au total sur 12 ans — restent à la charge du souscripteur.

Souscription jusqu'au 30 septembre prochain

La particularité réside dans le versement — sans condition — d'un coupon de 6 % à l’issue de la 1ère année, quel que soit le niveau de l'Indice de référence. Ce coupon est définitivement acquis. En cas de remboursement anticipé, la rémunération globale en fin de 1ère année atteint de 17 %, c'est-à-dire 11 % de rémunération annuelle plus le coupon inconditionnel.

En l'absence de remboursement anticipé, le capital est protégé au terme de la durée maximale de 12 ans, jusqu'à 30 % de baisse de l'Indice de référence. Les souscriptions sont ouvertes jusqu’au lundi 30 septembre 2019, pour un investissement minimal de 1 000 euros. Les enveloppes étant limitées, la commercialisation peut cesser à tout moment et sans préavis.

Lire (2 min.)

Vendre l’assurance vie : Thierry Scheur et Céline Huet-Scheur révèlent les bonnes pratiques

Les éditions Arnaud Franel publient en juillet 2019 une nouvelle version du livre « Vendre l'assurance vie : les bonnes pratiques » co-signé par Thierry Scheur et Céline Huet-Scheur. De quoi transmettre la passion de la vente aux professionnels de l'épargne longue... Pour l'occasion, l'ouvrage s'enrichit également d'un dépliant didactique destiné au grand public.
Lire (5 min.)

Entreprises familiales : comment répondre au défi de la cohésion ?

Marie-Lorraine Henry et Ghislain Baboin-Jaubert
Les entreprises familiales se caractérisent par leur vision de long terme et les valeurs qu’elles véhiculent, qui ne sont pas uniquement financières. Elles sont néanmoins confrontées au défi de la cohésion à plusieurs niveaux : transmission, gouvernance et fidélisation des salariés. Comment résoudre cette équation pour transmettre le patrimoine ? Marie-Lorraine Henry et Ghislain Baboin-Jaubert, avocats associés chez Fidal Paris, partagent leur analyse.
Lire (5 min.)

Cession d’entreprise : un contexte de marché favorable aux vendeurs

Charly Tournayre
Vendre son entreprise en 2019, c’est bénéficier d’une conjonction de facteurs permettant de valoriser au mieux son prix de cession. Comment minimiser la fiscalité applicable à la plus-value issue de cette vente, et maximiser ainsi les capacités de réemploi ? Charly Tournayre, Docteur en droit, Responsable de l’ingénierie patrimoniale chez Thesaurus, partage son analyse.
Lire (4 min.)

Albert d’Anthoüard – Nalo : « Il n’y a pas de problème d’âge lié à l’assurance vie »

Comment optimiser son épargne en vue d’une transmission de patrimoine ? Faut-il privilégier les fonds indiciels dans l’allocation d’un contrat d’assurance vie ? Ce type de placement reste-il intéressant, même après 70 ans ? Albert d’Anthoüard, Associé et Directeur de la clientèle privée chez Nalo — FinTech spécialisée en conseil financier et assurance vie — répond en exclusivité aux questions du Courrier Financier.
Lire (6 min.)

Loi PACTE : nouvelles offres d’épargne retraite dès le 1er octobre 2019

L’Association Française de la Gestion financière (AFG) salue ce jeudi 25 juillet la publication de l’ordonnance sur la réforme de l’épargne retraite. Les sociétés de gestion se préparent pour proposer aux épargnants leurs nouvelles solutions dès le 1er octobre prochain. Les textes d’application de la loi PACTE sur l’épargne retraite complètent les grandes lignes du nouveau plan d’épargne retraite qui figuraient dans la loi. La réforme unifie les produits et met fin au morcellement des offres actuelles qui s’adressaient à des épargnants aux statuts différents : salariés du privé, salariés du public, professions libérales, etc

Un cadre souple et attractif

Tous les Français pourront désormais épargner pour leur retraite dans un cadre plus souple, plus attractif et plus performant, en complément de leur retraite obligatoire par répartition. Dès leur départ à la retraite, les souscripteurs pourront choisir comment utiliser leur épargne : sortie en capital, rente ou combinaison des deux. Ils pourront également transférer leur épargne d’un prestataire à l’autre, et regrouper les capitaux accumulés sur un même compte.

Leurs versements pourront être défiscalisés jusqu’à 10 % de leurs revenus. L’épargne ne sera taxée qu’au moment où elle sera utilisée. L’intéressement, la participation et l’abondement versés sur les plans d’entreprise continueront à bénéficier de la même fiscalité attractive que sur les actuels PERCO. Avant leur retraite, les souscripteurs pourront utiliser leur épargne pour acquérir leur logement et devenir propriétaire pour leurs vieux jours.

Une épargne optimisée plus performante

L’épargne pourra être investie dans une large palette d’options de placement, y compris dans des actifs de long terme — comme les titres de PME. A défaut de choix spécifique du souscripteur, son épargne sera investie en gestion pilotée, sur des placements adaptés au nombre d’années restant à courir avant le départ à la retraite. De cette manière son épargne bénéficiera de rendements plus élevés sur le long terme.

Cette réforme de l’épargne retraite s’inspire largement du fonctionnement du PERCO, qui connaît depuis plusieurs années un succès croissant (+ 36% en 3 ans). L’AFG et ses membres soutiennent pleinement le Gouvernement dans cette réforme d’envergure, qui va simplifier l’épargne des Français en les rendant acteurs du financement de l’économie sur le long terme.

Lire (3 min.)

L’épargne en vue de la retraite reste une priorité pour 1 retraité sur 4

Le Cercle de l’Épargne — think tank sur l’épargne, la retraite et la prévoyance — publie ce vendredi 12 juillet une analyse des opinions des retraités vis-à-vis de leurs pensions, de leur évolution ainsi que leur appréciation de la future réforme des retraites du gouvernement actuel. Ce document a été élaboré à partir des résultats de son enquête annuelle « Les Français, la retraite et l’épargne », réalisée avec le concours de l’association Amphitéa et AG2R LA MONDIALE.

Pension de retraite et pouvoir d'achat

En 2018 — en raison de l’augmentation du taux de CSG — 61 % des retraités estimaient leurs pensions insuffisantes pour vivre correctement. En 2019, après les annonces du Président de la République, ce taux est revenu à 50 %. Les retraités sont plus optimistes que l’ensemble de la population française. Pour 69 % des Français, les pensions sont ou seront insuffisantes pour vivre correctement.

Comme l’ensemble des Français, les retraités épargnent d’abord par précaution. Ils sont en moyenne 38 % à déclarer le faire dans ce but, contre 40 % parmi les actifs et l’ensemble de la population. Cependant, l’épargne en vue de la retraite reste un enjeu prioritaire pour un retraité sur quatre. Elle devance l’épargne destinée à soutenir ses descendants ou à transmettre du patrimoine à sa famille.

Vers quel système de retraite ?

Plus d'un retraité sur quatre (27 %) souhaite le maintien du régime actuel de retraite. Les actifs sont deux fois moins nombreux à partager cette opinion (13 %). Le Gouvernement a annoncé que la future réforme des retraites ne modifierait en rien le calcul des pensions, mais les retraités restent sur la défensive. Ils sont plus favorables à l’instauration d’un régime universel pur (38 %) que les actifs (35 %). Ces derniers ont une préférence plus marquée pour un système universel avec prise en compte de certaines spécificités (52 %) que les retraités (35 %).

Les retraités craignent que la mise en place de dispositifs dérogatoires aboutissent à éroder le pouvoir d’achat de leurs retraites. Par ailleurs, ils ne sont pas — par définition — concernés par d’éventuels dispositifs de départ anticipé à la retraite, qui pourraient être introduits dans le futur régime. Dans la même logique, ils sont largement plus favorables (38 %) que les actifs (15 %) à un report de l'âge de la retraite à 65 ans.

Lire (3 min.)

Marie Ballorain - Acatis : « Il y a une forte demande des CGP pour les fonds diversifiés »

Quelles stratégies de stock picking les fonds diversifiés adoptent-ils ? Dans un contexte de marché difficile, quels avantages présentent-ils ? En 2019, Acatis s'ouvre au marché des CGP. La société de gestion allemande leur propose notamment d'investir dans son fonds flexible diversifié monde, Acatis Gané Value Event.
Voir (<3 min.)